Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Empereur Ménélik et l'Éthiopie | አጤ ምኒልክና ኢትዮጵያ

 | 
Guebrè-Heywèt Baykedagne

L’Empereur Ménélik et l’Éthiopie (traduction française)

Guebrè-Heywèt Baykedagne
Traduction de Beletou Kebede et Jacques Bureau

Texte intégral

1L’Impératrice Tsehaïtou

L’Impératrice Tsehaïtou n’est pas comme les autres impératrices. Le pays qui bénéficie de ses conseils prospère et rien de ce qu’elle dit ne doit être ignoré. Elle est d’un grand soutien pour son époux, et un bouclier pour l’Éthiopie.

2L’Empereur Ménélik

Ménélik II est de la descendance de David, Salomon, Adam. Voilà qui est une merveille, une merveille entre toutes les merveilles. Sa mère lui a donné ce nom de Ménélik que l’Esprit lui avait inspiré. Ménélik veut dire : qui Dieu va-t-il nous envoyer ?

En choisissant Ménélik, Dieu lui a dit : va, l’Éthiopie souffre et les Éthiopiens versent des larmes ; va redonner courage à l’Éthiopie dont le peuple vit dans trop d’ignorance, et va sécher les larmes des pauvres. L’ignorance, c’est l’obscurité ; la connaissance, c’est la lumière. Si je t’ai fait roi, ce n’est pas pour toi seul, mais pour ton pays : pour que la lumière apparaisse et que l’Éthiopie sorte de l’obscurité ; afin que tu ouvres les yeux de ton peuple à ce qui lui est lointain, tout comme à ce qui lui est proche, il te faut l’instruire, le guider et le protéger. Ainsi qu’il lui avait été dit, Ménélik II libéra les pauvres de leur esclavage, après qu’il fut fait roi.

3Professeur Afework Guebrè-Yessous

L’Empereur Ménélik et l’Éthiopie

  • 1 L’auteur de cette note anonyme en tigrigna fait en l’occurrence référence à deux vignettes, représe (...)

4Cette brève histoire qui suit a été écrite par Guebrè-Heywèt Baykedagne. Celui-ci avait été interprète de l’Empereur Ménélik; c’est donc uniquement à partir de sa propre expérience qu’il a présenté quelques-unes de ses idées. Il connaissait beaucoup de dignitaires éthiopiens. Cette histoire aurait dû être imprimée à la suite des images du roi et de la reine1, mais comme nous ne l’avions pas eu à temps, nous avons été dans l’obligation de la publier à la fin de cet ouvrage. Nous espérons que l’histoire et les conseils contenus dans ce livre constitueront un bon exemple de pédagogie pour les gens de ce pays. On peut aussi voir sur la première page de ce livre ce que l’auteur a écrit pour remercier son ami.

5À mon ami, Monsieur Paolos Menameno

6Par la miséricorde de Dieu d’abord, et grâce à ta bonté ensuite, j’ai échappé à la mort. Malade et désespéré, je gisais à l’hôpital de Massaouah lorsque tu es venu m’aider financièrement. Mais tu as accompli un acte de bonté encore plus grand en faisant savoir aussi la chose au bon dedjazmatch Guebrè-Sellassié. C’est ainsi que j’ai pu écrire ces quelques pages en pensant qu’elles pouvaient être utiles à notre pays. Si jamais on m’en remercie, ces remerciements iront à toi. De même que tu m’as prolongé la vie, que Dieu prolonge la tienne.

7Celui qui, jusqu’à la mort, ne t’oubliera jamais.

8Guebrè-Heywèt Baykedagne

Partie 1

  • 2 Le terme መንግሥት, utilisé par l’auteur couvre tout un ensemble de concepts qu’il nous faut distinguer (...)

9Apprendre l’histoire est un bienfait pour tous. Mais c’est une obligation pour un dignitaire de la Cour qui doit avoir observé les erreurs comme les bonnes actions des Anciens pour savoir ce qui est profitable à son gouvernement et à son pays2.

10L’enseignement de l’histoire ne peut être toutefois utile qu’à condition d’être celui d’une histoire véridique. Et ce n’est pas une chose facile que d’écrire une histoire véridique, car il y faut les trois dons divins suivants : premièrement, un esprit attentif afin d’observer les faits ; deuxièmement, un esprit objectif pour les juger ; troisièmement, une bonne maîtrise de la langue afin de rendre compte de ces observations comme de ces jugements.

11Les historiens de notre pays sont à cet égard fautifs : au lieu d’observer les grandes choses, ils n’observent que les petites ; au lieu de juger en équité, ils s’enferment dans la partialité ; quant à leur écriture désordonnée, elle est incompréhensible au lecteur. On s’en rend tout de suite compte à la lecture de quelques-uns des manuscrits qui sont au Palais ou dans les monastères.

  • 3 ናዝራዊ. Nazaréens. Le terme désigne en l’occurrence les chrétiens d’Occident par opposition à ceux d’ (...)

12Nous constatons qu’il y a deux catégories d’écrivains. Les uns, les flatteurs, sont les lettrés de la Cour où ils sont en quête de leur pain quotidien ; ils appellent histoire ce qu’ils écrivent et transmettent aux générations à venir, alors qu’il ne s’agit que de l’histoire que leur dicte le roi. Les autres, ce sont les moines; tenant davantage compte de leurs propres intérêts que de ceux du peuple, ils écrivent une histoire beaucoup trop partiale. « Saint ! Saint ! » disent-ils du roi qui satisfait leurs désirs ; mais, « Qu’il soit damné ! » disent-ils de celui qui, sorti de l’ignorance et animé d’un esprit supérieur, se consacre à la prospérité de ses concitoyens. Ces auteurs préfèrent par exemple rendre hommage à un roi qui oublie les choses de l’État, qui passe son temps avec des « Nazaréens3 » et autres moines et qui, pour le profit de ces oisifs, laisse s’accumuler nombre d’affaires, plutôt qu’un roi qui fait construire des ponts et des routes, ou qui ouvre des écoles d’arts et métiers.

  • 4 ውዳሴ. Glorification, de Dieu par exemple. (Kane, p. 1565, et Baeteman, p. 781.) Peut avoir aussi péj (...)

13Si ce « Chant de Gloire4 » qu’écrivent nos historiens n’était pas un ramassis de balivernes et d’insultes, et s’il nous racontait l’histoire véridique plutôt que des fables, ce ne serait pas un grand mal et toute personne éclairée pourrait y trouver sans peine la vérité à sa lecture. Il est de ce fait affligeant de constater que l’histoire de notre pays est restée dans l’ombre.

  • 5 ፈላሻ. Le terme de Falacha, qui désigne les Éthiopiens judaïsés, est ici employé de manière anachroni (...)
  • 6 Cette expression de maître de Tateq, (comme la suivante concernant Ménélik, maître de Dagnaw) renvo (...)
  • 7 Il s’agit de l’Empereur Yohannes qui avait le même prénom que Tewodros avant son couronnement. Voir (...)

14Y aura-t-il un historien capable de nous raconter clairement les efforts qu’ont dû déployer nos ancêtres venus d’au-delà des mers pour mettre en valeur le pays; et puis nous dire comment ceux-ci accédèrent à la gloire, après qu’ils eurent pris le nom d’Axoumites ? Nous racontera-t-il comment nos ancêtres se sont ensuite massacrés à cause de leurs divisions religieuses, entre païens et Falachas5 d’abord, puis entre Falachas et chrétiens, et, enfin, entre chrétiens et musulmans ? Nous racontera-t-il comment notre royaume qui s’était effondré et avait disparu, renaquit sous le règne de Tewodros, « Maître de Tateq6 », comment il se consolida sous le règne de son successeur Kassa7, puis comment son domaine fut agrandi et pacifié par Ménélik, « Maître de Dagnaw » ?

  • 8 ሐበሻ. Habesha, dont nous avons fait Abyssin est, comme en témoigne ce bref essai, le nom qu’aiment e (...)

15Il ne semble pas que ce vœu sera exaucé avant longtemps. On voudrait connaître le passé, alors que nous ne sommes déjà pas capables de savoir ce qui se passe à notre époque, celle de Ménélik II. Il n’y a toujours pas d’histoire écrite et correcte de Ménélik par exemple. L’époque de liberté où l’on racontera l’histoire des rois, de leur vivant et sans crainte, n’est pas encore venue pour les Habecha8.

  • 9 Explication de Jésus. Il s’agit de la version éthiopienne d’un texte prophétique annonçant la venue (...)

16Comme les autres peuples non éclairés, le nôtre n’aime pas non plus entendre la vérité, et il ne la comprend pas. Au lieu qu’on lui dise comment tel roi est monté sur le trône, et pourquoi, une fois sur le trône, celui-ci accomplit ceci et laissa de côté cela, comment il échoua en ceci et réussit en cela, il préfère qu’on lui mente et qu’on lui raconte la prophétie que tel roi reçut du ciel, ou d’un magicien, et grâce à laquelle il apprit et fit savoir qu’il était né pour gouverner ; qu’on lui raconte que certains s’étaient placés sous les ordres du roi, alors que les autres, égarés par le diable, s’étaient révoltés et avaient été ensuite vaincus par celui-ci lorsqu’il prit la couronne ; qu’on lui raconte qu’après son couronnement, et sur les conseils de tel Saint ou de tel Nazaréen, le roi fit telle chose ; puis que, s’étant allié avec Satan, celui-ci subit tel malheur et, qu’enfin, il mourut lorsque le temps annoncé par la prophétie de l’Explication de Jésus9 fut écoulé.

17Il y eut, et il peut y avoir encore, beaucoup de rois sans pouvoir ; mais si ce que l’on dit de notre histoire est vrai, on n’a jamais entendu qu’il y eut dans le monde, à l’exception de l’Éthiopie, des rois et des gouvernements qui aient eu autant besoin de l’aide des saints et des esprits.

18L’histoire de Ménélik, racontée et écrite jusqu’à présent, ne semble pas correcte. À l’exception du livre écrit par Monsieur Guebrè-Yessous Afework, on n’a rien écrit d’utile à propos du roi du Choa. Même cette histoire publiée par Monsieur Afework est incomplète ; elle laisse beaucoup de choses dans l’ombre et elle en embellit d’autres. Elle contient des insultes envers l’innocent et brave peuple du Tigré et, chose plus grave encore, envers des patriotes comme Woressa Kassa. On comprendrait ces insultes de la part d’un quelconque quidam, mais pas sous la plume et dans la bouche d’un Monsieur Afework réputé pour ses qualités de lettré. Il semble que pour louer Ménélik II il lui faille insulter Yohannes Ier. Tout Éthiopien, aimant l’éducation et les livres écrits dans un bel amharique, devrait (néanmoins) acheter à tout prix ce livre afin de le voir.

19Que celui qui écrit ces lignes ne se vante pas de connaître l’histoire de l’Empereur Ménélik, et qu’il ne tente pas d’en écrire une, car il ne veut surtout pas ajouter de nouveaux mensonges à ceux qui ont déjà été écrits. Tout en craignant que son entreprise ne soit jugée téméraire, il veut montrer ce que Ménélik s’est appliqué à faire pour la prospérité et la grandeur de son peuple, mais aussi ce qu’il a négligé.

Partie 2

  • 10 Le 18 août 1843. (Tubiana, J., Ethioconcord. Concordance automatique des calendriers éthiopien et g (...)
  • 11 Madame, ወይዘሮ, a longtemps été un titre réservé aux épouses de la noblesse. Il fut aussi celui de di (...)
  • 12 Empereur, dont le règne sans gloire (1868-1871) est situé entre ceux de Tewodros et de Yohannes.
  • 13 ሠለጠነ. Baeteman (p. 152) en donne la définition suivante : « grandit en puissance, devint fort, adro (...)

20L’Empereur Ménélik est né le 13 nehasé 183810, de l’union de Haïlé-Melekot, roi du Choa, et de Madame11 Edgeguayehou. À partir de la fin du règne de l’Empereur Teklé-Guiorguis12, et jusqu’à ce que l’Empereur Ménélik ait atteint ses douze ans, son pays du Choa se constitua en royaume se distinguant des autres régions d’Éthiopie, parce que ses chefs y confortèrent leur autorité13.

  • 14 1854-1855.

21Mais en 184714, après la mort du roi Haïlé-Melekot, et sans qu’il y eut de grands combats, l’Empereur Tewodros ajouta le Choa à son Empire. L’Empereur Ménélik et nombre de chefs du Choa ont été alors faits prisonniers et ont été conduits au Beguemder. L’Empereur Ménélik grandit à la Cour de l’Empereur Tewodros, où il fut traité avec respect, jusqu’à ce qu’il ait atteint ses vingt ans et que, par traîtrise, il s’en retourne dans son pays. Il tenta ensuite de prendre le pouvoir après la mort de l’Empereur Tewodros ; mais, voyant que cela lui était impossible, il reconnut l’Empereur Yohannes comme son souverain.

  • 15 9 mars – 7 avril 1888 (voir, Ethioconcord). Erreur de l’auteur : Yohannes est mort le 9 mars 1889.
  • 16 Entoto fut la capitale de Ménélik avant la fondation d’Addis-Abeba. Il n’y reste que les deux églis (...)
  • 17 6 octobre 1888. (Voir, Ethioconcord). Encore une erreur de l’auteur : Ménélik a été couronné le 3 n (...)
  • 18 Par cette expression de « vie sous la tente », Guebrè-Heywèt fait référence au caractère itinérant (...)

22Après la mort de l’Empereur Yohannes au mois de megabit 188015, lors de la bataille de Metemma, on ne put trouver personne qui puisse rivaliser avec le chef du Choa. En conséquence, l’Empereur Ménélik reçut la couronne de Roi des Rois, en l’église de Notre Bonne Mère d’Entoto16, le 27 meskerem 188117. Si nous regardons ce qui s’est passé depuis le couronnement de l’Empereur Ménélik, on se rend compte que celui-ci a été un roi extrêmement chanceux. Sa bonne étoile ne l’a pas quitté jusqu’à ce qu’il tombe malade. À l’inverse des Empereurs Tewodros et Yohannes, il n’a pas passé sa vie sous la tente18. Tantôt à Entoto, tantôt à Addis-Alem et ensuite à Addis-Abeba, celui-ci a paisiblement résidé dans de beaux palais. Et le peuple d’Éthiopie s’est pacifié.

23Pourquoi ? Peut se demander le lecteur. Est-ce parce que l’Empereur Ménélik aurait édicté des lois nouvelles et utiles, ou bien est-ce, comme le pense Monsieur Afework, parce qu’il aurait révélé l’instruction au peuple ?

  • 19 L’auteur écrit bien ፀሐይቱ, Tsehaïtou, et non pas ጣይቱ, comme on dit aujourd’hui à Addis-Abeba.

24Les gens du Choa disent que c’est vrai. En ce qui concerne le Tigré, les gens racontent que c’est à cause de la jalousie qui opposait leurs chefs que ceux-ci se sont faits dominés par l’Empereur Ménélik. Quant aux gens du Semen, du Beguemder, du Lasta et du Yedjou, ils se glorifient de ce que l’Empereur Ménélik avait trouvé une très puissante alliée en épousant l’Impératrice Tsehaïtou19. Au Godjam, qui avait été dévasté par l’Empereur Yohannes, on prétexte de la bonté de Ménélik. Pour les Galla, enfin, c’est à cause de la force irrésistible de celui-ci.

25Voyons si le point de vue de chacun de ces peuples est correct. En y réfléchissant, et mis à part les Amhara et les Tigré, on comprend qu’ils aient tous raison. Il est juste que les Galla, en particulier, craignent la force de l’Empereur ; depuis Gragn, et jusqu’à Ménélik, l’Éthiopie n’a jamais connu une telle puissance et n’a jamais été aussi vaste. La puissance de notre État n’est aujourd’hui pas seulement reconnue par nous, mais aussi par les gouvernements étrangers. Mais, de même qu’il est difficile de croire qu’une maison sans fondations puisse durer longtemps, il est difficile de croire aussi qu’un État sans institutions fondamentales puisse durer de nombreuses années. Si quelqu’un en doute, qu’il prête l’oreille à ce qui suit; cela l’aidera.

  • 20 መኮንን. Chef, officier supérieur, gouverneur, personnage de haut-rang (Baeteman, p. 734). Nous l’avon (...)
  • 21 La périphérie ዳር አገር, ou pays frontière, par opposition au pays du centre, ማኽል አገር, siège de l’État (...)

26Il y a trois ans, lorsque le roi était malade, tous les chefs20 de notre pays furent convoqués à Addis-Abeba. Dans l’obligation de se rendre chez leur maître, ces chefs considèrent comme une honte de n’y aller qu’à dix ou vingt ; aussi, sans laisser aucune armée pour garder leurs provinces, ils se déplacent en masse comme s’ils partaient à la guerre après l’appel au combat. C’est pourquoi, ainsi que l’a fait remarquer un Italien, leur marche ressemble moins à une entreprise militaire qu’à l’exil d’un peuple. Les chefs de notre pays ayant donc été convoqués dans la capitale royale il y a trois ans, c’est toute la population amhara des provinces périphériques21, y compris les femmes portant les enfants sur leur dos, qui se rendit à Addis-Abeba. Voyant cela avec étonnement, les Galla racontèrent que le roi était mort, et ils tentèrent de se révolter ici et là. Mais, grâce à Dieu, ils échouèrent.

27Sans parler des gouvernements éclairés, les Galla eux-mêmes ne croient pas que l’autorité de notre gouvernement puisse durer. Si le roi meurt, ceux-ci croient que l’État meurt. Pour un peuple sans instruction, le roi et l’État, c’est la même chose. Leur roi agit comme il l’entend, et le peuple entier est son esclave. Et, comme des esclaves qui ont perdu leur maître, ils se disputent toutes les fois qu’un roi meurt en disant : « C’est moi le chef ! » Puis ils se massacrent, s’ils ne trouvent pas tout de suite quelqu’un qui s’impose comme leur chef. De plus, tout comme l’esclave ne se soumet au fils de son maître que sous la contrainte, un peuple non éclairé ne reconnaît pas le fils de son roi.

28Chez les peuples éclairés en revanche, État signifie association ; le roi n’est que le chef de leur association. Son pouvoir étant limité par les règles et les usages instaurés par l’association mise en place par le peuple, le roi ne peut donc pas faire ce qu’il veut. L’association ne meurt pas à la mort de son responsable ; de la même manière, les peuples éclairés sont indifférents à la mort de leur roi puisque celui que l’institution désigne lui succède. Comme dit le dicton : « Le roi est mort, vive le roi ! » De même, au temps des Empereurs de Gondar, on disait à la mort de l’un, et à la proclamation de l’autre : « C’est Nous qui sommes morts ; et c’est Nous qui sommes là. Restez en l’état ! »

  • 22 ሥራት. Ordonnance, règle, statut, coutume, état, ordre. (Baeteman, p. 155). Traduit ici par loi ou in (...)

29Les peuples sans instruction n’ont pas d’institutions22 ; ils n’ont pas d’autorité bien établie. Or l’assise de l’autorité, ce sont les institutions, pas le nombre des armées. Une petite ville dotée de lois fonctionne mieux qu’un grand État sans institutions. Les Galla ont raison de craindre Ménélik, et de mépriser en même temps notre État. Si celui-ci s’est fait respecter pendant 23 années entières, c’est bien grâce à la présence de Ménélik, et non pas grâce à la solidité de nos institutions.

  • 23 L’auteur ne dit pas la reine de l’essaim, mais le mâle, አውራ.

30Sachant cela, examinons la version des Tigré. Leur pays a été complètement dévasté sous le règne de Ménélik ; où qu’on y aille, on ne trouve pas un terroir prospère. On y voit davantage de ruines témoignant de son ancienne prospérité que de maisons habitée. La jeunesse du Tigré n’est plus au pays de ses pères ; tout comme un essaim d’abeilles sans reine23, elle s’est dispersée au hasard des quatre points cardinaux. La pauvreté s’est à tel point répandue dans le Tigré que celui-ci est devenu la risée des autres peuples. Alors que le reste du pays vivait en paix, le pauvre Tigré n’a connu que bandits et brigands. Quant aux chefs, ils n’ont eu de cesse de se battre entre eux. Et, croyant que c’est l’Empereur qui a dressé ceux-ci les uns contre les autres, le paysan du Tigré condamne le roi du Choa. Cette médisance a de quoi faire sourire celui qui connaît l’Empereur Ménélik. Quelqu’un ayant le caractère généreux de Ménélik suscite l’entente, et non la discorde ; il ne saurait donc faire de tort à personne. Mais ceux qui ne le connaissent pas médisent de lui en racontant qu’il est méchant. Lorsqu’un dignitaire tombe soudainement malade au Choa, et qu’il meurt, on ne dira pas par exemple que c’est Dieu qui l’a tué, mais que c’est le poison de l’Empereur Ménélik. S’il est d’un côté avantageux d’être souverain d’un peuple inculte, cela entraîne aussi beaucoup de médisance de l’autre. Que la pluie ne tombe point du ciel, ou que les récoltes ne soient point abondantes, pour ne prendre que ces exemples, et le peuple inculte dira que c’est de la faute du roi.

31Dire en conséquence que les malheurs du Tigré sont le fait de Ménélik est une erreur ; c’est en raison de la mésentente en son sein qu’il s’est en fait dégradé. On ne peut pas nuire à un grand peuple de combattants tel que le Tigré, dès lors qu’il vit dans l’entente.

  • 24 ሾመ. Investit d’une charge, d’une dignité (Baeteman, p. 301). Donne le substantif ሹም que nous avons (...)

32On doit tout de même reprocher une petite faute à l’Empereur Ménélik : c’est de ne pas avoir traité le peuple du Tigré comme son propre peuple. Lorsque les rebelles se rendaient, après avoir pris le maquis et ruiné les paysans, l’Empereur Ménélik les pardonnait, leur donnait des promotions24 et les décorait. Espérons que son successeur ne renouvellera pas cette injustice. C’est en effet à ses dépens qu’un roi se désintéresse de la prospérité comme du malheur du Tigré.

33C’est une grande perte pour l’Éthiopie qu’un grand peuple comme le Tigré disparaisse ; mais c’est un grand about s’il est en bonne santé et prospère. Le fondement de l’Éthiopie, c’est le Tigré. C’est le Tigré qui, entre tous, devrait le plus appeler de ses vœux la longévité du royaume d’Éthiopie.

  • 25 ገብረ ሥላሴ. Personnalité de la ville d’Adoua (voir : Bahru Zewde., A History of Modern Ethiopia, 1855- (...)

34À l’exception du perspicace Dedjach Guebrè-Sellassié25, il n’y a pourtant aucun dignitaire du Tigré qui l’ait compris. Comme Tedla Wahed et Aloula, le « Maître de Nega », l’ont fait avec leur bouclier, le courageux fils de Haïlé a témoigné par ces conseils, lorsqu’il était à Addis-Abeba, de ce que le peuple du Tigré souhaitait que l’État éthiopien vive longtemps; et beaucoup de gens du Tigré pensent comme lui.

35Maintenant qu’il va examiner le point de vue des gens du Choa, l’auteur sent la crainte monter en lui. Tous les modernes préfèrent l’éloge à la critique. Il ne manquera donc pas de gens pour se fâcher au Choa. Mais peut-on dire de celui qui cache la vérité, par crainte d’autrui, qu’il est un homme ? Celui qui aime le gouvernement de son pays n’est pas celui qui le sanctifie, mais celui qui lui révèle ses erreurs.

36Mais revenons à notre étude. L’Empereur Ménélik a-t-il promulgué de nouvelles lois, ainsi que le disent les gens du Choa et Monsieur Afework ? A-t-il révélé l’éducation ? Non, ce n’est pas vrai. Si cela l’était l’Empereur n’aurait pas aussi longtemps vécu en paix. Comme dit le haleqa Tewoldé Medhin, du Tigré : « Une bougie n’éclaire qu’en se consumant ! » Si nous observons l’histoire du monde, nous constatons qu’il n’y a pas de souverain qui, ayant créé de nouvelles institutions, n’ait eu toute sa vie des ennuis parce que le peuple l’aura considéré comme son pire ennemi; et ce n’est que bien des années après sa mort que sa bonté aura été reconnue. Lorsque nous regardons la descendance d’Adam, nous ne voyons aucun peuple qui ait aimé la nouveauté; tous s’en tiennent aux traditions de leurs pères. Le peuple éthiopien, par exemple, ne serait pas resté passif si l’on avait changé les traditions de ses pères ; il se serait au contraire agité comme un essaim d’abeilles enfumé.

37Malheur au roi qui se met en tête de changer les traditions d’ignorance qui sont dans notre sang. Il se fait un nom après la mort ; mais, de son vivant, il n’en tire aucun bénéfice. Voilà ce dont témoigne l’histoire de l’Empereur Tewodros.

38Par la force de son épée, ce roi du pays de Qouara réussit à rassembler les différents royaumes qui étaient dispersés. L’Empereur Tewodros décréta sa domination sur le pays et, afin de libérer le peuple du joug du Clergé et de la Noblesse, il lutta pour introduire l’enseignement. Quel avantage, cher lecteur, pensez-vous qu’il ait tiré de cet effort ? Sous l’influence du Clergé et de la Noblesse, le peuple tout entier se leva contre lui et le rendit fou. Plus tard, il trahit l’Empereur Tewodros qui se suicida.

39Comme les enfants, les peuples ignorants n’aiment pas leurs bienfaiteurs. Pourtant, même si elles n’ont pas été réalisées, les idées de l’Empereur Tewodros ne sont pas mortes. Bien que le « Maître de Tateq » n’ait pas été heureux de son vivant, il est mort en laissant un nom inoubliable. Il est vrai que l’autorité du Clergé ne s’est pas relâchée depuis, et qu’aucun contrôle strict n’a encore été établi sur les chefs qui considèrent, jusqu’à présent, les pays qu’ils administrent comme des biens qu’ils auraient acquis avec leur propre argent. Ils agissent comme bon leur semble avec le tribut qu’ils collectent sur ces terres. Quant à leurs serviteurs et chefs subalternes, ils ne se reconnaissent d’autres maîtres qu’eux ; c’est à la largesse de leur maître qu’ils doivent tout. Les chefs d’aujourd’hui ne sont pourtant plus tout à fait comme les anciens ; ils ont commencé à se rendre relativement compte de ce qu’il y avait un État au-dessus d’eux ; et il est certain qu’ils s’en rendront compte davantage à l’avenir. La pensée de Tewodros n’est donc pas morte; au contraire, elle revit davantage de jour en jour.

40Le roi du Choa s’est à l’inverse contenté de transmettre à son peuple les traditions de ses pères ; il n’a pas essayé de leur faire accepter quoi que ce soit de neuf. Il n’a pas brandi l’épée de la vengeance pour mater les rebelles ; au contraire, par ses largesses, il les a attirés au Palais et il en a fait des courtisans. Il les a ensuite maigrement nourris sur le tribut que les dignitaires ramenaient de leurs possessions. La tête enturbannée ou recouverte d’un chapeau, ou bien encore un chapelet à la main, aucun de ceux qui allaient mendier au Palais ne revenaient les mains vides. Voilà pourquoi, les petits comme les grands se sont mis à dire, et continuent de dire : « Ah, Ménélik ! Ménélik ! Le bon Ménélik ! »

41Il n’est pas faux de dire, comme le font les gens du Godjam, que l’Empereur Ménélik a gouverné grâce à sa bonté ; il est même bien qu’on l’en remercie. Mais cela ne veut pas dire qu’il ait révélé les bienfaits de l’enseignement.

  • 26 Il s’agit du dogme concernant la nature du Christ – Dieu et Homme – qui distingue les Églises monop (...)
  • 27 ፈረንጅ. Franc, blanc, européen (Baeteman, p. 1225).
  • 28 Pour ces deux personnages, voir, Bahru Zewde, p. 104-106.

42N’y-a-t-il pas eu, récemment, un Habecha subtil qui, dans la province de Harar, a été arrêté sur ordre du juge pour avoir enseigné que la terre tournait autour du soleil ? Aujourd’hui, 1900 ans après la naissance du Christ, et alors que nous entrons dans le xxe siècle, n’a-t-on pas vu un homme lapidé sur le marché d’Addis-Abeba pour avoir critiqué le dogme de l’Unicité du Christ26 ? Quant à nos frères qui se sont exilés dans les pays lointains ou qui, restés au pays, ont acquis quelques connaissances des Farendj27 venus chez nous, n’ont-ils pas été réduits à la famine, traînés en justice et accusés d’être protestants, catholiques ou espions des puissances étrangères ? Comment compter tous ces malheureux ? Mais il y en a au moins deux dont il faut absolument parler : ce sont le kantiba Gebrou et le haleka Tayé28. Au cours des trois années que j’ai passées à Addis-Abeba, je n’ai vu personne aimer notre royaume comme ceux-là ; il ne semble pourtant pas qu’on leur ait été reconnaissant de cette bonté. Il est désolant de constater ainsi que le gouvernement éthiopien n’est d’aucun soutien pour ses amis.

43Au Japon, non seulement le gouvernement ne chasse pas celui qui vient le servir après avoir fait ses études, mais il aide financièrement celui qu’il trouve prêt à partir étudier en Europe. Quant à l’Européen venu y ouvrir une école, non seulement on ne l’en empêche pas, mais on l’attire par des contrats. Les yeux du peuple japonais se sont ainsi ouverts; le Japon s’est enrichi, il est devenu puissant et il est respecté. L’Asie et la Chine commencent à suivre avec persévérance le chemin du Japon.

44L’Empereur Ménélik aurait dû faire la même chose ; mais il ne l’a pas fait. Alors, toi, peuple du Choa, où est donc cet enseignement révélé par Ménélik ?

  • 29 Il s’agit pour l’essentiel de l’école Ménélik II dont les professeurs étaient des Égyptiens de l’Ég (...)

45À part les deux écoles où enseignent des Égyptiens29 qui auraient d’ailleurs eux-mêmes besoin d’apprendre, montrez-moi un peu une autre école valable ! Montrez-moi donc les nouvelles lois ! Et, toi, peuple du Choa, pourquoi ne dis-tu rien ? Est-ce que tu t’avoues aussi facilement vaincu ? Tu as raison de dire que Ménélik a souhaité que son peuple s’instruise ; et tout le monde admettra que l’Empereur n’a pas été de ceux qui pensent ou disent. « Qu’importe ce qui arrivera après moi ! » Il n’y a aucun doute qu’il s’est préoccupé du bien-être et de la puissance de son peuple et, au moment où il tomba malade, il entreprit beaucoup de choses qu’il avait l’intention de mener à terme. Tout est pourtant resté à l’état de projet.

  • 30 Pour ce personnage, voir, Bahru Zewde, p. 126 et 239.

46Quand viendra donc ton jour de chance, pauvre Éthiopie ? Alors que l’Empereur Ménélik avait longtemps vécu en bonne santé, c’est au moment de tomber malade qu’il a courageusement commencé à faire quelque chose pour toi. N’est-elle pas étonnante, cette manière de faire de l’Empereur Ménélik ? Rester vingt ans sans rien faire, et sans se dire qu’il pouvait soudainement tomber malade, ou mourir. Il est difficile de croire qu’un homme tel que l’Empereur Ménélik ait été aussi aveugle. Et la vérité n’est d’ailleurs pas là : l’Empereur Ménélik ne comprenait en fait absolument rien aux choses de l’Europe. Il ne voyait pas que son peuple allait disparaître à moins d’embrasser la civilisation européenne, et on ne peut pas l’en blâmer ; car qui donc le lui apprit et qui donc le lui expliqua ? Il était d’un côté entouré d’un peuple n’aimant pas l’éducation et, de l’autre, il a été trompé par les Farendj en qui il avait eu confiance. C’est pour cette raison qu’il craignit de faire venir des Européens comme conseillers. Lorsqu’il y eut davantage de Farendj par la suite, l’Empereur put faire la différence entre les bons et les mauvais, et ses dignitaires, notamment les neggadras Haïlé Guiorguis et Haïle Yigezou30, se sont informés des institutions européennes et ont utilement conseillé le gouvernement de leur maître. L’Empereur comprit avec le temps, et il se décida courageusement à entreprendre beaucoup de choses. Une maladie soudaine lui fit néanmoins perdre son énergie et, dans tous les foyers, les pauvres gens qui avaient vu ses efforts pleurèrent et pleurent encore. Oh, Peuple d’Éthiopie qui a tant pleuré pour cela, qu’aurais-tu donc fait si tu avais vu se réaliser ce que Ménélik avait souhaité pour toi ?

47Posons encore une question. Même si l’Empereur Ménélik est tombé malade, pourquoi ses idées n’ont-elles pas été réalisées ? Et y-a-t-il eu personne pour les réaliser ? Non ! Non seulement parce que les chefs en étaient incapables, mais parce qu’il leur était indifférent que ce qui avait déjà été mis en place s’effondre. Venant de leur ignorance, leur paresse n’est pas étonnante.

48L’homme inculte est incapable de penser à l’intérêt de son pays plutôt qu’au sien ; et c’est pour cela qu’il se vend. Lorsqu’il est mécontent, il prend le maquis. Et, plutôt que de s’abaisser à partager les difficiles tâches nécessaires à la prospérité du pays, il croit qu’après avoir massacré beaucoup de gens et dévasté le pays, il peut se faire un nom en se faisant tuer ou en étant fait prisonnier. On comprend donc bien l’indifférence des chefs.

49Le comportement de l’Impératrice est en revanche tout à fait incompréhensible. Personne ne doute que cette femme respectable ait aimé son pays et son peuple ; qui peut dire aussi qu’elle n’a pas beaucoup fait pour le gouvernement de l’Éthiopie ? C’est grâce aux efforts de Tsehaïtou Betoul, comme disent les gens du Semen et du Beguemder, que notre pays a été pacifié sous le règne de Ménélik. Mais, même si cela est vrai, et quelles que soient les prétentions des gens du Semen et du Beguemder, il y a d’autre raisons. Nos frères du Choa voulant la guerre, et les Éthiopiens du nord voulant se défendre, notre pays n’aurait jamais connu la paix si l’Impératrice n’avait pas tenu la Cour. Les noms de Gondaré et de Tigré sont depuis les temps anciens synonymes de méchants pour les gens du Choa. Si l’Impératrice n’avait pas été un bouclier pour ces Éthiopiens du nord, et si elle ne les avait pas protégés, les gens du Choa n’auraient pas détesté les réduire en esclavage.

50Il est vrai que toutes les fonctions importantes, dont celle de ministre, ont jusqu’à maintenant été entre les mains des gens du Choa. Quant à ceux qui sont originaires du Tigré, du Semen, du Beguemder, du Lasta et du Godjam, ils sont tous exclus des grands conseils de l’État, comme s’ils étaient des étrangers. Mais, faute d’éducation, ces gens du nord n’ont pas pris conscience de cette humiliation ; comme ils n’étaient pas abaissés par ailleurs, ils se sont totalement soumis.

51Les services de l’Impératrice Tsehaïtou ne s’arrêtent pas là ; mais comment les énumérer tous ? Tant que le peuple d’Éthiopie demeure sur cette terre, le nom de Tsehaïtou Betoul ne sera pas oublié.

  • 31 ልጅ. Enfant. Est aussi le titre d’un héritier de la noblesse.
  • 32 Voir, Guèbrè-Sellassié, Chronique du règne de Ménélik II, Roi des Rois d’Éthiopie, Paris, Maisonneu (...)

52Pourtant, les erreurs qu’elle a ensuite commises sont désolantes ; comme de s’être par exemple opposée à la décision de l’Empereur Ménélik de désigner comme successeur le gouverneur du Wollo, l’Infant31 Iyassou Mikael, né de sa fille, Madame Choaregga. C’est pour cette raison que de nombreux dignitaires conseillés par le médecin allemand Steinkuhler32 et son conseiller, ainsi que, plus tard, par dedjatch Guebrè-Sellassié et Neggadras Haïlou se sont opposés à elle, et lui ont interdit de se mêler des affaires de l’État ; mais, à l’exception de son dedjatch Amdé Siyazou, il n’y eut pas d’effusion de sang dans toute cette affaire. Il y a de quoi être satisfait, tant nos ennemis souhaitaient voir couler beaucoup de sang en Éthiopie, au moment où l’Empereur Ménélik déclinait. Les espoirs des ennemis de notre pays se seraient réalisés de peu en vérité, s’il n’y avait pas eu la mésentente des dignitaires du Choa ; mais, par sa grâce habituelle qui nous a servi de bouclier, Dieu a sauvé notre pays.

Partie 3

53Notre histoire d’Éthiopie est vraiment affligeante. Voilà des siècles que nous n’avons jamais connu la paix totale. Notre pays a toujours été entouré par des ennemis, et il l’est encore; grâce à Dieu, pourtant, nous n’avons pas encore été humiliés par un ennemi extérieur. L’histoire montre que l’on n’est pas menacé lorsqu’on est uni. Si nous avions vécu dans l’entente et l’amitié pendant tout ce temps-là, nous aurions sans doute pu accomplir de grandes choses puisque Dieu nous a accordé de nombreux dons: un esprit capable d’apprendre rapidement, un tempérament guerrier, un pays très beau et très riche. Alors que les autres peuples progressaient grâce à leurs connaissances et à leur savoir-faire, nous restions tellement en arrière, du fait de notre mésentente, que l’on nous considère comme des barbares. Notre passé et notre présent sont véritablement attristants: alors que la paix se répand dans le monde entier, et que celui-ci est éclairé par la connaissance, nous vivons, nous, dans l’obscurité, et nous n’arrêtons pas de nous soupçonner les uns les autres. Alors que les autres peuples, unis par l’amitié, peinent ensemble pour leur développement, nous n’avons pas encore compris que nous étions frères du même sang. Nous croyons encore aujourd’hui que de s’entretuer est un signe de bravoure. Nous n’avons ainsi rien fait, alors que nous avions reçu ces dons de Dieu.

  • 33 ደብተራ. Savant, clerc, docteur, lettré, érudit surtout en grammaire, en guez, en chant ecclésiastique (...)
  • 34 ቡዳ. Esprit malfaisant, personnifié et comme incarné dans les ouvriers en métaux (Baeteman, p. 445). (...)

54Les autres puissances nous considèrent en conséquence comme des paresseux et elles nous méprisent. Nous n’avons pas encore compris que l’homme est respecté pour son travail et pour son intelligence; nous rabaissons celui qui sait écrire en le traitant de devin ou de debtera33 ; quant à celui qui sait travailler de ses mains, nous le rabaissons en le traitant de bouda, de faki ou de chamané34. Notre État montre davantage de respect pour l’ignorant que pour celui qui connaît un métier. Le pays ne se relèvera jamais, si l’on ne décrète pas au plus tôt qu’il est interdit de promouvoir des analphabètes.

55C’est jusqu’à maintenant une honte de vivre chez nous à la sueur de son front ; c’est indigne d’un gentilhomme. La seule gloire que l’on connaisse est celle du soldat qui, portant un vieux fusil, passe ses jours à suivre son chef comme un chien. Tout le monde se dit soldat chez nous : le boiteux, l’aveugle, le lépreux, le vieillard s’aidant d’une canne, le petit morveux. Il y a même des femmes soldats chez nous. Beaucoup de ceux que l’on appelle soldats passent leur temps à se bousculer sur la place publique, et à se nourrir sur le dos des pauvres paysans. Dans les pays éclairés, l’institution militaire sert à protéger les paysans des exactions ; mais chez nous, il serait plus exact de dire que le mot de soldat est synonyme d’ennemi mortel du paysan. C’est la raison pour laquelle notre belle terre, ne trouvant plus personne pour être cultivée, s’est dégradée et que nous nous sommes appauvris. Il y a pourtant beaucoup de gens, parmi ceux qui restent sans rien faire sur la place publique, qui aimeraient mieux vivre de leurs labours s’ils ne craignaient point que des dettes ne leur tombent dessus. Dans notre pays, celui qui veut vivre du labour de sa terre doit affronter beaucoup de difficultés : avant même qu’il ait déposé son araire sur son champ, un chef vient lui dire: « Paie le tribut ! » puis, lorsqu’il s’en retourne chez lui, fatigué, il trouve des soldats brutalisant sa femme et lui disant : « Fais nous à manger ! »

  • 35 L’auteur écrit que les soldats ne viennent plus faire antichambre.

56Chaque fois que son chef le lui demande, le paysan abandonne ses propres affaires pour aller travailler à la construction de sa maison comme un esclave, et sans être payé. Comme il ne sait jamais quelles sont ses dettes, les soucis ne le quittent pas. Parmi les peuples éclairés, celui qui commence à cultiver la terre est exempté d’impôt pendant deux ou trois ans, jusqu’à ce qu’il soit bien installé. L’impôt qu’il paie ensuite tous les ans est déterminé par la loi, et il ne lui pèse donc pas. Ainsi, les soldats et les chefs ne viennent plus l’importuner35. Mis à part cet impôt dû au gouvernement, le paysan conserve donc ce qu’il a gagné de ses propres efforts, et il travaille en conséquence avec ardeur. Et quiconque travaille avec ardeur, sans être ensuite volé, s’enrichit. Un État est puissant si le peuple est riche; il est faible si le peuple est pauvre.

  • 36 Le même mot መሣሪያ (Baeteman, p. 156) a les deux sens d’outils et d’armes.

57Nous autres, nous traînons parce que nous n’avons point de lois. Personne ne s’intéresse aux richesses de notre sous-sol; voilà pourquoi nous sommes pauvres. Alors que notre terre serait bonne pour la production de coton, ou pour l’élevage des moutons, nous nous habillons de tissus importés de mauvaise qualité parce que nous ne la travaillons pas. Alors que notre terre contient du fer et du charbon, nous importons toutes nos armes et tous nos outils36. Au reste, comme l’a dit un Tigré perspicace : « Nous ne sommes même pas capables de fabriquer une aiguille ! »

  • 37 La citation exacte de la bible en amharique (Genèse, III, 17-20) est la suivant : ወደ መጣህበት መሬት እስክት (...)

58Nous avons faim et nous sommes pauvres, alors que nous sommes maîtres d’une terre riche ; c’est le résultat de notre paresse. « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton font jusqu’à ce que tu retournes à la terre » (Genèse, 3 ;19)37. Dieu créa la terre pour le bien de ceux qui travaillent et qui sont ingénieux ; pas pour les paresseux. Voilà pourquoi, à la longue, les peuples laborieux et éduqués dominent pour toujours les peuples faibles.

59Quand te réveilleras-tu, peuple d’Éthiopie ? Quand ouvriras-tu les yeux sur le monde ?

  • 38 L’auteur fait allusion au costume d’apparat de rigueur au Palais.

60Comme on l’a dit précédemment, Dieu a sauvé notre pays l’an passé. Il faut savoir qu’il n’est pas suffisant de se dire un peuple doté d’un État pour se faire respecter. De même qu’on n’appellera point dignitaire celui qui ne porte pas la cape et la chemise38, de même un peuple ne peut pas prétendre avoir un gouvernement si celui-ci n’est point véritablement éclairé.

  • 39 L’auteur utilise le verbe ገዛ, qui a le double sens de dominer (ou même de conquérir) et de gouverne (...)
  • 40 L’auteur utilise le nom de ደርቡሽ, faisant sans doute référence aux Mahdistes.

61Si l’on observe les pays qui nous entourent, on constate que les peuples éclairés font beaucoup d’efforts pour les mettre en valeur. Depuis qu’un peuple aussi éclairé que le peuple anglais domine et gouverne39 ainsi le Soudan qui avait été dévasté par les Derviches40, on constate que cette terre pourtant désertique est devenue un paradis. Grâce à la force de son intelligence, le colonisateur vient à bout de tous les obstacles dans les pays qui nous entourent ; au point même de manquer d’espace. Il n’y a aucun autre moyen de combattre l’intelligence que l’intelligence elle-même. Malheur donc au peuple qui reste dans son ignorance, parce qu’il sera à la longue écrasé. Il y a longtemps que nous autres, Éthiopiens, nous connaissons les Farendj ; mais nous n’avons jusqu’ici rien appris. De là le danger pour notre pays de disparaître.

62Lorsqu’on dit cela à un Éthiopien, voilà ce qu’il répond : « Dieu n’abandonnera pas notre pays aux mains des étrangers ». Disant cela, les dignitaires de notre pays restent sans rien faire. Il est vrai qu’à plusieurs reprises Dieu a empêché notre pays de perdre sa liberté. Mais nous n’avons pas été dignes de cette mansuétude. Prenons garde, en conséquence, de ne pas être à la longue condamnés, et faisons des efforts. Il y a dix choses à faire rapidement afin que notre pays se relève.

  • 41 L’auteur utilise le titre de ምስለኔ, « image de moi », représentant, lieutenant, remplaçant, chargé d (...)

63Il faut, premièrement, des règles distinguant l’argent de l’État de l’argent du roi; que les chefs soient salariés et que les impôts, collectés dans le pays, aillent directement à l’État; que tous les soldats soient soldats du roi ; que l’on distingue dans tout le pays les représentants du roi41 des chefs militaires, les premiers étant en charge des paysans et les seconds des soldats.

  • 42 Il s’agit des grands festins donnés par le roi à ses sujets et réunissant parfois plusieurs millier (...)

64Voilà ce que nous entendons par l’argent de l’État et l’argent du roi. Celui du roi, c’est celui dont il a besoin pour sa Maison et pour ses festins42. Quant à celui de l’État, il est pour la paie des soldats, la construction des routes et des écoles, l’achat des armes, et pour les autres affaires du même ordre.

65Il faut, deuxièmement, que l’impôt payé par le peuple à l’État soit déterminé selon la richesse de chacun. Il faut recenser la population ; il faut chaque année enregistrer les naissances, les décès, les mariages et les divorces.

  • 43 ግብር. (Baeteman, p. 986) Tribut, impôt, contribution.
  • 44 ብር. L’argent et, par extension, la monnaie (Baeteman, p. 459).
  • 45 L’auteur écrit ፍሪያዳም qui prête à confusion. S’agit-il du bétail, mais ce devrait être ፍሪዳ ? Ou alor (...)

66Que l’impôt43 soit troisièmement payé en birr44, pas en céréales, en miel ou autres denrées45 ; que les travaux de l’État soient assurés par des salariés et non pas par les paysans. Il ne faut pas que le montant de l’impôt soit le même dans tout le pays, mais qu’il dépende de la richesse de chaque région. Au Beguemder, au Semen, au Lasta, au Godjam, au Yedjou et au Wollo par exemple, on gagne peu ; on ne peut donc pas les imposer comme les riches Choa et Tigré.

67Quatrièmement, on n’a pas encore fait de grammaire de la langue amharique. Il faut donc que le gouvernement rassemble les lettrés de tout le pays qui connaissent la grammaire afin d’en écrire une et de la publier. Comme en Europe, il faut ouvrir des écoles dans toutes les capitales régionales afin d’y enseigner le syllabaire habecha et la langue amharique. Mais, à Addis-Abeba, Harar, Gondar et Axoum, que l’on mette donc en place des écoles principales obéissant aux règles suivantes:

68Que l’on nomme dans chaque école quatre enseignants européens et cinq éthiopiens.

  • 46 ፍትሐ ነገሥት. Code ecclésiastique et civil de l’Éthiopie (Baeteman, p. 1257). L’auteur prend ce terme a (...)
  • 47 Nouvelle erreur de l’auteur qui oublie le quatrième professeur.

69Que le travail des Européens soit ainsi réparti : un premier professeur pour le calcul, un second pour l’histoire universelle et la géographie, un troisième pour l’anglais et un quatrième pour le français. Il est néanmoins préférable de nommer à Axoum un professeur d’italien plutôt que d’anglais. Les tâches des professeurs habecha doivent être les suivantes : enseigner la Bible pour le premier, la maîtrise de l’amharique pour le deuxième, l’histoire de notre pays pour le troisième, le Fetha Negast46 pour le cinquième47.

70Il faut donc 16 enseignants européens et 20 enseignants habecha pour ces quatre écoles principales. On peut trouver un bon professeur européen pour 2 000 birr par an ; mais il suffit de 300 birr par an pour un Habecha. Le salaire des professeurs serait donc de 38 000 birr par an. 132 000 birr étant suffisants pour les activités des autres écoles, cela fait une dépense totale de 170 000 birr par an seulement.

  • 48 ሠራተኛ. Travailleur au sens général, que nous avons pris dans le sens de travailleur compte tenu du c (...)

71Les enfants n’ayant pas appris le syllabaire ne rentreront pas dans les écoles principales. Mais que le gouvernement ordonne aux gouverneurs de chaque province de s’occuper des écoles où l’on apprend à lire. Notre pays se développerait rapidement si ses habitants faisaient l’effort d’apprendre à lire. Il est extrêmement facile d’apprendre le syllabaire ; un fils du Wollo, habitant au Soudan et ayant vécu dans l’ignorance jusqu’à l’âge de 35 ans sait maintenant lire et écrire l’amharique et l’arabe. Notre pays aurait avantage à ce que beaucoup de nos compatriotes suivent l’exemple de cet astucieux Wolliyé. Il serait bon que l’on fasse aussi venir des travailleurs manuels48 européens, et que l’on crée des écoles techniques à Addis-Abeba, Gondar et Axoum. Il serait sans importance que le gouvernement dépense beaucoup d’argent pour ces écoles puisqu’il pourrait y faire exécuter ses travaux. Une intéressante école de ce type a été créée à Khartoum; que notre gouvernement y envoie un observateur.

  • 49 ሥራት. Voir note 22.

72Cinquièmement, notre Fetha Negast n’est pas adapté à notre mode de vie urbain. Que notre gouvernement rassemble en conséquence les hommes de loi afin de rédiger des lois49 en harmonie avec les règles européennes. Un conseiller connaissant les lois européennes est pour cela nécessaire. Un gouvernement sans lois écrites a peu d’avenir.

  • 50 Idem.

73Sixièmement, l’armée de notre pays n’a pas de discipline50 ; il serait donc bon de faire venir des gradés européens pour la lui apprendre. Qu’on fasse aussi venir des professeurs européens, et qu’on ouvre une école militaire à Addis-Abeba. On a créé à Khartoum une bonne école militaire qui conviendrait à notre pays ; que notre gouvernement y envoie un observateur. Que le nombre des soldats soit limité : une armée trop nombreuse appauvrit davantage l’État qu’elle ne l’enrichit.

74Septièmement, la monnaie de notre gouvernement actuel n’a pas de valeur. Elle n’est ni garantie, ni unique. Dans une province on utilise le sel, dans l’autre les balles de fusil. Le commerce ne pourra pas prospérer tant que le gouvernement n’aura pas mis en place un système monétaire unique pour tout le pays.

  • 51 L’auteur utilise le mot de በር, porte.
  • 52 ጉቦ. Cadeau fait pour corrompre ou pour intéresser quelqu’un à une affaire (Baeteman, p. 1028).

75Huitièmement, notre pays ne prospèrera pas tant qu’il n’y aura pas des règles pour le commerce. Il y a beaucoup trop de péages51 et de douaniers. Voici trois ans, ayant appris que le prix des chameaux avait monté à Metemma, un courageux commerçant de Gondar était descendu à Teltal pour en acheter. Voici ce qu’il m’a raconté, à son retour, des difficultés qu’il avait rencontrées : « Entre Teltal et Metemma, j’ai payé des droits à plus de cinq péages. À chaque péage, les douaniers m’interdisaient de passer à moins que je ne leur verse des “pots de vin52”. Ensuite, lorsque je suis arrivé à Metemma, la vente de mes chameaux ne m’a pas assez rapporté pour me payer de tous mes ennuis. Je ne recommencerai plus une telle opération ».

76Cet homme a raison. S’il ne fait plus le commerce des chameaux, il n’est pas le seul à y perdre ; le gouvernement y perd aussi, et plus encore que lui. Si le commerce était réglementé, et beaucoup de chameaux vendus, notre État gagnerait plus d’argent. Grâce à leurs revenus, les commerçants enrichiraient aussi le pays en achetant des bœufs et des vaches, ou en se consacrant à d’autres activités. Quel peut donc être le profit de notre État si les chameaux broutent l’herbe de Teltal jusqu’à leur mort ?

  • 53 ሀማሴን. L’auteur fait allusion à la législation italienne en Érythrée, dont le Hamassien faisait part (...)

77Imprimer trop de billets est préjudiciable à l’État. Pourquoi ne pas envoyer un observateur étudier les lois du Soudan et du Hamassien53 ?

78Il faut, neuvièmement, nommer des contrôleurs voyageant dans tout le pays afin que les habitants prennent conscience qu’ils dépendent tous d’un même gouvernement. Que ces contrôleurs soient placés sous la tutelle administrative du Ministre de l’Intérieur.

  • 54 ተዋህዶ. C’est-à-dire de l’Unicité du Christ (voir note 26).

79Qu’on déclare, dixièmement, la liberté religieuse. Etant au fait que beaucoup de gens ignorent les avantages de la liberté religieuse, nous observons la chose suivante : nous croyons, dans notre pays, que notre religion Tewahedo54 est supérieure à toutes les autres. Mais à quoi sert cette supériorité ; et qui est-ce qui la reconnaît ? Sachant que notre gouvernement est leur défenseur, et qu’il n’autorise pas l’introduction d’autres religions, nos prêtres ne se préoccupent pas d’expliquer leur religion au peuple. Non seulement celui-ci ne sait pas en quoi consiste la religion Tewahedo, mais il ne connaît même pas les Évangiles qui sont le fondement du christianisme. Le peuple reste en conséquence ignorant, et il le restera jusqu’à ce que l’on ait proclamé la liberté religieuse.

80Voici un exemple de tout cela, pris dans la province du Hamassien. Sans parler des gens incultes, il y avait autrefois, là-bas, beaucoup de prêtres ignorant leur religion. Pourtant, après l’arrivée des protestants et des catholiques, les petits comme les grands se mirent tous à débattre des Évangiles qu’ils avaient appris. Et les prêtres, confrontés à une trop forte compétition, commencèrent à enseigner.

81La religion sera mieux connue et ne disparaîtra pas si l’on rend sa pratique libre. Il existe de plus chez nous une attitude obscurantiste : celle de considérer comme mauvais celui qui ne suit pas la religion Tewahedo. Que des peuples ignorant la Parole de Dieu se veulent ainsi ses défenseurs a de quoi faire sourire.

82La foi est une affaire de cœur ; c’est donc l’affaire du maître des cieux, pas celle du maître de la terre. Il ne serait pas mauvais d’appliquer à notre pays cette parole des Évangiles : « Rendez à César ce qui appartient à César ; et à Dieu ce qui appartient à Dieu ! »

83Ménélik avait peut-être pensé à tout cela; mais il ne l’a pas fait. Espérons que le respectable prince héritier, l’Infant Iyassou, le fera. Il faut que celui-ci sache qu’il a de grandes responsabilités à assumer. Les devoirs du roi d’Éthiopie ne sont pas les mêmes aujourd’hui qu’hier.

84L’ignorance a autrefois régné sur le monde ; mais elle a aujourd’hui un adversaire qui est l’Europe éclairée. Si l’on ouvre la porte à celle-ci, on y gagne ; si on la lui ferme, on disparaît. Aucun ennemi n’osera agresser l’Éthiopie si elle s’ouvre à l’Europe ; mais si elle se ferme, elle s’effondrera et sera asservie. Nous espérons donc que le respectable prince héritier de l’Empereur Ménélik saura faire étudier la manière dont a opéré le gouvernement japonais, et qu’il suivra le même chemin.

  • 55 ዳግማዊ እያሱ. Empereur de 1730 à 1755.
  • 56 ርስት. Héritage, propriété patrimoniale (Baeteman, p. 751). A pris le sens général de propriété.

85Comme disent les gens du Beguemder, c’est sous le règne de Iyassou le second55 que le système du rest56 fut établi ; nous souhaitons donc beaucoup que la terre d’Éthiopie reste pour toujours aux Éthiopiens grâce aux efforts de l’Infant Iyassou.

Notes

1 L’auteur de cette note anonyme en tigrigna fait en l’occurrence référence à deux vignettes, représentant l’Impératrice et l’Empereur, placées au-dessus des deux citations de Afework Guebrè-Yessous les concernant. Ces vignettes sont en effet placées au début du livre ብርሃን ይኹን alors que le texte de Guebrè-Heywèt qui aurait dû les suivre est placé à la fin du volume.

2 Le terme መንግሥት, utilisé par l’auteur couvre tout un ensemble de concepts qu’il nous faut distinguer selon les contextes. Ce substantif, dérivé de la racine ነገሠ, il a été fait roi, il a régné, il a gouverné, est en effet utilisé en amharique pour traduire nos concepts de royaume, gouvernement, état, régime, règne (voir, Kane, T.L., Amharic-English Dictionary, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 1990, vol I, p. 1066, et Baeteman, J., Dictionnaire amarigna-français, suivi d’un vocabulaire français-amarigna, Dire-Daoua, Imprimerie Saint-Lazare, 1929, p. 519) De là l’ambigüité de cet essai politique que j’ai soulignée dans l’introduction. Nous retrouvons le même problème avec les concepts de ገበር፡ መሳሪያ፡ ሥራት፡ ሹም፡ መኮንን ou ሠለጠነ (voir notes 50, 44, 24, 21, 13).

3 ናዝራዊ. Nazaréens. Le terme désigne en l’occurrence les chrétiens d’Occident par opposition à ceux d’Orient. Baeteman (p .539) donne aussi la définition d’abstème : qui, par répugnance naturelle, ne peut communier au vin. Donc, pas extension les musulmans. Kane, p. 1023, ne donne que le nom arabe de ነሳራ pour les Nazaréens.

4 ውዳሴ. Glorification, de Dieu par exemple. (Kane, p. 1565, et Baeteman, p. 781.) Peut avoir aussi péjorativement le sens de flatterie que lui donne Deredje Woldé-Medhin dans sa thèse, p. 24 (note 3 de notre introduction).

5 ፈላሻ. Le terme de Falacha, qui désigne les Éthiopiens judaïsés, est ici employé de manière anachronique pour désigner les juifs proprement dits, appelés en Éthiopie አይሁዳ. (Baeteman, p. 251 du lexique). Voir l’essai de Abbink, J, qui fait le point sur cette question : Mytho-légendes et histoire : l’énigme de l’ethnogenèse des Beta Esra’el, Bruxelles, Centre d’Étude et de Documentation Africaine. 1991.

6 Cette expression de maître de Tateq, (comme la suivante concernant Ménélik, maître de Dagnaw) renvoie au nom du cheval préféré des deux empereurs et par lequel ils se faisaient appeler. Voir, ቼ፡ በለው፡ ከብላቴን ጌታ ማሓተመ ሥላሴ ወልደ መስቀል፡ አዲስ አበባ. 1961, qui donne une liste de ces noms en usage dans l’aristocratie éthiopienne jusqu’au début du siècle.

7 Il s’agit de l’Empereur Yohannes qui avait le même prénom que Tewodros avant son couronnement. Voir, Taddese Beyene, Richard Pankhurst et Shiferaw Bekele, eds., Kasa and Kasa. Papers on the lives, times and images of Téwodros II and Yohannes IV (1855-1889), Addis-Abeba, Institute of Ethiopian Studies, 1990.

8 ሐበሻ. Habesha, dont nous avons fait Abyssin est, comme en témoigne ce bref essai, le nom qu’aiment encore utiliser au début du siècle les Éthiopiens pour désigner leurs compatriotes. Il est remarquable que si Guebrè-Heywèt utilise le nom d’Éthiopie pour désigner le royaume, il emploie exclusivement celui de Habesha pour ses habitants. Voir mon introduction à propos de cette distinction entre l’entité politique éthiopienne et la communauté culturelle des Habesha (dont bon nombre sont érythréens à l’époque où écrit Guebrè-Heywèt)

9 Explication de Jésus. Il s’agit de la version éthiopienne d’un texte prophétique annonçant la venue d’un restaurateur du royaume qui s’appellera Tewodros. La même tradition existait dans la Rome antique. Voir, Basset, R., Fëkkâré Iyasous (Explication de Jésus). Les Apocryphes Éthiopiens XI, Milan, Arché, 1980.

10 Le 18 août 1843. (Tubiana, J., Ethioconcord. Concordance automatique des calendriers éthiopien et grégorien, Rotterdam, 1988.)

11 Madame, ወይዘሮ, a longtemps été un titre réservé aux épouses de la noblesse. Il fut aussi celui de dignitaires du palais (Kane, p. 1560-1561). Désigne aujourd’hui toute femme mariée.

12 Empereur, dont le règne sans gloire (1868-1871) est situé entre ceux de Tewodros et de Yohannes.

13 ሠለጠነ. Baeteman (p. 152) en donne la définition suivante : « grandit en puissance, devint fort, adroit, maître en son art, sut vite apprendre, faire, etc. » C’est dans ce sens que nous avons traduit cette phrase concernant les chefs du Choa. Notons néanmoins que ce verbe donne ainsi deux substantifs, ሥልጣን & ሥልጣኔ, pour le pouvoir, l’autorité mais aussi l’urbanité, comme l’écrivait Baeteman en 1929, et que, aujourd’hui, ሠለጠነ est pris dans le sens de civiliser. On voit bien alors l’origine de ce concept qui émane des idées d’ordre, d’adresse ou de puissance plutôt que de celle de culture.

14 1854-1855.

15 9 mars – 7 avril 1888 (voir, Ethioconcord). Erreur de l’auteur : Yohannes est mort le 9 mars 1889.

16 Entoto fut la capitale de Ménélik avant la fondation d’Addis-Abeba. Il n’y reste que les deux églises de Maryam et Ragouel. Voir, Proceedings of the International Symposium on the Centenary of Addis Ababa, eds. Ahmed Zekaria, Bahru Zewde et Taddesse Beye, Addis Ababa City Council, 1987.

17 6 octobre 1888. (Voir, Ethioconcord). Encore une erreur de l’auteur : Ménélik a été couronné le 3 novembre 1889.

18 Par cette expression de « vie sous la tente », Guebrè-Heywèt fait référence au caractère itinérant de la royauté éthiopienne qui, depuis l’époque de Gondar, n’avait plus connu de capitale permanente.

19 L’auteur écrit bien ፀሐይቱ, Tsehaïtou, et non pas ጣይቱ, comme on dit aujourd’hui à Addis-Abeba.

20 መኮንን. Chef, officier supérieur, gouverneur, personnage de haut-rang (Baeteman, p. 734). Nous l’avons traduit tantôt par chef, tantôt par dignitaire.

21 La périphérie ዳር አገር, ou pays frontière, par opposition au pays du centre, ማኽል አገር, siège de l’État, de l’Église, de la culture Habesha. Opposition éminemment dépendante de l’extension du royaume dont les frontières sont fluctuantes, et donc de l’époque. En l’occurrence, l’auteur fait sans doute référence aux provinces méridionales nouvellement conquises par Ménélik.

22 ሥራት. Ordonnance, règle, statut, coutume, état, ordre. (Baeteman, p. 155). Traduit ici par loi ou institution. Nous l’avons aussi traduit par discipline en ce qui concerne l’armée (note 49). Remarquons aussi que l’auteur utilise ሥራት dans le sens de loi générale, ou d’habitude.

23 L’auteur ne dit pas la reine de l’essaim, mais le mâle, አውራ.

24 ሾመ. Investit d’une charge, d’une dignité (Baeteman, p. 301). Donne le substantif ሹም que nous avons traduit généralement par chef, responsable ou dignitaire.

25 ገብረ ሥላሴ. Personnalité de la ville d’Adoua (voir : Bahru Zewde., A History of Modern Ethiopia, 1855-1975, Londres, James Currey, 1991, p. 108 et 117-118).

26 Il s’agit du dogme concernant la nature du Christ – Dieu et Homme – qui distingue les Églises monophysites depuis le concile de Chalcédoine (en 451). L’auteur revient sur cette question fondamentale par laquelle les prêtres éthiopiens placent l’Église d’Éthiopie au-dessus du reste de la chrétienté (voir note 54). Voir sur cette question Assfalg et Krüger, Petit Dictionnaire de l’Orient Chrétien, Brepols, 1991, p. 95-104.

27 ፈረንጅ. Franc, blanc, européen (Baeteman, p. 1225).

28 Pour ces deux personnages, voir, Bahru Zewde, p. 104-106.

29 Il s’agit pour l’essentiel de l’école Ménélik II dont les professeurs étaient des Égyptiens de l’Église copte.

30 Pour ce personnage, voir, Bahru Zewde, p. 126 et 239.

31 ልጅ. Enfant. Est aussi le titre d’un héritier de la noblesse.

32 Voir, Guèbrè-Sellassié, Chronique du règne de Ménélik II, Roi des Rois d’Éthiopie, Paris, Maisonneuve Frères, 1930-1931, vol II., p. 536, 620-621.

33 ደብተራ. Savant, clerc, docteur, lettré, érudit surtout en grammaire, en guez, en chant ecclésiastique, en astronomie et dans l’interprétation des Ecritures (Baetman, p. 908). Est ici utilisé dans son second sens péjoratif de magicien ou d’ensorceleur.

34 ቡዳ. Esprit malfaisant, personnifié et comme incarné dans les ouvriers en métaux (Baeteman, p. 445). ፋቂ tanneur (Baeteman, p. 1253) mais qui passe aussi pour un ensorceleur ou un esprit malfaisant, tout comme le ሸማኔ, tisserand (Baeteman, p. 263).

35 L’auteur écrit que les soldats ne viennent plus faire antichambre.

36 Le même mot መሣሪያ (Baeteman, p. 156) a les deux sens d’outils et d’armes.

37 La citation exacte de la bible en amharique (Genèse, III, 17-20) est la suivant : ወደ መጣህበት መሬት እስክትመለስ ድረስ በፊትህ ወዝ እንጀራን ትበላለህ፡፡

38 L’auteur fait allusion au costume d’apparat de rigueur au Palais.

39 L’auteur utilise le verbe ገዛ, qui a le double sens de dominer (ou même de conquérir) et de gouverner (Baeteman, p. 1005-1006)

40 L’auteur utilise le nom de ደርቡሽ, faisant sans doute référence aux Mahdistes.

41 L’auteur utilise le titre de ምስለኔ, « image de moi », représentant, lieutenant, remplaçant, chargé d’affaire (Baeteman, p. 82)

42 Il s’agit des grands festins donnés par le roi à ses sujets et réunissant parfois plusieurs milliers de personnes. Se dit ግብር, qui signifie aussi impôt, taxe, tribut (Voir, note 43)

43 ግብር. (Baeteman, p. 986) Tribut, impôt, contribution.

44 ብር. L’argent et, par extension, la monnaie (Baeteman, p. 459).

45 L’auteur écrit ፍሪያዳም qui prête à confusion. S’agit-il du bétail, mais ce devrait être ፍሪዳ ? Ou alors, s’il s’agit des fils d’Adam ፍሬአዳም, l’auteur fait-il allusion aux corvées ?

46 ፍትሐ ነገሥት. Code ecclésiastique et civil de l’Éthiopie (Baeteman, p. 1257). L’auteur prend ce terme au sens général de règle juridique.

47 Nouvelle erreur de l’auteur qui oublie le quatrième professeur.

48 ሠራተኛ. Travailleur au sens général, que nous avons pris dans le sens de travailleur compte tenu du contexte.

49 ሥራት. Voir note 22.

50 Idem.

51 L’auteur utilise le mot de በር, porte.

52 ጉቦ. Cadeau fait pour corrompre ou pour intéresser quelqu’un à une affaire (Baeteman, p. 1028).

53 ሀማሴን. L’auteur fait allusion à la législation italienne en Érythrée, dont le Hamassien faisait partie.

54 ተዋህዶ. C’est-à-dire de l’Unicité du Christ (voir note 26).

55 ዳግማዊ እያሱ. Empereur de 1730 à 1755.

56 ርስት. Héritage, propriété patrimoniale (Baeteman, p. 751). A pris le sens général de propriété.

Auteur

Beletou Kebede (Traducteur)
Jacques Bureau (Traducteur)

© Centre français des études éthiopiennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter