Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

La chaire de guèze et de sud-arabique de l'EPHE

Texte intégral

1Le titre de ce chapitre a été délibéremment choisi en raison du statut bien particulier de l'enseignement du guèze en France.

2Autant l'enseignement de l'amharique aux Langues O’ est-il conçu, dès son origine il y a un siècle, comme double instrument d'approche diplomatique et de connaissance scientifique de l'Ethiopie, en raison des buts mêmes de cette Ecole, autant l'enseignement du guèze relève-t-il d'un tout autre domaine, de nature plus universitaire.

3Lorsqu'avant la Grande Guerre, M. Cohen suivait les cours de guèze de J. Halévy, c'était moins pour acquérir des instruments de connaissance des origines de l'histoire éthiopienne, que pour pratiquer la linguistique comparée. Le cours était en effet alors déjà double : sud-arabique et guèze. Un siècle plus tard, rien n'a fondamentalement changé à cet égard, même si la chaire de guèze et de sudarabique a officiellement disparu.

4Entre les deux guerres, et jusqu'en 1954, M. Cohen eut la charge de cette chaire, avant de la transmettre à M. Rodinson.

5L'évocation de M. Rodinson, disciple de M. Cohen, aussi bien pour le guèze que pour l'amharique, justifie plus qu'aucune autre le sous-titre de notre présentation des études éthiopiennes en France. S'il est une personnalité qui eut moins séjourné en Ethiopie et qui néanmoins joua et joue un rôle aussi considérable dans les études éthiopiennes, c'est bien M. Rodinson. Ce qui s'explique par l'extrême diversité de ses champs de recherche, et par la place qu'il attribua aux études éthiopiennes dans un ensemble comparatiste ouvert.

6La carrière de M. Rodinson, pourtant indissociable de l'Ecole Orientaliste française, sort de l'ordinaire. Ni du sérail académique, ni journaliste ou diplomate comme les deux fondateurs de l'enseignement de l'amharique, M. Rodinson ne détenait aucun des atouts le prédestinant à la carrière qu'on lui connaît. Fils d'épiciers juifs, il ne fut longtemps que le livreur de ses parents qui disparaîtront dans l'Holocauste. Ce ne fut donc que par les cours du samedi qu'il s'initia à la science, et en particulier par ceux de l'EPHE qui n'exigeait aucun cursus de ses auditeurs. C'est ainsi que M. Rodinson en vint aux études sémitiques.

7Le nom de M. Rodinson évoque d'abord l'engagement politique courageux d'un Juif dans les affaires du Proche-Orient, notamment la défense de la cause palestinienne et de la révolution laïque au sein du monde arabe.

8Mais au coeur de cette vie d'intellectuel, au sens sartrien du terme, jamais M. Rodinson ne fut oublieux de son rôle d'enseignant. A la retraite de la chaire de guèze et de sudarabique depuis plusieurs années, M. Rodinson reste, à titre gratuit, fidèle à son enseignement du Jeudi. Un enseignement toujours préparé avec soin comme le raconte C. Robin dans l'introduction aux Mélanges linguistiques offerts à Maxime Rodinson :

"C'était d'abord l'exposé de grammaire guèze, illustré par des exemples qui avaient souvent exigé des heures de recherches, puis l'étude d'un texte de la même langue. Pas question de laisser passer un mot sans s'interroger sur sa prononciation traditionnelle et sur son accent ; en cas d'incertitude, on ne manquait pas de s'informer auprès d'Ethiopiens familiers avec les sciences traditionnelles. Après le guèze on passait au sud-arabique ou, durant ces dernières années, aux sources étrangères à l'Arabie traitant du Yemen antique."

9Pour tous ceux d'entre nous qui s'intéressent à quelques aspects que ce soient de l'histoire et des cultures éthiopiennes, M. Rodinson demeure une source originale de questions, d'informations mais aussi d'anecdotes et de reflexions. Car c'est une source qui n'est jamais refermée sur le sujet éthiopien : la connaissance érudite de l'Ethiopie est bien présente, mais toujours enrichie de la comparaison avec d'autres mondes, ou voisins ou fort lointains. Grâce aux travaux de M. Rodinson dans le cadre du GLECS par exemple, l'étude du guèze prit ainsi une portée nouvelle en raison de sa comparaison avec d'autres langues éloignées, et non plus dans le cadre strict du sud-sémitique.

10La chaire d'enseignement de guèze et du sud-arabique a disparu au moment de la retraite de M. Rodinson. Par une seule voix, celle-ci a été en effet transformée en chaire d'Archéologie du Proche-Orient.

11Ce panorama de l'enseignement de guèze autour de M. Rodinson, en relation avec les études sud-arabiques et avec les travaux du GLECS, serait incomplet sans la mention de celui qui en est donné dans un tout autre contexte : celui des études religieuses, au sein de l'Université Catholique de Paris. S. Grébaut qui fut titulaire de cette chaire avant guerre publia aussi la revue Aethiopica. Aujourd'hui, G. Colin a repris cet enseignement, à la suite des Pères Vélat et Trinquet, tandis que R. Beylot se consacre aux études guèze dans le cadre de l'EPHE. Pour l'essentiel, et c'est un apport fondamental aux études éthiopiennes classiques, ces professeurs ont été aussi les éditeurs et les traducteurs de nombreux textes religieux éthiopiens.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter