Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Casimir Mondon-Vidailhet, pionnier de l'amitié franco-éthiopienne / Pioneer of the French-Ethiopian friendship (1847-1910)

 | 
Alain Rouaud

Casimir Mondon-Vidailhet. Pionnier de l'amitié franco-éthiopienne

Le retour en France

Texte intégral

1Débarqué à Marseille, il musarde en Provence, visite Aix et Arles puis traverse le Languedoc pour rejoindre Toulouse par Carcassonne, et atteindre enfin Saint-Gaudens. Il ne reste dans sa ville natale que quelques jours du mois de mars, avant de monter à Paris. Là, ses yeux sont si mal en point qu'il doit être hospitalisé près de trois semaines chez les frères de Saint-Jean de Dieu.

  • 75 Brisson : 2, e.

2Le voici donc en France. Mais comment ne pas supposer que l'homme aurait préféré demeurer en Éthiopie ? Il a investi dans les études éthiopiennes, accumulé des connaissances et des documents, noué des amitiés, exercé des fonctions prestigieuses si ce n'est importantes. Comment pourrait-il se résoudre à voir tout cela compromis, à renoncer, à 51 ans, à une « apothéose » que la carrière de journaliste classique, interrompue, ne lui procurera plus ? Les raisons d'imaginer que Mondon n'a pas accepté de gaieté de coeur que le fonctionnaire Lagarde lui ravisse sa place abondent. Sans doute a-t-il même conçu de la défendre et de venir chercher à Paris les soutiens qui lui permettraient, à défaut de la retrouver, de repartir en Éthiopie dans une fonction ou une autre. Au journaliste Brisson qui l'interroge sur ses intentions, il répond d'ailleurs qu'il va - bien sûr -, repartir75

  • 76 Était-ce la totalité de ses émoluments ou une partie ? Une lettre du ministre des Colonies au minis (...)

3Mais quatre mois plus tard, le 16 juin 1898, il est nommé « chargé de cours d'abyssin » à l'École des Langues Orientales, aux appointements annuels de 4 000 francs76, et il reste. Que s'est-il passé ?

Le chargé de cours d'« abyssin »

4Sans doute lui a-t-on fait comprendre en haut lieu que non seulement il n'obtiendrait pas de nouvelle mission en Éthiopie mais que sa libre présence dans le pays n'était pas souhaitable. Nul ne devait désormais faire de l'ombre à Lagarde, unique représentant de la République française.

5Qui a pu aider Mondon à obtenir ce poste ou le pousser à l'accepter ? Delcassé ? Sans doute pas, car celui-ci n'est alors plus aux Colonies mais pas encore aux Affaires étrangères. Le ministre des Colonies, qui aurait pu vouloir le « consoler » d'avoir laissé la place d'Addis Abeba à un de ses gouverneurs ? Celui des Affaires étrangères, soucieux de lui exprimer sa reconnaissance pour le travail accompli ?

  • 77 Inalco.

6Mais ne serait-ce pas Mondon lui-même, tout simplement, qui aurait trouvé cette solution de repli et sollicité ce poste du ministre de l'Instruction publique, Rambaud ? Par la suite, il considérera d'ailleurs ce personnage comme son bienfaiteur. L'initiative peut encore être venue des Langues O' même. En effet, une demande de création d'un poste d'enseignement d'abyssin dont le titulaire pourrait être Mondon a été adressée au ministre de l'instruction publique en date du 2 juin 1898 par le conseil de perfectionnement de l'École77. Mais cette démarche n'ayant précédé que de quelques jours la signature de la nomination officielle de Mondon, peut-être faut-il aussi n'y voir qu'une manoeuvre visant à donner à cette nomination les formes administratives requises.

  • 78 Le terme d'« amharique » n'a été officiellement utilisé aux Langues O' qu'après la Seconde Guerre m (...)

7Quel qu'ait été le cheminement qui a conduit Mondon aux Langues O', celui-ci ne pouvait qu'être flatté. C'était faire bon usage de ses compétences que de l'y nommer avec la mission de créer un cours d'« abyssin »78. Le moment s'y prêtait particulièrement. La France cherchait à accroître son influence dans une zone où ses négociants étaient assez actifs, et éprouvait le besoin de former un ou plusieurs drogmans français pour l'agence diplomatique nouvellement ouverte à Addis Abeba ou pour Djibouti.

8La nécessité de « recaser » un agent politique officieux entrebâillait donc les portes de l'Université à l'amharique. Sans cet impératif, il est vraisemblable qu'aucun enseignement de ce type n'aurait jamais vu le jour avant longtemps. Les langues parlées en Afrique Noire entraient ainsi à l'École des langues orientales. Encore est-il juste de dire que la même année y était ouvert un cours de mandé et que dans le cadre de la chaire de malais un enseignement de malgache y fonctionnait depuis 1895.

  • 79 Conti Rossini : 176-7.

9L'éthiopisant italien C. Conti Rossini a insinué que Mondon n'avait été nommé qu'en raison de ses services politiques et contre l'éthiopisant J. Perruchon79. Longtemps haut fonctionnaire colonial en Érythrée et largement prébendé, Conti Rossini était mal placé pour adresser un tel reproche à Mondon. Au reste les circonstances de la création du poste suffisent à infirmer cette opinion. Qu'en Italien patriote, Conti Rossini n'ait pas aimé Mondon ne doit pas masquer une réalité : Perruchon était un spécialiste de guèze (éthiopien classique) et non d'amharique, et ne pouvait pas sérieusement se poser en concurrent de Mondon. La remarque de Conti Rossini suggère toutefois que Perruchon a dû convoiter le poste. L'agressivité dont il fait preuve quand il rend compte des travaux de Mondon se comprend dès lors mieux.

Le pédagogue

  • 80 Le Temps (28 et 30 septembre 1998).

10Pendant l'été qui sépara sa nomination de son entrée en fonction, Mondon, à la demande des Affaires étrangères, reçut et accompagna jusqu'à Jérusalem une mission éthiopienne en visite en France. De Palestine, il adressa au Temps deux correspondances80. Débarqué à Jaffa le 27 septembre, il était de retour en France le 4 novembre et donna son premier cours d'amharique le mois suivant.

11Mondon n'avait jamais enseigné, et l'amharique n'avait jamais été enseigné en France. Concevoir une pédagogie de cette langue fut pour lui une tâche délicate. S'il n'eut jamais l'aide d'un répétiteur éthiopien, il reçut en revanche les conseils éclairés de son collègue A. C. Barbier de Meynard, spécialiste des langues du Proche-Orient et alors administrateur de l'École. C'est en pensant spécialement à ses étudiants qu'il fit hâter la sortie de sa Grammaire de langue abyssine.

  • 81 Inalco, note consignant le témoignage du Cdt Ferrus.
  • 82 Inalco.

12Sur l'enseignant qu'il fut, retenons que tous les témoignages s'accordent à louer son sérieux et son aptitude à se mettre à la portée de tous les étudiants dont l'âge s'échelonnait de 18 à 50 ans. Son enseignement était « très complet », « à la fois savant et pratique » note l'un d'entre eux81. En dehors de son travail à l'École et avec l'aide de certains de ses étudiants, tel Joseph Blanchart, auxquels il avait transmis sa passion pour sa « seconde patrie », il était la providence des Éthiopiens résidant à Paris ou de passage dans la ville. En un mot, le journaliste amateur de choses d'Éthiopie « s'est montré parfaitement digne des fonctions d'enseignement qui lui avaient été confiées »82. Plusieurs de ses élèves manifesteront un intérêt durable à l'Éthiopie : J. Blanchart, un fonctionnaire du Quai d'Orsay dont il souhaitera faire son successeur, Jacques Faitlovitch, futur éthiopisant et défenseur des Falacha, Erich Weinzinger, fondateur de La Correspondance d'Éthiopie et Marcel Cohen, un linguiste, qui lui succédera effectivement.

  • 83 Blanchart déclare que Mondon « a assuré le succès des trois missions envoyées ces dernières années (...)

13En juillet 1900, le Ministère des Affaires étrangères le chargea de guider une seconde mission éthiopienne conduite par le ras Makonnen, en France puis à Jérusalem. Le projet primitif, abandonné par la suite, prévoyait que Mondon l'accompagnerait sur le chemin du retour jusqu'en Éthiopie. Lors de leur passage à Paris, les Éthiopiens purent rencontrer les premiers élèves formés aux Langues O' et constater leurs connaissances en amharique. Mondon et Blanchart se joignirent ensuite à eux pour faire route vers la Palestine. En octobre, Mondon écrivit à l'administrateur de l'École sur un papier à en-tête du New Grand Hôtel de Jérusalem pour lui annoncer son retour début novembre et se louer des services rendus par son « poulain » Blanchart83.

14A partir de 1902, il élargit ses préoccupations linguistiques en s'intéressant au breton, au gitan, au galicien, au basque, à l'assyrien, au sabéen, etc. À butiner ici et là, il aurait pu s'éloigner des études éthiopiennes ; il n'en fut rien. Mondon se mit au guèze, écrivit, publia des articles, donna des causeries sur l'Éthiopie et sur les relations franco-éthiopiennes, participa aux réunions de la Société Asiatique et entretint une correspondance suivie avec les éthiopisants des autres pays d'Europe : le Portugais Esteves Pereira, l'Italien Ignazio Guidi, les Britanniques Wallis Budge et Lady Meux. Il maintint aussi le contact avec ses amis éthiopiens, Ménélik et Taytu et les Grands de l'empire, les ras Täsämma Nadäw, Wäldä-Giyorgis Abbayé, Wälé Betul et Makonnen Wäldä Mikaél.

  • 84 Dehérain, témoignage oral de Veinzinger.

15Côté français, il resta en rapport avec quelques amis, ceux qui étaient engagés dans « l'action coloniale ». Il n'eut en revanche apparemment plus aucune relation ni avec le Quai d'Orsay, ni avec les Colonies. Son élève Weinzinger dit même que la première de ces administrations lui témoignait alors bien peu de considération84.

Publiciste, toujours

  • 85 Les archives du Temps auraient disparu à la Libération. Interrogé par mes soins sur cette dispariti (...)

16Il n'avait pas non plus renoncé à collaborer au Temps pour lequel il était resté le spécialiste des affaires éthiopiennes. Faut-il attribuer à Mondon toutes les chroniques que ce journal a publié sur l'Éthiopie jusqu'en 1910, date de sa mort ? Aussi longtemps que les archives du Temps ne livreront pas leurs secrets il sera impossible de s'y risquer85.

  • 86 Dans sa réponse à Brisson (Le Temps, 7 mars 1898) Mondon annonce ses articles des 22 et 25 mars 189 (...)

17Un faisceau d'indices convergent toutefois dans ce sens et incitent à le penser. Le titre de rubrique « En Éthiopie » que beaucoup portent, par exemple, est déjà celui des dernières lettres expédiées d'Addis Abeba à Paris par Mondon. Certains articles sont même signés, d'autres, anonymes, ont été clairement annoncés86 dans les colonnes du journal. L'unité de ton, enfin, ne trompe guère. Alors, que penser de la mention « de notre correspondant particulier » ou « spécial » qui figure en tête de presque tous les textes ? Remet-elle en cause leur attribution ou signifie-t-elle que Mondon aurait fait des voyages en Éthiopie entre son retour de 1898 et sa mort ? Il ne lui était pas matériellement impossible d'utiliser les vacances universitaires dans ce but mais nous n'avons aucune preuve qu'il l'ait fait. Il y a même de fortes présomptions qu'il ne l'ait jamais fait.

18Le plus probable est que Le Temps s'efforçait ainsi de préserver sa réputation de sérieux. L'usage que Mondon devait faire de différentes dépêches de presse fraîches et de courriers personnels reçus d'Éthiopie l'y autorisait. Notre homme maîtrisait l'art de conter (il avait écrit des romans...) au point de pouvoir suggérer - pieuse supercherie -, qu'il écrivait depuis l'Éthiopie. L'article publié dans Le Temps du 1er décembre 1898 est à cet égard éclairant : le lecteur peut à bon droit imaginer le journaliste à Addis Abeba alors qu'à quelques jours près il donne son premier cours d'amharique à Paris. Rien n'exclut non plus bien entendu que des articles rédigés en Éthiopie ait été donnés à l'impression après son retour en France.

19D'ailleurs, quel autre rédacteur du Temps aurait pu être l'auteur de ces chroniques ? Aucun des journalistes dont les noms commençaient par un « M » n'ont écrit quoi que ce soit sur l'Éthiopie. Ce sujet était devenu une chasse gardée de Mondon-Vidailhet. Mais c'était le seul dont il s'occupait au Temps. Force est de conclure qu'il a bien, comme son frère l'indique, collaboré au Temps « pendant 20 ans », de son départ de 1891 jusqu'à 1910. Le 31 mars de cette année-là paraissait un article signé « Mondon » qui semble bien avoir été le dernier qu'il ait publié. Il traitait de la mort récente de Ménélik et de sa succession. Mais la nouvelle était fausse... L'empereur ne devait mourir que trois ans plus tard, après Mondon.

  • 87 Ce bâtiment serait encore connu auiourd'hui sous le nom de « Château Mariande », du patronyme d'une (...)

20Et la Gascogne ? Sous l'éthiopisant de Paris sommeillait toujours le nébouzanais. Mondon se définissait lui même comme un « Parisien de Saint-Gaudens ». Il était de ces hommes qui, quels que soient les lieux où le hasard les conduit, quelles que soient les patries d'emprunt auxquelles ils se lient, restent attachés au terroir qui les a vu naître. Depuis Paris, il collabora ainsi à plusieurs publications régionales. Il ne ratait non plus jamais l'occasion de descendre à Saint-Gaudens. C'est naturellement là-bas qu'il passait ses vacances, dans le château familial d'Estancarbon87. Il y recevait les amis de passage, organisait des soirées musicales pendant lesquelles il jouait de la harpe ou du violon et travaillait de longues heures dans la bibliothèque familiale, pour préparer ses cours ou mettre au point ses articles.

21Sa santé commença à se détériorer en 1910. Cardiaque, il souffrait aussi de l'estomac à cause, dit Stanislas, des « cuisines exotiques ». De temps à autre, il était contraint de renoncer à faire cours et se faisait alors remplacer par un étudiant avancé tel que Weinzinger.

La fin et la succession

  • 88 La plaque commémorative des Langues O' qui se trouve dans l'ancienne salle d'Assemblée, porte à tor (...)

22Fin novembre, son état s'aggrava. Le 28, il renonça à venir à l'École. Sa santé s'altéra dès lors rapidement et il mourut dans la nuit du 29 au 30 novembre88, dans son appartement de la rue de Villiers. D'après le faire-part de la famille annonçant son décès, il reçut les sacrements de l'Église. Il fut inhumé le 3 décembre dans le cimetière de Saint-Gaudens.

  • 89 Conti Rossini : 176-7.

23Le Temps du 1er décembre annonça la mort de MondonVidailhet en des termes lapidaires qui évoquaient simplement sa longue collaboration avec le journal et le succès qu'avaient rencontré en leur temps les « Lettres d'Abyssinie ». De son côté, Conti Rossini salua sa mémoire en patriote italien, avec plus de rancune que d'objectivité, dans les termes suivants : « Mondon-vidailhet, ancien agent officieux de la France en Abyssinie, qui en prix des services politiques qu'il avait rendus à son gouvernement obtint contre J. Perruchon la chaire d'amharique à l'École des langues orientales de Paris, est mort en novembre dernier »89. Une manière d'épitaphe.

24Trois des étudiants formés par Mondon, Blanchart, Budzynski et Faitlovitch, diplômés respectivement en 1901, 1902 et 1906, pouvaient prétendre à sa succession. Mais le premier était fonctionnaire, le second homme d'affaires et le troisième polono-russe, autant de qualités qui les plaçaient tous trois et à des titres divers dans l'incapacité de succéder d'emblée à leur professeur. Aussi est-ce un quatrième, Marcel Cohen, qui allait l'emporter. Cet étudiant n'avait suivi le cours de Mondon que pendant quelques mois et n'avait passé que l'examen de première année. Mais il s'était fixé comme programme de recherche l'étude des langues sémitiques méridionales, ambition que justifiait un bagage scientifique supérieur à celui de ses camarades. Pour l'heure, il bénéficiait d'une mission en Éthiopie.

25Cohen, prévenu par ses parents de la disparition de Mondon, écrivit dès le 10 décembre à Paul Boyer, administrateur de l'École (et professeur de russe) pour poser sa candidature, étant entendu qu'il ne pourrait entrer en fonction qu'en novembre 1911, à son retour. Avec un grand sens des réalités, il n'omit pas de donner des instructions à ses parents pour « la vente éventuelle des livres de Mondon » c'est à dire, bien sûr pour leur rachat. Dans une autre lettre, il semblait craindre une éventuelle concurrence de Faitlovitch, mais c'est bien lui qui fut finalement choisi.

  • 90 Inalco, brouillon de lettre de P. Boyer au ministre de l'Instruction publique (?) sur la succession (...)
  • 91 Sur cette affaire : La Presse coloniale, 13 et 19 janvier 1911, etc.

26La Presse coloniale présenta la nomination de Marcel Cohen d'une manière toute différente. Pour ce journal, Cohen était le favori d'un groupe de pression universitaire composé notamment de Sylvain Lévi, spécialiste de sanscrit, du linguiste Antoine Meillet, de l'historien Gabriel Monod et de P. Boyer. Ce dernier aurait tenté de placer Cohen en poussant Mondon à se retirer. Peut-être existe-t-il un lien entre les motivations, inconnues, du comportement de Boyer et les mystérieuses « réserves » sur Mondon dont parle celui-ci dans un brouillon de lettre90 ? Toujours est-il que la mort du Gascon était survenue à point nommé... Mais La Presse coloniale allait plus loin en accusant le lobby d'être le responsable véritable de sa mort : « Mondon-Vidailhet est mort de dégoût en se voyant depuis si longtemps l'objet de tracasseries [lesquelles ?] sans nombre, inventées par de véritables tortionnaires sans pitié pour un savant qui avait blanchi sous le harnais »91.

  • 92 Marcel Cohen (1884-1974) était licencié ès lettres (1904) et agrégé de grammaire (1908). En 1909, i (...)

27Un linguiste de formation universitaire92, éthiopisant de raison, succédait ainsi à un autodidacte amoureux de l'Éthiopie.

Notes

75 Brisson : 2, e.

76 Était-ce la totalité de ses émoluments ou une partie ? Une lettre du ministre des Colonies au ministre des Affaires étrangères du 13 novembre 1902 nous apprend qu'outre « son modeste traitement de l'École », il recevait une indemnité de 4 000 francs payée par la Côte Française des Somalis, puis à partir de 1900 à part égale par les deux ministères.

77 Inalco.

78 Le terme d'« amharique » n'a été officiellement utilisé aux Langues O' qu'après la Seconde Guerre mondiale.

79 Conti Rossini : 176-7.

80 Le Temps (28 et 30 septembre 1998).

81 Inalco, note consignant le témoignage du Cdt Ferrus.

82 Inalco.

83 Blanchart déclare que Mondon « a assuré le succès des trois missions envoyées ces dernières années en France par le Roi des Rois d'Ethiopie » (« Note sur les manuscrits » : 292). Faut-il confondre la troisième mission avec la visite du ras Makonnen, à Paris, en 1902 ?

84 Dehérain, témoignage oral de Veinzinger.

85 Les archives du Temps auraient disparu à la Libération. Interrogé par mes soins sur cette disparition, H. Beuve Mery, fondateur du Monde (voir n. 18) m'a répondu par une lettre en date du 22 juin 1986 dans les termes suivants : « Comme vous pouvez l'imaginer j'avais quelques bonnes raisons en 1944 de m'intéresser aux archives du Temps. Vainement, les questions que j'ai pu alors poser à diverses instances étant restées sans résultat. L'immeuble [5 bd des Italiens] ou plutôt la partie occupée par le journal n'a pas été utilisée pendant la guerre tout en demeurant sous contrôle des propriétaires qui ont donc pu semble-t-il disposer librement des archives ». Mais, retrouvées, ces archives livreront-elles des informations utiles ? Déjà, vers 1922, M. de Coppet n'avait pu obtenir du secrétaire général du Temps, V. Goedorp, qu’une liste détaillée des lettres adressées par Mondon au journal.

86 Dans sa réponse à Brisson (Le Temps, 7 mars 1898) Mondon annonce ses articles des 22 et 25 mars 1898 sur la cour éthiopienne,

87 Ce bâtiment serait encore connu auiourd'hui sous le nom de « Château Mariande », du patronyme d'une famille alliée aux Mondon-Vidailhet. (Lettre de J. Sabadie du 22 juillet 1986).

88 La plaque commémorative des Langues O' qui se trouve dans l'ancienne salle d'Assemblée, porte à tort la date de 1911. Pourquoi ?

89 Conti Rossini : 176-7.

90 Inalco, brouillon de lettre de P. Boyer au ministre de l'Instruction publique (?) sur la succession de Mondon aux Langues O'. Ce texte de 1910 évoque énigmatiquement « certaines réserves » formulées en juillet 1909 (à qui ?) par son auteur sur Mondon.

91 Sur cette affaire : La Presse coloniale, 13 et 19 janvier 1911, etc.

92 Marcel Cohen (1884-1974) était licencié ès lettres (1904) et agrégé de grammaire (1908). En 1909, il avait soutenu une thèse dirigée par Meillet et intitulée Le dialecte arabe des Juifs d'Alger. Cohen enseigna l'amharique de 1911 à 1950 et eut pour successeur un de ses élèves, Joseph Tubiana, qui maintint jusqu'à son départ en 1974 la tradition d'érudition qu'avaient illustrée ses prédécesseurs.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter