Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France Éthiopie. Cent ans de relations

 | 
Jacques Bureau

Langues et cultures de l'Éthiopie

Texte intégral

1Une clause trop souvent oubliée de la convention culturelle franco-éthiopienne du 27 août 1966 stipulait :

Chacune des deux Parties contractantes favorise, dans toute la mesure du possible, l'enseignement de la langue, de la littérature et de la civilisation de l'autre pays (Article premier, premier alinéa).

2Nous savons ce qu'il en fut de l'enseignement du français en Ethiopie. En ce qui concerne, réciproquement, le développement des études éthiopiennes en France, celui-ci avait de beaucoup anticipé cette convention puisqu'il coïncida avec l'ouverture des relations diplomatiques entre les deux pays. Certes, des Français, dont les voyageurs Antoine et Arnaud d'Abbadie avaient, de longue date, contribué à la connaissance de l'histoire, des langues et des cultures d'Ethiopie. Mais ce sont bien les années 1890 qui, dans ce domaine encore, marquent le tournant des relations entre les deux pays avec la publication, en particulier, des savantes traductions de grands textes de l'histoire d'Ethiopie par Jules Perruchon et René Basset.

3Deux personnages jalonnent la naissance puis le développement des études éthiopiennes en France. Ce sont Casimir Mondon-Vidailhet et Marcel Cohen, chacun d'entre eux inaugurant deux types complémentaires de connaissance de l'Ethiopie : la première valorisant les relations immédiates, diplomatiques, culturelles ou commerciales, entre les deux pays, et la seconde, plus académique, insistant sur l'apport du cas éthiopien à la connaissance universelle.

4Mondon-Vidailhet n'était ni diplomate ni savant, mais journaliste. Cela ne devait pas l'empêcher d'entreprendre un travail pionnier dans ces deux domaines où il n'était, a priori, qu'amateur. Venu en 1892 en Ethiopie comme correspondant du journal Le Temps, Mondon-Vidailhet se fit davantage que le chroniqueur des premières années du règne de Ménélik. Déjà, il avait appris seul l'amharique et il mit à profit ces six ans de séjour pour améliorer ses connaissances. Ardent défenseur de la cause éthiopienne, Mondon-Vidailhet contribua, aussi, à l'introduction ou au développement de nouvelles techniques en Ethiopie. Sans parler de l'eucalyptus dont il développa la culture, Mondon-Vidailhet participa très activement à la création du système postal éthiopien, tout comme au développement de l'imprimerie ou du nouveau système monétaire. Enfin, ainsi que nous l'expose Alain Rouaud dans la biographie qu'il vient de consacrer à Mondon-Vidailhet à l'occasion de ce centenaire, celui-ci mit ses connaissances au service du rapprochement diplomatique entre la France et l'Ethiopie.

5Ayant dépensé tant d'énergie au service de la cause franco-éthiopienne, ce n'est sans doute pas sans quelque amertume que Mondon-Vidailhet fut rappelé à Paris, peu après la nomination de Lagarde au poste de Ministre de France. En compensation, toutefois, l'apprenti diplomate se vit confier, dès le mois de juin 1898, l'enseignement d'amharique aux Langues'O. Ce geste ne récompensait pas seulement Mondon-Vidailhet de manière indirecte ; il était aussi le signe de l'entrée de l'Ethiopie dans une nouvelle phase de son histoire.

6La création d'un enseignement d'amharique aux Langues'O marquait l'entrée de l'Ethiopie dans le concert des nations indépendantes. Ce que devait confirmer, quelques décennies plus tard, l'inscription de l'amharique au concours d'entrée dans le Cadre d'Orient du Ministère français des affaires étrangères. De plus, cet enseignement reflétait le nouveau statut de l'amharique en Ethiopie où il allait s'imposer comme langue nationale et supplanter définitivement le guèze comme langue littéraire.

7La contribution de Mondon-Vidailhet aux études éthiopiennes ne devait pas se limiter à ce cours d'amharique. Il publia et traduisit notamment une chronique du règne de Theodoros et un article longtemps resté le modèle du genre sur la musique éthiopienne. Comment oublier, enfin, la collection de manuscrits qu'il laissa à la Bibliothèque nationale.

8Décédé en 1910, cet autodidacte qu'avait été Mondon-Vidailhet fut remplacé par un homme d'une tout autre formation. Si la nomination de Mondon-Vidailhet aux Langues'O avait eu un caractère éminemment politique, celle de son successeur eut un caractère purement académique, Cohen s'étant orienté, dès ses jeunes années, vers une carrière de linguiste.

9Très tôt venu à l'étude des langues orientales - arabe, hébreux, sanscrit, amharique, guèze - Cohen devint non seulement le grand linguiste comparatiste français de la première moitié du siècle mais aussi le maître incontestable des études éthiopiennes en France.

10Dès 1919, la chaire de guèze à l'EΡΗΕ fut attribuée à Cohen. Ensuite, le cours d'amharique dont il avait hérité de Mondon-Vidailhet fit l'objet d'une chaire en 1926. La même année, Cohen acceptait un enseignement dans le tout nouvel Institut d'ethnologie et, cinq ans plus tard, il fondait le Groupe Linguistique d'Etudes Chamito-Sémitiques (GLECS). Parmi des centaines de publications, le Traité de langue amharique de Cohen, publié en 1936, demeure encore aujourd'hui sans rival. L'ensemble de ces activités, doublées de l'engagement politique inébranlable de Cohen aux côtés de l'Ethiopie, allait bien entendu avoir de nombreuses répercussions sur la vie et l'œuvre de trois générations d'éthiopisants français et étrangers.

11La succession directe de Cohen est complexe, riche, multiforme. En ce qui concerne le guèze, la mention de Maxime Rodinson s'impose en priorité. S'il est un homme qui visita moins l'Ethiopie, c'est bien lui ; mais c'est bien lui aussi qui a ouvert les études éthiopiennes à un champ beaucoup plus vaste. Linguiste, sociologue, ethnologue, historien, politologue et polémiste, Rodinson était lui aussi un autodidacte ; fils de petits commerçants juifs, il ne fut longtemps que le livreur de ses parents qui disparaîtront dans l'Holocauste. Ce ne fut que par les cours du samedi qu'il s'initia à la science, et en particulier par ceux de lΈΡΗΕ qui prenait des auditeurs libres. C'est ainsi que, par des voies détournées, Rodinson en vint aux études sémitiques.

12Successeur de Cohen à la chaire de guèze, et animateur aussi du GLECS, Rodinson rattacha son enseignement à un ensemble à la fois pluridisciplinaire et comparatiste. Ainsi, pour tous ceux qui s'intéressent à quelques aspects que ce soient de l'histoire et des cultures éthiopiennes, Rodinson demeure une source originale de questions, d'informations et de réflexions. Car c'est une source qui n'est jamais refermée sur le sujet éthiopien ; la connaissance érudite de l'Ethiopie est bien présente chez Rodinson, mais toujours enrichie de la comparaison avec d'autres mondes, ou proches ou lointains.

13Au sein des Langues'O, après que l'élève américain Wolf Leslau ne choisisse de rentrer chez lui où il perpétua l'enseignement de Cohen, ce fut l'élève français, Joseph Tubiana, qui prit la succession du maître. Celui-ci fit davantage que de transmettre l'enseignement de Cohen après-guerre. Nous devons à Tubiana une conférence internationale dissidente des études éthiopiennes en 1977, à Nice, un hommage à l'inoubliable inspirateur et guide des éthiopisants français, Abba Jérôme, et la première table de correspondance fiable des calendriers éthiopien et grégorien. Enfin, il faut mettre au crédit de Tubiana la création de l'Association Française pour le Développement de la Recherche Scientifique en Afrique de l'Est (ARESAE) dont le très attentif répertoire des publications concernant la région constitue une référence. C'est à l'instigation de Tubiana, encore, que nous devons la réédition du voyage d'A. d'Abbadie.

14Aujourd'hui cheville ouvrière de l'ARESAE, Rouaud, qui s'est plus particulièrement consacré à l'étude de la littérature éthiopienne moderne, représente le double héritage de l'initiateur, Mondon-Vidailhet, puis des titulaires, Cohen et Tubiana, de la chaire d'amharique aux Langues'O : une chaire destinée à former les acteurs des relations franco-éthiopiennes, une chaire destinée aussi à l'enrichissement de la linguistique comparée.

15Parmi les autres élèves de Cohen, et de la même génération que Tubiana, Roger Schneider nous ramène plus directement aux relations avec l'Ethiopie. Schneider fut et demeure l'épigraphiste incontournable de l'Administration des antiquités éthiopiennes dont la France fut, à la demande d'Hailé-Sellassié, l'initiatrice. Schneider a tout récemment publié, sous les auspices de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, le premier inventaire exhaustif des inscriptions axoumites.

Les caractères d'Abbadie de la Bibliothèque nationale.
Cette fonte fut gravée, sous la direction d'Antoine d'Abbadie, par Marcellin Legrand, en 1851.

16Une autre des voies de la connaissance française de la civilisation éthiopienne fut la Section Française Des Antiquités Ethiopiennes (SFDAE). Créée à la demande du gouvernement éthiopien en 1952, celle-ci avait pour fonction d'assurer un travail de recherche, de préservation et de mise en valeur du patrimoine culturel éthiopien.

17Cette institution, liée à la Bibliothèque nationale éthiopienne créée après la guerre, est à l'origine de l'Administration des antiquités éthiopiennes dont devait naître, plus tard, le Ministère éthiopien de la culture. Sous l'impulsion de son premier directeur, Jean Leclant, aujourd'hui Secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles lettres, la SFDAE entreprit plusieurs types d'actions restées aujourd'hui sans égales.

18Au crédit de la SFDAE, nous avons la reprise des fouilles axoumites inaugurées au début du siècle par Enno Littmann et la mise à jour de découvertes considérables. Celles-ci nourrirent, au reste, deux autres volets des activités de la SFDAE : le Musée national et les Annales d'Ethiopie.

19L'actuel Musée d'Addis-Abeba est construit autour des découvertes françaises, dont celles de Yeha, Axoum, Matara, Haoulti, etc. Quant aux Annales d'Ethiopie, dont la parution a été interrompue en 1991, elles ont témoigné pendant trente-cinq ans du dynamisme de la recherche archéologique française en Ethiopie avec les multiples contributions de MM. Anfray, Caquot, de Contenson, Doresse, Leclant, Schneider, etc.

20Deux autres domaines de recherche ont été largement développés par la SFDAE : d'une part, l'étude de la protohistoire éthiopienne avec les travaux de Roger Joussaume sur le mégalithisme ; d'autre part, l'étude de la peinture religieuse, avec les travaux de MM. Leroy, Lepage et Annequin.

21Aujourd'hui, même si la SFDAE n'existe plus, le travail des archéologues se poursuit ou reprend. Joussaume a étendu son étude du mégalithisme à la région Sidama, et l'équipe de Christian Robin, un épigraphiste lui aussi héritier de l'école de Cohen et de Rodinson, reprend les fouilles de Yeha abandonnées depuis près de trente ans.

22Parallèlement à ces travaux d'archéologie, il nous faut enfin citer la célèbre contribution des savants français à la connaissance des origines de l'Homme sur le territoire éthiopien. Dès avant-guerre, des personnages comme du Bourg de Bozas, Arambourg, Breuil ou Teilhard de Chardin jouèrent un rôle pionnier dans la découverte des richesses fossiles, paléontologiques ou archéologiques, mais aussi humaines, de l'Ethiopie.

23A partir des années soixante, ensuite, des équipes dotées de méthodes et de moyens nouveaux ont contribué à la grande révolution faisant remonter nos origines jusqu'à plus de trois millions d'années. Yves Coppens est le plus connu des acteurs de cette aventure scientifique, aux côtés du géologue Maurice Taïeb. Comment ne pas citer, encore, Jean Chavaillon dont l'équipe entreprit près d'une vingtaine de campagnes sur le site de Melka-Kunturé et qui édita longtemps Abbay, la seule revue éthiopisante publiée en France dans les années soixante-dix et quatre-vingts.

24A l'initiative de Leclant, la Société Française pour les Etudes Ethiopiennes (SFEE), aujourd'hui présidée par Lepage, assure la rencontre de la plupart des éthiopisants français avec leurs collègues étrangers.

25Un personnage haut en couleur mérite, au cœur de ce bref historique, une mention toute particulière. Il s'agit d'Abba Jérôme (1885-1983). Ce presque centenaire que Tubiana a décrit comme un Diogène du vingtième siècle servit beaucoup plus que de guide et d'interprète à trois générations d'éthiopisants. S'il ne fut pas le seul lettré éthiopien à avoir joué un rôle dans le développement des études éthiopiennes en France - comment oublier un Tesfa-Sellassié, un Agegnahou Engueda ou un Berhanou Abbebe - on peut dire qu'Abba Jérôme en fut la muse. Il travailla avec tous les linguistes dont Cohen et Tubiana ; mais il travailla aussi avec les archéologues et les historiens de la SFDAE lorsqu'il était à la Bibliothèque nationale d'Addis-Abeba. Ce même homme, à la fois cultivé, humble, drôle et affable, réussit enfin à travailler avec une autre encore des écoles françaises puisqu'il fut, pour sa partie éthiopienne, le grand inspirateur de la mission Dakar-Djibouti et surtout de Michel Leiris.

26Les préparatifs et ensuite les célébrations de cette expédition, a priori de nature purement scientifique, avaient très vivement agité le monde cosmopolite parisien des années trente. De manière bien symbolique des ambiguïtés de cette mission, celle-ci fut financée, d'un côté, par l'establishment politique, et, de l'autre, par les bénéfices d'un gala que le boxeur noir américain Alfonso Brown donna à son bénéfice. Quant à l'une des vedettes des festivités marquant le retour de l'expédition, ce fut la sulfureuse Joséphine Baker.

27Les principaux acteurs de cette expédition, son responsable Marcel Griaule, et son secrétaire-archiviste Leiris, tous deux élèves de Cohen, seront pris dans ce paradoxe de représenter une nation coloniale - en en tirant tous les profits possibles au cours de leur voyage - tout en témoignant des abus de la colonisation. Mieux même, cette expédition qui n'était concevable qu'en raison de la soumission des populations indigènes à la métropole coloniale, devait aussi aboutir à une représentation quasiment théâtrale de l'Afrique, de ses hommes et de ses œuvres, alors que celle-ci n'avait été jusqu'alors qu'un objet de conquête.

28Dans le long périple qui conduisit l'expédition française, des rivages de l'Atlantique à ceux de la Mer rouge, la part de l'Ethiopie fut considérable. Qu'on en juge simplement par l'importance que lui accorde le journal que tenait Leiris et qu'il publia à son retour sous le titre de L'Afrique fantôme ; soit plus de la moitié de son texte pour un petit dixième de son voyage.

29C'est qu'en réalité, si l'Ethiopie était alors dans le même état que le reste de l'Afrique que venaient de traverser les ethnologues français, elle était aussi indépendante, sa bureaucratie retorse, ses habitants moins dociles devant les coloniaux, et sa découverte du même coup plus difficile et plus excitante.

30Certes, sur l'avis de Cohen, Griaule avait déjà fait de l'ethnographie en Ethiopie ; mais le séjour prolongé de l'expédition dans l'ancienne capitale décrépite de Gondar fut déterminant pour deux raisons principales. Cette expédition inaugurait chez nous la mode de l'enquête ethnographique ; en ce qui concerne la connaissance de l'Ethiopie, cette expédition constituait de surcroit une petite révolution.

31Alors que, jusqu'à cette époque, l'essentiel des travaux français avait porté sur l'histoire de l'Etat et de l'Eglise d'Ethiopie, et le plus souvent par le biais des lettrés éthiopiens dont on traduisait les œuvres presque toujours représentatives d'un ordre idéal, Leiris et Griaule se sont attachés à étudier et à mettre en valeur des faits apparemment triviaux de la vie culturelle et sociale éthiopienne.

32La nouveauté du travail de Leiris sur les cultes de possession, ou zar, tient à l'attention qu'il porta à tout ce que la bonne société de Gondar aurait préféré cacher, parce que contraire à l'image conventionnelle qu'elle voulait donner d'elle-même. Du même coup, par la méthode consistant à partager quotidiennement la vie des habitants de Gondar, plutôt que de se satisfaire du discours savant de ses prêtres, c'est une autre Ethiopie qui apparut, plus proche du reste de l'Afrique, et racontée par des acteurs qui, au lieu de se cacher derrière des pratiques orthodoxes, se dévoilaient dans la démonstration ostentatoire de leurs croyances domestiques. Qui y-a-t-il en effet de plus contraire à la pose du fidèle abyssin, que le délire de ses proches possédés d'un zar, dansant dans un rythme effréné, et se couvrant la tête de la dépouille sanglante d'une volaille ? Mais qu'y-a-t-il là qui ne soit pas aussi éthiopien et qui ne nous en apprenne tant sur ce qui justement ne doit pas être dit ?

Abba Jérôme
Figure trop protéenne pour qu'on puisse en dessiner une fois pour toutes la silhouette, ce funambule sans fil ni balancier-dont la vêture, sans exotisme de pays ou d'époque mais un peu hasardeuse, était celle d'un Européen de notre temps-semblait se plaire tantôt à adopter (barbe noire et œil pétillant aidant) les mines d'un Méphistophélès d'opéra bouffe, tantôt (vous confiant de bouche à oreille quelque enseignement) à s'empreindre d'une mystérieuse gravité de l'esprit hermétiste. Leiris, Miroir de l'Afrique. p, 1068.

33Marcel Mauss, dont on raconte qu'il enseignait à ses élèves qu'une vulgaire boîte de conserve caractérise mieux nos sociétés occidentales que le plus précieux des bijoux ou le plus rare des timbres, avait en l'occurrence fait des émules. Car Leiris, dont tout le travail de l'été et de l'automne 1932 s'effectua dans la cahute de la maîtresse des zar, Emawayish, nous parle en compagnie d'Abba Jérôme d'un univers domestique humble, mais aussi extraordinairement imaginatif, tout autant constitutif de la réalité sociale éthiopienne que l'or des églises ou la rhétorique des prêtres.

34L'étrangeté et l'audace des nouvelles recherches françaises furent suivies du soutien de Griaule à la cause éthiopienne en 1936. Rappelons que celui-ci contribua directement à la rédaction de la réponse éthiopienne au mémoire italien de 1935, ainsi qu'à celle que prononça l'Empereur devant la SDN, le 30 Juin 1936. De plus, malgré ses défauts, qui étaient ceux de l'époque, la mission Dakar-Dibouti a marqué la naissance d'un autre courant de la recherche française en Ethiopie : celui d'une ethnologie qui, plus tard renouvelée par l'enseignement de Claude Lévi-Strauss, allait conduire plusieurs chercheurs à se joindre au grand mouvement d'étude des sociétés traditionnelles ou minoritaires d'Ethiopie dès la fin des années soixante et le début des années soixante-dix.

35Si la lecture de l'Afrique Fantôme de Leiris, mais aussi l'aura intellectuelle de celui-ci, ne furent certainement pas étrangères à la renaissance de l'ethnologie africaniste française, il faut aussi compter avec la création du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative de l'université Paris-X Nanterre. C'est au cœur de celui-ci, et sous l'impulsion d'Eric de Dampierre, que plusieurs chercheurs s'initièrent aux études éthiopiennes. Dan Sperber, Serge Tornay, Jacques Bureau et Marc Abélès contribuèrent tous les trois à l'ethnographie des peuples du sud-ouest éthiopien. Jacques Mercier, lui, se consacra pour l'essentiel à l'étude de la civilisation chrétienne, amhara et tigré.

36S'inscrivant dans un mouvement international d'étude des minorités éthiopiennes, cette contribution de l'ethnologie française renouvelant l'approche de Griaule ou de Leiris est d'autant plus intéressante qu'elle s'associe à tout un ensemble de phénomènes beaucoup plus généraux. Longtemps dominées par les disciplines classiques - l'archéologie, l'épigraphie, l'histoire - les études éthiopiennes se sont en effet davantage ouvertes à l'ethnographie au moment où l'intelligentsia nationale prenait conscience, il y a une trentaine d'années, de la diversité des peuples d'Ethiopie, et où s'amorçait un processus de reconnaissance des droits politiques et culturels des minorités.

37Bien que Mondon-Vidailhet ait donné le ton en concrétisant son expérience diplomatique officieuse par la création d'un enseignement d'amharique, il ne fut pas le seul à avoir ainsi enrichi notre connaissance de l'Ethiopie. Parmi les ministres de France qui se seront consacrés aux études éthiopiennes, le plus important est Maurice de Coppet pour sa volumineuse édition critique de la chronique de Ménélik en 1930-1932. Quel fut exactement le rôle du Ministre de France dans cette entreprise qui mentionne tout de même le nom du traducteur Tesfa Sellassié ? Nous n'en savons pas grand-chose. De Coppet mentionne bien dans son introduction la collaboration de trois personnes, mais en ajoutant que celles-ci préfèrent garder l'anonymat. On peut penser que deux d'entre ces anonymes sont Cohen et Abba Jérôme. Le fait demeure qu'en tant que maître d'œuvre de cette publication le Ministre de France nous a laissé une contribution exceptionnelle, les annotations et la bibliographie de cet ouvrage en faisant un indispensable outil de travail. Plus tard, ce fut l'ambassadeur Gontrand de Juniac qui devait publier une excellente analyse du règne d'Hailé-Sellassié. Parmi tant d'autres contributions de la diplomatie française aux études éthiopiennes, citons enfin l'ouvrage de référence sur la révolution de 1974. Bien que la Révolution hérétique soit d'un journaliste, René Lefort, celui-ci reconnaît en effet sa dette à un anonyme diplomate français qui suivit de très près le processus révolutionnaire éthiopien.

38Après la période révolutionnaire, lorsque la majeure partie des chercheurs étrangers avaient été dans l'impossibilité de travailler en Ethiopie, le pays est devenu beaucoup plus accessible. Depuis 1991, il n'y a plus de disciplines dans lesquelles les chercheurs français n'aient pas repris leurs travaux en Ethiopie. De plus, cette réouverture du pays s'est accompagnée de l'arrivée d'une toute nouvelle génération de chercheurs dans des domaines aussi divers que la linguistique, l'histoire, l'ethnologie, la musicologie ou la science politique.

39C'est d'ailleurs la concomitance de ces deux phénomènes - la réouverture de l'Ethiopie et l'arrivée de jeunes chercheurs - qui a conduit le gouvernement français à créer, en 1992, la Maison des Etudes Ethiopiennes, afin de promouvoir cet intérêt pour les cultures éthiopiennes, pour leur étude comme pour leur enseignement qui faisaient précisément l'objet du premier article de la convention culturelle de 1966. Regroupant l'ensemble des disciplines, la MEE n'a pas seulement soutenu la recherche française en Ethiopie ; elle a aussi entrepris, de manière réciproque, de mieux faire connaître les cultures éthiopiennes par la publication d'auteurs nationaux.

Table des illustrations

Légende Les caractères d'Abbadie de la Bibliothèque nationale.Cette fonte fut gravée, sous la direction d'Antoine d'Abbadie, par Marcellin Legrand, en 1851.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Abba JérômeFigure trop protéenne pour qu'on puisse en dessiner une fois pour toutes la silhouette, ce funambule sans fil ni balancier-dont la vêture, sans exotisme de pays ou d'époque mais un peu hasardeuse, était celle d'un Européen de notre temps-semblait se plaire tantôt à adopter (barbe noire et œil pétillant aidant) les mines d'un Méphistophélès d'opéra bouffe, tantôt (vous confiant de bouche à oreille quelque enseignement) à s'empreindre d'une mystérieuse gravité de l'esprit hermétiste. Leiris, Miroir de l'Afrique. p, 1068.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/591/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter