Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Casimir Mondon-Vidailhet, pionnier de l'amitié franco-éthiopienne / Pioneer of the French-Ethiopian friendship (1847-1910)

 | 
Alain Rouaud

Casimir Mondon-Vidailhet. Pionnier de l'amitié franco-éthiopienne

Introduction

Texte intégral

1Trois Français ont joué à des titres divers un rôle important aux côtés de l'empereur Ménélik (1889-1913) : Léon Chefneux, homme d'affaires, Casimir Mondon-Vidailhet, « agent officieux » du gouvernement français et Léonce Lagarde son premier représentant officiel.

  • 1 Schneider & Vanderlinden, « A propos d'un manuscrit » : 166.
  • 2 Voir : « Sources & bibliographie ». Stanislas, né en 1851, a suivi une carrière d'officier d'infant (...)

2Ni la vie, ni l'œuvre d'aucun de ces trois hommes n'ont à ce jour été l'objet d'études approfondies. Les papiers laissés par Lagarde et Chefneux n'ont pas été publiés et peu utilisés. Quant à Mondon-Vidailhet, il a disparu sans laisser de traces à en croire les auteurs d'un article paru en 1969 qui écrivaient : « Il semble donc que la personnalité de Mondon n'ait pas laissé de trace soit dans l'actualité, soit dans le monde scientifique »1. Sa biographie était alors assez floue, son influence sur les événements du règne de Ménélik assez incertaine et ses oeuvres, pourtant nombreuses, suffisamment oubliées, pour que cette opinion ait semblé raisonnable. Les recherches relatives à Chefneux et à Lagarde sont au point mort. En revanche, l'utilisation de nouvelles données relatives à Mondon-Vidailhet (il s'agit principalement d'une note rédigée par son frère Stanislas2) a permis d'obtenir depuis quelques résultats que l'on trouvera consignés dans ces lignes.

  • 3 Sur les oeuvres de Mondon-Vidailhet voir : « Sources & bibliographie ».

3Si les africanistes et les historiens de l'Afrique se souviennent de Mondon-Vidailhet, ou « Mondon » comme il acceptait lui-même d'être appelé, c'est principalement pour la traduction de la chronique de l'empereur Téwodros II qu'il a donnée en 1904/1905 et qui reste son texte le plus connu3. Les géographes, eux, le tiennent pour l'introducteur de l'eucalyptus en Éthiopie mais, disons-le tout de suite, sans doute à tort. Pour les éthiopisants, il n'est pas beaucoup plus qu'un nom sur la plaque apposée à l'École des Langues orientales (les « Langues O' », l'actuel Institut national des Langues et civilisations orientales, Inalco) de Paris dans l'ancienne salle d'Assemblée, à la mémoire des enseignants titulaires, à une coudée au-dessous des plus grands noms de l'orientalisme français. Ils n'ont pas oublié cependant qu'il a inauguré l'enseignement de l'amharique (« l'abyssin » disait-on alors) en France et qu'il a rapporté d'Éthiopie une importante collection de manuscrits écrits dans cette langue, aujourd'hui déposée à la Bibliothèque nationale. De fait, une postérité bien discrète.

4Plusieurs personnes m'ont apporté leur aide. Janine Fiatte, secrétaire générale de l'Inalco de 1953 à 1987, m'a autorisé à consulter à titre dérogatoire le dossier de Mondon à l'Inalco et à reproduire la photographie qui s'y trouvait. Pierre-François Burger m'a fait connaître les documents Dehérain et m'a communiqué des notes personnelles. Éric Godet m'a confié de précieuses lettres originales adressées à Mondon. Patricia Mirouze, a assuré avec efficacité et doigté la tâche ingrate de rédiger une version anglaise de ce texte (légèrement abrégé par endroit et débarrassé de ses notes pour la circonstance) dans laquelle les citations longues ont été conservées en français. Joseph Tubiana et Michel Perret ont bien voulu lire la première mouture de ces lignes et me suggérer d'utiles corrections. Jean Sabadie m'a fait bénéficier de son savoir de Saint-Gaudinois et Tim Colledge a relu la seconde moitié du livre. Le manuscrit a été préparé avec l'aide de l'Association française pour le développement de la recherche scientifique en Afrique de l'Est (ARESAE) et accueilli par la Maison des études éthiopiennes grâce à la générosité de son directeur, Jacques Bureau. Que tous soient ici vivement remerciés. Précisons que c'est délibérément qu'aucun index n'a été ajouté, ce texte ne constituant que les bonnes pages d'un travail plus important, à paraître. Les notes, la liste des œuvres de Mondon et la bibliographie se trouvent à la fin de la partie française et n'ont pas été répétées après la partie anglaise.

Notes

1 Schneider & Vanderlinden, « A propos d'un manuscrit » : 166.

2 Voir : « Sources & bibliographie ». Stanislas, né en 1851, a suivi une carrière d'officier d'infanterie de Marine de 1873 à 1904.

3 Sur les oeuvres de Mondon-Vidailhet voir : « Sources & bibliographie ».

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter