Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

Conclusion

Texte intégral

1Partant de la complémentarité exemplaire des contributions respectives de C. Mondon-Vidailhet et de M. Cohen, nous avons d'abord tenté ici de réconcilier toutes les approches françaises de l'Ethiopie ; de la plus classique héritée par quelques élèves du maître, dont J. Tubiana, R. Schneider ou A. Rouaud, à la moins académique, celle des journalistes ou des diplomates, en passant par la discipline ethnographique souvent jugée renégate dans le camp des premiers.

2Dans la logique de cette présentation volontairement œcuménique de nos études éthiopiennes -un œcuménisme que certains pourraient tenir pour un amalgame- nous ne pouvions donc que laisser en suspens la question de savoir ce que nous pouvions bien entendre par éthiopisant, comme si ce qualificatif dont quelques uns se prévalent pouvait apparaître, aux yeux de quelques autres, comme trop réducteur de leurs propres ambitions universitaires.

3Etant liés par la nature de notre exposé sur l'histoire de notre discipline en France, notre fil conducteur ne pouvait être que l'Ethiopie elle-même, et nous ne pouvions donc parler que d'éthiopisants.

4Mais de quelle Ethiopie, parlons-nous donc : de l'Ethiopie où travaillent nos chercheurs aujourd'hui, ou de celle de l'époque de l'occupation italienne ; de l'Ethiopie que gouverna l'Empereur Ménélik ou de celle dont entendit parler le savant I. Ludolf au XVII° siècle ; de l'Ethiopie biblique d'A. Dillmann, ou de celle que le FMI ou la Banque mondiale veulent réformer ?

5Comme il est probable que c'est de toutes ces Ethiopies là que nous parlons, de celles de jadis et de maintenant, de celles qui furent glorieuses, comme de celles qui ont été défaites, de celles des lettrés, comme de celles des illettrés, il semble particulièrement vain de vouloir définir l'éthiopisant.

6En somme, il y a autant d'éthiopisants qu'il y a de regards sur ce nom d'Ethiopie, sur ceux qui en sont fiers, comme sur ceux qui le renient ou sur ceux qui le portent sans même le savoir. En revanche, cette position qui peut passer pour du voyeurisme ne pourra jamais être également assumée par tous.

7S'il peut y avoir en effet du plaisir à observer la société éthiopienne, au point même d'en devenir presque citoyen, c'est un plaisir qui peut n'être que temporaire et que ne partagent pas tous les observateurs. Par ailleurs, ce n'est certainement pas à l'aune de cette seule empathie que se distinguent les contributions des uns et des autres aux études éthiopiennes.

8Ayant débuté cet exposé par les noms de C. Mondon-Vidailhet et M. Cohen, et n'ayant donc fait qu'une référence elliptique à leurs prédécesseurs, dont les inoubliables frères d'Abbadie, nous pouvons légitimement nous demander si ce besoin de référence au qualificatif d'éthiopisant n'est pas un mal du siècle. En d'autres termes, un mal d'hommes dont le regard et dont le discours devraient, bon gré mal gré, faire l'objet de ces catégories arbitraires d'un temps que n'ont pas connu ceux que, dans nos bibliothèques, nous glissons dans le rayon des voyageurs, pour ne pas dire des heureux dilettantes.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter