Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

L'ethnologie française : Le rôle de l'Université de Paris X - Nanterre

Texte intégral

1La lecture de M. Leiris n'est sans doute pas étrangère au renouveau de l'ethnologie française en Ethiopie ; mais elle l'est par des voies détournées, la reconnaissance de M. Leiris par le monde intellectuel parisien tenant davantage à son œuvre littéraire qu'à ses travaux d'ethnologue. Mais cette lecture n'aura de toutes les façons pas suffi.

2Le développement de l'Université française dans les années soixante, pour des raisons de croissance économique et démographique, s'accompagna d'une renaissance de la recherche africaniste enfin détachée du contexte colonial. L'Afrique devenait indépendante et nos méthodes se voulaient différentes de celles de nos prédécesseurs. Entre temps, l'anthropologie britannique avait fait école, et C. Lévi-Strauss avait donné à l'anthropologie française de nouvelles bases théoriques tout en lui assurant une place privilégiée dans notre cursus universitaire.

3C'est dans ce contexte très grossièrement esquissé que se situe l'ouverture du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative de Nanterre où les études africaines ont longtemps dominé, en raison notamment de la personnalité de son directeur d'alors, E. de Dampierre.

4D'origines académiques diverses, plusieurs chercheurs venus de la sociologie, de la linguistique, de la philosophie ou du droit, certains ayant l'expérience de l'Ethiopie et d'autres non, ont été, par E. de Dampierre, soutenus scientifiquement et administrativement dans leur recherche éthiopisante. Il faut ici souligner qu'il n'y a pas, à notre connaissance, d'ethnologue venu à l'Ethiopie uniquement par l'étude de l'amharique. Deux d'entre eux, J. Bureau et J. Mercier, se sont mis tardivement à cette étude parce qu'elle leur était devenue indispensable. Ce ne fut pas le cas pour leurs autres collègues qui ont en revanche appris d'autres langues éthiopiennes. Ce phénomène est important parce qu'il démontre de facto les limites du caractère national de l'amharique évidemment cher à ses spécialistes des Langues O’. Deux perceptions de l'amharique au reste moins contradictoires que complémentaires.

5J'ai déjà cité le nom de S. Tornay qui a été et qui demeure l'ethnologue des Nyangatom. Son premier terrain en Ethiopie méridionale s'était fait dans le cadre de la Mission Y. Coppens de l'Omo, mais c'est Nanterre qui fut et qui demeure son institution mère. Au reste, et pour bien illustrer le titre de cette communication, S. Tornay sut tirer bénéfice de son ethnographie des pasteurs Nyangatom pour réaliser un ouvrage comparatif de référence intitulé : Voir et nommer les couleurs.

6Citons ensuite celui qui, au sein du Laboratoire de Nanterre, aura en l'occurence joué le rôle de catalyseur : D. Sperber. Formé en France par G. Balandier et, en Grande-Bretagne, par l'Ecole anthropologique d'Oxford, celui-ci reprit l'ethnographie des Dorzé que les disciples du Frobenius Institut avaient inaugurée quinze ans plus tôt. Bien que D. Sperber n'ait publié que quelques articles sur les Dorzé, son rôle a été déterminant sur deux points. En ce qui concerne sa propre recherche dans le domaine de l'anthropologie cognitive, D. Sperber a très abondamment puisé dans son expérience éthiopienne. Par ailleurs, celui-ci a joué un rôle décisif dans le choix et l'évolution de la carrière scientifique de trois autres ethnologues français : M. Abélès, J. Bureau et J. Mercier.

7Venu à l'ethnologie après des études de philosophie, J. Mercier représente non seulement l'école de Nanterre, mais aussi l'héritage de M. Griaule et de M. Leiris, ainsi que celui, indirect, de M. Cohen par le biais de S. Strelcyn. On lui doit en effet, indépendemment de son travail d'ethnologue sur la culture abyssine, en particulier sa médecine et ses arts traditionnels, une contribution importante à la réédition des textes de M. Leiris, ainsi qu'à la reprise des travaux sur la pharmacopée traditionnelle qu'avait entreprise avant lui S. Strelcyn.

8En ce qui concerne J. Bureau et M. Abélès, leur contribution aura été, à la suite de D. Sperber, d'enrichir notre connaissance des Gamo d'Ethiopie. Si M. Abélès s'est depuis lors surtout consacré à une ethnographie originale des institutions politiques de la France et de l'Europe, J. Bureau n'a pas cessé de travailler sur le domaine éthiopien. De formation juridique et politique, et venu à l'Ethiopie, comme nombre de ses collègues, par l'expérience de l'enseignement -ce qui est le cas de J. Mercier, A. Rouaud, A. Gascon, M. Denais et d'autres- J. Bureau a ensuite intégré le Laboratoire de Nanterre en tant qu'ethnologue. Depuis plusieurs années, son travail se caractérise par une double approche d'ethnologue et de politologue de l'Ethiopie.

9Il convient de rappeler aussi que la Société d'Ethnographie, un temps rattachée au Laboratoire de Nanterre, a permis la publication des deux thèses de M. Abélès et de J. Bureau, ainsi que la parution dans sa revue, l'Ethnographie, de plusieurs articles d'ethnographie éthiopienne.

10Nous ne saurions conclure ce trop bref panorama sans mentionner l'apport des musicologues. Le premier, B. Lortat-Jacob, aujourd'hui directeur du célèbre département de musicologie du Musée de l'Homme, mit à profit un séjour chez les Dorzé pour produire les meilleurs enregistrements de leur musique vocale polyphonique.

11Plus tard, grâce en partie au soutien de la MEE et de l'Association Française pour l'Action Artistique (AFAA), F. Falceto a très largement contribué à une meilleure connaissance de la musique urbaine d'Ethiopie par des publications et, surtout, par la diffusion de cette musique en Europe.

12L'activité des ethnologues français s'inscrit dans un mouvement de redécouverte de l'Ethiopie qui devait avoir des conséquences importantes. Du point de vue des historiens, ou mieux des orientalistes, l'intérêt porté par les ethnologues aux minorités éthiopiennes, qu'elles soient ethniques ou sociales, paraissait suspect. Et il le demeure. C'est pourtant bien cet intérêt porté par des Français, mais aussi par des Ethiopiens, des Américains, des Italiens, des Anglais, des Allemands ou des Japonais, qui a, en grande partie, transformé les études éthiopiennes : aussi bien leurs buts que leurs méthodes.

13Par ailleurs, la rencontre de ce mouvement intellectuel avec la réalité politique éthiopienne -c'est-à-dire pour l'essentiel le réveil des minorités et la reconnaissance au moins verbale de leurs droits civiques et culturels par tous les acteurs politiques- n'est pas à négliger. En témoignent certaines réformes dans le cursus de l'Université d'Addis-Abeba, dont la création d'une Maîtrise d'anthropologie. Il est pourtant à craindre que le travail des ethnologues en Ethiopie, à la fois comme chercheurs et comme enseignants, ait été souvent mal compris par leurs collègues des autres disciplines.

14Rarement les ethnologues ont ignoré la part d'histoire liant les sociétés qu'ils étudiaient avec le reste de l'Ethiopie. Il est en revanche regrettable de constater que les historiens tiennent toujours l'ethnographie pour l'étude des sociétés périphériques, minoritaires, sous-développées et très improprement considérées comme a-historiques.

15Il est souhaitable, à cet égard, que les études éthiopiennes sortent de leur isolement ; qu'elles prennent d'abord la mesure de l'évolution des sciences sociales, en particulier de la discipline ethnographique au regard de la science anthropologique d'une part, et de la question du développement d'autre part ; qu'elles prennent aussi la mesure des transformations radicales de l'image que la communauté nationale éthiopienne, ainsi que ses composantes ethniques, entendent donner d'elles-mêmes depuis trente ans.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter