Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

Diplomates, journalistes et politologues

Texte intégral

1Si l'expérience de C. Mondon-Vidailhet avait donné le ton en se concrétisant par la création d'un cours d'amharique aux Langues O’, il ne fut pas le seul des journalistes ou des candidats diplomates français à enrichir notre connaissance de l'Ethiopie.

2Parmi ses successeurs, le plus important à retenir est sans conteste l'ambassadeur M. de Coppet pour son édition critique de la chronique de Ménélik. Voilà bien, en effet, un ouvrage de référence sans lequel aucun des historiens de l'Ethiopie moderne n'aurait pu travailler.

3Quel fut le rôle exact de M. de Coppet dans cette entreprise, qui mentionne tout de même le nom du traducteur Tèsfa Sellassié ? Nous n'en savons pas grand chose. M. de Coppet mentionne en effet dans son introduction la collaboration de trois personnes, mais en ajoutant que celles-ci préfèrent garder l'anonymat. On peut penser que deux d'entre ces anonymes sont M. Cohen et Abba Jérôme. Le fait demeure qu'en tant que maître d'œuvre de cette publication, le Ministre de France nous a laissé une contribution exceptionnelle, les annotations et la bibliographie de cet ouvrage en faisant un incontournable outil de travail. Signalons aussi Le dernier roi des rois de l'ambassadeur G. de Juniac qui constitue une bonne analyse du règne d'Hailé-Sellassié. Longtemps Attaché de défense dans les principaux pays riverains de la Mer Rouge, H. Labrousse s'est de son côté consacré dans de nombreux articles et ouvrages bien documentés à l'histoire de cette région.

4Mais il est plusieurs autres exemples, peut-être moins célèbres, de l'intervention des diplomates français dans les études éthiopiennes, ou encore, pour prendre l'enchaînement des faits à l'envers, pour voir se déclarer des vocations diplomatiques par le biais de l'expérience éthiopienne et de l'étude de l'amharique.

5En ce qui concerne le premier point, peut-on ne pas rappeler que l'un des livres de référence de l'histoire de la Révolution de 1974 est dû à un journaliste, R. Lefort, qui reconnaît sa dette à l'égard d'un diplomate français alors en poste à Addis-Abeba, et dont les relations d'amitiés avec quelques uns des acteurs de la Révolution ne sont plus un mystère. La connaissance du processus révolutionnaire que mirent à profit certains Français tient alors aux liens ayant existé, au sein de la mouvance étudiante de 1968, entre quelques responsables de la gauche parisienne et leurs homologues éthiopiens.

6Dans le sens contraire, nous sommes témoins de carrières diplomatiques décidées après la découverte de l'Ethiopie, souvent comme professeurs, puis l'étude de l'amharique alors présenté lors du concours d'entrée au Quai d'Orsay.

7Les politologues apparaissent assez naturellement aux côtés des journalistes et des diplomates dans le cadre de cette présentation. Si leurs méthodes de travail et le but de leurs recherches ne sont pas ceux du journaliste ou du diplomate, ils partagent en revanche souvent avec eux les mêmes sources d'information.

8Ce qui pourrait expliquer que la France soit si peu représentée dans le domaine des études de la politique éthiopienne, en comparaison des Anglo-saxons, c'est d'abord le rôle marginal que jouent les affaires éthiopiennes dans la politique africaine de la France. Cela tient par ailleurs aussi au rôle décroissant de la francophonie dans ce pays. Plusieurs chercheurs français rattachés au CNRS suivent néanmoins les affaires politiques éthiopiennes ; mais rarement de la manière intensive de leurs collègues anglo-saxons.

9R. Marchal est un analyste des questions érythréenne et somalienne ; mais dans le cadre beaucoup plus général de la question de la résolution des conflits ethniques ou nationaux dans le monde. F. Le Houerou analyse, de son côté, les relations entre l'Italie fasciste et l'Ethiopie.

10Un autre chercheur français, G. Prunier, par ailleurs historien et spécialiste des questions d'Afrique orientale et centrale, suit régulièrement les évènements politiques de la région, notamment les élections régionales de 1992 et le référendum de 1993 en Erythrée. Son approche se distingue par un travail de réelle recherche historique et sociologique des origines des évènements présents.

11Pour beaucoup de ceux qui se donnent le titre d'éthiopisant, ce type de travaux mérite peu d'intérêt. Ceux-ci mettent en effet en doute leur qualité scientifique, en raison du fait qu'ils sont entrepris par des individus ayant très rarement connaissance des langues éthiopiennes, et dont les informations, presque toujours données en anglais, sont déjà, par ce biais, en partie préparées à leur intention. Le discours du diplomate, du journaliste ou du politologue est aussi souvent jugé conventionnel du fait que ces observateurs plaquent sur la réalité éthiopienne des modèles qui sont précisément ceux que leurs interlocuteurs locaux ont eux-mêmes empruntés, en particulier dans les domaines politique ou économique. Dans ces conditions, si l'image donnée par ces observateurs n'est pas totalement fausse, elle n'est que la représentation de l'image que les acteurs politiques éthiopiens veulent donner d'eux-mêmes ; c'est à dire une image, mais une image seulement de la réalité éthiopienne.

12Il n'en demeure pas moins que ce reflet des réalités idéologiques que peuvent nous donner le diplomate, le journaliste ou le politologue constitue une représentation de la société éthiopienne que l'universitaire classique risque de ne jamais appréhender, ou qu'il feindra même d'ignorer. Tout entier absorbé par son observation nécessitant de profonds retours dans le passé, de laborieuses lectures et de longs voyages parmi les hommes, l'universitaire risque en effet de ne pas voir ce qui se passe au jour le jour, et dans son environnement immédiat. Il est à cet égard remarquable que bien peu d'éthiopisants aient anticipé les évènements politiques de ces trente dernières années, et qu'ils les aient encore moins compris.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter