Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

Abba Jérôme

Texte intégral

1Comment, dans la transition entre M. Cohen et ses successeurs, ne pas introduire le personnage d'Abba Jérôme (Gäbrä-Mädhen Gäbrä-Musé). Décédé en 1983, à l'âge de 98 ans, celui que J. Tubiana a décrit comme un "Diogène du vingtième siècle" et auquel il a dédié des mélanges intitulés Guirlande, Abba Jérôme mérite une mention toute particulière dans ce trop bref historique des études éthiopiennes en France.

2En effet, si Abba Jérôme ne publia rien qui fut mémorable, il fut par lui-même la mémoire d'une tranche de l'histoire éthiopienne, et il servit beaucoup plus que d'interprète à trois générations au moins d'éthiopisants français.

3Cette mention particulière d'Abba Jérôme n'est en rien exclusive du rôle des autres informateurs ou traducteurs éthiopiens des éthiopisants européens, dont Tèsfa Sellassié qui traduisit la chronique de Ménélik pour M. de Coppet, Agegnahou Engueda qui fut longtemps collaborateur de M. Griaule et de M. Cohen ou, beaucoup plus tard, Berhanou Abebe qui fut l'un de nos plus attentifs répétiteurs d'amharique aux Langues O’.

4Cette mention s'explique simplement par le rôle très particulier d'Abba Jérôme, à la fois scientifique et humain, au carrefour de plusieurs tendances de la recherche française, linguistique, religieuse, ethnographique ou historique.

5Beaucoup de mystère entoure encore la vie du personnage d'Abba Jérôme, même si Berhanou Abebe nous en dévoila certains voici quelques années, en publiant une partie de son journal lorsqu'il servait d'agent officieux du ras Tafari en Europe juste après la Grande Guerre.

6Il demeure qu'Abba Jérôme fut sans conteste l'une des muses qui inspira longtemps nos études éthiopiennes ; non pas qu'il ait été lui-même animé par quelque ambition scientifique que ce soit, mais parce que son personnage, sa connaissance du monde éthiopien aussi bien que du nôtre, en faisaient ce que dans, le langage peu châtié des universitaires, on appelle un informateur de choix.

7Aucun de ceux qui sont passés sur les bancs des Langues O’ n'oubliera jamais cette figure affable, assise à côté et non pas derrière le bureau du maître et qui, comme l'écrit A. Rouaud, "semblait vouloir s'excuser de savoir ce que les étudiants ignoraient." Et pourtant, n'ayant jamais posé en maître, Abba Jérôme s'en est révélé un de grande envergure si l'on en juge par la dette que lui reconnaissent tous ceux qui l'ont connu.

8Du fait de son extrême liberté, et de son grand détachement des choses de ce monde, Abba Jérôme rendit en effet d'immenses services à tous ceux, à quelque tendance qu'ils appartiennent, qui s'intéressaient de près ou de loin à l'Ethiopie.

9Son dernier et plus long séjour en France, quand il quitta son poste à la Bibliothèque nationale d'Addis-Abeba, bien longtemps après qu'il ait été l'un des premiers assistants de M. Cohen, fut consacré à l'enseignement de l'amharique et du tigrigna aux Langues O’ grâce à l'appui de J. Tubiana, de M. Leiris et d'A. Caquot. C'est qu'auparavant, Abba Jérôme avait été aussi le guide, l'interprète et l'inspirateur en Ethiopie même de deux autres des branches de nos études éthiopiennes ; de la Mission Dakar-Djibouti en 1931-1933, puis de la Section Française des Antiquités Ethiopiennes dans les années cinquante et le début des années soixante.

10Comme si le temps, comme si l'espace n'avaient eu point de prise sur lui, Abba Jérôme fut ainsi le lien entre plusieurs générations et plusieurs caractères de notre recherche.

11La présence d'Abba Jérôme nous sera d'ailleurs prochainement restituée par l'artifice d'une pièce de théâtre, en français et en amharique, dans laquelle Geneviève Rosset, en collaboration avec Berhanou Abebe, met en scène Abba Jérôme et M. Leiris face aux adeptes du culte du zar qu'ils étudièrent ensemble en 1932, lors du séjour, à Gondar, de la Mission Dakar-Djibouti.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter