Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

La Section Française des Antiquités Éthiopiennes

Texte intégral

1C'est à la demande de l'Empereur Hailé-Sellassié qu'en 1952 fut créée par le gouvernement français la Section Française des Antiquités Ethiopiennes. D'emblée, ce double patronage de l'Empereur et du Président de la République française devait assurer à cette institution un prestige et un rôle qu'elle conserva jusqu'à la Révolution de 1974. À ce moment-là, la SFDAE perdit ses locaux et l'essentiel de ses moyens logistiques.

2Le soutien du gouvernement impérial n'était pas seulement moral, il était aussi financier puisque jusqu'à la veille de la Révolution une part importante des moyens matériels de la SFDAE, ainsi que des salaires de ces chercheurs, était couverte par le budget éthiopien.

3On ne saurait ne pas souligner l'impact incontestable qu'eut la personnalité du fondateur et premier directeur de la SFDAE, J. Leclant, aujourd'hui Secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Alors très jeune égyptologue, J. Leclant réussit, en collaboration avec A. Caquot, à mettre en place un institut fondé sur des principes assez semblables à ceux de l'Administration des antiquités égyptiennes.

4La création de la SFDAE fut étroitement associée à celle de la Bibliothèque nationale éthiopienne et fut à l'origine de la nouvelle Administration des antiquités éthiopiennes dont devait plus tard naître le Ministère éthiopien de la Culture.

5La fonction de la SFDAE, dotée d'une riche bibliothèque spécialisée, fut, en bref, d'assurer un travail de recherche, de préservation et de mise en valeur du patrimoine archéologique éthiopien.

6Ce fut bien entendu l'histoire d'Axoum qui retint en premier lieu l'attention des chercheurs français reprenant ainsi le travail inauguré au début du siècle par E. Littmann.

7Commencées par J. Leclant, et poursuivies par F. Anfray jusqu'au début des années soixante-dix, les fouilles françaises des cités axoumites et pré-axoumites, plus particulièrement de Yeha et Matara, ont permis l'excavation de nombreux objets et inscriptions apportant un nouvel éclairage sur l'histoire d'Ethiopie et ses liens avec celles des royaumes d'Arabie méridionale.

8L'essentiel de ces découvertes a, de manière régulière, fait l'objet de publications au sein des Annales d'Ethiopie, revue publiée à partir de 1955 par le service des antiquités éthiopiennes, et leur dépôt dans ce qui allait devenir le Musée national.

9Les Annales d'Ethiopie constituent sans aucun doute le meilleur témoin des travaux de la SFDAE, avec les publications de ses responsables archéologues, J. Leclant, J. Doresse, H. de Contenson et F. Anfray pour ne citer que les principaux.

10L'étude et la traduction des inscriptions fut, pour l'essentiel, l'œuvre de l'épigraphiste de la SFDAE, R. Schneider, un autre élève de M. Cohen, qui, en collaboration avec E. Bernand et A. J. Drewes, publia en 1992 les deux premiers volumes de son recensement sous les auspices de J. Leclant et de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

11Les Annales d'Ethiopie nous montrent aussi que l'œuvre de la SFDAE ne fut pas seulement archéologique. De nombreux textes éthiopiens furent publiés et traduits, notamment par A. Caquot, et la SFDAE servit de cadre à l'étude pionnière de la peinture religieuse éthiopienne par J. Leroy, G. Annequin et C. Lepage, aujourd'hui président de la Société Française pour les Etudes Ethiopiennes (SFEE) créée à l'initiative de J. Leclant et de H. Labrousse, un marin et un diplomate que nous retrouverons plus loin.

12Un autre témoin des activités de la SFDAE est l'actuel Musée national d'Addis-Abeba dont les collections axoumites contiennent quelques-unes des plus belles pièces collectées par nos chercheurs dans les années cinquante et soixante. Ce musée eut du reste un cadre encore plus prestigieux qui avait été inauguré par l'Empereur en septembre 1955. Il s'agissait alors du bâtiment moderne aujourd'hui devenu Club des banquiers, juste derrière le siège central de la National Bank of Ethiopia.

13L'interruption des fouilles archéologiques dans les provinces du Tigré et d'Erythrée, due à la guerre, n'a pas pour autant interrompu le travail de nos chercheurs. F. Anfray, le dernier directeur de la SFDAE, publia en 1990 la synthèse de ses travaux dans Les anciens éthiopiens. Par ailleurs, indépendamment de l'édition déjà citée du recueil d'inscriptions axoumites par R. Schneider, un autre épigraphiste prépare la reprise de l'archéologie axoumite. Il s'agit de C. J. Robin, spécialiste des civilisations préislamiques d'Arabie méridionale, qui, en collaboration avec R. Audouin, rouvre les fouilles de Yeha mises en place par la SFDAE.

14Cette reprise de l'archéologie française dans le nord est d'autant plus importante qu'elle s'inscrit dans une entreprise comparatiste, l'histoire d'Axoum étant indissociable de celle de l'Arabie méridionale.

15Enfin, après un premier intérêt pour les monuments mégalithiques du sud-éthiopien démontré par un ouvrage d'A. Azaïs et R. Chambard en 1931, la SFDAE servit de cadre à de très nombreuses missions, dans le Choa et le Sidamo principalement, placées sous l'autorité de F. Anfray ou de R. Joussaume. L'essor de ces missions dans les années soixante-dix et quatre-vingt s'explique alors en partie par l'interruption des fouilles du Nord causée par la guerre, et comme un regain d'intérêt pour le passé du Sud.

16R. Joussaume, dont le champ d'étude dépasse largement les frontières éthiopiennes, s'est en particulier consacré à l'étude des mégalithes du Harrar, puis du Gouragué, et maintenant du Sidamo. Son approche pluridisciplinaire, et s'enrichissant toujours de ses propres expériences du mégalithisme dans le monde, ont fait de R. Joussaume le spécialiste de ce que lui-même intitule dans le titre d'un de ses livres : Les Dolmens pour les morts.

17E. Godet, qui fut longtemps attaché à la SFDAE, contribua aussi grandement aux travaux de celle-ci sur le mégalithisme ainsi que sur la numismatique axoumite.

18Les réussites de la SFDAE doivent non seulement à l'appui impérial, mais aussi à celui des deux responsables de l'administration des antiquités éthiopiennes avant la Révolution, Kebede Mikael et Tekle-Tsadik Mekouria, puis à Berhanou Abebe.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter