Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Casimir Mondon-Vidailhet, pionnier de l'amitié franco-éthiopienne / Pioneer of the French-Ethiopian friendship (1847-1910)

 | 
Alain Rouaud

Casimir Mondon-Vidailhet. Pionnier de l'amitié franco-éthiopienne

Journaliste en Éthiopie : premier séjour

Texte intégral

La mission Chefneux

  • 15 Né en 1810, A. d'Abbadie était alors âgé. Il mourra en mars 1897.

1Nous ne disposons pour l'instant d'aucun détail sur la manière dont Mondon fut adjoint à cette mission. Il est notamment impossible de dire s'il reçut à cette occasion ou non des instructions politiques. Mais il connaissait Chefneux et il avait ses entrées dans les ministères, et les milieux politiques. Voilà qui est sans doute suffisant. Ajoutons qu'exception faite de quelques missionnaires catholiques, il était avec Antoine d'Abbadie le seul amharisant français vivant15. Cette mission française était en outre la première à se rendre en Éthiopie depuis le début du règne de Ménélik. Pour toutes ces raisons, il était naturel qu'il en fasse partie.

  • 16 Voir : n. 12.
  • 17 Jean-Baptiste Coulbeaux (1843-1921), missionnaire lazariste, en Éthiopie de 1867 à 1900.

2Mondon s'était en effet d'ores et déjà forgé une réputation d'éthiopisant et de connaisseur des affaires éthiopiennes. Pour en arriver là, il avait entretenu des correspondances avec les consuls de France à Massaoua, et aurait été en relation (mais de quelle manière ?) avec le négus Yohannes. Avec A. d'Abbadie il avait un peu pratiqué son amharique. Il avait fréquenté non seulement les rares Éthiopiens de passage à Paris mais aussi les explorateurs et les commerçants tels Léon Chefneux ou Armand Savouré, les diplomates de retour d'Éthiopie tel François Soumagne16 ou les missionnaires en congé comme Jean-Baptiste Coulbeaux17 qui l'avait aidé, lui aussi, dans ses études linguistiques.

3De son travail dans les bibliothèques et des informations glanées auprès des voyageurs était né un Manuel pratique de langue abyssine dont en juin 1891, il fit accélérer l'impression à l'Imprimerie nationale afin qu'il paraisse avant le départ de la mission. L'ouvrage était à l'usage « des explorateurs et des commerçants ». À la fin de sa préface Mondon remerciait Savouré de ne pas lui avoir ménagé son concours. Mondon-Vidailhet est de ceux qui ont aimé et étudié l'Éthiopie avant de la visiter.

4L'occasion de partir que lui offrait la mission était le fait d'un hasard mais elle ne prit donc pas l'homme au dépourvu : il était préparé à un voyage, voyage qui aurait pourtant très bien pu n'avoir jamais lieu. Il fut intégré à la mission Chefneux sans fonction précise (il n'est pas impossible même qu'il ait payé son transport) et fut présenté donc comme l'envoyé spécial du journal quotidien Le Temps.

  • 18 À la Libération, lors de la spoliation de la presse, Le Temps est devenu Le Monde qui mutatis mutan (...)

5Ce journal qui avait jadis compté parmi ses journalistes Jules Ferry, était républicain et anticlérical (peut-être parce que les protestants étaient nombreux parmi ses rédacteurs). Logique, il soutenait l'action de W. Waddington en faveur d'une « république conservatrice » qui serait soucieuse de développer l'instruction publique à l'abri de tout cléricalisme. Il avait la réputation d'être bien fourni en nouvelles de l'étranger et indépendant mais de ne pas savoir se départir d'un ton doctrinal18. Influent et « perpétuellement officieux », il visait la clientèle des notables (il coûtait cher) de centre gauche mais sa diffusion était très inférieure à celle des grands quotidiens populaires. Sans doute n'est-il pas non plus inutile de rappeler que son directeur, Adrien Hébrard, était sénateur de la Haute-Garonne (dont Saint-Gaudens est une des sous-préfectures) depuis 1879 et qu'il allait le rester jusqu'en 1897.

6Qu'il ait été solliciteur ou sollicité, c'était apparemment la première fois que Mondon collaborait au Temps. Ce journal s'harmonisait bien avec ses opinions et lui offrirait des lecteurs dignes du caractère un peu hors du commun de l'information qu'il se proposait de lui fournir.

  • 19 H. Dehérain, dans des notes qu'il a réunies en vue de rédiger une biographie de Mondon (citées Dehé (...)

7La mission n'étant pas prête, Mondon décida de la devancer. Il pourrait ainsi voyager plus calmement et pratiquer sur place son amharique en l'attendant. Le voilà donc à Marseille - Arthur Rimbaud vient d'y mourir deux mois plus tôt - où il embarque, le 12 janvier 1892, sur un bateau des Messageries maritimes, le Peï-Ho. Celui-ci mit dix jours à rallier Obock, qui était, et pour quatre ans encore, le chef-lieu de la colonie française. Mondon y rédigea sa première lettre, qui paraîtra dans Le Temps du 2 mars 1892. De là, il passa aussitôt à Aden pour y rester du 23 au 30 janvier, puis revint à Djibouti. Il séjourna longtemps dans la nouvelle ville d'où il expédia sa seconde lettre, le 28 février, et n'en repartit que le 15 mars pour l'Éthiopie. Empruntant un chemin traditionnel à l'époque19 pour monter à Harar, étape obligée vers Addis Abeba, il y parvint en dix étapes, le 26 mars 1892.

  • 20 Schneider : 168.

8Hôte du ras Makonnen, cousin du négus et gouverneur de cette cité musulmane conquise par les Éthiopiens en 1887, Mondon résida plus de six mois dans la ville. Il mérita ainsi d'être qualifié « d'habitant d'Harrar » par Lagarde20. Il est probable que c'est à l'occasion de ce long séjour qu'il étudia la langue harari sur laquelle il poursuivra par la suite ses recherches. La mission conduite par Chefneux le rejoignit enfin le 16 octobre et, le 28, tous ensemble, ils se mirent en route pour Ankobär. Les Français demeurèrent six jours dans l'ancienne capitale du Choa, puis poursuivirent leur route pour Addis Abeba dans laquelle ils entrèrent le 15 décembre. Un an presque s'était écoulé depuis que Mondon avait pris place à bord du Peï-Ho.

9Les Français furent reçus par Ménélik une première fois, le 18 décembre puis, une seconde fois, deux jours plus tard. C'est alors qu'eut lieu la cérémonie de la remise de la légion d'honneur à l'empereur, prétexte de la mission. Mondon raconte l'événement dans les termes suivant :

  • 21 Amh. : lit, trône.
  • 22 « A la cour du roi des rois d'Éthiopie », Le Temps, 18 juillet 1893.

« Le roi des rois, vêtu d'un magnifique manteau de velours noir brodé d'or, la tête entourée d'un large bandeau de mousseline blanche, était assis au fond d'une seconde tente parée de soie, couché sur son haut alga21, entouré de toute sa cour. Je suis frappé de la clarté du teint et de l'aspect européen et propre de l'entourage impérial. Le manteau de cour abyssin, en soie noire, à capuchon orné de glands, avec des parements de soie rouge, est vraiment gentil et distingué. Le métropolitain Matéos ruisselant de dorures comme une chasse de saint, était assis à la droite du trône. L'oncle du roi, le ras Darghié se tenait auprès de lui. Tous les grands dignitaires de l'empire étaient présents. La grande tente tamisait sur la foule des officiers une douce lumière dorée. M. Chefneux, en habit noir, s'avança et prononça un excellent discours, où il rappelait l'amitié plus que séculaire de la France pour l'Éthiopie, les efforts faits par l'empereur Ménélik pour la civilisation de son pays, les marchés d'esclaves supprimés partout où les Éthiopiens ont établi leur domination, les ingénieurs, les marchands, les ouvriers bien accueillis et protégés. Il ajoutait que c'était en témoignage d'éclatante sympathie pour cette oeuvre si noble, qui ne pouvait laisser la France indifférente, qu'il était chargé de remettre au monarque éthiopien la plus haute distinction qui existât dans notre pays [...].
M. Chefneux et moi avons ensuite remis à Sa Majesté éthiopienne le grand cordon de la Légion d'honneur avec la plaque. Nous avons même dû enlever le manteau impérial qui ne se prêtait pas à nos décorations et placer le grand cordon sur une magnifique toge blanche, où il produisait un effet splendide. Ménélik II était radieux »22.

L'ami de Ménélik

10Ce compte rendu ne sera publié dans Le Temps qu'en juillet de l'année 1893 car Mondon, frappé d'ophtalmie dans les premiers jours de janvier, dut arrêter toute activité. Il ne put même pas envisager d'entreprendre le voyage de retour et c'est sans lui que la mission reprit le chemin de la France, le 19 février 1893. S'il n'était pas attesté qu'il a véritablement souffert des yeux, nous serions en droit de nous demander si en agissant ainsi il ne saisissait pas spontanément ou sur ordre, un prétexte pour rester en arrière et remplir quelque mission.

11Mondon se trouvait immobilisé à Addis Abeba à un moment peu banal, celui qui vit la querelle italo-éthiopienne atteindre son paroxysme. C'est alors, en effet, que Ménélik dénonça le traité d'Uccialli dans des lettres adressées au roi d'Italie et aux principaux chefs d'État européens.

  • 23 Amh. : espace enclos comprenant palais royal et dépendances.

12Le 10 mars, Mondon était rétabli. Mais il ne partit pas pour autant car rien ne le pressait. Il renoua des contacts avec le négus (à son initiative ou à celle de Ménélik ?) et fut dès lors reçu régulièrement au gebbi23. Entre le souverain curieux de tout et le républicain méridional et polyglotte, ravi d'être admis dans l'intimité d'un prince, un courant de sympathie passa. Nous savons que la connaissance que Mondon avait de l'amharique servit de déclic. Intrigué et peut-être flatté, Ménélik fut conquis. Mondon l'était déjà.

  • 24 Yaltasamma, Les amis de Ménilek II. Derrière le pseudonyme de Yaltasamma se cache le journaliste Le (...)
  • 25 Publié dans Schneider : 181-93. Il s'agit du manuscrit 268 du fonds Mondon-Vidailhet que Chaîne déc (...)

13Les entretiens, auxquels l'impératrice Taytu participait parfois, se multiplièrent. Ils roulaient sur les sujets les plus divers : la littérature, les langues connues par Mondon, l'organisation des différents États du monde, etc. Petit à petit la confiance s'établit puis une certaine familiarité de sorte que Mondon-Vidailhet mérita bientôt ce titre « d'ami de Ménélik » que le pamphlétaire Yaltasamma lui attribuera plus tard par dérision24 mais dont il se serait fait une fierté. Ménélik demanda même au Français de rédiger des mémoires dont un, sur le gouvernement des États européens, nous est parvenu25.

14Commandé en mai 1893, ce document fut remis à l'empereur le 9 juin et lui aurait donné toute satisfaction. Le texte, assez « Mémoire à Ménélik II roi des rois d'Éthiopie ». C'était une succession d'adresses au souverain toutes introduites par « Djan hoy ! » (« Majesté ! ») dans lesquelles notre homme développait des idées politiques simples, voire simplistes, sur le gouvernement des peuples. Mais pour l'Éthiopie de l'époque, de telles idées étaient d'audacieux projets de réforme.

15Si, à l'image des États européens, disait en substance Mondon à l'empereur, vous garantissez la justice et la sécurité de la propriété de la terre, le peuple sera riche et content. Il paiera donc sans rechigner des impôts substantiels et sera fidèle. Supprimez les impôts en nature, créez une administration fiscale efficace (et il joignait un projet de formulaire de registre de perception !), favorisez l'agriculture, introduisez la pomme de terre, ne négligez pas le café, établissez la liberté du commerce et vous assurerez ainsi simultanément votre prospérité et celle de votre peuple. Devenu physiocrate, ou plus simplement disciple de Sully, il citait librement la célèbre maxime እርሻና ንግድ የፈረንሳይ ሁለት ጡቶች ናቸው (« L'agriculture et le commerce sont les deux mamelles de la France »).

16Non seulement Henri IV dont la bonté fit que « ses descendants ont régné pendant deux cents ans » sur la France, était proposé en exemple à Ménélik, mais aussi Louis XVI qui avait su populariser la pomme de terre en arborant épinglé à son habit une fleur du précieux tubercule, et encore l'empereur de Chine qui traçait chaque année en personne un sillon afin de montrer à son peuple quelle importance doit occuper l'agriculture dans l'économie d'une nation. Mais Ménélik connaissait déjà le procédé : il l'avait lui même employé en juin 1889 pour encourager les paysans à labourer à la pioche en attendant que le cheptel décimé par la famine soit reconstitué.

17Il était piquant de voir le républicain, sans doute libre penseur, se métamorphoser en monarchiste paternaliste. Peut-être s'était-il pris sincèrement au jeu du courtisan-mentor. Qu'il ait pris Henri IV comme modèle se comprend : le premier Bourbon a toujours bénéficié de l'indulgence de l'histoire républicaine officielle. Le recours à Louis XVI est plus étrange. À propos de cette métamorphose, Yaltasamma épinglera plus tard Mondon sur un détail, l'usage des titres dont il abusait, à la cour comme dans son mémoire : la cour comme dans son mémoire :

  • 26 Yaltasamma : 33, n. 1.

« En Abyssinie, les anciens commerçants européens, en parlant de Ménilek, disent le roi, comme dans les premiers temps [lorsqu'il n'était que roi du Choa] M. Ilg, tenu de mieux se conformer a la nouvelle situation, et aussi plus cérémonieux - si bien que sa femme le traite d'Excellence - dit l'empereur. M. Mondon seul, et dans les circonstances les plus futiles, les plus triviales, ne dit jamais - et tout le monde en rit - que Sa Majesté »26.

  • 27 Coder des documents personnels mais confidentiels était normal : A. d'Abbadie avait procédé ainsi. (...)
  • 28 Au cours de sa carrière, outre l'Étoile d'Éthiopie, Mondon sera élevé aux dignités suivantes : chev (...)

18Assuré du chemin qu'avait fait dans l'esprit de l'empereur l'idée de promouvoir l'amitié franco-éthiopienne, Mondon décida enfin de rentrer pour soigner ses yeux qui continuaient à le faire souffrir. Avait-il été officieusement chargé de cette mission d'apprivoiser Ménélik qu'il jugeait maintenant achevée ? Ou s'en était-il investi de sa propre initiative ? Par patriotisme ou par vanité ? En l'état des connaissances, il est impossible de trancher. Le 23 juillet 1893, il rendit une visite d'adieu à l'empereur et eut avec lui une conversation dont il consigna plus tard l'analyse dans des notes en langue portugaise écrite en caractères grecs27. Ménélik le décora de l'Étoile d'Éthiopie28, lui remit en cadeau quelques livres manuscrits et lui confia plusieurs missions dont nous ne connaissons pas la nature exacte.

19Ayant quitté Addis Abeba le 25 du mois, Mondon atteignit Djibouti le 12 septembre et débarqua à Marseille le 1er octobre 1893. Il était donc resté en Afrique orientale seize mois. À part les régions traversées par la route d'Addis Abeba à Djibouti qu'il avait parcourues deux fois et quelques lieux, tel Ankobär, vus à l'occasion d'un détour, il n'avait visité en profondeur qu'Addis Abeba, Harar et leurs alentours. Dans chacune de ces villes il avait séjourné sept mois.

  • 29 Vanderheym, Une expédition : 192.
  • 30 Le Temps, 13 janvier 1896.

20Pendant son absence de France, le publiciste avait adressé au Temps au moins 23 correspondances (Schneider et Vanderlinden n'en compte que 16). Elles étaient souvent anonymes ou signées d'un simple « M ». Le négociant Vanderheym déclare : « M. Mondon est l'auteur anonyme [sic] des Lettres d'Abyssinie publiées dans Le Temps »29. Le journal les avait fait paraître sous ce titre de « Lettres d'Abyssinie » de trois à cinq mois environ après leur date de rédaction. Ainsi s'achevait un premier voyage que Casimir Mondon-Vidailhet a lui-même qualifié plus tard de « voyage d'exploration »30. Il est d'ailleurs à l'époque plusieurs fois qualifié « d'explorateur ». Pendant son second séjour en Éthiopie, il sera considéré comme un « explorateur naturaliste ».

Bref voyage en France

21Rentré en France, il partagea son temps entre Saint-Gaudens et Paris. Sans doute s'acquitta-t-il des missions que Ménélik lui avait confiées. Il correspondit avec ce dernier pour lui rendre compte et pour se tenir au courant de la situation politique éthiopienne. Il se procura aussi une presse à imprimer dont les polices de caractères éthiopiens ont pu lui être fournies par l'Imprimerie nationale dont il avait utilisé les services pour l'impression de son Manuel d'Abyssin.

  • 31 Théophile Delcassé (1852-1923) était, originaire comme Mondon, des Pyrénées, de Pamiers. Député rad (...)

22Mais son objectif était de retourner en Éthiopie au plus vite. Sans doute même s'était-il engagé auprès de Ménélik à revenir. Par manque de moyens matériels mais aussi pour être en position d'approfondir ses relations avec l'empereur ou les Grands de l'empire et recueillir ainsi les fruits de son premier voyage, Mondon rejetait certainement l'idée de revenir à titre personnel. Il avait besoin d'une raison sociale, d'une mission, d'une couverture a-t-on envie de dire. À coup sûr il a rendu compte en haut lieu de son séjour solitaire à Addis Abeba et c'est probablement sans peine qu'il a convaincu ses interlocuteurs de tirer un profit politique des liens qu'il avait tissés à cette occasion avec Ménélik afin de les utiliser au développement des relations franco-éthiopiennes. Pour cela il fallait le renvoyer en Éthiopie. Les amis politiques ont sans doute encore joué leur partie et parmi eux, cette fois-ci, il est possible que ce soit trouvé Théophile Delcassé qui occupa le sous-secrétariat d'État aux Colonies du 4 avril au 2 décembre 189331. Peut-être, enfin, les Éthiopiens sont-ils intervenus pour « réclamer » Mondon-Vidailhet ?

23Tout cela n'est que supposition car rien n'a encore été découvert sur le processus qui a conduit à confier une nouvelle mission à Mondon, rien non plus qui explique pourquoi cette mission fut secrète ou tout au moins officieuse. S'agissait-il de ménager la susceptibilité des autres puissances actives en Éthiopie ou tout simplement de donner à l'entreprise de Mondon toutes les chances de succès ? Inutile de préciser que la vraie raison de la présence de Mondon à Addis Abeba ne sera jamais pour les Européens résidants en Éthiopie qu'un secret de polichinelle.

24C'est donc comme « représentant secret permanent », « agent français », « agent délégué », « délégué spécial du gouvernement français » ou « agent officieux » qu'il va repartir. Toutes ces expressions imprécises qui se trouvent dans les documents d'archives montrent bien qu'il ne bénéficiait d'aucun statut nettement défini. Le rôle qui lui était imparti semble avoir été de représenter Paris auprès du négus et de le conseiller dans un sens qui soit favorable aux intérêts de la France, intérêts qui, nous l'avons dit, coïncidaient grosso modo avec ceux de l'Éthiopie. Mais quelle administration ou quel service a saisi cette opportunité de déléguer Mondon avec cette mission mixte ? Le quai d'Orsay, serait-on tenté de répondre, mais pourquoi pas les Colonies, la Marine, voire les Services secrets ou même directement le Gouvernement ?

  • 32 Inalco, Stanislas Mondon à P. Boyer, lettre du 29 mars 1911.

25Au reste, peu importe, car la formule d'une représentation informelle de la France ne pouvait que convenir à Ménélik qui disait des ambassadeurs officiels qu'ils causaient des « embarras inutiles ». Ainsi n'hésitera-t-il pas à confier à Mondon quelques tâches qu'une accréditation officielle l'aurait empêché d'accepter. Mondon ne s'expliquera jamais sur l'origine, l'étendue et le contenu exact de ses « attributions », au point que, les évoquant, Weinzinger qui sera son élève, déclarera : « On supposait qu'il avait une mission officieuse ». Dans une correspondance adressée à Paul Βoyer, administrateur de l'École des Langues orientales à partir de 1908, Stanislas laisse entendre qu'il en savait plus sur le rôle de son frère qu'il n'a bien voulu l'écrire dans sa notice : « j'ai évité de donner aux séjours de mon frère en Abyssinie et au rôle qu'il a joué alors, un caractère officiel public »32.

  • 33 Dehérain.
  • 34 Inalco. Mlle Trouillet était la nièce d'un négociant du même nom qui fréquenta l'Éthiopie à l'époqu (...)

26Un autre point : Mondon a-t-il été rémunéré pour ces services par les Français ? Aucun élément n'est actuellement disponible pour répondre à cette question, mais un document laisse supposer qu'il en fut au contraire de sa poche. De plus, il ne s'adonnait à aucune activité mercantile pour améliorer ses revenus, à la différence de la majorité des autres Européens de l'entourage de Ménélik (mais ils étaient venus pour cela...) Était-il payé par les Éthiopiens ? Stanislas, là, est catégorique : « Mon frère ne touchait aucun traitement pour ces fonctions [de conseiller d'État de l'Empire] »33. Bien sûr il percevait des avantages en nature traditionnellement dus à l'hôte en Éthiopie : logement, etc. Mais au total le séjour lui aurait coûté cher. Dans une note consignant une déclaration de Mlle Trouillet à P. Boyer, on lit : « il [Mondon] a mangé 25 à 30 000 fr en Abyssinie, ni commerce ni affaires ». D'où venait cet argent34 ?

Notes

15 Né en 1810, A. d'Abbadie était alors âgé. Il mourra en mars 1897.

16 Voir : n. 12.

17 Jean-Baptiste Coulbeaux (1843-1921), missionnaire lazariste, en Éthiopie de 1867 à 1900.

18 À la Libération, lors de la spoliation de la presse, Le Temps est devenu Le Monde qui mutatis mutandis a conservé le même esprit.

19 H. Dehérain, dans des notes qu'il a réunies en vue de rédiger une biographie de Mondon (citées Dehérain), fournit la liste des étapes qu'il a obtenue de Stanislas Mondon. Voir la carte de cette route dans Michel, Mission de Bonchamps. Vers Fachoda.

20 Schneider : 168.

21 Amh. : lit, trône.

22 « A la cour du roi des rois d'Éthiopie », Le Temps, 18 juillet 1893.

23 Amh. : espace enclos comprenant palais royal et dépendances.

24 Yaltasamma, Les amis de Ménilek II. Derrière le pseudonyme de Yaltasamma se cache le journaliste Le Goguyer. Son pamphlet d'abord publié en plusieurs articles dans la Dépêche Coloniale est impitoyable pour le lobby des Européens qui gravitaient autour de Ménélik.

25 Publié dans Schneider : 181-93. Il s'agit du manuscrit 268 du fonds Mondon-Vidailhet que Chaîne décrit avec un peu d'emphase comme un « exposé des différentes formes de gouvernement tirees de l'histoire des divers peuples de l'Europe » (Chaîne, Catalogue).

26 Yaltasamma : 33, n. 1.

27 Coder des documents personnels mais confidentiels était normal : A. d'Abbadie avait procédé ainsi. Où se trouve aujourd'hui ce texte ?

28 Au cours de sa carrière, outre l'Étoile d'Éthiopie, Mondon sera élevé aux dignités suivantes : chevalier de la Légion d'honneur, commandeur de Sainte-Anne de Russie, grand-croix de l'ordre du protectorat de Tadjourah ; mais il ne recevra pas le grand cordon du Cambodge que Lagarde réclama pour lui (Schneider : 177).

29 Vanderheym, Une expédition : 192.

30 Le Temps, 13 janvier 1896.

31 Théophile Delcassé (1852-1923) était, originaire comme Mondon, des Pyrénées, de Pamiers. Député radical, puis sous-secrétaire d'État aux Colonies en 1893, il fut ensuite ministre des Colonies en 1894 et 1895 puis ministre des Affaires étrangères de 1898 à 1905.

32 Inalco, Stanislas Mondon à P. Boyer, lettre du 29 mars 1911.

33 Dehérain.

34 Inalco. Mlle Trouillet était la nièce d'un négociant du même nom qui fréquenta l'Éthiopie à l'époque où Mondon y vivait.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter