Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France Éthiopie. Cent ans de relations

 | 
Jacques Bureau

Cent ans dans la lumière de Rimbaud

Texte intégral

1C'est à quelques-unes des pages des cent ans de relations franco-éthiopiennes et à quelques-unes des figures marquantes de ces relations qu'est consacré ce bref historique. Ces relations furent souvent d'amitié, d'incompréhension parfois, d'indifférence jamais.

2D'éminents Français, par des traités ou par des commémorations, ont donné un caractère officiel à ces relations ; beaucoup d'autres y ont œuvré individuellement par le négoce, la science ou le simple plaisir du voyage ; mais il n'y en eut qu'un pour avoir entretenu ces liens de l'inépuisable désir de savoir, de comprendre et d'entretenir le vertige de la rencontre. Ce fut Arthur Rimbaud.

3Avant même l'heure de l'alliance franco-éthiopienne, puisqu'il mourut en 1891, et sans avoir rien fait qui initie cette alliance, Rimbaud avait dressé, à grands traits muets, le tableau de notre mythologie de l'Ethiopie. Lui, Rimbaud, dont seul un cercle étroit d'intimes savait alors qu'il était l'auteur d'Une saison en enfer, avait quitté la littérature pour ce pays, dernière escale d'une longue errance. Après dix ans d'un exil volontaire en Ethiopie, le Sieur Rimbaud, négociant en Abyssinie, ne nous laissait pourtant de sa vie à Harar que des bribes d'information-des lettres à la famille, un bref rapport sur l'Ogaden, des livres de comptes, une correspondance commerciale-ni plus ni moins que ce que nous ont laissé dix autres aventuriers ou négociants de l'époque.

4Lui qui avait inventé la couleur des voyelles -A noir, Ε blanc, I rouge, Ο bleu, U vert- et qui se flattait d'avoir révolutionné le Verbe ; lui, qui avait cru à tous les enchantements ; lui, Rimbaud, s'était tu dès lors qu'il était parti chercher fortune en Ethiopie. Une Ethiopie qu'il devait pourtant fuir avant de mourir à Marseille, amputé et sans avoir réalisé son rêve d'or.

5Que n'est-il pas né de ce silence et de ces malheurs de Rimbaud ! Cent ans et quelques ont passé, et l'on s'interroge toujours. Pourquoi était-il parti, le poète maudit, Rimbaud le voyant, lui le désabusé, lui l'homme aux semelles de vent ? Pourquoi en Ethiopie ? Et pourquoi s'était-il tu ?

6Mais quel silence exemplaire, que ce silence du révolutionnaire du Verbe ! Car qui jamais, sans en rien dire, fit naître universellement autant de curiosité pour l'Ethiopie, pour cet ailleurs à jamais incertain. A d'autres, Rimbaud laissa le verbiage ; mais, de tous, il entretint le désir.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter