Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Casimir Mondon-Vidailhet, pionnier de l'amitié franco-éthiopienne / Pioneer of the French-Ethiopian friendship (1847-1910)

 | 
Alain Rouaud

Casimir Mondon-Vidailhet. Pionnier de l'amitié franco-éthiopienne

L'homme et l'œuvre

Texte intégral

L'homme

1Les témoignages sur la personnalité de Mondon sont rares, et suspects lorsqu'ils émanent de voyageurs influencés par l'accueil insuffisamment aimable à leur goût qu'il leur avait réservé à Addis Abeba ou bien d'adversaires politiques. Il semble que ceux qui rencontraient Mondon-Vidailhet étaient frappés par deux particularités : au physique, il était petit et peu avantagé, au moral, il était sympathique à la méridionale.

  • 93 Stanislas : 19
  • 94 Michel : 98.
  • 95 Brisson : 2, c.

2Le décrivant à l'époque où il servait dans la Garde nationale (1871), Stanislas dit qu'il était « aimé de tous ses chefs et camarades, qui avaient un peu pitié de ce frêle et gracile jeune homme, etc. »93. Avec les années, il s'est empâté et Charles Michel qui le rencontre à la fin de son second séjour en Éthiopie peut écrire qu'il est « petit, alerte, bien en chair et doué d'une gaieté gasconne que tempère on ne sait quelle gravité de circonstance »94 Et Brisson (1898) : « sa taille est médiocre, son allure pacifique [...], mais une vive intelligence pétille dans ses yeux noirs et son langage est empreint d'une sagesse qui n'est jamais solennelle, car elle est tempérée par la belle humeur méridionale ». Ce journaliste ajoute qu'il avait une simplicité et une bonhomie qui le rendaient sympathique95.

  • 96 Schneider : 170
  • 97 Le Roux : 207.

3En revanche, le journal italien La Tribuna le dépeint en 1897 comme un être « laid, vieux, podagre et sale »96. Mais nul doute que ce portrait par trop négatif ait été inspiré par la rancœur que les Italiens avaient accumulé à son endroit. La photographie publiée par Le Roux97 dessine la part de vérité contenue pourtant dans cette description. Bien que seuls le visage et le haut de la poitrine apparaissent, on devine que l'homme n'était pas grand. Sa tête ronde au crâne chauve, aux yeux que l'ophtalmie rend presque porcins est enfoncée dans les épaules. De son regard émane une aménité un peu chafouine. L'habit est triste, le maintien relâché. Aucune superbe : il portait bien mal sa cinquantaine. La photographie qui figure dans son dossier administratif prise dans un studio de Toulon après son retour en France, et reproduite en tête de cet ouvrage, montre le même homme, mais comme « regonflé ». Cependant, si sa poitrine arbore des décorations, la moustache et la mouche restent sans fierté.

  • 98 Inalco, note consignant le témoignage du commandant Ferrus.

4« Simple », « gai », « sympathique », etc. Ces traits de caractère sont confirmés par les visiteurs qui ont bénéficié de son hospitalité ou de son accueil. Le marquis de Bonchamps, le prince d'Orléans, Le Roux, Vignéras, etc. le disent avenant et cordial. Les étudiants qui suivirent ses cours partagent ces appréciations et les étoffent. Weinzinger écrit dans la préface à l'édition posthume qu'il a donnée de notes de son maître que celui-ci était « un savant modeste », « prêt à rendre service ». Mondon était « démonstratif », « serviable », « parfaitement désintéressé, [et] vivait de son traitement, de très modestes revenus et un peu de sa plume » ajoute de son côté le commandant Ferrus98.

5Ses qualités intellectuelles les plus marquantes étaient à l'évidence l'intelligence et cette curiosité d'esprit qui l'avaient poussé à apprendre les « deux langues de France », les « deux langues d'Espagne », l'italien et ses dialectes, le grec, l'anglais, etc. Il est difficilement pensable qu'il les ait toutes sues à fond, mais il est imaginable qu'il se soit « suffit », comme on disait alors, dans la plupart d'entre elles. Ne possédant pas de formation de philologue (de linguiste, dirions-nous) et n'ayant reçu d'aucun maître la formation scientifique qui fait économiser beaucoup de tâtonnements, il n'avait dépassé ce stade de la connaissance pratique que dans certaines d'entre elles. Lui-même se disait plus volontiers « polyglotte » que « philologue ». Sa probité enfin était grande quoi qu'ait pu laisser entendre Perruchon. Il ne publiait qu'après avoir vérifié les moindres détails et savait reconnaître ses erreurs.

  • 99 Yaltasamma : 37, n. 1.

6Les portraits moraux qui donnent de Mondon une image négative sont une fois encore l'œuvre de ses ennemis politiques. Il aurait mal reçu trois visiteurs venus à Addis Abeba pour tenter de faire libérer ou améliorer le sort des prisonniers italiens d'Adoua : le prélat copte-catholique Mgr Cyrille Macaire, délégué par le Pape, le R.P. Oudin, et le comte de Choiseul. Les deux derniers de ces personnages étaient envoyés par un comité de dames romaines. D'après Yaltasamma99, Mondon avait deux raisons d'être désagréable avec ces visiteurs : « l'anticléricalisme » et « l'italophobie ».

  • 100 A la page 533 du Répertoire Maçonnique de 1910, on lit : « Mondon Vidaillet, publiciste ; 15 rue de (...)

7Anticlérical, Mondon l'était sans doute, et italophobe sûrement. Il était encore, nous l'avons dit, républicain et libre penseur mais il était encore probablement franc-maçon100. Ces appartenances peuvent expliquer tout aussi bien certaines antipathies qu'il a pu inspirer que d'autres qu'il a pu éprouver.

  • 101 Cité par Schneider.

8Dans son pamphlet dont les excès mêmes font toute la saveur, Yaltasamma dit encore de Mondon qu'il était « vain, dédaigneux, jaloux de tout nouvel arrivant et qu'il tyrannisait ses compatriotes en menaçant d'user de son influence au gebbi pour les faire expulser ». L'expulsion de Vanderheym par Ménélik en janvier 1895 pouvait certes donner quelque consistance à une telle menace, mais Mondon n'avait pas été impliqué dans cette affaire. La Tribuna renchérit en le trouvant outrecuidant et précise qu'il était « haï de tous, y compris de ses compatriotes avec lesquels il est toujours en dispute »101.

9Parmi les défauts de Mondon les plus manifestes, il semble effectivement qu'il y ait eu une tendance à la vanité qui n'excluait pas une certaine modestie que plusieurs lui ont reconnu. Stanislas exprime ces traits apparemment contradictoires en disant que « sa confiance en lui-même (...) ne dépassa jamais la plus sévère modestie » ! De là ce goût affirmé de se présenter comme un autodidacte complet. Il se flattait par exemple de ne pas savoir jouer du piano alors qu'il pratiquait correctement le violon, le violoncelle et la harpe, parce qu'il les avait étudiés comme l'allemand, avec un professeur ! Les décorations et les titres ne lui étaient pas indifférents et il fera suivre son nom jusqu'à sa mort de la mention « conseiller d'État de l'empire d'Éthiopie ».

10Peut-être à l'époque où il résidait en Éthiopie nourrissait-il un sentiment difficilement maîtrisable de supériorité dû à sa connaissance de l'amharique qui lui permettait d'entrer dans l'intimité de la vie éthiopienne mais qui le coupait par là même des autres étrangers qui n'aiment généralement pas les transfuges culturels. Elle le coupait notamment des Français dont il aurait dû, en qualité de représentant du gouvernement français, être particulièrement proche. Peut-être abusait-il aussi parfois de cette dernière qualité, secrète, mais connue de tous. Plusieurs témoignages enfin, rapportent que s'il était cordial, et s'il aimait converser ou conter, il n'en était pas moins, en profondeur, « asocial » et « sauvage ». Quelle frustration exprimait-il ainsi ?

  • 102 Inalco, témoignage de Mlle Trouillet.

11Yaltasamma adresse à Mondon un autre reproche d'une nature toute différente en rapportant sans plus de précision que sa vie privée déplaisait à l'impératrice (voir ci-dessus). Cet auteur en dit trop ou pas assez. Le témoignage de Mlle Trouillet, nièce du négociant du même nom, nous permet d'imaginer toutefois quelle pouvait être cette vie privée et de préciser l'accusation. Elle écrit en effet : « il aimait les petites abyssines, mais pas d'amourettes »102.

12Il faut méconnaître le tempérament de Taytu et les usages éthiopiens en la matière pour penser que Mondon-Vidailhet ait véritablement risqué d'encourir la réprobation de l'impératrice par son comportement amoureux, à moins qu'il n'y ait point mis les formes. L'impératrice n'était pas vraiment prude et il a été dit qu'entrée dans l'âge mur, elle se serait livrée à quelques fredaines. Il est attesté qu'elle aimait marier (elle-même avait contracté plusieurs mariages, de quatre à sept selon les auteurs, avant d'épouser l'empereur). Mondon l'aurait-il choquée en se dérobant à un projet d'union qu'elle aurait conçu pour lui ? Mais elle était trop xénophobe pour songer à marier un Européen...

  • 103 Ilg eut des enfants d'une esclave, cadeau de Ménélik. Salimbeni aussi, d'une esclave qui lui avait (...)

13Est-il besoin de préciser que tous les Européens vivant en Éthiopie, à la Cour, ou à la ville, du conseiller impérial Ilg au menuisier Dubois, avaient des relations amoureuses avec des Éthiopiennes, qu'elles aient débouché ou non sur le « madamisme ». Parfois l'empereur les encourageait indirectement en offrant à ses « amis » des jeunes filles esclaves103. Pourquoi Mondon aurait-il fait exception ? Que conclure ? L'impératrice était douée d'une forte personnalité et n'aimait pas les Européens. Mondon pouvait lui avoir déplu pour mille raisons autres que celle avancée par Yaltasamma ou lui être tout bonnement antipathique.

  • 104 Inalco, témoignages de M. Tijoux et de Mlle Trouillet. Sur la même question voir aussi Schneider n. (...)
  • 105 Dehérain. Peut-être l'informateur de Dehérain est-il Henri Cordier (1849-1925) qui enseigna la civi (...)

14De la vie intime de Mondon, nous savons encore qu'il ne s'est jamais marié en France mais les documents le concernant portent la trace d'un « faux ménage » et d'enfants non reconnus104. Achevons en disant que les notes de Dehérain contiennent cette phrase : « D'après ce que Cordier105 m'a dit, il faisait la noce malgré ses 60 ans ».

L'œuvre

  • 106 Voir : « Sources & bibliographie ».

15Il ne s'agira ici brièvement que des œuvres marquantes de Mondon ayant un rapport direct avec l'Éthiopie106. Loin de mon esprit l'idée que les autres ne présenteraient pas d'intérêt. Au contraire, je suis convaincu que l'étude de ses articles politiques, par exemple, apporterait beaucoup à la connaissance non seulement de l'intéressé lui-même et de ses idées, mais aussi à celle du milieu journalistique de la seconde moitié du xixe s. et de l'idéologie du milieu colonial. Mais nous sortirions de notre propos en nous en préoccupant.

16Avant d'évoquer l'apport de Mondon aux études éthiopiennes, il faut faire justice d'une accusation (encore une...) portée contre lui : celle d'avoir ignoré ou mal connu l'amharique. Yaltasamma comparant le savoir en cette langue de quelques Européens de l'entourage de Ménélik écrit :

  • 107 Yaltasamma : 42.

« [Dubois] connaissait très bien la langue abyssine, mieux même que M. Ilg, à qui les Abyssins reprochent une prononciation insuffisamment distincte, mieux surtout que M. Mondon, qui ne parle jamais avec l'empereur sans l'aide d’un interprète ; et ce n'est pas à lui que serait arrivé la méprise de ce dernier, qui, un jour, troublé peut-être par la conscience de l'antipathie de l'impératrice à son égard, au lieu de :« Écoutez-moi », lui adressa une expression, assez semblable en abyssin, mais mal venue auprès de la vieille impératrice, de la part d’un vieil homme qui passait pour aimer tout l'opposé des femmes mûres : "Baisez-moi"107 ».

17Pour apprécier l'amharique de Mondon, Le Goguyer, alias Yaltasamma, était-il bien placé ? Pour juger de l'usage que Mondon pouvait faire des services d'un interprète, il faudrait avoir plus d'informations. Au reste, une telle pratique, en public, est protocolaire. En aucun cas elle ne signifierait d'emblée qu'il ignorait la langue. Quant à la faute imputée à Mondon qui lui aurait fait confondre ይሳሙኝ (yesamugn « donnez-moi un baiser » [et non « Baisez-moi »], du verbe mäsam) et ይስሙኝ (yesmugn « écoutez-moi », du verbe mäsmat), elle constitue une anecdote bien connue mais dont les héros supposés sont nombreux et variés. On la raconte encore aujourd'hui chez les Européens d'Éthiopie pour ridiculiser les amharisants d'occasion qui manquent de modestie et tenter de discréditer ceux, confirmés, dont on veut exposer le savoir au soupçon. Il est peu probable au demeurant qu'un homme aussi attentif que Mondon à l'étiquette éthiopienne ait eu l'insigne grossièreté d'enjoindre de cette manière à l'impératrice de l'écouter !

18La vérité est que Mondon avait étudié l'amharique seul ou presque, dans les livres. Il ne s'était mis à le pratiquer activement et sur place que tardivement et à un âge avancé. Quoi de plus naturel que ses connaissances, et surtout sa pratique de la langue, n'aient pas été au-dessus de toute critique. Il est sûr en revanche qu'il était le seul français à posséder simultanément une maîtrise honorable et de la théorie et de la pratique de cette langue réputée difficile.

  • 108 Guidi, « Lo studio dell'amarico in Europa » : 75.
  • 109 Voir : Rouaud, Afä-Wärq : 228-9.

19Son premier ouvrage d'éthiopisant, le Manuel pratique (1891), a été écrit à la demande, nous dit-il lui-même, des colons d'Obock. De fait, l'ouvrage a été diffusé à Paris et dans les succursales de la maison de commerce d'A. Savouré à « Djiboutil » [sic], à Harar et à Ankobär. C'est un petit livre conforme au modèle de ce genre de littérature : morphologie et syntaxe précèdent un vocabulaire classé par thèmes et suivi d'éléments de conversation. Perruchon a mis à mal le Manuel en ironisant sur les erreurs commises par l'auteur mais, on s'en souvient, il n'avait aucune raison d'être aimable avec Mondon. Les reproches de manque d'exactitude et de méthode philologique que lui adresse pour sa part l'érudit italien Guidi ont plus de poids108. L'écrivain éthiopien de langue amharique Afä-Wärq Gäbrä-Iyäsus (Afevork) a lui aussi critiqué Mondon pour n'avoir donné « qu'une idée imparfaite et fautive de la langue amharique »109. Mais c'est le jugement d'un italophile notoire.

  • 110 Mondon-Vidailhet, Grammaire : XI. Ce Russe n'est pas identifié.

20Mondon reconnaît lui-même que son livre est « sans prétention scientifique » et que la méconnaissance pratique de la langue lui a fait commettre quelques erreurs. Mais, dit-il « un officier russe a pu avec le seul concours de ce livre, voyager sans interprète et apprendre la langue »110, expérience qui apporte à ses yeux la preuve que l'ouvrage a atteint son but. Honnête, il sait reconnaître l'aide que lui a prodiguée le commerçant Savouré et celle qu'il doit à Coulbeaux dont il a utilisé les Notions grammaticales de la langue amharique travail resté inédit, semble-t-il.

  • 111 Voir : Rouaud, « Contribution à l'histoire des impressions ».

21La Grammaire de la langue abyssine est, elle aussi, la première du genre en français. Commencée ou conçue par Mondon avant son premier départ en Éthiopie, elle a été continuée pendant son second séjour (peut-être avait-il songé à l'imprimer sur les presses qu'il avait apportées à Ménélik) et achevée à Paris. La parution elle-même est datée de 1898, année du bicentenaire - heureux hasard ou préméditation -, de la publication de la grammaire de l'Allemand Job Ludolf, le père des études éthiopiennes en Europe. Sa sortie en librairie n'a cependant été effective qu'en mars 1899. L'impression, tout comme celle du Manuel a été réalisée à l'Imprimerie nationale à l'aide des magnifiques caractères crées par Antoine d'Abbadie dès 1850111.

  • 112 Guidi, Grammatica elementare.

22Cette grammaire développe et amplifie la partie proprement grammaticale du Manuel qui ne présentait pratiquement que la morphologie de la langue (la syntaxe était réduite six pages !). Mûrie pendant plusieurs années, elle a bénéficié de l'expérience du terrain acquise par son auteur qui a pu procéder à des vérifications auprès d'informateurs. Mondon laisse même entendre à son lecteur que l'empereur Ménélik lui-même fut du nombre et qu'il daigna parfois le corriger. La Grammaire donne un reflet de l'amharique du Choa tel qu'il se présentait à l'époque de l'auteur, mais elle n'a pas échappé aux coups du vigilant Perruchon qui trouve qu'elle « ne dénote pas une connaissance pratique et sûre de la langue ». Il lui reproche des erreurs de traduction, des inexactitudes, des contradictions et des démarquages abusifs de la Grammatica elementare de Guidi112. Afä-Wärq joint encore sa voix au concert.

23Que ces deux ouvrages n'aient pas été parfaits et qu'ils soient aujourd'hui très dépassés ne doit pas faire oublier qu'ils furent longtemps utiles et qu'ils ont marqué la pédagogie de l'amharique.

24Dans la perspective d'une étude comparative des langues sémitiques éthiopiennes, dont il avait reconnu le besoin, Mondon a écrit plusieurs articles sur le harari et sur les parlers guragé. D'autres notes de lui sur ces langues ont été publiées peu de temps après sa mort par son élève Weinzinger, mais Mondon ne s'intéressait pas qu'à la philologie. La littérature et l'histoire aussi le passionnait. Sa principale contribution dans ces domaines a été la publication du texte amharique de la chronique de l'empereur Téwodros II, écrite par l'aläqa Wäldä-Maryam, et de sa traduction. Mondon, a encore composé plusieurs articles d'ethnographie sur les peuples de la Corne de l'Afrique et un important travail sur la musique éthiopienne qui fut pendant longtemps l'unique référence sur le sujet après celle de Villoteau parue dans la Description de l'Egypte.

25Quant aux « Lettres d'Abyssinie » parues dans Le Temps entre 1892 et 1910, elles ne peuvent évidemment pas être considérées comme des contributions scientifiques au sens strict du terme, mais leurs thèmes sont si variés et leur matière si vraie qu'elles constituent une masse considérable de données sur les relations italo-éthiopiennes, la vie à la cour, les mœurs, les fêtes, les grands personnages, la politique des Puissances, etc. Le tout témoigne simultanément d'une sympathie très vive (parfois même aveugle...) pour le pays et sa culture, d'un souci d'en faire partager la connaissance à son lecteur et d'un soutien inconditionnel à son indépendance.

26Dans ces textes, Mondon nous montre qu'il est un homme de terrain même s'il a au total peu voyagé dans le pays. Son oreille est toujours prête à s'intéresser à un mot ou à une information encore ignorée et l'œil à se réjouir d'un spectacle de la vie quotidienne. Car plus encore que l'Éthiopie de la Cour ou des manuscrits, c'était l'Éthiopie de la rue, des marchés, des fêtes et des cérémonies, l'Éthiopie vivante, qui le captivait.

  • 113 Voici les seuls travaux concernant l'Ethiopie qui figurent sur cette liste telle que Stanislas la d (...)

27Mondon-Vidailhet a laissé en mourant des projets, des ébauches, et des travaux inachevés. Il avait en particulier conçu d'écrire et de publier une étude comparative des langues celtiques et des langues romanes qu'il considérait peut-être comme sa grande œuvre et pour laquelle il avait à la fin de sa vie un peu négligé ses recherches dans le domaine éthiopien, mais la mort l'en empêcha. D'autres études, variées, dont Stanislas a dressé la liste113, ont connu le même sort.

Le fonds Mondon-Vidailhet

28La famille de Mondon a légué à la Bibliothèque nationale les travaux de leur parent, inédits ou inachevés, qui portent sur l'histoire et les langues d'Éthiopie ainsi que les livres manuscrits de sa collection. Cet ensemble constitue aujourd'hui le « Fonds Mondon-Vidailhet ». Cette institution s'est ainsi enrichie de 113 manuscrits dont 27 seulement sont en guèze (éthiopien classique) ou en diverses langues (dont un texte de mélanges historiques en tigrigna). Les 86 autres pièces, soit la grande majorité du lot, sont des textes amhariques. Là se situe la grande originalité de ce legs qui doubla à l'époque le nombre des livres en amharique conservés dans les bibliothèques européennes !

29Il faut rendre hommage à Mondon-Vidailhet d'avoir compris que la langue amharique allait définitivement supplanter le guèze et que l'immense empire constitué par Ménélik entrerait dans la vie moderne en usant de cette langue. Cela impliquait qu'il fallait désormais lui porter une attention scientifique prioritaire ou tout au moins plus soutenue qu'à la langue classique dont l'apport à la culture éthiopienne était irrémédiablement tari. Peut-être est-ce sa sensibilité de journaliste qui l'avait conduit à aborder ainsi la culture éthiopienne, par la modernité.

30Il allait jusqu'à écrire :

  • 114 Mondon-Vidailhet, Grammaire : XXIV.

« Il serait à désirer que l'Éthiopie actuelle cessât de tant admirer son ancienne littérature, fort peu originale d'ailleurs, à part ce qui touche à l'histoire, et que des manuels d'instruction touchant nos sciences européennes pussent être imprimés en abyssin [amharique] »114.

31Il appelait donc les Éthiopiens à user de cette langue dans tous les domaines de la vie. Il exprimait ainsi non seulement la foi qu'il avait en sa vitalité mais aussi la confiance qu'il plaçait dans l'esprit créatif de ceux qui la parlaient.

32Moins d'un siècle après, ses vœux ont été largement exaucés. Le guèze n'est plus qu’une langue littéraire et son usage religieux même est battu en brèche par l’amharique qui n'est guère menacé sérieusement que par l'anglais. Et il n'est pas certain que la nouvelle politique linguistique mise en place depuis 1991 modifie sérieusement cette situation. Signe de cette ère nouvelle, en 1908, deux ans avant la mort de Mondon (mais l'aura-t-il su ?), Afä-Wärq Gäbrä-Iyäsus donnait à l'Éthiopie son premier roman en amharique, un des tout premiers romans écrit dans une langue africaine.

33Les livres de ce fonds, Mondon les avait achetés ou fait copier. Mais il en avait également fait écrire une quarantaine dé nouveaux qui consignaient des créations originales ou simplement des transcriptions d'oeuvres orales populaires. Certains de ces écrits comme, par exemple, un petit traité d'amharique, manifestent ses préoccupations de ministre de l'Instruction publique d'Éthiopie. Pour exercer ces inconsistantes fonctions ministérielles il était démuni de tout moyen mais pas de bonne volonté - on le voit - ni d'un sérieux teinté de prétention. C'est pour imprimer de tels textes qu'il avait apporté la fameuse imprimerie.

  • 115 Moreno, Cent fables amhariques.
  • 116 Chaîne, « Histoire du règne de Iohannes IV ».
  • 117 Ricci, « Una cronaca breve ».

34Poésies, chants religieux, fables, proverbes, chroniques, etc. sont ainsi venus grossir le fonds éthiopien de la Bibliothèque nationale. Tous n'y sommeillent pas à jamais. Plusieurs de ces documents ont servi aux travaux d'autres éthiopisants. Je pense notamment à l'édition de cent fables amhariques réalisée par Martino Mario Moreno115 ou à celles des chroniques de Yohannès IV menées à bien par le R.P. Marius Chaîne116 et par Lanfranco Ricci117.

*

35Au terme de ces lignes, que dire de l'image que Casimir Mondon-Vidailhet laisse de lui-même à la postérité ?

36Comme linguiste, il a été contesté, mais, avec le recul du temps, il apparaît qu'il a tenu un rôle charnière. Continuateur d'Antoine d'Abbadie, il est le précurseur de Marcel Cohen et le fondateur de la pédagogie de l'amharique en France. De son prédécesseur, Cohen a dit :

  • 118 Société Asiatique, Le livre du centenaire : 139.

« Au cours d'un séjour de cinq ans environ auprès de Ménélik, cet érudit n'a perdu aucune occasion de se renseigner sur les langues parlées et sur la science abyssine. [...]. Mais Mondon-Vidailhet était riche surtout de son expérience pratique : il a été chargé, le premier en France, et peut-être dans le monde, d'un enseignement spécial de l'amharique [...]. Cet enseignement poursuivi avec le plus grand zèle jusqu'à sa mort en 1911 [sic], était appuyé de ses principales publications [...] »118.

37Comme agent de l'influence française il a joué un rôle non négligeable que résume bien une correspondance de 1902 du Ministre des Colonies, G. Doumergue, à son homologue des Affaires étrangères, Th. Delcassé :

  • 119 MAE, Français en Ethiopie, 1897-1913 : 78. Le ministre oublie de mentionner que Mondon était réguli (...)

Vous n'ignorez pas en effet que M. Mondon-Vidailhet a été avant et pendant la guerre Italo-abyssine l'agent occulte de notre diplomatie à la Cour du Négus et que durant cette guerre il a pu jouer, grâce à l'ascendant qu'il avait pu acquérir par une connaissance approfondie de la langue, des moeurs, de l'histoire du pays et au grand bénéfice de notre influence, le véritable rôle de Ministre des Affaires Étrangères de l'empereur Ménélik. M. Mondon-Vidailhet s'est encore employé de tout son pouvoir à faciliter la marche en avant des missions Clochette et de Bonchamps. Enfin, vous savez mieux que moi que depuis sa rentrée en France il [a] pu, sans parler du cours qu'il professe, se rendre utile à plus d'un titre ; il a servi d'interprète et de conseiller lors du séjour des ambassades Éthiopiennes en France, qu'il a en outre accompagnées à Jérusalem, et son expérience a été largement mise à profit à l'occasion du passage récent du Ras Makonnen »119.

38Comme journaliste, chroniqueur et peintre de l'Éthiopie de son temps, il a donné sur l'empire de Ménélik un témoignage d'un intérêt exceptionnel. Comme philo-éthiopien il a joué un rôle dont on mesurera plus tard l'ampleur, mais qui en l'état des connaissances se révèle déjà avoir été capital pour le développement des relations franco-éthiopiennes et pour la sauvegarde de l'indépendance éthiopienne.

39À Yaltasamma le dernier mot :

  • 120 Yaltasamma : 32.

« Pour nous résumer, M. Mondon fut un ami de Ménilek, un ami irréprochable, et nul robuste et valeureux guerrier n'a fait pour l'indépendance abyssine autant que ce malingre petit homme, avec sa plume de journaliste de troisième ordre et ses dithyrambes de Tyrtée gascon »120.

Notes

93 Stanislas : 19

94 Michel : 98.

95 Brisson : 2, c.

96 Schneider : 170

97 Le Roux : 207.

98 Inalco, note consignant le témoignage du commandant Ferrus.

99 Yaltasamma : 37, n. 1.

100 A la page 533 du Répertoire Maçonnique de 1910, on lit : « Mondon Vidaillet, publiciste ; 15 rue de Berne (Tabl.· L.) ». En 1910, au moment de sa mort, Mondon habitait avenue de Villiers. Il faudrait expliquer ces différences d'adresse. Quand Mondon a-t-il été initié ?

101 Cité par Schneider.

102 Inalco, témoignage de Mlle Trouillet.

103 Ilg eut des enfants d'une esclave, cadeau de Ménélik. Salimbeni aussi, d'une esclave qui lui avait été offerte par le négus du Godjam. Etc. Quant à Lagarde, Ménélik lui fit présent, en octobre 1897, « d'une très belle esclave ». Yaltasamma qui rapporte le fait (p. 32), ajoute : « M  Lagarde, qui n'était cependant tenu d'en faire aucun usage déterminé, refusa, et son refus choqua beaucoup les Abyssins ».

104 Inalco, témoignages de M. Tijoux et de Mlle Trouillet. Sur la même question voir aussi Schneider n. 88.

105 Dehérain. Peut-être l'informateur de Dehérain est-il Henri Cordier (1849-1925) qui enseigna la civilisation des États d'Extrême-Orient aux Langues O' à partir de 1881 et qui fut plus tard administrateur adjoint de l'École (Labrousse : 318-9).

106 Voir : « Sources & bibliographie ».

107 Yaltasamma : 42.

108 Guidi, « Lo studio dell'amarico in Europa » : 75.

109 Voir : Rouaud, Afä-Wärq : 228-9.

110 Mondon-Vidailhet, Grammaire : XI. Ce Russe n'est pas identifié.

111 Voir : Rouaud, « Contribution à l'histoire des impressions ».

112 Guidi, Grammatica elementare.

113 Voici les seuls travaux concernant l'Ethiopie qui figurent sur cette liste telle que Stanislas la donne : « 1. notes sur le Harar ; 2. Chronique de Harar, avec la collaboration de Yousef (Tekla Haymanot) 1892-1895. Notes historiques sur l'Éthiopie, 1893-1897. Histoire d'Éthiopie d'après les documents éthiopiens orientaux et les publications européennes, 1893-1910 (inachevé). Textes abyssins (Amharique) : fables et contes ; droits et coutumes ; légendes, (avec traduction de quelques-uns de ces textes), 1903-1904. Abrégé de grammaire éthiopienne (Gheez), (avec la mention « à ne publier qu’après révision »), 1904. Grammaire éthiopienne (ou Gheez) d'après les professeurs éthiopiens, 1905. Rhétorique d'après les Éthiopiens, (avec a mention « suite à la grammaire précédente »), 1906. [l'article de 1907 sur le même sujet en est un abrégé, voir : « Sources & bibliographie »] ».

114 Mondon-Vidailhet, Grammaire : XXIV.

115 Moreno, Cent fables amhariques.

116 Chaîne, « Histoire du règne de Iohannes IV ».

117 Ricci, « Una cronaca breve ».

118 Société Asiatique, Le livre du centenaire : 139.

119 MAE, Français en Ethiopie, 1897-1913 : 78. Le ministre oublie de mentionner que Mondon était régulièrement sollicité par l'Administration pour traduire de l'amharique en français.

120 Yaltasamma : 32.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter