Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

Préhistoriens et paléontologues

Texte intégral

1La présence de disciplines consacrées aux origines de l'Homme, et non à la société éthiopienne ou à ses racines les plus directes, dans une présentation des études éthiopiennes en France pourrait paraître hors de propos si ces disciplines n'avaient pas indirectement joué aussi leur rôle dans le développement des sciences sociales.

2Même si l'histoire des origines de l'Homme dépasse largement celle des frontières qui, hier ou aujourd'hui, déterminent peu ou prou le domaine de nos recherches en sciences sociales, les équipes de J. Chavaillon et d'Y. Coppens, justement consacrées à la préhistoire et à la paléontologie, ont permis les recherches de plusieurs ethnologues, historiens, linguistes ou spécialistes de l'art religieux éthiopien. Rappelons aussi le rôle pionnier que jouèrent, avant-guerre, des personnages comme R. du Bourg de Bozas, C. Arambourg, H. Breuil ou P. Teilhard de Chardin, dans la découverte des richesses fossiles, paléontologiques ou archéologiques, mais aussi humaines, de l'Ethiopie.

3Pour des raisons institutionnelles assez particulières à la France, les disciplines de la paléontologie et de l'archéologie sont liées à celles de l'anthropologie sociale. Or, grâce à ce lien, dans bien des circonstances plus administratif que scientifique, plusieurs ethnologues français ont poursuivi leurs recherches au sein d'équipes de préhistoriens ou de paléontologues. Il s'agit de S. Tornay qui fit parti des missions dirigées par Y. Coppens, et de J. Bureau et J. Mercier qui ont appartenu à l'équipe de J. Chavaillon.

4Ajoutons que la création de la revue Abbay, faisant suite aux Documents pour servir à l'histoire des civilisations éthiopiennes, fut, pendant plus de dix ans, la seule publication régulière éthiopisante en France. Bien que placée sous le patronage de l'archéologie, elle fit une large place aux sciences sociales et humaines.

5Quel que soit le crédit dont les ethnologues sont redevables à ces équipes, l'exposé de leurs recherches relève d'un tout autre domaine. Celles-ci furent initiées par d'autres écoles, leurs méthodes étaient différentes et leur objet même était les sociétés contemporaines, non leurs lointaines et hypothétiques origines. Cette distinction est d'autant plus importante à faire que presque tous ces ethnologues sont venus à l'Ethiopie grâce à une seule et même institution : le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative de l'Université Paris X-Nanterre.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter