Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France Éthiopie. Cent ans de relations

 | 
Jacques Bureau

Épilogue

Texte intégral

1Quelques lignes de Leiris dont on a déjà dit l'aventure aux côtés d'Abba Jérôme et des maîtres du zar nous rappellent encore et encore cette évidence de la curiosité excitée et du plaisir éprouvé, même si ceux-ci peuvent être parfois teintés d'irritation, au contact de l'Ethiopie.

Curieux tout le premier de cette institution [du zar] que jusqu'alors il ne connaissait guère, je crois, que sur le plan du folklore, Abba Jérôme m'entraîna à sa suite dans une enquête qui fut moins une démarche menée dans un esprit scientifique qu'une tentative passionnée de découvrir ce qu'avaient exactement en tête ces gens (des femmes pour la plupart) dont les façons d'agir et de propos nous fascinaient.
En pareille compagnie, ajoute Leiris, le travail prenait une réalité poétique intense. Assez même pour que je sois fondé à dire que ma participation aux rites du zar ne relevait pas tant de l'hypocrisie professionnelle... que d'un désir ardent...

2Le travail ethnologique occupait professionnellement Leiris, mais c'est bien cette curiosité, cette fascination ou ce désir pour les êtres qui l'animaient, qui peuvent seules animer tout rapport humain. Tout n'était pourtant pas rose à Gondar. Certains jours, Leiris n'en pouvait plus des conflits avec ces gens qui lui étaient devenus si proches. Tantôt il se plaint de la promiscuité ambiante, de l'éloignement de son Paris, de la cupidité de ses proches, des tracasseries de l'administration locale. Et pourtant c'est bien cette irritation née du rapport avec l'autre qui, comme il le notait dans son journal, le 20 décembre 1932, nourrissait sa saine curiosité :

Bons ou mauvais, l'on a des rapports plus sains avec des gens libres qu'avec des gens sous tutelle, le rapport du maître au serviteur ne pouvant jamais être un rapport pleinement humain.

3Deux poètes, Rimbaud et Leiris - le premier venu en Ethiopie, comme il l'avoue, pour emplir sa ceinture d'or, et le second n'ambitionnant pas moins de son voyage de s'assurer une carrière, un nom, une position - encadrent ce bref récit de cent ans d'histoire franco-éthiopienne. Pourquoi eux, et non pas quelques-uns des autres noms qui jalonnent ce récit ; pourquoi ces poètes dont la renommée internationale doit peu à l'Ethiopie ou à ce qu'ils y auraient fait ?

4Désintéressés, ni Leiris ni Rimbaud ne l'étaient. Mais qui d'autre, plus qu'eux, pourrait prétendre au désintéressement quand il faut partir ailleurs et si loin ? En revanche, curieux ils l'ont été tous les deux ; de cette curiosité qu'ils ont montrée pour tout, en France comme en Ethiopie, avec ce que celle-ci implique de patience, de passion et d'émerveillement, mais aussi d'agacement, de froideur et d'indifférence lorsqu'elle est déçue.

5Qui nierait qu'aucune relation se nourrisse, se développe, s'enrichisse, mais aussi puisse se corrompre, si elle n'était une affaire intéressée ; que serait une relation, si elle n'était pour l'essentiel faite d'intérêts réciproques bien compris ? Mais qui nierait, aussi, qu'aucune relation ne naît, ni ne survit, faute de curiosité, d'attente, d'apprentissage. C'est de cette curiosité qui entretient les relations de la France et des Français avec l'Ethiopie que Rimbaud et Leiris sont témoins par excellence.

Michel Leiris au travail, à la frontière soudano-éthiopienne.

Table des illustrations

Légende Michel Leiris au travail, à la frontière soudano-éthiopienne.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter