Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France Éthiopie. Cent ans de relations

 | 
Jacques Bureau

Prologue diplomatique

Texte intégral

1Le 11 décembre 1896, le président de la République française Felix Faure écrivait à l'empereur Ménélik pour lui annoncer que M. Léonce Lagarde était dorénavant chargé d'étudier et d'assurer dans les meilleurs conditions possibles l'application d'une nouvelle Convention d'amitié et de reconnaissance entre la France et l'Ethiopie.

2Effectivement, Lagarde arrivait un mois plus tard à Harar où il était solennellement reçu par le ras Makonnen qui lui remit, le 26 janvier 1897, une lettre de son oncle, l'empereur Ménélik. Dans ce courrier adressé au président Felix Faure, le roi d'Ethiopie demandait à la France de réactiver le traité qu'en 1843 le roi de France Louis-Philippe avait conclu avec le roi du Choa, Sahlé-Sellassié, grand-père de Ménélik.

3Alors que le traité de 1843 ne reconnaissait que la souveraineté du Choa, l'un des royaumes constitutifs d'une Ethiopie déchirée par des luttes internes, celui que Ménélik voulait maintenant voir signer par la France devait constituer une reconnaissance de la nouvelle Ethiopie que lui-même avait réunifiée autour du Choa.

4L'article 1 du traité de 1843 stipulait :

Les Français et les peuples du Choa étant rapprochés par leur foi, si un ennemi européen ou musulman s'élève contre le Roi du Choa, le Roi de France sera fâché contre lui, ce dont le Roi du Choa se montrera reconnaissant.

5Cet article préliminaire, qui s'explique par la crainte séculaire des princes chrétiens d'Ethiopie face à la menace musulmane qui avait toujours été la cause première de leur appel à l'Occident, devait être reformulé de la manière suivante en 1897 :

Le Gouvernement de la République Française, ayant toujours admis l'Empire d'Ethiopie comme un Etat libre et indépendant, veut encore donner à l'Empereur Ménélik une preuve d'amitié et lui venir en aide. Il considérera donc le port de Djibouti comme le débouché du commerce éthiopien et, conformément à l'article premier de l'ancien traité, il lui permettra d'introduire à sa faculté par le port de Djibouti tout le matériel de guerre nécessaire à l'Empire éthiopien.

6Cette précaution majeure de Ménélik qui voyait alors son territoire enclavé par les nouvelles possessions coloniales de la France, de l'Italie et de la Grande-Bretagne, et qui, un an auparavant, avait en partie dû à la France les fournitures d'armes qui lui avait permis de repousser, lors de la bataille d'Adoua, la tentative italienne d'envahir son domaine à partir de l'Erythrée, équivaut certes à une reconnaissance de la présence française à Djibouti, mais au prix d'une reconnaissance réciproque de sa propre souveraineté. Voici le second alinéa de l'article trois de ce nouveau traité de 1897 proposé par Ménélik :

Tant que l'Empereur Ménélik sera en possession de son Empire et qu'après lui ses fils et petit-fils seront assis sur le trône d'Ethiopie, chacun des deux Gouvernements s'abstiendra d'empiéter sur les frontières déterminées d'un commun accord.

7De fait, quelques semaines plus tard, le 20 mars 1897, Ménélik et Lagarde signaient plusieurs conventions dont une relative aux frontières entre la France, en l'occurence Djibouti, et l'Ethiopie. Comme l'écrivait Ménélik dans sa lettre du 26 janvier à Felix Faure : l'extension de mon Empire nous a rendu votre voisin. C'est donc ce voisinage résultant des ambitions coloniales de la France d'un côté, et de l'œuvre de restauration nationale de Ménélik de l'autre, qui est à l'origine immédiate des liens diplomatiques entre les deux pays.

8Ces circonstances de l'ouverture de relations diplomatiques entre la France et l'Ethiopie se retrouvent dans les relations de celle-ci avec l'Italie et la Grande-Bretagne, eux aussi voisins de Ménélik par le biais de leurs colonies d'Afrique de l'Est. Dans chacun de ces cas, Ménélik eut l'habileté de reconnaître la présence des puissances coloniales à ses frontières, mais à condition que celles-ci reconnaissent à leur tour l'indépendance de son domaine par des traités précis. Toutefois, ces circonstances se doublent, en ce qui concerne la France, d'un second évènement qui donne à cette relation de voisinage franco-éthiopien un caractère bien particulier.

9En octobre de cette même année 1897, les travaux du chemin de fer Djibouti-Addis-Abeba étaient inaugurés. Répondant à une demande de l'Empereur qui avait été informé des bienfaits de ce nouveau moyen de transport par son conseiller, l'ingénieur suisse Alfred Ilg, cette ligne ferroviaire avait fait l'objet, en mars 1894, d'une concession à ce même Ilg et à son ami, le Français Léon Chefneux. Compagnie privée, ne devant explicitement pas tomber sous la tutelle d'un quelconque gouvernement étranger, dont celui de la France, et garantissant, en vertu du traité de 1897, l'approvisionnement en armes de l'Ethiopie, celle-ci devenait le complément et le garant indispensable de l'alliance de Ménélik avec la France.

10Faut-il ajouter que la nomination de Lagarde comme Ministre de France auprès de Ménélik ne pouvait que renforcer encore ce lien privilégié de l'Ethiopie avec son voisin français de Djibouti, puisqu'en 1897 celui-ci cumulait cette fonction avec celle de gouverneur des Etablissements français de la côte des Somalis. Relevant du Ministère des affaires étrangères pour l'une de ses fonctions, Lagarde relevait du Ministère des colonies pour l'autre.

11Cette dualité originelle de l'exercice de tutelle sur les deux fonctions de Lagarde détermina pour longtemps la politique de la France vis à vis de l'Ethiopie. Mais si le cadre de ce bref historique des relations franco-éthiopiennes nous semble ainsi donné par les liens de celles-ci avec la présence française à Djibouti et avec la construction du chemin de fer, nous ne saurions nous y contraindre. Sans nier, en effet, l'importance de ces données que nous voyons régulièrement réapparaître dans les négociations diplomatiques entre les deux pays, nous devons aussi prendre en compte de nombreuses autres composantes de ces relations.

12A l'origine, la présence française à Djibouti et en Ethiopie fut tout autant le fait d'individus que de la République. Si Lagarde fut bien le premier des ambassadeurs de France, dûment mandaté par la République, cela ne doit en rien nous faire oublier qu'avant lui, d'autres Français, sans mission officielle, avaient de manière assidue préparé la rencontre des deux pays. Ne citons que le principal d'entre eux, Casimir Mondon-Vidailhet, dont nous évoquerons plus loin le souvenir puisqu'il fut aussi bien l'un des initiateurs des relations diplomatiques franco-éthiopiennes que celui de l'enseignement de l'amharique à l'Ecole des Langues'O. Par la suite, dans les moments difficiles des relations politiques franco-éthiopiennes, ce sont bien des individus qui ont encore entretenu l'amitié entre les deux peuples.

13Par ailleurs, ce ne sont pas seulement des citoyens français qui ont œuvré au rayonnement de la France, et notamment de sa langue, en Ethiopie. Jusqu'à la seconde guerre mondiale, le français n'était pas seulement la langue internationale des diplomates et des élites par excellence, mais aussi celle de nombreuses diasporas dans le monde. L'Ethiopie en est un parfait exemple. Si l'Empereur Hailé-Sellassié et son entourage politique et intellectuel étaient francophones, Addis-Abeba comptait aussi des communautés francophones qui, par leur nombre, étaient beaucoup plus importantes que la communauté française proprement dite. En 1935, on comptait à peine 350 Français en Ethiopie, contre 1.500 individus de différentes origines mais considérés comme "protégés" de la France. Parmi ceux-ci, les Arméniens étaient les plus nombreux. Comment ne pas compter, aussi, au nombre des francophones d'Addis-Abeba, ces familles originaires de Grèce, d'Egypte ou de Russie pour lesquelles le français était à la fois la langue de la culture, des mondanités et du commerce.

14Si, enfin, le baromètre des relations diplomatiques franco-éthiopiennes varie en fonction des aléas de l'histoire politique des deux pays respectifs, ainsi que des relations internationales, il n'en va pas de même pour les relations culturelles ou commerciales. Certes, celles-ci ne sont pas totalement indépendantes de celles-là, ne serait-ce qu'en raison de la protection qu'assure la présence diplomatique auprès des marchands, des scientifiques ou des missionnaires. Néanmoins, les relations culturelles et commerciales s'inscrivent dans une toute autre durée que celles des diplomates. L'œuvre des savants par exemple, et tout particulièrement du linguiste Marcel Cohen qui, pendant un demi-siècle, fut le maître des études éthiopiennes, fait la preuve d'une continuité qui ne pouvait pas être celle de l'œuvre des diplomates. Il en va de même pour le travail de ceux qui ont perpétué, bon an mal an, la pratique du français en Ethiopie, ou de ceux, qui telles les compagnies Besse ou Riès, entretiennent depuis plus d'un siècle la tradition d'une présence commerciale française dans la région. Au reste, c'est très précisément cette complémentarité des interventions de la France, de son gouvernement comme de ses citoyens ou de ses protégés, qui assure la richesse, la diversité et la continuité des liens entre la France et l'Ethiopie.

Le président Felix Faure écrit à l'empereur Ménélik pour annoncer l'arrivée de Léonce Lagarde.

L'empereur Ménélik écrit au président Felix Faure afin de lui demander la réactualisation du Traité de 1843.

15Sur le plan politique, la divergence de vue qu'il y eut, à certaines époques, entre les positions officielles de l'Etat français et celles de nombre de ses citoyens témoigne précisément de cette complémentarité. Qu'on se souvienne simplement de la division d'une partie de la France en deux camps au moment de l'occupation fasciste de l'Ethiopie en 1935. Cette année-là, comme cinq ans plus tard lorsque Paris fut occupé à son tour, des Français se divisèrent quant à l'attitude à adopter vis-à-vis de l'envahisseur, entre les tenants de la paix au prix de la soumission, et les partisans du droit et de la justice au prix de la guerre.

16Dans un premier temps, la trame chronologique nous permettra de rendre compte des fluctuations des relations politiques entre les deux pays. Nous procéderons ensuite par thèmes, afin de voir comment, en dépit de ces variations, des liens plus profonds se sont noués entre les deux pays : d'abord, dans le domaine des contributions de la France au progrès de l'Ethiopie, à la demande même des responsables de ce pays ; et puis dans celui de l'étude, par des Français, de l'histoire et des cultures éthiopiennes.

Table des illustrations

Légende Le président Felix Faure écrit à l'empereur Ménélik pour annoncer l'arrivée de Léonce Lagarde.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende L'empereur Ménélik écrit au président Felix Faure afin de lui demander la réactualisation du Traité de 1843.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter