Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France Éthiopie. Cent ans de relations

 | 
Jacques Bureau

Du progrès de l'Éthiopie

Texte intégral

1Suite au Semeur d'Ethiopie, premier journal créé en 1901 par des Pères français de la léproserie de Harrar, ce fut Le Courrier d'Ethiopie qui, de 1913 à 1936, donna le ton à la toute nouvelle Ethiopie revendiquant la reconnaissance internationale. Le Courrier d'Ethiopie, fondé par Alexis Desvages, puis dirigé par M. Léon de Robillard, n'était sans doute pas le seul journal d'Addis-Abeba ; mais il était le journal français, celui de la communauté cosmopolite d'Addis-Abeba et de cette première génération d'intellectuels qui contribuèrent, dans l'entourage de ras Tafari, à ce mouvement de réformes que le régent devait appeler le Progrès de l'Ethiopie. Ce fut aussi Le Courrier, le seul journal d'Addis-Abeba qui n'était pas soumis à la censure, qui se fit l'un des plus ardents défenseurs de la cause de l'Ethiopie au moment de son entrée à la SDN et dans les difficiles années qui anticipèrent l'invasion fasciste. Ce qui explique au reste que Robillard ait été un des premiers Français expulsés d'Ethiopie par les Italiens.

2Voici, en 1936, peu de temps après la fermeture du journal, le témoignage du principal typographe du Courrier, le sergent Goulhot :

Cette maison était un véritable cercle intellectuel où se réunissaient les lettrés abyssins, les ministres des légations européennes, les missionnaires, les voyageurs de passage, où l'on ne venait pas uniquement pour corriger ses épreuves d'imprimerie. Le Courrier était un lieu précieux, et l'atelier un foyer pour ceux qui pensaient, lisaient et écrivaient dans ce pays grand comme trois fois la France.

3Cette prééminence d'un journal français jusqu'à l'occupation italienne ne s'explique pas seulement par la présence d'une forte communauté francophone à Addis-Abeba. Ainsi que le racontait Robillard, il avait 2.500 abonnés, et sans aucun doute un nombre de lecteurs bien plus élevé, dans un pays où il y avait 350 Français à peine. Tout cela tient au rôle que jouèrent très tôt la France et les francophones dans la création d'un système d'éducation moderne en Ethiopie.

4Dès le règne de Ménélik, les missions catholiques françaises, beaucoup plus tard relayées par l'école laïque républicaine, furent l'un des piliers de ce système. Le jeune Tafari fut l'un des premiers bénéficiaires de cette coopération française avant l'heure, en ayant été l'élève de Monseigneur André Jarrosseau qui lui apprit le français lorsqu'il résidait à Harrar avec son père, le ras Makonnen. Les Capucins de Toulouse, les Franciscains de Calais, les Frères de St-Gabriel, les Père Lazaristes et les Sœurs de St-Vincent de Paul assuraient au début du siècle le fonctionnement d'une trentaine d'écoles, dont certaines fort éloignées de la capitale. A Addis-Abeba, la première Alliance Française (1907-1910) était l'affaire des Frères de St-Gabriel, tout comme celle de Diré-Daoua. Par ailleurs, les plus importantes écoles du gouvernement éthiopien, dont le Lycée Tafari Makonnen pour les garçons ou le Lycée Itégué Menen pour les filles, étaient dirigées soit par des Français, soit par des Égyptiens ou des Libanais eux-mêmes censés être francophones.

5Ce phénomène d'une prééminence d'un système d'éducation générale francophone jusqu'avant-guerre devait avoir plusieurs conséquences. Dans cette Ethiopie où l'enseignement avait été pendant des siècles le privilège exclusif de l'Eglise, elle-même étant l'unique soutien idéologique de l'Etat et la seule garante d'une identité culturelle nationale, l'introduction de nouvelles méthodes, d'une nouvelle langue et surtout de nouveaux maîtres étrangers ne pouvait paraître que suspect, sinon révolutionnaire.

6Pour quiconque a été élève des Frères de St-Gabriel, il semble curieux d'affirmer que l'enseignement de ces bons Pères de Ploërmel, sérieux mais somme toute très élémentaire et conventionnel, ait pu être considéré comme subversif. Et pourtant, dans une certaine mesure, cet enseignement était subversif ; non pas parce que les Pères auraient été des apologistes de Voltaire, mais tout simplement parce que ceux-ci étaient catholiques et qu'eux, Français, donnaient à leurs élèves des outils d'analyse critique.

7Cette entrée de l'Ethiopie dans une nouvelle ère culturelle à l'époque singulièrement influencée par la France fut aussi marquée par la naissance et le développement de l'imprimerie. Mgr. Jarrosseau établit, en 1908, l'imprimerie St-Lazare de Diré-Daoua ; quant à Mondon-Vidailhet, il introduisit la fonte amharique créée à la Bibliothèque nationale de Paris sous la direction d'Antoine d'Abbadie en 1851. Depuis, cette fonte est devenue la référence typographique éthiopienne. L'introduction de l'imprimerie en Ethiopie constituait une autre révolution encore dans ce pays où l'écrit, malgré son antiquité, demeurait l'exclusivité d'une classe de lettrés opposés à toute diffusion massive de leur savoir et préservant jalousement leurs manuscrits des regards extérieurs.

8C'est à la conjonction de tous ces phénomènes - de l'éducation de type occidental, de l'imprimerie et de la presse - que l'Ethiopie dut sa première génération d'intellectuels dont ras Tafari avait voulu s'entourer pour fonder une Ethiopie libre et nouvelle. Au reste, cette génération eut deux ennemis qui firent, a contrario, la preuve qu'elle était bien la génération libre et nouvelle. Le premier de ces ennemis, et cela se comprend, fut l'Eglise nationale qui s'opposa longtemps à ce que ses enfants suivent les cours de l'Alliance par crainte qu'ils ne soient convertis à Rome ; le second fut l'occupant italien. Dès 1936, la nouvelle administration coloniale fit table rase de tout le système d'éducation créé par Ménélik, puis développé par Hailé-Sellassié. Plus grave, l'occupant entreprit d'éliminer la majeure partie des Ethiopiens qui avaient précisément bénéficié de ces écoles. Quant aux livres, aux premiers livres modernes d'Ethiopie, les fascistes les brûlèrent.

9La guerre passée, et l'Ethiopie devant pour l'essentiel sa libération à l'intervention britannique, l'anglais prit la place du français dans l'administration et l'enseignement. Dès 1943 pourtant plusieurs établissements français, dont les Alliances, rouvrirent en Ethiopie.

10Deux dates, 1947 et 1966, rythment ensuite le retour du français dans le cursus scolaire éthiopien. Deux dates qui renouent aussi avec cet esprit frondeur dont il est de bon ton d'affirmer en Ethiopie qu'il caractérise les jeunes passés sur les bancs de l'école française : 1947, décision d'ouvrir un Lycée à Addis-Abeba ; 1966, introduction du français dans les établissements d'enseignement secondaire éthiopien.

11Par réaction à l'anglophonie dominante de l'après-guerre, et parce qu'aussi Hailé-Sellasié s'était fait, sans parler du général de Gaulle, quelques amis en France, dont le Président de l'Assemblée nationale, Edouard Herriot, il fut décidé de l'ouverture d'un Lycée français en Ethiopie en 1947. Il y a cinquante ans, la création du Lycée Guebré-Maryam qui allait très rapidement avoir plus de 1.000 élèves constitua une amélioration considérable du système d'éducation moderne éthiopien qui repartait alors de zéro du fait de la guerre.

12Cette réhabilitation de la francophonie fut néanmoins très rapidement menacée par le développement exponentiel de l'influence anglo-saxonne. La création d'un enseignement universitaire en anglais - et ceci en dépit de la présence de nombreux jésuites canadiens et francophones dans cette entreprise - l'ouverture de maintes écoles provinciales et le nombre croissant de bourses accordées par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis réduisirent considérablement l'impact qu'avait eu la création du Lycée. En conséquence, dès le début des années soixante, les inquiétudes conjointes du gouvernement français et des francophones d'Addis-Abeba firent dire à beaucoup que seul un accord culturel à long terme permettrait de réaffirmer la présence française en Ethiopie.

13Cet accord tant attendu fut enfin conclu lors de la visite du général de Gaulle, au mois d'août 1966. Cet accord prévoyait un accroissement important du nombre des professeurs de français en Ethiopie - près d'une centaine alors programmés pour 1971-1972 - et devant enseigner dans plus de vingt établissements secondaires éthiopiens répartis dans la quasi-totalité des provinces du pays.

14Cette convention de 1966 devait, de surcroît, confirmer le rôle de la France dans bien d'autres domaines, dont le droit, la médecine vétérinaire ou l'archéologie.

15Le droit constitue un domaine d'autant plus important à nous remémorer, aujourd'hui, que c'est précisément celui dans lequel l'actuel régime éthiopien a exprimé le souhait d'un retour de la France. En bref, notre coopération dans ce secteur juridique consista principalement, dans les années soixante, à la rédaction du Code civil éthiopien. Dirigée par le professeur René David, cette entreprise consista à adapter notre Code Napoléon au contexte éthiopien. Il fallut tenir compte pour cela des données mêmes des lois et de la jurisprudence éthiopiennes, ainsi que du langage juridique amharique déjà fort complexe, mais auquel il manquait certains des concepts fondamentaux de notre Code civil, par exemple celui de responsabilité civile.

16Dans le domaine de la médecine, et en particulier de la médecine vétérinaire et de la médecine tropicale, les interventions majeures de la France ont alors tenu à la création de l'Institut Pasteur d'Addis-Abeba, nationalisé au moment de la Révolution, et de l'Ecole vétérinaire de Debré-Zeit. Créée à partir de la coopération française, cette école vole aujourd'hui de ses propres ailes, même si la France continue d'y maintenir des contacts. Complémentairement à cette coopération, on ne peut pas ne pas mentionner la formation, jusqu'à la veille de la Révolution, de nombreux médecins éthiopiens, civils ou militaires, en France.

17Le rôle de la France dans le secteur de l'éducation s'est étendu à beaucoup d'autres domaines. Indépendamment, comme on va le voir, du chemin de fer dont la France forma les mécaniciens ou conducteurs pendant plusieurs générations, et de l'aviation dont elle forma les premiers pilotes et techniciens, celle-ci a joué, jusqu'à il y a très peu d'années, un rôle premier dans la mise en place d'une école de génie municipal. Située à proximité du Lycée Guebré-Maryam, l'ESAU demeura francophone jusqu'aux années quatre-vingt. Comment enfin, parmi tant d'autres interventions de la France dans différents secteurs techniques, ne pas citer l'architecte Chaumette auquel Addis-Abeba doit les sièges de la Commercial Bank et de la National Bank of Ethiopia, ainsi que les aménagements du Théâtre National et la sculpture du lion qui se trouvent tous sur l'avenue Churchill.

18Deux aventures technologiques, le chemin de fer et l'aviation, jalonnent plus particulièrement l'intervention de la France dans le progrès de l'Ethiopie. Ni l'une ni l'autre ne furent aisées, tant elles suscitèrent à leur origine l'opposition des plus virulents traditionnalistes éthiopiens comme celle des rivaux occidentaux de la France.

19Le train et l'avion, les "vapeurs de la terre et de l'air", comme on disait alors en Ethiopie, rencontrèrent l'hostilité des traditionnalistes qui voyaient dans ces machines de dangereux artifices du Diable, tout comme d'ailleurs la bien innocente bicyclette, "cheval de Satan", ou l'onirique cinéma dont la première salle, française, était appelée "maison de Satan".

20Mais ces machines, diaboliques parce qu'elles devaient déjouer toujours un peu plus les lois de la pesanteur et rendre les hommes un peu plus libres, eurent aussi leurs défenseurs, à commencer par Ménélik et par Hailé-Sellassié. Contre l'avis de leurs proches, tous deux firent de l'introduction de ces techniques nouvelles l'un des outils majeurs de leur politique d'ouverture.

21Dans une capitale éthiopienne, qu'un mois de marche rapide séparait de la mer, la perspective d'ouvrir une voie ferrée ne pouvait qu'enchanter un Ménélik qui s'émerveillait déjà des nouvelles machines venues d'Europe : les fusils et les canons certes, mais aussi les instruments d'optique, le télégraphe, l'électricité, l'imprimerie ou la machine à coudre.

22Ménélik ne mit guère longtemps à se laisser convaincre de la nécessité du chemin de fer pour la construction duquel il signa une concession de 99 ans à Ilg et Chefneux en 1894. Commencés en octobre 1897, les travaux de cette ligne de 784 km s'achevèrent le 7 juin 1917 à Addis-Abeba, et la gare que nous connaissons aujourd'hui était inaugurée le 3 décembre 1929.

Un avion à Addis-Abeba en 1929.
Le premier avion avait attérri à Guefersa. L'aérodrome fut ensuite situé sur l'actuelle Janoy Meda, non loin de l'Ambassade de France.

23La France ne fut pas sans commettre des erreurs dans la gestion de ce projet ferroviaire, le premier de cette ampleur et de cette complexité dans la région - en raison notamment de l'hostilité des nomades spoliés de leur négoce caravanier et des difficultés du terrain. En l'espace de quelques années, cette compagnie privée connut la faillite, manqua ensuite de peu de tomber aux mains des Britanniques par le biais d'un rachat en bourse et fut, enfin, reprise par le gouvernement français. Cette intervention gouvernementale contraire aux principes de la concession originelle ne fut guère appréciée de Ménélik qui sentait bien, derrière ce contrôle étatique français de son chemin de fer, la menace d'une extension de la souveraineté française sur son territoire, puisque la concession prévoyait la propriété de la compagnie sur une bande d'un kilomètre de part et d'autre de la voie, soit plus de 1.500 km2. Au reste, Ménélik fut alors si contrarié par cette affaire qu'il ne se rendit pas à l'inauguration de la station de Diré-Daoua qui, à mi-chemin de la ligne, eut lieu en 1902. Ce qui aurait pourtant été l'occasion que lui-même attendait tant, de connaître enfin le "vapeur" et de voir la mer.

24Ces conflits furent en fin de compte résolus en 1908, lorsqu'une nouvelle concession stipulant à nouveau que la compagnie devait rester privée fut accordée au médecin de l'Empereur, le docteur Vitalien. Il s'en était fallu de peu que toute l'entreprise n'échoue du fait de la rivalité britannique. Djibouti concurrençant le port de Zeila, donc le commerce transitait vers l'Ethiopie à travers le Somaliland, et toujours dans la même hantise que la France n'empiète sur leur domaine d'Afrique orientale, les Britanniques mirent tout en œuvre pour envenimer les relations déjà difficiles entre Ménélik et les maîtres d'œuvre du chemin de fer.

25Plus tard, au gré de l'évolution politique éthiopienne, le chemin de fer connut de nouveaux statuts. De 1936 à 1941, il tomba aux mains des Italiens. Ce fut, ensuite, les Britanniques qui en assurèrent la gestion jusqu'en 1946, date à laquelle la compagnie concessionnaire en reprit l'exploitation. En 1959, de nouveaux statuts étaient votés, doublant le nombre des parts du gouvernement éthiopien qui détenait dès lors la moitié du capital de la compagnie. Suite à l'imbroglio de la Révolution, la compagnie devenait, en 1981, la "Société du Chemin de fer de Djibouti-Ethiopie". Une ultime étape, enfin, fut, l'an passé, la proposition officielle de déplacer la direction de la compagnie à Dire-Daoua. Cette ville, née avec le chemin de fer et vivant de celui-ci, fut administrée par la compagnie jusqu'en 1924 ; ce qui explique son architecture, son cachet particulier et la permanence d'une importante communauté francophone.

26L'aventure aérienne n'a pas la même ampleur que celle du chemin de fer, mais elle est symboliquement plus marquante. Le dimanche 18 août 1929, à 10 h 35, un avion français, un bimoteur Pothez piloté par André Maillet, apparaissait dans le ciel d'Addis-Abeba. Il devenait ainsi le premier avion éthiopien dont Tafari avait pris commande.

27L'aventure avait été épique. Le voyage de Djibouti à Addis-Abeba avait pris quelques heures, contre deux jours en chemin de fer vingt ans auparavant et plus d'un mois à pieds, trente ans plus tôt. Mais le pilote avait passé beaucoup plus de temps à préparer son exploit par voie terrestre, afin de reconnaître sa route, sa trajectoire, ses étapes et son terrain d'atterrissage final qui devait être une prairie située à quelques kilomètres au nord-ouest d'Addis-Abeba, à Guefersa.

28Faute de carte et d'infrastructure au sol, le pilote abandonna l'idée de suivre la route directe, au-dessus du pays Afar et, prudemment, choisit de suivre la ligne de chemin de fer à vue, les postes télégraphiques des gares transmettant des nouvelles de la progression de l'avion à Addis-Abeba où Tafari l'attendait sous une tente. C'était, de plus, la saison des pluies. Tout le monde craignait le pire. De fait, une mauvaise nouvelle était annoncée à Tafari quelques instants avant l'heure prévue d'arrivée : "Il sont tombés" avait transmis le télégraphe. Mais non, ils n'étaient pas tombés. Simplement contraints par la menace d'un orage, ils avaient atterri de manière improvisée à Modjo. Ce qui ne retarda leur arrivée que de quelques minutes.

29L'arrivée de ce qui passerait aujourd'hui pour un coucou avait enthousiasmé Addis-Abeba, beaucoup agacé les autres représentations diplomatiques et quelque peu gêné l'Ambassadeur de France. L'Italie, tout comme l'Allemagne, virent en effet d'un mauvais œil cette introduction par la France d'un instrument à la fois de communication, de défense et d'attaque pour cette Ethiopie dont on avait douté qu'elle puisse adhérer à la SDN. Nos rivaux voulurent s'opposer à cette introduction de l'aviation en Ethiopie ; mais, devant le fait accompli, ils tentèrent alors de la concurrencer et envoyèrent dans un très bref délai leurs propres avions : un Junkers allemand arriva quinze jours plus tard, et l'Italie offrit un Breda pour le couronnement de l'empereur.

30En somme, si l'avion français arrivait, c'était encore dans le prolongement du chemin de fer qui l'avait guidé. La France avait fait d'une pierre deux coups.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Un avion à Addis-Abeba en 1929.Le premier avion avait attérri à Guefersa. L'aérodrome fut ensuite situé sur l'actuelle Janoy Meda, non loin de l'Ambassade de France.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter