Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France

 | 
Jacques Bureau

Introduction

Texte intégral

1La vie et les travaux des quelques dizaines de Français qui se sont consacrés aux études éthiopiennes depuis un siècle n'ont pas seulement été divers ; ils ont été aussi l'objet de polémiques qui n'auront pas été tout à fait vaines. L'extrême diversité des approches françaises de la société éthiopienne nous en donne en effet un tableau à la mesure de la complexité de ce pays.

2Il est fréquent d'entendre dire que certains d'entre nous, purs produits de l'Académie, sont venus à l'Ethiopie pour des raisons d'abord scientifiques ; et que les autres, à l'inverse, ne sont venus à l'Académie qu'après avoir connu l'Ethiopie par d'autres voies. En réalité, la plupart des Français ayant travaillé à l'étude des cultures éthiopiennes ont été à la croisée de ces chemins, à la fois formés par l'Académie - car même missionnaires, diplomates, journalistes ou enseignants, ils n'en étaient pas moins détenteurs d'un savoir et d'une technique - et par l'Ethiopie dont ils avaient l'expérience. Pourtant, le fait demeure que chacun d'entre eux reste, à tort, davantage jugé pour les raisons premières de sa venue en Ethiopie et pour son empathie ou son rejet de cette société, que pour son œuvre.

3Ces observations générales, qui sont aussi valables pour nos autres collègues occidentaux, prennent néanmoins une coloration particulière en ce qui nous concerne en raison d'une caractéristique bien connue du monde universitaire français. A savoir que si nos institutions académiques issues de la Révolution de 1789, puis de l'Empire et de la Troisième république, sont les incontournables bailleurs de fonds et garantes de la crédibilité de nos chercheurs, ceux-ci ont eu de longue date tendance à se poser en franc-tireurs. Et que s'il n'est point de reconnaissance sans affiliation académique, il n'est aussi point de plaisir ni de quelque célébrité sans le détournement, volontaire ou non, des règles du jeu académique. Pour ce qui concerne certains d'entre nous, l'un de ces détournements consiste précisément à s'affilier aux études éthiopiennes plutôt qu'à telle ou telle discipline scientifique.

4Deux personnages emblématiques de ce paradoxe ont fait l'an passé l'objet d'excellentes notices biographiques de la part d'un de leurs principaux héritiers, A. Rouaud, auteur d'un livre consacré à un témoin lui aussi fort controversé de son pays et de son temps, l'écrivain Afä-Wärq dont l'œuvre littéraire, toute dédiée à sa culture natale, fut ternie par une carrière politique de collaborateur avec l'ennemi fasciste.

5Ces notices, publiées à l'occasion du bicentenaire des Langues O’, l'actuel Institut National des Langues et Civilisations Orientales, exposent principalement le rôle que joua d'abord C. Mondon-Vidailhet (1847-1910) dans le développement des relations diplomatiques entre la France et l'Ethiopie, et dans la création du cours d'amharique aux Langues O’, ainsi que celui de son successeur, M. Cohen (1884-1974) qui donna ses lettres de noblesse à l'étude et à l'enseignement de l'amharique comme de la civilisation éthiopienne, non seulement aux Langues O’ mais aussi à l'Institut d'ethnologie et à la VI° section de l'EPHE. Indirectement, ces notices témoignent de l'opposition et de la complémentarité entre deux profils caricaturaux d’éthiopisants, hommes de terrain ou hommes de cabinet.

6Certes, le choix de M. Cohen au coeur de cette présentation s'impose par la nouveauté, l'ampleur et la qualité des travaux du linguiste et du comparatiste qu'il fut. Ce choix tient aussi au rôle d'enseignant et de maître à la fois exigeant et dévoué que tint pendant plus d'un demi-siècle M. Cohen, et à sa renommée internationale. Son Traité de langue amharique publié en 1936 et récemment réédité demeure la référence en la matière.

7Mais ce primat donné à M. Cohen, et à ses disciples entrés dans les études éthiopiennes par l'apprentissage académique de l'amharique, ne peut pas être exclusif du rôle joué par tous ceux dont la connaissance de l'Ethiopie s'est faite par le biais d'autres disciplines, comme l'ethnographie et l'archéologie, ou tout simplement encore par une longue expérience professionnelle ou dilettante de ce pays en tant que diplomate, missionnaire, journaliste, poète ou voyageur.

8Pour quiconque prétend approfondir ses connaissances de l'Ethiopie, le "Cohen" -ainsi parle-t-on familièrement du fameux traité d'amharique- est incontournable. Mais il en va sans aucun doute de même des récits des frères d'Abbadie, de l'Histoire de la conquête de l'Abyssinie de Basset, du Dictionnaire du père Baeteman, de la Chronique de Ménélik publiée par l'ambassadeur de Coppet, ou de L'Afrique Fantôme du poète Leiris. Autant de personnages dont les œuvres, pour si peu académiques qu'elles aient été à l'origine, n'en constituent pas moins un apport inestimable à notre connaissance de l'Ethiopie. Et que dire de l'expérience d'A. Rimbaud ? De sa vie de poète exilé en Ethiopie, nous n'avons aucun écrit d'envergure : quelques lettres personnelles sans grand intérêt, et un très sommaire rapport sur l'Ogaden. Pourtant, combien l'aventure rimbaldienne en Ethiopie n'a-t-elle pas entretenu de passions, littéraire ou académique, pour ce pays ?

9Au-delà de cette revendication du qualificatif d'éthiopisant qui est à l'origine de tant de querelles, en quoi consistent donc les études éthiopiennes ? A un apport toujours nouveau à la connaissance de l'Ethiopie sans aucun doute, et à l'approfondissement de cette empathie que j'évoquais plus haut entre le chercheur et son terrain ; mais à bien davantage aussi, dans la mesure où l'étude du "cas" éthiopien a contribué en France au renouvellement des sciences de l'homme et de la société.

10L'ethnologie, la linguistique, l'archéologie et la paléontologie françaises existaient bien entendu avant que nos chercheurs ne s'appliquent à étudier le "cas" éthiopien, mais l'histoire de ces disciplines en France, comme celle des personnalités qui les ont guidées et des institutions qui leur ont garantie notoriété publique et moyens matériels, démontre de manière certaine que leur rencontre avec le "cas" éthiopien a entraîné de notables changements tant au niveau des pratiques de la recherche que des théories scientifiques.

11Reste en revanche que dans certains domaines, comme l'histoire et la science politique, le "cas" éthiopien est demeuré comme rebelle au travail comparatiste. Car si les études éthiopiennes ont eu un M. Cohen, pour la linguistique, ou un M. Griaule, pour l'ethnologie, il leur a singulièrement manqué un M. Bloch élevant l'histoire politique de l'Ethiopie au rang qu'elle mérite et que les intellectuels éthiopiens semblent lui accorder.

© Centre français des études éthiopiennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter