Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

La Maison des Études Éthiopiennes

Texte intégral

1La MEE est née de la volonté conjuguée de plusieurs des composantes institutionnelles de la recherche éthiopisante en France. Sa création visait à inciter les chercheurs français à revenir en Ethiopie après le long épisode du régime militaire. Elle y a en partie réussie, si l'on en juge par le nombre de chercheurs français se rendant maintenant chaque année en Ethiopie, de l'ordre d'une vingtaine environ, et issus pratiquement de toutes les tendances qui ont été jusqu'ici présentées dans cet exposé.

2Nous avons ainsi vu revenir sur le terrain nombre de chercheurs qui avaient renoncé à travailler dans les conditions de l'Ethiopie révolutionnaire. Pour n'en citer que quelques uns, A. Rouaud, A. Gascon, M. Denais et S. Tornay ont repris des activités éthiopisantes plus directes.

3Mais c'est sans compter, surtout, avec l'arrivée de nouveaux venus, notamment de B. Hirsch et de son équipe qui ont entrepris un intéressant travail pluridisciplinaire sur le monachisme éthiopien. Dans d'autres domaines, comme l'ethnographie, la linguistique ou la science politique, de jeunes chercheurs ont aussi fait leur première expérience du terrain en Ethiopie grâce à la MEE. N'en citons que deux : L. Anteby qui est venue de Jérusalem pour se rendre compte de ce que les Falasha étaient sans aucun doute éthiopiens, et E. Ficquet venu faire le même constat à propos des Oromo qu'il avait déjà rencontrés, et dont il avait commencé à apprendre la langue, au Kenya.

4Cette arrivée d'une nouvelle génération s'accompagne, et c'est ce qui nous intéresse au premier chef, d'un renouvellement des méthodes scientifiques et des approches du terrain. L'ethnographie que nous entreprenions il y a vingt-cinq ans n'a plus guère sa place : quant à l'histoire, depuis trop longtemps centrée sur la pérennité de l'héritage de l'Etat et de l'Eglise d'Ethiopie, elle a bien besoin aussi d'être rajeunie.

5"L'Ethiopie : évolution de la nation et des cultures éthiopiennes ; crise contemporaine de l'Etat-nation. Paléontologie humaine" ; ainsi définie par le gouvernement français, la mission scientifique de la MEE recouvre plusieurs disciplines -paléontologie, archéologie, histoire, ethnologie, linguistique, science politique- inégalement développées.

6Dans le domaine de l'archéologie -et plus précisément de la protohistoire- l'équipe de R. Joussaume poursuit son travail sur le mégalithisme éthiopien.

7Rappelons, par ailleurs, la réouverture des fouilles de Yeha par C. J. Robin et R. Audouin, ainsi que la publication du troisième volume des inscriptions axumites par R. Schneider.

8En ce qui concerne la paléontologie, à laquelle les sciences sociales et humaines sont toujours associées au sein de la MEE, nous observons, après plusieurs années difficiles, à une reprise de la recherche française dans le bassin de l'Awash avec l'équipe de D. Geraads, ainsi que dans celui de l'Omo, avec l'arrivée d'une équipe d'H. de Lumley. Par ailleurs C. Guillemot, qui fut longtemps assistant d'Y. Coppens, assure l'inventaire des anciennes collections paléontologiques de l'Omo.

9Dans le domaine des sciences sociales et humaines, j'ai déjà mentionné le retour des ethnologues et des linguistes.

10Si la reprise s'effectue donc dans presque toutes les disciplines, on peut regretter que la relève se fasse attendre dans le domaine qui fut celui de M. Cohen. Soixante ans après sa publication, son Traité a dû être réédité faute de nouveaux travaux dans le même sens. C'est certes à l'honneur de son auteur. Mais M. Cohen serait sans doute le premier étonné de constater qu'après son travail pionnier, et l'amharique ayant singulièrement évolué depuis, son œuvre demeure encore la seule référence pour nos étudiants.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable