Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Empreintes du temps

 | 
Serge Tornay
, 
Estelle Sohier

Catalogue de la collection Boucoiran

Catalogue de la collection Boucoiran

Texte intégral

Sceau n° 1 : Téwodros

  • 53 Pour sa biographie cf. en particulier Bairu Tafla, 1987 : 978 ; Bahru Zewde, A history of modern Et (...)
  • 54 Dans le vocabulaire héraldique occidental, cet animal est appelé lion passant léopard car sa tête e (...)
  • 55 Comme le däğğazmač Webé qui gouverna entre 1839 et 1855 et dont les sceaux sont conservés sur la co (...)
  • 56 R. Pankhurst, 1973 : 188.
  • 57 Cf. les exemplaires n° 6 et suivants de la collection.

1L’empreinte* qui ouvre la collection Boucoiran est déterminante dans l’histoire de la sigillographie éthiopienne puisque sa facture a servi de modèle aux sceaux des gouvernants postérieurs. Il s’agit du sceau du negusä nägäst Téwodros II, couronné roi des rois d’Éthiopie en 185553. L’empreinte est de forme circulaire, comme celle de tous les sceaux royaux éthiopiens. Son diamètre, de 5,5 cm, est plus important que celui des sceaux préexistants dans le pays. La figure qui occupe l’ensemble du champ* ressemble à un lion marchant vers la droite, la tête faisant face54. Le corps de l’animal est bien proportionné et dessiné de façon assez réaliste ; le sol sur lequel il évolue est esquissé. Si le lion avait déjà été utilisé comme symbole par d’autres chefs55, c’est la première fois que l’animal apparaît couronné56, et cette représentation sera reprise par les successeurs du roi des rois. Le lion est un symbole fréquemment associé à la force, au courage et au pouvoir, en Afrique comme en Occident ; en Éthiopie c’était un symbole fortement associé à la royauté. Il n’y a toutefois pas encore ici de référence au lion de Juda comme dans les sceaux frappés, quelques années plus tard, par Menilek II57.

  • 58 Zoologiquement le tigre n’est pas un animal africain ; en revanche les Éthiopiens des Hauts-Plateau (...)
  • 59 Bahru Zewde, 1991 : 28 et 36.

2Un triple filet* sépare le champ* de l’exergue*, délimité à l’extérieur par un filet simple*. La légende a été gravée en langue ge’ez dans la partie gauche, en arabe dans la partie droite. Cet usage des deux langues avait certainement un but fonctionnel, puisque les correspondants étrangers au voisinage du royaume éthiopien étaient de culture et de langue arabes. La légende arabe signifie le tigre Téwodros roi d’Éthiopie, peut-être pour décrire l’animal dessiné sur le sceau. Ainsi, l’animal est-il un tigre58 ou un lion ? Quelles sont les deux significations ? Pourquoi la légende ge’ez diffère-t-elle de la légende en arabe ?59 Ce choix dans l’agencement des légendes rappelle les conventions des peintures d’églises, en particulier la représentation des batailles contre les infidèles : les chrétiens y étaient systématiquement représentés à droite, tandis que leurs adversaires se tenaient toujours à gauche. Le sceau décline l’identité du souverain et son christianisme, par le biais de la couronne surmontée d’une croix, mais il contient aussi un avertissement aux éventuels ennemis.

  • 60 Bahru Zewde, 1991 : 36.
  • 61 R. Pankhurst, 1973 : 188.

3La politique de Téwodros II fut une recherche d’alliance avec les Européens pour éliminer le danger égyptien et mener des réformes intérieures pour moderniser le pays60. Ce sceau répond à ces préoccupations : c’est un outil prestigieux pour communiquer avec les dirigeants étrangers, notamment européens, et qui reflète l’usage aristocratique occidental. Le roi l’utilisa dans sa correspondance dès 1857, notamment pour parapher, en 1861, sa lettre à la reine Victoria par laquelle il sollicitait son soutien dans sa lutte contre les infidèles61.

« Téwodros, roi des rois d’Éthiopie »

« Téwodros, roi des rois d’Éthiopie »

« +ንጉሠ ነገሥት: ቴዎድሮስ: ዘኢትዮጵያ »/negusä nägäst téwodros zä’ityop̣ya/
النمرة تودوروس ملك الحبشة
/an-nimrat tūwūdros malik al-ḥabasha/

4Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 98, fig. 16 ; Pankhurst, 1973 : 203 ; Rubenson, 1966 : fig. 56.

5Collection Boucoiran : « 1. Theodoros, Roi d’Éthiopie ».

Sceau n° 2 : Täklä Giyorgis

  • 62 Berhanou Abebe, communication personnelle. Cf. aussi Gebre Sellassie, 1930 : 146, note 2.
  • 63 Cf. notice n° 22.
  • 64 Bairu Tafla, 1987 : 973 ; R. Caulk, 2002 : 141.
  • 65 Le second est reproduit dans R. Pankhurst, 1973 : 204, et S. Rubenson, 1965 : 77.

6Le court règne du wag šum Gobäze (1868-1871), qui prit pour nom de règne Täklä Giyorgis, suivit la mort de Téwodros II. Fils du wag šum Gäbrä Mädhen, il fut au service du roi des rois jusqu’en 1863, avant de se rebeller et de prendre le contrôle des régions Wag, Lasta et Tigré. La tradition voulait que le wag šum fût un descendant des souverains Zagwés, ce qui lui conférait le droit d’assurer l’intérim du pouvoir royal en l’absence d’un prétendant revendiquant une ascendance salomonienne62. À la disparition tragique de Téwodros, Gobäze prit donc le pouvoir, et alla jusqu’à se proclamer negusä nägäst, mais sans recevoir l’onction royale en raison de l’absence momentanée de patriarche en Éthiopie63. Les chefs du Wällo, Goğğam, Bägémder et Šäwa reconnurent le chef autoproclamé, reconnaissance que lui dénia toutefois Kasa, futur Yohannes IV. Täklä Giyorgis marcha alors contre lui vers Adwa en juin 1871, mais il fut défait, capturé et emprisonné ; il mourut en captivité vers 187364. Jamais couronné, Täklä Giyorgis se fit pourtant graver deux sceaux de roi des rois, dont le présent exemplaire65.

  • 66 Un autre sceau de Täklä Giyorgis a servi au cours de la même période. Il comporte la même légende m (...)
  • 67 Cf. note n° 54, page 40.
  • 68 Cf. S. Rubenson, 2000 : XII-XIII.

7Comme dans le sceau de son prédécesseur Téwodros II, qui a visiblement servi de modèle, le champ* est occupé par un félin de profil marchant vers la gauche66 La position de la tête fait de l’animal un léopard pour l’héraldique occidentale67 tandis que les taches du pelage évoquent ce dernier animal plutôt qu’un lion. La légende, encadrée par deux simples filets*, est rédigée dans la seule langue ge’ez et calligraphiée de façon approximative. Elle est fautive, puisque le nom du sigillant* et le mot Éthiopie sont, étonnamment au vu de leur importance, mal orthographiés. Plusieurs passages de la Bible mentionnent le léopard, notamment Jérémie, 13, 23 : « L’Éthiopien peut-il changer sa peau ? Un léopard peut-il effacer les taches de sa robe ? » et Daniel 7, 6 : « […] j’aperçus un troisième animal, pareil à un léopard portant sur le dos quatre ailes d’oiseau […]. L’empire lui fut attribué ». L’utilisation du léopard en lieu et place du lion avait donc pour objectif de démarquer le sigillant* de ses rivaux en exprimant son ascendance royale zagwé. En effet à la mort de Téwodros II les deux autres concurrents, Kasa, futur Yohanes, et Menilek, se firent chacun graver un sceau à l’image du lion pour exprimer leurs prétentions68. La hâte avec laquelle les sceaux étaient fabriqués suggère leur importance politique. Depuis Téwodros II, les sceaux étaient intégrés aux regalia du souverain. Ils authentifiaient et scellaient les missives aux chefs du pays, mais aussi celles adressées aux souverains étrangers avec lesquels les rois éthiopiens devaient dorénavant compter. Toutefois si la légende proclame Täklä Giyorgis negusä nägäst d’Éthiopie, l’absence de couronne sur la tête de l’animal nuance cette affirmation : elle rappelle peut-être que le prétendant au trône n’avait pas encore été couronné, malgré son appropriation du titre de roi des rois.

« Täklä Giyorgis roi des rois d’Éthiopie »

« Täklä Giyorgis roi des rois d’Éthiopie »

« ተክለ ጊሆርጊስ ንጉሠ ነገሥት ዘዒትዮጵ [.] » (sic)/täklä giyorgis negusä nägäst zä’ityop̣ [.]/

8Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 134 ; Pankhurst, 1973 : 193 & 204.

9Collection Boucoiran : « 2. Teckle Guiorgis, Roi d’Éthiopie 1867 ».

Sceau n° 3 : Däğğäzämač Kasa

  • 69 Cf. le sceau précédent.
  • 70 Bairu Tafla, 1987 : 993.

10Le sigillant*, Kasa Merč̣̣a du Tigré, n’est autre que le futur roi des rois Yohannes IV. Kasa commença sa carrière à la cour de Téwodros en tant que gouverneur provincial, sous la direction de son frère Gugsa, dans les régions du Tänbén et de l’Endärta. Il se rebella contre ses deux supérieurs vers 1863, avec l’aide du wag šum Gobäzé69 qui avait épousé sa sœur. Il conquit alors peu à peu toutes les régions autour du Mareb70. À la mort du roi des rois en 1868, Kasa revendiqua, à l’instar de Täklä Giyorgis et de Menilek, le titre suprême. La composition de ce sceau, comparable à celui de Téwodros II, est l’expression de cette prétention.

  • 71 Mäkwanent : membres de la classe dirigeante éthiopienne, dignitaires reconnus pour leur mérite. Au (...)
  • 72 S. Rubenson, 2000 : XII-XIII.
  • 73 Bairu Tafla, 1987 : 901.

11Le champ* est occupé par un lion marchant vers la droite, la tête de face, couronnée. La couronne est surmontée d’une croix à double traverse. La forme du félin n’est pas réaliste - les articulations de l’animal évoquent davantage un jouet de bois ! -, mais elle est néanmoins plus travaillée que le léopard de Täklä Giyorgis, comme les caractères de la légende. Cette dernière est rédigée en ge’ez et est encadrée de deux filets simples*. Certaines syllabes sont difficilement lisibles, peut-être en raison de l’usure de la matrice* ; le titre re’esä mäkwanent71, « tête des dignitaires », est mal orthographié. Le recours à ce titre, associé à celui de däğğazmač, est moins prétentieux que celui de roi des rois revendiqué par Täklä Giyorgis72. Le däğğazmač occupait le deuxième rang de l’armée éthiopienne ; le titre était aussi conféré pour honorer des conseillers à la cour et certains gouverneurs des provinces73. Comme l’iconographie, le vocabulaire utilisé évoque la situation politique de l’époque : trois dignitaires, Menilek, Täklä Giyorgis, et Kasa, revendiquaient le pouvoir sur des présomptions différentes, mais aucun des trois n’était encore couronné en bonne et due forme. Contrairement aux deux autres chefs, Kasa n’utilise pas la formule negusä nägäst, mais sa revendication au trône s’exprime par le symbole du lion couronné. Il manifeste sa primauté sur ses deux adversaires en revendiquant le titre de « chef des dignitaires ». Cette prétention était plus réaliste que celles des deux rivaux autoproclamés : au bout du compte, c’est à Kasa que revint le titre de roi des rois, couronné en 1872 sous le nom de Yohannes IV.

« Däğğazämač Kasa, chef des dignitaires d’Éthiopie »

« Däğğazämač Kasa, chef des dignitaires d’Éthiopie »

« ደጀዘማች ካሣ ርእሰ ማኳንንት ዘኢት [.] ጵያ » (sic )
/däğğäzämač kasa re’esä makwanentzä’it [.] p̣ya/

  • 74 R. Pankhurst, 1973 : 190.
  • 75 S. Rubenson, 2000 : XII-XIII.

12Notre empreinte figure sur une lettre adressée par Kasa à la reine Victoria en 187074, ce qui confirme que le sceau a été réalisé entre la mort de Téwodros et le couronnement de Yohannes IV. Six autres sceaux ont été attribués à ce souverain entre 1869 et 187975.

13Publications antérieures : Pankhurst, 1973 : 204 ; Rubenson, 2000 : XII-XIII.

14Collection Boucoiran : « 3. Dedjazmatch Cassa (1867) ».

Sceau n° 4 : Yohannes IV

  • 76 Bairu Tafla, 1987 : 993 ; Bahru Zewde, 1991 : 43.
  • 77 R. Pankhurst, 1973 : 191.

15Après avoir conquis les régions autour du Mareb, Kasa vainquit aṣé Täklä Giyorgis II le 11 juin 1871 à la bataille d’Assam, infligeant à l’ennemi cinq cents morts, un millier de blessés et vingt-quatre mille prisonniers, dont le roi autoproclamé Täklä Giyorgis. Kasa fut couronné sous le nom de Yohannes IV, roi de Ṣeyon, et roi des rois d’Éthiopie le 21 janvier 187276. Une nouvelle matrice* fut gravée, paraphée de son dernier titre. L’empreinte ci-contre est celle du second sceau utilisé durant son règne77.

  • 78 S. Rubenson, 2000 : XII.

16Le champ* est occupé par un lion marchant vers la droite, mais sa tête, s’offrant de face, est couronnée. Le sol est esquissé par une ligne, sous laquelle figure, en arabe, une date : 1864 du calendrier éthiopien, soit 1871 ou 1872 du calendrier grégorien78. Cette date, celle du couronnement du roi, est déterminante pour le règne de Yohannes IV. La légende, en ge’ez et arabe, est séparée du champ* par un triple filet* et un cordon de grènetis*. Le texte ge’ez, aux caractères mal calligraphiés, indique la nouvelle dignité de Kasa, et son nom de règne, « Yohannes roi des rois de Ṣeyon en Éthiopie », et non pas « roi des rois de Ṣeyon et d’Éthiopie » comme l’écriture hasardeuse des syllabes pourrait le suggérer. La légende en arabe est plus brève, mais en partie illisible. Seuls les mots « Yohannes » et « roi » sont reconnaissables.

  • 79 Cf. R. Pankhurst, « Coronations », Encyclopaedia Aethiopica, vol. I, 2003 : 802-804 et Bairu Tafla,(...)

17Yohannes IV fut couronné dans l’église de Maryam Ṣeyon à Aksum, ce que souligne la légende ge’ez de notre sceau. La cérémonie du sacre commençait à l’entrée de la ville. Les femmes y demandaient au roi, à plusieurs reprises, qu’il déclinât son identité avant que d’entrer dans la cité. En dernier ressort, le prétendant au trône répondait : « Je suis le roi de Ṣeyon d’Éthiopie »79.

  • 80 R. Pankhurst, 1973 : 192.

18La partie épigraphique de notre sceau rappelle-t-elle cette cérémonie ? L’usage du mot Sion fait référence à la mythologie royale développée dans le Kebrä Nägäst, qui fait du roi des rois le descendant de Salomon par son fils Menilek I, premier roi du pays. Après le transfert, par Menilek I, de l’Arche d’Alliance à Ṣeyon, la colline sur laquelle était bâti le Temple et qui donnait aussi son nom à Jérusalem, devint l’Éthiopie. Son souverain devenait le premier roi judaïque hors de la terre d’Israël, le nouveau roi David. Cette référence prestigieuse légitime le pouvoir du roi des rois en inscrivant son règne dans l’histoire éthiopienne, certes, mais aussi dans l’Histoire Sainte. Elle évoque la fonction primordiale du souverain, la défense de la foi chrétienne. Le sceau, qui orne les lettres que le roi des rois adressa à la reine Victoria en 1872 et 187380, permet d’appuyer cette revendication face aux souverains occidentaux à qui Yohannes demandait de l’aide pour contrer les musulmans qui menaçaient la chrétienté de son pays.

« Yohannes IV roi des rois de Sion et d’Éthiopie »

« Yohannes IV roi des rois de Sion et d’Éthiopie »

« ዮሐንስ ንጉሠ: [.] ገሥት. ዘጽዮን [.] ተየጸያ […] » (sic)
/yohannes negusä: [.] gäst. zäṣeyon […] täyäp̣ya/
يوحان[.] ملوك هو (sic)
/yuḥana mūlūk huwwa/

19Publications antérieures : Pankhurst, 1973 : 205 ; Rubenson, 2000 : XII.

20Collection Boucoiran : « 4. Yohannès, Roi des Rois d’Éthiopie (1872) ».

Sceau n° 5 : Aṣé Yohannes

  • 81 Cf. l’intéressant commentaire sur les couronnes de S. Rubenson, 2000 : XII.

21Ce sceau a été fabriqué aussitôt après le couronnement de Yohannes IV en 1872, mais il fut remplacé peu après par le quatrième exemplaire de notre collection. Les deux empreintes* ont des compositions iconographiques similaires, seuls quelques détails diffèrent. Le présent spécimen se distingue du précédent surtout dans le dessin de la couronne81. Les variantes iconographiques des sceaux reflètent-elles la facture des couronnes réelles ou bien les goûts, l’habileté, la fantaisie des artisans ?

  • 82 Bairu Tafla, 1987 : 88.
  • 83 Bairu Tafla, 1987 : 993.

22La légende, entourée d’un filet double* et d’un filet simple*, est ici encore en ge’ez et en arabe. Le titre du roi est plus court puisqu’il ne comporte pas de référence à Sion. Le titre d’aṣé ou aṭé auquel recourt la légende Boucoiran ne s’applique qu’au roi des rois82, mais ne figure pas sur le sceau. La phrase ge’ez indique : Yohannes roi des rois d’Éthiopie, tandis que les caractères arabes, très mal formés, sont pratiquement illisibles. Ils sont inscrits à la base de l’empreinte* – sous les pattes du lion –, et séparés du texte ge’ez par une croix. Faut-il y voir un dessein, la volonté du roi de combattre l’Islam ? Après avoir repoussé les Égyptiens en 1875-1876, il tourna son attention vers l’unification politique et religieuse du pays en créant, sous sa férule, une sorte de fédération de rois provinciaux. Orthodoxe intransigeant, il réalisa l’unité religieuse de l’Église éthiopienne en mettant en pratique les décisions du concile de Boru Méda de 1878. L’engagement du souverain contre l’islam lui coûta la vie à la bataille de Mätämma contre les Mahdistes en mars 188983. Cette année-là, Menilek accéda au pouvoir suprême.

  • 84 S. Rubenson, 2000 : XII-XIII..
  • 85 Il comporte néanmoins deux nouveaux éléments : “The lions holds a cross in one of his paws, and the (...)

23Le sceau n° 5 clôt la série consacrée à Yohannes dans la collection Boucoiran ; toutefois la littérature mentionne sept sceaux différents dans la correspondance de Kasa-Yohannes entre 1869 et 187984. Un de ces autres sceaux, presque identique à celui-ci, est reproduit dans un ouvrage de Sven Rubenson85.

  • 86 R. Pankhurst, 1973 : 193.

24Leur relative abondance indique que les sceaux étaient renouvelés pour illustrer le changement de statut du titulaire ou encore une nouvelle politique, comme le suggèrent les légendes. Étaient-ils aussi modifiés à l’arrivée à la cour d’un nouvel artisan capable d’améliorer la qualité d’une matrice* ? Comme les autres rois, Yohannes IV faisait régulièrement appel à des artisans étrangers. La facture des sceaux était certainement un objet de concurrence entre les chefs éthiopiens, puisque Richard Pankhurst note que Yohannes se fit graver, en 1876, un sceau plus grand en réponse au spécimen novateur de son vassal, le negus Menilek. Le roi des rois utilisa la nouvelle empreinte dans toute sa correspondance diplomatique86. Le sceau était un enjeu de prestige vis-à-vis des chefs éthiopiens, mais aussi des correspondants étrangers, fournisseurs potentiels de l’armement indispensable tant à la lutte contre les musulmans qu’à la conquête du pouvoir interne.

« Yohannes IV roi des rois d’Éthiopie »

« Yohannes IV roi des rois d’Éthiopie »

«+ ንጉሠ: ነገሥት : ዮሐንስ (trèfle) ዘኢትዮጵያ »/negusä nägäst yohannes zä’ ityop̣ya /
ملك ملوك بحنا (sic)
/malika mūlūk yuḥana [……]/

25Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 156 fig. 24 ; Pankhurst, 1973 : 191 & 205.

26Collection Boucoiran : « 5. Até Yohannès ».

Sceau n° 6 : Negusä nägäst Menilek II

27Cette empreinte* inaugure la série, d’ailleurs non exhaustive, des six sceaux de Menilek II de notre collection. Classé en tête, le sceau n° 6 est sans aucun doute postérieur à l’exemplaire suivant. Menilek II fut couronné roi du Šäwa en 1865 et revendiqua le pouvoir suprême dès la mort de Téwodros en 1868, à l’instar de Gobäze et de Kasa. Dès cette période, il se fit graver des sceaux ornés du lion couronné et parés du titre de negusä nägäst, même si Menilek ne fut effectivement couronné comme tel qu’une vingtaine d’années plus tard, en 1889.

  • 87 S. Rubenson, 1965 : 82.
  • 88 Sur l’utilisation du Lion de Juda par le pouvoir éthiopien cf. S. Rubenson, “The Lion of Judah. Chr (...)
  • 89 Cf. par exemple : H. Ludolf, A New History of Ethiopia, London, 1684. Les armoiries sont imprimées (...)
  • 90 R. Pankhurst, 1973 : 192 ; S. Rubenson, 1965 : 82 & 2000 : XII.
  • 91 S. Rubenson, 2000 : 60, doc. 48.
  • 92 S. Rubenson, 2000 : 311, doc. 216 : lettre adressée par Menilek II au roi Léopold II en février-mar (...)
  • 93 R. Pankhurst, 1973 : 192.

28L’empreinte ci-contre date du début des années 187087. Pour la première fois, une matrice* a été réalisée en champlevé*, puisque motifs et caractères apparaissent en noir sur fond blanc. La technique de dessin est inédite : le corps de l’animal, fin et soigneusement proportionné, et le sol sur lequel il repose sont esquissés par des hachures, des dégradés et l’alternance de vides et de pleins, alors que le trait dominait dans les exemplaires de l’époque. Pour la première fois le lion passant couronné porte une croix à double traverse tréflée. La légende est isolée par deux filets simples* ; elle est composée de deux parties séparées par un saut de ligne. La partie supérieure indique le nom et le titre suprême revendiqué par Menilek II, mais le nom du roi est orthographié de façon inédite sous la forme « Menyelek ». La partie inférieure de la légende est constituée de la phrase biblique : « Il a vaincu le lion de la tribu de Juda ». Utilisée ici pour la première fois, elle sera reprise sur tous les sceaux postérieurs du souverain. Elle renvoie à l’Apocalypse 5 : 5 : « Le Lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a trouvé le moyen d’ouvrir le livre aux sept sceaux » et fait appel à deux traditions : le lion, qui est alors un symbole de pouvoir, et la tribu de Juda, la tribu des rois David et Salomon88. Ce qui, dans les Écritures, était une référence exclusive au Christ, devint, à partir de Menilek II et jusqu’à Haylä Sellasé, en accord avec la mythologie royale, la devise du pouvoir éthiopien. Ni la technique du dessin, ni certains de ses éléments, comme la croix à double traverse, ne sont d’origine éthiopienne. Certes, le modèle est le sceau de Téwodros II, mais sa forme ressemble aux armoiries occidentales. Le lion rappelle les armoiries éthiopiennes inventées et imprimées aux xviie et xviiie siècles en Europe par les missionnaires jésuites puis par certains voyageurs89. Ceci invite à penser que la présente matrice* fut conçue et exécutée à l’étranger sur la base de cet ancien modèle90. Cette empreinte fut apposée sur une lettre écrite en juillet 1870 par Menilek II91, qui continua de l’utiliser au moins jusqu’à l’année 187992. Sa forme influença visiblement les sceaux postérieurs93.

« Menilek roi des rois. Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda »

« Menilek roi des rois. Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda »

« (rosace) ምንይልክ + ንጉሠ + ነገሥት - ሞአ + አንበሳ + ዘእምነገደ + ይሁዳ » (sic)
/menyelek + negusä + nägäst-mo’a anbesa + zä’emenägädä + yehuda/

29Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 110, fig. 17 ; Pankhurst, 1973 : 193 & 206 ; Rubenson, 2000 : XIII.

30Collection Boucoiran : « 6. Ménélick ».

Sceau n° 7 : Negusä nägäst Menilek II

  • 94 Bairu Tafla, 1987 : 949.

31L’empreinte ci-contre est vraisemblablement une des premières utilisées par Menilek II, puisque les éléments qui la composent et sa technique d’exécution sont beaucoup plus simples que dans les autres exemplaires. Fils de Haylä Mäläkot et de wäyzäro Eğğegayyähu, petit fils du negus Sahlä Sellasé, Menilek était né au Šäwa dans les environs d’Ankobär en 184494. Après la conquête de la région par Téwodros II et le décès de son père, il vécut à la cour du negusä nägäst à Mäqdäla, avant de s’évader et de prendre la tête du Šäwa sous le titre de negus en 1865. Il agrandit alors progressivement son territoire par la conquête des États et régions environnantes, ce qui lui permit d’accroître ses ressources et sa puissance.

32La facture du sceau est simple. Le seul élément du champ* est le lion, dont la taille, la forme et le dessin ressemblent presque en tous points à celui de Téwodros II (sceau n° 1). Il n’est pas encore fait appel à la devise « le lion de Juda a vaincu » et à l’instar des sceaux contemporains le fauve ne porte pas encore de croix dans la patte droite. La légende, encadrée de deux filets* simples, est formée de syllabes parfois difficilement identifiables, presque cryptographiques. Il manque la première partie du mot negus. Est-ce dû à une usure ou cassure de la matrice* ?

  • 95 R. Pankhurst, 1973 : 204.

33Contrairement aux sceaux postérieurs, la matrice* de celui-ci a peut-être été réalisée par un artisan novice, même si son exécution est soignée. Elle a sans doute été gravée sitôt après la mort de Téwodros II (1868), puisque la légende et le lion couronné expriment les prétentions de Menilek au trône de roi des rois, tout comme celles des sceaux de ses rivaux Täklä Giyorgis et Kasa à la même époque (n° 2 et 3). La facture du sceau est très proche de celle du negus décédé : était-ce une façon de s’affirmer comme son héritier politique ? Menilek II ne revendique pas seulement le pouvoir, il se l’attribue sans détour. Il avait d’ailleurs utilisé le titre de negusä nägäst dès son accession à la tête du royaume du Šäwa en 1865, sur un sceau frappé la même année ; le lion n’y était toutefois pas encore couronné95.

« Menilek II roi des rois d’Éthiopie »

« Menilek II roi des rois d’Éthiopie »

« ምኒልክ ዘኢት [?] ጵያ: ንጉሠ:[.] ገሥት : » (sic)
/menilek zä’ityop̣ya: negusä: [.] gäst/

34Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 148 fig. 21 ; Pankhurst, 1973 : 204 ; Rubenson, 2000 : XIII.

35Collection Boucoiran : « 7. Ménélick ».

Sceau n° 8 : Menilek II negus du Šäwa

  • 96 R. Pankhurst, 1973 : 194.
  • 97 S. Rubenson, 2000 : 311, doc. 216 : lettre de Menilek II au roi des Belges Léopold II en février-ma (...)

36L’iconographie ce sceau est plus complexe que celle de l’exemplaire précédent. Elle combine les éléments du n° 7 (simple fond noir, utilisation prédominante du trait, matrice* gravée) et du n° 6, de par la forme du corps de l’animal, le port de la croix et la devise « il a vaincu le Lion de Juda ». Le champ* est ici encore occupé par le lion, dont les attributs ont néanmoins changé : sa tête est ceinte d’une couronne en forme de tiare et il porte, dans sa patte droite, une croix à longue hampe et traverse simple, ornée d’un phylactère*. Ces attributs seront réemployés dans les sceaux postérieurs du negus. La légende, écrite en continu, est isolée du champ* par un double filet* strié qui confère à l’empreinte* un aspect plus ornemental. La calligraphie est de meilleure qualité que celle des deux sceaux précédents, tandis que le titre du sigillant* a été modéré puisque Menilek ne s’y affirme plus, comme depuis 1865, negusä nägäst, roi des rois, mais simplement « negus du Šäwa ». La taille de ce sceau prend donc acte de l’accord conclu, à Ličé en 1878, entre Menilek et Yohannes, aux termes duquel le roi du Šäwa renonçait au titre de roi des rois, dont seul pouvait se prévaloir Yohannes IV96. Pour autant, le negus du Šäwa continua, au moins pendant l’année qui suivit cet accord, à utiliser, dans sa correspondance avec les souverains étrangers, son sceau de roi des rois (n° 6 de notre collection)97.

  • 98 Lettre de Menilek au Ministre italien des Affaires étrangères de Däbra Berhan, Hedar 1873, ASMAE, M (...)
  • 99 Jules Borelli, Éthiopie méridionale. Journal de mon voyage aux pays amhara, Oromo, et Sidama (septe (...)

37Le titre de Menilek est en quelque sorte « revu à la baisse » mais la devise « Il a vaincu le lion de Juda », apparue avec le sceau n° 6, est conservée. Dans l’Apocalypse, le lion de Juda est le maître des sceaux puisque lui seul est en mesure de les ouvrir. En revendiquant comme sienne la devise biblique, Menilek ne souhaite-t-il pas s’affirmer comme le seul maître du sceau royal, et donc, à l’instar du Christ, le détenteur du pouvoir, de la justice et de l’intercession entre Dieu et les hommes ? Cette empreinte fut apposée sur la correspondance de Menilek II au gouvernement italien en 188098 et forme l’en-tête de lettres adressées à Borelli en 1886 et janvier 188799.

« Menilek roi du Šäwa. Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda »

« Menilek roi du Šäwa. Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda »

« ምኒልክ: ንጉሠ: ሸዋ:: ሞዓ: አንበሳ: ዘእምነገደ: ይሁዳ:: »
/menilek: negusä: šäwa:: mo’a: anbäsa: zä’emenägädä: yehuda::/

38Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 237 fig. 32 ; Pankhurst, 1973 : 206.

39Collection Boucoiran : « 8. Ménélick, Roi du Choa ».

Sceau n° 9 : Sceau de Menilek II « gravé en Italie »

  • 100 J. Borelli, 1890. : 180.
  • 101 R. Pankhurst, 1973 : 194, note 55 : « La fabrication de l’un des sceaux de Menilek, sans qu’on sach (...)
  • 102 R. Pankhurst, 1973 : 194.

40Ce sceau est reproduit dans le récit du voyageur Borelli publié en 1890100, avec la légende « sceau du roi Ménélik gravé en Italie », précision retenue dans la collection Boucoiran. Un témoignage recueilli par Richard Pankhurst confirme l’origine italienne de ce sceau101. Est-ce le deuxième réalisé en Europe pour le roi Menilek ? Comme pour le sceau n° 6, la matrice* a été exécutée en champlevé*. L’iconographie s’inspire visiblement du sceau précédent, dont il est contemporain102. Les deux lions, l’un gravé et l’autre taillé en champlevé*, sont dessinés de façon quasi identique ; la même observation s’applique aux légendes : on y retrouve les mêmes caractères aux mêmes emplacements. Seul leur encadrement diffère, puisque le double filet orné* du n° 8 est ici remplacé par un filet simple* qui donne plus de sobriété à l’image.

41Quel intérêt pouvait avoir le roi à requérir un sceau à ce point similaire au précédent ? Était-ce pour remplacer une matrice* perdue ou endommagée ? Plus probablement, le roi cherchait à tirer profit d’une différence technique. Une commande à l’étranger permettait d’acquérir une matrice* en champlevé*, dont l’empreinte* s’affichait encrée sur un fond clair. Cette technique, qui ne semble pas avoir été utilisée en Éthiopie à cette époque, permettait donc à Menilek II de se démarquer de ses rivaux, élégamment, par la simple apparence de l’empreinte de son sceau.

  • 103 Bahru Zewde, 1991 : 74-75 ; Angelo Del Boca, Gli Italiani in Africa Orientale. 1-Dall’unità alla ma (...)

42La mention de Borelli, « sceau gravé en Italie », correspond probablement à la réalité. Menilek avait noué des liens étroits avec ce pays, avant les problèmes consécutifs au traité de Wečalé signé en 1889. Face à l’hostilité de Yohannes, qui voyait d’un mauvais œil des étrangers s’installer sur la côte de la mer Rouge en prenant pied à Massawa, les Italiens avaient cherché l’appui du negus du Šäwa, plus conciliant avec les nouveaux venus. Leurs relations amicales avec le roi commencèrent en 1876, à l’arrivée d’Orazio Antinori qui conduisit la première mission au Šäwa de la Société italienne de géographie. Au cours des années qui suivirent, Menilek concéda un terrain près d’Ankobär pour l’installation de la mission ; en retour les Italiens procurèrent au roi des objets manufacturés en Europe, au premier rang desquels des armes, mais aussi des ustensiles, des tissus, etc. La matrice* de notre sceau est peut-être l’un de ces objets importés. Mais l’apport italien décisif fut sans doute la fourniture des armes qui permirent au roi du Šäwa d’assujettir les provinces voisines et, à la mort de Yohannes IV, de conquérir le pouvoir suprême103.

« Menilek roi du Šäwa. Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda »

« Menilek roi du Šäwa. Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda »

« ምኒልክ: ንጉሠ: ሸዋ::
ሞዓ: አንበሳ: ዘእምነገደ: ይሁዳ::»
/menilek: negusä: šäwa::
mo’a: anbäsa: zä’emenägädä: yehuda:/

43Publication antérieure : Pankhurst, 1973 : 206.

44Collection Boucoiran : « 9. Sceau de Ménélick gravé en Italie ».

Sceau n° 10 : Cachet de Menilek II

  • 104 R. Pankhurst, 1973 : 195, 196 et 207.

45Après son accession au pouvoir suprême à la mort de Yohannes IV en 1889, Menilek commanda un sceau conforme à sa nouvelle dignité. Richard Pankhurst note que trois empreintes* différentes apparurent et il en publie des reproductions104, mais l’exemplaire ci-contre ne figure pas parmi ce trio. Le principal sceau utilisé par le negusä nägäst dès 1889 est le n° 11 de notre collection. Il présente des similarités avec celui-ci, qui semble toutefois d’un diamètre inférieur. Les mêmes éléments apparaissent : le champ* est occupé par le lion couronné et marchant sur un sol esquissé, tenant dans sa patte droite la croix ornée d’un phylactère*. L’image est encadrée par un filet crénelé* ceint d’un double filet*. Les deux légendes sont identiques et disposées à des endroits similaires, de part et d’autre des quatre points qui couronnent la partie supérieure de l’exergue*. L’empreinte* ci-contre est toutefois moins nette que celle du sceau suivant car le dessin du lion et certaines syllabes sont fragmentaires, peut-être en raison d’une mauvaise impression ou de l’usure de la matrice*. S’agit-il du premier sceau de Menilek II consécutif à son accession au trône et gravé à la hâte ?

46Dans la collection Boucoiran, cet exemplaire est intitulé « cachet de Ménélick ». Est généralement désigné sous ce nom un sceau de petite dimension destinée à clore une lettre ou un objet pour en protéger le contenu. Ce cachet* avait donc peut-être un usage particulier, distinct du grand sceau*. L’empreinte ci-contre n’a d’ailleurs jamais été identifiée sur la correspondance du roi des rois.

« Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda. Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »

« Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda. Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »

« ሞዓ አንበሳ: ዘእምነገደ ይሁዳ ምኒልክ
ንጉሠ: ነገሥት ዘኢትዮጵያ::»
/mo’a anbäsa: zä’emenägädä yehuda menilek negusä nägäst zä’ityop̣ya::/

47Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 273 fig. 39.

48Collection Boucoiran : « 10. Cachet de Ménélick ».

Sceau n° 11 : Grand sceau de Menilek II

  • 105 Citons, par exemple, la lettre de Menilek au Ministre italien des Affaires étrangères, envoyée d’En (...)
  • 106 R. Pankhurst, 1973 : 196.
  • 107 Ibid.

49Ce sceau est l’un des trois dont l’usage est attesté au cours du règne de Menilek (1889-1911). Il scelle la correspondance adressée au gouvernement italien dès hamlé 1881105, soit juillet 1889 ; il aurait été apposé sur le fameux traité de Wečalé du 2 mai 1889, ainsi que sur les principaux traités ratifiés par le negusä nägäst106. Le sceau a donc été réalisé sitôt après le couronnement. Richard Pankhurst note que ce sceau, d’un empan de 7,5 cm, dépasse de 1 cm le diamètre du grand sceau de Yohannes IV107. Il comporte la même organisation iconographique, les mêmes motifs et la même légende que le cachet* n° 10, mais le grand sceau offre des détails supplémentaires, comme les pointillés et les motifs en forme de « T » autour des crénelures, le grènetis qui sous-tend le filet extérieur*. La croix portée par le lion est exécutée selon deux procédés distincts : dans le cachet, l’auteur a gravé le bois, la croix elle-même, tandis que dans le grand sceau, l’artiste a gravé les lignes extérieures de l’instrument du supplice du Christ, le bois apparaissant ainsi encré, comme le fond du sceau. Enfin, la matrice* du grand sceau est de meilleure qualité que celle du cachet, comme en témoigne l’impression parfaite de l’empreinte. Comme le souverain lui-même, le sceau du roi se doit de surpasser tous les autres par ses attributs et sa beauté.

50Frappé de paralysie en 1909, Menilek II perdit sa capacité de gouverner. L’utilisation du sceau du roi par son épouse Taïtu, jusqu’à l’éviction de cette dernière de la cour en 1910, avait suscité la polémique et des difficultés politiques dans la capitale. Mais ce ne fut qu’en 1911, et deux ans avant la disparition du souverain, que son sceau fut remplacé, dans les actes officiels, par celui de son petit fils, Iyasu. Le changement de sceau symbolisait donc la prise de pouvoir officielle de l’héritier désigné du trône.

« Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda. Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »

« Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda. Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »

«ሞዓ: አንበሳ: ዘእምነገደ: ይሁዳ: ምኒልክ:
ንጉሠ: ነገሥት: ዘኢትዮጵያ::»
/mo’a: anbäsa: zä’emenägädä: yehuda: menilek: negusä: nägäst : zä’ityop̣ya::/

51Publication antérieure : Pankhurst, 1973 : 207.

52Collection Boucoiran : « 11. Grand sceau de Ménélick ».

Sceau n° 12 : Negus Täklä Haymanot du Käfa

  • 108 M. Perret, « L’Éthiopie en 1928 : une vision très personnelle », présentation du livre de Marcel Gr (...)

53Membre d’une puissante famille du Goğğam, le ras Adal Täsämma, nom d’origine du sigillant*, s’imposa à la tête de sa région au début des années 1870. Il fit alors allégeance au nouveau negusä nägäst Yohannes IV, qui le couronna le 20 janvier 1881 negus sous le nom de Täklä Haymanot, afin de faire pendant au roi du Šäwa, Menilek. Täklä Haymanot entra en conflit avec Menilek en entreprenant la conquête des territoires au sud de l’Abbay (le Nil Bleu). Les deux negus s’affrontèrent le 7 juin 1882 à Embabo : Täklä Haymanot y fut vaincu avant d’être fait prisonnier. Plus tard, Yohannes IV lui rendit son gouvernement, mais il reconnut à Menilek la domination des régions méridionales. Cette bataille marqua la fin des rivalités entre le negus du Šäwa et Täklä Haymanot, qui reconnut son rival comme roi des rois en 1889108.

  • 109 Pankhurst, 1973 : 27.

54Le lion passant paré de la couronne royale et de la croix surmontée du phylactère* est le même que celui du grand sceau de Menilek II (n° 11). L’exergue* a été développé en deux cercles concentriques. La légende, aux caractères soignés et lisibles, est mise en valeur par l’espace qui lui est imparti et par les filets ornés* qui la délimitent. Il est intéressant de souligner que le présent sceau de Täklä Haymanot reproduit la structure tripartite d’un sceau de Menilek II, absent de notre collection, mais publié par R. Pankhurst109 avec le commentaire « Sceau rarement utilisé par l’empereur Menilek et portant les légendes « Menilek le second, élu de Dieu » et « Roi des Rois d’Éthiopie ». Ce sceau de Menilek II et le présent sceau de son vassal Täklä Haymanot ont la même iconographie, leurs légendes sont disposées de façon similaire et utilisent le même vocabulaire. Les deux empreintes se font littéralement écho ; mais le modèle n’a pu être que le sceau du suzerain.

  • 110 Bairu Tafla, 1973 : 42.
  • 111 Le caractère commémoratif du sceau de Menilek gravé à cette occasion explique peut-être la remarque (...)

55Au demeurant, le titre de negus du Käfa de notre sigillant* était plus une dignité revendiquée qu’une réalité. En effet en prêtant allégeance à Menilek II dès 1889, le roi reçut le gouvernement du Goğğam, de l’Agäw-Meder et du Käfa, alors que cette province n’était pas encore conquise par le roi des rois. Au début de l’année 1890, Menilek conseilla au negus de déplacer ses troupes vers ce territoire pour échapper à la famine, ce qu’il fit, mais l’arrivée de cette armée ne modifia pas la structure politique de la région, toujours indépendante. Täklä Haymanot conserva malgré tout son titre de negus du Käfa, et fut couronné à nouveau sous ce titre par Menilek en février 1894 à Addis Abäba. L’historien Bairu Tafla note que le negus lui-même avait sollicité cette cérémonie officielle auprès du roi des rois, mais les raisons de cette requête ne sont pas clairement identifiées. Le roi arriva dans la capitale éthiopienne avec la couronne qui lui avait été remise par Yohannes IV en 1881 ; elle lui fut ôtée et Menilek II le ceignit lui-même d’une nouvelle couronne. La légende du sceau du dignitaire qui était jusque là « negus Täklä Haymanot, nommé par Yohannes IV negus de Sion d’Éthiopie » fut alors remplacée par l’inscription ci-contre. Ce transfert d’allégeance formalisé ouvrit une période d’entente et de coopération entre les deux rois, jusqu’à la mort de Täklä Haymanot en 1901110. On peut imaginer que les sceaux des deux rois – le présent n° 12 et celui de Menilek publié par Pankhurst (1973 : 207) - ont été gravés à Addis Abäba à l’occasion de ce « recouronnement », en 1894111. Leur création fit-elle partie du rituel ? Ces empreintes, comme la cérémonie du couronnement elle-même, officialisaient l’allégeance de Täklä Haymanot à son suzerain et la reconnaissance par Menilek II du titre de son vassal. Ont-elles scellé un accord entre les deux rois ? Elles ont peut-être servi à témoigner ostensiblement de l’alliance des deux chefs sur la correspondance envoyée aux autres dignitaires à cette occasion.

« Ceci est le sceau de Täklä Haymanot, roi du Käfa désigné par Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »

« Ceci est le sceau de Täklä Haymanot, roi du Käfa désigné par Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »

«ሠያሚሁ: ዹግማዊ: ምኒልክ: ንጉሠ: ነገሥት: ዘኢትዮጵያ:://ዝማኅተም: ዘንጉሥ: ተክለ: ሃይማኖት: ንጉሠ: ከፋ:»
/säyamihu: dă̆gmawi: menilek: negusä nägäst zä’ ityop̣ya::/
/zemahetäm: zänegus: täklä: haymanot: negusä: käfa::/

56Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 257 fig. 37.

57Collection Boucoiran : « 12. Téklé Haïmanot, Roi du Kaffa ».

58La répétition du mot negus dans la légende du sceau de notre sigillant* permet d’insister sur cette dignité, mais rappelle aussi que Täklä Haymanot était déjà negus avant 1894 et son nouveau couronnement par Menilek. En outre, la légende mentionnant Menilek enveloppe celle qui décline l’identité et le rang de Täklä Haymanot, ce qui exprime clairement la prépondérance du roi des rois. On notera que le sceau de Menilek publié par Pankhurst est réalisé en champlevé*, tandis que notre n° 11, qui réunit le souverain et son vassal, est de toute évidence gravé. Le contraste de ces empreintes permettait sans doute, à une époque où les lettrés étaient rares, de les distinguer de visu, sans avoir à déchiffrer les textes. On pourrait encore, mais l’exercice est hasardeux, attribuer au contraste champlevé/gravé une signification symbolique : une sorte de métaphore de la prééminence du roi des rois.

  • 112 Bairu Tafla, 1973 : 39.

59Dans un autre registre symbolique, on peut noter que les deux sceaux ont la structure d’une église éthiopienne, espace concentrique divisé en trois parties. Faut-il y voir une intention ? Est-ce pour évoquer le culte de la Trinité, et la complémentarité des pouvoirs temporel et spirituel ? Le biographe du negus Täklä Haymanot affirme qu’il était très croyant. Il avait adopté la doctrine des Hulät Ledät, comme le voulait le concile de Boru Méda auquel il participa avec Menilek et Yohannes IV en 1878, et il fit construire beaucoup d’églises dans sa région du Goğğam112.

  • 113 Bairu Tafla, 1973 : 34.

60Enfin, l’acceptation d’un exergue* englobant, tout à la gloire du roi des rois, dénote bien le tempérament politique d’un negus qui, tout provincial qu’il fût, gouvernait incontestablement de vastes provinces, sans doute parce qu’il avait su, sans renoncer à ses prérogatives royales, faire allégeance à trois souverains successifs, les negusä nägäst Täklä Giyorgis, Yohannes IV, et Menilek II113.

R. Pankhurst, 1973 : 207.
« Sceau rarement utilisé par l’empereur Menilek et portant les légendes « Menilek le second, élu de Dieu » et « Roi des Rois d’Éthiopie » ».

Sceau n° 13 : Ras Mika’él

  • 114 W. G. C. Smidt, 2001 : 365 ; Bairu Tafla, 1987 : 940 ; H. G. Marcus, 1975 : 35.

61Fils et successeur d’Ali Abba Bulla de Wärrähimano et appelé Imam Mäḥämmäd Ali avant sa conversion, le sigillant* devint gouverneur de la province du Wällo en 1874. Il eut de bonnes relations avec Menilek et le roi des rois Yohannes IV qui devint son parrain en 1878. Converti au christianisme, il prit le nom de Mika’él et reçut le titre de ras. Plus tard épousa la fille de Menilek II et eut d’elle un fils, le leğ Iyasu, que son grand-père désigna comme héritier du trône en 1909. À la mort du roi des rois en décembre 1913, Iyasu ne fut pas couronné negusä nägäst, mais en contrepartie son père fut autorisé à ceindre la couronne de negus du Wällo, du Tigré, de Gondär et du Goğğam en mai 1914. Même si son pouvoir effectif était limité aux deux premières régions, ce titre lui conférait une prépondérance sur toute la partie nord de l’Éthiopie et faisait de lui le plus puissant chef du pays. Après le coup d’État perpétré contre son fils en 1916, Mika’él se rebella contre le gouvernement central, avant d’être fait prisonnier lors de la bataille de Sägälé. Il mourut en 1918114.

62Nous ne sommes pas en présence du sceau de Mika’él en tant que ras, comme l’indique la légende de la collection Boucoiran, mais en tant que negus. La matrice* a été réalisée à la fois en champlevé* et gravée ; on retrouve l’usage concomitant de ces deux techniques sur les sceaux du fils de Mika’él, Iyasu (n° 15 et 16). Père et fils avaient peut-être fait appel au même artisan ou encore trouvé ce moyen de se démarquer des autres dignitaires et du gouvernement précédent.

  • 115 Berhanou Abebe, 2001 : 331.

63A l’instar des sceaux de Menilek II, l’empreinte* est ornée du lion marchant vers la droite, la tête de face, mais la croix au phylactère* est maintenue sous sa patte gauche et la couronne, qui a une forme nouvelle, est en suspension au dessus de la crinière. Le fauve n’est pas seul : l’archange Mika’él, sabre au clair, est posté devant lui115. La légende est bilingue mais diffère selon les langues : la phrase ge’ez est inspirée de la Bible : « negus Mika’él, dont l’autorité est inscrite sur l’épaule » ; le texte arabe indique : « Mikaél roi de Wällo et du Tigré, fils de l’Imam, roi sur le Wällo ». La différence est notable : vis-à-vis des chrétiens, Mika’él indique que son pouvoir est dû à sa conversion au christianisme et à son élection divine, tandis qu’aux lecteurs arabophones du sceau, il rappelle sa prestigieuse ascendance musulmane. Les deux faces de son pouvoir, chrétienne et musulmane, sont donc rassemblées et exprimées sur un même sceau.

  • 116 Berhanou Abebe, 2001 : 318.

64L’utilisation des deux langues sur un sceau était une pratique inconnue au Šäwa, mais nous savons qu’elle avait été utilisée par Téwodros II ou Yohannes IV. Selon Maurice de Coppet, l’utilisation de l’arabe a entraîné une suspicion des chefs du Šäwa à l’encontre de Mika’él116. Leur réaction montre l’importance de la valeur symbolique du sceau. Toutefois si le recours à l’arabe rappelait les origines musulmanes de Mika’él, il facilitait sans conteste la communication avec les chefs musulmans de sa région. Ceci dit, en termes d’espace, la langue ge’ez prime ostensiblement sur l’arabe.

« L’autorité est inscrite sur son épaule. Mika’él, roi du Wällo et du Tigré »

« L’autorité est inscrite sur son épaule. Mika’él, roi du Wällo et du Tigré »

«ዘሥልጣኑ ጽሁፍ.ዲበ መትከፍቱ ሚካኤል፡ንጉሠ.ወሎ ወትግሬ»
/zäselṭanu ṣehufa dibä mätkäftu mika’él:negusä wällo wätegré/
ميخائيل ملك الولو ه النمرة يبن الإمام ط ملك الولو
/mikhayîl malik al-wūlū wa al-nimrat ibn al-imam‘
‘alâ malik al-w
ūlū/

65Pourquoi la couronne est-elle représentée en suspension ? Mika’él avait déjà été couronné au moment où ce sceau fut gravé puisqu’il y porte le titre de negus. La couronne maintenue dans les airs désigne donc non pas un pouvoir en devenir, mais plutôt le couronnement du ras sans l’aide d’intervenants extérieurs. L’archange en poste est le protecteur du chef qui porte son nom.

66Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 584 fig. 86 ; Pankhurst, 1972 : 150, fig 44 ; Berhanou Abebe, 2001 : 331, fig. 6.

67Collection Boucoiran : « 13. Raz Mikael ».

Sceau n° 14 : Negus Mika’él

68Voici le second sceau de Mika’él, frappé au cours de la période 1914-1918 ; il semble avoir été notablement agrandi par rapport au précédent. La taille du sceau est signe de l’importance de son propriétaire ; cette empreinte* semble refléter l’autorité nouvelle de Mika’él, ou plus précisément une gradation de la vision de son pouvoir personnel.

  • 117 W. G. C. Smidt, 2001 : 365.

69Contrairement au sceau antérieur, l’archange Mika’él, sabre au clair, chevauche ici le lion passant armé de la croix au phylactère*. L’animal est cette fois bel et bien coiffé de la couronne et se déplace, contrairement à la plupart des exemples précédents, vers la gauche. Le développement de l’exergue* est à l’origine de l’accroissement de la taille du sceau : la légende est désormais déployée autour de deux cercles concentriques, le cercle intérieur étant entièrement consacré à la langue arabe. La légende ge’ez est étendue par l’énumération de toutes les régions gouvernées, c’est-à-dire le Wällo, Gondar et le Goğğam, qui faisait de lui le chef le plus puissant du pays, et par la référence à Sion117. Le lion couronné, chevauché par l’ange armé, exprime cette suprématie de Mika’él sur tous les autres chefs. Le titre negusä Ṣeyon est très ambitieux, puisqu’en s’autoproclamant roi de Sion, Mika’él fait référence à David, père de Salomon, duquel descendent, selon la mythologie royale, les empereurs éthiopiens. Il s’inscrit ainsi dans la généalogie biblique, et ce malgré ses origines musulmanes et son simple titre de negus. Il rappelle peut-être ainsi qu’il est le père du successeur désigné de Menilek II, Iyasu, tout en légitimant sa paternité du futur negusä nägäst.

70Pourtant, comme dans le cas du sceau précédent, la légende en arabe diffère de la légende ge’ez. Elle n’est plus circonscrite au bas du document, comme c’était le cas pour le sceau précédent, mais encercle le lion au même titre que la légende ge’ez, même si l’espace qu’elle occupe, celui du cercle intérieur, est plus restreint. Elle semble indiquer : « Fils de l’Imam Ali, roi de Wällo, Mika’él roi de Wällo, Gondar, Tigré et Goğğam ». Ici encore, Mika’él revendique sa prestigieuse ascendance musulmane comme source de son pouvoir, au nez et à la barbe des chrétiens non arabophones.

  • 118 Berhanou Abebe, 2001 : 318.

71Cela traduit-il une affirmation de Mika’él face aux dignitaires orthodoxes du Šäwa, auxquels la légende arabe était fort susceptible de déplaire118 ? La légende en arabe était une façon de revendiquer ses origines musulmanes, certes tout en reprenant le vocabulaire et les symboles du pouvoir chrétien éthiopien, mais aussi une tentative d’imposer une place à la culture musulmane à l’intérieur du royaume. Le fils de Mika’él, Iyasu, fut d’ailleurs déposé peu de temps après pour avoir tenté d’accorder plus de place à cette culture dans la politique du pays.

72Pourquoi le lion chemine-t-il vers la gauche, contrairement à l’iconographie dont il est inspiré ? Cette direction symbolise-t-elle autre chose qu’un pouvoir établi ou encore un changement de politique ? La posture de l’ange, sabre au clair, semble indiquer un départ au combat. La taille de l’empreinte*, l’importance du lion dans le champ et l’ange guerrier confèrent à l’image un caractère relativement offensif. Le sceau a-t-il été réalisé au moment des oppositions qui s’érigèrent à Addis Abäba contre Iyasu et menèrent à sa déposition ? On sait que Mika’él leva son armée pour marcher vers le Šäwa et aller à l’encontre de cette décision en octobre 1916, avant d’être défait à la bataille de Sägälé. L’hypothèse reste à vérifier par une meilleure datation du document, que rendrait possible la découverte de documents scellés de cette empreinte.

« L’autorité est inscrite sur son épaule. Mika’él, roi de Sion, du Wällo, Gondär et Goğğam »

« L’autorité est inscrite sur son épaule. Mika’él, roi de Sion, du Wällo, Gondär et Goğğam »

« ዘሥልጣነ ፡ ጸሐፍ ደበ:መትከፍቱ: ሚካኤል. ንጉሠ. ጽዮን. ወወሎ ጐንደሮ ፡ ወጐጀም:+:» (sic)/zäselṭanä: ṣähäfa däbä mätkäftu: mika’él. negusä. şeyon.
wäwällo gondäro: wägoğğäm ::/
يبن الإمام طي ملك الولو ميخايل ملك الولو و غندار و نمرة و قوجم
/ibn al-imâmc ali malik wollo mikhayîl malik al-wūlū wagūndâr wa nimra wa ḳūdjm/

73Publication antérieure : n. r.

74Collection Boucoiran : « 14. Negous Mikael ».

Sceau n° 15 : Abéto Iyasu

  • 119 Titre honorifique porté par les jeunes hommes de haute naissance, incluant les princes de Gondar. L (...)
  • 120 Abéto ou abétohun était un titre princier porté par l’aîné des descendants mâles d’une maison royal (...)
  • 121 Berhanou Abebe, 2001 : 318.

75Fils du ras Mika’él et de Šäwa Räggad, fille de Menilek II, Iyasu naquit en 1898. Il fut placé dès son plus jeune âge à Ankobär, chez le wähni-azzaž Wäldä Ṣadeq, pour recevoir une éducation de prince chrétien. Quand sa santé déclina, l’empereur désigna, en octobre 1909, le leğ119 comme son successeur sur le trône d’Éthiopie, tandis que le ras Täsämma était nommé régent. À défaut d’être lui-même sacré, Iyasu fit couronner son père negus du Wällo après la mort de Menilek en décembre 1913. Accusé de s’être converti à l’islam, et de préparer une alliance avec les Turcs, il fut destitué par les notables du Šäwa et les autorités ecclésiastiques en septembre 1916, sous la pression des Alliés. Après une fuite de plusieurs années, il fut arrêté et enfermé à Harär, avant de mourir dans des circonstances assez troubles en 1935. Ce sceau est le premier de notre collection à avoir une forme ovale et le premier également dont la légende n’est pas circonscrite à un cercle. Un filet orné* dessine la bordure. Une couronne occupe le centre de l’image ; elle est entourée de quatre fleurs. Deux d’entre elles portent quatre pétales inscrits dans une croix ; elles entourent la croix qui domine la couronne. Est-ce une évocation du culte de la Trinité ? La croix est surplombée de la syllabe ም, monogramme de Menilek II qui rappelle l’origine du pouvoir d’Iyasu, héritier du trône, désigné par son grand-père. La croix repose sur une sorte de phylactère* contenant le nom du sigillant*, abéto120 Iyasu, qui coiffe la seconde partie de la légende, composée des syllabes Wa Mi pour signifie « fils de Mika’ël »121 et du nom Šäwa, région centrale où est établi le gouvernement du pays depuis Menilek II.

76La couronne est le motif central qui exprime le statut d’héritier d’Iyasu. Son agencement entre le monogramme de Menilek II et le nom du sigillant* exprime la transmission directe du pouvoir du grand père à son petit-fils. Mais pourquoi l’initiale de Menilek II a-t-elle été réalisée en champlevé*, alors que tous les autres motifs ont été gravés ? Est-ce pour rappeler la disparition du roi des rois, son effacement du pouvoir, ou bien encore sa suprématie, en le distinguant soigneusement des autres ? Ce sceau est un des rares de notre collection à contenir une date, 1908. Sa place est significative puisqu’elle occupe la base de la couronne. 1908, date du calendrier éthiopien, correspond à 1915-1916 selon le calendrier grégorien. Mika’él avait été couronné negus un an auparavant, Iyasu était donc désormais à la fois petit fils de negusä nägäst et fils de negus. Le ሚ de Mika’él fait d’ailleurs écho à l’initiale de Menilek II. Les deux syllabes sont situées de part et d’autre de la couronne, mais le nom de Mika’él est rattaché indirectement à l’attribut royal, par le nom de son fils. Ces deux monogrammes expriment les deux origines du pouvoir de Iyasu, que l’abéto tient à la fois de son grand père et de son père, désormais negus.

« 1908. Abéto Iyasu, fils de Mika’él, Šäwa »

« 1908. Abéto Iyasu, fils de Mika’él, Šäwa »

« አቤቶ፡ኢያሱ፡//ወ (ልዱ) (ለ) ሚ (ካኤል)፡ ሸዋ »
Dans le champ : « ም » « 1908 »
/abéto:iyasu://wä(ldu)(lä)mi(ka’él):šäwa/
Dans le champ :/me/

77Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 624 fig. 96 ; Pankhurst, 1972 : 147, fig. 30 ; Berhanou Abebe 2001 : 331, fig. 4.

78Collection Boucoiran : « 15. Abieto Yassou ».

Sceau n° 16 : Leğ Iyasu

  • 122 Guébré Sellassié, 1932 : 789, fig. 102.
  • 123 Bahru Zewde, 1991 : 120.

79Cette empreinte* reprend la structure traditionnelle, depuis Téwodros, des sceaux des rois éthiopiens : il est de forme ronde, son champ* est occupé par le lion marchant vers la droite, affublé de la couronne et de la croix au phylactère* ; la légende est développée dans l’exergue* circulaire. Son modèle est le sceau de negusä nägäst de Menilek II (n° 10 et 11). Dans la chronique122 cette empreinte est légendée « Grand sceau de Yassou ». Comme nous le mentionnons dans le « petit vocabulaire de sigillographie » (cf. Index I), le grand sceau* est le sceau principal d’une autorité publique ou d’une personne morale destiné à valider les actes les plus solennels. Il peut donc s’agir ici du sceau qui remplaça, à partir d’avril 1911, l’empreinte de Menilek II, devenu incapable de gouverner. C’est la date à laquelle Iyasu prit le contrôle effectif du pouvoir, après le décès de son tuteur le ras bitwäddäd Täsämma, dont il refusa le remplacement123. La substitution du sceau rendait visible le changement de pouvoir, qu’il illustrait et scellait à la fois. Le sceau précédent (n° 15), qui ressemble plus à un cachet*, était peut-être réservé à des usages plus personnels.

80L’unique différence entre le dessin de cette empreinte et celui du sceau de Menilek II est la façon dont apparaît le lion, exécuté en champlevé*. Cette modification était peut-être destinée à distinguer de prime abord les deux sceaux. Peut-on imaginer qu’elle indiquait également que le pouvoir d’Iyasu n’était alors que l’envers de celui de Menilek II, puisque le vieux roi n’était pas décédé et le jeune prince n’avait pas encore été couronné ? L’utilisation des deux techniques, le champlevé et la gravure, montre peut-être un pouvoir en transition : on passe d’un état à l’autre.

81La devise « Il a vaincu le lion de Juda » du grand sceau de Menilek II n’est pas reproduite, peut-être pour des raisons similaires : Iyasu tient, certes, les rênes du pouvoir, mais il n’est pas encore couronné et n’est donc pas encore le chef effectif de la tribu de Juda. Menilek demeurait bien le seul negusä nägäst et Iyasu n’était encore qu’un héritier désigné.

« Iyasu, fils de Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »

« Iyasu, fils de Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »

« ኢያሱ ወልዱ ፡ ለደግማዊ ፡ ምኒልክ ፡ ንጉሠ ነገሥተ ፡ ዘኢትዮጵይ » (sic)
/iyasu wäldu:lädägmawi:menilek:negusä nägäst:ä zä’ityop̣iye/

82Publications antérieures : Guébré Sellasié, 1932 : 789 fig. 102 ; Berhanou Abebe, 2001 : 331, fig. 5.

83Collection Boucoiran : « 16. Prince Lidj Yassou ».

Sceau n° 17 : Zäwditu

  • 124 Bairu Tafla, 1987 : 998.

84Née de wäyzäro Abečew du Wällo en 1876, Zäwditu était l’une des deux filles de Menilek II. Par raison d’État, elle fut donnée en mariage à l’âge de six ans au ras Ar’äya Sellasé, fils du roi des rois Yohannes. Après la mort de son époux en 1888, elle retourna au Šäwa et épousa successivement le wag šum Gwangul Zägäyya, le däğğazmač Webé Aṭnäf Säggäd et le ras Gugsa Walé. Les notables l’obligèrent à quitter ce dernier après le coup d’État de septembre 1916 qui la portait au pouvoir. Elle fut couronnée negestä nägästat, ou reine des rois, en février 1917124.

85L’organisation interne tripartite du sceau est originale puisque la légende se trouve à la fois dans l’exergue*, comme c’est habituellement le cas, et dans le champ*, de part et d’autre de l’image. Entre ces parties, deux filets simples* encadrent un cercle vierge de toute écriture, nécessaire à la lisibilité de l’empreinte*. Cette bande donne un certain relief à l’image en l’isolant de la légende. La scène dépeinte au centre est donc mise en valeur : une colombe achemine une brindille dans son bec en survolant une étendue d’eau. À l’arrière plan à gauche est esquissée une colline verdoyante, d’où semble provenir l’oiseau. En aval se tient un petit personnage qui, perché sur une barque, tend la main dans la direction du volatile. Une branche d’arbre surplombe la scène, émergeant de la partie du sceau où est gravé le nom « wäyzäro Zäwditu ». La légende qui souligne le dessin, encadrée dans un cartouche, éclaire le sens de cette représentation : il s’agit de la colombe de Noé. L’exergue* indique de façon plus formelle l’identité du sigillant*. Certaines syllabes sont partiellement ou totalement effacées, signe d’usure de la matrice*.

  • 125 Ibidem.

86Peut-on dater la création de ce sceau ? Zäwditu y est qualifiée de wäyzäro, titre d’honneur donné à une femme de haute naissance ou à la femme d’un negus125 L’épigraphe de la couronne extérieure mentionne néanmoins qu’elle est « fille de Menilek II, rois des rois d’Éthiopie » ; la mention de cette prestigieuse ascendance indique que le pouvoir de son père lui a peut-être déjà été conféré, le sceau aurait donc été réalisé après septembre 1916. Une lettre adressée par la reine à Léonce Lagarde, ancien ministre de France en Éthiopie, est ornée de cette empreinte. Elle est datée du 21 tehasas 1909, soit le 30 décembre 1916. Le sceau est apposé en entête de la lettre, ce qui signifie qu’elle gouvernait déjà. Ce document prouve que le sceau a été utilisé après le coup d’État de septembre 1916 et avant le couronnement de la reine en février 1917, ce qui explique qu’elle n’ait pas encore ici le titre de reine des rois. C’est donc un sceau ante susceptum*.

  • 126 Fine allusion au règne d’Iyasu ou à la Première Guerre Mondiale ?

87Dans la scène dépeinte sur le sceau, la reine est comparée à la colombe sauvée des eaux par Noé auquel elle apporte la bonne nouvelle, celle de l’existence d’une terre émergée. C’était bien sûr le signe que le déluge allait vers sa fin, et que la terre allait connaître une renaissance. De la même manière, le règne de Zäwditu annonçait une ère nouvelle après les troubles : Dieu avait puni les hommes pour leur méchanceté126, mais l’avènement de Zäwditu suscite un nouvel espoir sur terre. La fille de Menilek est la branche d’olivier qui naît de son nom et qui annonce l’ère nouvelle. Les sceaux illustrent sans doute les conflits politiques qui leurs sont contemporains ; ils sont peut-être aussi des armes dans ces batailles.

« Fille du roi des rois d’Éthiopie Menilek II, wäyzäro Zäwditu, colombe de Noé »

« Fille du roi des rois d’Éthiopie Menilek II, wäyzäro Zäwditu, colombe de Noé »

« ወለቱ ፡ ለደግማዊ ፡ ምነልክ ፡ ንጉሠ ፡ ነገሥት ዘኢ [ት] ዮጵይ ፡//ወይዘሮ ፡ ዘውዲቱ ፡-ርግበ ፡ ኖኀ » (sic)
/wälätu: lädägmawi: menälek: negusä: nägäst zäi[.]yop̣y://wäyzäro:zäwditu:-regebä:noha/

88Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 182 fig. 29 ; Pankhurst, 1972 : 153, fig. 65.

89Collection Boucoiran : « 17. Zaoditou ».

Sceau n° 18 : Grand sceau de Zäwditu

90Couronnée reine des rois en février 1917, la fille de Menilek II, Zäwditu, régna avec l’héritier du trône, le ras Täfäri, jusqu’en 1930, date de son décès. La légende de cette empreinte* dans la collection Boucoiran, « Grand sceau* de l’impératrice », indique à juste titre qu’il s’agit du sceau principal de la reine, destiné à valider les actes les plus solennels de son gouvernement.

  • 127 Berhanou Abebe, 2001.

91Le modèle ayant présidé à la confection de ce sceau est incontestablement celui de Menilek II (n° 10 et 11). La même organisation iconographique structure le document, qui reprend les mêmes éléments et le même vocabulaire. Le champ* est consacré au lion marchant, la tête couronnée faisant face. Il porte la croix au phylactère* et le sol sur lequel reposent ses pattes est esquissé. Pourquoi chemine-t-il vers la gauche ? Ce détail est peut-être destiné à distinguer clairement le sceau de Zäwditu de celui son père et à le rendre identifiable aussi d’une personne qui ne sache pas décrypter la légende. Le champ* est séparé de l’exergue* par le même type d’encadrement, un double filet* entourant un filet crénelé* et orné. De même, le bord de l’empreinte est souligné d’un filet sous-tendu d’un cordon de grènetis*. La légende* est comparable à celle du grand sceau de Menilek II. La devise « Il a vaincu le lion de Juda » est placée au même endroit : au centre de la partie supérieure de l’exergue* elle marque le début de la légende. La devise abandonnée par Iyasu (sceau n° 16) est ici remise à l’honneur, comme pour souligner une continuité entre la reine et son père et tenter de faire oublier le règne avorté de son prédécesseur127.

92La date, en caractères amhariques, indique 1912, soit 1919 ou 1920 selon le calendrier grégorien. Ce sceau a sans doute remplacé le précédent (n° 17), car Zäwditu n’est plus seulement la fille du roi des rois. Elle est désormais elle-même reine des rois.

« Il a vaincu le lion de la tribu de Juda, Zäwditu, fille de Menilek, reine des rois d’Éthiopie. 1912 (c. é.) »

« Il a vaincu le lion de la tribu de Juda, Zäwditu, fille de Menilek, reine des rois d’Éthiopie. 1912 (c. é.) »

« ሞዓ አንበሳ ዘእምነገደ ፡ ይሁዳ ፡ ንግሥተ ነገሥታት ዘኢትዮጵያ: ዘውዲቱ ፡ ወለቱ ለምኒልክ » Dans le champ : « ። ፲፱፻፲፸ ። »
/mo’a anbässa zä’emenägädä: yehuda: negestä: nägästat zä’ityop̣ya. zäwditu wälätu lämenilek//1912/

93Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : pages de titre, vol. I ; 1932 : 543, fig. 80 (le sceau y est légendé par erreur « Grand sceau de Ménélik ») ; 1932 : 796, fig. 104.

94Collection Boucoiran : « 18. Grand sceau de l’Impératrice Zaoditou ».

Sceau n° 19 : Wäyzäro Ṭäytu ou Ṣaḥaytu

  • 128 Bairu Tafla, 1987 : 975-976. Pour une biographie complète de la reine consulter Chris Prouty, Empre (...)

95Fille du däğğazmač Beṭul H̠̠äylä Maryam et de wäyzäro Hirut Gugsa, balabbat du Yäğğu et du Semén, wäyzäro Ṭäytu, née en 1856, épousa le negus du Šäwa, Menilek II, en 1883128.

  • 129 Cf. les sceaux n° 6 et 9.

96La matrice* de ce sceau a été réalisée en champlevé*, puisque les motifs apparaissent encrés sur un fond clair ; l’utilisation de cette technique à cette période était assez rare pour mériter d’être soulignée. Seuls les sceaux de Menilek II gravés à l’étranger avaient alors été fabriqués selon ce procédé129. L’empreinte de Ṭäytu se distinguait donc de celles de ses contemporains.

97Le sceau est divisé en trois parties. L’iconographie du champ* est assez simple. L’espace central, encré uniformément, est entouré d’un cercle de rayons qui, visuellement, semblent se prolonger au-delà de l’exergue*, ponctuant le bord de l’empreinte. La légende est simple, ses syllabes sont bien formées ; la voyelle manquante à la fin de wäyzäro est peut-être due à l’usure de la matrice*. Le sceau date peut-être de la période 1883-1889, au cours de laquelle Ṭaytu, sans être couronnée, était déjà l’épouse du negus. 1889 marque l’avènement de Menilek II au trône de roi des rois et le couronnement de sa conjointe.

  • 130 Guébré Sellassié, 1930 : 218.

98L’empreinte évoque les rayons du soleil, entre lesquels apparaît le nom de la titulaire. La représentation de l’astre évoque le nom de Ṭaytu, qui signifie « soleil » en ge’ez. Est-ce également une allusion à la splendeur de la reine, en effet renommée pour sa beauté ? La Chronique de Menilek II nous permet de rapprocher cette iconographie d’un événement sans doute contemporain de la fabrication et de l’utilisation de ce sceau, la construction de l’église Enṭoṭṭo Maryam, que Ṭaytu sollicita de son époux. Toutes les ressources du pays furent mobilisées pour construire cet édifice. Le chroniqueur du roi surnomme l’église mänbär ṣähay, « autel du soleil », tandis qu’à son chef fut donné le titre honorifique de mäleak ṣähay, soit « ange du soleil »130.

  • 131 J. Mercier, 1979 : Ill. 29.

99Or l’empreinte de Ṭaytu est divisée en trois parties concentriques, comme les églises éthiopiennes traditionnelles et le soleil est représenté dans le cercle central. L’autel, plus précisément le tabot ou table de la loi, se trouve dans la partie centrale, la plus sacrée des églises. Ce sceau évoque donc peut-être l’église Enṭoṭṭo Maryam, appelée à devenir le centre du royaume quand Menilek II y fut sacré roi des rois. En s’appropriant le signe du soleil, symbole christique dans l’iconographie éthiopienne131, Ṭaytu témoigne de sa foi, mais s’impose aussi au centre de la vie politique et religieuse du pays.

« Ceci est le sceau de wäyzäro Ṭaytu »

« Ceci est le sceau de wäyzäro Ṭaytu »

« +ዝማኀተም ፡ ዘወይዘር፡ ጠይቱ » (sic)
/zemahetäm:zäwäyzär ṭäytu/

100Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 192, fig. 31.

101Collection Boucoiran : « 19. Woizero Taïtou ».

Sceau n° 20 : Ṭäytu

  • 132 Guébré Sellassié, 1930 : 80, note 3.
  • 133 Merab, t. II, 1922 : 47 et 51.

102Ce sceau reprend, à quelques détails près, la structure et les éléments du précédent, mais il est d’une exécution plus fine. La matrice* est elle aussi en champlevé*. Le champ* est occupé par la représentation du soleil, au centre duquel figure le monogramme ጣ de Ṭäytu. La légende a été transformée et développée puisque la titulaire y porte le titre d’etégé, conféré par le roi des rois à l’épouse qu’il voulait honorer entre toutes132. La suite de la légende qualifie la reine de « Lumière d’Éthiopie », nom de gloire que le negusä nägäst donna à Ṭäytu le jour de son couronnement133, soulignant la sémantique de son nom, son rang et sa beauté. Ce titre trouve un écho dans l’iconographie des deux sceaux, mais si, dans le précédent, le mot Ṭäytu était situé au cœur des rayons du soleil, dans celui-ci le nom se confond avec l’astre puisque le monogramme est au centre. Ṭaytu n’est plus dans la lumière de l’Éthiopie, elle est elle-même la lumière du royaume.

103Le changement de sceau a pu coïncider avec le couronnement : à partir de 1889, Ṭaytu associa l’astre solaire à son nom sur d’autres supports. Ainsi sur un des bâtiments qu’elle fit construire dans la ville de Jérusalem, le chroniqueur royal écrit :

  • 134 Guébré Sellassié, 1932 : 518.

« la façade principale est ornée d’un soleil gravé dans la pierre. Tout autour on lit l’inscription suivante en lettres d’or : « L’Itiéguié Taïtou, lumière de l’Éthiopie » Et cette inscription qui s’aperçoit de loin est tournée vers le Sud et, par conséquent du côté de l’Éthiopie. Lorsque les gens de notre pays l’aperçoivent, ils commencent à avoir le désir du vrai soleil de l’Éthiopie, mais leur cœur est plein de joie parce que le Seigneur nous a donné là un titre de gloire. L’image de ce soleil et des lions se retrouve aussi dans les maisons de Dèbrè-Guènèt. Tout cela fut fait selon les coutumes du pays, pour bien montrer que ces constructions appartiennent à des rois.[…] »134..

  • 135 Bairu Tafla, 1987 : 975-976.

104Le soleil était donc pour la reine ce que le lion était pour Menilek II, leur emblème, tous deux porteurs de l’idéologie royale. La force du symbole solaire est à l’image du rôle politique et du pouvoir de Ṭäytu, qui influença beaucoup les affaires de l’État durant le règne de son époux135.

« Ceci est le sceau de l’etégé Ṭaytu, Lumière de l’Éthiopie »

« Ceci est le sceau de l’etégé Ṭaytu, Lumière de l’Éthiopie »

« ዝማኅተም: ዘእቲጊ : ጣይቱ ብርሃን: ዘኢትዮጵያ:: » (sic) Dans le champ : « ጣ »(ይቱ )
/zemahetäm : zä’etigi: ṭaytu:berhan; zä’itypya::/Dans le champ :/ ṭa/(ytu)

105Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 273, fig. 40.

106Collection Boucoiran : « 20. Impératrice Taïtou ».

Sceau n° 21 : Ṭäytu

107La biographie de la reine a été abordée dans les deux notices précédentes. Ce troisième sceau de Ṭäytu reprend des éléments antérieurs, mais sa facture est plus originale et plus élaborée. Comme les deux précédents, le sceau est réalisé en champlevé*. Le graphisme résulte de l’agencement de deux disques qui se chevauchent, le plus petit, en haut de l’image, étant toutefois imparfait.

108La légende n’est plus isolée dans l’exergue* ; disposée dans un cercle, elle est intégrée à l’image, dont les motifs principaux sont les rayons formés d’une alternance de lignes continues et de pointillés. Les rayons semblent diffuser au-delà du sceau puisque, exceptionnellement, le bord de l’empreinte* n’est pas délimité par un filet* ; ils provoquent un effet d’ouverture visuelle. En revanche, leur point de convergence n’est plus au centre de l’empreinte mais dans sa partie supérieure, où se trouve le monogramme de la reine, le ጣ au-dessus duquel flotte une couronne. L’initiale de Ṭäytu est placée à l’intersection des deux cercles et au point de convergence des deux rameaux qui encadrent la légende. Ce thème végétal a-t-elle une fonction purement décorative ?

109La légende est similaire à celle du document précédent, le changement de sceau ne correspond donc pas à un changement de statut. La nouvelle matrice* a-t-elle été réalisée pour remplacer la première, endommagée, ou pour améliorer ses qualités plastiques ? Ou bien avait-elle d’autres attributs juridiques que la précédente ? Si c’est le cas les deux sceaux ont pu être utilisés de façon concomitante.

110Le monogramme de la reine a été déplacé vers le haut ; ce mouvement est illustré par les stries qui occupent le centre de la partie épigraphique. Ces lignes évoquent à la fois un rayonnement concentrique autour de l’initiale, mais aussi l’élévation de cette même syllabe. Peut-on imaginer que le cercle principal symbolise le monde terrestre, et le demi-cercle supérieur le monde céleste, puisqu’il émet des rayons ? L’initiale se trouve à la confluence des deux, ce qui exprime un détachement, une supériorité de la reine par rapport au reste du monde. Est-ce pour suggérer que la reine entretient une relation privilégiée avec le divin ? Dans l’idéologie éthiopienne, le roi devenait, par la cérémonie de l’onction, l’intercesseur entre Dieu et les sujets du royaume. Mais qu’en était-il de la reine ? Sa couronne royale, surmontée d’une croix, occupe le sommet du sceau : ce signe confirme que le pouvoir royal, celui de la reine comme celui de son époux, vient de Dieu.

  • 136 Guébré Sellassié, 1930 : 80, note 3.
  • 137 Bairu Tafla, 1987 : 975-976.

111L’élévation de l’initiale de la reine sous la couronne suggère un accroissement du pouvoir de l’etégé. A quel moment cette nouvelle matrice* a-t-elle été gravée ? Menilek II, paralysé dès 1909, devint inapte à gouverner. La reine tenta alors d’exercer le pouvoir à sa place, avant d’être renversée et chassée du gouvernement par les dignitaires en 1910. Le sceau date-t-il de ce bref épisode ? Le titre d’etégé de Ṭaytu, qui ne pouvait, même après la mort du souverain, être conféré à aucune autre femme, faisait d’elle une potentielle régente136. Après sa mise à l’écart des affaires, Ṭaytu fut assignée au chevet de son époux malade. À la mort de celui-ci, en décembre 1913, elle se retira dans le couvent de l’église de Maryam à Enṭoṭṭo, mänbär ṣähay, où elle vécut jusqu’à sa disparition en 1918137.

« Ceci est le sceau de l’etégé Ṭaytu, Lumière d’Éthiopie »

« Ceci est le sceau de l’etégé Ṭaytu, Lumière d’Éthiopie »

« ጣየ (ቱ)//። ዝማኀተም : ዘእቲጊ ፡ ጣይቱ ፡ በርሃን ፡ ዘኢትዮጵያ » (sic)
/ṭay (tu)//zemahetäm: zä’etigi: ṭäytu: bärhan: zä’ityoÞya/

112Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 519, fig. 74.

113Collection Boucoiran : « 21. Taïtou ».

Sceau n° 22 : Abunä P̣éṭros

  • 138 Abun désigne le patriarche, l’évêque ou l’archevêque d’Éthiopie ; il signifie « notre père ». Il es (...)
  • 139 Guébré Sellassié, 1930 : 191, note 11.

114Quatre ans après la mort de l’abunä138 Athnatéwos en 1877, au moment de la guerre contre l’Égypte, le roi des rois Yohannes réussit, après maintes difficultés, mais moyennant une somme d’argent demeurée fixe, à obtenir du patriarche copte quatre abun au lieu d’un seul. Parmi eux notre sigillant*, Péṭros, fut choisi pour demeurer auprès du roi des rois. Il acquit ainsi une prééminence sur ses trois confrères, l’abunä Matéwos pour le Šäwa, l’abunä Luqas pour le Goğğam, enfin l’abunä Marqos pour le Käfa-Tigré139.

  • 140 E. Littmann, 1941 : 225. Dans ses « Nuove osservazioni sui sigilli abissini », E. Littmann cite une (...)

115Dans notre collection, la forme ovale du sceau est moins courante que le cercle. L’empreinte* est divisée en trois parties délimitées par de simples filets*. L’espace réservé à l’image est minime par rapport à celui de la légende ; cependant la finesse, la simplicité et la centralité de la croix mettent en valeur ce symbole, soulignée par un socle constitué de trois niveaux et entourée d’inscriptions en caractères arabes : à gauche « 1885 (année) chrétienne » et à droite « 1597 des Martyrs »140.

  • 141 E. Littmann, 1941 : 225.
  • 142 À ce propos consulter Bairu Tafla : “Titles, ranks and offices of the Ethiopian Orthodox Tawahdo Ch (...)

116La légende, trilingue, occupe deux exergues* et une partie du champ*. L’exergue extérieur est réservé aux langues copte et arabe, l’intérieur au ge’ez. La légende arabe signifie « Botros, métropolite du siège d’Abyssinie » ; la légende copte « Péṭros, métropolite du royaume d’Éthiopie »141. Ces deux langues sont un rappel, à l’usage des Éthiopiens comme des étrangers, de l’origine égyptienne du patriarche. Le titre de liqä p̣ap̣as142 signifie archevêque et marque la préséance de P̣éṭros sur les autres métropolites.

  • 143 Cf. R. Milstein (s. dir.), King Solomon’s Seal, catalogue de l’exposition Tower of David, Museum of (...)
  • 144 R. Milstein, 1994 : 181.
  • 145 R. Caulk, 2002 : 253.

117L’exergue sous le socle de la croix porte une étoile à six branches, ou « sceau de Salomon », signe qui ponctue la légende en ge’ez. Cette étoile était utilisée fréquemment en Éthiopie, mais aussi dans les pays arabes et donc vraisemblablement en Égypte143. Ce symbole est traditionnellement lié à la figure du roi Salomon144, ancêtre présumé du roi des rois. Fait-il référence à l’assignation à résidence du pontife, dès son arrivée en Éthiopie, auprès du roi des rois Yohannes IV ? Cette primauté lui fut par la suite contestée puisque Menilek II, à son couronnement en 1889, envoya un émissaire auprès du patriarche d’Alexandrie pour exiger que l’abunä Matéwos, évêque du Šäwa, fût déclaré primat d’Éthiopie en lieu et place de l’abunä P̣éṭros 145.

« Péṭros, liqä p̣ap̣asat du royaume d’Éthiopie »

« Péṭros, liqä p̣ap̣asat du royaume d’Éthiopie »

« (étoile) ጴጥሮስ ሊቀ ጳጳሳት ዘመንግሥተ ኢትዮጵያ »/péṭros liqä ÞaÞasat zämängestä ityoÞya /
بطرس مطران كرسي الحبشة
/būtrūs matrãn kūrsy al-ḥabasha/
Dans le champ : 1885 (année chrétienne) – 15 (?) 71 (illisible)

118Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 308 ; E. Littmann, 1941 : 223, fig. 15.

119Collection Boucoiran : « 22. Abouna Petros ».

Sceau n° 23 : Abunä Matéwos

  • 146 Cf. notice n° 22.
  • 147 Bairu Tafla, 1987 : 948.

120Abunä Matéwos est l’un des quatre évêques égyptiens envoyés en Éthiopie à la demande du roi des rois en 1882 ; à son arrivée il fut assigné au Šäwa par Yohannes IV. Après le couronnement de Menilek II en 1889 il obtint, à la demande du nouveau negusä nägäst, la prééminence sur les autres abun146. Il joua dès lors un rôle important dans les affaires politiques de l’Éthiopie, et ce jusqu’à sa mort en 1926. Menilek II le chargea, par exemple, de faire venir des professeurs égyptiens pour l’ouverture de la première école moderne éthiopienne et le nomma alors Ministre de l’Éducation147.

  • 148 Cf. Index I, Petit vocabulaire de sigillographie.

121Son sceau est le premier de notre collection du type « ecclésiastique assis »*, fréquemment utilisé par les prélats européens148. Encadré de rinceaux*, un personnage, sans doute le patriarche lui-même, est assis de face sur un siège dont les accoudoirs et le dossier évoquent un trône. Il occupe la totalité du champ* en brandissant de sa droite une croix et de sa gauche un livre ouvert, sans doute les Évangiles. Le champ* est séparé de l’exergue* par un double filet* enserrant un cordon de grènetis* et la bordure* est marquée par un filet orné*. Si le dessin et les ornements sont exécutés avec soin, la légende en ge’ez est difficilement lisible, comme la légende arabe puisque les lettres ne sont pas attachées. De cette dernière, seul le mot al-habasha, signifiant « d’Éthiopie », est reconnaissable. Les deux inscriptions sont ponctuées d’un soleil et d’une croix. La légende invite à penser que le sceau a été réalisé après 1889, quand le patriarche eut acquis la prééminence religieuse sur tout le pays.

  • 149 Voir par exemple le portrait de Matéwos réalisé par Bertolani et publié dans le tome I de la Chroni (...)
  • 150 Guébré Sellassié, 1930 : 191, note 1.

122Les prélats d’Éthiopie sont généralement représentés dans la même position et avec des attributs similaires en peinture et en photographie149. Ici Matéwos est dessiné assis, revêtu de ses habits épiscopaux, composés d’une chape en drap d’or et d’un capuchon de même étoffe. Cette posture évoque la représentation picturale des évangélistes. En temps ordinaire, le prélat était revêtu d’un grand manteau de soie noire, bordé de violet150.

« Matéwos, évêque d’Éthiopie »

« Matéwos, évêque d’Éthiopie »

« (élément décoratif) ማቲዎስ ፡ ኤጲስቆጶስ ዘኢትዮጵያ + » (sic)
/matiwos:ép̣isqop̣os:zä’ityop̣ya/

الحبشة
/[……. …] al-habasha/

123Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 295, fig. 44.

124Collection Boucoiran : « 23. Abouna Mathéos ».

Sceau n° 24 : Eččägé Gäbrä Sellasé

  • 151 Guébré Sellassié, 1930 : 159, note 7. Pour une biographie détaillée du personnage cf. S. Chernetsov(...)
  • 152 Bairu Tafla, 1987 : 908. Getatchew Haile, « Ǝč̣č̣ägé », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 21 (...)

125Originaire de Gondar et confesseur de wäyzäro Bafana, compagne de Menilek II, puis du negus lui même, Gäbrä Sellasé fut nommé eččägé en 1889, devenant ainsi chef du monastère de Däbrä Libanos au Šäwa151. En tant que successeur du saint Täklä Häymanot, qui fut le premier à porter le titre d’abun, l’eččägé était le premier ecclésiastique et le dignitaire le plus influent du royaume. Il suivait le roi de résidence en résidence, tenu de participer à toutes les cérémonies religieuses et autres réunions de la cour, aux côtés du souverain, des dignitaires, des notables et le cas échéant des autres patriarches152. Gäbrä Sellasé mourut en 1906.

  • 153 J Mercier, 1979 : Ill. 2 ; Hecht Dorothea, Benzing Brigitta, Girma Kidane, The Hand Crosses of the (...)

126Le sceau du patriarche est de type emblématique*. Le champ* est orné d’une croix pattée ornée d’éléments décoratifs : un carré souligne l’intersection des branches couronnées par de petits pentagones. Les menus cercles qui ponctuent ces éléments donnent au dessin un caractère ornemental et évoquent le travail d’un joaillier. Deux filets* simples séparent le champ* de la légende ge’ez, inégalement imprimée. La croix évoque l’activité et l’identité religieuse du sigillant* : pour le sceau de Gäbrä Sellasé, ce symbole éminent de la religiosité éthiopienne et sa décoration élaborée ne sauraient avoir été choisis au hasard. Sur certaines croix à main ou sur d’autres ornant des talismans, le carré symbolise la tombe d’Adam ou encore celle de Jésus sur laquelle se dresse souvent la Croix153. Faut-il voir cette allusion dans le quadrilatère central ? Les petits polygones qui coiffent chaque branche de la croix ressemblent à des pierres ornementales pointées vers les quatre orients : ces joyaux semblent mettre en évidence la puissance cosmique de la Croix.

« Ceci est le sceau de l’eččägé d’Éthiopie Gäbrä Sellasé »

« Ceci est le sceau de l’eččägé d’Éthiopie Gäbrä Sellasé »

« ዝማኀተም: ዘእጨጌ ፡ ገብረ፡ ሥላሴ፡ ዘኢትዮጵያ ። »
/zemahetäm: zä’eččägé: gäbrä: sellasé:zä’ityop̣ya/

127Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 334, fig. 52 ; Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 627.

128Collection Boucoiran : « 24. Guébré Sellassié Etchégué ».

Sceau n° 25 : Le monastère d’Abreha et Aṣbeha

  • 154 « Professeur, docteur, […] chef d’une église ou d’un couvent ». J. Baetman, Dictionnaire amarigna-f (...)
  • 155 Stuart Munro-Hay, « Abreha and Aṣbeḥa », Encyclopaedia Aethiopica, vol. I, 2003 : 45-46.

129La légende de la collection Boucoiran confère une identité au sigillant*, dont le nom n’est pas décliné sur l’empreinte : il s’agirait du mämher154 Gäbrä Maryam, prieur du monastère d’Abreha et Aṣbeha. Une des plus grandes églises rupestres de la région Tigré est dédiée à ces deux frères, rois d’Aksum, qui adoptèrent la foi chrétienne sous l’influence de Frumentius. Les deux rois sont vénérés comme des saints en Éthiopie, leur fête est commémorée le 4 de Teqemt. On connaît leur culte depuis le XVe siècle : les reliques de ces souverains sont mentionnées dans le gädl de Täklä Hawaryat comme étant conservées dans la cathédrale d’Aksum155.

  • 156 On a des traces de son utilisation à la cour des negus au xviiie siècle grâce au témoignage de Jame (...)
  • 157 Guébré Sellassié, 1930 : 160, note 3.

130L’organisation iconographique de l’empreinte est assez originale puisque le dessin déborde sur l’espace normalement réservé à l’exergue*. L’image représente, au premier plan, les bustes des deux rois, représentés de face. Les deux personnages ont la même taille, les mêmes attributs et des traits presqu’identiques, ce qui rappelle leur fraternité, presqu’une gémellité, et leur règne commun. Ils portent des couronnes ornées de croix, sur un voile qui évoque le šaš, bandeau de mousseline noué autour de la tête, ornement aristocratique que ne dédaignait pas Menilek II156. Les capes des deux rois rappellent le kabba-lanqa, manteau de cérémonie en velours brodé, orné d’étoiles, dont la forme évoque un lion ; cet ornement est réservé aux souverains, aux liqä mäk was et à certains membres du clergé157. Entre les deux personnages qu’elle surpasse figure, au second plan, une croix qui divise le champ* en deux parties égales, renforçant l’effet de symétrie et de complémentarité entre les frères. Cette croix vient rappeler la conversion chrétienne, célébrée par la tradition, de ces deux rois.

  • 158 Vie et miracles d’Abreha et d’Asbeha, manuscrit Lincei n° 19 (cat. Strelcyn, p. 67-70). Copie faite (...)
  • 159 Ibid., fol. 1rb, 88vb, 97rb.

131La légende ge’ez forme un arc de cercle autour des deux personnages. Elle est complétée, au bas du sceau, par le nom de la ville, Aksum, qui vit le règne et reçut la sépulture des deux saints. La bordure de l’empreinte est un filet orné. Cette légende, dont on lit la traduction littérale ci-contre, ne confirme pas le prieur Gäbrä Maryam en qualité de sigillant*. Un intéressant indice se trouve dans un manuscrit de 1938 dédié aux deux rois158. Notre sceau, de 63 millimètres de diamètre, est accolé à deux autres empreintes sur trois feuillets du manuscrit159 Le deuxième sceau est celui du fitäwrari Nägaš Mängäša dont le nom entoure un cœur avec une croix, tandis que le troisième sceau arbore une croix ornée à cinq branches autour de laquelle on croit pouvoir déchiffrer le nom d’Aṣbeha. Cette dernière empreinte était peut-être celle du chef de l’église de l’époque ; dans ce cas notre sceau serait bien celui du monastère et non celui d’un particulier.

« Ils ont régné avec justice Abreha et Aṣbeha, rois de Sion »

« Ils ont régné avec justice Abreha et Aṣbeha, rois de Sion »

« ነግሡ ፡ በጽድቅ አብርሃ ፡ ወአጽብሐ ፡ ነግሥተ ፡ ጽዮን// ዘአክሱም »
/nägesu: bäṣedeq abreha: wä’aṣbeha: nägestä: ṣeyon//zä’aksum/

132Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 293, fig. 43.

133Collection Boucoiran : « 25. Memmher Guébré Mariam, prieur du Couvent d’Abreha-Asbeha ».

Sceau n° 26 : Mämher Akalä Wäld

  • 160 Mersé Hazen, 2004 : 71, note 80.
  • 161 Amsalu Aklilu, “Akalä Wäld”, Encyclopaedia Aethiopica, vol. 1, 2003 : 165.
  • 162 Mersé Hazen, 2004 : 77.

134Le mämher Akalä Wäld fut l’un des plus grands lettrés de l’Église éthiopienne à partir des années 1860, durant les règnes des negusä nägäst Téwodros II, Yohannes IV et Menilek II160. La tradition orale veut qu’il soit né dans la région du Mänz et ait fait ses études à Gondär. Après le concile de Boru Meda dont il fut un des acteurs en 1878, il insista auprès de Yoḥannes pour que les conversions ne soient pas obtenues par la violence, mais par l’éducation et la persuasion. Menilek II le nomma « apôtre du Wällo », région où il oeuvra à la conversion de nombreux musulmans161. Il était toujours influent en 1910, car il servit de médiateur entre Ṭäytu, le ras Wälé, le ras bitwäddäd Täsämma et les rebelles dans leur dispute pour le pouvoir162.

135De forme circulaire, le champ* est une grande fleur à quatre pétales. Ceux-ci sont ornés d’étroites figures en amandes et entourés de formes triangulaires qui suivent leurs courbes, chaque triangle étant coiffé d’un petit cercle. La fleur évoque les lignes de la croix dite du Šäwa, ce qu’elle représente sans aucun doute, au regard de la fonction ecclésiastique du sigillant*. Que représentent les formes entre les pétales ? Ceux-ci pourraient-ils symboliser quatre personnages, peut-être doués d’un pouvoir protecteur ? Dans ce cas, les « amandes » au cœur des pétales pourraient figurer des yeux.

« Ceci est le sceau du mämber Akalä Wäld »

« Ceci est le sceau du mämber Akalä Wäld »

« ዝማኀተም ፡ ዘመምሕር ፡ አካለ ፡ ወልደ ፡ » (sic)
/zemahetäm: zämämher: akalä: wäldä/

136Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 161, fig. 25.

137Collection Boucoiran : « 26. Mamher Akalé Wold ».

Sceau n° 27 : Aläqa Gäbrä Sellasé Wäldä Arägay

  • 163 Pour une biographie détaillée du personnage voir Bairu Tafla, « Three Portraits : Ato Aṣmä Giyorgis (...)
  • 164 Ras Gobäna Dači, and Ṣahafé Tezaz Gäbrä Selassé », Journal of Ethiopian Studies, vol. V, n° 2, 1967 (...)
  • 165 Guébré Sellassié, 1932 : pl. LVII h. texte.
  • 166 Bairu Tafla, « Gäbrä Sellasé Wäldä Arägay », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 628-629.

138Né en 1844, Gäbrä Sellasé fut, au service de Menilek II, secrétaire particulier dès 1876 et jusqu’à la mort du souverain, et son ministre de la Plume à partir de 1908163. Son portrait, exécuté par le photographe italien Bertolani, est reproduit dans la version française de la Chronique de Menilek II, dont il est l’auteur164. Gäbrä Sellasé, qui assuma de nombreuses charges au cours sa carrière, porte ici son titre le plus courant, celui d’aläqa165. L’aläqa est l’ecclésiastique qui administre un däbr, une église importante, mais le clerc instruit, le maître en peinture ou en poésie peuvent aussi bien revendiquer le titre166.

  • 167 Cf. les sceaux n° 6, 9 et 19.
  • 168 C’est le sens de lecture du sceau tel qu’il est présenté dans la chronique de Menilek II. Guébré Se (...)

139Le sceau a été réalisé en champlevé*, comme ceux de Menilek II et de Ṭäytu à la même époque167. Le champ* représente, pour tout motif, un poignet et une main tendus à l’horizontale, la paume vers le bas et l’index pointé vers la gauche de l’empreinte168. Un filet orné* sépare l’image de l’exergue*.

  • 169 E. Littmann, 1941 : 222.
  • 170 S. Euringer, « Osservazioni sui „sigilli abissini“ di E. Littmann », Rassegna di studi etiopici, II (...)

140Enno Littmann interprétait cette main comme un signe magique, mais aussi comme le symbole de la fonction de l’écrivain qu’était Gäbrä Sellasé169. Un autre savant avança qu’il s’agirait plutôt, au regard de l’Évangile de saint Luc (11 : 20), du doigt tout puissant de Dieu, chasseur des démons, qui protège des mauvais esprits et du mauvais œil. Il y voyait aussi l’évocation d’un canon copte du Moyen Âge relatif au signe de croix exécuté avec un seul doigt, en confession de la doctrine monophysite, selon laquelle le Christ fait chair est une seule et même nature, divine et humaine170.

« Aläqa Gäbrä Sellasé, écrivain des ordres »

« Aläqa Gäbrä Sellasé, écrivain des ordres »

« አለቃ ፡ ገብረ ፡ ሥላሴ ፡ ዘውእቱ ፡ ጸሐፌ ፡ ትእዛዝ ። »
/aläqa: gäbrä: sellasé: zäwuetu: ṣähafé: te’ezaz::/

141Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 167, fig. 27 ; E. Littmann, 1941 : 221, fig. 10.

142Collection Boucoiran : « 27. Aleka Guébré Sellassié ».

Sceau n° 28 : Neburä’ed Gäbrä Sellasé

  • 171 Cf. le sceau n° 27.
  • 172 Écrivain, secrétaire du roi, qui devint le « Ministre de la Plume » sous Menilek II.
  • 173 Guébré Sellassié, 1932 : 450, note 7.
  • 174 L’origine du mot suggère l’idée de ville franche, accordée jadis à Aksum et au début du xxe siècle (...)
  • 175 Guébré Sellassié, 1932 : 545, note 2.

143L’aläqa Gäbrä Sellasé171, ṣahafé te’ezaz172 de Menilek II, fut élevé à la dignité de neburä’ed vers la fin de sa vie. Très ancien, ce titre était conféré au plus haut dignitaire et chef de l’administration de la ville d’Aksum en sa qualité de gardien des Tables de la Loi, successeur d’Azarias, fils du grand prêtre Sadoq qui, selon la tradition éthiopienne, les y avait apportées. C’était l’un des plus hauts dignitaires de l’Église éthiopienne, nommé exclusivement par le roi des rois173. En 1905, le jour où l’église Maryam d’Addis Aläm174 fut inaugurée et consacrée comme lieu d’asile en présence de l’abun, Menilek voulut voir ce titre conféré également à l’aläqa de cette église. En fin de compte, la dignité de neburä’ed ne fut conférée à Gäbrä Sellasé qu’en novembre 1911, par le leğ Iyasu175, successeur désigné de Menilek.

  • 176 Il s’agit bien du dos d’une main, si l’on se fie aux ongles esquissés au bout de chaque doigt. Mais (...)
  • 177 Le vêtement porté par le dignitaire le jour de son investiture est décrit dans l’appendice de la Ch (...)

144Ces informations permettent de dater vraisemblablement à l’année 1911 la taille de cette matrice*. L’image, en champlevé*, fait écho à la précédente, tandis que la légende, également champlevée dans le n° 27, est ici gravée. Un poignet et une main, apparemment figurée de dos176, sont, comme dans l’exemple précédent, tendus vers la gauche. Le poignet est orné de lignes géométriques qui évoquent peut-être la richesse et la spécificité du vêtement du neburä’ed177. Un filet en arabesque délimite le champ. Une croix ouvre la légende ge’ez qui ne mentionne pas Addis Aläm mais Däbrä Ṣeyon, c’est-à-dire non pas la ville mais son église, à laquelle est conféré le nom même de l’église d’Aksum.

  • 178 Ibid.
  • 179 Mersé Hazen, 2004 : 132.

145L’expression neburä’ed signifie littéralement « imposé des mains », en référence au cérémonial d’investiture du dignitaire. L’empreinte renvoie donc au sens originel du titre. En 1911, au jour de l’investiture, Iyasu fit revêtir Gäbrä Sellasé de « souliers dorés sur lesquels étaient imprimés les sceaux du neburä’ed et du lion »178. L’illustre Ministre de la Plume ne jouit que peu de temps de son ultime promotion : il mourut le 6 novembre 1912179, un an après son investiture.

« Gäbrä Sellasé, neburä’ed de Sion »

« Gäbrä Sellasé, neburä’ed de Sion »

« + ንቡረ ፡ ዕድ ፡ ገብረ ፡ ሥላሴ : ዘደብረ ፡ ጽዮን : »
/+neburä:ed:gäbrä:sellasé:zädäbrä:ṣeyon:/

146Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 546, fig. 81. L’empreinte est ici imprimée en sens inverse de l’image ci-dessus : il s’agirait ainsi d’une main droite tournée vers la droite.

147Collection Boucoiran : « 28. Nebouré Gabré Sellassié ».

Sceau n° 29 : Ras Gobäna Dač̣i

  • 180 Bairu Tafla, « Ras Dargé Sahlä-Sellassé », Journal of Ethiopian Studies, vol. XIII-2, 1975 : 27.
  • 181 Bairu Tafla, 1987 : 922 ; 1967 : 133-150 ; Bairu Tafla, « Gobäna Dači », Encyclopaedia Aethiopica, (...)

148Balabbat des Abečču au Šäwa d’origine oromo, Gobäna est né en 1821. En 1864 il prit parti, contre le roi des rois Téwodros, pour le jeune Menilek, couronné negus du Šäwa en 1865. Il resta toute sa vie loyal à Menilek II, dont il devint un des plus grands chefs militaires. Il conquit, pour le futur roi des rois, la moitié des royaumes oromo et les États au sud et à l’ouest du Šäwa. D’abord däğğazmač, Gobäna Dači fut l’un des deux premiers dignitaires à être appointés ras, grade le plus élevé de la hiérarchie militaire, par Menilek II, dès que ce dernier eut obtenu de Yohannes IV, en 1878, le pouvoir de conférer ce rang180. Conseiller du roi, Gobäna était aussi gouverneur d’une des plus grandes provinces. Pour récompenser ses conquêtes des États oromo, Menilek le nomma negus de la région du Käfa, qui n’était pas encore conquise. Mais ce titre lui fut ensuite retiré car sa popularité et sa fulgurante carrière inspiraient beaucoup de jalousie à la cour de Menilek. Il mourut de vieillesse en 1889, l’année de l’accession de Menilek à la dignité suprême181.

  • 182 W. Korabiewicz, The Ethiopian Cross, Addis Abäba, 1973 : Ill. 36.

149Le motif principal du champ* est une croix pattée entourée de rinceaux* ; le dessin ressemble à celui de certaines croix portatives éthiopiennes, dont les décorations végétales évoqueraient l’arbre du Paradis182. Le champ* est délimité par deux filets simples* séparés par un filet de grènetis* ; le filet de bordure souligne une légère irrégularité de la forme circulaire de l’empreinte. On discerne mal certaines syllabes de la légende ge’ez, probablement en raison de l’usure de la matrice*.

  • 183 H. Audon, 1889 : 138.

150Dans son récit de voyage, Henri Audon décrit la visite qu’il rendit au ras en juillet 1885, sur son invitation, et pour lui vendre des armes. Très hospitalier, Gobäna, qui avait alors 70 ans, est présenté comme un personnage riche et puissant, mais également très pieux183. Ce trait explique peut-être qu’une croix soit la figure essentielle de cette empreinte.

151Vu la date du décès de Gobäna, 1889, son sceau est un exemplaire relativement ancien au sein de notre corpus. Au cours de la seconde moitié du xixe siècle, rares étaient les dignitaires non royaux qui détenaient un sceau ; le ras Gobäna fit exception peut-être du fait de sa richesse et de ses contacts avec les étrangers.

« Ceci est le sceau du ras Gobäna »

« Ceci est le sceau du ras Gobäna »

« ዘማኅተም ፡ ዘእራሰ ፡ ጐበና ፡ » (sic)
/zämähetäm:zä’erasä:gobäna/

152Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 249, fig. 33.

153Collection Boucoiran : « 29. Raz Gobena ».

Sceau n° 30 : Ras Dargé Sahlä Sellasé

  • 184 Cf. le sceau n° 29.
  • 185 Bairu Tafla, 1975 : 17-37 ; « Dargé Sahlä Sellasé », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 102-1 (...)

154Né en 1827 quatrième fils du negus Sahlä Sellasé, Dargé, oncle paternel de Menilek II, fut l’un des plus grands militaires et gouverneurs de province du xixe siècle, et l’un des conseillers les plus écoutés de son royal neveu. Avec Gobäna184, il fut l’un des deux premiers dignitaires à avoir être promus, en 1878, au rang de ras par le negus Menilek. Dans la collection Boucoiran, le sceau de Dargé est placé avant ceux des autres chefs laïcs, ce qui reflète l’ordre protocolaire au temps de Menilek. Dargé mourut en 1900185.

155Son sceau est le seul de type effigié* ; il se distingue par la finesse de la gravure. Le champ* est dédié tout entier au portrait, sur un buste et un vêtement d’épaule à peine esquissés, d’un personnage portant barbe et couronne et dont le regard est légèrement orienté vers la droite. Le front est ceint d’un bandeau qui retombe sur les côtés du visage. En arrière-plan, les draperies d’un pavillon soutenues par deux motifs architecturaux forment un décor d’où émerge le vénérable personnage. Ce procédé est connu pour donner plus de relief au dessin et de dignité à la personne représentée. Ce décor pourrait plus simplement évoquer les rideaux de l’alga, divan, trône ou lit de justice, mobilier important du gebbi des grands dignitaires.

  • 186 Voir par exemple Taye Tadesse, Short biographies of some Ethiopian artists, Addis Abäba, 1984.

156Le champ est séparé de l’exergue* par deux filets simples* et un filet de grènetis*. Un fleuron* sépare le début de la fin de la légende. Re’esä mäkwanent signifie « tête des dignitaires » ou « tête des juges », un titre qui souligne la prééminence du sigillant* à la cour de Menilek II et son autorité militaire et politique. L’icône a une profondeur de champ inhabituelle. L’auteur de la matrice* était-il un étranger ou un Éthiopien formé aux techniques occidentales ? Menilek II avait envoyé plusieurs artistes étudier la peinture en Europe186.

  • 187 Son portrait se trouve dans Guébré Sellassié, 1930 : 182, fig. 28 pl. XV h. texte, et dans l’Encycl (...)
  • 188 Mérab, t. III, 1929 : 573.
  • 189 Guébré Sellassié, 1930 : 160, note 5.

157Le personnage représenté figure-t-il le ras187 ? Si ce n’est pas Dargé lui-même, l’image symbolise en tous cas le rang d’un ras, qui, par définition, est une « tête ». Le vêtement d’épaules pourrait être la partie supérieure d’une kabba, cape en satin ou en soie noire, dont les broderies d’or et la passementerie dorée au col ne sont conférées que par l’empereur188. Les ras recevaient également, le jour de leur promotion, une couronne, le ras-wärq ou « or de tête », qui avait la forme d’un diadème en argent doré189. La couronne de notre empreinte n’a pas exactement cette forme, mais elle en suggère l’idée.

« Ceci est le sceau du ras Dargé, tête des dignitaires »

« Ceci est le sceau du ras Dargé, tête des dignitaires »

« (fleur) ዝማኀተም: ዘእራስ: ዳርጌ ፡ ርእሰ: መኳንንት፡ »
/zemahetäm: zä’eras: dargé: re’esä: mäkwanent/

158Publication antérieure : Pankhurst, 1972 : 144, fig. 11.

159Collection Boucoiran : « 30. Raz Darguié ».

Sceau n° 31 : Ras Mika’él

  • 190 Cf. les sceaux n° 13 et 14.

160Cette empreinte est antérieure aux deux autres sceaux de la collection190 consacrés au futur negus Mika’él. La présente matrice* est entièrement gravée. Le champ* est dominé par un personnage dressé, auréolé, les ailes déployées, brandissant de sa droite une croix, et de sa gauche une épée au clair. L’archange semble reposer sur deux bâtons de forme conique ornés de stries. Il se détache sur un fond de rinceaux* et semble chevaucher un astre. Un double filet* sépare l’image de l’exergue*, orné de croisettes* et fleurons*, et à son tour isolé de la bordure par un filet de motifs très décoratifs. La légende est rédigée exclusivement en ge’ez. Le titre donné à Mika’él, re’esä mäsafent, « tête des princes » ou « tête des nobles », est inédit dans notre collection.

  • 191 Bairu Tafla, vol. 1, 1974 : 609-610.

161Les attributs et la posture combattante du personnage suggèrent qu’il s’agit de l’archange Michel, le saint patron du ras. Que représentent les cônes croisés en dessous de lui ? Sont-ce des canons, en signe de sa puissance ? Ou des bâtons de nägarit, tambours des souverains et des ras, insignes de leur pouvoir191 ?

  • 192 J. Mercier, 1979 : Ill. 29.

162Le sceau est de type « parlant »*, puisque le nom et la fonction du sigillant* sont évoqués par l’image. Les motifs végétaux ont-ils une fonction autre que purement ornementale ? Et que pourrait évoquer l’astre chevauché ? S’il s’agit du soleil, ce pourrait être le symbole du Christ, invoqué pour chasser les démons192.

163Le sceau a été réalisé à une époque où la position du ras n’était pas encore très assurée dans la hiérarchie du pays, ce qui explique peut-être ces symboles chrétiens et l’usage exclusif de la langue ge’ez. Face aux critiques et aux suspicions possibles, le fils de l’Imam, converti au christianisme, devait afficher son orthodoxie.

  • 193 E. Littmann, 1941 : 219, fig. 1.

164Un autre sceau du ras Mikaël, plus simple, a été répertorié193 ; il porte une légende plus modeste que celle relevée ci-dessus, re’esä mäkwanent, « tête des dignitaires ». Notre sceau n° 31 a une facture plus travaillée et lui a donc certainement succédé. Pourquoi et quand le titre de « chef des princes » a-t-il remplacé celui de « chef des dignitaires » ? Voilà une question à poser aux biographes de Mika’él !

  • 194 Cet épisode est relaté aux chapitres 49 et 50 de la chronique de Menilek II : Guébré Sellassié, 193 (...)

165Un des événements notoires de la carrière du ras Mika’él fut son mariage en 1891 avec Šäwa Reggad, fille de Menilek II. Le nouveau roi des rois avait offert la main de sa fille à Mika’el pour le récompenser de son aide dans la capture du ras rebelle Zäwde194. Notre sceau pourrait-il évoquer cet événement ? Son mariage avec une fille de roi conférait peut-être à Mika’él la noblesse revendiquée par le sceau, noblesse à laquelle il ne pouvait prétendre par sa seule naissance. L’ange armé de l’épée et de la croix rappelle que le ras était le guerrier d’un roi chrétien, comme il l’avait prouvé en combattant le ras rebelle. La matrice* a-t-elle été réalisée après le mariage ou bien après la naissance en 1898 de Iyasu, qui pouvait prétendre à la couronne ? Le titre « chef des princes » peut-il être compris comme « père du prince » ? Dans ce cas la matrice* aurait aussi pu être confectionnée en 1909, quand Iyasu fut officiellement désigné par Menilek II comme héritier de la couronne.

« Ras Mika’él, tête des princes »

« Ras Mika’él, tête des princes »

« +(étoile) ራሰ ሚካኤል ፡ (étoile)+ - (sic)
(étoile)
ርእሰ መሳፍንት ፡ (étoile ) »
/rasä mika’él - re’esä mäsafent/

166Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 318, fig. 49 ; Pankhurst, 1972 : 150, fig. 43.

167Collection Boucoiran : « 31. Raz Mikael ».

Sceau n° 32 : Ras Mängaša Yohannes

  • 195 Guébré Sellassié, 1930 : 264, note 5.
  • 196 Guébré Sellassié, 1930 : 264, note 5 et 1932 : 482, note 9.
  • 197 Bairu Tafla, 1987 : 942.
  • 198 H. Sellassié, 1976 : 16.

168L’origine du titulaire, Mängäša Yohannes, est l’objet de doutes dans l’historiographie. Né en 1868, il était, pour les uns, le fils du däğğazmač Gugsa Merč̣a, neveu de Yohannes IV, pour les autres le fils adultérin du roi des rois qui fit de lui son successeur en 1889195. Son titre de ras lui aurait été conféré par le même roi en 1888, à la mort de son frère aîné Areïa Sellasé, mais le chroniqueur de Menilek II affirme, à tort ou à raison, qu’il avait en fait usurpé ce titre196. Mängäša se soumit au nouveau souverain l’année suivante et obtint, en contrepartie, le gouvernement du Tigré. Las de ses rebellions successives, en 1892 et 1899, Menilek II fit emprisonner le personnage récalcitrant à Ankobär où il mourut en 1906197. C’était le père du ras Seyyum198.

  • 199 Consulter par exemple W. Korabiewicz, 1973.

169Le sceau, gravé, est divisé en trois parties : le champ* est occupé par une croix pattée encadrée de deux filets* autour d’un cordon de grènetis*. On trouve des croix de cou éthiopiennes ayant le même modèle199. La légende ge’ez est déployée en deux exergues* séparés par un simple filet.

  • 200 Guébré Sellassié, 1932 : 482, note 10. Cf. le sceau n° 38.

170De quand date ce sceau ? En 1892 le titulaire se rebella, en utilisant le sceau de son père portant le lion de Juda200 pour créer ras son allié Säbhat, alors que son statut ne lui conférait pas ce pouvoir. L’usage du sceau paternel lui fut alors interdit par le roi des rois et la présente matrice* a peut-être été taillée à ce moment-là, pour prévenir l’usage illégal du sceau paternel.

171La légende exprime néanmoins clairement les prétentions au pouvoir de Mängäša. Le titre de negusä nägäst de son père est mis en évidence dans l’exergue intérieur. La présence de ce titre n’est pas illégitime, puisque le sceau peut décliner le nom, le titre et l’origine d’un personnage, toutefois sa mise en relief prend ici l’allure d’une revendication. Mängäša aurait-il été désigné negusä nägäst par son propre père ? Toujours est-il que ce ras revendiqua le titre toute sa vie. Cette posture est confirmée par les rebellions successives du ras contre Menilek II, qui lui fit charitablement passer ses derniers jours en prison.

« Ceci est le sceau du ras Mängaša, fils de Yohannes, roi de Sion, roi des rois d’Éthiopie »

« Ceci est le sceau du ras Mängaša, fils de Yohannes, roi de Sion, roi des rois d’Éthiopie »

« ዝማኀተም: ዘራስ: መንገሻ ፡ ወልዱ: ለዮሐንስ: ንጉሠ ፡ ጽዮን//ንጉሠ ፡ ነገሥት: ዘኢትዮጵጸ::» (sic)
//zemahetäm: zäras: mängäša: wäldä: läyohannes: negusä ṣeyon//negusä: nägäst: zä’ityop̣iṣä::/

172Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 355, fig. 56 ; Pankhurst, 1972 : 149, fig. 38.

173Collection Boucoiran : « 32. Raz Mangacha ».

Sceau n° 33 : Ras Wälé

  • 201 H. G. Marcus, 1974 : 23, 236, 248, 254 et Bairu Tafla, 1969 : 8.

174Frère de Ṭäytu et représentant de la plus puissante famille de la province du Yäğğu, Wälé rencontra Menilek à la cour du roi des rois Téwodros pendant leur captivité. Devenu däğğazmač dans les années 1870, il fut l’un des chefs qui suivirent le negus à Ankobär après sa marche dans le Bägémder, Goğğam et Lasta en 1878 ; le roi le nomma alors gouverneur de sa province du Yäğğu. Promu ras après la bataille d’Adwa, il fut envoyé en 1900 pacifier la province du Tigré à la suite de ras Mäkonnen, mais sans succès. Il gouverna, jusqu’en 1910, le Yağğu, auquel s’ajoutèrent en 1900201 des provinces environnantes.

175Le sceau du dignitaire, dont la matrice* a été réalisée en champlevé*, est simple et élégant. Une croix est inscrite dans un champ* circulaire, séparé de l’exergue* par un simple filet*. La légende souligne l’importance hiérarchique du ras en lui attribuant le titre de re’esä mäkwanent, « tête des dignitaires ».

  • 202 On trouve ce signe déjà sur des sceaux cylindriques de la période Djemdet Nasr de Mésopotamie (env. (...)
  • 203 Ibid.

176La croix est de type patté et le cercle qui l’entoure est un symbole solaire très ancien202. La combinaison iconographique de la croix et du cercle fut utilisée dès les premiers temps du christianisme axoumite et la plus ancienne croix de l’Éthiopie chrétienne serait la croix pattée d’Aksoum, qui figure sur les monnaies du roi Ezana, dès sa conversion à la foi chrétienne vers 330203. Le concepteur du sceau a peut-être repris sciemment un motif axoumite pour évoquer la profondeur historique du pouvoir du ras Wälé comme de celui de Menilek II. Mais il est vrai que ce motif relève d’un fond culturel commun à l’art religieux et à l’artisanat.

« Ceci est le sceau du ras Wälé, tête des dignitaires »

« Ceci est le sceau du ras Wälé, tête des dignitaires »

« ዝማኀተም: ዘእራስ: ወሊ፡ ርእሰ፡ መኳንንት፡ » (sic)/zemahetäm: zä’eras: wäli: re’esä: mäkwanent:/

177Publication antérieure : n. r.

178Collection Boucoiran : « 33. Ras Wolé ».

Sceau n° 34 : Ras Wälé

  • 204 Mérab, t. III, 1929 : 573.

179Ceci est le second sceau du ras Wälé, dont la biographie a été esquissée dans la notice précédente. L’iconographie étant plus élaborée, le sceau que voici pourrait être postérieur. Sa légende est gravée, tandis que sa partie iconographique est en champlevé*. La croix a été remplacée par un autre motif chrétien : le buste d’un personnage ailé est représenté de face, tenant dans sa droite une épée au clair et dans sa gauche un objet oblong, esquissé dans sa partie supérieure. Une couronne tréflée en forme d’auréole entoure le visage. La forme du manteau évoque le lämd, vêtement de guerre et de parade en velours brodé, peau de lion ou de léopard, attribut des dignitaires chrétiens204. Un cordon de grènetis* délimite l’exergue*, qui contraste avec le champ* par son fond encré. La bordure du sceau est un filet orné* qui enveloppe la légende ouverte par une croix. Le texte est similaire à celui du sceau précédent.

  • 205 O. Raineri, « Angels », Encyclopaedia Aethiopica, vol. I, 2003 : 264-265.
  • 206 J. Mercier, 1974 : 137, 138 et Ill. 20, 22, 24, 25, 26, 27, 28, 29.

180Diverses sources iconographiques permettent d’identifier les attributs du personnage. Dans la peinture religieuse éthiopienne, les anges sont souvent représentés armés d’une épée au clair dans la main droite et de son fourreau, dirigé vers le bas, dans la main gauche. Ces personnages avaient un rôle très important dans les croyances populaires : au baptême, chaque enfant recevait deux anges gardiens qui le suivaient toute sa vie. Les rois et chefs locaux pouvaient, de même, être protégés par un ange gardien205. À l’époque où ce sceau fut gravé, des anges représentés de façon similaire sur des talismans étaient censés rétablir la communication entre le possesseur du rouleau magique, son environnement et le monde206. Dans la Bible, les anges ont un rôle de protecteurs, mais aussi de médiateurs entre les hommes et le divin. Convoquée sur un sceau, la figure de l’ange ne peut donc qu’optimiser et garantir une bonne communication entre le sigillant* et ses correspondants.

  • 207 H. G. Marcus, 1974 : 23, 236, 248, 254 & Bairu Tafla, 1969 : 8

181On peut cependant repérer dans cette figure, et surtout par rapport à la paisible croix de l’empreinte précédente, une intention possiblement offensive. Cet ange est, à l’image du ras dont il porte les vêtements, un guerrier. Le sceau pourrait ainsi être mis en relation avec la carrière relativement agitée du sigillant. En effet Wälé, puissant chef du Tigré, était un concurrent du ras Mika’él, père du successeur désigné de Menilek, Iyasu. Il s’opposa à ce dernier en soutenant, pendant la maladie du roi à partir de 1909, le « parti de Ṭäytu ». Après l’éviction de la reine du gouvernement en 1910, il représenta donc un danger pour l’héritier désigné du trône et les troupes du ras Wälé entrèrent en conflit avec celle du ras Mika’él. Wälé échoua et négocia la paix à Boru Méda, où il dut abandonner le contrôle du Tigré au gouvernement. Il fut alors arrêté et condamné à la peine capitale, puis gracié, avant de mourir en 1918207. L’ange du sceau pourrait donc être le protecteur, mais également la métaphore d’un titulaire combattant.

« Ceci est le sceau du ras Wälé, tête des dignitaires »

« Ceci est le sceau du ras Wälé, tête des dignitaires »

« + ዝማኀተም: ዘራስ: ወሌ: ርእሰ፡ መኳንንት: »
/zemahetäm: zäras: wälé: re’esä: mäkwanent:/

182Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 318, fig. 48 ; Pankhurst, 1972 : 53, fig. 62.

183Collection Boucoiran : « 34. Ras Ouélié ».

Sceau n° 35 : Ras Mäkonnen

  • 208 Officier sous le rang de grazmač dans la hiérarchie militaire traditionnelle ; au xxe siècle, le ti (...)

184Fils du däğğazmač Wäldä Mika’él Wäldä Mäläkot et de wäyzäro Tänaññä Wärq Sahlä Sellasé, Mäkonnen, cousin de Menilek, naquit en 1853 dans la région de Gola. Son père le conduisit auprès de son auguste cousin à 14 ans, âge où il devint compagnon du roi. Il fut nommé par ce dernier balambaras208 en 1876, puis däğğazmač après la conquête de Harär en 1887. Nommé gouverneur de cette région, il le demeura jusqu’à sa mort.

  • 209 Bairu Tafla, 1987 : 942 ; H. Sellassie, 1976 : 14 et 23-24.

185Après son accession au rang de negusä nägäst, Menilek éleva Mäkonnen à la dignité de ras et l’envoya en Europe à deux reprises, en 1889 et 1901 ; il remplissait alors le rôle d’un ministre des affaires étrangères. Le père du futur Haylä Sellasé se distingua, en tant que commandant en chef, à la bataille d’Adwa. Il mourut de maladie à Qullebi près de Harär le 21 mars 1906 et son täskar eut lieu en grandes pompes le 30 avril de la même année à Addis Abäba209.

186Le sceau de Mäkonnen, aniconique*, en forme de mandorle*, a été réalisé en champlevé*. Le champ* comporte uniquement la syllabe ሐ de Harär, sur un fond orné de courbes irrégulières. Un filet simple le sépare de l’exergue* orné de croisettes*. La légende est sobre puisqu’elle ne comporte que le nom et le titre de ras du sigillant*.

  • 210 Par exemple lettre du qäñazmač Tägäné à monseigneur Jarosseau, datée 18 juin 1911 : le dignitaire d (...)

187La matrice du sceau fut donc réalisée après l’élévation de Mäkonnen au rang de ras, par conséquent après 1889. La forme ovale se retrouve dans le sceau suivant du même Mäkonnen, mais elle est rare dans notre collection. Où la matrice a-t-elle été réalisée ? Des lettres conservées à Harär nous apprennent que les missionnaires capucins réalisaient des sceaux pour les chefs des environs, qui leur en passaient commande210. C’est probablement le cas de ce sceau du ras Mäkonnen, qui avait de très bons rapports avec ces étrangers. La sobriété et la taille assez modeste de l’empreinte laissent penser qu’il s’agissait d’un sceau secondaire, ou petit sceau*, destiné à valider des actes ordinaires.

« Ras Mäkonnen, Harär »

« Ras Mäkonnen, Harär »

« + (motif décoratif) ራስ : (motif décoratif)+ - መኰንን + »
/ras mäkwanen/
Dans le champ : « ሐ (ረር) »
/ha/(rär)

188Publication antérieure : Pankhurst, 1972 : 148, fig. 36.

189Collection Boucoiran : « 35. Ras Makonnen ».

Sceau n° 36 : Ras Mäkonnen

190Ce sceau de Mäkonnen est plus élaboré que le précédent. Le remplaça-t-il ou furent-ils utilisés simultanément, pour des usages distincts ? L’empreinte, de forme ovale, est issue comme la précédente d’une matrice* en champlevé*. Le champ* comporte à nouveau, en son centre, la première syllabe du mot Harär, ville et région administrées par Mäkonnen ; mais ce caractère amharique est entouré de motifs religieux. L’étoile dans laquelle est inscrit le ሐ est dominée par un personnage ailé, nimbé et placé entre, d’une part, un cœur enchaîné et surmonté d’une croix et, d’autre part, un calice d’où émerge une croix similaire. Que représente la figure géométrique sur laquelle repose l’étoile ? Est-ce un piédouche* ou la représentation d’un autel ? Les tabourets de l’artisanat éthiopien contemporain ont un profil similaire. Y aurait-il un rapport entre les deux objets ? Un filet simple sépare ce dessin de la légende, trilingue : les caractères ge’ez sont traduits en caractères arabes à gauche et romains à droite.

191Cette empreinte polyglotte fut sans doute exécutée à l’attention des correspondants de Mäkonnen, dont la province comprenait des arabophones à Harär et dans ses environs, et des Français à Diré-Dawa, à la suite de l’établissement de la gare du chemin de fer et de son administration.

  • 211 James Hall, Dictionnaire des mythes et des symboles, Paris, 1994 : 111. Le motif du sacré cœur orne (...)

192Le calice et le cœur, surmontés d’une croix, sont des motifs catholiques. Symbole de l’amour sacré comme de l’amour profane, le cœur percé de clous et inscrit dans une couronne d’épines correspondait au « sacré cœur » chrétien, dont le culte avait été répandu en Occident au xviie siècle211. L’hypothèse de la confection du sceau par les missionnaires capucins de Harär peut donc être confortée. Mais si les motifs sont indubitablement d’origine catholique, on peut imaginer que leur usage répondait surtout à la volonté du ras Mäkonnen, orthodoxe très religieux, de revendiquer et d’affirmer sa foi chrétienne dans une région dominée par la religion de Mahomet.

« Ras Mäkonnen »

« Ras Mäkonnen »

« +ራስ + RAS MECONEN –
(étoile) መኰንን (étoile) راس مكونن
/ras mäkwanen/
Dans le champ : « ሐ (ረር) »/ha/(rär)

193Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 282, fig. 42 ; Pankhurst, 1972 : 148, fig. 35.

194Collection Boucoiran : « 36. Raz Mekonnen ».

Sceau n° 37 : Ras bitwäddäd Mängaša Atikäm Bitärfu

  • 212 Bairu Tafla, 1969 : 8.
  • 213 Titre militaire porté par les commandants de l’aile droite de l’armée du roi. À la fin du xixe sièc (...)
  • 214 R. Caulk, 2002 : 46 et 243.
  • 215 Bairu Tafla, 1987 : 885.
  • 216 Mersé Hazen, 2004 : 88.

195Natif du Buré, dans le Damot, Mängäša Atikäm servait dans l’armée du roi des rois Téwodros II quand il rencontra Menilek, qu’il suivit lors de son évasion vers le Šäwa en 1868212. Promu d’abord qäñazmač213 puis däğğazmač par le nouveau negus, Mängäša fut, avec Mäkonnen, le premier à bénéficier du titre de ras après le couronnement de Menilek comme negusä nägäst en 1889. C’était donc un des compagnons les plus anciens du roi, qui le nomma ras bitwäddäd dans les années 1890, au nom de sa fidélité214. Mängäša était gouverneur de plusieurs régions parmi lesquelles le Saynt, le Damot, et le Goğğam, mais il fut aussi un conseiller influent à la cour. Il mourut en octobre 1910 à Addis Abäba215 et son corps repose à l’église de la Trinité216.

196Le champ* est structuré par une croix composée de quatre branches égales et entre lesquelles flottent des formes plus ou moins circulaires liées par des anneaux. La moitié supérieure est occupée par une couronne surplombée d’une croix tréflée. L’exergue* est isolé du champ* comme de la bordure par un double filet. Certaines syllabes de la légende ont été formées de façon originale et sont malaisées à déchiffrer, peut-être aussi en raison de l’usure de la matrice*.

  • 217 Bairu Tafla, 1974 : 605.
  • 218 G. Duchet-Suchaux, M. Pastoureau, La Bible et les saints. Guide iconographique, Paris, 1994 : 103.

197Le titre de bitwäddäd, littéralement « le bien aimé », était très important à la cour du roi depuis le règne de Zär’a-Ya’eqob. Sous Menilek, il désignait le principal conseiller du roi, à l’occasion aussi gouverneur et commandant militaire217. La couronne esquissée pourrait renvoyer au diadème qui avait été remis à Mängäša à l’occasion de son élévation au rang de ras. Le ras bitwäddäd avait-il droit à une couronne spéciale ? En Éthiopie, cet ornement n’est pas uniquement royal : il peut souligner l’autorité, récompenser la vertu, la victoire, enfin célébrer la gloire. Le christianisme médiéval occidental en fit surtout un symbole de sainteté, une récompense glorieuse. La couronne de la Vierge indiquait qu’elle était reine des cieux218. Dans notre sceau, l’ornement est placé sous la croix : il pourrait donc appartenir au Christ, symbolisant sa sainteté et sa victoire sur la mort.

« Ceci est le sceau du ras bitwäddäd Mängaša, tête des dignitaires »

« Ceci est le sceau du ras bitwäddäd Mängaša, tête des dignitaires »

«ዝማኀተም: ዘራስ: ቢተወደድ: መንገሻ ፡ ርእሰ መ [?] ንንት ፡ » (sic )
/zemahetäm:zäras:bitäwäddäd:mängäša:re’esä mä [?]nent:/

198Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 349, fig. 54.

199Collection Boucoiran : « 37. Betouadet Mangasha ».

Sceau n° 38 : Ras Säbhat

  • 219 Tsegay Berhe G. Libanos, « ‘Agamä », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 1, 2003 : 137-138.
  • 220 R. Caulk, 2002 : 148.
  • 221 Guébré Sellassié, 1930 : 285, note 4 & 351, note 3.
  • 222 Guébré Sellassié, 1932 : 430-432.
  • 223 Guébré Sellassié, 1932 : 458, note 5.
  • 224 Guébré Sellassié, 1932 : 496, note 5.

200Le titulaire de ce sceau est plus connu sous le nom de šum agamä Säbhat Arägawi, titre qui désignait, depuis le Moyen Âge, les chefs de la région Agamä située au nord du Tigré219. Petit-fils d’un chef du Tigré, Säbhat fut un des dignitaires qui survécut à la bataille de Mätämma et auquel ras Alula confia l’arrière-garde de l’armée pendant sa délicate retraite. Il protégea le ras accompagné du fils du roi des rois Yohannes contre les forces mahdistes à leur poursuite, puis fut assigné à la protection de l’héritier du trône contre les rebelles dans le Dämbiya220. Il fut alors promu ras, irrégulièrement, par Mängäša221. Après avoir collaboré avec les Italiens, il se rallia à Menilek II pour qui il espionna l’ennemi dans son camp lors de la bataille d’Adwa222. Après la victoire contre les Italiens où il se distingua sur le champ de bataille, il reçut une partie de l’Agamä auquel il prétendait223. Toutefois il dut se soumettre à Menilek II à la suite d’une rébellion et fut emprisonné à Ankobär, comme son pair Mängäša224.

201Le sceau équestre du šum a été réalisé en champlevé* ; la partie supérieure du champ*, décorée de six étoiles, n’est pas réservée à l’exergue*, qui occupe les deux tiers inférieurs du sceau : la légende y est inscrite dans un listel*. Un cavalier brandit une croix, comme s’il s’agissait d’une lance, sur une forme animalière oblongue étendue sous le cheval. Le personnage est vêtu d’une cape flottant au vent, suggérant un mouvement à l’instar des pattes avant de sa monture. Cet effet de mouvement, assez rare sur nos sceaux, est rendu aussi par l’esquisse du sol qui supporte la scène.

202Le thème de saint Georges et du dragon, très populaire en Éthiopie, s’impose pour la lecture de cette empreinte. Si le thème est éthiopien, la taille est incontestablement étrangère, occidentale au vu des attributs chevaleresques de la figure. Cette hypothèse est confirmée par l’utilisation de la technique du champlevé, alors rarement usitée dans le pays. Les Italiens, avec lesquels le ras avait d’étroites relations avant Adwa, sont-ils à l’origine de cette matrice* ? La représentation de saint Georges fait sans doute allusion, outre l’appartenance religieuse du sigillant*, à ses talents de guerrier, talents qui ont d’ailleurs desservi les Italiens.

« Ceci est le sceau du ras Säbhat »

« Ceci est le sceau du ras Säbhat »

« ዝማኀታም: ዘራሰ: ስብሐቲ » (sic)
/zemahetam:zärasä:säbhati/(tigriña)

203Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 434, fig. 64.

204Collection Boucoiran : « 38. Ras Sebehat ».

Sceau n° 39 : Ras Täsämma

  • 225 R. Caulk, 2002 : 203.
  • 226 Mers’e Hazen, 2004 : 89. Un portrait photographique du dignitaire est reproduit dans la chronique d (...)

205La mère de Täsämma Nadäw fut la nourrice de Menilek, tandis que son père prit le futur negus du Šäwa sous sa protection à la mort de son père Haylä Mäläcot, au moment de l’invasion d’Ankobär par les armées de Téwodros en 1855. Täsämma était donc un proche du futur roi des rois, au service duquel il travailla toute sa vie. Ce fut un des artisans de la conquête de l’ouest de la province oromo à la fin des années1870, puis des régions de Guma, de l’Ilubabor et de l’ouest du Wälläga, en direction du Soudan. Il gouverna ensuite cette région pendant plus de vingt ans. En 1897-1898 il participa à l’expédition franco-éthiopienne chargée de prendre possession des régions riveraines du Nil Blanc et envoya un détachement à la rencontre de la mission Marchand, qui fut, comme on le sait, un désastre diplomatique pour la France. Nommé par Menilek ras bitwäddäd et régent plénipotentiaire le 5 août 1909, il mourut de maladie le 11 avril 1911225. Il fut enterré avec tous les honneurs à Däbra Libanos226.

  • 227 Ce qui complique, pour les théologiens, l’identification de leur sexe !

206La forme de l’empreinte*, polylobée*, est plus complexe que celles des autres sceaux. Elle ne comporte pas d’exergue*, la légende est inscrite dans le champ*. Au centre, un oiseau en piqué vers la terre, est auréolé de faisceaux : il doit s’agir du Saint-Esprit. Deux anges filiformes, pudiquement vêtus de robes227, le surplombent de profil en brandissent de longues trompettes. Les instruments se croisent au centre de la partie supérieure de l’image, évoquant la croix. D’autres croix, pattées, sont esquissées aux extrémités gauche et droite du sceau, tandis que la légende est disposée de part et d’autre des faisceaux qui irradient de l’oiseau. Cette disposition met sans doute le nom du ras sous la protection et dans la grâce de l’Esprit-Saint. Les anges annoncentils la venue de ce dernier, ou une victoire de Täsämma ?

207Cette représentation de l’Esprit-Saint et des anges anthropomorphes évoque davantage l’art chrétien occidental que l’art éthiopien et on peut imaginer que la matrice* fut dessinée ou même gravée par des Occidentaux, comme d’autres sceaux de la collection.

« Ceci est le sceau du ras Täsämma »

« Ceci est le sceau du ras Täsämma »

« ዝማሐተም: - ዘእራስ: ተሰማ ፡»
/zemahetäm - zä’eras: täsämma/

208Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 483, fig. 69.

209Collection Boucoiran : « 39. Ras Tessama ».

Sceau n° 40 : Ras Gugsa Wälé du Bägémder

  • 228 Cf. les sceaux 17 et 18.
  • 229 H. G. Marcus, 1975 : 31 et 35 ; « Gugsa Wälé », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 907-908.

210Né en 1877, ras Gugsa Wälé était fils du frère de Ṭäytu et quatrième mari de Zäwditu, fille de Menilek II ; il fut contraint de se séparer de son épouse quand elle accéda au trône en 1917228. Plutôt hostile à Täfäri, il fut emprisonné sous sa régence car l’héritier du trône craignait son ambition de conquérir le pouvoir aux côtés de son ex-épouse. Libéré, il fut nommé gouverneur du Bägémder par la reine en 1918. Après sa tentative de complot contre le negus Täfäri en 1929, il fut défait par les troupes royales secondées par des avions d’autant plus terrifiants qu’ils étaient les premiers à survoler l’Éthiopie. Le ras fut tué le 31 mars 1930 ; son ex-épouse Zäwditu lui survécut seulement de quelques jours, à la suite de quoi le negus Täfäri fut couronné roi des rois229.

211La forme du sceau, carrée, est inédite dans notre collection. Une croix tréflée, formant visuellement un quadrilatère, occupe le centre du champ*. L’exergue* est naturellement de forme carrée. Les caractères de la légende, curieusement, s’appuient sur le filet externe*, au lieu du filet interne* de l’exergue*, dont l’espace libre est orné de rinceaux*.

  • 230 W. Korabiewicz, 1973 : Ill. 130.
  • 231 Cf. notamment J. Mercier, 1979 : Ill. 40.

212Si l’on inclut la bordure du sceau, la structure de l’empreinte consiste en trois quadrilatères imbriqués. Douze côtés sont donc figurés autour de la croix, nombre qui pourrait évoquer les apôtres. D’autres supports recourent à cette iconographie : des croix portatives230 ou encore des talismans231. La croix, simple signe d’identification religieuse, témoigne de la foi du sigillant*, tout en relevant du vocabulaire iconographique le plus traditionnel. Mais ce symbole, inséré dans les trois quadrilataires, pourrait être pensé comme un tälsäm, un dessin magique, ce qui conférerait une valeur psychologique supplémentaire au sceau du ras Gugsa.

« Ceci est le sceau du ras Gugsa »

« Ceci est le sceau du ras Gugsa »

« ዝማኀተም ዘራስ ጉግሣ »
/zemahetäm zäras gugsa/

213Publication antérieure : E. Littmann, 1941 : 219, fig. 2.

214Collection Boucoiran : « 40. Ras Gougsa Ouelié ».

Sceau n° 41 : Fitäwrari Habtä Giyorgis Dinagdé

  • 232 À l’origine, ce titre était l’un des plus importants de la hiérarchie militaire. À la fin du xixe s (...)
  • 233 R. Caulk, 2002 : 32 et 606 ; Bairu Tafla, 1968 : 123-130 ; Bahru Zewde, « Habtä Giyorgis Dinagde »,(...)

215Né en 1853 d’une famille gouragué, Habtä Giyorgis avait été fait prisonnier pendant la conquête de sa province par les troupes de Menilek II. Plus tard, il s’était distingué, dit-on, en tuant un lion qui attaquait le souverain en campagne. Cet acte de bravoure fit de lui un des favoris de la cour et, lors de la bataille d’Adwa, le negus plaça sous ses ordres l’armée royale de 3 000 hommes. Nommé fitäwrari232, il fut ministre de la Guerre de 1907 jusqu’à la fin de ses jours ; il devint particulièrement puissant à partir de 1909, le roi des rois étant atteint d’incapacité. Vainqueur des troupes d’Iyasu à Dessié en août 1917, il soutint fermement le nouveau gouvernement de Zäwditu, et plus tard, plus mollement celui de Täfäri qui, selon Bahru Zewde, fut soulagé, en 1926, de le voir mourir de mort naturelle, événement dont le régent profita pour s’emparer de ses biens et de ses troupes233.

216Le sceau, quadrilobé, a une structure originale ; il ne comporte pas d’exergue*, la légende étant disposée au sommet et au pied du champ*. Celui-ci accorde une place importante à une forme animale, peu identifiable, gisante, au centre de laquelle est fichée une croix, qui empale la bête à la manière d’une lance. De part et d’autre de la forme sont disposés deux rameaux d’olivier, possibles insignes de victoire. Leur agencement accompagne le regard vers la croix, mise en valeur par un rendu spécial, contour champlevé, bois gravé se détachant en plus clair sur le fond grisâtre.

  • 234 J. Mercier, 1979 : Ill. 2.
  • 235 J. Mercier, 1979 : Ill. 17.
  • 236 Voire même sur un ennemi très chrétien : lors de la Conférence de Hambourg en juillet 2003, le regr (...)
  • 237 Bahru Zewde, Encyclopaedia Aeth., op. cit.

217Que représente la forme gisante ? Un monstre ? Une tortue ? Un oiseau ? Un éléphant ? Si on opte pour ce dernier, l’excroissance de la tête ne serait pas un bec, mais une trompe ; les défenses auraient déjà été prélevées comme trophées. La chasse à l’éléphant, soumise à autorisation royale, était très prisée des chefs éthiopiens. Quand un pachyderme était tué, une défense revenait de droit au chasseur, tandis que la seconde était due au roi, comme une forme d’impôt. L’association de la croix et de l’éléphant comme symbole de la force brute pourrait conduire à une autre interprétation. La croix, on le sait, peut être invoquée pour chasser les démons ou protéger celui qui la porte, soit au cou, soit sur un talisman234. Les démons étaient susceptibles d’apparaître sous des formes animales, en particulier celles d’animaux féroces235. L’icône du sceau pourrait donc évoquer, outre la victoire du Christ, celle d’un chrétien sur un esprit maléfique ou sur un infidèle236 La scène pourrait donc rappeler une des batailles du fitäwrari, ou encore son sens légendaire de la justice237.

218En tout état de cause, la composition est en rapport avec l’idéologie du pouvoir dont les deux piliers sont la foi chrétienne et la force armée. Habtä Giyorgis fut un guerrier défenseur de l’orthodoxie religieuse comme du pouvoir royal éthiopien.

« Fitäwrari Habtä Giyorgis »

« Fitäwrari Habtä Giyorgis »

« ፊተውራሪ ፡//ሀብተ ፡ ጊዮርጊስ »
/fitäwrari://habtä: giyorgis/

219Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 483, fig. 68 ; Pankhurst, 1972 : 146, fig. 24.

220Collection Boucoiran : « 41. Fitaurari Abté Guiorguis ».

Sceau n° 42 : Ras Haylu

  • 238 Pour d’autres détails biographiques cf. Bairu Tafla, 1973 : 29-55 ; A. Rouaud, « Haylu Täklä Hayman (...)
  • 239 Le ras Haylu avait somptueusement reçu Marcel Griaule au cours de sa première mission éthiopienne, (...)
  • 240 M. Perret, 1991 : 11-22.

221Fils du negus Täklä Haymanot, roi du Goğğam décédé en 1901, le däğğazmač Seyyum, fut nommé ras en 1906. Il prit alors le nom de Haylu, qui était celui de ses illustres ancêtres238. Allié d’Iyasu, il ne le soutint pas lors du coup d’État de 1916, et resta distant vis-à-vis du nouveau gouvernement de Zäwditu et du ras Täfäri. Il souhaitait se voir attribuer le titre de negus que portait son père, mais le régent refusa toujours d’accéder à ce désir. Homme d’affaire et homme politique, il accueillait fastueusement les étrangers de passage dans sa région du Goğğam, cherchant à donner l’image d’un prince moderne. Haylä Sellasé l’écarta du pouvoir en 1932, après qu’il eut été impliqué dans l’évasion du leğ Iyasu239. Il fut condamné à mort pour trahison, mais le roi des rois commua sa peine en détention perpétuelle. Libéré à l’arrivée des Italiens en mai 1936, il collabora avec ces derniers en espérant retrouver le titre de son père mais les occupants le nommèrent seulement gouverneur du Goğğam. Après sa soumission à Haylä Sellasé à la fin de l’occupation italienne, Haylu fut assigné à résidence à Addis Abäba où il mourut quelques années plus tard240.

222Le sceau du ras comporte de nombreux symboles. La finesse avec laquelle a été réalisée la matrice* évoque la richesse du personnage, son importance sociale et son ambition. La forme octogonale du sceau est répliquée par le filet* qui délimite le champ* ; la bordure* est ornée de motifs peu lisibles. Le nom de Täklä Haymanot, roi et père de Haylu, figure dans un listel* à la base du sceau. L’autre partie de la légende est incluse dans un cartouche qui décline le titre, le nom et l’ascendance du dignitaire : il est fils de roi.

223Cette image comprend de nombreux détails, accolés les uns aux autres, sans qu’à première vue un registre* particulier ne s’impose. La plage médiane du champ comprend, de bas en haut, une coupe et un bol, une croix enclose dans un coeur duquel émergent des rayons, une épée à l’horizontale sous une couronne. Cette dernière est l’élément central de l’image. Elle est surmontée d’une étoile de Juda encadrée des deux plateaux d’une balance soutenue par un oiseau piquant vers le bas ; dans l’étoile figurent quatre points, représentation courante de la croix. Quatre personnages ailés entourent ces objets : les deux plus importants brandissent des croix auxquelles flottent des pavillons, et des livres ouverts. Les anges mineurs, en bas de l’image, soutiennent un instrument à vent, à droite, et une cuillère au dessus de la coupe, à gauche.

« Ras Haylu, fils de roi »

« Ras Haylu, fils de roi »

« ራስ : ኃይሉ ወልደ ንጉሥ ፡ »
/ras haylu wäldä negus/
Aux quatre coins du sceau : « ተ ክ ለ ሃ ይ ማ ኖ ት »
/tä k lä ha y ma no t /
Dans le champ : « ዘ » « መ »
/zä//mä/

224Publication antérieure : n. r.

225Collection Boucoiran : « 42. Ras Haïlou, fils de Roi ».

226Comment expliquer l’accumulation de ces éléments et les agencer dans un récit cohérent ? La réponse est dans l’Apocalypse de saint Jean. À la rupture, par le Christ, du premier des sept sceaux, arrive un cavalier qui reçoit une couronne ; le suivant reçoit une épée, le troisième porte une balance signalant l’arrivée de la famine. Devant Dieu sept anges porteurs de trompettes sont en faction, chacun annonçant un malheur nouveau, tandis qu’un autre être céleste soutient un encensoir d’or rempli des braises qui seront lancées sur la terre, provoquant coups de tonnerre et séismes (8 : 2-13). Surviennent ensuite sept anges munis de « sept coupes en or remplies de la colère de Dieu ». Sur un ordre crié du Temple, chacun des anges répand sa coupe sur la terre, provoquant à chaque fois un nouveau fléau (15 : 6-21).

227Dans l’iconographie de notre sceau, les anges portent drapeaux et livres : il peut s’agir de la scène du jugement dernier où sont ouverts les livres des actes des hommes et le livre de la vie portant les noms des élus. À la rupture du sixième sceau survient un grand séisme, suivi d’un cataclysme cosmique (6 : 12-17), après lequel quatre anges sont postés aux quatre coins du monde pour dompter les vents. Puis un ange « portant le sceau du Dieu vivant » les avertit : « Attendez, pour malmener la terre, la mer et les arbres, que nous ayons marqué au front les serviteurs de notre Dieu » (7 : 1-8). Ce texte a pu inspirer, outre l’iconographie complexe de notre empreinte, un discours sur la puissance du sceau en tant que marque d’élection divine.

  • 241 Cette information, non lisible sur notre empreinte, nous a été communiquée par Berhanou Afebe: 11-22.

23Après la destruction de Babylone apparaît le Christ vainqueur portant un diadème, un glaive acéré, et vêtu d’un manteau sur lequel est écrit « Roi des rois et Seigneur des seigneurs ! » (19 : 11-16). L’exécution du dragon (20 : 1-3) et le jugement universel annoncent le renouvellement du ciel et de la terre, ainsi que de l’apparition de la Jérusalem nouvelle. Que signifient les lettres ዘ et መ ? Sont-ce les initiales de ዘመን : መንግሥት : soit « le temps du règne », celui de Jésus, fils de Dieu, qui clôt l’Apocalypse ? Mais ne pourrait-il pas s’agir aussi du règne de Haylu ? L’expression wäldä negus, « fils de roi » est à dessein imprécise : elle n’explicite pas une filiation, mais seulement une ascendance royale. De ce fait, elle peut évoquer aussi bien Haylu que le Christ, « rejeton de David ». La croix inscrite dans le cœur peut être lue comme le caractère ተ, monogramme de Täklä Haymanot, nom dont les huit syllabes sont disposées sur chaque pointe de l’octogone241.

229Si les symboles du sceau évoquent l’Apocalypse, ils peuvent aussi figurer les attributs de Haylu. On trouve en effet son diadème de ras, le ras wärq, l’épée du chef de guerre, la balance de justice du gouverneur. Le sceau porte un message apocalyptique, religieux en son origine, mais qui n’est peut-être pas sans arrière-pensée politique. Dans l’idéologie éthiopienne, un parallèle entre la royauté de Jésus, fils de David, et celle d’un wäldä negus, un fils de roi en mal de reconnaissance, pourrait se faire entendre comme une forme de revendication.

« Ras Haylu »

« Ras Haylu »

ታተመ : ከአበራ : ብላይት :
« Gravé par Abära Belayet »
Document non enregistré de l’ancien département d’Afrique du musée de l’Homme portant la légende
« Le ras Haylu, gouverneur du Godjam, faisant construire une église. Aquarelle contemporaine ».

230Cette œuvre de 21 x 32 cm a probablement été colléctée par Marcel Griaule au cours de sa mission au Godjan en 1928-1929.

Sceau n° 43 : Ras Dämesäw Näsibu

  • 242 R. Caulk, 2002 : 487 & 653.
  • 243 Mersé Hazen, 2004 : 54.
  • 244 Mersé Hazen, 2004 : 60.
  • 245 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 372.
  • 246 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 370.
  • 247 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 336, note 130.

231Fils de l’afä negus Näsibu, Dämesäw se distingua comme habile tacticien à la bataille d’Adwa, avant de participer à la conquête de la riche région du Käfa avec le ras Wäldä Giyorgis ; il fut également conseiller de Menilek II242. Il gouverna pendant longtemps la province du Wällägga, mais en 1909, alors qu’il était däğğazmač, il fut destitué de son poste de gouverneur par Taïtu et remplacé par le ras bitwäddäd Mängäša243. Ceci explique peut-être sa participation au complot qui mena à l’éviction du pouvoir de la reine en 1910. Il fut pourtant promu par la suite au rang de ras, événement qui a pu motiver la taille de ce sceau244. Marié à la fille du ras Mika’él245, il fut de facto partisan d’Iyasu, ce qui ne l’empêcha pas de se rallier à la fille de Menilek et au ras Täfäri après le coup d’État de 1916246. Après l’Arjo lui fut confiée la province du Goğğam247.

  • 248 Cf. notice n° 30.
  • 249 Informations d’A. d’Abbadie & de J. Borelli citées dans Guébré Sellassié, 1930 : 28, note 1 ; Bairu (...)

232Notre empreinte est de médiocre qualité, peut-être à cause d’un mauvais encrage ou de l’usure de la matrice*. De forme ronde, le sceau est divisé en trois parties. Au centre, le champ* est orné d’une sorte de mitre décorée d’une fleurette et de deux baguettes dont l’une porte un fanion ; le couvre-chef, placé au-dessus de deux bâtonnets croisés, est surmonté d’une vague nuée. Deux filets simples séparent le champ de la légende*, écrite en ge’ez et en arabe, une partie des caractères arabes étant manquante. Seul le mot « altesse » y est perceptible ; la syntaxe est fautive. L’auteur du sceau n’était vraisemblablement pas arabophone. La bordure* a dû être ornée de rinceaux et d’autres motifs décoratifs, peu lisibles sur notre document. Le motif iconographique ne peut guère se rapporter qu’au ras wärq248, le diadème d’honneur du sigillant*. Les accessoires ne peuvent être déterminés avec certitude. Pour les objets croisés, nous suggérons, comme nous l’avons fait pour le sceau n° 31, les bâtons servant à battre le nägarit. Cet instrument, dont le nom est issu d’une une racine ge’ez signifiant « avertisseur », est une timbale en bois et en peau de dimensions variables, symbole de l’autorité. Le roi des rois avait le droit d’en posséder quarante-quatre paires, les rois trente-quatre, les ras vingt-quatre, les däğğazmač, douze au maximum249.

233La région gouvernée par le dignitaire avant 1909, le Wällägga, est frontalière du Soudan, ce qui peut expliquer le recours aux caractères arabes. Mais cette écriture rappelle aussi les sceaux contemporains du negus Mika’él. On peut donc assez logiquement dater la taille du sceau du ras Dämesäw de l’époque où le sigillant* était allié au ras du Wällo et à son fils Iyasu, soit entre 1910 et 1916.

« Ceci est le sceau du ras Dämesäw Näsibu »

« Ceci est le sceau du ras Dämesäw Näsibu »

« ዘ ፡ ዘራስ ፡ ደምሰው ። ነሲቡ ፡ » (sic)
/zä : zäras: dämesäw:: näsibu:/
«ﻝﺎﻌﻟ» (sic)
/[..…] al-câl/

234Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 590, fig. 88 ; Pankhurst, 1972 : 145, fig. 13.

235Collection Boucoiran : « 43. Ras Démissié Nossibou ».

Sceau n° 44 : Ras Seyyum

  • 250 Juniac (de) Gontran, 1994 : 409: 11-22.

250.

237Le sceau est de facture originale puisque son centre n’est pas occupé par l’image mais par la légende, délimitée et mise en valeur par un simple filet* en forme de cœur. Autour d’elle l’exergue* comprend des motifs végétaux reliés entre eux par un nœud bouclé, très décoratif ; le Saint-Esprit tombe à pic sur le cœur, auquel sont accotés deux cartouches isolants les syllabes መ et ዮ. Ces monogrammes sont les initiales de « Mängäša et de Yohannes », père et grand-père de Seyyum. Que signifie cet entrelacs de syllabes et de symboles, au-delà de son aspect ornemental ?

  • 251 Comme les pièces de monnaie de Menilek II frappées à Addis Abäba en 1897, D. Gill, 1991 : 111.
  • 252 Berhanou Afebe, comm. pers: 11-22.

251. Ces supports auraient pu être la source d’inspiration de l’artiste, d’autant plus que la bordure* du sceau, en fines arabesques, pourrait évoquer celle d’une pièce de monnaie, mais l’enchevêtrement des végétaux avec les autres motifs invite à dépasser cette comparaison. L’artiste a-t-il tenté de représenter une vigne, symbole familier en Éthiopie et valorisé dans les Écritures ? Chez les prophètes de l’Ancien Testament elle symbolise le peuple d’Israël (Ps. 79 : 9-17) et par clasnsion le peuple éthiopien, lui aussi élu de Dieu puisqu’héritier de l’arche d’alliance. Ce qui a une valeur dans la vigne, c’est son fruit (Ez. 15 : 2-5). Or les cartouches contenant les initiales de Mängäša et de Yohannes sont rattachés aux sarments, comme s’ils en étaient issus. Mängäša et Yohannes seraient les fruits de la vigne qui engendra à son tour Seyyum, dont le nom s’inscrit dans le cœur, à la hauteur des cartouches qui semblent être les poignées ou les supports du précieux réceptacle. Cette hypothèse est confortée sémantiquement : en amharique, yähär haräg, « généalogie », partage l’un de ses deux composants avec yäwäyn haräg, « cep de vigne »252. Dans le Nouveau Testament, le Christ énonce : « Je suis le vrai cep et mon Père est le vigneron. […] Je suis le cep, vous êtes les sarments » (Jean 15 : 1-4). La célèbre parabole de la vigne ne semble pas étrangère à la symbolique de notre sceau.

239En intégrant l’ensemble des éléments figuratifs, on peut proposer une interprétation quasi-théologique, dans le style éthiopien. Le cœur de notre empreinte y représente Jésus, dans lequel se réfugie Seyyum, tous les deux étant bénis par la colombe de l’Esprit-Saint. Le ras exprime ainsi la profondeur de sa foi : à l’instar de Christ, il désire racheter son peuple représenté par la vigne, Israël-Éthiopie. L’Esprit-Saint pointé vers le cœur symbolise l’élection divine sur le ras, son alliance avec lui, car l’amour est en tête des clauses de cette alliance (Ex. 20 : 5-6 ; Dt. 6 : 5). À l’instar du roi, le ras, chef de guerre chrétien, se veut défenseur de la foi et représentant de Dieu sur terre. Le pouvoir de Seyyum prend origine dans son illustre filiation, mais il s’appuie sur l’alliance et la bénédiction divines.

« Ras Seyyum »

« Ras Seyyum »

« ራስ ሥዩም ፡ »
/ras seyyum:/
Dans le champ : « መ » « ዮ »
/mä//yo/

240Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 598, fig. 92 ; Pankhurst, 1972 : 150, fig. 47.

241Collection Boucoiran : « 44. Ras Seyoum ».

Sceau n° 45 : Ras Seyyum Mängäša Yohannes

242La notice n° 44, consacrée à un premier sceau du ras Seyyum, comporte les indications biographiques indispensables. Cette nouvelle matrice*, probablement postérieure, contient autant, sinon plus d’éléments que la précédente et surtout la qualité de son rendu est supérieure, détail d’autant plus intéressant que nous n’avons pas, dans les sources consultées, répertorié de publication antérieure de cette empreinte. De plus, le sceau est daté, ce qui permet d’explorer le contexte historique de sa création.

243Le sceau, de forme circulaire, est divisé en trois parties par une alternance des techniques de la gravure et du champlevé*. La légende est incluse dans le champ*, de part et d’autre des dessins. Comme dans le sceau précédent, le titre et le nom du sigillant* sont déclinés, ainsi que les initiales de son père : መ et ዮ pour Mängäša Yohannes. La date inscrite au pied de l’image indique 1914, soit 1921-1922 selon le calendrier grégorien.

  • 253 Cf. les sceaux n° 8, 9, 10 et 11: 11-22.

253.

  • 254 À ce propos cf. le sceau n° 17 de la reine Zäwditu: 11-22.

254 ; mais ce thème pourrait aussi faire écho à un passage du Nouveau Testament : « Du figuier, apprenez cette parabole : quand ses rameaux deviennent flexibles et qu’il y pousse des feuilles, vous comprenez que l’été est proche. De même, quand vous verrez tout cela, sachez que le [Fils de l’Homme] est proche, qu’il est aux portes » (Matthieu 24 : 29-34).

246Quel est le rapport entre l’image célèbre du rameau d’olivier et le titulaire du sceau, au-delà de l’autoproclamation du ras comme défenseur de la foi ? Comme dans les peintures des églises éthiopiennes, les deux séraphins, armés, ont sans doute un rôle protecteur, dont le ras aura eu besoin toute sa vie. Le champ*, de facture assez jubilatoire, est entouré d’une somptueuse couronne de rinceaux. Enfin, contrairement au spécimen précédant, la bordure* ne suggère pas vraiment une monnaie : les arabesques qui la constituent sont d’une taille trop importante. Il semble bien que l’auteur de la matrice* ait recherché l’exubérance de l’image, la richesse des éléments décoratifs plutôt qu’une terne démonstration de la richesse, pourtant réelle, du sigillant*.

« Ras Seyyum »

« Ras Seyyum »

« ራስ ሥዩም ፡ መ (ንገሻ)፡ ዮ (ሐንስ)፡ »
/ras: seyyum:mä(ngäša) :yo(hannes)/
Dans le champ : « ፲፱፻፲፬ »
/1914/(calendrier éthiopien)
(soit 1921-1922 du calendrier grégorien)

247Publication antérieure : n. r.

248Collection Boucoiran : « 45. Raz Seyoum Mangacha Yohannès ».

Sceau n° 46 : Ras Täfäri

  • 255 Pour une biographie détaillée du ras Täfäri, cf. Harold G. Marcus, Haile Sellassie I. The formative (...)
  • 256 H. G. Marcus, 1998 : 12: 11-22.

255. Il fut gouverneur de plusieurs provinces avant de se voir confier l’administration de sa région natale en 1910. Il jura alors fidélité à l’héritier désigné, le leğ Iyasu, qui s’engagea en retour à ne pas le considérer comme un rival, à ne pas intervenir dans le gouvernement de sa province256. Täfäri renonça à la loyauté qu’il avait envers Iyasu quand celui-ci lui retira l’administration de Harär en 1915. À Addis Abäba le däğğazmač Täfäri se joignit alors au groupe de dignitaires mécontents de la conduite du leǧ, qui fut déposé officiellement le jour de Mäsqäl, le 27 septembre 1916. Täfäri fut alors nommé ras et héritier du trône, aux côtés de la reine Zäwditu ; leur couronnement eut lieu en février 1917.

250Le sceau du ras a une facture soignée et minutieuse, même si un excès d’encrage a engendré une empreinte quelque peu empâtée. La matrice* a été réalisée en champlevé*. Plus rare que la gravure, cette technique était utilisée pour les plus hauts dignitaires : elle constituait certainement une marque de distinction. La dimension de l’empreinte semble inférieure à celle du sceau de la souveraine Zäwditu réalisé à la même période (cf. sceau n° 17), ce qui exprime peut-être la prééminence protocolaire de la reine, alors même que l’héritier du trône ne lui concédait qu’un pouvoir symbolique.

  • 257 Cf. les n°s 8, 9, 10 et 11: 11-22.

257, à ceci près que la couronne ne repose pas sur sa tête. L’attribut royal flotte dans les airs, comme sur le sceau de Mika’él (n° 13) ; toutefois, sur la présente empreinte, la couronne ne tient pas toute seule en suspension. Elle est portée par un personnage sortant de nuées dessinées à droite de l’image. L’ange semble faire un geste de bénédiction à l’endroit de l’animal, sans doute pour indiquer que le trône d’Éthiopie est destiné à Täfäri, et ce par la volonté divine.

252Sous les pattes du lion le nom de Harär rappelle-t-il les origines du ras Täfäri, dont le père, le ras Mäkonnen, fut sa vie durant gourverneur de Harär, ou encore l’objet de la rupture avec Iyasu, à l’origine de la prise de pouvoir de Täfäri ? La végétation dessinée dans la partie inférieure du sceau est un élément décoratif qui rappelle peut-être aussi les plantations de café et de coton du Harärgé, qui en font une des plus riches régions du pays.

« Ras Täfäri, héritier du trône d’Éthiopie. Harär »

« Ras Täfäri, héritier du trône d’Éthiopie. Harär »

« ራስ : ተፈሪ : የኢትዮጵያ ፡ አልጋ ፡ ወራሽ : »
/ras: t äfäri: zä’ityop̣ya: alga: wäraš:/
Dans le champ : « ሐረር »
/harär/

253Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 630, fig. 97 ; Pankhurst, 1972 : 151, fig. 50 ; Berhanou Afebe, 2001 : 331, fig. 7.

254Collection Boucoiran : « 46. Ras Tafari ».

Sceau n° 47 : Ras Täfäri, Harär

  • 258 Le premier cas est celui du couvent d’Abreha et Abea, sceau n° 25: 11-22.

258. C’est aussi le seul sceau de type monumental* de la collection. La matrice* a été réalisée en gravure pour le champ*, et en champlevé* pour la légende. L’exergue* est délimité, à l’intérieur, par un filet simple* et à l’extérieur par un double filet*. L’image est emplie d’une forme géométrique constituée de petits rectangles, surmontée d’un fanion. Il s’agit de la représentation d’une des emblématiques portes de la ville de Harär, ville dont l’initiale est apposée au centre du sceau, à l’intérieur de la porte esquissée.

256Le tiers supérieur de l’exergue* comporte les abréviations de : « Ras Täfäri Mäkonnen héritier du trône d’Éthiopie ». La seconde partie de la légende, occupant les deux tiers inférieurs du sceau, peut être traduite approximativement par : « Bureau du préfet de la ville et de la province de Harär ». Cette division des caractères épigraphiques et les seules initiales du nom de Täfäri indiquent que la ville était administrée sous la prééminence du ras, mais qu’il n’en était pas le gouverneur direct, le gouverneur militaire du lieu étant alors le fitäwrari Gäbrä Maryam.

  • 259 Chef des marchands, chargé de collecter l’impôt, choisir la place du marché, louer des parcelles de (...)
  • 260 H. G. Marcus, 1998 : 42: 11-22.

259 ses ‘Jeunes Éthiopiens’, dévoués à sa cause, cultivés, et engagés dans la modernisation du pays. Cette réforme permit d’augmenter considérablement les recettes de l’État dès 1919260. Le sceau illustre cet effort de modernisation et de normalisation administrative entrepris sous la coupe du jeune ras.

« Bureau du représentant de Täfäri Mäkonnen, héritier du trône d’Éthiopie, à Harär et dans sa région »

« Bureau du représentant de Täfäri Mäkonnen, héritier du trône d’Éthiopie, à Harär et dans sa région »

«* የኢ [ትዮጵያ]: መ [ንግሥት]: ኢ (ልጋ)፡ ወ [ራሽ]
ራ (ስ): ተ (ፈሪ): መ (ኰንን): -
የ (ሐረር) ና ፡ ያውረዳዋ እ: ንደራሴ ፡ የጽሐፈት: ቤት* » (sic)
/yä (ityop̣ya): mä(ngäst): i(lga): wä[raš] ra(s)tä(färi):mä(kwanen): -
yä (harär)na: yawrädawahe: endärasé: yäṣähäfät: bét/

258Publication antérieure : n. r.

259Collection Boucoiran : « 47. Raz Taffari, bureau ou secrétariat de Harar ».

Sceau n° 48261 : Ras Kasa

  • 261 À partir de ce numéro, les notices ne suivent plus la numérotation originale de la collection Bouco (...)
  • 262 H. G. Marcus, 1998 : 28 et 91.
  • 263 Guébré Sellassié, 1932 : 710, fig. 98. On y lit ራስ፡ካሣ፡. Ici le ማ est issu d’une retouche fautive.
  • 264 Berhanou Afebe, comm. pers: 11-22.

xxe siècle. Proche de Täfäri, il fut couronné ras et nommé gouverneur du Šäwa à la suite du coup d’État de septembre 1916. Plutôt conservateur, le ras était néanmoins conscient de la nécessité de moderniser le pays ; il fut conseiller d’Haylä Sellasé, qui le nomma par ailleurs gouverneur de la région du Bägémeder en 1930. Après avoir lutté contre Badoglio durant l’invasion italienne, le ras suivit le roi des rois en exil. Il mourut en 1956262. L’importance de ce dignitaire est illustrée par la structure originale de son sceau. L’exemplaire de notre collection avait été mal imprimé et retouché à la main dans ses parties défaillantes, ce qui rend l’empreinte* fautive et difficilement lisible. Une meilleure version est reproduite dans la Chronique de Menilek II263. De forme polylobée*, l’empreinte* est issue d’une matrice* exécutée en champlevé* ; elle ne comporte pas d’exergue*, la légende étant intégrée à la structure du dessin. Au centre, un cœur renferme un motif géométrique qui est à la fois un dessin, une balance à plateaux soutenue par une main, et une syllabe, le ካ de Kasa. De la partie supérieure du cœur émergent les ailes et la tête auréolée d’un oiseau dessiné de face. Il est couronné par un triangle dans lequel est inscrit un œil, lui-même dominé par une forme indéchiffrable. Les têtes et les ailes de quatre personnages encadrent l’empreinte, dont la bordure* est rythmée par les ailes déployées. Le titre et le nom du sigillant* sont inscrits sur leurs poitrines et la suite de la légende est déployée dans une ligne horizontale centrale encadrée de deux simples filets* : il s’agit de haylu zädargé, soit « Haylu de Dargé », qui introduit, pour indiquer explicitement la filiation, l’usage européen de la particule, inexistant en Éthiopie264. C’était une façon pour le ras de mettre en valeur ses illustres origines.

  • 265 J. Mercier, 1974 : 110.
  • 266 Ibid., 138: 11-22.

265. Sur d’autres supports iconographiques, les anges aident à communiquer, à ouvrir vers l’extérieur celui qui les contemple et à l’animer, à le délier de la paralysie démoniaque266. Ce rôle est peut-être traduit par la forme dynamique que leurs ailes confèrent au contour de l’empreinte.

<

« Ras Kasa »

« Ras Kasa »

263«» «» «» «» (sic)
/ra//s//ka//ma/

264La balance esquissée au centre de la syllabe est-elle destinée à évoquer la justice et ainsi la fonction de juge exercée par le ras dans la province qu’il gouvernait ? La syllabe centrale et les initiales du ras apposées sur le buste des anges font-elles écho à la parole de la Bible « Mets-moi comme un sceau sur ton cœur » (Ct. 8 : 6) ? Le sceau serait dans ce cas le ካ de Kasa et le cœur celui de Jésus, où le dignitaire veut trouver refuge. Le sceau est évoqué à l’intérieur du sceau : ce procédé de mise en abîme permet d’expliciter la dimension religieuse de cette signature.

265Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 710, fig. 98.

266Collection Boucoiran : « 49. Ras Cassa ».

Sceau n° 49 : Wag Seyyum Gwangul

  • 267 Bairu Tafla, 1974 : 610 et 981.
  • 268 Guébré Sellassié, 1930 : 146, note 2: 11-22.

268.

268Le soin avec lequel a été réalisée la matrice*, à la fois gravée et en champlevé*, montre l’importance du titulaire. Au centre du champ figure une étoile à six branches mise en valeur par le fond grisé sur lequel elle se détache. Ses branches sont ornées de minuscules cercles incolores et renferment un petit personnage sombre et énigmatique dont on distingue surtout le visage. L’exergue* est encadré de différents filets ornés* qui donnent à l’empreinte* son aspect ornemental. Une croix pattée clôt la légende.

  • 269 E. Littmann, 1941 : 218.
  • 270 Selon le Kebrä Nägäst, les Zagwés descendraient aussi du roi Salomon par l’intermédiaire de la serv (...)
  • 271 Cf. E. Littmann, 1941 : sceau décrit p. 224 et reproduit p. 221.
  • 272 Cf. Korabiewicz, 1973 : Ill. 16 ou 198: 11-22.

270. À quoi fait allusion le petit personnage établi au centre de l’étoile ? Est-ce un chérubin aux ailes repliées ? Fait-il référence au titulaire du sceau, qui se place par ce geste sous la protection de l’étoile, ou bien à David ? Selon les interprétations d’Enno Littmann, cet étrange individu pourrait aussi représenter le Christ271. On peut d’ailleurs remarquer que le même type de figurine est parfois gravé sur des croix éthiopiennes, représentant le Christ, ou encore saint Georges272. Le dessin serait donc une allusion à la fois à l’Ancien et au Nouveau Testaments et, comme la croix inscrite dans l’exergue, une référence à la foi du wag Seyyum.

« Ceci est le sceau du wag Seyyum Gwangul, tête des dignitaires »

« Ceci est le sceau du wag Seyyum Gwangul, tête des dignitaires »

« + ዝማኀተም: ዘዋግ ፡ ስዩም ፡ ጓንጉል ርእሰ ፡ መኳንንት »
/zemahetäm: zäwagä: seyyum: gwangul: re’esä: mäkwanent/

270Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 375, fig. 58 ; Pankhurst, 1972 : 146, fig. 22.

271Collection Boucoiran : « 50. Oaag Choum Bouangoul ».

Sceau n° 50 : Afä negus Näsibu Mäsqälo

  • 273 Cf. le sceau n° 43.
  • 274 Le portrait du personnage est reproduit dans la Chronique de Menilek II, Guébré Sellassié, 1930 : p (...)
  • 275 R. Caulk, 2002 : 487.
  • 276 Mers: span>’é Hazen, 2004 : 46: 11-22.

273 et devint le chef de justice de Menilek II274. Il participa à la campagne d’Adwa, à la suite de laquelle des prisonniers italiens lui furent confiés275. Décédé le 10 juillet 1908, son corps repose à l’église Sellasé d’Addis Abäba276.

  • 277 Bairu Tafla, 1974 : 605-606: 11-22.

xxe siècle277, douze juges qu’il envoya oeuvrer dans les provinces.

274La structure du sceau du chef de justice est relativement simple : de forme ronde, il comprend un champ* et un exergue* contenant la légende délimitée par deux filets ornés*. Les motifs du dessin sont énigmatiques. Un assemblage de figures géométriques constitue une bande verticale au milieu du champ. De part et d’autre se dressent deux formes longilignes dont les bases reposent sur un demi-cercle. La légende du sceau est sobre et courte puisqu’elle occupe à peine la moitié supérieure de l’exergue*. L’espace libre a été comblé par des rinceaux*.

275Que représentent les trois éléments dessinés au centre du champ ? S’agit-il de deux armes blanches dressées de part et d’autre d’un chandelier en pierreries, de facture occidentale ? Ces objets sont-ils des symboles de justice ? Ils ressemblent à l’insigne oblong ornant le sceau de l’afä negus Esṭifanos (n° 51). S’agit-il du même élément, qui serait dans ce cas un attribut du juge suprême ?

« Afä negus Näsibu »

« Afä negus Näsibu »

« አፈ ፡ ንጉሥ ፡ ነሲቡ ፡ »
/afä: negus näsibu/

276Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 302, fig. 45 ; Pankhurst, 1972 : 150, fig. 45.

277Collection Boucoiran : « 51. Afé Negous Nessibou ».

Sceau n° 51 : Afä negus Estifanos

  • 278 Mers’é Hazen, 2004 : 54 et 98.
  • 279 Bairu Tafla, 1974 : 605-606: 11-22.

279. Estifanos a été l’un des premiers dignitaires à recevoir ce titre.

  • 280 Cf. le sceau n° 48 du ras Kasa: 11-22.

280. Au plan iconographique, les sceaux ont sans doute tiré inspiration les uns des autres. Mais par quelle voie cette représentation du divin, qui ressemble à un symbole maçonnique, est-elle parvenue en Éthiopie ? Au-dessous du « ም » de Menilek se dresse un objet, observable dans le sceau précédent, en forme d’arme blanche ou de bougeoir. S’il s’agit d’une arme, elle évoque sans doute la force, sinon la violence du roi en tant que juge suprême.

  • 281 Sur l’histoire du drapeau éthiopien cf. Stanislaw Chojnacki, “Second Note on the Ethiopian National (...)
  • >

281. Deux balances y sont suspendues. L’ensemble pourrait signifier que la justice est rendue dans le cadre contraignant de l’État chrétien : les drapeaux sont ponctués par des croix, la force est mise en évidence par l’épée, et la loi écrite par le livre ouvert. Menilek II était le chef suprême de cette justice, mais il l’exerçait au nom de Dieu, dont le symbole domine le champ*. La symétrie de tous ces éléments, leur ordonnancement géométrique pourraient-ils être une métaphore des mesures gouvernementales prises à cette même époque pour réorganiser la justice ? Le sceau du ministre aurait alors été conçu comme un gage de modernité et une promesse des réformes à venir.

« Afä negus Estifanos »

« Afä negus Estifanos »

« የፍርድ ፡ ሚንሰትር - አፈ ፡ ንጉሥ ፡ እሰጢፋኖሰ ፡ » (sic )
/yäferd: minsäter - afä: negus: esäṭifanosä/

281Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 543, fig. 79 ; Pankhurst, 1972 : 145, fig. 15.

282Collection Boucoiran : « 52. Afé Negous Estifanos ».

Sceau n° 52 : Däğğazmač Gärmamé Wäldä-Hawaryat

  • 282 Bairu Tafla, 1987 : 918 ; « Gärmamé Wäldä Hawaryat », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 708  (...)
  • 283 Bairu Tafla, 1987 : 901 ; « däğğazmač », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 62.
  • >

282. S’agit-il du titulaire de notre sceau ? Comme le sigillant*, Gärmamé Wäldä-Hawaryat portait le titre de däğğazmač. Ce titre n’avait pas la même valeur s’il avait été conféré par le roi des rois ou par des chefs de province ; il fut parfois porté par des hommes plus importants et influents que des ras. Ce fut le cas du puissant Gärmamé

284. L’astre pourrait alors être mis en rapport avec la rosace centrale à douze pétales, possible évocation des douze apôtres. On peut encore imaginer que le soleil entoure la légende comme pour protéger le dignitaire contre les démons

« Ceci est le sceau du däğğazmač Gärmämé »

« Ceci est le sceau du däğğazmač Gärmämé »

« ዝማኀተም ፡ ዘደጃዝማች ፡ ገርመሚ ። » (sic)
/zemahetäm: zädäğğazmač: gärmämi::/

287Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 148, fig. 22.

288Collection Boucoiran : « 53. Dedjaz Guermamié ».

Sceau n° 53 : Däğğazmač Wälé Beṭul

  • 287 Pour la biographie du personnage, cf. les sceaux n° 33 & 34.
  • >

287 ? Ce sceau aurait alors été fabriqué et utilisé entre les années 1870 et 1896, période relativement ancienne au regard de la plupart des documents de notre collection. N’est-ce pas plutôt la signature d’un chef homonyme ? La possession d’un sceau semble avoir été assez peu courante dans l’Éthiopie de la seconde moitié du xixe siècle et réservée aux principaux dignitaires. Mais Wälé provenait d’une des familles les plus puissantes du nord du pays, il avait donc les moyens de faire exécuter son sceau par un artisxte"ompétent.

<

  • 288 Sur les rosaces à quatre pétales et leur interprétation cf. J. Mercier, 1979 : 26.
  • 289 Friedrich Heyer & Eine Moore, “Crosses”, Encyclopaedia Aethiopica, vol. 1, 2003 : 815-821.
  • 290 Ibid., 816.
  • >

288. En outre, la jonction des quatre pointes de flèches forme un carré, motif géométrique qui représente l’endroit où a été clouée la poutre horizontale de la croix. Ce carré est aussi interprété comme la tombe du Christ, la représentation du tabot (arche d’alliance, autel) ou encore des Évangiles289. Enfin, faut-il le rappeler, la croix, le plus populaire des symboles chrétiens d’Éthiopie, a des pouvoirs magiques, comme celui de chasser les démons290.

« Ceci est le sceau du däğğazmač Wälé »

« Ceci est le sceau du däğğazmač Wälé »

« ዝማኀተም: ዘደጃዝማች: ወሌ ፡ »
/zemahetäm: zädäğğazmač: wälé:/

292Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 263, fig. 38.

293Collection Boucoiran : « 54. Dedjaz Ouélié ».

Sceau n° 54 : Däğğazmač Mäšäša Säyfu

  • 291 Bairu Tafla, 1987 : 947 ; R. Caulk, 2002 : 84.
  • >

291. S’agit-il bien du titulaire de ce sceau ou sommes-nous en présence d’un homonyme ?

  • 292 Guébré Sellassié, 1930 : 167 : fig. 26: 11-22.

292, ce qui invite à penser qu’il s’agit bien d’une bizarrerie de la matrice*.

  • 293 Cf. J. Mercier, 1979 : 26.
  • 294 E. Littmann, 1941 : 220.
  • 295 Cf. par exemple Korabiewicz, 1973 : Ill. 66: 11-22.

293. En outre cette figure est constituée de lignes ne comportant ni début, ni fin, propriété qui conférait à l’objet dessiné une force particulière et surnaturelle dans l’art talismanique294. Toutefois ce procédé est utilisé fréquemment par les artistes pour dessiner des croix et le même type de motif figure sur d’autres supports iconographiques, comme des manuscrits ou la base rectangulaire de certaines croix à main295. La forme de la croix rappelle le modèle dit du Šäwa, peut-être en rapport avec le lieu d’origine ou de résidence du dignitaire.

« Ceci est le sceau du däğğazmač Mäšäša »

« Ceci est le sceau du däğğazmač Mäšäša »

« + ዝማኀተም: ዘደጃዝማች: መሸሻ ፡ »
(lettres retournées)
/zemahetäm: zädäğğazmač:mäšäša:/

297Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 167, fig. 26: p>

298Collection Boucoiran : « 55. Dedjazmatch Machacha Saïfou ».

Sceau n° 55 : Däğğazmač Wäldä Giyorgis Abboyé

  • 296 Une photographie de ce dignitaire prise par l’italien Bertonali est reproduite dans la chronique de (...)
  • 297 Bairu Tafla, 1987 : 983 ; R. Caulk, 2002 : 237: 11-22.

296, portait le titre de däğğazmač avant d’être nommé ras, puis negus. Fils de l’afä negus Abboyé, il était cousin du roi des rois Menilek II par sa mère. Nommé dans la région du Limmu en 1885, Wäldä Giyorgis est l’artisxtedes conquêtes des régions de Kullo et Konta ; il participa aussi à une expédition militaire contre Muhämmäd Hänfari de l’Awsa en 1895-1896. En 1897-1899, il dirigea la campagne du Käfa qu’il gouverna ensuite jusqu’à sa mort en 1918. En 1917, il reçut le titre de negus du nouveau gouvernement. Très apprécié de Menilek II, il avait épousé une sœur de la reine Ṭäytu dans les années 1880297.

<

  • 298 Cf. par exemple le sceau n° 44.
  • >

298. Évoquent-ils aussi la couronne du Christ, du fait de leur proximité de la croix ?

« Ceci est le sceau du däğğazmač Wäldä Giyorgis »

« Ceci est le sceau du däğğazmač Wäldä Giyorgis »

« (croix) ዝማኀተም : ዘደጃዝማች: ወልደ ፡ ጊዮርጊስ ። »
/zemahetäm: zä däğğazmač: wäldä:giyorgis::/

302Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 412, fig. 63: p>

303Collection Boucoiran : « 56. Dedjazmatch Oueldé Guiorguis ».

Sceau n° 56 : Däğğazmač Täsämma

  • 299 Cf. le sceau n° 30.
  • 300 Bairu Tafla, 1975 : 37.
  • >

299. Bon militaire, il avait conquis la province d’Arusi avec son père, puis envahi le Bäčo de son propre chef, avant de participer à la conquête des régions Wälamo et Käfa en 1894 et 1897. Il gouverna toute la région de Sälalé après la mort de son père et l’emprisonnement de son frère, avant de décéder subitement en 1906300.

  • 301 Berhanou Abebe, comm. pers.
  • >

301.

  • 302 Cf. le sceau n° 53.
  • >

302 ? Les Évangélistes pourraient aussi être évoqués par l’utilisation répétée du chiffre quatre. Enfin le sceau est structuré par trois carrés : leurs douze côtés évoquent-ils les douze apôtres, réunis autour de la croix ? L’alternance d’ombres et de lumières a-t-elle une signification symbolique ?

  • 303 J. Mercier, 1974 : 110.
  • >

303. L’auteur de cette image a donc vraisemblablement repris une iconographie traditionnelle. Mais quel sens acquièrent ces motifs sur ce nouveau support ? Pourraient-ils avoir une fonction protectrice ou défensive ?

« Ceci est le sceau du däğğazmač Täsämma »

« Ceci est le sceau du däğğazmač Täsämma »

« ዝመኀተመ ዘደጃዝማች ተሰማ » (sic)
/zemähetämä zädäğğazmač täsämma/

308Publication antérieure : n. r: p>

309Collection Boucoiran : « 57. Dedjaz Tessama Dargué ».

Sceau n° 57 : Däğğazmač Täsämma Dargé

310La biographie du personnage est esquissée dans la notice précédente. Nous avons affaire ici à un autre sceau du dignitaire, alors que son titre de däğğazmač n’a pas changé. Il est difficile de savoir lequel est antérieur à l’autre ; le classement de la collection Boucoiran tient peut-être compte, comme nous l’avons suggéré dans l’introduction, de la chronologie: p>

311À quelle occasion un dignitaire changeait-il de sceau, hormis lors d’un changement de titre ? En intégrant une province, par exemple, ou à l’arrivée d’un nouvel artisxt, capable d’améliorer la facture de l’ouvrage ? La matrice* du sceau précédent avait-elle été perdue ou endommagée ? Enfin, y avait-il des utilisations simultanées de plusieurs sceaux, selon leur valeur juridique ou en fonction des correspondants visés ?

312Contrairement à celle qui précède, l’empreinte* présente est ronde, mais l’organisation interne des deux images est presque similaire. Dans les deux cas le champ* se démarque de l’exergue* par le grisé du fond. Autour du point central, figuré, s’élancent les quatre branches d’une croix. La répétition du carré est remplacée par la récurrence du cercle. Quatre cercles sont agencés dans le champ, leurs bordures sont liées par les branches de la croix. Ils forment autant de visages, dont on distingue de grands yeux, les cheveux et la bouche. Ici l’exergue est bordé de deux filets ornés*. La légende diffère de la précédente par un détail : ዝንቱ, « ceci est », est écrit en toutes lettres au lieu d’être abrégé comme c’est souvent le cas.

  • 304 J. Mercier, 1979 : 31.
  • 305 J. Mercier, 1976 : 238.
  • 306 Les däbtära sont des clercs non ordonnés, des « ecclésiastiques laïcs » comme les nomme Kaplan ; il (...)
  • 307 J. Mercier, 1974 : 110.
  • >

304. Ces motifs pourraient être inspirés de l’iconographie des peintures magiques, où, contrairement à l’art religieux, un visage ou un œil est suffisant pour évoquer un personnage. Qui sont ces personnages ? S’agit-il d’anges protecteurs et/ou des quatre Évangélistes ? L’association de visages et de croix est fréquente sur les talismans et peut revêtir de multiples significations305 ; toute interprétation est donc possible et hasardeuse à la fois. Ce sceau a-t-il pu être conçu par un däbtära306 ? Si oui, les figures en croix sont-elles des anges invoqués pour chasser les démons aux quatre vents307 ?

« Ceci est le sceau du däğğazmač Täsämma »

« Ceci est le sceau du däğğazmač Täsämma »

« ዝንቱ ፡ ማኀተም: ዘደጃዝማች: ተሰማ: »
/zentu: mahetäm: zädäğğazmač: täsämma:/

314Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 569, fig. 84 ; Pankhurst, 1972 : 151, fig. 53: p>

315Collection Boucoiran : « 58. Dedjaz Tessama Darguié ».

Sceau n° 58 : Däğğazmač Täsämma Yemam de l’Akkälä Guzay

  • 308 R. Caulk, 2002 : 141, 149, 173, 175.
  • >

308. S’agit-il de ce personnage historique ou d’un homonyme ? Täsämma est un nom très répandu en Éthiopie, ce qui ne facilite pas l’identification du titulaire. Le rythme des courbes qui ornent et structurent l’empreinte* donne une certaine harmonie à l’image. Elle est ronde ; champ* et exergue* sont séparés d’un double filet* et le filet extérieur* est orné. L’image est constituée d’une croix dite du Šäwa composée des entrelacs de deux traits répétés par les double filets. Les entrelacs intérieurs forment aussi quatre yeux ; leurs croisements dessinent un carré divisé en quatre parties, qui est aussi le centre du sceau. La légende est simple et sobre, ses caractères sont bien formés ; la mauvaise orthographie de la syllabe ዘ de ዘማኀተም : est peut-être due à l’usure de la matrice*.

  • 309 Cf. J. Mercier, 1979 : 24.
  • >

309. Comme nous l’avons mentionné dans la notice n° 55, la croix constituée de lignes sans début ni fin est un signe magique, comme le dessin des yeux ; cette technique relève de l’art des däbtära. Ce rapprochement invite à s’interroger sur l’iconographique des sceaux. Les concepteurs sont-ils les futurs sigillants qui donneraient leurs instructions, des proches de ces dignitaires, les artisans eux-mêmes, ou bien encore des hommes d’églises ou d’autres savants ? La variété et la richesse de ces iconographies laissent ouvertes toutes ces possibilités.

« Ceci est le sceau du däğğazmač Täsämma »

« Ceci est le sceau du däğğazmač Täsämma »

« ዘማኀተም: ዘደጃዝማች: ተሰማ: » (sic)/zämahetäm: zädäğğazmač: täsämma:/

318Publication antérieure : n. r: p>

319Collection Boucoiran : « 59. Dedjazmatch Tessama du Tigré ».

Sceau n° 59 : Däğğazmač Mäšäša

  • 310 Bairu Tafla, 1987 : 946.
  • 311 Ibid. ; R. Caulk, 2002 : 47.
  • >

Ğemma et il fut gracié quelques années plus tard310. Menilek l’envoya au Moyen Orient en 1905-1906, puis en ambaspade à Berlin, Vienne, Rome et Constantinople en 1907-1908, pour protester contre l’accord tripartite signé par la France, l’Angleterre et l’Italie en 1906. Il décéda en 1916 ou 1917311. La découverte de lettres ou documents scellés de cette empreinte* pourrait, seule, nous permettre de connaître l’identité exacte du sigillant.

<

322Que peut évoquer la figure ? Est-ce un caducée ? La proximité du reptile et des autres éléments incite à proposer une autre interprétation, qui associerait l’arbre, l’ange et le serpent. Il est un passage de la Genèse où ces images sont sans conteste réunies. Après avoir chassé Adam et Ève du jardin d’Eden, « Dieu posta devant le jardin d’Eden les chérubins et la flamme du glaive fulgurant pour garder le chemin de l’arbre de vie » (3 : 24). L’imagerie de cet épisode dramatique des Saintes Écritures a probablement inspiré notre artiste. Face au serpent, ennemi de Dieu et des hommes, le chérubin du sceau est sans doute convoqué pour protéger son titulaire.

« Däğğazmač Mäšäša W. »

« Däğğazmač Mäšäša W. »

« ደጃዝማች: መሸሻ: ወ »
/däğğazmač: mäšäša: wä/

323Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 328, fig. 51 ; Pankhurst, 1972 : 149, fig. 42.

324Collection Boucoiran : « 60. Dedjaz Mechacha ».

Sceau n° 60 : Däğğazmač Gäbrä Egzi’abhér

  • 312 Bairu Tafla, 1969 : 11 à 13 ; Mersé Hazen, 2004 : 37.
  • 313 Mersé Hazen, 2004 : 122.
  • >

312 À la fin de l’année 1912, le leǧ Iyassu vint lui rendre visite dans sa ville de Leqemt (ou ‘Neqemte’). Il lui fit un accueil triomphal et organisa trois jours de geber (festins somptuaires) pour lui et ses soldats. A cette occasion Iyasu voulut épouser la fille du däğğazmač, mais comme celui-ci était le filleul de Menilek, cette union fut interdite par la loi313. Notre sceau est-il bien celui du même du même Gäbrä Egzi’abhér ?

<

  • 314 D. Hecht, 1990 : 5-6.
  • >

viiie siècle, mais son usage ne s’est répandu que sous l’influence des Portugais, puis, après le xvie siècle314, des missionnaires espagnols. Ce symbole exprime ostensiblement la foi chrétienne de Gäbrä Egzi’abhér, en même temps qu’il fait écho à son nom de baptême, « Serviteur de Dieu ». Rien ne rappelle l’origine oromo du dignitaire.

« Däğğazmač Gäbrä Egzi’abhér »

« Däğğazmač Gäbrä Egzi’abhér »

« ደጃዝማች: ገብረ ፡ እግዚአብሔር ። »
/ däğğazmač: gäbrä: egzi’abher::/

328Publication antérieure : Pankhurst, 1972 : 145, fig. 16: p>

329Collection Boucoiran : « 61. Dedjazmatch Gabre Izgaber ».

Sceau n° 61 : Däğğazmač Gäbrä Egzi’abhér

  • 315 Guébré Sellassié, 1932 : 400, fig. 62.
  • >

315.

<

332Ce type de croix est d’un modèle courant en orfèvrerie éthiopienne. D’ailleurs, l’attache d’un pendentif n’est-elle pas esquissée dans l’exergue, au sommet d’une des branches ? Les petits cercles pointés tout autour de la légende font penser à des pierres ; est-ce à dessein ? Ils confèrent à l’image un aspect précieux. Le sceau a donc peut-être été réalisé à l’occasion de l’élévation du dignitaire ou de l’agrandissement du territoire qu’il administrait.

« Ceci est le sceau du däğğazmač Gäbrä Egzi’abhér »

« Ceci est le sceau du däğğazmač Gäbrä Egzi’abhér »

« ዝማኀተም ዘደጃዝማች: ገብረ ፡ እግዚአብሔር: »/zemahetäm zädäğğazmač: gäbrä: egzi’abhér :/

333Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 400, fig. 62 ; Pankhurst, 1972 : 145 fig. 17 et 18: p>

334Collection Boucoiran : « 62. Dedjaz Guebra Egziaber ».

Sceau n° 62 : Däğğazmač Asfaw Dargé

  • 316 . Cf. le sceau n° 30.
  • 317 Bairu Tafla, 1987 : 884.
  • 318 Mersé Hazen, 2004 : 23.
  • >

316, Asfaw Dargé. Actif commandant militaire et gouverneur provincial sous le règne de Menilek II, Asfaw participa avec son père et ses frères à la conquête de la région Arusi avant de conquérir le Balé et la région Boräna. Au milieu des années 1890, accusé de vouloir détrôner Menilek II et de comploter avec les Italiens, il fut emprisonné. Réinstallé sur une partie de la région de Sälalé après la mort de son père en 1900, il fut de nouveau arrêté et emprisonné à Afqära317. Il mourut le 27 janvier 1906 à la prison de Mäqdäla où il fut enterré. Ses restes furent transportés sept ans plus tard à Däbra Libanos318.

  • 319 Cf. le sceau n° 56.
  • >

319, champlevé* et gravure sont complémentaires. Cette association met en valeur le dessin central, qui émerge sur un fond clair. Le champ* est-il occupé par le profil de deux chevaux ou bien par celui d’un seul cheval, que l’artiste aurait voulu représenter de face ? On distingue deux yeux, deux oreilles, un seul harnais, une seule crinière. La légende se détache de l’exergue* sur un fond encré ; elle est enclose dans un triple filet*.

  • 320 Guébré Sellassié, 1930 : 160, note 6.
  • >

320. Ici l’albo est évoqué par le harnais et les quatre points blancs qui soulignent l’encolure du cheval.

<

« Sceau du däğğazmač Asfaw »

« Sceau du däğğazmač Asfaw »

« ደጃዝማች : አስፋው ማኀተመ ። » (sic)
/däğğazmač: asfaw mahetämä/

339Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 575, fig. 85 ; Pankhurst, 1972 : 143, fig. 6: p>

340Collection Boucoiran : « 63. Dedjatch Asfao Darguié ».

Sceau n° 63 : Däğğazmač Abatä

  • 321 Haut fonctionnaire du palais, qui précède le roi pour écarter la foule ; à la guerre, il porte l’ép (...)
  • 322 Bairu Tafla, 1969 : 15.
  • 323 Mersé Hazen, 2004 : 58.
  • 324 Mersé Hazen, 2004 : 68.
  • 325 Guébré Egziabher Elyas, 1994 : 394.
  • >

321, puis däğğazmač en 1896 après la bataille d’Adwa, où il se distingua par ses capacités militaires322. En 1904, Menilek lui confia la direction de la reconstruction de l’église d’Entotto Maryam par des travailleurs grecs et indiens, puis la construction d’une nouvelle église à Däbra Libanos en 1906, ce qui était un honneur et une grande marque de confiance. En 1908 il était gouverneur du Kembata ; en mai 1909 il reçut de Menilek le titre de wag šum, ainsi que la direction des régions Wag et Tigré. À ce poste, en octobre 1909, il fut attaqué par le däğğazmač Abraha, mais sortit vainqueur de cette bataille ; il emprisonna le rebelle, au soulagement du gouvernement d’Addis Abäba323. Il s’opposa à l’autorité de Ṭäytu et, après la mise à l’écart de celle-ci, il fut promu ras en mai 1910 par le ras bitwäddäd Täsämma324. Le ras Täfäri lui rendit hommage à sa mort en 1917325. Ce sceau a donc été gravé entre 1896 et 1909. Sa forme est originale, puisque c’est le seul hexagone de la collection. Son champ* est composé de façon symétrique de part et d’autre de deux lignes orthogonales. Les motifs ont été dessinés en champlevé*. Un cœur, dans lequel est inscrite une croix, est entouré de formes qui ressemblent à des rinceaux*. La légende, sobre et simple, a été gravée. Elle est consignée dans deux cartouches trapézoïdaux qui encadrent le champ*.

<

  • 326 Cf. les sceaux n° 68, 81 et 84.
  • 327 Cf. le sceau n° 35 du ras Mäkonnen.
  • >

326. Ce motif iconographique est incontestablement d’origine exogène, peut-être catholique. La matrice* de ce sceau aurait pu être conçue par des étrangers, plus précisément des missionnaires catholiques327.

« Däğğazmač Abatä »

« Däğğazmač Abatä »

« ደጃዝማች - (motif décoratif) አባተ* »
/däğğazmač abatä/

344Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 454, fig. 66 ; Pankhurst, 1972 : 143, fig. 4: p>

345Collection Boucoiran : « 64. Dedjazmatch Abaté ».

Sceau n° 64 : Däğğazmač Dämesäw

346La biographie du personnage a été esquissée à propos du sceau n° 43. Avons-nous affaire au même personnage ? C’est possible car les deux sceaux ont la caractéristique d’être bilingues. Ce sceau est certainement postérieur à la bataille d’Adwa où Dämesäw s’était distingué et a obtenu son titre de däğğazmač et antérieur aux années 1910, au cours desquelles le dignitaire fut couronné ras: p>

347Ce sceau semble être de taille nettement inférieure à celui de ras et, s’il est aussi travaillé, son iconographie est plus simple. Il est divisé en trois parties. Une croix de type grec est inscrite dans le champ* délimité par un simple filet*. Le champ* est entouré de deux exergues* séparés par des filets ornés* : l’exergue intérieur contient la légende en langue arabe, l’exergue extérieur la légende ge’ez. L’aire occupée par la légende arabe est moindre, ce qui indique peut-être la préséance de la langue liturgique chrétienne. Les syllabes ge’ez indiquent « Bamesäw » au lieu de « Damesäw ». Est-ce dû à l’usure de la matrice* ou bien à une erreur de l’artiste ? Les hachures, les points et les crénelures concentriques qui dessinent les filets confèrent à l’image une dynamique et un effet d’abondance, de richesse. Que signifient les tirets et les points disposés de façon symétriques autour des branches de la croix centrale ? S’agit-il de simples décorations ?

« Ceci est le sceau du däğğazmač Damesäw »

« Ceci est le sceau du däğğazmač Damesäw »

« + ዝማኀተም: ዘደጃዝማች: ባምሰው » (sic)
/+ zemahetäm : zädäğğazmač: bamsäw/
/La légende en arabe est illisible.

<

Guébré Sellassié, 1932 : 507, fig. 73 ; Pankhurst, 1972 : 144, fig. 10.

349Collection Boucoiran : « 65. Dedjazmatch Damsaou ».

Sceau n° 65 : Däğğazmač Seyyum

  • 328 M. Perret dans M. Griaule, 1991 : 18.
  • >

328.

<

329 ?

« (Sceau) du däğğazmač Seyyum, fils du roi »

« (Sceau) du däğğazmač Seyyum, fils du roi »

« ዘደ [ጃ] ዝማች: ሥዩም፡ ወልዱ ለንጉሥ »
/zädä[ğğ]azmač seyyum : wäldu länegus/

353Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 498, fig. 62 ; Pankhurst, 1972 : 150, fig. 48: p>

354Collection Boucoiran : « 66. Dedjazmatch Seioum, fils de roi, futur Ras Haïlou ».

Sceau n° 66 : Däğğazmač Balča

330 du palais, s’entraînant dans le même temps au maniement des armes. Il se distingua à la bataille d’Adwa, après laquelle il fut nommé däğğazmač et gouverneur de la région du Sidamo où il fonda la ville de Hagärä Sälam en 1905. Après avoir brièvement gouverné Harär en 1908, il retrouva le Sidamo en 1910. Grand chef militaire, il était aimé et respecté par ses soldats. Prêt à entrer en dissidence contre Täfäri, arrêté, condamné à mort puis gracié en 1928, il fut contraint de se retirer de la vie politique et administrative en 1930331.

<

332.

« Balča »

« Balča »
Agrandir Original (jpeg, 104k)

« ባልቻ »
/Balča/

358Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 349: p>

359Collection Boucoiran : « 67. Dedjazmatch Baltcha ».

Sceau n° 67 : Däğğazmač Habtä Maryam

333, connu sous le nom d’Habtä-Maryam Gäbrä-Egzi’Abhér, et qui fut gouverneur de la région de Léqa avant 1936334. La littérature de l’époque mentionne également un second däğğazmač Habtä-Maryam, dignitaire du Šäwa, appelé par Iyasu à gouverner le Harär en 1916. On ne connaît pas son rôle pendant le coup d’État à la fin de la même année, ni ce qu’il advint de lui quand le leǧ fut déposé335.

<

336. Le sceau aurait-il, par conséquent, un pouvoir magique ? Une autre interprétation pourrait être avancée : l’étoile à cinq branches et le croissant de lune rappellent le drapeau du Condominium turc du début du xxe siècle, Condominium qui avait d’ailleurs ouvert un groupe consulaire à Harär entre 1900 et 1905337. Cette ressemblance nous invite à penser que nous sommes en présence du dignitaire nommé par Iyasu à Harär en 1916. Témoignait-il, pour la puissance turque, de la même sympathie que le leğ, à l’heure de la Première Guerre Mondiale ?

« Däğğazmač Habtä Maryam »

« Däğğazmač Habtä Maryam »
Agrandir Original (jpeg, 96k)

« ዘደጃዝማች ሀብተ: ማርያም: »
/zädäğğazmač habtä: maryam:/

363Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 615, fig. 93 ; Littmann, 1941 : 219, fig. 4 ; Pankhurst, 1972 : 147, fig. 25: p>

364Collection Boucoiran : « 68. Dedjazmatch Habté Mariam ».

Sceau n° 68 : Däğğazmač Habtä Maryam

365S’agit-il du même sigillant* que celui du sceau précédent ou les titulaires sont-ils des homonymes ? Leurs formes sont comparables, mais les symboles iconographiques qu’ils comportent sont radicalement différents, ce qui suggère qu’on a affaire à deux personnages distincts. Peut-être s’agit-il ici d’un ministre des finances qui fut le frère de la mère de l’etégé Zäwditu. Quand il décéda en 1929, ce däğğazmač Habtä Maryam avait conquis le titre de ras: p>

366Le sceau est ovale et son contour est ponctué, à gauche et à droite, de deux demies fleurs. Le champ* est orné d’un cœur dans lequel a été inscrite une croix entourée d’un halo. Le cœur est encadré de rinceaux*. L’exergue* est encadré de deux filets ornés* complétés par des fleurons*. La légende est fautive pour Maryam, écrit « Maryem ». L’importance et la fréquence de ce mot en Éthiopie rendent cette erreur assez surprenante. La matrice* aurait-elle été exécutée par un étranger ?

338. C’est un motif d’inspiration catholique : sa présence est-elle due aux relations du dignitaire avec les missionnaires, voire à sa conversion au catholicisme ? Ce symbole appuie en tous cas l’hypothèse de l’origine étrangère du sceau. Associé à la croix, le cœur représente peut-être l’amour du Christ envers les hommes. Plus généralement, ce symbole pourrait représenter l’amour du prochain, caractéristique de la Nouvelle Alliance. Enfin le cœur pourrait valoir message de bienveillance du sigillant envers ses correspondants.

« Däğğazmač Habtä Maryam »

« Däğğazmač Habtä Maryam »
Agrandir Original (jpeg, 92k)

« ደጃዝማች:/ሀብተ: ማርይም: » (sic)
/däğğazmač: habtä: maryem/

368Publication antérieure : n. r: p>

369Collection Boucoiran : « 69. Dedjaz Habté Mariam ».

Sceau n° 69 : Däğğazmač Täfäri

339. Il conserva le titre de däğğazmač jusqu’en 1916, quand le titre de ras lui fut octroyé en même temps que celui d’héritier du trône.

<

340.

341 ? On peut le supposer, au su de l’étroitesse des relations du däğğazmač avec les missionnaires de sa ville et au vu de l’iconographie. Cette hypothèse n’exclut d’ailleurs pas que l’artiste se soit inspiré de motifs éthiopiens traditionnels.

« Däğğazmač Täfäri, 1908 »

« Däğğazmač Täfäri, 1908 »
Agrandir Original (jpeg, 48k)

« ፲፱፻፰ -
ደጃዝማች: ተፈሪ ። »
/1908/(c. é.) - / zädäğğazmač: täfäri::/

374Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 522, fig. 76: p>

375Collection Boucoiran : « 70. Dedjazmatch Tafari ».

Sceau n° 70 : Däğğazmač Kätäma

342 ; il portait alors le titre de liqä-mäkwas. On sait qu’il combattit ensuite aux côtés de Iyasu contre le ras Abatä en 1911343. Après une longue interruption, il réintégra le poste de ministre à partir de 1919, avant d’être nommé afä-negus en 1922344. Le sceau a donc vraisemblablement été créé et utilisé entre 1919 et 1922.

<

« Däğğazmač Kätämä, ministre de l’Intérieur »

« Däğğazmač Kätämä, ministre de l’Intérieur »
Agrandir Original (jpeg, 108k)

« ደጃዝማች ካተመ - ያገር ገዛት ሚኒስቲር » (sic)
/däğğazmač katämä - yagär gäzat ministir/

378Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 711, fig. 99: p>

379Collection Boucoiran : « 71. Dedjaz Ketema ».

Sceau n° 71 : Däğğazmač Märed

345, Märed Mängäša Atikäm, gouverneur du Ačäfär en 1907-1908346. Toutefois un second däğğazmač Märed, däğğazmač Märed Habtä Maryam, était aussi aggafari347 de Menilek II en 1905 et en 1907348. En 1911, alors qu’il était simple qäñazmač, Märed Habtä Maryam prit parti pour Iyasu dans son altercation contre le ras Abatä. Son engagement lui valut d’être nommé däğğazmač et gouverneur du Tibe en juin de la même année349. Mais en l’absence du nom du père, comment identifier de façon certaine le titulaire du sceau ?

<

382Peut-on attribuer une intention, une signification à la forme particulière du sceau ? La partie trilobée qui émerge au sommet pourrait évoquer la Trinité, le monde céleste, tandis que la partie principale du sceau formerait le monde terrestre du sigillant. Les deux anges semblent supporter, ou plutôt présenter un édifice à la confluence des deux mondes. S’agit-il de la Jérusalem céleste, descendant du ciel, présentée à Jean par un ange à la fin de l’Apocalypse (22 : 9-14) ? La ville sainte avait une haute muraille et douze portes, trois portes sur chacun de ses quatre côtés, ce qui correspond au schéma : à la base de l’édifice est dessinée la muraille, surplombée par trois parties, qui correspondent aux trois portes d’un des côtés de la cité. La croix qui la chapote peut nous confirmer dans cette hypothèse. Les deux mondes célestes et terrestres sont disjoints mais néanmoins liés par l’action des anges, dont le culte est très répandu en Éthiopie.

« Däğğazmač Märed »

« Däğğazmač Märed »
Agrandir Original (jpeg, 128k)

« ደጃዝማች: መርድ »
/däğğazmač: märed/

383Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 555, fig. 83: p>

384Collection Boucoiran : « 72. Dedjazmatch Mareed ».

Sceau n° 72 : Däğğazmač Wäldä Gabrél

350 de Dobba et gendre du negus Sahlä Sellasé (1813-1847), un certain däğğazmač Wäldä-Gabrél fut l’un des commandants les plus fidèles à Menilek II. La Chronique du roi conférait d’ailleurs une valeur guerrière biblique à ce dignitaire. Il avait rencontré le futur roi des rois en exil à la cour de Téwodros et était resté dans son intimité après l’évasion de Mäqdäla à laquelle il contribua. Il devint gouverneur des basses terres qu’il avait conquises à l’est d’Ankobär, le long de l’Awaš. Il mourut dans les années 1890351. Mais s’agit-il du sceau de ce notable ou bien de celui d’un homonyme ?

352 : il est donc peu probable que le présent spécimen leur soit contemporain. En effet la taille du sceau traduit le pouvoir et le rang social de son titulaire, ou tout au moins ses prétentions et elle semble régie par des conventions tacites. Se procurer un sceau d’un diamètre supérieur à la norme pratiquée pouvait certainement apparaître comme une revendication politique, comme cela a pu être le cas pour le negus Mika’él353. À ce propos, notre corpus indique que le diamètre des sceaux augmente tout au long de la période 1870-1930 ; l’exemplaire qui nous occupe est donc, selon toute vraisemblance, postérieur aux années 1890, et son propriétaire n’est peut-être pas le fidèle guerrier de Menilek II. Le sceau a été réalisé à la fois en gravure et en champlevé*. Sa facture est fine, soignée et assez originale puisque l’image n’est pas enclose dans un filet* mais délimitée par les objets du champ*, ce qui lui confère un caractère moins formel et plus artistique. Comme pour le sceau précédent, la légende est inscrite dans un demicercle à la base de l’empreinte Sur le filet intérieur* reposent les ailes de deux anges, qui semblent ainsi protéger le nom du sigillant*. Ces personnages, confinés au bas du champ*, brandissent des trompettes dans lesquelles on les imagine souffler : leur fonction semble protectrice et annonciatrice. Leurs instruments orientent le regard vers la végétation luxuriante qui les surplombe, couronnée par un oiseau qui pique vers le bas.

354 de l’Évangile de Jean (15 : 5) : « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car, hors de moi, vous ne pouvez rien faire ».

« Däğğazmač Wäldä Gabrél »

« Däğğazmač Wäldä Gabrél »
Agrandir Original (jpeg, 156k)

« ደጃዝማች: ወልደ ፡ ገብሬል »
/däğğazmač: wäldä: gäbrél/

388Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 711, fig. 100: p>

389Collection Boucoiran : « 73. Dedjaz Oueldé Gabriel ».

Sceau n° 73 : Däğğazmač Bäyyänä

355 en novembre 1914. Il fut pourtant un des hommes qui conspirèrent pour l’éviction du pouvoir de l’héritier de Menilek II en 1916356. Il porta également le titre de däğğazmač avant de mourir au combat contre les Italiens en 1936.

357. Dans notre exemplaire, au milieu du cœur figure un cercle dans lequel est inscrite une petite croix. Ce cercle est entouré des initiales et du nom du sigillant : Li Dä Bäyyänä. Les initiales sont vraisemblablement les premières syllabes des titres ligaba et däğğazmač que portait Bäyyänä.

<

358. Est-ce ici le cas ? L’utilisation très fréquente d’une ou de plusieurs lignes continues pour former les croix éthiopiennes, les croix de procession par exemple, a sans doute inspiré l’artiste, mais pas forcément pour conférer une valeur magique à son oeuvre.

« Ligaba däğğazmač Bäyyänä »

« Ligaba däğğazmač Bäyyänä »
Agrandir Original (jpeg, 56k)

« • ሊ (ጋባ) - ደ (ደጃዝማች)• - በየነ »
/li(gaba) – dä(däğğazmač) bäyyänä/

394Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 789, fig. 101: p>

395Collection Boucoiran : « 74. Dedjazmatch Bayene ».

Sceau n° 74 : Däğğazmač Mäkwannen

359 porta le titre de däğğazmač à partir de 1887, mais il ne peut pas être le titulaire de ce sceau si on se réfère à la légende manuscrite de l’empreinte*, car jamais, au cours de sa carrière, il ne gouverna la région du Wällägga. Qui est donc le sigillant* ? Dans les années 1920, un certain däğğazmač Mäkwannen était chef de l’armée provinciale de Gudru, zone située à l’ouest d’Addis Abäba360. S’agit-il du titulaire de notre sceau ? Seuls des documents d’époque portant cette empreinte permetaraient de le vérifier.

<

398Le type de croix nous donne-t-il une indication sur l’origine géographique du personnage ? Les armes déployées évoquent la fonction guerrière du däğğazmač, peut-être son rôle de conquérant dans les armées du roi des rois. Situées sous la croix, elles évoquent aussi sa fonction de défenseur de la foi.

« Däğğazmač Mäkwannen »

« Däğğazmač Mäkwannen »
Agrandir Original (jpeg, 192k)

« ደጃዝማ (ች) - መኰንን » (sic)
/däğğazma(č) mäkwannen/

399Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 534, fig. 78: p>

400Collection Boucoiran : « 75. Dedjaz Makonnen, chef du Ouallaga ».

Sceau n° 75 : Däğğazmač Gäbrä Sellasé

361. Le pardon lui fut accordé par Täfäri et Zäwditu à la chute de Iyasu et il vint résider dans la capitale éthiopienne, travaillant pour la cour comme conseiller362. Sa photographie est reproduite dans la Deutsche Aksum-Expedition363 et un autre sceau du même personnage est reproduit dans un article d’Enno Littman364.

365. Une forme hachurée est esquissée à l’intérieur, elle semble représenter un livre. Deux drapeaux couronnent l’étoile ; on discerne une croix sur celui de gauche, un rectangle sur celui de droite. De part et d’autre de la croix sont représentés des symboles malaisés à identifier : s’agit-il d’une coupe à gauche ? À quoi correspond la forme conique verticale, à carreaux, à droite de l’étoile ? La base du champ est décorée de rinceaux*, ainsi que la bordure de l’empreinte La légende, développée sur deux lignes, donne des éléments biographiques précis et peut éclairer sur la signification de ces symboles : « Du däğğazmač Gäbrä Sellasé d’Adwa qui fut neburä’éd d’Aksum en 1899 (soit 1906-1907) ».

<

XIVe siècle et toujours vivant dans l’idéologie royale au début du xxe siècle.

« (Sceau) du däğğazmač Gäbrä Sellasé d’Adwa qui fut neburä’ed d’Aksum en 1899 (c.é) »

« (Sceau) du däğğazmač Gäbrä Sellasé d’Adwa qui fut neburä’ed d’Aksum en 1899 (c.é) »
Agrandir Original (jpeg, 168k)

« ዘደጃዝማተ ገብረ ሥለሴ ዘዐድዋ /
ዘወእቱ ንቡረ ፡ እድ ፡ ዘአክሱም ፡ በ፲፰፻፯፱ ፡ አመት » (sic)
/zädäğğazmatä gäbräsellasé zäcadwa /
zäwäetu neburä ed: zä-aksum: bä 1899: amät/

404Publication antérieure : n. r: p>

405Collection Boucoiran : « 76. Dedjazmatch Gabré Sellassié ».

Sceau n° 76 : Näggadras Haylä Giyorgis

366. Selon la Chronique de Zäwditu, Haylä Giyorgis est l’un des dignitaires éthiopiens qui soutint le roi des rois dans ses cfforts pour le développement et la modernisation de l’Éthiopie367. Premier ministre de Iyasu qui le promut bitwäddäd, c’était aussi l’époux de la sœur du leğ368.

<

« Näggadras Haylä Giyorgis »

« Näggadras Haylä Giyorgis »
Agrandir Original (jpeg, 84k)

« + ነጋድራስ + ኃይለ ጊዮርጊስ »
/+ näggadras + haylägiyorgis/

408Publication antérieure : n. r: p>

409Collection Boucoiran : « 77. Nagadras Hailé Guiorguis ».

Sceau n° 77 : Näggadras Haylä Giyorgis

410Ce sceau appartient au même dignitaire que l’exemplaire précédent, mais il a été transformé, agrandi, et sa facture a été améliorée. Cette fois l’ensemble de la matrice*, réalisée en champlevé*, produit une empreinte parfaitement lisible. De forme ronde, le sceau est délimité par une bordure* en dents-de-scie, encrée, mettant en valeur l’intérieur du sceau, par ailleurs assez clair. Le champ* est séparé de l’exergue* par un simple filet*. Il résulte de l’agencement de plusieurs éléments : au premier plan une forme conique striée est disposée sur une surface esquissée par deux lignes horizontales. En haut apparaît une main soutenant une balance à deux plateaux disposés au second plan. La légende est la même que celle du sceau précédent, mais graphies et orthographe diffèrent. La légende ci-contre est en effet fautive dans le titre et le nom du dignitaire : il est écrit « neggadras » au lieu de näggadras et « Hayle » au lieu de Haylä. Ces erreurs sont certainement imputables à l’artisan : pourrait-il s’agir d’un étranger ? L’iconographie du sceau conforte cette hypothèse.

369. Le miel fait référence à l’impôt, la balance évoque le commerce, la main qui la tient peut-être le pouvoir de régulateur du chef des marchands. L’égalité de hauteur des deux plateaux de la balance est-elle destinée à transmetare une idée de justice et d’équité ? Les étroites bandes du poignet, l’une blanche et l’autre encrée, attirent l’attention : elles pourraient figurer la chemise recouverte par la veste du costume occidental. Pourquoi un tel détail ? Est-ce une indication de l’apparence physique du näggadras ? Selon Berhanou Abebe370, Haylä Giyorgis était riche et disposait de biens occidentaux, mais il apparaît toujours en costume éthiopien traditionnel sur les documents photographiques de l’époque. L’esquisse du costume occidental serait-il donc seulement destiné à relayer l’idée de modernité du näggadras, notamment dans sa façon de travailler ? Selon le chroniqueur de Zäwditu, Haylä Giyorgis, on peut le rappeler ici, avait apporté un franc soutien au projet cher à Menilek II : faire de l’Éthiopie une nation prospère et orientée vers la modernité371.

« Näggadras Haylä Giyorgis »

« Näggadras Haylä Giyorgis »
Agrandir Original (jpeg, 100k)

« ንጋድራስ ፡ - ኃይል ፡ ጊዮርጊስ ፡ » (sic)
/neggadras: hayl giyorgis:/

412Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 534, fig. 77 ; Pankhurst, 1972 : 147, fig. 27: p>

413Collection Boucoiran : « 78. Nagadras Hailé Guiorguis ».

Sceau n° 78 : Haylä Giyorgis

372 épousa la sœur du leğ Iyasu en novembre 1914, à la suite de quoi il fut nommé bitwäddäd et gouverneur du Sidamo, mais aussi Premier Ministre : il reçut alors la direction du gouvernement éthiopien373. Ce sceau date sans doute du temps du sommet de sa carrière.

374. Un ange dont seuls le visage et les ailes sont esquissés surplombe l’ensemble. La couronne est encadrée de deux bâtons enveloppés de rubans à trois bandes et surmontés de croix. La légende est circonscrite à la partie supérieure de l’exergue*, le bas étant orné de rinceaux* disposés autour d’une croisette*.

xxe siècle, mais il était d’ores et déjà tricolore. En outre, s’il s’agit bien de bäträ, pourquoi sont-ils en duo et à qui appartiennent-ils ? À Menilek II, récemment décédé, et à son héritier désigné, qui prend le relais du pouvoir, même s’il n’a pas encore été couronné ? Ou bien au leǧ et à son bitwäddäd, qui ont la charge du pouvoir royal en attendant que la couronne soit effectivement attribuée à l’héritier du roi des rois ? Haylä Giyorgis échoua à protéger le pouvoir de Iyasu, destitué en septembre 1916. Le bitwäddäd fut disgracié par le nouveau gouvernement quelques mois plus tard, avant d’être emprisonné à Harär. Il fut libéré en 1922, peu de temps avant sa mort375.

« Bitwäddäd Haylä Giyorgis »

« Bitwäddäd Haylä Giyorgis »
Agrandir Original (jpeg, 176k)

« ቢትወደድ ፡ ኃይለ ፡ ጊዮርጊስ »
/bitwäddäd: haylä: giyorgis/

417Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1932 : 619, fig. 95 ; Pankhurst, 1972 : 147, fig. 28: p>

418Collection Boucoiran : « 79. Hailé Guiorgis ».

Sceau n° 79 : Turk bašša Käbädä

376. Il participa également à la campagne armée dirigée par le fitäwrari Habtä Giyorgis contre Iyasu après son renversement377. Un däğğazmač portant le même nom aurait aussi été à la fois historien et maire d’Addis Abäba, ministre du Palais et gouverneur du Wällägga et du Goğğam sous le règne d’Haylä Sellasé378. Serait-il notre sigillant* ? Nous ne savons pas si ce dernier a également porté le titre de turk bašša, qui désignait le commandant en chef de l’armée en charge des armes à feu379.

380. Le titre était à l’origine un des plus bas dans la hiérarchie militaire éthiopienne et désignait le commandant des hommes ayant des armes à feu. Avec le développement de ces dernières, le titre prit de l’importance et à la fin du xixe siècle seuls deux militaires portaient ce nom sous la forme turk bašša381. Dans les années 1920, le titre correspondait à peu près au grade français de capitaine, le bašša ayant environ trois cent hommes sous ses ordres382.

<

422Pourquoi le sceau de Salomon ? En référence au negusä nägäst, descendant de Salomon aux ordres duquel obéissait Käbädä ? Les branches de l’étoile sont formées par trois lignes parallèles. Elles évoquent peut-être la Trinité, et donc, associées à l’étoile, l’alliance de l’Ancien et du Nouveau Testaments.

« Ceci est le sceau du turk bašša Käbädä »

« Ceci est le sceau du turk bašša Käbädä »
Agrandir Original (jpeg, 88k)

« (motif décoratif) ዝማኀተም ዘቱርክ ፡ ባሻ ፡ ከበደ »
/zemahetäm zäturk: bašša: käbädä/

423Publication antérieure : n. r: p>

424Collection Boucoiran : « 80. Tourk Bacha Kabbedé Tessama ».

Sceau n° 80 : Wähni azzaž Wäldä adeq

adeq est né en 1838. Il devint chef de la prison d’État et gouverneur d’Ankobär, l’ancienne capitale du Šäwa, et d’Aleyu Amba, où se tenait le grand marché sous le règne de Menilek II. Il est dit avoir été l’une des personnes qui aida le futur roi à se libérer de la prison de Mäqdäla, raison pour laquelle Menilek lui exprima sa gratitude en le maintenant dans ses fonctions malgré son administration réputée injuste et sa faible autorité militaire. Il s’occupa des relations claérieures et du commerce pendant les deux premières décennies de règne de Menilek, avant d’être remplacé dans ce rôle par le ras Mäkonnen. Ce fut un des plus fidèles conseillers du negus, dont il garda le petit-fils Iyasu, fils du ras Mika’él, presque dès sa naissance383. Il mourut à Ankobär en janvier 1909.

<

adeq au poste de wähni azzaž. Ce titre était, à l’origine, donné à l’officier chargé de la garde de la prison d’État situé sur l’amba Wähni au xviiie siècle. À la fin du xixe et au début du xxe siècle, le gouverneur d’Ankobär, en charge de la prison du Šäwa, portait le même titre. Des hommes de très grande confiance étaient choisis pour occuper ce poste où des personnages politiques importants pouvaient être embastillés, comme le ras Mängaša Yohannes ou le roi Č̣anito. Dans la hiérarchie, le titre avait le même rang que celui de däğğazmač, mais ne se plaçait qu’en dixième position dans la hiérarchie des titres civils384.

« Ceci est le sceau du wähni azzaž Wäldä adeq »

« Ceci est le sceau du wähni azzaž Wäldä Ṣadeq »
Agrandir Original (jpeg, 68k)

« (motif décoratif) ዝማኀተም ዘወህኒ አዛዥ ወልደ ጸድቅ »
/zemahetäm zäwähniazzaž wäldä ṣädeq/
Dans le champ : ١٨٨٨
/1888/

428Publications antérieures : Guébré Sellassié, 1930 : 282 fig. 41 ; Littmann, 1941 : 223, fig. 14: p>

429Collection Boucoiran : « 81. Asadj Oueldé Tsadik ».

Sceau n° 81 : Wähni azzaž Mäšäša

385. Le sceau ci-contre conserve la forme ovale du précédent, mais sa taille semble avoir été développée ; on peut donc imaginer qu’il ait été réalisé en un second temps. L’empreinte est imparfaite car elle est trop sombre, certains détails du champ* et de la légende n’apparaissant pas nettement. Ce défaut est peut-être dû à un encrage trop important, à une défectuosité de la matrice* ou à son usure. La structure iconographique de l’image est simple. Le champ* est orné d’un cœur dans lequel une croix dite du Šäwa est inscrite. Il est surplombé d’un oiseau piquant vers le bas, mais dont seules les ailes déployées sont identifiables. La légende est circonscrite à la moitié supérieure de l’exergue*, dont l’espace libre devait, à l’origine, être ornée de rinceaux*. L’empreinte est rythmée de la façon la plus économique, par deux filets simples.

<

« Wähni azzaž Mäšäša »

« Wähni azzaž Mäšäša »
Agrandir Original (jpeg, 132k)

« ወህኒ : አዛዥ መሸሻ »
/wähni: azzaž mäšäša/

432Publication antérieure : n. r: p>

433Collection Boucoiran : « 82. Azadj Machacha ».

Sceau n° 82 : Azzaž Dägäfé

386. Azzaž était un titre civil accordé au chef du personnel de la maison du roi. Le titulaire avait en charge la maintenance et l’ordre de tous les bâtiments du palais, à l’exception des appartements privés du negus ; sa juridiction s’étendait aux domaines du palais et à la prison, ce qui l’autorisait à porter l’ombrelle blanche. Il était aussi appelé wähni azzaž. Quatre personnages portaient ce titre de façon concomitante, mais le nom de mulu bét azzaž distinguait le membre prééminent. Cette charge fut institutionnalisée en ministère du palais en 1907387. Avec le temps, comme beaucoup d’officiels portaient ce titre, des distinctions furent faites en appliquant le préfixe qañ ou gra388.

<

389. Au-delà de l’allusion à la fonction du sigillant, le sceau évoque peut-être, malicieusement, ces pieuses légendes.

« Azzaž Dägäfé »

« Azzaž Dägäfé »
Agrandir Original (jpeg, 108k)

« አዛዥ - ደ•ገ•ፌ (motif décoratif) »
/ Azzaž - dä gä fé/

437Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 615 fig. 94: p>

438Collection Boucoiran : « 83. Azaje Deghefié ».

Sceau n° 83 : Qäñazmač Tafäsä

390. Son sceau est reproduit dans la Chronique de Menilek II, dont l’auteur dit à propos de Tafäsä, en décrivant la bataille d’Adwa :

div class="textandnotes">

xixe siècle, il était en septième position parmi les douze titres de la hiérarchie militaire. Après l’établissement d’une armée moderne, le titre fut attribué à des civils à des fins purement honorifiques392.

<

« Sceau du qäñazmač Tafäsä »

« Sceau du qäñazmač Tafäsä »
Agrandir Original (jpeg, 96k)

« ቀኝአዝማች ፡ - ታፈሰ ፡ መኅተ [ም] »
/ qäñazmač: tafäsä: mähetä [m]/

443Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1932 : 448, fig. 65: p>

444Collection Boucoiran : « 84. Qegnazmatch Taffessé ».

Sceau n° 84 : Qäñazmač Bäyyänä Yemär

393.

<

447Pour la première fois dans notre collection la légende est reportée en quatre langues, en amharique sur la partie supérieure, en alabe sur la partie inférieure, et en deux inscriptions cn cclactères romains dans les demi-cercles de gauche et de droite, respectivement « Beuyeneu Ymeur », qui suggère une prononciation française, et « Bayana Yimar » qui renverrait au même nom en italien. Les fonctions ministérielles de Bäyyänä expliquent l’usage de ces différentes langues : les relations avec les étrangers étaient la préoccupation évidente d’un ministre des Affaires Étrangères comme d’un ministre des Postes et Communications: p>

448Les deux sortes de lantes représentées sont peut-être le café et le coton, dont les cultures étaient florissantes et pour ainsi dire emblématiques de l’Éthiopie. La coupe, la croix et le cœur sous la colombe du Saint-Esprit étant des symboles eucharistiques, les deux végétaux pourraient eux aussi avoir une dimension religieuse. Les deux visages d’anges attachés au cœur ont-ils une fonction d’annonciateurs ou de protecteurs ? L’iconographie et la facture du sceau suggèrent une influence étrangère, peut-être celle de missionnaires catholiques.

« Bäyyänä Yemär »

« Bäyyänä Yemär »
Agrandir Original (jpeg, 152k)

« BEUYENEU. YMEUR\በየነ ፡/ ይመር./
BAYANA YIMAR/
بينايمر »
/Bäyyänä yemär/ (ge’ez)
/bayanā yīmar/(alabe)

<

450Collection Boucoiran : « 85. Kagnazmatch Bayene Imeur ».

Sceau n° 85 : Qäñazmač Bäqälä Ayälä

394.

395. Outre sa valeur esthétique, quelle est la dimension symbolique de ce motif ? On pourrait suggérer que le quadrilatère évoque les quatre évangélistes. Le symbolisme de la croix serait ici mis en rapport avec les récits de la passion du Christ qu’on doit aux Évangélistes. Enfin la ligne triple évoquerait l’omniprésence de la Trinité.

« Qäñazmač Bäqälä Ayälä, fils de Hana »

« Qäñazmač Bäqälä Ayälä, fils de Hana »
Agrandir Original (jpeg, 76k)

« ቀ (ኛዝማች) - በ (ቀለ) - አ (የለ) - ወ (ልደ) - ሐ (ና ) »
/qä(ñazmač ) bä(qälä) a(yälä) wä(ldä) ha(na)/

453Publication antérieure : n. r: p>

454Collection Boucoiran : « 86. Kagnazmatch Baala ».

Sceau n° 86 : Fitäwrari Abreha

396.

<

397.

« Fitäwrari Abreha, mesläné d’Agamé »

« Fitäwrari Abreha, mesläné d’Agamé »
Agrandir Original (jpeg, 96k)

« (motif décoratif) ዘፊተውራሪ ፡ (motif décoratif )(motif décoratif) ያጋሜ ፡ ምስለኔ »
/zäfitäwrari yagamé mesläné /
Dans le champ : « አብርሃ ። »
/abreha/

458Publication antérieure : n. r: p>

459Collection Boucoiran : « 87. Fitaurari Abraha ».

Sceau n° 87 : Fitäwrari Tädla

398. L’un de ces trois personnages a-t-il été fitäwrari ?

461Le sceau, ovale, semble de taille modeste ; le champ* est divisé en trois parties horizontales. Elles sont ornées de courbes ne revêtant pas, a priori, de signification particulière. L’exergue* est isolé de l’image par un filet orné* ; il est dominé par une croix et complété par des fleurons*. Ces éléments iconographiques ne nous éclairent pas davantage sur l’identité du sigillant*.

« (Sceau) du fitäwrari Tädla »

« (Sceau) du fitäwrari Tädla »
Agrandir Original (jpeg, 60k)

« ዝፊታውራሪ ፡ ተድላ ። »
/zäfitawrari: tädla/

462Publication antérieure : n. r: p>

463Collection Boucoiran : « 88. Fitaurari Tedla ».

Sceau n° 88 : Abbaa Ğifaar II

399.

<

ge’ez, bien que ce potentat fût assujetti au pouvoir éthiopien, apparaît comme une revendication de la culture musulmane de l’abbaa et de son royaume et comme une revendication d’autonomie.

« Confiant en Dieu, son es">Abbaa Ğifaar) »

« Confiant en Dieu, son es
Agrandir Original (jpeg, 196k)

الواثق بلالله عبدو محمر إبن داود
/al-wathiq bil-allāh ‘abdhū mūḥamad ibn dāwūd [..]/

467Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 192 fig. 30: p>

468Collection Boucoiran : « 89. Aba Djiffar ».

Sceau n° 89 : Wäyzäro Mänän

469Petite-fille du ras Mika’él et donc nièce d’Iyasu, Mänän est née en 1891. Elle épousa le ras Täfäri en juillet 1911, après avoir été mariée civilement deux fois, la seconde avec le ras Le’ul Seged. Elle fut couronnée avec son époux, le negus Täfäri qui prenait alors le nom de Haylä Sellasé, en 1930. Elle décéda en 1962: p>

470La forme circulaire du sceau est adoucie par quatre petits lobes établis aux quatre points cardinaux. La matrice* réunit les techniques de gravure et de champlevé*. Malheureusement un encrage trop conséquent a rendu l’empreinte trop sombre pour être aisément lisible. Seuls les éléments de la légende, gravés, se détachent clairement du fond. Le titre et le nom de la future épouse du negus sont inscrits dans un listel* qui occupe le centre du champ* ; ils semblent surplombés par le dessin d’une couronne. Un épais filet orné* occupe l’espace de l’exergue*, à l’exception des quatre petits cercles ou lobes, dont on a souligné le rôle esthétique, et qui présentent les initiales du titre de gloire de Mänän : wälätu länegus mika’él, « fille du negus Mika’él ». En réalité Mänän n’était pas la fille, mais la petite-fille du negus, ce qui n’empêche pas la future reine de voir mise en valeur sa prestigieuse ascendance. La couronne du champ fait aussi écho à cette filiation royale et non à la promotion royale de la titulaire, puisque ce sceau, comme tous les autres de la collection, a dû être gravé avant 1925, date du départ d’Éthiopie du Consul Boucoiran. Il a par conséquent été réalisé bien avant le couronnement de Mänän, dont les origines ne pouvaient que contribuer à la marche vers le pouvoir suprême de son époux.

« Wäyzäro Mänän »

« Wäyzäro Mänän »
Agrandir Original (jpeg, 136k)

« ወ (ለቱ) - ለን (ጉሥ) - ሚ (ካኤል) »
/wä(lätu) – läne(gus) – mi(ka’ él )/
Dans le champ : « ወይዘሮ ፡ መነን »
/wäyzäro : mänän/

471Publication antérieure : n. r: p>

472Collection Boucoiran : « 90. Woizero Mannen ».

Sceau n° 90 : Wäyzäro Kokäbä ebahä ähay Wärq

400. La troisième fi lle d’Haylä Sellasé, née en 1920, portait également ce nom. Elle épousa le général Abiy Abäbä, et décéda en 1942401. Laquelle de ces deux femmes portait-elle le nom délicat de Kokäbä ebah ähäy Wärq, « Étoile du matin, Soleil d’or » ?

474Le sceau semble de petite taille ; il est rond et sa matrice* a été gravée. Son iconographie est simple puisque l’image est composée d’un champ* et d’un exergue* délimité par deux simples filets* ; tous les motifs sont tracés d’un trait épais. Néanmoins le contraste entre la fermeture des deux cercles et l’ouverture de l’image, composée d’une fleur dont les pétales rayonnent vers l’extérieur, donne à l’empreinte son éclat et son dynamisme. Le dessin représente-t-il une fleur, ou plutôt un astre, à l’image du nom de sa propriétaire ?

« Étoile du Matin, Soleil d’Or »

« Étoile du Matin, Soleil d’Or »
Agrandir Original (jpeg, 76k)

« ኮከበ ፡ ጽባሕ ፡ ፀሐየ ፡ ወርቅ (motif décoratif) » (sic)
/kokäbä: äbah: ähäy: wärq/

475Publication antérieure : Guébré Sellassié, 1930 : 375, fig. 59: p>

476Collection Boucoiran : « 91 : Oueizero Tschaï-Ouerq Kobebe Tsebah. Soleil d’or Étoile du matin ».

Sceau n° 91 : Šum agamé Kasa

402. Agamé désigne la région où exerçait ce fonctionnaire, au nord de l’Éthiopie.

478La forme ogivale du sceau est unique dans la collection. La matrice* a été gravée, à l’exception de la légende, qui est en champlevé*. Celle-ci est inscrite dans un cartouche situé au pied de l’image. Le champ* qui s’élève, tel un vitrail, affiche au sommet de l’ogive une grande rosace, supportée par deux plus petites ; les trois motifs, reliés par une structure arborescente, sont floraux ; ils reposent sur des figures géométriques, vaguement architecturales. La bordure est constituée de trois filets simples* dans la partie supérieure de l’empreinte et d’un seul sur la partie inférieure, tandis que le pied de l’empreinte est un filet de poinçons: p>

479Quelle est la signification de ces motifs, qui ressemblent à une figure gothique ? Les motifs verticaux sous-jacents aux rosaces pourraient-ils représenter une palissade clôturant un jardin ? Quel serait alors ce jardin ? Plusieurs références au chiffre trois sont disséminées dans l’image ; elles évoquent peut-être la Trinité.

« Seyyum Agamé Kasa »

« Seyyum Agamé Kasa »
Agrandir Original (jpeg, 60k)

« ሥ (ዩም): ዓ (ጋሜ): ካሣ »
/se(yum) a(gamé) kasa/

480Publication antérieure : n. r: p>

481Collection Boucoiran : « 92. Choum Agamié Cassa ».

Sceau n° 92 : Leǧ Sahlä

403 a proposé l’hypothèse que le sceau ait appartenu à Sahlä Dengel, bäǧerond de Menilek II, décédé en 1920 du calendrier éthiopien, soit 1927-1928. Il est probable que l’empreinte*, aujourd’hui assez énigmatique, ait été connue des contemporains du sigillant*.

483Le sceau est un losange, forme tout à fait originale dans notre corpus. Les initiales occupent le champ*, qui réplique le losange extérieur. Ce champ est délimité, par un simple filet, d’un exergue* qui n’accueille que des rinceaux*. La bordure* du sceau est un filet orné*.

« Leğ Sahlä »

« Leğ Sahlä »
Agrandir Original (jpeg, 32k)

Lettres entrelacées indéchiffrables. S’agit-il de ል (ጅ) ሣ (ህለ) ድ (ንግል) ?
/Le(ğ) Sa(hlä) De(ngel)/

484Publication antérieure : n. r: p>

485Collection Boucoiran : « 93. Lidj Sahlé ».

Sceau n° 93 : Fitäwrari Zäwdé

xixe et du début du xxe siècles mentionnent plusieurs personnages portant ce titre et ce nom, tous deux assez répandus. Ainsi un certain fitäwrari Zäwdé, balabbat du Bägémder, lutta et vainquit ras Wäldä Sellasé du Semén en 1890. En conséquence, il fut promu du rang de fitäwrari à celui de ras, et gouverna le Semén et une grande partie du Bägémder. Il se rebella deux ans après et fut vaincu par ras Wälé. Il mourut emprisonné à Harär ou Addis Abäba404. La Chronique de Menilek II évoque ce personnage tumultueux :

div class="textandnotes">

406.

<

« Ceci est le sceau du fitäwrari Zäwdé »

« Ceci est le sceau du fitäwrari Zäwdé »
Agrandir Original (jpeg, 76k)

« ዝማህተም : ዘፊተውራሪ : ዘውዴ ፡ »/zemahetäm: zäfitäwrari: zäwdé/

490Publication antérieure : n. r: p>

491Collection Boucoiran : « 94. Fitaurari Zéoudié ».

Sceau n° 94 : Däğğazmač Hägos Täfäri

407 et allié du ras Alula à la fin du xixe siècle, le däğğazmač Hägos Täfäri était commandant du ras Mängäšä408, fils de l’ancien negusä nägäst Yohannes409. Hägos signifie « joie » en tigréen, c’était un nom assez répandu, aussi notre däğğazmač compte-t-il plusieurs homonymes parmi les dignitaires de l’époque de Menilek II. Promu ras, Hägos fut tué le 10 asr 1891, soit en 1899 du calendrier grégorien, dans une altercation avec le ras Alula, qui trouva également la mort dans l’aventure. Depuis cette tragédie, le lieu de cet absurde combat, dans la province d’Agamé, prit le surnom de « Pré aux veaux »410. Un passage de la Chronique, la scène du pardon au palais de Menilek à Addis Abäba, met en scène, aux côtés du ras Mängäšä, les futurs protagonistes du Pré aux veaux :

div class="textandnotes">

« Däğğazmač Hägos Täfäri »

« Däğğazmač Hägos Täfäri »
Agrandir Original (jpeg, 120k)

« (motif décoratif) ዘደጃዝማች : ሐጐስ ፡ ተፈሪ ። »
/zädäğğazmač: hagos: täfäri::/

494Publication anterieure : n. r: p>

495Collection Boucoiran : « 95. Dedjatch Hagos ».

Sceau n° 95 : Haylä Maryam Särabyon paša

412 Haylä Maryam, fils de Särabyon de la région du Tigré, et que Menilek II envoya étudier en Allemagne à la fin du xixe siècle. Ce voyage lui permit d’acquérir la connaissance des langues allemande, flasçaise et italienne, et il travailla au service du roi des rois à son retour en Éthiopie413. Il reçut le titre de paša414 par Abdoul-Hamid lors d’une mission en Égypte en 1906. Le personnage est mentionné dans la liste des officiers de la cour de Menilek en 1907-1908415. Il devint, plus tard, l’interprète d’Iyasu416.

<

« Haylä Maryam Särabyon paša »

« Haylä Maryam Särabyon paša »
Agrandir Original (jpeg, 152k)

« ኃይለ ፡ ማርያም ፡ ሰራብዮን ፡ ፓሻ ። »
/haylä: maryam: särabyon: paša::/

499Publication antérieure : n. r: p>

Sceau n° 96 : Fitäwrari Haylu Säbhät

500S’agit-il du fils du chef tigréen šum agamé Säbhät Arägawi, titulaire du sceau n° 38 ? C’est possible, encore que peu probable : mais nous n’avons pas trouvé d’information sur ce personnage.

<

417. Mais pourquoi ses pétales sont-ils bichromes ? La partie encrée forme elle-même une croix. Et si l’on obscurcit les espaces entre les branches de cette croix, apparaît un cercle noir inscrit au centre du sceau, cercle qui pourrait évoquer une pupille se tenant au milieu d’un œil parfaitement rond. Les quatre pétales eux-mêmes se transforment aussi en yeux ovales si on les isole les uns des autres, yeux dont les pupilles en coin se rejoignent au centre du sceau. Les yeux ont une place fondamentale dans la culture éthiopienne, et notamment dans son iconographie. On trouve leur représentation en particulier sur les talismans, entourés d’entrelacs ou insérés dans des rosaces à quatre pétales418.

<

« Fitäwrari Haylu Säbhät »

« Fitäwrari Haylu Säbhät »
Agrandir Original (jpeg, 64k)

« ፊ [ተውራሪ]: ኃይሉ ። »
Dans les pétales : « ለብሐተ ፡ »
/fi[täwrari]haylu säbhätä/

505Publication antérieure : n. r: p>

506Collection Boucoiran : « 97. Fitaurari Haïlou ».

Sceau n° 97 : Aläqa Wäldä Yäsus

419 Wäldä Yäsus était responsable d’une pension pour pauvres, la « maison de Siloam », créée par le ras Täfäri et son épouse Mänän à Däbrä Libanos, à proximité des sources thermales du célèbre monastère420. S’agit-il de ce personnage ?

508Le champ du sceau de l’aläqa, d’un diamètre apparemment modeste, est orné de l’esquisse d’un oiseau exécutée de façon assez sommaire. Un filet orné* le sépare de l’exergue*, délimité à son tour de la bordure par un autre filet orné. Contrairement à la plupart des autres sceaux, la légende est divisée en deux parties par un saut de ligne. Deux courbes décorent l’espace libre.

421 ? Si c’est le cas, représente-t-elle le Saint-Esprit ? Sur le sceau d’un moine, ce ne serait guère surprenant.

« (Sceau) de l’aläqa Wäldä Yäsus »

« (Sceau) de l’aläqa Wäldä Yäsus »

« ፡ ዘሐለቃ ፡ - ፡ ወለደ ፡ የሱስ ፡ » (sic)
/zä’aläqa: – wälädä: yäsus:/

510Publication antérieure : n. r: p>

511Collection Boucoiran : « 99. Aleka prêtre Oldé Yessous ».

Sceau n° 98 : Grazmač Mäšäša

xixe siècle, on le comptait au huitième rang dans la hiérarchie des douze titres militaires. En temps de paix, cet officier militaire était le chef d’un district ou le responsable d’une charge à la cour. Après la création d’une armée moderne au xxe siècle, grazmač devint surtout un titre honorifique donné à des civils422.

<

423, et à sa chasse. Celle-ci était, comme on l’a déjà souligné424, un privilège royal et donc un signe de distinction au sein de la société éthiopienne. En outre, la mise à mort de cet animal représentait pour un homme une preuve de bravoure com clable à un exploit de guerre. Que représentent le couteau et la hache qui encadrent le dessin ? Sont-ce les instruments traditionnels utilisés pour la chasse à l’éléphant, avant leur substitution par des armes à feu ?

« (Sceau) du grazmač Mäšäša »

« (Sceau) du grazmač Mäšäša »

« ዘግራዝማች -* መሸሻ.* »
/zägrazmač - mäšäša/

515Publication antérieure : n. r: p>

516Collection Boucoiran : « 100. Grazmatch Machacha ».

Sceau n° 99 : Däğğazmač Bayru

é Täklä Giyorgis, mais fut accusé d’intrigues et exécuté en 1870425. Ce dignitaire a peut-être vécu à une période trop reculée, au regard des autres personnages de la collection, pour être notre sigillant*.

é Täklä Giyorgis II. Emprisonné lui aussi à Mäqdäla par Téwodros, il rejoignit son frère après sa libération en 1868. Täklä Giyorgis le nomma ras du Tigré en 1870, mais il n’assuma jamais cette fonction. Pendant les règnes de Yohannes IV et de Menilek II, il remplit, par intermittences, la fonction de wag seyyum426.

<

xxe siècle :

div class="textandnotes">

« Ceci est le sceau du däğğazmač Bayru »

« Ceci est le sceau du däğğazmač Bayru »

« ዝማህተም: ዘደጃዝማች: ባይሩ ፡ »
/zemahetäm: zädäğğazmač: bayru:/

521Publication antérieure : n. r: p>

522Collection Boucoiran : « 101. Dedjatch Bairou ».

Sceau n° 100 : Qäñazmač Läm Mogäs Äwä

523Nous ne disposons pas d’informations sur le titulaire de ce sceau, si ce n’est la légende de la collection Boucoiran, « Kegnazmatch Lemlou », et celle qu’on lit sur l’empreinte : « qäñazmač Läm Mogäs Äwä ». Nous n’avons pas retrouvé de personnage portant ce titre et ces noms ; l’identité du sigillant* demeure donc énigmatique: p>

524L’empreinte*, au diamètre semble-t-il assez restreint, est ornée d’une balance dont les deux plateaux sont en équilibre. Elle est séparée de l’exergue* par un double filet*. La légende est ponctuée de quatre croix pattée et séparée de l’exergue* par un filet orné*.

  • 428 Bairu Tafla, 1987 : 957 & notice n° 37.
  • >

xxe siècle, la dignité de qäñazmač était parfois attribuée à des civils à titre purement honorifique428. Ce dignitaire était donc peut-être un gouverneur de région ou de province, titre au nom duquel il y rendait la justice.

« Qäñazmač Läm Mogäs »

« Qäñazmač Läm Mogäs »

« + ቀኛ (ዝማች) + ለም + (ሞ) ገስ + አወ » (sic)
/qäñazmač läm(mo)gäsa wä/

526Publication antérieure : n. r: p>

527Collection Boucoiran : « 102. Kegnazmatch Lemlou »: p>

Notes

53 Pour sa biographie cf. en particulier Bairu Tafla, 1987 : 978 ; Bahru Zewde, A history of modern Ethiopia, 1855-1974, Londres, 1991 : 27-42: p>

54 Dans le vocabulaire héraldique occidental, cet animal est appelé lion passant léopard ccl sa tête est tournée vers l’observateur. M. Pastoureau, Couleurs, images, symboles, Paris, 1989 : 103: p>

55 Comme le däğğazmač Webé qui gouverna entre 1839 et 1855 et dont les sceaux sont conservés sur la correspondance qu’il envoya à la reine Victoria en 1841 et 1852, et au roi Louis-Philippe en 1845. R. Pankhurst, 1973 : 184-185: p>

56 R. Pankhurst, 1973 : 188: p>

57 Cf. les exemplaires n° 6 et suivants de la collection: p>

58 Zoologiquement le tigre n’est pas un animal africain ; en revanche les Éthiopiens des Hauts-Plateaux nomment « tiger » le léopard comme le guépard: p>

59 Bahru Zewde, 1991 : 28 et 36: p>

60 Bahru Zewde, 1991 : 36: p>

61 R. Pankhurst, 1973 : 188: p>

62 Berhanou Abebe, communication personnelle. Cf. aussi Gebre Sellassie, 1930 : 146, note 2: p>

63 Cf. notice n° 22: p>

64 Bairu Tafla, 1987 : 973 ; R. Caulk, 2002 : 141.

65 Le second est reproduit dans R. Pankhurst, 1973 : 204, et S. Rubenson, 1965 : 77.

66 Un autre sceau de Täklä Giyorgis a servi au cours de la même période. Il comporte la même légende mais l’animal marche vers la droite, comme les lions des autres sceaux et il n’est pas tacheté. Cf. S. Rubenson, 2000 : couverture et XIII.

67 Cf. note n° 54, page 40.

68 Cf. S. Rubenson, 2000 : XII-XIII.

69 Cf. le sceau précédent.

70 Bairu Tafla, 1987 : 993.

71 Mäkwanent : membres de la classe dirigeante éthiopienne, dignitaires reconnus pour leur mérite. Au singulier, mäkwanen signifie dignitaire, juge, gouverneur. La racine du mot est le verbe kwänänä qui signifie juger, punir, condamner ; les mäkwanent assumaient de multiples fonctions : ils occupaient des charges à la cour, servaient de juges et d’autorités légales, pouvaient être chefs militaires et chefs provinciaux. Crummey D., « Aristocracy », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 1, 2003 : 335-339.

72 S. Rubenson, 2000 : XII-XIII.

73 Bairu Tafla, 1987 : 901.

74 R. Pankhurst, 1973 : 190.

75 S. Rubenson, 2000 : XII-XIII.

76 Bairu Tafla, 1987 : 993 ; Bahru Zewde, 1991 : 43.

77 R. Pankhurst, 1973 : 191.

78 S. Rubenson, 2000 : XII.

79 Cf. R. Pankhurst, « Coronations », Encyclopaedia Aethiopica, vol. I, 2003 : 802-804 et Bairu Tafla, A Chronicle of Yohannes IV (1872-1889), Wiesbaden, 1977.

80 R. Pankhurst, 1973 : 192: p>

81 Cf. l’intéressant commentaire sur les couronnes de S. Rubenson, 2000 : XII: p>

82 Bairu Tafla, 1987 : 88: p>

83 Bairu Tafla, 1987 : 993.

84 S. Rubenson, 2000 : XII-XIII..

85 Il comporte néanmoins deux nouveaux éléments : “The lions holds a cross in one of his paws, and the legend includes the statement « mesqel mo’a negede isma’el » and in Arabic « al-salib ghalaba ‘umma isma’il », a reminder that it was Yohannis, not Minilik, who had saved Ethiopia from “the tribe of Isma’il” ». S. Rubenson, 2000 : XIV.

86 R. Pankhurst, 1973 : 193.

87 S. Rubenson, 1965 : 82: p>

88 Sur l’utilisation du Lion de Juda par le pouvoir éthiopien cf. S. Rubenson, “The Lion of Judah. Chritian Symbol and/or Imperial title », Journal of Ethiopian Studies, Vol. III, n° 2, IES, Addis Abeba, 1965 : 75-85: span>

89 Cf. par exemple : H. Ludolf, A New History of Ethiopia, London, 1684. Les armoiries sont imprimées en haut à gauche de la carte du pays située entre les tables et la première page du livre: p>

90 R. Pankhurst, 1973 : 192 ; S. Rubenson, 1965 : 82 & 2000 : XII.

91 S. Rubenson, 2000 : 60, doc. 48: p>

92 S. Rubenson, 2000 : 311, doc. 216 : lettre adressée par Menilek II au roi Léopold II en février-mars 1879: p>

93 R. Pankhurst, 1973 : 192.

94 Bairu Tafla, 1987 : 949.

95 R. Pankhurst, 1973 : 204.

96 R. Pankhurst, 1973 : 194: p>

97 S. Rubenson, 2000 : 311, doc. 216 : lettre de Menilek II au roi des Belges Léopold II en février-mars 1879: p>

98 Lettre de Menilek au Ministre italien des Affaires étrangères de Däbra Berhan, Hedar 1873, ASMAE, MAI, Posizione 36/1, busta 4: p>

99 Jules Borelli, Éthiopie méridionale. Journal de mon voyage aux pays amhara, Oromo, et Sidama (septembre 1885 à novembre 1888), Paris, 1890 : 106 & 199: p>

100 J. Borelli, 1890. : 180.

101 R. Pankhurst, 1973 : 194, note 55 : « La fabrication de l’un des sceaux de Menilek, sans qu’on sache vraiment lequel, serait due à l’initiative d’un Italien, Angelo Pulini, secrétaire du Comte Antonelli au cours de sa mission de 1888-1889. Pulini était le fils du graveur qui aurait fait le travail ». Communication du professeur Carlo Giglio à R. Pankhurst le 17.07.1972, notre traduction.

102 R. Pankhurst, 1973 : 194: span>

103: a> Bahru Zewde, 1991 : 74-75 ; Angelo Del Boca, Gli Italiani in Africa Orientale. 1-Dall’unità alla marcia su Roma, Roma-Bari, 1976: span>

104 R. Pankhurst, 1973 : 195, 196 et 207.

105 Citons, par exemple, la lettre de Menilek au Ministre italien des Affaires étrangères, envoyée d’Entotto le 28 amlé 1881, ASMAE, MAI, posizione 36/6: p>

106 R. Pankhurst, 1973 : 196: p>

107 Ibid.: p>

108 M. Perret, « L’Éthiopie en 1928 : une vision très personnelle », présentation du livre de Marcel Griaule, Les flambeurs d’hommes, Paris, 1991 : 11-22: p>

109 Pankhurst, 1973 : 27.

110 Bairu Tafla, 1973 : 42: p>

111 Le caractère commémoratif du sceau de Menilek gravé à cette occasion explique peut-être la remarque de R. Pankhurst citée ci-contre, « sceau rarement utilisé par l’empereur ».

112 Bairu Tafla, 1973 : 39: p>

113 Bairu Tafla, 1973 : 34: p>

114 W. G. C. Smidt, 2001 : 365 ; Bairu Tafla, 1987 : 940 ; H. G. Marcus, 1975 : 35: p>

115 Berhanou Abebe, 2001 : 331.

116 Berhanou Abebe, 2001 : 318.

117 W. G. C. Smidt, 2001 : 365: span>

118 Berhanou Abebe, 2001 : 318.

119 Titre honorifique porté par les jeunes hommes de haute naissance, incluant les princes de Gondar. Le terme fut réutilisé à la fin du xixe siècle au Šäwa. Bairu Tafla, 1987 : 937.

120 Abéto ou abétohun était un titre princier porté par l’aîné des descendants mâles d’une maison royale entre le xvie et le xixe siècle. On donna à Iyasu le titre d’abeto quand il fut désigné comme successeur de Menilek II en 1909, mais la plupart des gens continuèrent à le désigner sous le nom de leǧ Iyasu. Mersé Hazen, 2004 : 53.

121 Berhanou Abebe, 2001 : 318.

122 Guébré Sellassié, 1932 : 789, fig. 102.

123 Bahru Zewde, 1991 : 120.

124 Bairu Tafla, 1987 : 998.

125 Ibidem.: p>

126 Fine allusion au règne d’Iyasu ou à la Première Guerre Mondiale ?: p>

127 Berhanou Abebe, 2001.

128 Bairu Tafla, 1987 : 975-976 Pour une biographie complète de la reine consulter Chris Prouty, Empress Taytu and Menilek II. Ethiopia 1883-1910, New Jersey, 1986: p>

129 Cf. les sceaux n° 6 et 9: p>

130 Guébré Sellassié, 1930 : 218.

131 J. Mercier, 1979 : Ill. 29: p>

132 Guébré Sellassié, 1930 : 80, note 3.

133 Merab, t. II, 1922 : 47 et 51.

134 Guébré Sellassié, 1932 : 518.

135 Bairu Tafla, 1987 : 975-976

136 Guébré Sellassié, 1930 : 80, note 3.

137 Bairu Tafla, 1987 : 975-976

138 Abun désigne le patriarche, l’évêque ou l’archevêque d’Éthiopie ; il signifie « notre père ». Il est écrit abunä devant un nom propre:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1987 : 873.

139 Guébré Sellassié, 1930 : 191, note 11.

140 E:span style="font-variant:small-caps;"> Littmann, 1941 : 225. Dans ses « Nuove osservazioni sui sigilli abissini », E. Littmann cite une précision du professeur J. Simon : « L’année 1597 E. M. est 1880-81 A. D. » (1942 : 332). Et dans ses « Osservazioni sui ‘sigilli abissini’ di E. Littman », S. Euringer apporte les éclaircissements suivants : « Les dates en clabe ne sont pas concordantes, puisque l’an 1597 des Martyrs diocléziens correspond à l’an 1881, et non pas 1885, du Seigneur. Notre 1885 est l’an des Martyrs 1601 plus 284. Or, selon mes calculs, Pétros est monté sur le trône de Saint Frumence en 1881 » (1942 : 335, notre traduction).

141 E. Littmann, 1941 : 225.: span>

142 À ce propos consulter Bairu Tafla : “Titles, ranks and offices of the Ethiopian Orthodox Tawahdo Church. A preliminary survey” in International Kirchliche Zeitschrift, n° 376, 1986 : 293-307.

143 Cf. R. Milstein (s. dir.), King Solomon’s Seal, catalogue de l’exposition Tower of David, Museum of the History of Jerusalem, Jérusalem, 1994: span>

144 R. Milstein, 1994 : 181.

145 R. Caulk, 2002 : 253.

146 Cf. notice n° 22: p>

147 Bairu Tafla, 1987 : 948: p>

148 Cf. Index I, Petit vocabulaire de sigillographie.

149 Voir par exemple le portrait de Matéwos réalisé par Bertolani et publié dans le tome I de la Chronique de Ménilek (Guébré Sellassié, 1930 : pl. XVI), le portrait de l’abunä Kyrillos réalisé par le photographe Hrant publié dans A. Zervos, L’Empire d’Ethiopie. Le miroir de l’Ethiopie moderne. 1906-1935, Égypte, 1936, ou encore la peinture de l’abunä Matéwos de l’église Gabriel à Addis Abäba.

150 Guébré Sellassié, 1930 : 191, note 1.

151 Guébré Sellassié, 1930 : 159, note 7 Pour une biographie détaillée du personnage cf. S. Chernetsov, « Gäbrä Sellasé », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 627.

152 Bairu Tafla, 1987 : 908. Getatchew Haile, « Ǝč̣č̣ägé », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 212-213.

153 J Mercier, 1979 : Ill. 2 ; Hecht Dorothea, Benzing Brigitta, Girma Kidane, The Hand Crosses of the IES Collection, Addis Abäba, 1990.

154 « Professeur, docteur, […] chef d’une église ou d’un couvent ». J. Baetman, Dictionnaire amarigna-flasçais, Dire-Daoua, 1929: p>

155 Stuart Munro-Hay, « Abreha and Aṣbeḥa », Encyclopaedia Aethiopica, vol. I, 2003 : 45-46

156 On a des traces de son utilisation à la cour des negus au xviiie siècle grâce au témoignage de James Bruce, selon lequel ce diadème constituait un signe de royauté déjà dans l’Antiquité. Mérab, t. III, 1929 : 585-586: p>

157 Guébré Sellassié, 1930 : 160, note 3.

158 Vie et miracles d’Abreha et d’Asbeha, manuscrit Lincei n° 19 (cat. Strelcyn, p. 67-70). Copie faite le 25 maskaram 1931 cal. éth. (5 octobre 1938) au 20 teqemt (30 octobre) de la même année. Il s’agit d’un mälke à ces rois.

159 Ibid., fol. 1rb, 88vb, 97rb.

160 Mersé Hazen, 2004 : 71, note 80.

161 Amsalu Aklilu, “Akalä Wäld”, Encyclopaedia Aethiopica, vol. 1, 2003 : 165: span>

162 Mersé Hazen, 2004 : 77.

163 Pour une biographie détaillée du personnage voir Bairu Tafla, « Three Portraits : Ato Aṣmä Giyorgis, Ras Gobäna Dači, and Ṣahafé Tezaz Gäbrä Selassé », Journal of Ethiopian Studies, vol. V, n° 2, 1967 : 133-150.

164 Ras Gobäna Dači, and Ṣahafé Tezaz Gäbrä Selassé », Journal of Ethiopian Studies, vol. V, n° 2, 1967 : 133-150.

165 Guébré Sellassié, 1932 : pl. LVII h. texte.

166 Bairu Tafla, « Gäbrä Sellasé Wäldä Arägay », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 628-629.

167 Cf. les sceaux n° 6, 9 et 19: p>

168 C’est le sens de lecture du sceau tel qu’il est présenté dans la chronique de Menilek II. Guébré Sellassié, 1930 : 167, fig. 27.

169 E. Littmann, 1941 : 222.

170 S. Euringer, « Osservazioni sui „sigilli abissini“ di E. Littmann », Rassegna di studi etiopici, II, 1942 : 234: span>

171 Cf. le sceau n° 27.

172 Écrivain, secrétaire du roi, qui devint le « Ministre de la Plume » sous Menilek II.

173 Guébré Sellassié, 1932 : 450, note 7

174 L’origine du mot suggère l’idée de ville franche, accordée jadis à Aksum et au début du xxe siècle à Addis Aläm. Dr. Berhanou Abebe, comm. pers

175 Guébré Sellassié, 1932 : 545, note 2: p>

176 Il s’agit bien du dos d’une main, si l’on se fie aux ongles esquissés au bout de chaque doigt. Mais il s’agirait alors d’une main gauche, tandis que le sceau n° 27 représente sans conteste une main droite…: p>

177 Le vêtement porté par le dignitaire le jour de son investiture est décrit dans l’appendice de la Chronique de Menilek II, Guébré Sellassié, 1932 : 545: p>

178 Ibid.: p>

179 Mersé Hazen, 2004 : 132: p>

180 Bairu Tafla, « Ras Dargé Sahlä-Sellassé », Journal of Ethiopian Studies, vol. XIII-2, 1975 : 27.

181 Bairu Tafla, 1987 : 922 ; 1967 : 133-150 ; Bairu Tafla, « Gobäna Dači », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 817-818.

182 W. Korabiewicz, The Ethiopian Cross, Addis Abäba, 1973 : Ill. 36: span>

183 H. Audon, 1889 : 138.

184 Cf. le sceau n° 29: p>

185 Bairu Tafla, 1975 : 17-37 ; « Dargé Sahlä Sellasé », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 102-103.

186 Voir par exemple Taye Tadesse, Short biographies of some Ethiopian artists, Addis Abäba, 1984: span>

187 Son portrait se trouve dans Guébré Sellassié, 1930 : 182, fig. 28 pl. XV h. texte, et dans l’Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 102 : le ras y porte le même type de barbe que le personnage du sceau.

188 Mérab, t. III, 1929 : 573.

189 Guébré Sellassié, 1930 : 160, note 5: p>

190 Cf. les sceaux n° 13 et 14: p>

191 Bairu Tafla, vol. 1, 1974 : 609-610.

192 J. Mercier, 1979 : Ill. 29: p>

193 E:span style="font-variant:small-caps;"> Littmann, 1941 : 219, fig. 1: p>

194 Cet épisode est relaté aux chapitres 49 et 50 de la chronique de Menilek II : Guébré Sellassié, 1930 : 313 notamment: p>

195 Guébré Sellassié, 1930 : 264, note 5: p>

196 Guébré Sellassié, 1930 : 264, note 5 et 1932 : 482, note 9: p>

197 Bairu Tafla, 1987 : 942: p>

198 H. Sellassié, 1976 : 16: p>

199 Consulter par exemple W. Korabiewicz, 1973: p>

200 Guébré Sellassié, 1932 : 482, note 10. Cf. le sceau n° 38.

201 H. G. Marcus, 1974 : 23, 236, 248, 254 et:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1969 : 8.

202 On trouve ce signe déjà sur des sceaux cylindriques de la période Djemdet Nasr de Mésopotamie (env. 3000 av. J. C). Cf. Hecht Dorothea, Benzing Brigitta, Girma Kidane, 1990 : 2-3: span>

203 Ibid: span>

204 Mérab, t. III, 1929 : 573.

205 O. Raineri, « Angels », Encyclopaedia Aethiopica, vol. I, 2003 : 264-265: span>

206 J. Mercier, 1974 : 137, 138 et Ill. 20, 22, 24, 25, 26, 27, 28, 29: p>

207 H. G. Marcus, 1974 : 23, 236, 248, 254 &:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1969 : 8: p>

208 Officier sous le rang de grazmač dans la hiérarchie militaire traditionnelle ; au xxe siècle, le titre fut conféré, pour les honorer, à des membres du gouvernement:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1987 : 891: p>

209 Bairu Tafla, 1987 : 942 ; H. Sellassie, 1976 : 14 et 23-24: p>

210 Par exemple lettre du qäñazmač Tägäné à monseigneur Jarosseau, datée 18 juin 1911 : le dignitaire demande à l’abba le sceau qui lui avait été promis car un autre chef, le fitäwrari Sälachi, avait déjà reçu le sien. Archives de l’Évêché de Harär, Dossier B20 (1905-1925).

211 James Hall, Dictionnaire des mythes et des symboles, Paris, 1994 : 111. Le motif du sacré cœur orne par exemple les murs de l’église de Montmartre, contemporaine du sceau, comme les vêtements de certains missionnaires catholiques à cette époque.

212 Bairu Tafla, 1969 : 8.

213 Titre militaire porté par les commandants de l’aile droite de l’armée du roi. À la fin du xixe siècle, il était en septième position parmi les douze titres de la hiérarchie militaire. Après l’établissement d’une armée moderne, le titre fut attribué à des civils à titre purement honorifique. Bairu Tafla, 1987 : 957.

214 R. Caulk, 2002 : 46 et 243: p>

215 Bairu Tafla, 1987 : 885: p>

216 Mersé Hazen, 2004 : 88.

217 Bairu Tafla, 1974 : 605: p>

218 G. Duchet-Suchaux, M. Pastoureau, La Bible et les saints.:em> Guide iconographique, Paris, 1994 : 103.

219 Tsegay Berhe G. Libanos, « ‘Agamä », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 1, 2003 : 137-138.

220 R. Caulk, 2002 : 148: p>

221 Guébré Sellassié, 1930 : 285, note 4 & 351, note 3.

222 Guébré Sellassié, 1932 : 430-432: p>

223 Guébré Sellassié, 1932 : 458, note 5: p>

224 Guébré Sellassié, 1932 : 496, note 5: p>

225 R. Caulk, 2002 : 203.

226 Mers’e Hazen, 2004 : 89. Un portrait photographique du dignitaire est reproduit dans la chronique de Menilek II : Guébré Sellassié, 1932 : pl. LX h. texte.

227 Ce qui complique, pour les théologiens, l’identification de leur sexe !

228 Cf. les sceaux 17 et 18.

229 H. G. Marcus, 1975 : 31 et 35 ; « Gugsa Wälé », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 907-908.

230 W. Korabiewicz, 1973 : Ill. 130.

231 Cf. notamment J. Mercier, 1979 : Ill. 40.

232 À l’origine, ce titre était l’un des plus importants de la hiérarchie militaire. À la fin du xixe siècle, il représentait le cinquième des douze rangs de cette même hiérarchie. Entre 1907 et 1930, on tenta de le réserver au ministre de la guerre, mais en fin de compte le titre perdit de sa spécificité et fut attribué à des civils à titre honorifique.:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1987 : 914: p>

233 R. Caulk, 2002 : 32 et 606 ; Bairu Tafla, 1968 : 123-130 ; Bahru Zewde, « Habtä Giyorgis Dinagde », Encylcopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 952-953.

234 J. Mercier, 1979 : Ill. 2.

235 J. Mercier, 1979 : Ill. 17.

236 Voire même sur un ennemi très chrétien : lors de la Conférence de Hambourg en juillet 2003, le regretté Sevir Chernetsov confia à Serge Tornay que, selon son interprétation, la bête immonde du sceau n’était autre que l’Italien, au sens de l’armée italienne, qu’Habtä Giyorgis avait crucifiée à Adwa.

237 Bahru Zewde, Encyclopaedia Aeth, op. cit: span>

238 Pour d’autres détails biographiques cf: span> Bairu Tafla, 1973 : 29-55 ; A: span> Rouaud, « Haylu Täklä Haymanot », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 1069-1070 ; cf également le sceau n° 65: span>

239 Le ras Haylu avait somptueusement reçu Marcel Griaule au cours de sa première mission éthiopienne, en 1928, au Goğğam. Au terme de la mission Dakar-Djibouti, à l’automne 1932 à Gondar, Griaule fut ulcéré d’apprendre l’emprisonnement de l’ami qui représentait pour lui le sommet des vertus aristocratiques.

240 M. Perret, 1991 : 11-22: p>

241 Cette information, non lisible sur notre empreinte, nous a été communiquée par Berhanou Abebe: p>

242 R. Caulk, 2002 : 487 & 653.

243 Mersé Hazen, 2004 : 54: span>

244 Mersé Hazen, 2004 : 60.

245 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 372.

246 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 370.

247 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 336, note 130.

248 Cf. notice n° 30.

249 Informations d’A. d’Abbadie & de J. Borelli citées dans Guébré Sellassié, 1930 : 28, note 1 ; Bairu Tafla, 1974 : 609-610.

250 Juniac (de) Gontran, 1994 : 409: p>

251 Comme les pièces de monnaie de Menilek II frappées à Addis Abäba en 1897, D. Gill, 1991 : 111: p>

252 Berhanou Abebe, comm. pers: p>

253 Cf. les sceaux n° 8, 9, 10 et 11: p>

254 À ce propos cf. le sceau n° 17 de la reine Zäwditu.

255 Pour une biographie détaillée du ras Täfäri, cf. Harold G. Marcus, Haile Sellassie I. The formative years, 1892-1936, Lawrenceville, Asmara, 1998.

256 H. G. Marcus, 1998 : 12.

257 Cf. les n°s 8, 9, 10 et 11: p>

258 Le premier cas est celui du couvent d’Abreha et Abea, sceau n° 25: p>

259 Chef des marchands, chargé de collecter l’impôt, choisir la place du marché, louer des parcelles de terre au marché, maintenir la sécurité autour du marché, et de manière générale faciliter l’échange et le commerce. Gebre-Igziabiher Elyas, 1994 : 24: p>

260 H. G. Marcus, 1998 : 42: p>

261 À partir de ce numéro, les notices ne suivent plus la numérotation originale de la collection Boucoiran car le 48e sceau y est manquant: p>

262 H. G. Marcus, 1998 : 28 et 91: p>

263 Guébré Sellassié, 1932 : 710, fig. 98. On y lit ራስ፡ካሣ፡. Ici le ማ est issu d’une retouche fautive: p>

264 Berhanou Abebe, comm. pers: p>

265 J. Mercier, 1974 : 110.

266 Ibid., 138.

267 Bairu Tafla, 1974 : 610 et 981: p>

268 Guébré Sellassié, 1930 : 146, note 2: p>

269 E:span style="font-variant:small-caps;"> Littmann, 1941 : 218.

270 Selon le Kebrä Nägäst, les Zagwés descendraient aussi du roi Salomon par l’intermédiaire de la servante de la reine Makeda.

271 Cf. E:span style="font-variant:small-caps;"> Littmann, 1941 : sceau décrit p. 224 et reproduit p. 221: p>

272 Cf. Korabiewicz, 1973 : Ill. 16 ou 198.

273 Cf. le sceau n° 43: p>

274 Le portrait du personnage est reproduit dans la Chronique de Menilek II, Guébré Sellassié, 1930 : pl. XXVIII h. texte.

275 R. Caulk, 2002 : 487.

276 Mersé Hazen, 2004 : 46

277 Bairu Tafla, 1974 : 605-606

278 Mers’é Hazen, 2004 : 54 et 98

279 Bairu Tafla, 1974 : 605-606

280 Cf. le sceau n° 48 du ras Kasa.

281 Sur l’histoire du drapeau éthiopien cf. Stanislaw Chojnacki, “Second Note on the Ethiopian National Flag, with Comments on its Historical and Sociological Sources”, Proceedings of the Third International Conference of Ethiopian Studies - Addis-Abeba 1966 Addis Abäba, 1969 : 137-153.

282 Bairu Tafla, 1987 : 918 ; « Gärmamé Wäldä Hawaryat », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 708 ; R. Caulk, 2002 : 109 et 285: span>

283 Bairu Tafla, 1987 : 901 ; « däğğazmač », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 62.

284 J. Mercier, 1979 : Ill. 29: p>

285 Ibid.: p>

286 Cf. Korabiewicz, 1973 : Ill. 124 et 201: p>

287 Pour la biographie du personnage, cf. les sceaux n° 33 & 34: p>

288 Sur les rosaces à quatre pétales et leur interprétation cf. J. Mercier, 1979 : 26

289 Friedrich Heyer & Eine Moore, “Crosses”, Encyclopaedia Aethiopica, vol. 1, 2003 : 815-821: span>

290 Ibid, 816: span>

291 Bairu Tafla, 1987 : 947 ; R. Caulk, 2002 : 84: span>

292 Guébré Sellassié, 1930 : 167 : fig. 26

293 Cf. J. Mercier, 1979 : 26

294 E:span style="font-variant:small-caps;"> Littmann, 1941 : 220.

295 Cf. par exemple Korabiewicz, 1973 : Ill. 66

296 Une photographie de ce dignitaire prise par l’italien Bertonali est reproduite dans la chronique de Menilek II. Guébré sellassié, 1932 : pl. XXXV h. texte

297 Bairu Tafla, 1987 : 983 ; R. Caulk, 2002 : 237

298 Cf. par exemple le sceau n° 44: p>

299 Cf. le sceau n° 30.

300 Bairu Tafla, 1975 : 37

301 Berhanou Abebe, comm. pers: p>

302 Cf. le sceau n° 53.

303 J. Mercier, 1974 : 110.

304 J. Mercier, 1979 : 31: p>

305 J. Mercier, 1976 : 238

306 Les däbtära sont des clercs non ordonnés, des « ecclésiastiques laïcs » comme les nomme Kaplan ; ils sont choristes, poètes, danseurs, scribes, peintres, herboristes… bref un peu sorciers. Experts des arts comme de la magie, leurs services sont appréciés, voire indispensables. Cf Steven Kaplan, « Däbtära », Encyclopaedia Aethiopica, vol. 2, 2005 : 53-54: span>

307 J. Mercier, 1974 : 110.

308 R. Caulk, 2002 : 141, 149, 173, 175: span>

309 Cf. J. Mercier, 1979 : 24: p>

310 Bairu Tafla, 1987 : 946

311 Ibid ; R. Caulk, 2002 : 47: span>

312 Bairu Tafla, 1969 : 11 à 13 ; Mersé Hazen, 2004 : 37: span>

313 Mersé Hazen, 2004 : 122.

314 D. Hecht, 1990 : 5-6: span>

315 Guébré Sellassié, 1932 : 400, fig. 62: p>

316 . Cf. le sceau n° 30.

317 Bairu Tafla, 1987 : 884: p>

318 Mersé Hazen, 2004 : 23.

319 Cf. le sceau n° 56

320 Guébré Sellassié, 1930 : 160, note 6

321 Haut fonctionnaire du palais, qui précède le roi pour écarter la foule ; à la guerre, il porte l’épée et le bouclier du roi et ne s’éloigne pas de lui. « Sosie du roi », il allait à la guerre vêtu comme lui et, pendant les cérémonies importantes, il portait au-dessus de lui l’ombrelle rouge pour induire en erreur les observateurs indiscrets et préserver le souverain du mauvais-œil. Menilek II eut deux liqä mäkwas après son couronnement en 1889. Sous les règne de Zäwditu et Haylä Sellasé, les tenants de cette charge faisaient office de aqqabé sä’at, se relayant tous les six mois pour présenter au souverain les invités et les réclamations. C’était une des charges les plus importantes de la cour. Le premier ministre de l’intérieur de Menilek II, Kätäma (cf. sceau n° 70), était liqä mäkwas.:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1974 : 607

322 Bairu Tafla, 1969 : 15: span>

323 Mersé Hazen, 2004 : 58: span>

324 Mersé Hazen, 2004 : 68: span>

325 Guébré Egziabher Elyas, 1994 : 394: span>

326 Cf. les sceaux n° 68, 81 et 84: p>

327 Cf. le sceau n° 35 du ras Mäkonnen: p>

328 M. Perret dans M. Griaule, 1991 : 18

329 J. Mercier, 1979 : Ill. 29: p>

330 Officier de la cour, en charge des finances et du trésor. Sous Menilek II il avait la responsabilité de la production et de la conservation des objets précieux tels que les couronnes, médailles, épée, ou autres objets nouveaux. Il était aussi à la tête des charpentiers, maçons et des autres artisans travaillant au gebbi. Il avait le devoir de distribuer les présents qu’offrait le roi à ses visiteurs, comme des habits, des médailles, des armes ou de animaux de transport, au moment de leur départ.:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1974, p. 607

331 Bairu Tafla, 1969 : 14-21: p>

332 Ses restes furent déplacés à Addis Abäba en 1944, et déposés dans la cathédrale Sellasé avec ceux d’autres patriotes.:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1969 : 14-21: p>

333 Cf. les sceaux n° 60 et 61: p>

334 Bairu Tafla, 1969 : 13.

335 Mersé Hazen, 2004 : 178

336 E. Littmann, 1941 : 218.

337 Berhanou Abebe, comm. pers: span>

338 Cf. notamment le n° 63.

339 H. G. Marcus, 1996 : 5: p>

340 J. Mercier, 1976 : 237

341 Cf notice n° 35: span>

342 Sur la création de ce cabinet des ministres cf . Svein Ege, « The First Ethiopian Cabinet : Background and Significance of the 1907 Reform », Proceedings of the 8th Conference of Ethiopian Studies, vol. 1, 1984 : 351-359: span>

343 Mersé Hazen, 2004 : 37, 41 et 97

344 Guébré Sellassié, 1932 : 439, note 5 ; H. G. Marcus, 1975 : 227-228

345 Cf. le sceau n° 32: p>

346 Mersé Hazen, 2004 : 37

347 Officier civil chargé de seconder le bäğerond à la cour du roi, qui avait environ deux cents personnes sous ses ordres à la cour de Menilek. Il arrive au sixième rang des douze titres civils en usage à la cour de Menilek. Durant son règne, les aggafari les plus connus ont été Balča et Mulu-Géta, premier à être nommé ministre des Finances en 1907. Bairu Tafla, 1974 : 608

348 Mersé Hazen, 2004 : 9 et 37

349 Mersé Hazen, 2004 : 98-99: p>

350 Dans les provinces du nord et du centre de l’Éthiopie, l’administration provinciale conférait le titre de balabbat à un notable local, choisi pour sa « bonne naissance » et sa notoriété. À la fin du xixe siècle, cette pratique s’élargit aux provinces nouvellement conquises ; le titre s’appliquait aussi à de grands propriétaires fonciers natifs de la région, qui exerçaient une influence politique.:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1987 : 891: p>

351 Bairu Tafla, 1987 : 982-983, R. Caulk, 2002 : 46 note 50.

352 Cf. les premiers sceaux de la collection.

353 Cf. le sceau n° 14: p>

354 Cf. le sceau n° 44: p>

355 À l’origine probablement titre militaire, le ligaba était sous le règne de Menilek un officier civil qui assurait la jonction entre la cour et l’armée. Le ligaba transmettait les ordres du roi ou du ṣähafé te’ezaz à l’armée, et rapportait au souverain les plaintes de celle-ci. Il était aussi juge martial en l’absence d’un commandant en chef de l’armée. (Bairu Tafla, 1974 : 608). Ce dignitaire, dont le nom se rattache peut-être au verbe geba qui signifie « entrer », et signifierait « afin qu’il entre », est tout ensemble le grand introducteur, chef des aggafari, et, en temps d’expédition, chef d’état-major du souverain dont il transmet les ordres. On trouve ce titre dans Paez et dans Bruce où il est celui d’un prince de la famille royale à la fin du xvie siècle. Le titre, semble-t-il, ne pouvait être conféré que par le roi des rois.:span style="font-variant:small-caps;"> Guébré Sellassié, 1930 : 271-272: p>

356 Mersé Hazen, 2004 : 98, 151, 173: p>

357 La croix est en haut, le cœur en bas. Comparer par exemple avec les croix n° 18, 19, 20, 124, 125 de W. Korabiewicz, 1973: p>

358 E:span style="font-variant:small-caps;"> Littmann, 1941 : 220.

359 Cf. le sceau n° 35: p>

360 Archives du Ministère des affaires étrangères, K-Afrique, Éthiopie, vol. 7

361 H. G. Marcus, 1975 : 217, 262 & 263.

362 Mersé Hazen, 2004 : 144: span>

363 E. Littmann, 1941 : 218.

364 E. Littmann, 1941 : 219, fig. 3.

365 Cf R. Milstein, 1994: span>

366 Guébré Sellassié, 1932 : 527, note 8

367 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 306

368 Mérab, vol. II, 1922 : 81: span>

369 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 24: span>

370 Communication personnelle

371 Ibid., 306

372 Cf. les sceaux n° 76 et 77 du même personnage

373 Mersé Hazen, 2004 : 151

374 Cf. les sceaux n° 8, 9, 10 et 11: p>

375 Guébré Sellassié, 1931 : 527, note 8

376 Guébré-Igziabiher elyas, 1994 : 364: p>

377 Guébré-Igziabiher elyas, 1994 : 385: p>

378 Guébré-Igziabiher elyas, 1994 : 389: p>

379 Bairu Tafla, 1987 : 878

380 Guébré Sellassié, 1930 : 277-278, note 12: p>

381 Bairu Tafla, 1987 : 893: p>

382 Guébré Sellassié, 1930 : 277, note 12: p>

383 Voir:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1968 : 123 à 125: p>

384 Bairu Tafla, 1987 : 981: p>

385 & le titre dans la notice suivante: p>

386 Guébré Sellassié, 1932 : 615, fig 94: p>

387 Bairu Tafla, 1974 : 602-603: p>

388 Bairu Tafla, 1987 : 888

389 J. Mercier, 1976 : 237

390 R. Caulk, 2002 : 505, 567

391 Guébré Sellassié, 1932 : 446-447

392 Bairu Tafla, 1987 : 957

393 H. G. Marcus, 1975 : 268 ;:span style="font-variant:small-caps;"> Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 362 & 392

394 Berhanou Abebe, comm. pers: p>

395 Cf. Korabiewicz W., 1973 : Ill. 143, 144 ou 189: p>

396 Tsegay Berhe G. Libanos, « Abräha Ar’aya », Encyclopaedia Aethiopica, Vol. 1, 2003 : 46-47 ;:span style="font-variant:small-caps;"> Berhanou Abebe, comm. pers: p>

397 Guébré Sellassié, 1930 : 213, note 5 ;:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1974 : 603: p>

398 Mersé Hazen, 2004 : 37 et 97

399 Mohammed Hassen, “Abbaa Djifaar II”, Encyclopaedia Aethiopica, vol. 1, 2003 : 15-16: span>

400 Bairu Tafla, 1975 : 36

401 H. Sellassié, 1976 : 296

402 Bairu Tafla, 1987 : 971: p>

403 Le Dr. Berhanou Abebe que nous remercions une fois de plus pour cette suggestion qui nous tire d’embarras !: p>

404 Bairu Tafla, 1987 : 997

405 Guébré Sellassié, 1930 : 311: p>

406 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 363 & 375: p>

407 Cf. le sceau n° 38

408 Cf. le sceau n° 32: p>

409 R. Caulk, 2002 : 610.

410 Berhanou Abebe, comm. pers: span>

411 Guébré Sellassié, 1930 : 354, texte & note 8

412 Au xviiie et xixe siècle, ato était un titre honorifique, réservé, dans certaines parties du Šäwa, au personnes de haute naissance. Plus tard, il fut utilisé comme l’équivalent de « monsieur ». Bairu Tafla, 1987 : 886

413 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 306 & 310.

414 Titre porté par les gouverneurs de province dans l’ancien Empire ottoman.

415 Mers’é Hazen, 2004 : 38

416 Mérab, 1922 : 84 & 273: p>

417 On retrouve ce type de croix sur d’autres sceaux : cf. par exemple E:span style="font-variant:small-caps;"> Littmann, 1941 : 223 : fig. 17

418 Cf. J. Mercier, 1979

419 « Père » en amharique, abba est le titre des moines. Depuis le xviiie siècle, les notables éthiopiens ajoutent à ce titre un qualificatif ou une phrase pour appeler, invoquer, prendre à témoin leur cheval, dont le nom illustre leurs propres qualités, ambition, force ou prestige.:span style="font-variant:small-caps;"> Bairu Tafla, 1987 : 870.

420 Guébré-Igziabiher Elyas, 1994 : 480.

421 Cf. le sceau n° 93: p>

422 Bairu Tafla, 1987 : 924: p>

423 E. Littmann, 1941 : 222.

424 Cf notice n° 41: span>

425 Bairu Tafla, 1987 : 89: p>

426 Bairu Tafla, 1987 : 895: p>

427 Zervos, 1936 : 281, notre traduction: p>

428 Bairu Tafla, 1987 : 957 & notice n° 37

Table des illustrations

Titre « Téwodros, roi des rois d’Éthiopie »
Légende « +ንጉሠ ነገሥት: ቴዎድሮስ: ዘኢትዮጵያ »/negusä nägäst téwodros zä’ityop̣ya/النمرة تودوروس ملك الحبشة/an-nimrat tūwūdros malik al-ḥabasha/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre « Täklä Giyorgis roi des rois d’Éthiopie »
Légende « ተክለ ጊሆርጊስ ንጉሠ ነገሥት ዘዒትዮጵ [.] » (sic)/täklä giyorgis negusä nägäst zä’ityop̣ [.]/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre « Däğğazämač Kasa, chef des dignitaires d’Éthiopie »
Légende « ደጀዘማች ካሣ ርእሰ ማኳንንት ዘኢት [.] ጵያ » (sic )/däğğäzämač kasa re’esä makwanentzä’it [.] p̣ya/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre « Yohannes IV roi des rois de Sion et d’Éthiopie »
Légende « ዮሐንስ ንጉሠ: [.] ገሥት. ዘጽዮን [.] ተየጸያ […] » (sic)/yohannes negusä: [.] gäst. zäṣeyon […] täyäp̣ya/يوحان[.] ملوك هو (sic)/yuḥana mūlūk huwwa/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre « Yohannes IV roi des rois d’Éthiopie »
Légende «+ ንጉሠ: ነገሥት : ዮሐንስ (trèfle) ዘኢትዮጵያ »/negusä nägäst yohannes zä’ ityop̣ya /ملك ملوك بحنا (sic)/malika mūlūk yuḥana [……]/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre « Menilek roi des rois. Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda »
Légende « (rosace) ምንይልክ + ንጉሠ + ነገሥት - ሞአ + አንበሳ + ዘእምነገደ + ይሁዳ » (sic)/menyelek + negusä + nägäst-mo’a anbesa + zä’emenägädä + yehuda/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre « Menilek II roi des rois d’Éthiopie »
Légende « ምኒልክ ዘኢት [?] ጵያ: ንጉሠ:[.] ገሥት : » (sic)/menilek zä’ityop̣ya: negusä: [.] gäst/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre « Menilek roi du Šäwa. Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda »
Légende « ምኒልክ: ንጉሠ: ሸዋ:: ሞዓ: አንበሳ: ዘእምነገደ: ይሁዳ:: »/menilek: negusä: šäwa:: mo’a: anbäsa: zä’emenägädä: yehuda::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre « Menilek roi du Šäwa. Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda »
Légende « ምኒልክ: ንጉሠ: ሸዋ::ሞዓ: አንበሳ: ዘእምነገደ: ይሁዳ::»/menilek: negusä: šäwa::mo’a: anbäsa: zä’emenägädä: yehuda:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre « Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda. Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »
Légende « ሞዓ አንበሳ: ዘእምነገደ ይሁዳ ምኒልክንጉሠ: ነገሥት ዘኢትዮጵያ::»/mo’a anbäsa: zä’emenägädä yehuda menilek negusä nägäst zä’ityop̣ya::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre « Il a vaincu le Lion de la tribu de Juda. Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »
Légende «ሞዓ: አንበሳ: ዘእምነገደ: ይሁዳ: ምኒልክ:ንጉሠ: ነገሥት: ዘኢትዮጵያ::»/mo’a: anbäsa: zä’emenägädä: yehuda: menilek: negusä: nägäst : zä’ityop̣ya::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre « Ceci est le sceau de Täklä Haymanot, roi du Käfa désigné par Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »
Légende «ሠያሚሁ: ዹግማዊ: ምኒልክ: ንጉሠ: ነገሥት: ዘኢትዮጵያ:://ዝማኅተም: ዘንጉሥ: ተክለ: ሃይማኖት: ንጉሠ: ከፋ:»/säyamihu: dă̆gmawi: menilek: negusä nägäst zä’ ityop̣ya:://zemahetäm: zänegus: täklä: haymanot: negusä: käfa::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende R. Pankhurst, 1973 : 207.« Sceau rarement utilisé par l’empereur Menilek et portant les légendes « Menilek le second, élu de Dieu » et « Roi des Rois d’Éthiopie » ».
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre « L’autorité est inscrite sur son épaule. Mika’él, roi du Wällo et du Tigré »
Légende «ዘሥልጣኑ ጽሁፍ.ዲበ መትከፍቱ ሚካኤል፡ንጉሠ.ወሎ ወትግሬ»/zäselṭanu ṣehufa dibä mätkäftu mika’él:negusä wällo wätegré/ميخائيل ملك الولو ه النمرة يبن الإمام ط ملك الولو/mikhayîl malik al-wūlū wa al-nimrat ibn al-imam‘‘alâ malik al-wūlū/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre « L’autorité est inscrite sur son épaule. Mika’él, roi de Sion, du Wällo, Gondär et Goğğam »
Légende « ዘሥልጣነ ፡ ጸሐፍ ደበ:መትከፍቱ: ሚካኤል. ንጉሠ. ጽዮን. ወወሎ ጐንደሮ ፡ ወጐጀም:+:» (sic)/zäselṭanä: ṣähäfa däbä mätkäftu: mika’él. negusä. şeyon.wäwällo gondäro: wägoğğäm ::/يبن الإمام طي ملك الولو ميخايل ملك الولو و غندار و نمرة و قوجم/ibn al-imâmc ali malik wollo mikhayîl malik al-wūlū wagūndâr wa nimra wa ḳūdjm/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre « 1908. Abéto Iyasu, fils de Mika’él, Šäwa »
Légende « አቤቶ፡ኢያሱ፡//ወ (ልዱ) (ለ) ሚ (ካኤል)፡ ሸዋ »Dans le champ : « ም » « 1908 »/abéto:iyasu://wä(ldu)(lä)mi(ka’él):šäwa/Dans le champ :/me/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre « Iyasu, fils de Menilek II, roi des rois d’Éthiopie »
Légende « ኢያሱ ወልዱ ፡ ለደግማዊ ፡ ምኒልክ ፡ ንጉሠ ነገሥተ ፡ ዘኢትዮጵይ » (sic)/iyasu wäldu:lädägmawi:menilek:negusä nägäst:ä zä’ityop̣iye/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre « Fille du roi des rois d’Éthiopie Menilek II, wäyzäro Zäwditu, colombe de Noé »
Légende « ወለቱ ፡ ለደግማዊ ፡ ምነልክ ፡ ንጉሠ ፡ ነገሥት ዘኢ [ት] ዮጵይ ፡//ወይዘሮ ፡ ዘውዲቱ ፡-ርግበ ፡ ኖኀ » (sic)/wälätu: lädägmawi: menälek: negusä: nägäst zäi[.]yop̣y://wäyzäro:zäwditu:-regebä:noha/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre « Il a vaincu le lion de la tribu de Juda, Zäwditu, fille de Menilek, reine des rois d’Éthiopie. 1912 (c. é.) »
Légende « ሞዓ አንበሳ ዘእምነገደ ፡ ይሁዳ ፡ ንግሥተ ነገሥታት ዘኢትዮጵያ: ዘውዲቱ ፡ ወለቱ ለምኒልክ » Dans le champ : « ። ፲፱፻፲፸ ። »/mo’a anbässa zä’emenägädä: yehuda: negestä: nägästat zä’ityop̣ya. zäwditu wälätu lämenilek//1912/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre « Ceci est le sceau de wäyzäro Ṭaytu »
Légende « +ዝማኀተም ፡ ዘወይዘር፡ ጠይቱ » (sic)/zemahetäm:zäwäyzär ṭäytu/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre « Ceci est le sceau de l’etégé Ṭaytu, Lumière de l’Éthiopie »
Légende « ዝማኅተም: ዘእቲጊ : ጣይቱ ብርሃን: ዘኢትዮጵያ:: » (sic) Dans le champ : « ጣ »(ይቱ )/zemahetäm : zä’etigi: ṭaytu:berhan; zä’itypya::/Dans le champ :/ ṭa/(ytu)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre « Ceci est le sceau de l’etégé Ṭaytu, Lumière d’Éthiopie »
Légende « ጣየ (ቱ)//። ዝማኀተም : ዘእቲጊ ፡ ጣይቱ ፡ በርሃን ፡ ዘኢትዮጵያ » (sic)/ṭay (tu)//zemahetäm: zä’etigi: ṭäytu: bärhan: zä’ityoÞya/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre « Péṭros, liqä p̣ap̣asat du royaume d’Éthiopie »
Légende « (étoile) ጴጥሮስ ሊቀ ጳጳሳት ዘመንግሥተ ኢትዮጵያ »/péṭros liqä ÞaÞasat zämängestä ityoÞya /بطرس مطران كرسي الحبشة/būtrūs matrãn kūrsy al-ḥabasha/Dans le champ : 1885 (année chrétienne) – 15 (?) 71 (illisible)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre « Matéwos, évêque d’Éthiopie »
Légende « (élément décoratif) ማቲዎስ ፡ ኤጲስቆጶስ ዘኢትዮጵያ + » (sic)/matiwos:ép̣isqop̣os:zä’ityop̣ya/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre « Ceci est le sceau de l’eččägé d’Éthiopie Gäbrä Sellasé »
Légende « ዝማኀተም: ዘእጨጌ ፡ ገብረ፡ ሥላሴ፡ ዘኢትዮጵያ ። »/zemahetäm: zä’eččägé: gäbrä: sellasé:zä’ityop̣ya/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre « Ils ont régné avec justice Abreha et Aṣbeha, rois de Sion »
Légende « ነግሡ ፡ በጽድቅ አብርሃ ፡ ወአጽብሐ ፡ ነግሥተ ፡ ጽዮን// ዘአክሱም »/nägesu: bäṣedeq abreha: wä’aṣbeha: nägestä: ṣeyon//zä’aksum/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre « Ceci est le sceau du mämber Akalä Wäld »
Légende « ዝማኀተም ፡ ዘመምሕር ፡ አካለ ፡ ወልደ ፡ » (sic)/zemahetäm: zämämher: akalä: wäldä/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre « Aläqa Gäbrä Sellasé, écrivain des ordres »
Légende « አለቃ ፡ ገብረ ፡ ሥላሴ ፡ ዘውእቱ ፡ ጸሐፌ ፡ ትእዛዝ ። »/aläqa: gäbrä: sellasé: zäwuetu: ṣähafé: te’ezaz::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre « Gäbrä Sellasé, neburä’ed de Sion »
Légende « + ንቡረ ፡ ዕድ ፡ ገብረ ፡ ሥላሴ : ዘደብረ ፡ ጽዮን : »/+neburä:ed:gäbrä:sellasé:zädäbrä:ṣeyon:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre « Ceci est le sceau du ras Gobäna »
Légende « ዘማኅተም ፡ ዘእራሰ ፡ ጐበና ፡ » (sic)/zämähetäm:zä’erasä:gobäna/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre « Ceci est le sceau du ras Dargé, tête des dignitaires »
Légende « (fleur) ዝማኀተም: ዘእራስ: ዳርጌ ፡ ርእሰ: መኳንንት፡ »/zemahetäm: zä’eras: dargé: re’esä: mäkwanent/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre « Ras Mika’él, tête des princes »
Légende « +(étoile) ራሰ ሚካኤል ፡ (étoile)+ - (sic)(étoile) ርእሰ መሳፍንት ፡ (étoile ) »/rasä mika’él - re’esä mäsafent/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre « Ceci est le sceau du ras Mängaša, fils de Yohannes, roi de Sion, roi des rois d’Éthiopie »
Légende « ዝማኀተም: ዘራስ: መንገሻ ፡ ወልዱ: ለዮሐንስ: ንጉሠ ፡ ጽዮን//ንጉሠ ፡ ነገሥት: ዘኢትዮጵጸ::» (sic)//zemahetäm: zäras: mängäša: wäldä: läyohannes: negusä ṣeyon//negusä: nägäst: zä’ityop̣iṣä::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre « Ceci est le sceau du ras Wälé, tête des dignitaires »
Légende « ዝማኀተም: ዘእራስ: ወሊ፡ ርእሰ፡ መኳንንት፡ » (sic)/zemahetäm: zä’eras: wäli: re’esä: mäkwanent:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre « Ceci est le sceau du ras Wälé, tête des dignitaires »
Légende « + ዝማኀተም: ዘራስ: ወሌ: ርእሰ፡ መኳንንት: »/zemahetäm: zäras: wälé: re’esä: mäkwanent:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre « Ras Mäkonnen, Harär »
Légende « + (motif décoratif) ራስ : (motif décoratif)+ - መኰንን + »/ras mäkwanen/Dans le champ : « ሐ (ረር) »/ha/(rär)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre « Ras Mäkonnen »
Légende « +ራስ + RAS MECONEN –(étoile) መኰንን (étoile) راس مكونن/ras mäkwanen/Dans le champ : « ሐ (ረር) »/ha/(rär)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre « Ceci est le sceau du ras bitwäddäd Mängaša, tête des dignitaires »
Légende «ዝማኀተም: ዘራስ: ቢተወደድ: መንገሻ ፡ ርእሰ መ [?] ንንት ፡ » (sic )/zemahetäm:zäras:bitäwäddäd:mängäša:re’esä mä [?]nent:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre « Ceci est le sceau du ras Säbhat »
Légende « ዝማኀታም: ዘራሰ: ስብሐቲ » (sic)/zemahetam:zärasä:säbhati/(tigriña)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre « Ceci est le sceau du ras Täsämma »
Légende « ዝማሐተም: - ዘእራስ: ተሰማ ፡»/zemahetäm - zä’eras: täsämma/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre « Ceci est le sceau du ras Gugsa »
Légende « ዝማኀተም ዘራስ ጉግሣ »/zemahetäm zäras gugsa/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre « Fitäwrari Habtä Giyorgis »
Légende « ፊተውራሪ ፡//ሀብተ ፡ ጊዮርጊስ »/fitäwrari://habtä: giyorgis/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre « Ras Haylu, fils de roi »
Légende « ራስ : ኃይሉ ወልደ ንጉሥ ፡ »/ras haylu wäldä negus/Aux quatre coins du sceau : « ተ ክ ለ ሃ ይ ማ ኖ ት »/tä k lä ha y ma no t /Dans le champ : « ዘ » « መ »/zä//mä/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre « Ras Haylu »
Légende ታተመ : ከአበራ : ብላይት :« Gravé par Abära Belayet »Document non enregistré de l’ancien département d’Afrique du musée de l’Homme portant la légende« Le ras Haylu, gouverneur du Godjam, faisant construire une église. Aquarelle contemporaine ».
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre « Ceci est le sceau du ras Dämesäw Näsibu »
Légende « ዘ ፡ ዘራስ ፡ ደምሰው ። ነሲቡ ፡ » (sic)/zä : zäras: dämesäw:: näsibu:/«ﻝﺎﻌﻟ» (sic)/[..…] al-câl/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre « Ras Seyyum »
Légende « ራስ ሥዩም ፡ »/ras seyyum:/Dans le champ : « መ » « ዮ »/mä//yo/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre « Ras Seyyum »
Légende « ራስ ሥዩም ፡ መ (ንገሻ)፡ ዮ (ሐንስ)፡ »/ras: seyyum:mä(ngäša) :yo(hannes)/Dans le champ : « ፲፱፻፲፬ »/1914/(calendrier éthiopien)(soit 1921-1922 du calendrier grégorien)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre « Ras Täfäri, héritier du trône d’Éthiopie. Harär »
Légende « ራስ : ተፈሪ : የኢትዮጵያ ፡ አልጋ ፡ ወራሽ : »/ras: t äfäri: zä’ityop̣ya: alga: wäraš:/Dans le champ : « ሐረር »/harär/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre « Bureau du représentant de Täfäri Mäkonnen, héritier du trône d’Éthiopie, à Harär et dans sa région »
Légende «* የኢ [ትዮጵያ]: መ [ንግሥት]: ኢ (ልጋ)፡ ወ [ራሽ]ራ (ስ): ተ (ፈሪ): መ (ኰንን): -የ (ሐረር) ና ፡ ያውረዳዋ እ: ንደራሴ ፡ የጽሐፈት: ቤት* » (sic)/yä (ityop̣ya): mä(ngäst): i(lga): wä[raš] ra(s)tä(färi):mä(kwanen): -yä (harär)na: yawrädawahe: endärasé: yäṣähäfät: bét/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre « Ras Kasa »
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre « Ceci est le sceau du wag Seyyum Gwangul, tête des dignitaires »
Légende « + ዝማኀተም: ዘዋግ ፡ ስዩም ፡ ጓንጉል ርእሰ ፡ መኳንንት »/zemahetäm: zäwagä: seyyum: gwangul: re’esä: mäkwanent/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre « Afä negus Näsibu »
Légende « አፈ ፡ ንጉሥ ፡ ነሲቡ ፡ »/afä: negus näsibu/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre « Afä negus Estifanos »
Légende « የፍርድ ፡ ሚንሰትር - አፈ ፡ ንጉሥ ፡ እሰጢፋኖሰ ፡ » (sic )/yäferd: minsäter - afä: negus: esäṭifanosä/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre « Ceci est le sceau du däğğazmač Gärmämé »
Légende « ዝማኀተም ፡ ዘደጃዝማች ፡ ገርመሚ ። » (sic)/zemahetäm: zädäğğazmač: gärmämi::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre « Ceci est le sceau du däğğazmač Wälé »
Légende « ዝማኀተም: ዘደጃዝማች: ወሌ ፡ »/zemahetäm: zädäğğazmač: wälé:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre « Ceci est le sceau du däğğazmač Mäšäša »
Légende « + ዝማኀተም: ዘደጃዝማች: መሸሻ ፡ »(lettres retournées)/zemahetäm: zädäğğazmač:mäšäša:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre « Ceci est le sceau du däğğazmač Wäldä Giyorgis »
Légende « (croix) ዝማኀተም : ዘደጃዝማች: ወልደ ፡ ጊዮርጊስ ። »/zemahetäm: zä däğğazmač: wäldä:giyorgis::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre « Ceci est le sceau du däğğazmač Täsämma »
Légende « ዝመኀተመ ዘደጃዝማች ተሰማ » (sic)/zemähetämä zädäğğazmač täsämma/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre « Ceci est le sceau du däğğazmač Täsämma »
Légende « ዝንቱ ፡ ማኀተም: ዘደጃዝማች: ተሰማ: »/zentu: mahetäm: zädäğğazmač: täsämma:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre « Ceci est le sceau du däğğazmač Täsämma »
Légende « ዘማኀተም: ዘደጃዝማች: ተሰማ: » (sic)/zämahetäm: zädäğğazmač: täsämma:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre « Däğğazmač Mäšäša W. »
Légende « ደጃዝማች: መሸሻ: ወ »/däğğazmač: mäšäša: wä/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre « Däğğazmač Gäbrä Egzi’abhér »
Légende « ደጃዝማች: ገብረ ፡ እግዚአብሔር ። »/ däğğazmač: gäbrä: egzi’abher::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre « Ceci est le sceau du däğğazmač Gäbrä Egzi’abhér »
Légende « ዝማኀተም ዘደጃዝማች: ገብረ ፡ እግዚአብሔር: »/zemahetäm zädäğğazmač: gäbrä: egzi’abhér :/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre « Sceau du däğğazmač Asfaw »
Légende « ደጃዝማች : አስፋው ማኀተመ ። » (sic)/däğğazmač: asfaw mahetämä/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre « Däğğazmač Abatä »
Légende « ደጃዝማች - (motif décoratif) አባተ* »/däğğazmač abatä/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre « Ceci est le sceau du däğğazmač Damesäw »
Légende « + ዝማኀተም: ዘደጃዝማች: ባምሰው » (sic)/+ zemahetäm : zädäğğazmač: bamsäw//La légende en arabe est illisible.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre « (Sceau) du däğğazmač Seyyum, fils du roi »
Légende « ዘደ [ጃ] ዝማች: ሥዩም፡ ወልዱ ለንጉሥ »/zädä[ğğ]azmač seyyum : wäldu länegus/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre « Balča »
Légende « ባልቻ »/Balča/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre « Däğğazmač Habtä Maryam »
Légende « ዘደጃዝማች ሀብተ: ማርያም: »/zädäğğazmač habtä: maryam:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre « Däğğazmač Habtä Maryam »
Légende « ደጃዝማች:/ሀብተ: ማርይም: » (sic)/däğğazmač: habtä: maryem/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre « Däğğazmač Täfäri, 1908 »
Légende « ፲፱፻፰ -ደጃዝማች: ተፈሪ ። »/1908/(c. é.) - / zädäğğazmač: täfäri::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre « Däğğazmač Kätämä, ministre de l’Intérieur »
Légende « ደጃዝማች ካተመ - ያገር ገዛት ሚኒስቲር » (sic)/däğğazmač katämä - yagär gäzat ministir/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre « Däğğazmač Märed »
Légende « ደጃዝማች: መርድ »/däğğazmač: märed/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre « Däğğazmač Wäldä Gabrél »
Légende « ደጃዝማች: ወልደ ፡ ገብሬል »/däğğazmač: wäldä: gäbrél/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre « Ligaba däğğazmač Bäyyänä »
Légende « • ሊ (ጋባ) - ደ (ደጃዝማች)• - በየነ »/li(gaba) – dä(däğğazmač) bäyyänä/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre « Däğğazmač Mäkwannen »
Légende « ደጃዝማ (ች) - መኰንን » (sic)/däğğazma(č) mäkwannen/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre « (Sceau) du däğğazmač Gäbrä Sellasé d’Adwa qui fut neburä’ed d’Aksum en 1899 (c.é) »
Légende « ዘደጃዝማተ ገብረ ሥለሴ ዘዐድዋ /ዘወእቱ ንቡረ ፡ እድ ፡ ዘአክሱም ፡ በ፲፰፻፯፱ ፡ አመት » (sic)/zädäğğazmatä gäbräsellasé zäcadwa /zäwäetu neburä ed: zä-aksum: bä 1899: amät/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre « Näggadras Haylä Giyorgis »
Légende « + ነጋድራስ + ኃይለ ጊዮርጊስ »/+ näggadras + haylägiyorgis/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre « Näggadras Haylä Giyorgis »
Légende « ንጋድራስ ፡ - ኃይል ፡ ጊዮርጊስ ፡ » (sic)/neggadras: hayl giyorgis:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre « Bitwäddäd Haylä Giyorgis »
Légende « ቢትወደድ ፡ ኃይለ ፡ ጊዮርጊስ »/bitwäddäd: haylä: giyorgis/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre « Ceci est le sceau du turk bašša Käbädä »
Légende « (motif décoratif) ዝማኀተም ዘቱርክ ፡ ባሻ ፡ ከበደ »/zemahetäm zäturk: bašša: käbädä/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre « Ceci est le sceau du wähni azzaž Wäldä Ṣadeq »
Légende « (motif décoratif) ዝማኀተም ዘወህኒ አዛዥ ወልደ ጸድቅ »/zemahetäm zäwähniazzaž wäldä ṣädeq/Dans le champ : ١٨٨٨/1888/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre « Wähni azzaž Mäšäša »
Légende « ወህኒ : አዛዥ መሸሻ »/wähni: azzaž mäšäša/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre « Azzaž Dägäfé »
Légende « አዛዥ - ደ•ገ•ፌ (motif décoratif) »/ Azzaž - dä gä fé/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre « Sceau du qäñazmač Tafäsä »
Légende « ቀኝአዝማች ፡ - ታፈሰ ፡ መኅተ [ም] »/ qäñazmač: tafäsä: mähetä [m]/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre « Bäyyänä Yemär »
Légende « BEUYENEU. YMEUR\በየነ ፡/ ይመር./BAYANA YIMAR/بينايمر »/Bäyyänä yemär/ (ge’ez)/bayanā yīmar/(arabe)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre « Qäñazmač Bäqälä Ayälä, fils de Hana »
Légende « ቀ (ኛዝማች) - በ (ቀለ) - አ (የለ) - ወ (ልደ) - ሐ (ና ) »/qä(ñazmač ) bä(qälä) a(yälä) wä(ldä) ha(na)/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre « Fitäwrari Abreha, mesläné d’Agamé »
Légende « (motif décoratif) ዘፊተውራሪ ፡ (motif décoratif )(motif décoratif) ያጋሜ ፡ ምስለኔ »/zäfitäwrari yagamé mesläné /Dans le champ : « አብርሃ ። »/abreha/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre « (Sceau) du fitäwrari Tädla »
Légende « ዝፊታውራሪ ፡ ተድላ ። »/zäfitawrari: tädla/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre « Confiant en Dieu, son esclave Mohammed Ibn Dāwūd (Abbaa Ğifaar) »
Légende الواثق بلالله عبدو محمر إبن داود/al-wathiq bil-allāh ‘abdhū mūḥamad ibn dāwūd [..]/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre « Wäyzäro Mänän »
Légende « ወ (ለቱ) - ለን (ጉሥ) - ሚ (ካኤል) »/wä(lätu) – läne(gus) – mi(ka’ él )/Dans le champ : « ወይዘሮ ፡ መነን »/wäyzäro : mänän/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre « Étoile du Matin, Soleil d’Or »
Légende « ኮከበ ፡ ጽባሕ ፡ ፀሐየ ፡ ወርቅ (motif décoratif) » (sic)/kokäbä: ṣäbah: ṣähäy: wärq/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre « Seyyum Agamé Kasa »
Légende « ሥ (ዩም): ዓ (ጋሜ): ካሣ »/se(yum) a(gamé) kasa/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre « Leğ Sahlä »
Légende Lettres entrelacées indéchiffrables. S’agit-il de ል (ጅ) ሣ (ህለ) ድ (ንግል) ?/Le(ğ) Sa(hlä) De(ngel)/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre « Ceci est le sceau du fitäwrari Zäwdé »
Légende « ዝማህተም : ዘፊተውራሪ : ዘውዴ ፡ »/zemahetäm: zäfitäwrari: zäwdé/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre « Däğğazmač Hägos Täfäri »
Légende « (motif décoratif) ዘደጃዝማች : ሐጐስ ፡ ተፈሪ ። »/zädäğğazmač: hagos: täfäri::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre « Haylä Maryam Särabyon paša »
Légende « ኃይለ ፡ ማርያም ፡ ሰራብዮን ፡ ፓሻ ። »/haylä: maryam: särabyon: paša::/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre « Fitäwrari Haylu Säbhät »
Légende « ፊ [ተውራሪ]: ኃይሉ ። »Dans les pétales : « ለብሐተ ፡ »/fi[täwrari]haylu säbhätä/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre « (Sceau) de l’aläqa Wäldä Yäsus »
Légende « ፡ ዘሐለቃ ፡ - ፡ ወለደ ፡ የሱስ ፡ » (sic)/zä’aläqa: – wälädä: yäsus:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre « (Sceau) du grazmač Mäšäša »
Légende « ዘግራዝማች -* መሸሻ.* »/zägrazmač - mäšäša/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre « Ceci est le sceau du däğğazmač Bayru »
Légende « ዝማህተም: ዘደጃዝማች: ባይሩ ፡ »/zemahetäm: zädäğğazmač: bayru:/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre « Qäñazmač Läm Mogäs »
Légende « + ቀኛ (ዝማች) + ለም + (ሞ) ገስ + አወ » (sic)/qäñazmač läm(mo)gäsa wä/
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/555/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Centre français des études éthiopiennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable