Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Empereur Ménélik et l'Éthiopie | አጤ ምኒልክና ኢትዮጵያ

 | 
Guebrè-Heywèt Baykedagne

Brève biographie de Guebrè-Heywèt Baykedagne

Jacques Bureau

Texte intégral

1Les faits concernant la vie et l’œuvre de Guebrè-Heywèt Baykedagne n’ayant fait jusqu’ici l’objet d’aucune enquête approfondie, nous nous en tenons aux éléments les plus sûrs qui nous permettent de situer son pamphlet, L’Empereur Ménélik et l’Éthiopie, dans son temps, et de comprendre les réactions que ce texte n’aura pas manqué de susciter.

2Guebrè-Heywèt Baykedagne est né vers 1885-1886 dans le district d’Adoua, au Tigré. En raison de l’insécurité dans cette région ; il part à l’âge de sept ans avec sa mère au Hamassien, en Érythrée.

3Lors d’une visite familiale au port de Massaouah, alors que Guebrè-Heywèt était encore enfant, on raconte qu’il serait monté sur un navire dont le retour vers l’Europe allait sceller son destin bien malgré lui. Avant que l’enfant ne redescende à terre, en effet, le navire appareilla, et Guebrè-Heywèt se retrouva bientôt en Europe.

4À leur arrivée, le capitaine aurait remis l’enfant entre les mains d’une Autrichienne du nom de Sorni. Ce qui permit au jeune Guebrè-Heywèt de faire ses études en Autriche, puis à Berlin où il aurait obtenu un « diplôme de médecine ». Nous sommes alors en 1903-1904, Guebrè-Heywèt n’a que 18 ans, et il est peu probable que son diplôme ait été celui de docteur en médecine.

5Pourtant, faute de pouvoir exercer en Allemagne à cause de la couleur de sa peau, écrit Ayele Zewougué (note 2 de l’introduction), Guebrè-Heywèt réussit à se faire intégrer à une équipe de médecins allemands envoyés à Addis-Abeba pour soigner l’Empereur dont l’état de santé venait de s’aggraver.

6Arrivé à Addis-Abeba, le jeune tigréen n’obtient pas de l’Impératrice l’autorisation d’approcher Ménélik en tant que médecin. Il remplit donc, comme d’autres lettrés revenus d’Europe, des fonctions de secrétaire et d’interprète auprès de l’Empereur. Ce qui ne plaisait guère au parti traditionaliste de l’Impératrice.

7C’est en cette qualité où il semble avoir excellé, et avoir même acquis une réputation de polyglotte, que Guebrè-Heywèt aurait été renvoyé en Europe pour accompagner une mission diplomatique chargée d’informer les puissances européennes de la nomination de l’Infant Iyassou comme successeur de Ménélik. C’était à la fin de l’année 1909.

8De retour à Addis-Abeba où il ne semble pas avoir été en bons termes avec l’Impératrice, mais où il reste fidèle à l’héritier Iyassou, ainsi que le manifeste son texte, Guebrè-Heywèt est relégué dans des fonctions de contrôle des douanes qui l’éloignent de la capitale. C’est alors qu’il se rend au Soudan et qu’il fait l’expérience des entraves mises au commerce par le système national qu’il veut réformer.

9C’est à ce moment-là, en effet, qu’il écrit L’Empereur Ménélik et l’Éthiopie qui est rapidement publié à Asmara en 1912.

10De nouveau à Addis-Abeba, alors que l’Impératrice est décédée en février 1918, Guebrè-Heywèt est d’abord nommé inspecteur du Chemin de fer franco-éthiopien, puis neggadras, c'est-à-dire chef des douanes, de l’important poste de Diré-Daoua.

11Dans les quelques mois qui lui restent à vivre, Guebrè-Heywèt rédige son deuxième ouvrage, Le gouvernement et l’administration publique, qui sera publié quelques années plus tard par son ami Paolos Menameno.

12On sait peu de choses de la personnalité de Guebrè-Heywèt, sinon qu’il n’était guère en vue auprès des dignitaires traditionalistes qu’il n’avait pas manqué de ridiculiser, et qu’on le soupçonnait d’être infidèle à son Église nationale ; mais il partagea à cet égard le sort de tous ceux que l’Europe avait fascinés, et notamment ses Églises catholique et protestante, ainsi qu’il s’en explique brièvement dans son pamphlet.

13Est-ce pour cette raison ou pour une autre, nous l’ignorons encore, mais Guebrè-Heywèt meurt à 33 ans, vraisemblablement empoisonné. Certains ont accusé un Grec du nom de Nicolaî Zerbos, ou Zervos, qui aurait agi pour le compte d’une faction mécontente des lazzis du jeune Tigréen. Les faits ne sont pas certains, ce Zervos n’ayant en tout cas jamais été inquiété par la justice; mais l’histoire demeure assez vive dans la mémoire des intellectuels éthiopiens pour que Guebrè-Heywèt passe non seulement pour un réformateur, mais aussi pour l’une des premières victimes de ce franc-parler qui allait donner le ton à plusieurs générations de contestataires du vieil ordre éthiopien qui en paieront aussi le prix. N’est-ce pas Guebrè-Heywèt qui écrivait, quelques six ans avant sa mort : « l’époque de liberté où l’on racontera l’histoire des rois, de leur vivant et sans crainte, n’est pas encore venue pour les Habecha. »

Auteur

Directeur de la Maison des études éthiopiennes

© Centre français des études éthiopiennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter