Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

Deux vocations, deux traditions : Casimir Mondon-Vidailhet et Marcel Cohen

Texte intégral

1Français, mais fier d'être aussi Gascon et peut-être même aussi de ne pas avoir été étranger à la renaissance de l'Ethiopie de Ménélik, le jeune C. Mondon-Vidailhet qui semble avoir eu le don des langues et de la musique "aurait fait ses délices", comme l'écrit son biographe A. Rouaud, de la lecture d'un exemplaire familial du voyage de J. Bruce aux sources du Nil.

2Devenu journaliste après un long voyage de jeunesse au Proche-Orient, C. Mondon-Vidailhet qui appartenait au lobby colonial se prit de passion pour les pays de la Mer Rouge et apprit seul l'amharique. Au point de se risquer, en 1891, à publier un Manuel pratique de langue abyssine qui n'est pas resté un modèle du genre.

3Par quels détours et avec quels appuis politiques, nous n'en savons encore rien de l'aveu de son biographe, mais le fait est que C. Mondon-Vidailhet réussit en 1892 à partir enfin pour l'Abyssinie. Inutile sans doute de rappeler ici en détail le contexte de ces dernières années du XIX° siècle lorsque s'affirme la souveraineté éthiopienne, et que les puissances coloniales tentent de s'assurer l'amitié sinon la soumission du nouvel empereur Ménélik. Reste que c'est effectivement dans ce contexte que se joua la carrière de C. Mondon-Vidailhet qui exerça une double fonction lors de son long séjour en Ethiopie de 1892 à 1897.

4Officiellement envoyé spécial du grand journal Le Temps, C. Mondon-Vidailhet remplit très scrupuleusement cette fonction qui nous vaut aujourd'hui une série d'une cinquantaine de correspondances. Ces articles sont d'autant plus intéressants que C. Mondon-Vidailhet ne se contentait pas d'être journaliste. Sans compter l'intérêt personnel qu'il avait jusqu'alors développé pour l'amharique, et qui lui ouvrit bien des portes, notre journaliste devint autant un conseiller de Ménélik que du gouvernement français. Chacun sait le rôle qu'il joua dans la création du système postal ou l'introduction de la première imprimerie nationale. On lui prête d'ailleurs quelquefois plus qu'il n'a donné en lui attribuant par exemple l'introduction de l'eucalyptus dont il constate lui-même la présence lors de son arrivée.

5Le séjour de C. Mondon-Vidailhet, en tant qu'émissaire officieux, est loin d'être négligeable dans la création d'une mission diplomatique française à Addis-Abeba en 1897. Mais, n'étant pas lui-même diplomate de carrière, il dut céder la place à L. Lagarde au moment de l'ouverture de notre ambassade. De retour donc en France, un peu contre son gré, C. Mondon-Vidailhet fut chargé en juin 1898 d'enseigner l'amharique. Notre gouvernement le récompensait ainsi de son action à Addis-Abeba et marquait, du même coup, comme le souligne A. Rouaud, "le bon état des relations éthio-françaises, dont il avait été en partie l'artisan.".

6Dès lors, et bien qu'il n'ait pas été un chercheur à proprement parler, C. Mondon-Vidailhet se consacra à son enseignement et à la publication de nombreux travaux sur l'Ethiopie, notamment l'édition de la Chronique de Theodoros et sa contribution à l'Encyclopédie de la musique de A. Lavignac (Paris, 1923) qui est longtemps restée l'unique référence disponible sur la musique éthiopienne. Faut-il rappeler, enfin, que nous lui devons une importante collection de manuscrits éthiopiens aujourd'hui déposés à la Bibliothèque Nationale.

7En somme, C. Mondon-Vidailhet, qu'on accusa d'avoir été davantage un défenseur de la cause éthiopienne qu'un universitaire, a néanmoins laissé un bel héritage.

8En obtenant l'introduction de l'amharique aux Langues O’, il démontrait surtout que cette langue vivante d'une partie de l'Ethiopie allait définitivement supplanter le guèze et prendre une toute nouvelle dimension au cours du XX° siècle en devenant langue nationale.

9Décédé en 1910, cet autodidacte que fut C. Mondon-Vidailhet fut remplacé par un homme d'une toute autre formation. En effet, si la nomination de C. Mondon-Vidailhet avait eu un caractère éminemment politique, celle de son successeur fut de caractère purement académique, M. Cohen ayant été, dès ses premières années d'étude, animé et soutenu par ses maîtres dans le projet d'une carrière universitaire.

10Très tôt venu à l'étude des langues orientales -l'arabe, l'hébreu, le sanscrit, l'amharique, le guèze- M. Cohen s'engagea rapidement dans une carrière de comparatiste dans laquelle le rôle de l'amharique et d'autres langues éthiopiennes allait néanmoins être dominant jusqu'au début des années 1950. C'est juste avant sa nomination aux Langues O’, en novembre 1911, et alors qu'il avait quelques mois suivi les cours de C. Mondon-Vidailhet, que M. Cohen fit son seul long séjour en Ethiopie où il se rendit pour le compte du ministère de l'Instruction publique. Bien que ce séjour n'ait pas même duré un an et demi, M. Cohen en tira le meilleur profit pour tous.

11Interrompue d'abord par la mobilisation, lors de la première guerre mondiale, puis par l'exil et par la résistance auprès des FTP lors de la seconde guerre, la longue carrière de M. Cohen est marquée ensuite par quelques évènements majeurs en ce qui concerne aussi bien les études éthiopiennes que la linguistique et l'ethnologie françaises.

12Le cours d'amharique fait en effet l'objet d'une chaire attribuée à M. Cohen en 1926 et, la même année, le linguiste qui est loin de se désintéresser de la sociologie accepte un enseignement à l'Institut d'ethnologie qui vient tout juste d'être créé. Cinq ans plus tard, M. Cohen fonde le Groupe linguistique d'études chamito-sémitiques (GLECS) qui a poursuivi ses activités jusqu'à présent. De plus, en novembre 1919, celui-ci est nommé directeur d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE) où il enseigne le guèze jusqu'en 1954.

13Cette diversité des responsabilités professorales de M. Cohen explique pour l'essentiel la richesse de sa succession. Pour ne citer que les principaux de ses élèves français au sein de l'une ou de l'autre des institutions, nous avons J. Tubiana qui anima l'enseignement éthiopisant aux Langues O’, M. Rodinson qui enseigna le guèze à l'EPHE et poursuivit les activités du GLECS, ainsi que M. Griaule qui contribua à la fondation de l'ethnologie française moderne. Mais comment oublier le rôle d'autres de ses élèves ayant quitté Paris, comme le Luxembourgeois R. Schneider, irremplaçable épigraphiste auprès de la Section Française des Antiquités Ethiopiennes, l'Américain W. Leslau ou le Polonais S. Strelcyn.

14Dans la bibliographie de M. Cohen qui compte plus de 2.000 titres, la part des études éthiopiennes est évidemment considérable, avec en particulier ses Etudes d'éthiopien méridional (1931), son Traité de langue amharique (1936) et ses Nouvelles études d'éthiopien méridional (1939). Mais M. Cohen ne s'était pas résolu à n'être qu'un professeur d'amharique, comme avait voulu l'être son prédécesseur. C'est toute la linguistique, en particulier par son travail de pionnier sur les questions de l'apprentissage et de la sociologie du langage, qui lui est redevable.

15Ce rappel d'une carrière de chercheur et d'enseignant explique l'ampleur de l'héritage scientifique laissé par M. Cohen, mais ne suffit pas à rendre compte de l'influence que la personnalité de M. Cohen eut sur ses élèves.

16Né dans un XIX° siècle dont la nouvelle foi fut dans la Science et le Progrès, M. Cohen s'engagea tout autant dans ses études que dans les combats politiques de son temps. Sans compter sa participation à la résistance contre l'occupant allemand, cet homme fut toute sa vie un fidéle compagnon du Parti socialiste dès 1904, puis du Parti communiste dès sa fondation en 1920. Soucieux par ailleurs de s'adresser aussi bien aux citoyens ordinaires qu'aux élites, M. Cohen poursuivit jusqu'à ses derniers jours la rédaction de sa chronique de la langue française paraissant régulièrement dans l'hebdomadaire communiste, l'Humanité. Faut-il rappeler qu'en France, les études orientalistes, et notamment parmi les successeurs de M. Cohen, ont longtemps été marquées à gauche par l'affiliation d'un très grand nombre de ses spécialistes au Parti communiste.

17Remarquons, pour conclure, qu'en introduisant et en développant l'enseignement de l'amharique aux Langues O’, C. Mondon-Vidailhet, puis M. Cohen, ont témoigné de l'entrée de l'Ethiopie dans le cercle des nations indépendantes puisque l'amharique devint, plus tard, l'une des langues sélectionnées pour le concours du cadre Orient du Ministère français des Affaires Etrangères.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter