Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

L'Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Texte intégral

1S'il est une place privilégiée à donner aux disciples de M. Cohen, c'est bien à ceux qui lui ont directement succédé. A J. Tubiana d'abord, et à ces élèves ensuite. Mais c'est aussi, paradoxalement, par le biais de cette institution que nous allons retrouver le prédécesseur de M. Cohen, C. Mondon-Vidailhet, ainsi que ses émules.

2En effet, si l'enseignement des Langues O’ perpétue le magister de M. Cohen, c'est-à-dire une approche de l'Ethiopie privilégiant l'étude savante de sa langue, il est aussi parfaitement représentatif de l'intention qui a prévalu au moment de sa création, c'est-à-dire servir notre connaissance de l'Ethiopie dans la perspective d'une meilleure entente culturelle, religieuse, commerciale ou diplomatique avec ce pays.

3J. Tubiana, qui reprit très jeune la chaire d'amharique que M. Cohen avait un temps souhaité voir attribuée à un autre de ses élèves, W. Leslau, s'est tout entier consacré à la transmission rigoureuse des principes du maître, de ses modèles et de ses méthodes d'enseignement demeurés identiques jusque dans les cours donnés aujourd'hui par son successeur Makonnen Argaw. En plus de ses cours, ce dernier se consacre depuis de nombreuses années à la compilation d'un nouveau dictionnaire. C'est, qu'en effet, le dictionnaire du Père J. Baeteman demeure unique pour nous autres francophones.

4Mais J. Tubiana ne s'est pas contenté de ce rôle de scrupuleux exécuteur testamentaire de M. Cohen. Nous lui devons aussi notamment une conférence internationale dissidente des études éthiopiennes en 1977, à Nice, un hommage en forme de Guirlande à Abba Jérôme et la première table de correspondance fiable entre les calendriers éthiopien et grégorien. En plus de la contribution de J. Tubiana aux travaux du GLECS, il faut mettre au crédit de celui-ci la création de l'Association Française pour le Développement de la Recherche Scientifique en Afrique de l'Est (ARESAE) dont le très attentif répertoire de toutes les publications concernant la région constitue un modèle. Citons enfin l'initiative de J. Tubiana à la réédition du voyage d'A. d'Abbadie complétée d'une partie de ses textes inédits.

5Bien rares ont été les étudiants d'amharique aux Langues O’ qui se soient jamais consacrés à l'étude exclusive de l'amharique. Celle-ci venait en complément d'une autre formation, de linguiste, d'historien ou d'ethnologue par exemple ; ou bien elle s'inscrivait dans le cadre de la préparation à une carrière de missionnaire, ce qui fut le cas de F. Enguehard, dernier secrétaire de M. Cohen, ou à une carrière de diplomate par le concours Orient des Affaires Etrangères.

6C'est ce qui explique la dispersion des disciples du maître, à l'exception de ses successeurs directs dont J. Tubiana.

7Au sein de la génération actuelle des héritiers de J. Tubiana, les carrières sont en effet fort différentes. Celle d'A. Rouaud, par ailleurs spécialiste arabisant, n'est pas celle de M. Denais qui perpétue l'étude du Tigrigna, ou celle de D. Morin qui reste le seul chercheur français spécialiste de l'Afar -à la suite d'A. Chedeville-, tous les deux en dehors du cadre éthiopisant proprement dit. Notons aussi la participation à l'enseignement de l'INALCO, et aux activités de l'ARESAE, d'A. Gascon, géographe de formation et auteur de la première monographie en français sur les Oromo, ainsi que M. Perret, spécialiste de l'histoire moderne de l'Ethiopie.

8S'ajoute à ceux-là qui poursuivent une carrière universitaire, la longue liste anonyme de tous les diplômés d'amharique qui, missionnaires, militaires ou diplomates, perpétuent, à leur manière, l'enseignement de M. Cohen, ne serait-ce qu'en ne se déplaçant jamais en Ethiopie sans son Traité.

9Aujourd'hui cheville ouvrière de l'ARESAE, A. Rouaud s'est plus particulièrement consacré à l'étude des intellectuels de l'Ethiopie moderne, dont Afä-Wärq déjà cité, et à celle du développement des relations franco-éthiopiennes grâce à C. Mondon-Vidailhet. A. Rouaud représente le double héritage de l'initiateur puis du maître du cours d'amharique aux Langues O’, un cours destiné aux acteurs des relations franco-éthiopiennes, un cours destiné aussi à l'enrichissement de la linguistique comparée.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable