Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France Éthiopie. Cent ans de relations

 | 
Jacques Bureau

Amitié et complicité

Texte intégral

1Des années 1890 à 1935, il apparaît que la France a joué un rôle considérable dans la naissance de l'Ethiopie moderne.

2Mais qu'entendons-nous par la naissance de l'Ethiopie moderne ? Tout simplement la corrélation de la reconnaissance internationale de l'Ethiopie avec l'ouverture de celle-ci à l'Occident. L'Ethiopie ne date évidemment pas de Ménélik, mais c'est lui qui la fit accéder au rang d'Etat moderne et reconnu de la communauté internationale. Une entreprise qu'il réussit non pas en se fermant au monde extérieur, mais en le sollicitant. Etant bien conscient du retard technologique et, à certains égards, culturel de son pays, Ménélik prit l'initiative d'une politique d'ouverture dont aucun de ses prédécesseurs, Theodoros ou Yohannes, n'avait été capable. Contre l'avis de son entourage, et en particulier de son épouse Taitu, Ménélik accepta l'influence étrangère sur son sol et la présence de colonies à ses frontières. Il le fit certainement par réalisme, sachant bien les limites de ses forces, mais surtout afin de se donner les instruments de son indépendance ; c'est-à-dire d'obtenir la reconnaissance internationale de sa souveraineté ainsi que la participation des puissances coloniales à sa politique de modernisation.

3C'est dans ce contexte que se situe le rôle tout particulier de la France en Ethiopie. Un double rôle en fait, diplomatique d'une part avec la reconnaissance de l'indépendance éthiopienne ; culturel d'autre part avec l'introduction d'un nouveau système d'éducation et de nouvelles techniques dans des domaines aussi divers que les transports, l'imprimerie, la monnaie, la poste, etc.

4L'intérêt diplomatique immédiat de la France était de conforter sa présence à Djibouti et en Afrique Orientale, non seulement contre d'éventuelles revendications éthiopiennes-Ménélik n'avait-il pas annoncé en 1891 que son territoire s'étendait du Nil à la Mer Rouge et à l'Océan Indien ?-mais aussi contre les visées coloniales britanniques et italiennes dans la région. Les années 1890 furent marquées par un va-et-vient continu de délégations européennes auprès de Ménélik, chacune tentant de faire valoir ses propres ambitions tout en dénonçant celles des autres. En bref, trois puissances coloniales étaient alors en lice dans la région : la France, la Grande-Bretagne et l'Italie. La Russie, dont quelques officiers accompagnèrent les forces françaises en Ethiopie, était l'alliée de la France ; l'Allemagne, bien que sollicitée par Ménélik, resta sur la réserve jusqu'à la veille de la Grande Guerre ; quant aux Etats-Unis, ils ne devaient apparaître sur la scène éthiopienne que beaucoup plus tard. Au cœur de ces activités diplomatiques, quel fut plus particulièrement le rôle de la France ?

5Face aux ambitions romaines, auxquelles elle était déjà confrontée en Afrique du Nord, la France soutint Ménélik dans sa résistance à l'invasion du nord de l'Ethiopie par les Italiens en lui fournissant des armes. Se prévalant d'une prétendue reconnaissance de leur protectorat sur l'Ethiopie par Ménélik lors du traité de Wuchalé, les Italiens envahissaient le territoire éthiopien à partir de leur colonie d'Erythrée au mois d'octobre 1895. Du côté éthiopien, ce fut la levée en masse conduisant à leur victoire sur les forces italiennes à Adoua. Cette victoire historique de mars 1896 scellait l'indépendance du seul pays africain ayant ainsi réussi à stopper l'expansion d'une puissance coloniale ; elle constituait aussi un atout pour la France qui, comme en témoigne la presse de l'époque, se réjouit massivement de cette défaite italienne à laquelle ses fusils Gras avaient contribué. De plus, cette défaite fit envisager à la France de réaliser enfin le grand projet d'un empire transafricain et de contrer la percée coloniale britannique dans le bassin du Nil.

6Dès 1896, l'Italie étant hors-jeu, la France mit sur pied le projet d'une double expédition militaire faisant se rencontrer sur le Nil deux troupes, l'une venue d'Afrique occidentale et l'autre d'Afrique orientale, afin de couper la route au projet "perpendiculaire" des Britanniques de faire la liaison entre l'Egypte et leurs territoires d'Afrique de l'Est par la conquête de la haute vallée du Nil. Partant de l'ouest, ce fut la célébre mission Marchand ; partant de l'est, via donc l'Ethiopie, ce furent les missions Bonvalot, Clochette et enfin Bonchamps. Les deux formations avaient pour objectif de se rencontrer sur le Nil, à Fachoda, et de contrer ainsi les Britanniques.

7Négocié avec Ménélik par Lagarde, un accord franco-éthiopien devait non seulement permettre la traversée d'est en ouest du territoire éthiopien par les troupes françaises débarquées à Djibouti, mais aussi assurer à celles-ci le soutien d'un fort contingent éthiopien. Dans un premier temps, ce fut un fiasco total. En raison des difficultés du terrain et de l'obstruction d'une partie des autorités éthiopiennes, Bonchamps dut faire demi-tour au confluent du Baro et de l'Ajuba et revint à Addis-Abeba en juillet 1897. Les Français, en compagnie de Russes et d'Ethiopiens, ne repartirent qu'en mars 1898 vers le Nil qu'ils atteignirent en mai et où ils hissèrent les pavillons français et éthiopien. Le succès fut, cette fois-ci, tout relatif ; épuisés et menacés par la montée des eaux, les Français durent faire à nouveau demi-tour, manquant ainsi de quelques semaines le rendez-vous avec Marchand. En conséquence, Marchand dut évacuer le poste sur l'ordre du gouvernement français, après un ultimatum britannique. Ce retentissant échec de la France ne devait pourtant pas être un échec pour Ménélik puisque l'avancée des troupes françaises vers le Nil permit à celui-ci de conforter ses positions dans ses provinces occidentales en obtenant, grâce au soutien des forces françaises, la soumission des petits chefs locaux.

8Du fait de sa rivalité avec la Grande-Bretagne et l'Italie, la France s'était ainsi faite par deux fois le soutien de Ménélik. Le souverain éthiopien ne devait d'ailleurs pas arrêter là sa manipulation des rivalités occidentales. Nous retrouverons celles-ci à propos de la construction du chemin de fer Addis-Abeba-Djibouti où s'opposèrent intérêts français et britanniques.

9A l'issu de cet imbroglio colonial qui se conclut au début du siècle par des accords de frontières qui ne devaient plus être remis en cause jusqu'en 1935, la France et l'Ethiopie signèrent en 1908 un traité d'amitié dit "Traité Klobukovski", du nom de l'ambassadeur extraordinaire venu le négocier à Addis-Abeba. L'intérêt tout particulier de ce traité tenait au statut d'extraterritorialité juridique qui était alors fait aux citoyens français ne devant plus être jugés en Ethiopie que selon les principes de notre droit. Anticipant de quelques décennies l'établissement d'un appareil juridique d'inspiration française en Ethiopie, ces privilèges étaient augmentés d'autres avantages en ce qui concerne les droits d'importation et ils furent ensuite étendus à la plupart des autres résidents européens en Ethiopie. Constituant une forme du régime des capitulations, ce traité devait être unilatéralement dénoncé par Hailé-Sellassié en 1931.

10L'apparition de l'Allemagne et de son alliée, la Turquie, dans les affaires éthiopiennes allait, à la veille de la Première Guerre mondiale, renforcer à nouveau la présence de la France en Ethiopie. Dans la succession tumultueuse de Ménélik, la France se trouva, cette fois-ci, aux côtés de la Grande-Bretagne et de l'Italie pour soutenir le coup d'Etat renversant le jeune souverain, Lij Yassu. Petit-fils et héritier de Ménélik, celui-ci s'était en effet tourné vers l'Allemagne et la Turquie afin de se démarquer de la trop forte présence des trois principales puissances coloniales. De plus, par son attention sympathique portée aux affaires des musulmans d'Ethiopie, Yassu se mit à dos l'aristocratie et l'Eglise éthiopiennes qui trouvèrent un soutien actif chez les adversaires européens de l'Allemagne. Au mois de septembre 1916, les Alliés protestaient officiellement contre les actions "inamicales" de Yassu et, quelques jours plus tard, à l'occasion de la fête de Maskal, celui-ci était déposé. Zawditu, fille de Ménélik, était nommée impératrice, et Tafari Makonnen était désigné comme l'héritier du trône avec le titre de ras. Cette intervention des Alliés, et tout particulièrement de la France, dans ce coup d'Etat ne devait pas être étrangère aux relations privilégiées qu'allait plus tard entretenir Tafari Makonnen, futur empereur Hailé-Sellassié, avec la France.

11Après la guerre, Tafari reprit l'entreprise d'ouverture à l'Occident que Ménélik avait confiée au propre père du régent, le ras Makonnen. Prenant le chemin de fer de Djibouti, puis le bateau, Tafari entreprit de fréquentes visites à l'étranger et notamment en France où il se rendit en 1924, peu après l'adhésion de l'Ethiopie à la SDN.

12Cette dernière entreprise n'avait pas été aisée, certaines puissances arguant de la pratique encore vivace de l'esclavage en Ethiopie pour lui fermer la porte de la SDN. Mais la pression de la France, de son gouvernement comme d'un lobby éthiopien particulièrement dynamique, notamment autour de l'ancien médecin de Ménélik, le Dr. Vitalien, un Français de la Guadeloupe, fut déterminante. Dans ses mémoires officielles, Hailé-Sellassié consacra au reste de longs développements à cet épisode heureux des relations franco-éthiopiennes, et à cette accession à la SDN qui passait à ses yeux pour la plus grande réussite de son mandat de régent.

13L'espoir que Tafari avait mis dans la SDN, comme garante supérieure de son indépendance, mais aussi dans l'amitié de la France, devait être malheureusement déçu lorsque la communauté internationale fut incapable de s'opposer à l'invasion fasciste de l'Ethiopie en 1935.

14Ayant de longue date préparé la revanche d'Adoua et la conquête de l'Ethiopie, Mussolini passait à l'action le 3 octobre 1935. Après avoir soutenu et initié même l'entrée de l'Ethiopie à la SDN en 1923, le gouvernement français abandonna celle-ci en 1935-1936. Nous ne reviendrons pas en détail sur l'histoire de cet abandon qui annonçait celui de Munich. En bref, par crainte de voir l'Italie se rapprocher de l'Allemagne, et par souci d'obtenir de celle-ci des compensations territoriales, notamment en Tunisie, le gouvernement français donna finalement carte blanche à Mussolini en Ethiopie. De plus, la France interdit au gouvernement éthiopien d'utiliser le port de Djibouti et le chemin de fer pour ses importations d'armements.

15Cette ultime campagne de l'histoire coloniale, en violation des règles internationales, divisa non seulement l'Ethiopie mais aussi la France. Si l'Ethiopie eut en effet ses collaborateurs, tout comme la France eut les siens, cinq ans plus tard, il est tout à fait remarquable que, dès octobre 1935, une partie de la société française se divisa quant à l'affaire d'Ethiopie et que la résistance éthiopienne reçut, plus tard, l'aide de soldats français.

16Le 4 octobre 1935, le lendemain même de l'entrée des troupes italiennes en Ethiopie, un Manifeste des intellectuels français pour la défense de l'Occident et la paix en Europe était publié dans le journal Le Temps. En substance, ces intellectuels s'opposaient à toute prise de sanctions contre l'Italie.

A l'heure, écrivaient-ils, où l'on menace l'Italie de sanctions propres à déchaîner une guerre sans précédent, nous, intellectuels français, tenons à déclarer devant l'opinion tout entière, que nous ne voulons ni de ces sanctions ni de cette guerre.

17Au-delà de cet argument pacifiste, fort à la mode dans l'entre-deux-guerres, ces intellectuels se faisaient clairement les défenseurs des valeurs de l'Occident dont ils s'estimaient les garants contre la barbarie.

On veut lancer les peuples européens contre Rome. On n'hésite pas à traiter l'Italie en coupable, à la désigner au monde commun, sous prétexte de protéger en Afrique l'indépendance d'un amalgame de tribus incultes, qu'ainsi l'on encourage à appeler les grands Etats en champ clos.

18Comment s'étonner de ce que ce texte, niant expressément l'égalité des nations qui était l'un des principes fondateurs de la SDN, ait été signé par 850 intellectuels, dont R. Brasillach, Drieu La Rochelle, H. de Monfreid, C. Maurras ou L. Daudet.

19Comment s'étonner, aussi, de ce que le lendemain même, le 5 octobre, ce furent Aragon, A. Gide, A. Malraux, P. Nizan, J. Madaule et tant d'autres qui publiaient dans Le Populaire un Manifeste pour le respect de la Loi Internationale.

Les soussignés conçoivent de façon tout autre la véritable amitié qui unit les peuples de France et d'Italie, et le rôle qui revient à l'intelligence française dans la conjoncture française. Ils s'étonnent aussi de trouver sous des plumes françaises l'affirmation de l'inégalité en droit des races humaines, idée si contraire à notre tradition et si injurieuse en elle-même pour un si grand nombre de membres de notre communauté.

20Le rappel de ce sombre épisode des relations franco-éthiopiennes n'est pas vain car ces controverses intellectuelles, cette faille au cœur même de la société française de 1935, furent aussi celles de maints citoyens éthiopiens confrontés à l'Italie. En d'autres termes, ces controverses témoignent d'une parenté dans l'adversité, dans l'erreur comme dans son rachat, entre la France et l'Ethiopie.

21On peut aussi déceler, dans ce mouvement d'une partie de l'opinion française en faveur de la défense du droit et de la justice, les prémices de l'intervention de la France dans la libération de l'Ethiopie dès 1939, mais surtout en 1940-1941. Une intervention d'autant plus remarquable qu'elle fut la première action militaire d'envergure des Forces Françaises Libres, et qu'elle inaugurait la durable complicité entre le général de Gaulle et l'empereur Hailé-Sellassié.

22Deux épisodes de l'intervention française aux côtés des patriotes éthiopiens font date parce qu'ils se situent avant même l'appel du général de Gaulle, le 18 juin 1940. Le premier de ces épisodes fut la mission du commandant Robert Monnier, un ancien de la guerre d'Espagne aux côtés des Républicains. Celui-ci fut chargé, en 1939, par le capitaine Salan et par Georges Mandel, Ministre des colonies, d'organiser la résistance éthiopienne à l'occupant fasciste. Dans la perspective de l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de l'Allemagne, Français et Britanniques s'étaient en effet mis d'accord, dès le mois de mars 1939, pour soutenir la subversion des patriotes éthiopiens afin de maintenir l'Italie sous pression. C'est dans ce cadre que Monnier fut chargé de prendre contact avec ces patriotes par le biais de Lorenzo Taezaz, représentant officiel d'Hailé-Sellassié alors en exil en Grande-Bretagne. Dûment mandaté par l'Empereur, afin de traiter en son nom avec les chefs de la rébellion éthiopienne, Monnier retrouva donc Lorenzo Taezaz, le 8 juillet 1939, au Caire. De là, les deux émissaires, français et éthiopien, se rendirent au Soudan ; mais ils furent ensuite dans l'obligation de se séparer en deux convois au moment de leur entrée en Ethiopie, à la fin du mois d'août. Lorenzo Taezaz rejoignit le Gojjam en septembre. Quant à Monnier, sans même savoir que la guerre avait éclaté en Europe, et avant d'avoir pu mener sa mission à terme, il devait malheureusement tomber malade et mourir le 11 novembre 1939. Bien que son intervention ait été ainsi brutalement interrompue, Monnier n'en fut pas moins honoré par l'Ethiopie en recevant, à titre posthume, la Médaille militaire de Saint Georges.

23Un peu plus tard, ce fut à partir de Djibouti que se déroula le second épisode de l'intervention française dans la libération de l'Ethiopie.

Dès le début de 1940, nous rapporte l'Amiral Henri Labrousse, le Capitaine Chedeville, Commandant le Cercle de Dikkhil, reçut l'ordre du Gouverneur de la Côte Française des Somalis d'organiser des envois clandestins d'armes et de munitions destinés à la résistance éthiopienne en lutte contre l'occupant italien.

24Ces livraisons qui continuèrent après l'Armistice, en juin 1940, étaient principalement destinées à Abbebe Aregay, plus tard Ministre de la guerre.

25Il fallut néanmoins attendre la fin de l'année 1940, et les premiers mois de l'année 1941, pour que le rôle de la France prît enfin l'envergure politique qui allait ensuite permettre le retour de celle-ci sur la scène éthiopienne.

26Dès 1940, le général de Gaulle décidait de la première intervention des Forces Françaises Libres contre les forces de l'Axe ; et ce devait être sur le front éthiopien. Venus d'Aden, des pilotes français participèrent aux bombardements alliés sur les positions italiennes en octobre et décembre 1940 : deux équipages y laissèrent leur vie, ainsi que nous le rappelle la plaque commémorative située dans le sein de l'Ambassade de France à Addis-Abeba.

27Ensuite, venus d'Afrique Equatoriale et du Proche-Orient, du Tchad et de Syrie, plusieurs officiers français, dont Pierre Messmer, et leurs troupes coloniales constituées de Marocains et de Sénégalais, rejoignirent le gros des forces britanniques placées sous l'autorité du général Platt et destinées à conquérir l'Erythrée et l'extrémité septentrionale de l'Ethiopie à partir du Soudan. Le rôle le plus important qu'aient alors joué les troupes françaises tint à la reprise de Keren et de Massaouah dans la province d'Erythrée.

28Lors de l'avancée des Alliés en Erythrée, certains combats furent l'occasion de lancer les dernières charges de cavalerie française, sabre au clair. Ces charges, qui furent rapidement abandonnées après un premier succès, étaient le fait du 1° escadron de spahis marocains du capitaine Jourdier, venu de Syrie. Quelques semaines plus tard, lors de la prise de Massaouah, c'est un autre geste qui marquait, au grand dam des Britanniques, l'intervention de la Brigade Française d'Orient du colonel Monclar. Le 8 avril 1941, alors que les combats avaient cessé et que les Alliés étaient aux portes de Massaouah, le colonel Monclar décidait, sans l'aval des Britanniques, d'entrer le premier dans la ville pour y recevoir la reddition du commandant en chef italien. En début d'après-midi, c'était chose faite, et, un peu plus tard, Monclar devait offrir le sabre du vaincu au général Platt.

29Les FFL avaient perdu 150 hommes lors des combats d'Erythrée, dont une trentaine de morts dans ce premier engagement contre l'Axe. Malgré ce rôle marginal des Français dans la libération de l'Ethiopie, au dire même du général de Gaulle, celui-ci se rendit en Erythrée, au mois de mars 1941, afin de décorer les soldats français. Plus tard, une croix de Lorraine fut dressée dans le cimetière français de Massaouah et, lors de sa visite privée à Addis-Abeba en 1953, le général de Gaulle inaugura la plaque commémorant le sacrifice des aviateurs français.

30Si les défaites de l'Ethiopie et de la France, en 1936 et en 1941, furent ensuite rachetées par leurs victoires ultérieures, et si deux hommes, l'empereur Hailé-Sellassié et le général de Gaulle, symbolisèrent ensuite la renaissance de leur pays, les liens qu'entretinrent plus tard la France et l'Ethiopie ne purent être que d'une toute autre nature.

31De son côté, la France perdit le rang qu'elle avait jusqu'alors tenu. Ses propres moyens n'avaient pas suffi à sa libération ; quant à son empire, il devait bientôt disparaître. De son côté, l'Ethiopie ne retrouva son indépendance que pour tomber sous la tutelle britannique puis sous l'influence américaine. Sur cette nouvelle scène internationale dominée par la rivalité des Etats-Unis et de l'URSS, et marquée par le démantèlement des empires français et britannique, la France et l'Ethiopie retrouvèrent néanmoins un terrain d'entente.

32L'anglais ayant été substitué au français comme langue de l'enseignement et de l'administration après la libération de l'Ethiopie, Hailé-Sellassié et son entourage de francophones voulurent contrebalancer cette anglophonie dominante en protégeant le français. Cet épisode de l'immédiat après-guerre, lorsque s'affrontèrent anglophones et francophones au sein du cabinet éthiopien, fut marqué par la création du Lycée Guebré Mariam et par la renaissance de l'Alliance franco-éthiopienne sur lesquelles nous reviendrons.

33Il fallut attendre le retour du général de Gaulle aux affaires, en 1958, pour que les liens entre la France et l'Ethiopie prennent une nouvelle ampleur. La volonté du général de Gaulle et de l'empereur Hailé-Sellassié de préserver l'indépendance, sinon la grandeur, de leurs pays conduisit les deux hommes à nouer des liens privilégiés. Tous deux se démarquèrent de l'opposition entre les deux blocs, soviétique et américain ; tous deux se posèrent en zélateurs des indépendances africaines. Addis-Abeba devint la capitale de l'Afrique, où fut établie l'OUA en 1963, et le général de Gaulle se fit le protecteur des nouveaux Etats africains contre les ingérences des deux grands empires.

34Les rencontres entre le général de Gaulle et l'empereur Hailé-Sellassié prirent un rythme tout nouveau à partir de la fin des années cinquante. N'hésitant pas, à plusieurs reprises, à faire le voyage de Moscou, afin de mieux se démarquer de l'encombrant tuteur américain, le souverain éthiopien n'oublia jamais d'ajouter Paris à son itinéraire. Ce ballet diplomatique, qui conduisit aussi Hailé-Sellassié chez Tito, Ma'o ou Nasser, n'était certainement pas pour déplaire au Président français qui se rendit en Ethiopie à la fin du mois d'août 1966.

35Sur le plan politique, cette rencontre des deux chefs d'Etat en 1966 permit au général de Gaulle et à l'empereur Hailé-Sellassié de réaffirmer leur communauté de vue sur les grandes affaires du moment, en particulier le conflit vietnamien. Alors qu'il allait quelques jours plus tard quitter Addis-Abeba pour Phnom-Penh, où il devait prononcer un discours historique, le général de Gaulle réaffirma, aux côtés de l'Empereur, le rôle que les nations indépendantes, pacifiques et désintéressées devaient jouer dans le règlement du conflit vietnamien.

36En ce qui concerne Djibouti, Hailé-Sellassié réitéra sa demande d'une "réintégration" du territoire français à l'Ethiopie dès lors que la France le quitterait. Faite en méconnaissance des textes franco-éthiopiens de 1897, cette demande devait être régulièrement présentée à la France jusqu'à la Révolution de 1974. Pourtant, lorsque se posa enfin cette question de l'avenir de Djibouti au moment de son indépendance, en 1977, le nouveau régime éthiopien était trop occupé par la menace somalienne pour ambitionner l'annexion de Djibouti dont il reconnut l'indépendance du moment que celle-ci restait encore garantie par la présence militaire française.

37Dans les domaines culturel, scientifique et technique, ce voyage du général de Gaulle fut l'occasion d'une convention franco-éthiopienne n'ayant jamais eu d'équivalent depuis. Celle-ci inaugurait un retour en force de l'enseignement du français dans les établissements scolaires éthiopiens, ainsi qu'une extension de notre coopération dans bien des domaines, dont les transports, la médecine, l'urbanisme, etc.

38Cette politique de coopération étroite entre les deux pays fut poursuivie jusqu'à la veille de la Révolution. Hailé-Sellassié se rendit plusieurs fois en France et le président Georges Pompidou vint à Addis-Abeba au mois de janvier 1973, un an avant que ne s'amorce le processus révolutionnaire.

39La rupture historique de la révolution éthiopienne ne fut pas seule en cause dans la redéfinition des relations franco-éthiopiennes qui succédèrent à la période faste du gaullisme.

40Indépendamment des choix politiques éthiopiens d'alors, indépendamment aussi des guerres et des famines qui marquèrent la période révolutionnaire, ce fut surtout le rôle majeur de l'Union Européenne dans le développement de l'Ethiopie qui modifia la nature des relations entre les deux pays.

41Les relations franco-éthiopiennes sont en effet entrées dans une toute nouvelle phase avec le développement de l'Union Européenne. Pour la France, comme pour ses partenaires de l'Union, c'est en effet celle-ci qui draine la plus forte part de son intervention en Ethiopie. Quelques chiffres méritent, à cet égard, d'être rappelés : la moitié de l'aide internationale annuelle à l'Ethiopie, soit 500 millions de dollars environ, vient de l'Europe, et la France contribue pour un quart à cette aide multilatérale.

42Il n'en demeure pas moins que la France maintient son aide bilatérale indépendamment de la précédente et cherche, ainsi, à préserver une approche spécifique des questions éthiopiennes : spécificité qui tient non seulement à sa présence militaire à Djibouti et à l'héritage du très vétuste chemin de fer, mais aussi à l'ambition de ses régimes successifs d'entretenir des liens privilégiés avec l'Afrique.

43En somme, et à une exception près, la France fut et demeure diplomatiquement aux côtés de l'Ethiopie. Elle le fut, à l'origine, grâce à sa puissance qui lui permit de s'opposer aux visées britanniques ou italiennes. Elle le fut encore, alors qu'elle n'avait plus le même rang, par son intérêt partagé avec l'Ethiopie de s'opposer à l'alignement sur l'un ou l'autre des deux grands rivaux de la guerre froide. Elle le demeure, aujourd'hui, par sa position privilégiée au sein de l'Union Européenne.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/589/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter