Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Annexe

Texte intégral

Programme politique du mouvement national de libération afar (MNLA)

1En général, dans la majeure partie de l’histoire de l’humanité, une société sans classes, libre de toute exploitation de l’homme par l’homme n’a été qu’un idéal, un rêve dans l’esprit des philosophes. Bien que cet idéal ne fut pas pleinement accompli ou concrétisé, la Révolution socialiste d’octobre 1917 et la proclamation d’un certain nombre de démocraties populaires en Europe de l’Est après la Seconde Guerre mondiale ont prouvé que les objectifs louables de cet idéal ne pouvaient être atteints qu’avec la volonté déterminée des masses opprimées à prendre leur destinée en main. Par la suite, les peuples d’Asie décidèrent à leur tour de mettre un terme à la colonisation de leurs pays et ayant en tête l’exemple de ces révolutions populaires, ils engagèrent une lutte de libération acharnée contre le colonialisme, le néocolonialisme et l’impérialisme. Ils furent victorieux. Plusieurs autres peuples accédèrent à l’indépendance nationale alors qu’une poignée d’autres luttèrent pour une libération intégrale et la construction du socialisme.

2Au cours des dernières décennies, nombre d’États africains accédèrent à la souveraineté nationale et se libérèrent du joug colonial. Ces États demeurèrent liés aux anciennes puissances impérialistes à travers divers accords néocoloniaux. Les masses africaines, qui combattirent pour l’indépendance et espéraient à travers ce combat éradiquer l’ignorance, la maladie et la faim du continent, furent déçues quand elles s’aperçurent que le colonialisme était remplacé par le néocolonialisme et les maîtres européens par des bourgeoisies africaines. L’indépendance n’était rien d’autre qu’une relève de maîtres. Les impérialistes regagnèrent leur position à travers la multiplication des coups d’État réactionnaires, l’aide au développement, l’investissement du capital étranger et le partenariat avec la bourgeoisie locale. Seuls, le drapeau et l’hymne national restaient comme symboles de l’indépendance. C’est dans ce contexte que les masses africaines débutèrent la seconde phase de lutte pour une libération totale et une indépendance réelle qui ne pouvaient être dissociées de l’édification du socialisme. Réalisant que seulement leurs propres efforts peuvent les libérer et que les oppresseurs ne sont pas prêts à renoncer à leurs privilèges volontairement, ils se préparent pour une lutte armée prolongée.

3Les masses africaines ne sont pas isolées dans leur combat contre l’impérialisme. Dans les pays impérialistes, l’impérialisme est à la source de la souffrance des travailleurs salariés qui n’ont rien d’autre à vendre que leur force brute de travail. Étant donné qu’ils ont le même ennemi, les ouvriers dans les États impérialistes et les masses africaines sont les alliés naturels. Encore une fois, l’impérialisme n’exploite pas seulement les Africains mais aussi des millions d’autres peuples sur les continents ou en Amérique latine et en Asie, lesquels sont en état de sous-développement dans du soi-disant « pays sous-développés ». L’impérialisme a réduit leurs pays en fournisseurs brutes de matières premières et de main-d’œuvre bon marché et en débouchés pour ses exportations industrielles. En raison de ces contradictions entre les peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, dans les colonies et les pays néocoloniaux et les ouvriers dans les pays impérialistes d’un côté et les puissances impérialistes de l’autre côté, la principale aspiration dans le monde est la révolution.

4À la veille de la conquête des puissances coloniales européennes, les nations africaines entretenaient des rapports de production en harmonie avec leurs structures socio-politiques. C’est l’intrusion des colonialistes dans ce processus de développement qui fut à l’origine de la distorsion et de la désintégration accélérée.

5L’Éthiopie, qui devint une néo-colonie de l’impérialisme américain sans passer par l’étape de la domination coloniale (exception faite des cinq années d’occupation italienne), est un cas à part à cet égard. Le royaume abyssin, le noyau central de l’Éthiopie à cette époque, vivait dans un état de féodalisme accentué alors que la plupart des nations qui furent annexées à l’empire plus tard comme les Afar, les Oromo, les Somali, etc., possédaient un degré élevé de communalisme teinté de démocratie tribale. Dans ce royaume abyssin, le système féodal, qui remontait au 13e siècle, était profondément honni dans la mesure où les rapports de production en découlant constituaient un sérieux blocage pour l’émancipation des capacités de production à tel point qu’une révolution s’avérait inéluctable. Ceci dit, l’expansion féodale inéluctable et tout azimut en directions du Sud, de l’Est et de l’Ouest se poursuivait aux dépens d’autres nationalités africaines comme les Afar, les Oromo et les Somali, etc., afin de prolonger la longévité du système. Ménélik a été en mesure de conquérir ces nations et à les réduire en serfs des Abyssins avec l’appui des puissances coloniales européennes et à coup d’intrigues féodales en se posant en gardien des intérêts coloniaux dans cette partie du continent sur la base de l’image d’un pays « ilot de chrétienté entouré d’un océan musulman et païen ». À cette oppression sur la base de la classe et de la nation s’ajoutait le facteur religieux pour former une oppression sur la base de classe, de nation et de religion comme la plupart des nouvelles nations annexées étaient islamisées. La fortune de ces nations était aussi misérable que celle des autres nations africaines conquises par les puissances coloniales européennes simplement parce que le colonialisme, à la différence du capitalisme, est plus avancé que le stade de l’expansion féodale. La consolation étant qu’ils étaient opprimés par un peuple noir comme eux.

6La nation amhara, qui était dominante dans le royaume abyssin, imposa sa culture et sa langue aux peuples annexés et, le processus d’amharisation lancé pour de bon. Plus tard, quand l’Éthiopie devint elle-même victime de l’agression coloniale italienne, les Italiens réalisèrent des infrastructures dans le pays mais le mode féodal de production continua de prédominer.

7Après le retour d’Hayle Sïllasé, l’Éthiopie continua de préserver les intérêts coloniaux en devenant d’abord une néo-colonie britannique, puis américaine. Le pays alla jusqu’à même demander sa part du butin de la victoire lors de la fin de la Seconde Guerre impérialiste mondiale en réclamant les anciennes colonies italiennes de l’Érythrée et de la Somalie. À la fois, l’Éthiopie et l’Érythrée devinrent des néo-colonies de l’impérialisme américain et du sionisme mondial. En Éthiopie, les néocolonialistes n’avaient nullement besoin de fabriquer une minorité chrétienne occidentalisée pour lui confier le rôle du gouvernement comme ils le firent dans la plupart des pays d’Afrique occidentale où la majorité des peuples étaient musulmans. La minorité amhara prit elle-même l’initiative de remplir cette tâche. Plus récemment, quand le capitalisme commença par gagner du terrain et que les rapports de production capitalistes remplacèrent ceux de nature féodale, il devint plus profitable pour les grands seigneurs féodaux amhara de concéder leurs terres acquises dans les régions annexées à des entreprises capitalistes ou les distribuer en concession à des sociétés européennes et israéliennes. C’est dans ce cadre ou processus que les masses des nations opprimées furent contraintes à devenir des mains-d’œuvre agricoles (prolétariat rural) ou échouer dans les villes et grossir le rang des sans emplois pendant que le processus d’assimilation et d’amharisation suivait son cours avec l’appui additionnel d’un système éducatif moderne.

8Une grande partie de la nation afar qui vivait dans un stade élevé de communalisme, la majeure partie de ses habitants étant des éleveurs nomades à l’époque de l’expansion féodale abyssine et de la conquête des puissances coloniales européennes, a été inclus au sein de l’« empire éthiopien » pendant que d’autres étaient colonisés respectivement par la France et l’Italie. Bien que la terre fût la possession commune à tous les Afar dans leur démocratie tribale, dans certaines parties du pays Afar, des aristocraties nomades s’étaient formées. Un mini-État sous forme de sultanat apparut et la terre se transforma en propriété des sultans. Par la suite, des chefs tribaux devinrent à leur tour des propriétaires terriens.

9Dans les parties du triangle afar qui tombèrent sous le joug du colonialisme italien et français, le premier prolétariat afar, en tant que classe, émergea à partir des travailleurs qui s’activaient sur les quais des ports de Masawaᶜ, de ᶜAsab et de Djibouti et dans les différentes entreprises coloniales. Dans certaines régions du pays Afar comme dans le bassin de l’Awash où jusqu’alors l’autorité du gouvernement central éthiopien était minimale, la terre a été livrée par l’Awash Valley Authority (Autorité de la vallée de l’Awash), une agence gouvernementale, à des concessionnaires capitalistes étrangers et à la bourgeoisie abyssine, rejetant ainsi les nomades afar dans des réserves, aux motifs d’ennemis de la civilisation et du développement.

10Plus tard, dans la foulée de la tragédie de la famine causée par l’arriération féodale et l’exploitation capitaliste et non par les catastrophes naturelles incriminées ou invoquées comme base de justification par le gouvernement, des milliers de nomades afar périrent alors qu’un nombre substantiel rejoignait le prolétariat rural ou allait s’échouer dans les villes. Le gouvernement éthiopien était responsable de cette détérioration de la situation dans la mesure où il occultait la réalité à l’opinion nationale et internationale. La famine fut l’un des facteurs premiers ou l’une des causes majeures à l’origine du soulèvement de février 1974, en plus des autres facteurs tels que l’intensification de la lutte des différentes nationalités pour l’autodétermination et l’inflation dans le système capitaliste.

11Ceci dit, le facteur central de ce mouvement émanait du caractère désuet du mode de production féodal qui prévalait alors. Cependant, le mouvement de février était loin d’être une révolution susceptible de transformer la vie des masses éthiopiennes bien que des revendications de libertés démocratiques avaient été avancées et que des larges segments des masses opprimées éthiopiennes avaient participé à un tel mouvement pour la première fois. Les militaires qui initièrent le mouvement et qui par la suite prirent le pouvoir étaient et restent une force de répression contrôlée par les classes dominantes. Leur philosophie « Éthiopie d’abord » assimilationniste et sans substance, leur dédain flagrant des questions nationales cruciales, leurs mesures répressives à l’encontre des masses, leurs politiques chauvines à l’encontre des nations opprimées, en particulier le peuple de l’Érythrée, tous ces éléments démontrent qu’il s’agissait de la poursuite des vielles pratiques camouflées par des nouveaux slogans et méthodes. En fait, le régime militaire n’est qu’un putsch africain de plus perpétré par une classe petite bourgeoise d’Abyssins. Ceci dit, il y avait un aspect positif. Il signifiait aux yeux des nationalités opprimées en particulier et de l’ensemble des masses éthiopiennes en général que seule une lutte organisée était susceptible de les libérer.

12Les masses afar ont créé leur avant-garde, le mouvement national de libération Afar (MNLA) pour répondre à ces défis.

13Sachant :

  • que seulement leurs propres efforts organisés peuvent les libérer de l’oppression de classe, de nation et de religion en Éthiopie ;

  • que la violence répressive peut seulement être défiée par une violence révolutionnaire correspondante des masses ;

  • que seulement par la lutte armée prolongée que les Afar peuvent recouvrer leurs droits nationaux et gagner leurs droits démocratiques ;

  • que seulement quand leur droit à l’autodétermination jusque et y compris la sécession est reconnu qu’ils peuvent prendre part à la révolution nationale démocratique puis à la transformation socialiste de l’Éthiopie et

  • que seulement un État afar autonome dans les frontières de l’union libre des nations éthiopiennes peut garantir le développement économique et social des masses afar.

14Le mouvement national de libération afar prit naissance.

15Le MNLA est une organisation des nomades, des ouvriers, des paysans, des intellectuels révolutionnaires et de la section nationaliste de la petite bourgeoisie. La libération totale des masses afar que ce mouvement prône est contre les intérêts de l’aristocratie nomade afar, des chefs tribaux terriens et de la bourgeoisie nationale.

  1. Il y a un peuple afar, ayant tous les attributs d’une nation. Cette nation devrait avoir le droit à l’autodétermination, jusque et y compris la sécession.

  2. Le MNLA reconnaît le droit à l’autodétermination pour toutes les nationalités en Éthiopie.

  3. Le MNLA établira un État autonome Afar dans une union libre des nations éthiopiennes et ce, après abolition de tous types d’assimilation et d’oppression.

  4. En coordination avec toutes les masses éthiopiennes en général et les masses des nationalités opprimées en particulier, le mouvement travaillera pour la révolution nationale démocratique d’abord puis pour la transformation socialiste de la société éthiopienne.

  5. Le mouvement développera la littérature, l’art et la langue afar, laquelle sera la langue officielle de l’État autonome Afar.

  6. Le mouvement fera de son mieux pour éliminer la pauvreté, l’ignorance et toutes autres maladies sociales prévalant.

  7. Le MNLA abolira le tribalisme et la domination d’une tribu par une autre dans la société afar.

  8. Le mouvement veillera à ce que les ressources naturelles de la région afar soient exploitées aux mieux des intérêts des masses afar.

  9. Le MNLA distribuera les terres reprises aux concessions étrangères et aux seigneurs féodaux aux pauvres paysans afar dont c’est le gagne-pain.

  10. Le mouvement protégera les droits des travailleurs et garantira le travail pour tous ceux, aptes à travailler et les aidera à trouver les syndicats des travailleurs, lesquels défendront leur intérêt. Le mouvement les éduquera également, de façon à leur permettre de réaliser leurs potentialités.

  11. Le mouvement garantira aux citoyens tous les droits démocratiques tels que les droits de réunion, d’expression, de presse et d’organisation.

  12. Le MNLA sédentarisera les nomades et introduira les méthodes modernes et scientifiques d’élevage du bétail et d’amélioration des conditions vétérinaires.

  13. Le MNLA abolira toutes les lois et traditions qui portent atteintes aux femmes et garantira leur égalité dans tous les domaines.

  14. Le mouvement accordera une attention particulière à l’éducation révolutionnaire des masses et à l’élimination de l’analphabétisme.

  15. Le mouvement créera un système de santé moderne, lequel mettra ses services à la disposition du peuple.

  16. Le mouvement soutient les peuples afar et somali en Territoire français de Djibouti dans leur lutte contre le colonialisme français et pour l’indépendance nationale.

  17. Le mouvement soutient le peuple érythréen dans sa lutte contre le gouvernement éthiopien pour l’indépendance nationale.

  18. Le mouvement soutient le peuple somali dans les territoires occupés du Kenya et d’Éthiopie dans son combat pour le droit à l’autodétermination.

  19. Le MNLA soutient le peuple arabe palestinien dans son combat contre le sionisme mondial ; les forces progressistes arabes dans leur combat pour la libération et l’unification.

  20. Le mouvement soutient la lutte de tous les peuples opprimés en Afrique, en Asie et en Amérique latine contre le colonialisme, le néocolonialisme et l’impérialisme ; préconisera une politique étrangère éthiopienne de non-adhésion aux blocs et suivra une politique étrangère indépendante et mettra en place des relations amicales avec toutes les nations sur la base du respect mutuel et du respect de la charte des Nations unies.

16(« General Guidelines of ANLM », publié dans Teglachin Zena, numéro spécial, Stockhôlm, Suède, août 1976, p. 4-12, traduction de l’auteur.)

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540