Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Casimir Mondon-Vidailhet, pionnier de l'amitié franco-éthiopienne / Pioneer of the French-Ethiopian friendship (1847-1910)

 | 
Alain Rouaud

Casimir Mondon-Vidailhet. Pionnier de l'amitié franco-éthiopienne

L'agent officieux : deuxième séjour

Texte intégral

Organisateur des postes ?

  • 35 Schneider : 178.

1Mondon-Vidailhet s'embarqua à Marseille le 12 octobre 1894 et atteignit Djibouti le 23 du mois. Après y avoir séjourné quelques semaines, il repartit le 9 janvier 1895 à destination de Harar. Là, et dans des conditions non éclaircies, il aurait pris part, à la fin du mois, à l'installation du premier bureau de poste. Schneider et Vanderlinden nous disent même qu'il aurait obtenu la concession du service des postes entre Harar et Addis Abeba et le titre de « Directeur des Postes »35...

  • 36 Tristan, Histoire postale de l'Éthiopie, t. 1, 68. Voir aussi : Peyrachon, La poste en Éthiopie : 2 (...)

2Pour l'historien des postes éthiopiennes, H. Tristan, les choses se sont passées comme suit et remonteraient en fait à 1892, au premier séjour de Mondon en Éthiopie donc. À compter du 25 mai de cette année-là, l'administration coloniale française de Djibouti organisa des « postes spéciales françaises » entre Addis Abeba, Harar et Djibouti. À Harar, le supérieur de la mission française des capucins, Mgr Taurin Cahagne accepta de s'occuper du bureau de poste et, à Addis Abeba, c'est Mondon qui prit ce rôle. En 1898, il aurait reçu un adjoint, M. Bucherie36. Un adjoint ? Un remplaçant, plutôt, puisqu'il a quitté définitivement Addis Abeba en décembre 1897 (voir ci-dessous). Tout cela est à éclaircir.

  • 37 Vanderheym : 192.
  • 38 Peyrachon : 10.

3Le 27 février, Mondon arriva enfin à Addis Abeba où il était attendu depuis longtemps. Nous savons par Vanderheym que sa caravane comprenait aussi Savouré et sa femme ainsi que Chefneux avec lequel il avait déjà fait route lors de son premier voyage37. Dans ses bagages, Chefneux transportait les premiers timbres éthiopiens, qu'il avait fait graver à Paris, en 1894, à la demande de Ménélik38.

La première imprimerie au Choa

  • 39 Voir : Puglisi, Chi è ? dell'Eritrea : 47 ; Tubiana. « Gabra-Madhen Gabra-Musé » : 18, 31.
  • 40 Orléans, Une visite à l'empereur Ménélick : 194.

4Un des objets les plus importants que Mondon rapportait d'Europe était la presse mentionnée plus haut. L'imprimerie avait été introduite en Érythrée dès 1863 par les lazaristes italiens à Massaoua, suivis quelques années plus tard, en 1879, à Keren (Kärän), par les lazaristes français39, mais elle restait ignorée au Choa. C'était donc une grande première ! L'empereur devait d'ailleurs être impatient de la voir fonctionner car dès le 2 mars les travaux de montage de la machine commencèrent. Le 28 du mois, Ménélik l'étrenna en personne en tirant un édit relatif aux monnaies40 aujourd'hui perdu.

  • 41 Mondon-Vidailhet, Grammaire : XXIII.
  • 42 Voir : Rouaud, « Quelques précisions sur les impressions » : 134-7.

5Cette presse est rarement signalée par les auteurs car aucun ouvrage qui en soit sorti ne nous est parvenu et elle a peu fonctionné. De nouveau malade des yeux mais irremplaçable dans son rôle de typographe, Mondon dut en effet renoncer rapidement à la faire marcher comme il l'avoue lui-même41. Il reste qu'il n'y a aujourd'hui aucun doute : l'introducteur de l'imprimerie au Choa a bien été Mondon-Vidailhet42. Qu'est devenue cette presse après son départ définitif ? Nul ne le sait mais il faudra attendre 1908 pour qu'une nouvelle imprimerie soit mise en marche dans l'empire de Ménélik, à Harar, par les capucins français, et 1910 pour qu'il en existe à nouveau une à Addis Abeba même.

Mondon introducteur de l'eucalyptus ?

  • 43 Schneider : 180.
  • 44 Vignéras, Une mission française en Abyssinie : 139.

6Mondon reçut du negus, en signe de reconnaissance dit Stanislas, un terrain dans le voisinage du gebbi impérial sur lequel une petite maison entourée d'un bel enclos fut vite construite. Addis Abeba n'était encore qu'une ville naissante et pour l'empereur la façon la plus simple de favoriser l'installation du Français était de lui donner terrain et maisonnette. Il la considérera comme sienne même après son retour définitif en France. Bien plus tard, l'endroit sera encore connu sous le nom de የሞንዶን ቤት (« la maison de Mondon »)43. Vignéras qui visita Addis Abeba au printemps 1897 donne une photographie de cette maison, intéressante bien qu'elle soit techniquement de qualité médiocre. La légende en est « M. Mondon, sa maison et un groupe de serviteurs »44.

7Dès mai 1895, il commença à planter autour de la maison toutes sortes d'espèces végétales puis, en juillet, à l'occasion de la fête nationale française, il s'y installa officiellement. En 1898, le journaliste Brisson décrit la maison de Mondon en se fondant sur les déclarations de son propriétaire :

  • 45 Brisson : 2, col. 4 et 5. Je corrige Le Temps qui écrit : « de son [sic] nombreux domestiques ».

« C'est là que M. Mondon coule des jours heureux, consacrés aux devoirs de sa charge et à des études générales qui ont trait aux moeurs, à l'archéologie, à la linguistique du pays. [...] Il y a placé des meubles de France qui réjouissent ses regards, en évoquant sous un aspect familier l'image de la patrie absente. Il a planté devant sa fenêtre, les mêmes fleurs qui garnissent son jardin de Saint-Gaudens, la rose, l'oeillet, la verveine il a mis en terre un pied de vigne, espérant que de ce cep sortira quelque jour un cru renommé, qui portera aux extrémités du monde la gloire de l'Abyssinie. À côté de la hutte principale, s'élèvent des huttes plus petites, l'une lui sert de cabinet de travail les autres sont réservées au logement de ses nombreux domestiques45 ».

  • 46 Le Temps, 7 mars 1898.

8Dans la réponse qu'il fit à ce morceau d'anthologie de prose journalistique, Mondon critiqua surtout la description d'Addis Abeba que Brisson donnait par ailleurs. Celui-ci comparait la capitale du roi des rois à une « bourgade mérovingienne » composée de huttes. Mondon lui répliqua : « Il y a plus de maisons que de huttes et mon logis n'y fait pas trop mauvaise figure »46. Il contesta aussi avoir circulé dans la ville à dos d'ânesse alors qu'il y a de si bonnes « mules abyssines »...

9Soulignant l'intérêt que Mondon portait à la botanique, Vignéras, lui, écrit :

  • 47 Vignéras : 139.

« Les arbres fruitiers sont très rares, et l'on doit à Monsieur Mondon l'introduction de plusieurs variétés qui promettent déjà. Il a, en outre, planté le premier à Addis-Ababa quantité d'eucalyptus qui poussent avec une rapidité et une vigueur merveilleuses »47.

10Peut-être l'activité horticole de Mondon et des propos tels que ceux de Vignéras sont-ils à l'origine de la légende qui fait du journaliste français l'introducteur de l'eucalyptus en Éthiopie. Plusieurs anecdotes courent à ce sujet. La plus extravagante nous présente un Mondon-Vidailhet de retour d'Australie (où il n'est jamais allé...) qui, en mettant le pied sur le sol éthiopien, aurait innocemment retourné ses poches, pleines, comme par hasard, de graines d'eucalyptus...

  • 48 Le Temps. Il est raisonnable de supposer que ce sont les Égyptiens qui ont introduit l'eucalyptus à (...)

11En attendant que nous disposions d'une histoire des espèces botaniques en Éthiopie relevons seulement les points suivants. D'abord, Vignéras ne dit pas que Mondon a introduit l'arbre en Éthiopie mais à Addis-Ababa. Ensuite, sur la photographie de la maison de Mondon mentionnée ci-dessus, se distinguent des eucalyptus dont la taille exclut qu'ils aient été plantés par le Français. Enfin, lorsque Mondon, à son premier voyage, en mars 1892, arrive en vue de Harar il signale la présence d'eucalyptus autour de la ville48. Mondon ne peut donc pas avoir été l'introducteur de l'eucalyptus. Mais, bien sûr, il peut conserver, sous réserve de vérification, le mérite d'avoir aidé à sa diffusion dans le pays en l'introduisant au Choa, où il est rapidement devenu, comme dans le reste du pays, omniprésent.

12Notons que si Stanislas Mondon rapporte que son frère a introduit une presse au Choa, il reste coi sur son rôle dans l'organisation de la poste et dans la diffusion de l'eucalyptus. Il ne dit mot non plus de l'étrange affirmation, exprimée ici et là, selon laquelle il aurait été le « dessinateur » d'Addis Abeba.

L'« agent officieux »

13Depuis son affectation à Obock comme commandant de la colonie française, Lagarde suivait de son mieux les affaires éthiopiennes et servait de relais officiel entre l'Éthiopie et la France, tenant ainsi le rôle politique qu'avait joué pendant longtemps l'agent consulaire français de Massaoua. Mais il n'existait toujours aucune représentation officielle de la France à Addis Abeba, ni d'aucun pays européen d'ailleurs, car Ménélik se refusait à en recevoir.

  • 49 Yaltasamma : 13

14Quel pouvait être alors le rôle de Mondon ? Yaltasamma dit avec bonheur qu'il « remplissait [...] secrètement une mission permanente auprès du gouvernement éthiopien »49. Comme « représentant de la France », il transmettait des informations transitant par Djibouti et tentait de faire valoir la politique française. Comme « conseiller » de Ménélik, il était par lui « chargé des relations extérieures », domaine dans lequel l'empereur avait plus besoin d'informations que de conseils. En d'autres termes disons qu'il servait de « contact » aux Français et qu'il « rendait des services » à l'empereur. Ces doubles fonctions n'étaient pas irréelles ou mythiques mais elles étaient imprécises et peu consistantes. Le fait qu'elles aient été officieuses côté français et qu'elles aient été exercées côté éthiopien à l'ombre de l'absolutisme impérial explique que les traces laissées par l'activité de notre homme ne soient pas plus nombreuses.

  • 50 Ces missions étaient liées à la mission Marchand (1896-1899). Clochette est arrivé en Éthiopie en j (...)

15Lorsque Lagarde fut accueilli à la cour, Mondon était au premier rang des officiels éthiopiens, à côté de l'empereur. C'est lui également qui reçut Mgr Cyrille Macaire venu négocier la libération les prisonniers italiens après la bataille d'Adoua et qui s'occupa des missions françaises dirigées par Lagarde, Clochette, Bonvalot, le marquis de Bonchamps, le prince d'Orléans, etc.50 Il se trouva également mêlé à la réception de la seconde mission Nerazzini (mars 1897) et de la mission anglaise de Rennell Rodd (avril 1897). Fin mars 1897, ou début avril, l'empereur, qui voulait le remercier de son comportement pendant la campagne d'Adoua (voir ci-dessous), le nomma Conseiller d'État et ministre de l'Instruction publique, fonctions tout honorifiques qu'il tenta cependant - mais sans succès - de rendre effectives.

16Sur de multiples sujets aussi, Mondon rédigea des rapports destinés au monarque. Il y préconisait l'organisation d'un enseignement qui ne soit pas purement religieux, la création de chemins de fer, de réseaux de télégraphe, de téléphone et l'ouverture d'écoles professionnelles publiques (à l'image, quant à l'efficacité, de celles des missions) qui formeraient les Éthiopiens aux techniques nécessaires à la réalisation de ces programmes. À côté d'Ilg, et de Chefneux qui jouaient des rôles analogues, mais qui faisaient aussi (et d'abord ?) des affaires, Mondon apportait incontestablement une touche de désintéressement et d'idéalisme.

  • 51 MAE, Papiers Lagarde.

17Ses relations avec le negus étaient toujours amicales. Il avait avec lui des conversations politiques à bâtons rompus sur lesquelles il écrivait des notes très brèves qu'il rédigeait dans l'une quelconque des langues qu'il connaissait. Parfois, il traduisait à Ménélik le journal (Le Temps ?), feuilletait avec lui des manuscrits, lui montrait ses travaux en cours, ou s'entretenait avec lui de n'importe quels sujets, méritant ainsi d'être appelé le « conseiller intime » de l'empereur. Clochette arrivant à Addis Abeba en janvier 1895 sera frappé de l'importance prise par Mondon (et aussi par Chefneux) dans l'entourage de Ménélik51.

  • 52 Plusieurs institutions conservent des correspondances de Mondon. Je suis personnellement redevable (...)
  • 53 Weinzinger, Études sur le guragié : VIII, IX.
  • 54 Le Roux : 207-8.
  • 55 Weinzinger : VIII, IX.

18Il avait des relations identiques avec de nombreux grands d'Éthiopie, leur transmettant, semble-t-il, une image positive de la France et des Français. Après son retour en France, il entretiendra une importante correspondance avec plusieurs d'entre eux52. Weinzinger écrivait en 1913, non sans raison, que Mondon était « un des rares Européens qui aient vraiment aimé l'Abyssinie et que les Abyssins aient payé de retour »53, On l'imagine ouvert à tous et pas seulement aux Grands. Le Roux évoque par exemple ses relations avec un vieux prêtre très malin : « Ce bon vivant dit un jour à notre ami Mondon : - Monsieur Mondon !... Vous dites que la terre tourne ?... Qu'est-ce que vous voulez que ça me fasse !... Vous tenez absolument à ce que je la voie tourner ?... Eh bien ! donnez-moi du cognac !... »54. Malgré certaines critiques qui seront adressées à Mondon (voir ci-dessous), Weinzinger a raison d'ajouter : « Et c'est à lui que les Français doivent le bon accueil qu'ils ont toujours trouvé en Éthiopie, auprès de l'empereur Ménélik II en particulier »55.

Mondon et les Italiens

19Pendant que Mondon résidait à Addis Abeba éclata la guerre italo-éthiopienne qui se solda le 1er mars 1896, à Adoua, par la victoire des Éthiopiens sur l'armée italienne commandée par le général Oreste Baratieri. La paix que les belligérants signèrent le 26 octobre suivant à Addis Abeba devait assurer l'indépendance de l'Éthiopie pour plusieurs décennies. Mais, malgré les efforts de Ménélik, elle humiliait durablement l'Italie au point de grever lourdement l'avenir des relations entre les deux pays.

  • 56 lnalco, témoignage de A. Tijoux sur F. Soumagne et les souvenirs qu'il conservait de Mondon.

20Mondon fut le témoin assez proche de ces événements dans lesquels il joua un rôle dont il est très difficile de mesurer l'importance réelle. Pour Stanislas, quelques auteurs et les journalistes italiens de l'époque, il a directement influencé la politique anti-italienne de Ménélik. L'ancien consul de France à Massaoua, Soumagne, a pu dire à propos de la bataille d'Adoua que « le vainqueur c'était Mondon car il avait tout préparé »56. Que Mondon ait insufflé à l'empereur un esprit de résistance aux menées italiennes (ou qu'il l'ait simplement encouragé dans cet esprit) voilà qui est aujourd'hui difficile à établir. Mais il est attesté que les Italiens le pensaient au point de se plaindre à Paris de son attitude italophobe. Il était pourtant de bonne guerre qu'un agent français tentât de contrecarrer les menées italiennes. Faut-il rappeler que les relations franco-italiennes étaient très mauvaises depuis l'adhésion de l'Italie à la Triple Alliance aux côtés de l'Allemagne et de l'Autriche (1882). Mais pour Yaltasamma, l'italophobie de Mondon ne relevait pas du patriotisme :

  • 57 Yaltasamma : 19.

« Ce n'est pas, d'ailleurs, que nous croyions devoir attribuer l'attitude anti-italienne de M. Mondon à une appréciation exacte ni peut-être à un souci très grand de l'intérêt de sa patrie. Très passionné, nous le répétons, il déteste les Italiens, nation qu'il a beaucoup fréquentée et dont il parle bien la langue. Il les déteste comme il déteste les musulmans, c'est-à-dire d'après son goût personnel, sans que cela ait grand rapport avec le patriotisme (...) »57.

  • 58 Idem : 19-20.
  • 59 Sur la mission de Mgr Cyrille Macaire (Kyrillos Maqâra) et la question des prisonniers italiens voi (...)

21Il semble que Mondon ait joué un rôle plus concret à deux moment du conflit italo-éthiopien. Lorsque l'empereur partit en campagne le 12 octobre 1895, il demeura à Addis Abeba comme « conseiller pour les relations extérieures » auprès du ras Dargé, oncle de Ménélik, que celui-ci avait chargé du gouvernement pendant son absence. Mondon serait alors intervenu en faveur des prisonniers italiens en écrivant à Ménélik et il aurait plus tard saisi toutes les occasions d'obtenir des libérations, spontanément ou à la requête de Lagarde. Mais Yaltasamma et les Italiens jugèrent qu'en continuant à écrire des articles contre l'Italie après sa défaite, et à « accabler de ses sarcasmes les malheureux prisonniers de guerre », il attisait en fait la vindicte éthiopienne, « excitant ainsi jusqu'au paroxysme l'irritation du vaincu, alors que la prudence la plus élémentaire - sans parler de la justice et de l'humanité - commandait de la calmer »58. L'accueil, frais, qu'il réserva à Mgr Cyrille Macaire59 venu négocier leur sort pourrait donner raison à notre pamphlétaire.

  • 60 Dehérain.

22Il aurait été d'autre part la principale personne consultée par Ménélik sur le contenu du traité de paix italo-éthiopien et sur la convention relative aux prisonniers de guerre italiens. Les deux hommes en auraient « épluché » ensemble les articles60 la veille de la signature. Celle-ci eut lieu le 12 octobre 1895. Étaient présents : l'empereur, Mondon-Vidailhet, Chefneux, Ilg, le général M. F. Albertone, prisonnier de guerre, et le medecin militaire C. Nerazzini, plénipotentiaire italien. C'est Mondon qui avait communiqué un sauf-conduit à ce dernier, en même temps qu'il l'avait informé des conditions de paix éthiopiennes.

23Il semble que les Italiens aient espéré que Mondon, en tant que citoyen d'un État européen et colonialiste, se montrerait solidaire de leurs entreprises et de leurs malheurs ou tout au moins resterait neutre pendant le conflit. Au courant des reproches que lui adressait la presse italienne, il répliqua avec vivacité dans les colonnes du Temps :

« Tandis que - Cincinnatus sans m'en douter, et Cincinnatus avant les âpres combats - je regardais avec la satisfaction d'une conscience tranquille, pousser les légumes d'Europe dans le jardin d'acclimatation dont j'ai doté la capitale éthiopienne, les journaux de la péninsule faisaient de mon humble et pacifique personne une sorte d'Oriando furioso de l'artillerie du négus, au grand dam des bataillons du roi Humbert. Ceux qui me connaissent riront bien en apprenant que nos confrères d'Italie, à grand renfort de trompettes, ont juré de terrasser le monstre, l'hercule français, complice de l'Éthiopie victorieuse. Quelques uns ont poussé la charité jusqu'à m'avertir que je serais pendu comme un simple brigand des Calabres. J'en frémis. Et, si je n'étais à quelque mille kilomètres des foudres du général Baratieri, je redouterais le sort que Sa Majesté Ménélik n'aurait pu éviter, si la Providence avait été aux ordres des nouvellistes joueurs de tonnerre, qu'ils ont cru avoir mis dans leur jeu. [...]
Mais laissons ces fadaises. La situation est assez sérieuse pour que je n'en veuille même pas aux grotesques supporters qui font de la copie sur mon dos, au coin du feu comme moi, et à plus de mille kilomètres des champs ensanglantés du Tigré.
Est-ce ma faute, après tout, si une folie est une folie, et si une jeune nation comme l'Italie n'en pouvait commettre de plus grande que de s'attaquer à un peuple dont l'antiquité se perd dans la nuit des temps.
Il est certes ennuyeux de se trouver en face de terribles réalités, alors qu'on a cru se trouver devant un décor de théâtre dont on agite les trucs à sa fantaisie. Et, en vouloir aux gens qui vous ont crié : "Casse-cou !" n'est ni juste, ni digne d'un peuple intelligent.
Dussé-je être cinquante fois pendu, je redirai encore ce que j'ai dit [...] ».

24Quelques journaux italiens suggérèrent que Mondon avait dû être stipendié pour agir ainsi et demandèrent combien il avait touché. « Il eut pu répondre, déclare Stanislas en évoquant un cadeau reçu, un encrier [Dehérain dit une croix] en métal blanc d'une valeur vénale de trois francs et les remerciements et la gratitude du plénipotentiaire italien ». Nerazzini le soigna en effet lorsque l'ophtalmie le frappa à nouveau en novembre 1896. Mais, en agissant ainsi, l'Italien respectait le serment d'Hippocrate plus qu'il ne remerciait ou absolvait Mondon.

25Une question se pose. Pourquoi les Italiens imputaient-ils à Mondon les inflexions de la politique éthiopienne à leur égard plutôt qu'à Ilg ou à Chefneux ? Il faut rappeler que Mondon était le représentant d'un État, ce qu'aucun des deux autres conseillers n'était, qu'il disposait, avec sa collaboration au Temps d'un moyen de donner de l'ampleur à ses argumentations en faveur de l'Éthiopie, ce que les Italiens redoutaient, et qu'enfin il était l'intime de Ménélik et à ce titre suspect d'exercer sur lui un réel pouvoir.

26En était-il vraiment ainsi ? Yaltasamma fait partie de ceux qui pensent que l'influence de Mondon sur le negus était semblable à celle de tous ses conseillers, sauf Chefneux, nulle :

  • 61 Animé par des personnes ou des sociétés privées, le commerce des armes françaises était actif. La r (...)
  • 62 Yaltasamma : 20-1.

« Nous ne croyons pas non plus que M. Mondon ait pesé du plus petit poids sur les décisions du Négus, dont on l'a cru conseiller. Il était d'abord, et pour des raisons qui touchent à la vie privée, très mal vu de l'impératrice. Ensuite nous savons bien que le Négus, qui n'a jamais eu grande confiance en nul Européen - sauf un que nous nommerons plus loin [Chefneux] - rejeta l'un de ses conseils bien connu celui là, à savoir quand l'ingénieur italien Capucci fut convaincu d'entretenir une correspondance secrète avec son gouvernement. bien que les hostilités n'eussent pas encore éclaté entre Ménilek et les Italiens, M. Mondon fut d'avis au Conseil des Européens, que l'empereur réunit pour statuer sur ce fait, que le cas en Europe, était passible de la peine de mort. Cependant l'empereur se contenta envers le coupable de prononcer la simple peine de l'internement. Pas davantage, nous ne croyons à l'efficacité des efforts que M. Mondon est censé avoir faits pour introduire des fusils de réforme de l'armée française en Abyssinie61. [...] Mais il n'en reste pas moins à l'actif de M. Mondon sa campagne bruyante dans le journal le Temps, qui fut plus funeste à l'Italie que les armées abyssines... »62.

27Dans le cas de Capucci, Mondon n'aurait-il pas tout simplement agi pour permettre à l'empereur d'exercer sa magnanimité ? Que Ménélik ait rejeté son avis sur le sort à réserver à l'Italien n'exclut pas au demeurant qu'il ait pu suivre ses suggestions dans d'autres circonstances ! Si Yaltasamma a raison de souligner que Ménélik n'avait besoin des conseils de personne, il a tort de ne pas ajouter que l'empereur était assez intelligent pour ne pas négliger de tirer profit de tout ce que ses conseillers européens pouvaient lui dire. Voilà sans doute dans quelles limites l'influence de Mondon a pu s'exercer.

La mission Lagarde

  • 63 Il s'agit de la « lettre-convention d'alliance et de commerce de l'empereur d'Éthiopie au Président (...)
  • 64 Fils d'un notaire de Lempdes, Lagarde (1860-1936) avait occupé différents postes dans l'administrat (...)

28L'ophtalmie laissa un peu de répit à Mondon à la fin de décembre 1896 et il put alors enlever les bandeaux qui lui couvraient les yeux. Au même moment débarquait à Djibouti une mission française « envoyée par le gouvernement français dans le but de conclure définitivement les traités et conventions en élaboration depuis 1895 entre la France et l'Éthiopie »63. Après avoir placé à sa tête le gouverneur de la Côte Française des Somalis et Dépendances Léonce Lagarde64, elle se mit en route, le 11 janvier, pour gagner la ville d'Harar qu'elle atteignit le 24 du mois. Son but était d'y discuter notamment du tracé des frontières entre l'Éthiopie et la colonie française avec le ras Makonnen, chef de cette province du Harargé limitrophe de la colonie. Au cas où les circonstances se prêteraient à ce qu'il monte à Addis Abeba pour rencontrer l'empereur, il devait d'abord en référer à Paris. La bataille d'Adoua avait projeté l'Éthiopie sur la scène internationale et il fallait toucher les dividendes de la politique française de soutien à l'indépendance éthiopienne, avant que les autres pays se positionnent.

29Ici s'ouvre la page des relations entre Mondon-Vidailhet et Lagarde, Certains commentateurs ont voulu considérer que Mondon, se sentant menacé dans son rôle de conseiller auprès de Ménélik, avait tout fait pour torpiller la mission. D'autres soulignent au contraire la parfaite loyauté de Mondon à l'égard du représentant officiel de la France et nient cette animosité. La vérité est une cote mal taillée. Mondon n'aimait sûrement pas Lagarde qui, venu en fonctionnairè mandaté, pouvait espérer voir sa mission se transformer en fonction permanente. Ce sera le cas, d'ailleurs, quelques mois plus tard.

  • 65 Yaltasamma : 16.

30La façon dont Stanislas, qui ne peut tenir ses informations que de son frère, parle de la mission Lagarde sans jamais citer le nom de son chef, le prouve. Mais l'absence de position officielle de Mondon et son patriotisme lui dictaient de se mettre à la disposition de Lagarde. Peut-être était-il aussi conscient qu'il avait peu lui-même le profil d'un ambassadeur et qu'il ne pourrait rivaliser avec un carriériste de talent de la trempe du gouverneur de Djibouti. Ce dernier était soucieux de briller tout en promouvant les intérêts de sa colonie alors que Mondon était capable de défendre les intérêts propres de l'Éthiopie en oubliant éventuellement ceux de la France. Sans doute le premier devait-il trouver le second « trop abyssin » ! Ce n'est pas à tort que Yaltasamma les appelle « les deux frères ennemis de la politique franco-abyssine »65.

  • 66 Schneider : 176 ; Yaltasamma : 22-4.
  • 67 Yaltasamma : 26. Sur l'attitude de Mondon, voir Schneider : 173-6.

31Ménélik qui n'aimait pas les missions officielles et qui soupçonnait Lagarde d'être à l'origine de fuites d'informations sur l'armée éthiopienne transmises aux Italiens66 commença par tenter de le faire recevoir uniquement par son cousin le ras Makonnen, qui serait muni des pleins pouvoir pour traiter. Dans ces réticences impériales Yaltasamma et d'autres virent la patte de Mondon qui aurait dit en apprenant que Lagarde arrivait : « Tout ce que j'ai fait ici depuis cinq ans est perdu »67.

32Finalement Ménélik accepta de recevoir la mission Lagarde. Politique oblige, pensera-t-on, mais pourquoi ne pas voir dans cette acceptation le résultat de l'action de Mondon ? Ignorant son intérêt personnel (qui lui suggérait effectivement d'éviter que l'empereur ne rencontre Lagarde), il écrivit en effet à ce dernier pour l'encourager à venir dans la capitale éthiopienne. Lagarde, comme convenu, demanda le feu vert à Paris et attendit trois semaines la réponse à Harar qu'elle quitta le 12 février. C'est ce temps d'immobilisation, aisément explicable, dans lequel certains auteurs veulent voir le résultat d'une sombre machination que Mondon, saisi par la jalousie, aurait ourdie pour bloquer la mission.

  • 68 Schneider : 176-7 ; Yaltasamma : 45-8 et passim.
  • 69 Schneider : 174.

33La mission Lagarde dont un des membres, Sylvain Vignéras, se fera le chroniqueur, rejoignit donc Addis Abeba où Mondon la reçut fort bien. Elle séjourna dans la ville du 8 au 28 mars 1897. Pendant ce séjour, Lagarde semble avoir exercé sur Mondon une certaine autorité (conférée par des ordres venus de Paris ?). Notre publiciste accepta cette situation. Il seconda Lagarde notamment dans son désir de favoriser la mission Bonvalot-de Bonchamps dans sa marche vers Fachoda au détriment de sa rivale, la mission Clochette68. Lorsque Lagarde, gratifié par Ménélik du titre de « Duc d'Entoto », quitta Addis Abeba en avril 1897, il accepta de suivre les affaires à sa place et de remplir quelques tâches précises69.

34Parti d'Addis Abeba en avril 1897, Lagarde y fut de retour en novembre de l'année. Cette fois-ci c'était pour y être accrédité dix ans durant comme premier « envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de la République française », poste nouvellement créé, auquel il avait été nommé entre-temps, le 15 juin précédent. Mondon n'avait plus de raison de rester en Éthiopie hormis son intérêt pour le pays et ses habitants. Mais l'aurait-il voulu qu'il ne l'aurait sans doute pas pu : un des deux hommes était de trop. Mondon a-t-il senti de lui-même que sa situation était intenable, ou Lagarde lui a-t-il transmis des ordres de départ ?

  • 70 Stanislas : 31.
  • 71 Stanislas : 32. Qui était cet homme ? Qu'est-il devenu ?

35Là dessus, l'ophtalmie le reprit, lui donnant un moyen de se retirer honorablement d'un pays où « il avait pris à coeur les intérêts de tous sans s'occuper des siens »70. Le 16 décembre 1897, il quitta Addis Abeba avec son secrétaire éthiopien et un « mince bagage composé de livres abyssins et de cahiers de papier noirci par lui »71. Il arriva à Marseille à la fin de février 1898. Ainsi s'achevait son second et dernier séjour en Éthiopie. Il avait passé un peu moins de trois ans dans le pays, n'avait visité aucune région nouvelle et avait expédié au Temps une trentaine d'articles.

  • 72 Schneider : 170.

36Schneider et Vanderlinden pensent que Mondon n'est rentré en France qu'à la fin de 189872. Pour affirmer cela, ils s'appuient sur une nouvelle publiée dans La Patrie qui signale à la date du 1er novembre 1898 que Mondon est « arrivé depuis quelques jours à Paris » ainsi que sur la publication dans le Temps du 1er décembre d'une « Lettre d'Abyssinie » datée du 20 octobre 1898. Comme nous le verrons plus loin, en novembre 1898, Mondon revenait bien en France mais d'un voyage en Palestine où il avait accompagné une mission éthiopienne. Quant à la date de l'article du Temps, elle ne veut rien dire : Mondon a publié dans ce journal jusqu'à sa mort en 1910.

Notes

35 Schneider : 178.

36 Tristan, Histoire postale de l'Éthiopie, t. 1, 68. Voir aussi : Peyrachon, La poste en Éthiopie : 25. Ce Bucherie est-il ce fonctionnaire colonial qui fit partie de la mission Lagarde (Vignéras) ?

37 Vanderheym : 192.

38 Peyrachon : 10.

39 Voir : Puglisi, Chi è ? dell'Eritrea : 47 ; Tubiana. « Gabra-Madhen Gabra-Musé » : 18, 31.

40 Orléans, Une visite à l'empereur Ménélick : 194.

41 Mondon-Vidailhet, Grammaire : XXIII.

42 Voir : Rouaud, « Quelques précisions sur les impressions » : 134-7.

43 Schneider : 180.

44 Vignéras, Une mission française en Abyssinie : 139.

45 Brisson : 2, col. 4 et 5. Je corrige Le Temps qui écrit : « de son [sic] nombreux domestiques ».

46 Le Temps, 7 mars 1898.

47 Vignéras : 139.

48 Le Temps. Il est raisonnable de supposer que ce sont les Égyptiens qui ont introduit l'eucalyptus à Harar.

49 Yaltasamma : 13

50 Ces missions étaient liées à la mission Marchand (1896-1899). Clochette est arrivé en Éthiopie en janvier 1895 et reparti en juillet 1896, Orléans, Bonvalot et Bonchamps sont arrivés en avril 1897 (alors que Lagarde repartait).

51 MAE, Papiers Lagarde.

52 Plusieurs institutions conservent des correspondances de Mondon. Je suis personnellement redevable à Eric Godet d'en détenir quelques dizaines, dont la publication est en cours.

53 Weinzinger, Études sur le guragié : VIII, IX.

54 Le Roux : 207-8.

55 Weinzinger : VIII, IX.

56 lnalco, témoignage de A. Tijoux sur F. Soumagne et les souvenirs qu'il conservait de Mondon.

57 Yaltasamma : 19.

58 Idem : 19-20.

59 Sur la mission de Mgr Cyrille Macaire (Kyrillos Maqâra) et la question des prisonniers italiens voir : Tedeschi.

60 Dehérain.

61 Animé par des personnes ou des sociétés privées, le commerce des armes françaises était actif. La réforme du fusil Gras en 1886 le rendit plus prospère encore. Le gouvernement procédait aussi à des cessions gratuites (MAE : MD, Afrique, 138 : 429) dans le but d'armer l'Éthiopie. Mondon aurait encouragé ces livraisons. Le malké reproduit dans Duchesne-Fournet contient un véritable hommage au fusil Gras qui est tenu par l'auteur éthiopien pour l'instrument de la victoire d'Adoua.

62 Yaltasamma : 20-1.

63 Il s'agit de la « lettre-convention d'alliance et de commerce de l'empereur d'Éthiopie au Président de la République », de mars 1895 mais dont le texte définitif sera daté du 26 janvier 1897. Ce texte modifiait le traité franco-choan du 7 juin 1843. Il a régi les relations franco-éthiopiennes jusqu'à l'élaboration du traité du 10 janvier 1908 dit « Traité Klobukovski » du nom de son négociateur français.

64 Fils d'un notaire de Lempdes, Lagarde (1860-1936) avait occupé différents postes dans l'administration avant d'être nommé gouverneur des établissements français riverains du golfe de Tadjoura. Il représenta ensuite la France à Addis Abeba de juin 1897 à juillet 1907 et fut remplacé comme gouverneur de Djibouti par A. Martineau en 1899.

65 Yaltasamma : 16.

66 Schneider : 176 ; Yaltasamma : 22-4.

67 Yaltasamma : 26. Sur l'attitude de Mondon, voir Schneider : 173-6.

68 Schneider : 176-7 ; Yaltasamma : 45-8 et passim.

69 Schneider : 174.

70 Stanislas : 31.

71 Stanislas : 32. Qui était cet homme ? Qu'est-il devenu ?

72 Schneider : 170.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter