Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

La Mission Dakar-Djibouti (1931-1933)

Texte intégral

1Née d'une volonté conjointe des chercheurs et du gouvernement français, la Mission Dakar-Djibouti marque une date dans l'histoire de l'ethnologie française, et dans celle des études éthiopiennes.

2Bien que la France n'ait jusqu'alors pas manqué de penseurs décisifs dans le développement des sciences sociales -E. Durkheim et M. Mauss principalement- elle était très en retard par rapport aux Anglo-saxons en ce qui concerne la discipline ethnographique. Quelques Français avaient déjà fait à cette époque la preuve d'une certaine expérience ethnographique mais nous n'avions pas encore eu notre Malinowski.

3Citons ici quelques lignes de l'introduction de J. Jamin à la réédition récente des textes de M. Leiris consacrés à l'Afrique, et tout justement à l'Ethiopie :

4La mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti de 1931-1933,

"inaugure officiellement l'ère des enquêtes de terrain de l'ethnologie française, en même temps qu'elle clôt celle des grandes expéditions ethnographiques que les nations colonisatrices d'Europe occidentale avaient suscité avant la Première Guerre mondiale (la Grande-Bretagne, l'Allemagne, les Pays-Bas notamment)."

5Ce constat s'impose par l'importance des moyens et de la publicité dont bénéficia cette mission, et par la qualité de ses résultats qui inaugure la nouvelle histoire de notre Musée du Trocadéro, consacré à l'exposition de l'histoire de l'Homme et des cultures du monde.

6Rappelons que les préparatifs, et ensuite les célébrations de cette expédition, a priori de nature purement scientifique, ont très vivement agité le monde cosmopolite parisien de l'époque. Notre Parlement l'avait soutenu par un vote budgétaire spécifique -en vue de mieux connaître les populations colonisées, et donc de mieux les contrôler- mais aussi tout ce qui comptait à Paris du monde des arts et des lettres depuis peu fasciné parce qu'on allait bientôt appeler communément la négritude. Pour les scientifiques qui participèrent à cette expédition ou qui en furent les initiateurs, en particulier G.-H. Rivière, cette entreprise fut l'enjeu de très vives querelles personnelles et la célébrité dont en tirèrent certains à l'époque fut loin d'être toujours du goût de tous leurs confrères.

7De manière bien symbolique des ambiguïtés de cette mission, celle-ci fut financée, d'un côté, par l'establishment politique -et celui-ci ne pouvait être que colonial-, et, de l'autre, par les bénéfices d'un gala donné par le boxeur noir américain A. Brown. Quant à l'une des vedettes des festivités marquant le retour de l'expédition, ce fut la sulfureuse Joséphine Baker.

8Les principaux acteurs de cette expédition, son responsable M. Griaule et son secrétaire-archiviste M. Leiris, seront d'ailleurs pris dans ce paradoxe de représenter une nation coloniale -en en tirant tous les profits possibles au cours de leur voyage- tout en témoignant du scandale de la colonisation. Mieux même, cette expédition qui n'était concevable qu'en raison de la soumission des populations indigènes à la métropole coloniale, va aussi aboutir à une représentation quasiment théâtrale de l'Afrique, de ses hommes et de ses œuvres, alors que celle-ci n'avait été jusqu'alors qu'un objet de conquête.

9Dans le long périple qui conduisit l'expédition des rivages de l'Atlantique à ceux de la Mer Rouge, la part de l'Ethiopie est considérable. Qu'on en juge simplement par l'importance que lui accorde le journal que tenait M. Leiris et qu'il publia à son retour sous le titre de L'Afrique fantôme ; soit plus de la moitié de son texte pour un petit dixième du trajet de l'expédition.

10C'est qu'en réalité, si l'Ethiopie est alors dans le même état de sous-développement que le reste de l'Afrique que viennent de traverser nos ethnologues, elle est aussi la seule nation indépendante : sa bureaucratie retorse et ses habitants moins dociles devant le maître blanc font du même coup de sa découverte une toute autre entreprise que la traversée des territoires conquis et pacifiés qui l'avait précédée.

11Certes, M. Griaule, sur l'avis de M. Cohen, avait déjà fait de l'ethnographie en Ethiopie ; mais le séjour prolongé de l'expédition dans l'ancienne capitale décrépite de Gondar fut déterminant pour deux raisons principales. D'une part, comme je l'ai déjà souligné plus haut, cette expédition inaugure chez nous la mode de l'enquête ethnographique, d'autre part, en ce qui concerne les études éthiopiennes, cette expédition constitue en elle-même une révolution.

12Alors que, jusqu'à cette époque, l'essentiel des travaux français avait porté sur l'histoire de l'Etat et de l'Eglise d'Ethiopie, et le plus souvent par le biais des lettrés éthiopiens dont on traduisait les œuvres presque toujours représentatives d'un ordre idéal, M. Leiris et M. Griaule se sont attachés à étudier et à mettre en valeur des faits apparemment triviaux, sinon même scandaleux, de la vie culturelle et sociale éthiopienne : notamment les cultes de possession, ou zar.

13La nouveauté du travail de M. Leiris sur les cultes du zar tient en effet à l'attention qu'il manifeste pour tout ce que la bonne société de Gondar aurait préféré occulter, parce que contraire à l'image conventionnelle qu'elle voulait donnée d'elle-même. Et, du même coup, par la méthode consistant à partager quotidiennement la vie des habitants de Gondar, plutôt que de se satisfaire du discours savant de ses prêtres, c'est une autre Ethiopie qui apparaît, plus proche du reste de l'Afrique, et racontée par des acteurs qui, au lieu de se cacher derrière des pratiques orthodoxes, se dévoilent dans la démonstration ostentatoire de leurs croyances domestiques. Qu'y-a-t-il en effet de plus contraire à la pose de l'Abyssin très chrétien, que le délire de ses proches possédés d'un zar, dansant dans un rythme endiablé, et se couvrant la tête de la dépouille sanglante d'une volaille ? Mais qu'y-a-t-il là qui ne soit pas aussi éthiopien et qui ne nous apprenne tant sur ce qui, justement, ne devait pas être dit ?

14M. Mauss, dont on raconte qu'il enseignait à ses élèves qu'une vulgaire boîte de conserve caractérise mieux nos sociétés occidentales que le plus précieux des bijoux ou le plus rare des timbres, avait en l'occurrence fait des émules. M. Leiris, dont tout le travail de l'été et de l'automne 1932 s'effectue dans la cahute de la maîtresse des zar, Malkam Ayyahou, nous parle en compagnie d'Abba Jérôme d'un univers domestique, humble mais aussi extraordinairement imaginatif, tout autant constitutif de la réalité sociale éthiopienne que l'or des églises ou la rhétorique des lettrés.

15Un autre membre de l'expédition, lui aussi élève de M. Cohen, n'eut malheureusement pas la chance de poursuivre la carrière de ses collègues. D. Lifchitz (1907-1944), qui recueillit et traduit des textes magico-religieux en même temps qu'elle assura quelques temps l'enseignement de civilisation éthiopienne aux Langues O’, fut déportée et mourut gazée à Auschwitz en 1944.

16Notons que la Mission Dakar-Djibouti eut quelques effets secondaires regrettables. Du côté des Français, elle ne fit qu'aggraver la tension existant déjà entre M. Griaule et son maître M. Cohen, et elle brouilla aussi les relations de M. Griaule avec M. Leiris, deux personnalités fort opposées par leurs goûts et leur culture. Autant de tensions dont les effets se font encore sentir aujourd'hui. Du côté éthiopien, la Mission Dakar-Djibouti fut loin d'être appréciée par tous les intellectuels ; et ceci en dépit du fait que l'étrangeté des nouvelles recherches françaises et le pillage dont se rendit coupable la mission furent compensés par le soutien de M. Griaule à la cause éthiopienne en 1936. Rappelons ici que M. Griaule contribua directement à la rédaction de la réponse éthiopienne au mémoire italien de 1935, ainsi qu'à celle du discours que prononca l'Empereur devant la SDN, le 30 Juin 1936.

17Dans le cadre des études éthiopiennes, la Mission Dakar-Dibouti marque la naissance d'un autre courant de la recherche française : celui d'une ethnologie qui, plus tard renouvelée par l'enseignement de C. Lévi-Strauss et le modèle de l'anthropologie britannique, allait conduire plusieurs chercheurs français à se joindre au grand mouvement international de redécouverte de l'Ethiopie par le travail de terrain, dès la fin des années soixante et le début des années soixante-dix. Entre temps, l'absence des ethnologues français avait été comblée par l'ouverture de la Section Française des Antiquités Ethiopiennes.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable