Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Conclusion

Texte intégral

1Ce travail est une tentative pour contribuer à l’étude historique des rapports entre les Afar, une des ethnies des périphéries et la Junte militaire (Derg), un centre en reconstruction après le renversement de l’empereur Hayle Sïllasé. L’étude commence par l’examen de la situation des premiers à la veille de la Révolution de 1974. Elle aborde ensuite le nationalisme afar moderne éthiopien qui se manifesta au tout début des années soixante en réponse à trois facteurs : le premier avait trait à la probable annexion de l’Érythrée qui allait aggraver la marginalisation des Afar au sein de l’empire éthiopien ; le second apparait en relation avec la menace du nationalisme somali et le troisième avec la politique de la mise en valeur des terres riveraines de la vallée de l’Awash. Les positions des nationalistes afar, qui prirent en compte les paramètres nationalistes de la région (éthiopien, somalien et érythréen), se cristallisèrent autour du projet de création d’une région administrative au sein de l’empire, laquelle devait regrouper les Afar, jusqu’ici répartis dans cinq gouvernorats généraux du pays, Érythrée comprise. Par la même occasion, ils sollicitèrent la protection éthiopienne pour leurs frères de Djibouti face à la menace d’annexion somalienne mais il n’était pas question de prôner leur intégration à l’empire.

2Il s’agissait d’un nationalisme de dimension régionale. En effet, ce fut cette dimension régionale qui permit aux Afar de s’engager avec d’autres communautés dans les mouvements de libération érythréens. Ce fut encore cette dimension à base des entités postcoloniales qui atténua le nationalisme afar éthiopien, prônant toujours une autonomie ou une fédération dans le cadre éthiopien, et qui par conséquent tourna le dos à toute idée de séparation avec les autres communautés. Ce fut encore cette dimension régionale qui fit que pour tous les acteurs afar (toutes tendances confondues : progressistes ou conservateurs), la question de la terre constituait le point central de leurs revendications. En outre, leurs demandes portaient sur le développement de la région Afar qui manquait cruellement des facilités en matière d’enseignement et de santé, ainsi que des infrastructures telles que les routes et forages hydrauliques.

3La première expression du nationalisme afar moderne fut, au début des années soixante, le fait des chefs traditionnels. Ils soumirent à l’empereur Hayle Sïllasé une pétition appelant à la création d’une région administrative englobant l’ensemble des territoires Afar. Très vite, le relais fut pris par les combattants dissidents des rangs de la rébellion érythréenne, lesquels renouvelèrent par trois fois l’appel, suivis par les groupes de collégiens et lycéens. Au tout début des années soixante-dix, une première organisation politique afar de l’Éthiopie était fondée au Caire par des militants étudiants : le Mouvement pour le regroupement des Afar. Mouvement clandestin, elle donna naissance au Mouvement national de libération Afar (MNLA) et au Front de libération Afar (FLA), lesquels allaient initier la lutte armée afin de faire aboutir leurs revendications.

4Le MNLA, à vocation pan-afar sur le plan de la réflexion, a été créé en 1974 à l’issue du congrès de Berlin. Il forgea un cadre aux militants de gauche pour la reconnaissance de l’identité nationale afar en Éthiopie et à Djibouti et par tactique politique en Érythrée. À cette occasion, ont été tracées les grandes lignes politiques de ce qui devaient être fait dans chacun des pays, en réaffirmant la nécessaire interconnexion de ces deux mouvements de lutte.

5Les hommes politiques représentant les Afar, soit par leurs statuts de chefs traditionnels ou par leurs qualités personnelles révélées par les bouleversements de l’époque, étaient donc prêts pour débattre de la révolution.

6De 1975 à 1991, les relations entre les Afar et le Derg n’ont pas connu beaucoup de changements. Sur le plan politique, les Afar, l’une des nationalités éthiopiennes de la périphérie dont l’intégration à l’ancien empire demeurait aléatoire, adoptèrent une position attentiste au cours du premier semestre mouvementé de 1974 et de dix premiers mois de la Révolution. Toutefois, ils se préparèrent à disposer d’une force armée afin de négocier en position de force avec le pouvoir qui allait prendre la relève de la monarchie. Les jeunes progressistes militaient pour une véritable intégration à l’Éthiopie en échange d’une réunification administrative dans une seule région dotée d’une autonomie interne. Les chefs traditionnels du sultanat d’Awsa étaient, quant-à-eux, inquiets de la possibilité d’une remise en cause de l’autonomie de facto dont ils bénéficiaient sous l’Empire et la poursuite de la politique d’expropriation des terres fertiles de la vallée de l’Awash. Ces deux principales tendances de la nationalité Afar mirent de côté leurs divergences afin de présenter un front commun. Estimant que l’aboutissement de leurs aspirations dépendait des rapports de force vis-à-vis du centre, ils privilégièrent la formation militaire des jeunes par la Somalie, ennemie traditionnelle de l’Éthiopie.

7Lorsque le nouveau régime, issu de la Révolution, manifesta clairement ses intentions avec la nationalisation des terres rurales et l’imposition d’une administration directe, ils manifestèrent leur ferme opposition et devinrent le 3 juin 1975 la première nationalité du pays à prendre les armes contre la Junte militaire. En août 1976, plus d’une année après les sanglants combats du début, une partie de l’élite nationaliste issue du Mouvement national de libération Afar (MNLA) opta pour une collaboration avec le régime, profitant de la promulgation en avril 1976 par celui-ci du programme de la révolution nationale démocratique et répondant à la main tendue par le Meison, un parti de la gauche civile, rallié à la Junte militaire. Ce groupe était à l’affût d’une occasion, après s’être retiré du maquis à la suite de doutes quant aux résultats d’un soulèvement dans le contexte de l’époque marqué par un environnement hostile : l’éventualité de suspicion et d’hostilité à long terme des fronts de libération érythréens et tigréens face à l’expression de leur nationalisme, la menace que l’irrédentisme somalien faisait peser sur leur identité et le spectre d’une guerre civile.

8Cependant, l’espoir placé par le MNLA dans la promulgation du programme de la révolution nationale démocratique, prônant à la fois une autonomie interne et une attention soutenue aux questions de développement politique, économique et culturel des nationalités jusqu’ici marginalisées sous l’ancien régime, s’était rapidement évanoui. En 1987, dix ans après le congrès pan-afar de Gawwani appelant à la création d’une région administrative afar, la région autonome de ᶜAsab conférée aux Afar ne regroupait que 40 % du territoire Afar et ne constituait qu’une réponse partielle à leurs revendications. Sous le régime du Derg, on peut parler de la poursuite de la politique de l’époque impériale à l’égard des Afar, caractérisée par une certaine tolérance du particularisme afar et la cooptation dans l’administration de la région d’une élite indigène moderne dépourvue de moyens, en lieu et place d’une élite traditionnelle. Les rapports entre les Afar et les membres de la Junte au pouvoir étaient soumis à d’intenses tensions. Comme l’empereur à son époque, le président Mengïstu Hayle Maryam eut à les gérer en personne sans toutefois arbitrer et résoudre ses causes. Pour les mêmes raisons que le régime impérial avait accepté l’intégration des dissidents Afar des organisations érythréennes (FLE et FPL) dans la garde territoriale en lieu et place de leur incorporation dans l’armée, le Derg apporta son appui jusque vers la fin à la formation et à l’armement des miliciens Ugûgumo et Ḍukko-ḥina dans l’intention de se servir d’eux comme des supplétifs à ses troupes.

9Cette attitude s’expliquait par le fait que, quelle que fut l’époque, les Éthiopiens originaires des hautes terres chrétiennes voyaient les Afar comme les descendants des Adal, les ennemis de leurs ancêtres mais également comme les alliés potentiels des Arabes, en raison de leurs relations séculaires, liées à la proximité des deux rives de la mer Rouge et de leur religion. Ainsi, même les dirigeants du Derg demeuraient prisonniers du « syndrome de l’Adal » qui les empêchèrent de répondre aux ouvertures des Afar, lesquelles auraient peut-être permis à l’Éthiopie d’éviter l’enclavement auquel elle est condamnée depuis 1991, date de la séparation de facto de l’Érythrée pour former un nouvel État, officiellement proclamé deux ans après, en mai 1993. Pour les Afar comme pour les autres nationalités éthiopiennes, les acquis majeurs de la période de la Junte militaire furent la prise de parole et une grande ouverture sur le monde extérieur. La représentation des Afar par les différents mouvements politiques n’a pas fait l’objet de dispute entre eux, même si les divergences idéologiques étaient très prononcées comme par exemple entre le MNLA et le FLA, le premier se réclamant de l’idéologie marxiste-léniniste et le second, conservateur, de convictions idéologiques s’inspirant de la religion musulmane et de la tradition afar. Par la composition de leur direction et par le recrutement de leurs militants et combattants, ces organisations étaient, à l’exception du MNLA, à base régionale. Une entente minimale a prévalu également entre les Afar collaborant avec le gouvernement et ceux des groupes rebelles. Les deux ont maintenu des contacts secrets. La prise en compte d’un environnement hostile à l’aspiration des Afar, celui des États-nations (Éthiopie, Somalie et République de Djibouti) et des fronts armés (érythréens, tigréens et somali), la faiblesse d’une élite éduquée et d’une diaspora active, l’absence d’un ancrage dans la Corne de l’Afrique et de représentations à l’extérieur et par conséquent de sources de revenus extérieures et la faible médiatisation de leurs actions avaient donné une particularité à la lutte des Afar dans la région.

10Sur le plan économique, les projets de développement annoncés au début de la Révolution par le Derg pour améliorer le bien-être des pasteurs afar se sont avéré des promesses sans lendemain. En outre, les griefs de longue date des Afar de la vallée de l’Awash portant sur la reconnaissance de leurs droits sur les terres communales et la restitution des terres octroyées par l’ancien régime pour des cultures de rente n’ont pas trouvé de réponses de la part du nouveau régime. Par contre, les fermes d’État, qui avaient pris le relais des sociétés privées multinationales, se sont étendues, privant les pasteurs de davantage de terres de pâturage. Cette politique gouvernementale exacerbée par les effets des sécheresses récurrentes, de même que les autres contraintes environnementales aboutirent à la déstructuration du système pastoral afar. En découla de cette situation un sentiment de marginalisation, voire d’exclusion, ainsi qu’une paupérisation des Afar dans leur propre région.

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable