Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Casimir Mondon-Vidailhet, pionnier de l'amitié franco-éthiopienne / Pioneer of the French-Ethiopian friendship (1847-1910)

 | 
Alain Rouaud

Casimir Mondon-Vidailhet. Pionnier de l'amitié franco-éthiopienne

La jeunesse

Texte intégral

Un cadet de Gascogne

1Mondon-Vidailhet est né dans le Comminges, à Saint-Gaudens, capitale du Nébouzan et un des chefs-lieux d'arrondissement de la Haute-Garonne, le 1er février 1847 et fut prénommé François, Marie, Casimir. Son père, Jean Mondon-Vidailhet, tenait un pensionnat et sa mère, Marie Paulandré était regrattière au moment de son mariage, c'est-à-dire qu'elle s'occupait de commerce de détail et de seconde main. Un quatrième enfant, Stanislas, allait suivre, ainsi qu'une fille.

2Le nom même de « Mondon-Vidailhet », avec tiret ou sans, mérite un bref développement. Dans les vallées d'Aure et de Larboust, dont les ascendants de la famille étaient originaires, une coutume voulait que le mari adjoigne à son nom celui de sa femme si celle-ci était fille unique, afin d'éviter que son patronyme ne s'éteigne. Ainsi un certain Jean Vidailhet avait-il épousé en 1772, une demoiselle Mondon qui se trouvait dans cette situation. Si sa vie durant Casimir Mondon-Vidailhet acceptera d'être appelé « Mondon » tout court - il signera même parfois ainsi -, il revendiquera toujours fièrement celui de « Vidailhet ». À la main, il signait parfois « Mondon-V. ».

3L'institution secondaire que son père avait fondée vers 1835 jouissait d'une solide réputation régionale puisque des enfants y venaient étudier de tout le Comminges, du Couserans, de la vallée d'Aran et même d'Andorre. La nécessité d'instruire ses propres enfants tout autant que le succès rencontré, principalement dû aux réussites fréquentes que connaissaient ses élèves au baccalauréat, le poussèrent à ouvrir des classes primaires dans lesquelles Casimir fit ses premières armes.

4Dans l'établissement régnait une règle qui fut (et qui reste) révolutionnaire dans les écoles françaises : on ne pourchassait pas les élèves qui s'exprimaient dans « l'idiome local ». Autant dire que l'attachement de l'enfant pour sa langue n'y fut pas contrarié et que son goût naissant pour les autres langues put s'y épanouir. Il parla donc gascon et français. Il aima le latin, le grec ancien. Il apprit tout seul le grec moderne. Il travailla l'italien avec un vieux capitaine à la retraite, l'espagnol avec son père et avec l'organiste paroissial. Pour se familiariser avec la pratique de ces deux dernières langues et s'initier à d'autres, il fréquentait, nous dit Stanislas, les émigrés génois, piémontais, catalans, aragonais etc. qui étaient devenus Saint-Gaudinois d'élection.

  • 4 Stanislas : 9. Sans doute s'agissait-il d'une des éditions françaises. Voyageur écossais, James Bru (...)
  • 5 Brisson, « Un conseiller d'État de Ménélik » : 2, col. c.

5Il s'enthousiasma aussi pour l'histoire et la géographie en mettant en coupe réglée la bibliothèque du capitaine et celle de son père. C'est là que son intérêt pour l'Éthiopie se serait éveillé, le jour où il découvrit un exemplaire du voyage de Bruce, au détour d'un rayonnage, parmi les livres d'histoire et les récits de voyage dont il raffolait. Stanislas rapporte : « Il (Casimir] racontait bénévolement la peine éprouvée par lui à retirer de la bibliothèque paternelle quelques énormes volumes qu'il recherchait, un jour, et qui faillirent le faire choir dangereusement : ils contenaient la relation des voyages de James Bruce en Abyssinie... »4. Ou, comment on devient éthiopisant... D'après le journaliste Adolphe Brisson, il n'avait pas encore dix ans5.

6Son père sut aussi le passionner pour la littérature populaire française du Moyen Âge, qui n'était pas alors inscrite aux programmes officiels. Il apprit encore à jouer de plusieurs instruments de musique.

7Les qualités durables dont Casimir fit montre dans l'étude de ces disciplines furent une solide intelligence, une curiosité vive et éclectique de touche-à-tout, servies par une « mémoire prodigieuse de l'esprit mais pas de la lettre des choses ». Il retenait tout, à l'exception des fables et du catéchisme, nous confie Stanislas. Il ne prit pas goût en revanche aux sciences exactes qui « le jetaient dans une sorte de perplexité et le rebutaient ». Dans ces domaines, il ne chercha qu'à atteindre le niveau du baccalauréat. Dans la vie de tous les jours, il était peu joueur et préférait réclamer à ses tantes qu'elles lui disent des contes plutôt que de participer aux jeux de ses camarades. Ces pieuses confidences de son frère nous permettent de comprendre que Casimir était ce qu'on appelle un « littéraire », nourri de lectures, intellectuel, rêveur et modeste. Plus tard toutefois, il sera un tantinet imbu de ses connaissances.

  • 6 Quotidien anticlérical de l'opposition constitutionnelle fondé en 1836. Devenu républicain après 18 (...)

8En 1862, à l'âge de 15 ans, le jeune Casimir était prêt à se présenter au baccalauréat mais la dispense d'âge qui lui était indispensable lui fut refusée par le rectorat de Toulouse. La raison en aurait été que son père lisait Le Siècle6. Casimir fut dépité, ulcéré, de ce refus. « La nostalgie s'empara de lui », dit Stanislas, et il forma le projet d'un voyage lointain. Son père, qui venait de perdre un de ses fils plus âgés ferma les yeux sur ce coup de tête et l'autorisa à partir en lui fournissant l'aide matérielle dont il avait besoin.

Le voyage d'Orient

9Muni d'un peu d'argent et de lettres de recommandation, il s'embarqua fin 1863 ou en 1864 à Marseille sur le Νil, des Messageries impériales à destination de Beyrouth. L'aventure commençait. À bord, il fit la connaissance d'étudiants chypriotes qui retournaient au pays après des études en France. Ils l'enflammèrent pour la cause de l'indépendance de leur pays, de sorte qu'à l'arrivée à Beyrouth, il accepta de les accompagner à Larnaka pour libérer l'île du joug ottoman... Par bonheur pour son avenir, la noble entreprise fit long feu et il fut rapidement de retour à Beyrouth pour reprendre le cours plus calme du classique voyage d'Orient.

10Il visita Tripoli puis se joignit à un avocat angevin pour sillonner l'Égypte. Alexandrie, Le Caire, puis Assouan atteint en bateau rythmèrent sa visite de la vallée du Nil qui dura trois mois. D'Égypte, il passa à Jaffa puis à Jérusalem « presqu'autant en pèlerin qu'en touriste ». Ce fut ensuite le retour par Smyrne, la Grèce où il séjourna longtemps, et l'Espagne. Pour reculer le moment de regagner Saint-Gaudens, il s'attarda à Gerone où il prononça une petite conférence en catalan. Celle-ci lui aurait valu un succès tel, qu'il se serait répété « de la place du Mercadal à la cathédrale qu'un français s'était montré orateur catalan ».

11Mais il y avait près de trois ans que le voyage durait et le père s'impatientait de voir revenir son fils d'autant qu'il souhaitait lui proposer sa succession. Casimir revint au pays, mais sans aucune intention d'accéder au désir paternel.

12Désœuvré, il trompa son ennui en étudiant l'allemand avec un Wurtembergeois et, tout seul, l'anglais. Le résultat fut inverse de ce qu'on serait en droit d'imaginer. Il sut l'anglais mais jamais l'allemand. « Je n'ai eu qu'un seul professeur de langue, disait-il, c'était pour l'allemand. Résultat bizarre : c'est la seule langue que je ne suis jamais arrivé à parler ». Mais il y avait beaucoup de coquetterie dans ce désir, qu'il exprimera à plusieurs reprises par la suite, de passer pour un autodidacte complet. Peut-être était-ce aussi une manière de régler ses comptes avec l'enseignement et l'académie de Toulouse qui l'avait empêché de se présenter au baccalauréat.

13Ce baccalauréat, pourtant, il le passa en 1866 ou 1867. Le père se reprenait à espérer que le nouveau bachelier accepterait la direction de son institution, lorsqu'il reçut de Paris une lettre d'un ami de son fils qui le priait de laisser partir ce dernier pour la capitale. Le correspondant se faisait fort de lui trouver un travail dans le journalisme où lui même brillait... C'était en fait un stratagème inventé par Casimir pour monter à Paris. Plus ou moins dupe, le père acquiesça.

  • 7 Brisson : 2, col. c.

14Et Casimir partit. On était en 1867, l'année de l'exposition universelle. Il avait 20 ans. De travail, bien sûr, il n'y en avait point et pendant quelques mois ce fut la bohème, si ce n'est la misère. « Toutes les portes se fermaient devant ce garçon timide qui ne payait pas de mine et était affecté d'un déplorable accent de terroir » nous dit Brisson7 qui ne peut tenir l'information que de Mondon-Vidailhet lui-même. Il se consolait en étudiant les langues (déjà l'amharique ?) et en jouant Beethoven sur son violon. Un jour enfin, un journal, Le Petit-Figaro, accepta le jeune provincial.

15Il n'a donc manqué à la jeunesse de Mondon-Vidailhet ni les hésitations de l'adolescence, ni le voyage initiatique en Orient, ni la montée à Paris, ni l'ami complice, ni la bohème, ni le journalisme, ni, bientôt, la politique. Il ne manque que les femmes. Mais si Stanislas avait su quelque chose, nous l'aurait-il dit ?

Le publiciste

16Le Petit-Figaro était la doublure littéraire du Figaro. Il y entra comme secrétaire de rédaction grâce à un certain Lacaze, secrétaire de H. de Villemessant, le directeur des deux journaux qui cohabitaient dans les mêmes locaux. Sa collaboration ne fut pas sans nuages. Nous sommes sous l'empire libéral et l'opposition républicaine met alors à profit les efforts que le régime déploie pour s'ouvrir afin de l'abattre. Or influencé peut-être par les opinions paternelles, Mondon-Vidailhet était républicain. Son directeur ne l'ignorait pas mais le tolérait. Quelques incidents survinrent néanmoins.

  • 8 Alphonse Baudin, médecin, franc maçon et député républicain tué sur une barricade en 1851 en s'oppo (...)

17Les articles qu'il donnait au Petit-Figaro allaient souvent dans le sens opposé de ceux qui étaient publiés par ses confrères du Figaro sur le même sujet. Le compte rendu qu'il fit de la manifestation du 2 novembre 1868 sur la tombe du député Baudin8 à Montmartre, par exemple, détonna avec l'ensemble de ce que les journaux du groupe avaient passé dans leurs colonnes. L'inauguration en août 1869, à l'Opéra, de la Danse de Carpeaux, le sculpteur préféré de Napoléon III, donna lieu à un incident plus grave. Mondon s'apprêtait à écrire tout le mal qu'il pensait de l'oeuvre lorsqu'il fut soupçonné par son directeur d'être un ami du jeune vandale qui venait de jeter une bouteille d'encre sur les statues... Ses dénégations véhémentes ne retardèrent que de peu le moment où son engagement de plus en plus résolu dans la lutte contre l'Empire impliquait sa démission du Petit-Figaro.

  • 9 Brisson : 2, col, c.

18L'occasion de se retirer lui fut fournie par le plébiscite organisé par l'empereur en mai 1870. Son directeur lui aurait dit : « Vous choisirez entre la République et Le Figaro ». À quoi il aurait répondu : « Je choisis la Liberté ! »9. Après cette profession de foi héroïque... il se jeta à corps perdu dans les réunions de comités, les manifestations et les tâches de propagande, à Paris comme à Saint-Gaudens où il revenait de temps à autre. Il consacra aussi plus de temps à des recherches personnelles qu'il menait à la Bibliothèque nationale.

19Le 15 juillet 1870, la guerre éclate et le 4 septembre la république est proclamée. Mondon est pressenti pour occuper un poste dans la carrière préfectorale, proposition dans laquelle on est tenté de voir - mais sans preuve - le résultat d'une intervention de ses connaissances politiques, proches ou lointaines, parmi lesquels il n'est pas exclu qu'il y ait eu Jules Ferry, Léon Gambetta, voire Victor Hugo. Mais accepter « c'eût été à son sens l'équivalent d'une désertion » dit son frère. Il préféra rester à Paris, se faire incorporer dans la Garde nationale et y servir pendant la durée du siège de la capitale. Après la capitulation française, au début de février 1871, il partit à Bordeaux pour le compte de plusieurs journaux afin d'y suivre les travaux de l'Assemblée nationale nouvellement élue qui y siégeait.

20La Commune le trouva à Saint-Gaudens. Il n'y participa donc pas contrairement à ce qui a été dit par Brisson. Selon ses propres termes, il n'aimait pas les « énergumènes »... Dès que cela fut possible (en juin donc ?), il revint à Paris pour reprendre le métier de journaliste parlementaire auquel il avait pris goût. Si cette spécialisation austère ne l'autorisait pas à se laisser aller à son penchant pour la littérature populaire et le récit, elle lui permettait en revanche de jouer un rôle politique, si modeste et si indirect fut-il, en l'introduisant dans les hautes sphères dirigeantes du pays. Pendant près de vingt ans, de 1872 à 1891, il assistera assidûment à toutes les sessions parlementaires, nouant - nous pouvons le supposer -, de nombreuses et précieuses relations parmi le personnel politique en place.

21Mondon collabora aux journaux suivants : Gil Blas, Le Parti National, L'Événement et L'Estafette qui, bien que d'opinions politiques variées, avait en commun d'être tous républicains. Dans les deux premiers, il dirigea le bulletin politique. En 1876, il assura en outre pour un an, la rédaction du Républicain du Tarn-et-Garonne, à Montauban. Comme publiciste, Mondon se fit la réputation d'être un rédacteur précis, concis et clair. Mais dans des feuilletons donnés au Canigou, « journal de Prades et des Pyrénées orientales », il débridait son instinct de conteur et son imagination.

22Parallèlement, Mondon poursuivit ses travaux. L'idée de tirer au clair les origines de la langue française, idée qu'il aurait eue dès ses études secondaires, l'occupa. Il continua aussi à se passionner pour l'histoire et les langues d'Éthiopie. Nous ne savons pas comment il était venu aux études éthiopiennes. La fréquentation de J. Bruce, et le voyage dans la vallée du Νil ont pu jouer leur rôle. Pendant l'expédition britannique contre le négus Téwodros (1868), l'Éthiopie était devenue provisoirement un des sujets couverts par la presse française. Serait-ce à cette occasion que l'intérêt encore vague ou platonique qu'il portait à ce pays se concrétisa ?

  • 10 Le Roux, Ménélik et nous : 226. Le fonds Mondon-Vidailhet (Bibliothèque nationale) conserve un peti (...)

23Toujours est-il qu'il était homme à comprendre que toute connaissance d'un peuple et de sa culture est médiatisée nécessairement par celle de sa langue. Dès 1877 et sans doute avant, il a donc commencé l'étude de l'amharique. Qu'il ait été à cette date en mesure de fournir au commerçant Léon Chefneux un petit lexique amharique le prouve. Le Roux parlant du départ de Chefneux pour l'Éthiopie en 1877 écrit en effet : « M. Chefneux m'a dit [...] que le capital le plus intéressant qu'il emportait d'autre part, était un petit vocabulaire, il serait plus exact de dire une liste de mots amhariques. Ce manuscrit, dans l'occasion si précieux, lui avait été donné par un jeune philologue dont nous retrouverons le nom mêlé par la suite aux affaires d'Abyssinie, M. Mondon »10

  • 11 Waddington, William Henry (1826-1894) archéologue et homme politique de centre gauche, ministre de (...)
  • 12 D'après les annuaires diplomatiques, la succession des agents du vice-consulat de France à Massaoua (...)

24Il guettait aussi l'occasion de partir sur place. Le vice-consulat de France à Massaoua s'étant trouvé libre en 1875, il posa sa candidature qui fut appuyée par ses amis politiques et par William Waddington11 alors ministre des Affaires étrangères. Mais le poste fut finalement attribué à un certain Carbonnel12.

La politique française en mer Rouge

25L'époque était à la reprise de l'expansion coloniale. La Gauche avec Jules Ferry, ardent impérialiste, resta au pouvoir près de trois ans et demi en deux périodes (1880-1881, 1883-1885) et relança les aventures coloniales : le traité du Bardo imposé au bey de Tunis, en 1881, marqua le début de l'entreprise. Ce fut ensuite le tour des souverains d'Annam, de Madagascar et des Comores de faire les frais de la boulimie territoriale de J. Ferry et de devoir accepter le protectorat de la France, respectivement en 1883, 1885 et 1886. Cette expansion au Maghreb, en Afrique orientale et en Extrême-Orient était concomitante des poussées coloniales dans ces régions des autres puissances européennes, et singulièrement de celles de la Grande-Bretagne et de l'Italie. Elle replaça la mer Rouge au centre d'un maelstrom d'intérêts politiques et économiques. Dans le même temps des alliances internationales se formaient. L'empire d'Allemagne, l'Autriche et l'Italie en s'unissant au sein de la Triple Alliance (1882), poussaient la France et la Russie à s'allier (1891 : engagement de collaboration, décembre 1893 : convention militaire secrète). L'antagonisme entre ces groupes avait naturellement ses répercussions dans le domaine colonial : le premier des deux, avec les encouragements de l'Angleterre, soutenait les entreprises coloniales italiennes, le second défendait l'indépendance de l'Éthiopie.

26Pour utiliser dans les meilleures conditions cette voie d'accès à ses nouvelles possessions (rendue facilement accessible par l'ouverture du canal de Suez en 1869), la France devait disposer d'une halte où ses navires pourraient réparer, faire du charbon, de l'eau et des provisions, une colonie de position en un mot, qui lui rendrait les services qu'Aden rendait aux Britanniques. Les journalistes qui approuvaient et soutenaient la politique coloniale de Jules Ferry - et Mondon-Vidailhet était du nombre - pensaient qu'il suffisait de rendre effective l'occupation d'Obock, cette petite implantation dans le golfe de Tadjoura que la France avait achetée aux chefs afar de l'endroit en 1862, et délaissée depuis.

27Le regain d'intérêt pour Obock fut d'abord marqué par l'installation de sociétés de commerce dont la plus notable fut la Compagnie Mesnier qui créa l'indispensable dépôt de charbon. L'étape suivante fut l'occupation militaire, effective en 1884. La même année la nouvelle colonie reçut un gouverneur en la personne de Léonce Lagarde. En 1888, celui-ci dota l'établissement d'un nouveau chef-lieu, Djibouti, qui allait remplacer officiellement Obock en 1896.

28Le gouvernement français revendiquait également, beaucoup plus au nord, la baie d'Adulis (Zula), mais là il fallait faire vite car les Italiens, qui contrôlaient déjà Assab, s'intéressaient eux aussi à cette région. Ils convoitaient en effet l'important port de Massaoua, point de départ de la principale route conduisant à la partie septentrionale des hauts plateaux éthiopiens. En février 1885, ils l'occupèrent, rendant ainsi sans objet les projets français.

29Toute possible réaction française à cette action fut compromise par les effets politiques de l'accrochage de Lang-Son qui opposa au Tonkin en mars de la même année les troupes françaises à l'armée régulière chinoise. Grossi par la presse anti-coloniale, l'incident provoqua en juin la chute de J. Ferry et, en conséquence, l'arrêt de l'expansion territoriale de la France en mer Rouge.

  • 13 Né en 1844, Ménélik (Menilek Haylä-Mäläkot), était devenu roi du Choa en 1865. Il sera roi des rois (...)

30Au désespoir du groupe de pression colonial français, les Italiens, eux, continuèrent leur avancée en Éthiopie. Affrontés dans le nord à l'empereur Yohannes IV, ils tentèrent d'exercer une influence prépondérante auprès du souverain du royaume vassal plus méridional du Choa, l'ambitieux Ménélik13, tout autant pour créer des difficultés à Yohannes que pour disposer d'une carte de rechange.

  • 14 Le différent se résumait ainsi : l'article 17 du traité disposait-il que l'Éthiopie puisse (version (...)

31En 1889, le comte Pietro Antonelli, envoyé italien, parvint à conclure avec Ménélik le traité de Uccialli (Wetchalé) qui scellait l'alliance italo-choanne. Mais après la disparition de Yohannes en 1889, Ménélik accéda au trône impérial et se sentit dès lors suffisamment fort pour contester ce traité. Après qu'il en ait rejeté l'interprétation italienne qui faisait de son pays un protectorat italien14, la querelle italo-éthiopienne s'envenima progressivement pour déboucher quelques années plus tard sur la guerre d'Adoua (1896).

32L'Italie, qui considérait le littoral africain de la mer Rouge comme son domaine réservé, était clairement et fermement opposée à toute forme de présence française dans le golfe de Tadjoura. Confrontés à l'expansionnisme italien, Français et Éthiopiens se trouvaient donc en position d'alliés objectifs. Pour la France, protéger l'existence de sa colonie d'Obock-Djibouti signifiait logiquement préserver l'indépendance de l'empire d'Éthiopie. De son côté, Ménélik voulait garantir l'approvisionnement de son pays en armes, soit que les Français lui en fournissent, soit qu'ils en facilitent le transit par leur colonie. Conscient de cette réalité, l'empereur lui même avait fait le premier pas en entrant en contact avec Paris par l'intermédiaire d'Alfred Ilg, son conseiller suisse, et du gouverneur Lagarde. Il avait entretenu une correspondance avec le président Sadi Carnot et lui avait envoyé en cadeau deux lions dont Chefneux avait assuré l'expédition.

33Afin de concrétiser ce rapprochement, Paris décida d'envoyer une mission spéciale en Éthiopie. Elle aurait pour but de s'assurer que l'empereur ne désapprouvait pas la politique française en mer Rouge, comme son attitude neutre lors de la réoccupation d'Obock le laissait supposer. Elle poserait aussi les jalons d'une collaboration franco-éthiopienne si toutefois les intentions de l'empereur s'y prêtaient. La mission remettrait enfin à ce dernier le grand cordon de la Légion d'honneur.

34Constituée en 1891 et conduite par Chefneux, la mission comptait parmi ses membres un envoyé spécial du journal Le Temps : Casimir Mondon-Vidailhet.

Notes

4 Stanislas : 9. Sans doute s'agissait-il d'une des éditions françaises. Voyageur écossais, James Bruce (1730-1794) séjourna en Éthiopie de 1768 a 1772 et crut avoir découvert les sources du Nil.

5 Brisson, « Un conseiller d'État de Ménélik » : 2, col. c.

6 Quotidien anticlérical de l'opposition constitutionnelle fondé en 1836. Devenu républicain après 1848, il s'opposa au Second empire mais il perdit ensuite de son audience et disparut en 1917.

7 Brisson : 2, col. c.

8 Alphonse Baudin, médecin, franc maçon et député républicain tué sur une barricade en 1851 en s'opposant à la proclamation de l'Empire.

9 Brisson : 2, col, c.

10 Le Roux, Ménélik et nous : 226. Le fonds Mondon-Vidailhet (Bibliothèque nationale) conserve un petit lexique français-amharique-galla (n° 109). Aurait-il un rapport avec celui emporté par Chefneux ?

11 Waddington, William Henry (1826-1894) archéologue et homme politique de centre gauche, ministre de l'Instruction publique (1873, 1877), puis des Affaires étrangères (1877-1879) et Président du Conseil (1879).

12 D'après les annuaires diplomatiques, la succession des agents du vice-consulat de France à Massaoua s'établit comme suit : Chauvin Beillard (1858-59), Gilbert (1860-61), Lejean (1862-65), W. Münzinger (1866-70), E. Choquin de Sarzec (1872-74), F. de Stroltz (1874), Carbonnel (1875-76), A. Raffray (1879-81), F. Soumagne (1882-94), A. Flandin (1894-95). H. Baroncelli-Javon et Bosseront d'Anglade, nommés respectivement en 1896 et 1897, ne seront pas installés.

13 Né en 1844, Ménélik (Menilek Haylä-Mäläkot), était devenu roi du Choa en 1865. Il sera roi des rois de 1889 à sa mort en 1913.

14 Le différent se résumait ainsi : l'article 17 du traité disposait-il que l'Éthiopie puisse (version amharique du texte) ou doive (version italienne) avoir recours à l'intermédiaire de l'Italie pour entretenir des relations avec les pays étrangers ?

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter