Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Chapitre 6. Un état des lieux de la situation socio-économique des Afar pendant la période

Texte intégral

L’évolution de la situation socio-économique

1Sur le plan économique et social, la nationalisation des grosses exploitations de 1975 a étouffé dans l’œuf l’émergence d’une classe dynamique d’entrepreneurs afar autour du sultan ᶜAli-Miraḥ Ḥanfaré et avec, le système subtil de redistribution des bénéfices générés par l’agriculture commerciale aux Afar, à commencer aux plus nécessiteux (Cossins, 1973).

  • 1 En 1992, au lendemain de la chute du Derg et le retour du sultan Ali-Miraḥ, ces paysans afar ont é (...)

2Le Derg annonça au début de la Révolution la mise en œuvre des projets en vue d’accélérer le développement politique, économique et social des petites nationalités, vivant dispersées le long des zones frontalières (The Ethiopian Herald, 12 septembre 1976 : 7). Les Afar en étaient une. L’une des premières mesures fut l’annonce par voie de presse au tout début du mois de juin 1975 de la restitution à ceux-ci, dans un premier temps, de 19 820 hectares de terres de la basse vallée de l’Awash. Il précisa que 17 820 hectares de ces terres devaient être utilisés pour la culture du coton et les 2 000 hectares restants pour les fourrages (The Ethiopian Herald, 3 juin 1975 : 1 et 4). Cette décision du Derg peut être interprétée comme une mesure d’atténuation des conséquences de la nationalisation, quand on sait qu’il s’agissait en gros des terres confisquées à l’amoyta ᶜAli-Miraḥ et à son entourage. Elle a été bien accueillie en dépit du fait que, à terme, l’installation sur les terres du sultan impliquait d’autres soucis pour les heureux bénéficiaires1. Afin de traduire en actes cette décision, une commission interministérielle, comprenant le ministre de l’Agriculture, Dr Asrat Felleke, son collègue de l’Intérieur, le colonel Legesse Wolde Maryam et le haut-commissaire de la commission pour les secours d’urgence et la réhabilitation (CSR), Shimelis Addugna se rendit fin juin dans la région pour superviser la sédentarisation des éleveurs et la coordination des travaux des fermes d’irrigation. À la suite de cette visite effectuée à l’instigation du président du CMAP le général de Brigade Teferi Banti, les trois responsables mirent en place un comité d’experts représentatifs de différents organismes de développement, placé sous la présidence du vice-ministre de l’Agriculture. Un mois après, le 24 juillet, on apprenait lors du déplacement du chef de l’État à Aysaᶜeyta que 2 200 éleveurs avaient été sédentarisés sur 7 500 hectares de terre répartis dans six localités. Ils avaient été regroupés dans sept associations de fermiers, gebere mahbar en amharique.

3Dans la moyenne vallée de l’Awash, les fermes de sédentarisation du secteur de ᶜAmmibaḍa ont connu une extension en taille et en nombre de familles sédentarisées. En plus, d’autres fermes furent créées par le biais du transfert d’une partie des plantations de la concession agricole de ᶜAmmibaḍa-Malka Sadi et des fermes auparavant possédés par les chefs de clans et les investisseurs individuels, lesquelles avaient été nationalisées. Même si c’était contraire à l’esprit de la loi sur la réforme agraire, il avait été convenu que les originaires des hautes terres, les employés de l’Awash Valley Authority (AVA) et les ouvriers saisonniers, fassent le travail en attendant que les Afar assimilent les techniques et prennent la relève. Le gouvernement pourvut également en budget, en personnel de gestion, en machines et équipements ces projets des fermes de sédentarisation placés sous la responsabilité de l’AVA avec la supervision du ministère de l’Agriculture. En 1978/79, 3 650 familles de pasteurs afar étaient sédentarisées (voir tableau 3 pour leur répartition par localité). 12 800 hectares de terre étaient cultivés dans le cadre de ce programme de sédentarisation.

Tableau 3 : Situation de la sédentarisation des pasteurs transhumants afar en 1978-1979

Lieu du projet de sédentarisation

Nombre de chefs de famille

ᶜAmmibaḍa

441

Gawwani

384

Dubti

440

Aysaᶜeyta

2385

Total

3650

Source : Abdurahman Ame, 2002 : 7.

4En 1982/83, la Commission pour les secours d’urgence et la réhabilitation (CSR), qui a pris le relais de l’AVA, cultivait, dans le cadre des programmes de sédentarisation entrepris à ᶜAmmibaḍa, Gawwani, Dubti et Aysaᶜeyta, 12 305 hectares de terres dont 2 832 hectares dans la moyenne et 9 473 hectares dans la basse vallée de l’Awash (Ayalew Gebre, 2001 :75). Les pasteurs afar sédentarisés bénéficiaient d’une allocation mensuelle en denrées alimentaires et du paiement annuel de leur part sur la vente de la récolte des fermes. Cependant, l’AVA puis la CSR ne se soucia pas de les former aux techniques agricoles et au maniement des engins, de façon à ce qu’ils puissent prendre la relève des originaires des hautes terres. Cette attitude contraire à l’esprit initial du programme peut être expliquée d’une part par le souci de garder la main-d’œuvre originaire des hautes terres et d’autre part par l’importance donnée à la production. Aussi, il devint clair au fil du temps que ces projets ou des « camps d’aide à perpétuité » comme les avait qualifiés Maknun Gamaleddin (1987) ne donnaient pas des résultats attendus. Leur échec semble avoir résulté d’une part de la pensée inhérente du développement agricole et rural, basée sur l’agriculture et d’autre part de la faible planification et organisation mais également de diverses autres contraintes (MacDonald, 1991 ; Abdulhamid Bedro Kello, 1989 ; Ayalew Gebre & Getachew Kassa, 2009 : 75-76).

5Vers la mi-1980, l’État suspendit son appui aux fermes de sédentarisation ; le personnel technique et de gestion fut retiré. Cette décision avait été concomitante à la suspension par les fermes d’État de leur appui en machines et équipements, privant les fermes de sédentarisation de l’appui entre autres des tracteurs nécessaires pour cultiver les parcelles. Par la suite, sous le prétexte de l’incapacité des Afar à prendre la relève, l’État se réappropria la part du lion des terres. Cette décision suscita un net mécontentement chez les Afar, tant de la part des membres des coopératives dépossédés que des responsables de l’administration. Cependant, Ḥabib Moḥamed Yayyo, à l’époque homme du Derg dans la région, affirme dans un témoignage oral, ne pas avoir été surpris par cette décision :

  • 2 Entretien à Samra, 15 septembre 2005.

Bien que le Derg ait restitué les terres, sa bonne foi était douteuse. Il restituait les terres aux Afar qui n’avaient aucune expérience de la culture et il leur demandait de produire le coton. Entre les gens débutant dans l’agriculture et la culture du coton qui requiert l’expérience et la maîtrise des techniques, il y avait un fossé2.

6Outre la sédentarisation, une autre mesure de compensation pour atténuer les conséquences des pertes de terres sur les pasteurs portait sur la création des pâturages irrigués dans le cadre du troisième programme de développement du bétail du ministère de l’Agriculture cofinancé par la Banque mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAD). Deux projets furent initiés dans ce sens, l’un à Gâlifâgé dans la basse vallée de l’Awash et l’autre à Ingelelé [Ingallilé] dans la moyenne vallée de l’Awash. Le premier projet couvrant 5 258 hectares de terres et supposé bénéficier à 31 000 têtes de bétail a été lancé en 1983/84 à Dubti. Bien que les travaux de construction de barrage avaient commencé, le projet n’a pas fait long feu, parce qu’il a été détourné de ses buts initiaux. Le second projet devait bénéficier aux pasteurs transhumants déplacés par le périmètre irrigué de ᶜAmmibaḍa. Il devait fournir des pâturages irrigués pour 12 000 têtes de bétail sur 3 000 hectares de terres. L’autorisation avait été délivrée en 1984/85 par le gouvernement pour sa mise en œuvre. Le travail avait commencé mais pour différentes raisons, il n’a pas abouti.

7Quelques coopératives de production des éleveurs furent mises en place en vue de faciliter l’intégration des pasteurs transhumants dans les circuits de commercialisation et à l’économie moderne. Évoquant vers la fin des années 1980 le bilan de la politique du Derg en matière d’intégration des éleveurs afar dans le circuit du développement, John W. Harbeson écrit :

  • 3 [With the exception of small experimental schemes for pastoralists at Amibara in the middle valley (...)

À l’exception de petits projets expérimentaux s’adressant aux pasteurs transhumants à Amibara, dans la moyenne vallée de l’Awash et à Dubti, dans la basse vallée, presque rien n’a été fait jusqu’ici pour répondre aux griefs de longue date des pasteurs. En fait, le nombre des pasteurs à Amibara fut lui-même réduit après que le gouvernement ait découvert qu’un grand nombre d’entre eux n’avaient pas été intégrés de façon satisfaisante dans le travail de production du projet3 (Harbeson, 1988 : 213).

8Par contre, au lendemain de la famine de 1984/85, le gouvernement a lancé un ambitieux programme d’extension du périmètre des fermes d’État de la moyenne vallée de l’Awash qui ont pris le relais des sociétés privées et multinationales. Par exemple, la surface cultivée par la MAADE, la plus grande entreprise productrice du coton du pays, est passée de 3 500 hectares en 1975 à 13 116 hectares en 1985. Cette expansion s’est soldée pour les éleveurs afar par la perte de davantage de pâturages situés sur les terres des plaines d’épandage, traditionnellement utilisés comme parcours de saison sèche et pâturages de replis pendant la sécheresse, et cela, sans compter l’installation de nombreux travailleurs des hauts plateaux. Le Derg n’a donc pas réussi à éviter les dérives de sa réforme agraire contre lesquelles l’historien et africaniste Yves Person l’avait mis en garde :

Il est normal que la réforme agraire frappe un seigneur féodal comme le Sultan de l’Awsa, mais elle doit profiter au peuple afar, et non au citoyen éthiopien abstrait, ce qui masquerait une colonisation des Afars et justifierait la révolte du féodal déchu (Person, art. cit. : 29).

9Les surfaces irriguées furent consacrées à 75 % au coton dont la culture intensive causa des dégâts très importants comme le montre un rapport publié après la chute du régime du Derg (MacDonald, 1991). En effet, l’irrigation mal maîtrisée avait entraîné des remontés de sel qui, en vingt ans, stérilisèrent un tiers des sols des plantations dans la moyenne et la basse vallée de l’Awash. Par ailleurs, un usage immodéré des engrais et des pesticides provoqua la pollution de l’eau de la rivière, seule ressource en eau pour les Afar de cette région et leurs troupeaux pendant la saison sèche, du mois de septembre à mai. De plus, dans les alentours des fermes d’État, on enregistra une forte mortalité des troupeaux qui se nourrissaient des débris de récoltes chargées d’insecticides et d’engrais.

10Outre pour l’agriculture, les éleveurs virent leurs terres de pâturages spoliées pour être converties en aires réservées (parcs) ou en terrains d’entraînement militaire pour les armes lourdes dans la localité de ᶜArba, à proximité de la ville d’Awash.

11Pour les pasteurs transhumants et leur bétail, à la privation de pâturages d’épandage s’ajouta l’interdiction d’accès à l’eau de la rivière Awash, surtout en saison sèche pendant laquelle ils ne disposaient pas d’alternative à celle-ci (Kloos, 1982 : 32). Le désespoir les poussa régulièrement à forcer son accès en utilisant leurs armes contre les gardes des fermes d’État. Ces combats sporadiques étaient toujours perdus d’avance en raison de l’intervention de l’armée.

12Le ressentiment des Afar à l’égard du nouveau régime comme de l’ancien fut exprimé dans des termes clairs par un délégué de la région d’Awash-Fantalé au congrès afar de Gawwani d’avril 1977 dans son adresse aux participants, venus des autres régions et dont les porte-paroles avaient présenté avant lui leurs griefs contre le régime. Il leur dit :

  • 4 Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Logiya, 23 août 2005.

À vous, on vous a dit que nous sommes meilleurs que vous tandis qu’à nous, on nous a dit que les animaux sauvages sont meilleurs que vous4.

13Il faisait ainsi allusion au parc national d’Awash dont l’établissement en 1966 a privé les pasteurs transhumants afar de la région de 23 300 hectares de terres de pâturages utilisés pour une partie lors de la saison pluvieuse et pour une autre partie, de façon permanente. Le Derg qui succéda à Hayle Sïllasé ne remit pas en cause cette politique. Ainsi, au tout début de la Révolution, évoquant la proclamation sur les terres rurales, le ministre de l’Agriculture disait aux administrateurs et aux chefs de la police qu’ils avaient une grande responsabilité dans la préservation des aires réservées telles que les parcs « parce qu’elles ont un grand avantage comme des attractions touristiques » (The Ethiopian Herald, 15 avril 1975).

14Ainsi, l’expropriation des terres de pâturages exacerbée par les effets des sécheresses récurrentes, de même que les autres contraintes environnementales, aboutirent à la déstructuration du système pastoral, essentiel à la survie des Afar.

15Après la famine de 1973/74, Yâhûm ou Kaḍḍa dabân pour les Afar, celle de 1984/85 représenta une nouvelle catastrophe parce que le Derg, plus préoccupé par la célébration du dixième anniversaire de son avènement au pouvoir, n’apporta pas une réponse rapide à la crise. En effet, les pasteurs durent quitter leurs localités pour les centres urbains le long du corridor reliant les hautes terres au port de ᶜAsab sur la mer Rouge pour que le gouvernement s’intéresse à leur sort et ouvre des centres de distribution. C’est ce que confirme Ali Hassen qui a recueilli des témoignages oraux dans le cadre de ses recherches de terrain pour la thèse de doctorat chez la fédération afar des Baḥra ᶜAgginni dans le district de Talalak en zone 5 de l’actuelle Région-État Afar :

  • 5 [It was after the drought-victims had already left their locality and gathered in urban centres and (...)

C’était après que les victimes de la sécheresse aient déjà quitté leur localité et rassemblées dans les centres urbains et les camps de secours que le gouvernement et les ONG ont tenté de distribuer les secours alimentaires d’urgence. Par conséquent, en plus de décès dus à la faim, les gens affamés ont été exposés à des épidémies qui ont tué de nombreuses personnes dans les camps de secours5 (Ali Hassen, 2008 : 242).

16Cette nouvelle famine est passée à la postérité sous le nom de Saba-sabat, un mot de l’amharique qui veut dire « soixante-dix-sept » ainsi appelé d’après l’année du calendrier éthiopien (1977). Elle se traduisit par son lot de morts et de destitués. Depuis le début des années 1970, certains auteurs ont établis dans leurs études l’existence d’un lien étroit entre l’expansion de l’agriculture commerciale irriguée, la récurrence de la sécheresse et la crise de la famine en Afar (Cossins, 1973 ; Bondestam, 1974 ; Flood, 1975 ; MacDonald, 1991 ; Maknun Gamaledin, 1993).

17Vaincus par les aléas de la nature dont les effets étaient singulièrement renforcés par une politique foncière guidée par l’État, et systématiquement favorable aux agriculteurs sédentaires, un grand nombre de pasteurs ne trouvèrent pas d’autres solutions que d’immigrer en République de Djibouti voisine pour aller grossir le rang de leurs frères dans le bidonville d’Arhiba, à Djibouti-ville ou du Front de libération Afar (FLA).

18Pour comprendre l’attitude du gouvernement militaire à l’égard des Afar, qui ne différait pas beaucoup de celle de son prédécesseur, le gouvernement impérial, référons-nous à Alain Gascon qui affirme que « les Éthiopiens chrétiens des plateaux voyaient dans les éleveurs des fauteurs de jihad en puissance et éprouvaient rarement de la pitié pour leur malheur » (Gascon, 2006 : 164). En outre, même si avec la révolution, le terme péjoratif zalan (errants) qui servait à désigner les populations des pasteurs a été remplacé par arbto ader (éleveurs), la perception de l’élevage comme un mode de vie arriéré continuait de prévaloir. Il faut attendre les années 1980 pour voir la réalisation d’une première étude sur le pastoralisme en Éthiopie. Elle fut réalisée sous les auspices du ministère de l’Agriculture et sur financement du programme des nations unies pour le développement (PNUD). Elle a permis de produire plusieurs tomes bien documentés sur la partie pastorale du pays (Fecadu Gedamu et al., 1984). Et encore, la sédentarisation constituait la question clé que cette étude devait prendre en considération, et à cet effet, il était prévu d’identifier les sites potentiels et élaborer des modèles. Au lieu de cela, les auteurs ont conclu que « la stratégie de transformation du secteur [pastoral] en agriculture sédentaire ne peut pas être une démarche de développement appropriée, sauf dans des cas particuliers » (vol. II : 99). Cependant, cette étude n’a pas été suivie par une réorientation de la politique du gouvernement.

19Les Afar n’ont pas été intégrés dans l’économie nationale. Sur la côte, la Junte militaire ferma les yeux sur la contrebande du bétail sur pied vers les pays arabes et dans le sens inverse des biens de consommation. En matière d’éducation, le très peu d’investissement dans le domaine des infrastructures scolaires ne profita pas aux enfants afar qui demeuraient presque dans leur totalité des ruraux. Et la vaste campagne d’alphabétisation lancée en 1979 par le Derg n’améliora pas le taux d’alphabétisation chez la population afar. Sa mise en œuvre se trouva confrontée à deux principales difficultés. La première était liée au choix de l’alphabet à utiliser mais elle ne donna pas lieu à un débat, car le Derg imposa le syllabaire guèze, au motif que tous les nationaux éthiopiens devaient utiliser le même alphabet. À cette époque, une transcription latine adaptée mise en œuvre par deux chercheurs afar, Dimis et Rêdo, avait non seulement connu un début d’enseignement en pays Afar mais elle était perçue aussi, à tort ou à raison, comme la transcription nationale. La décision du Derg impliquant son rejet fut donc mal acceptée. Une autre question sur laquelle il a fallu débattre portait sur le comment enseigner aux Afar par le recours aux méthodes les plus pratiques. La résolution de cette question qui nécessitait un savoir-faire technique prit du temps, ce qui fit que la campagne n’avait pas donné les résultats escomptés. En matière de santé, l’absence de structures dignes de ce nom dans toute la région poussait les Afar à continuer à regarder par-dessus la frontière, vers la République de Djibouti.

20À noter que dans le domaine social, un certain nombre d’actions furent entreprises pour sédentariser les Afar dans les villes. C’était le cas par exemple à Awash où le premier projet concret de sédentarisation semble être lié à la construction d’une série de 48 maisons sur le côté nord de la route principale. En matière d’emploi, cette période fut marquée par la cooptation dans l’appareil d’État d’une poignée de cadres pour servir généralement dans l’administration de la région, à des postes de responsabilité. Les postes techniques et subalternes étaient occupés par les originaires des hautes terres. Ces cadres avaient été d’abord intégrés après leur ralliement au régime du Derg dans les structures du POMOA en territoire afar.

21L’Afar Affairs Committee (AAC) avait été mis en place au siège central du POMOA à Addis Abäba pour planifier d’une part l’implantation des antennes de cette structure de mobilisation des masses en territoire Afar et d’autre part le déploiement de ces cadres, après une formation politique accélérée à l’école Yekatit 66. Il était dirigé par le secrétaire général du MNLA, Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo, et sa composition tenait compte de la représentation des différentes régions afar.

  • 6 Grade de la marine correspondant à celui de colonel.
  • 7 À l’époque, en raison de la souveraineté française sur le Territoire de Djibouti, la représentation (...)
  • 8 Ambassadeur au Yémen puis Premier Conseiller en Union soviétique.
  • 9 Au lendemain de la chute du régime du colonel Mengïstu Hayle Maryam, il avait été nommé Consul en R (...)
  • 10 Il faisait partie de quelques rares musulmans associés à ce processus. Cf. Hussein Ahmed, 1994 : 78 (...)

22Comme sous le régime impérial, à la fin des années quatre-vingt, les Afar n’étaient pas représentés sous le Derg dans les instances décisionnelles. On ne les retrouvait presque pas dans la haute fonction publique. Le seul à occuper un poste important sous le Derg fut le commander6 Mussa Yasin Maḥammôda. Nommé vice-Consul de l’Éthiopie au TFAI7, il devint ambassadeur à l’accession de Djibouti à l’indépendance en juin 1977. Il était alors le seul Afar à avoir accédé à un tel poste sous le régime du Derg. Après avoir évolué dans la diplomatie8, le commander Mussa Yasin Maḥammôda se retrouva en juillet 1987 dans le gouvernement au poste de ministre et président du Comité pour l’émulation socialiste, médailles, décorations et récompenses auprès du Conseil d’État. Un de ses frères, Yussuf Yasin, assuma des fonctions importantes dans la haute administration, d’abord à la direction du POMOA, puis dans le département des nationalités de la COPTE puis du PTE et enfin comme fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères9. Il fut membre de la commission chargée de la réception et de la compilation des questions et commentaires des citoyens sur le projet de constitution de 198610. Aucun Afar ne siégea au comité central de la Commission pour organiser le parti des travailleurs éthiopiens (COPTE) et plus tard au comité central du Parti des travailleurs éthiopiens (PTE).

La militarisation de la vallée de l’Awash et ses conséquences

  • 11 Point kilométrique 7.
  • 12 Acronyme de : Council for Mutual Economic Assistance, conseil économique mutuel, le marché commun d (...)

23L’importance de la vallée de l’Awash fut rehaussée par la construction de l’axe routier reliant la station d’Awash Sabat-Kilo11 à Millé où il rejoignait la route italienne ᶜAsab-Kombolcha-Addis Abäba. Le gouvernement militaire, aussi nationaliste que son prédécesseur impérial, accorda une grande importance à cette voie de communication inaugurée par l’empereur Hayle Sïllasé en 1973, soit une année avant sa chute et dont le tracé suivait le cours de la rivière. Cette infrastructure avait un double objectif : affranchir le pays de la dépendance du port de Djibouti, situé en terre étrangère et drainer vers le port de ᶜAsab les productions des fermes d’État que le gouvernement entendait multiplier dans cette région. Chose faite. Vers la fin des années 1980, environ 90 % d’importations et d’exportations du pays transitaient par cet axe routier et il était même question de le doubler par le chemin de fer (871 km) pour lequel le COMECON12 a promis un financement en octobre 1987 (Gascon, 1995 : 158).

  • 13 À l’exception d’une courte période au cours de laquelle l’empereur Hayle Sïllasé avait fait station (...)

24Également, eu égard à cette importance, dès la mi-1975, le Derg installa tout au long de cet axe routier des garnisons militaires, les premières dans la région13, officiellement chargées d’assurer la sécurité par le biais de patrouilles. À partir de cette date, cette voie de communication devint pour les éleveurs afar, celle de la terreur d’État à laquelle ils eurent à payer un lourd tribut. En effet, les militaires stationnés dans la région, originaires des hautes terres chrétiennes et du Sud du pays, se considéraient dans un environnement ennemi peuplé des éleveurs « Adal » toujours supposés belliqueux. Par conséquent, ils n’hésitaient pas à tirer sans sommation à la seule vue d’un éleveur en possession d’armes à feu. Et nul besoin de comptabilité pour avoir une idée du nombre d’éleveurs innocents tués de la sorte quand on sait que le port d’armes était et demeure une question de survie dans cette région où régnait l’insécurité résultant de l’expansionnisme somali.

  • 14 L’année fiscale éthiopienne commence le 8 juillet. C’est ce qui explique que, dans les statistiques (...)

25Le Derg fit également stationner de façon permanente un contingent aux environs de chaque ferme d’État ou du parc national alors que, jusque-là, l’administration des périmètres de l’AVA, des concessions privées ou du parc national d’Awash pouvaient bénéficier à la demande du soutien des militaires et pour des opérations ponctuelles. Ces militaires procédaient à la saisie régulière des troupeaux des éleveurs qui, dans le désespoir, envahissaient les plantations ou le parc. Ils n’étaient relâchés que contre paiement d’une amende par tête appelée aflama. Elle était de cinq birrs par vache ou par dromadaire, de deux birrs par chèvre ou par mouton (Getachew Kassa, 2001 : 120, n. 67). Cette activité, de pair avec la contrebande, devint vite une source de gains pour les chefs militaires dans la région et leurs supérieurs. Elle était également une cause importante de frictions entre d’une part la population et les cadres de l’ex-MNLA, lesquels assuraient l’administration de la région et d’autre part, les militaires dans la région et la Junte au pouvoir. Lorsque la tension atteignit son paroxysme vers la mi-1980, le Derg dépêcha sur place un de ses membres pour arbitrer les disputes. Au cours de cette réunion, ce dernier somma les Afar de choisir entre le paiement des millions de birrs en compensation des destructions que les responsables des fermes d’État affirmaient avoir été causées par leur bétail (Ali Said, 1994 : 136) et l’évacuation forcée des rives de la vallée (Abdallah A. Adou, op. cit. : 73). Les statistiques fournies par la Middle Awash Agricultural Development Enterprise (MAADE) indiquent que, pour la période de 1982/8314 à 1989/90, les récoltes endommagées par le bétail des éleveurs afar s’élèvent à une valeur de 9,25 millions de birrs (Ali Saïd, art. cit.  136). Elles passent sous silence les pertes civiles, le nombre de têtes de bétail saisies et le montant des amendes payées côté afar. La réaction du représentant du Derg était à la hauteur de l’incompréhension qui s’était installée entre la Junte au pouvoir et les Afar. À cette date, la première cherchait à camoufler la rumeur d’une famine que l’on disait beaucoup plus grave que celle de 1973. Par conséquent, ayant en tête le rôle de la famine dans la chute du pouvoir impérial, elle faisait un lien entre sa survie et l’amélioration de la productivité des fermes d’État. Les rapports qu’elle recevait des administrations de ces fermes et des experts accablaient les éleveurs Afar, rendus responsables en grande partie de la faible performance enregistrée.

26Par ailleurs, le Derg avait du mal à comprendre l’échec du projet de sédentarisation qu’il avait initié dans la région en faveur d’un petit nombre d’entre eux avec un double souci d’amélioration de conditions de vie et de contrôle. Les informations de terrain qu’il recevait des experts l’attribuaient au manque de participation des intéressés. L’économiste et agronome Desallegn Rahmato alla jusqu’à affirmer que « les Afar étaient souvent peu adaptés au travail manuel difficile, et n’avaient aucune qualification traditionnelle, adaptable à la culture de la terre » (Desallegn R., 1985).

Poursuite de la guerre de déracinement

27Sous le régime du Derg, les éleveurs du sud du pays Afar furent également confrontés à la poursuite d’une guerre mortelle de déracinement de la part de leurs voisins, les Somali-Issa, appuyés en sous-main par la Somalie puis par la République de Djibouti (Markakis, 2002 ; Tadesse Medhane, 2006). En 1977, lors de l’agression somalienne, les Afar prirent majoritairement parti pour l’Éthiopie dans l’espoir de bénéficier en retour de son appui pour mettre fin à cette guerre de déracinement. Espoir vite déçu car une fois les forces somaliennes boutées hors du pays, le gouvernement éthiopien fit une sourde oreille à leurs plaintes. Il y a plusieurs explications à cette attitude du gouvernement de Mengïstu. D’une part, il ne voulait pas endommager ses rapports fragiles avec le gouvernement de Djibouti, dominé par les Somali-Issa. Il le considérait comme un allié international important. D’autre part, à force de laisser faire, voire de favoriser les conquêtes somali, le Derg visait à bien tenir les Afar jugés turbulents et à mieux exploiter la riche vallée de l’Awash.

28Cette expansion territoriale connût, au cours des années 1980, une intensification qui s’expliquait par des motifs économiques. Il y avait d’abord l’appât du gain résultant de l’avènement du commerce lucratif de bétail avec les pays arabes du golfe à travers le port de Berbera, dominé par une nouvelle classe de marchands somaliens. Cette dernière finançait des raids de pillages de bétail (Tadesse Medhane, 2006). L’apparition à Djibouti d’une nouvelle catégorie de commerçants proches du régime constituait le second facteur. Ceux-ci firent la promotion de la contrebande des biens de consommation en direction de l’Éthiopie. Laquelle activité favorisa l’implantation au cours des années quatre-vingt de deux bourgades Somali-Issa de contrebande le long du corridor ᶜAsab-Addis Abäba : ᶜAdaytu et Gadmaytu. Lesquels bourgades, qui s’ajoutaient au marché Taiwan de Dire Dawa, bénéficièrent de la protection des militaires gouvernementaux stationnés dans la région.

29Cependant, en 1987, lorsque le dossier du conflit parvint au bureau du président du Derg, le colonel Mengïstu Haylé Maryam, ce dernier finit par prendre des mesures provisoires, par crainte qu’il puisse compromettre la circulation sur l’axe routier stratégique Addis Abäba-ᶜAsab. Dans une lettre confidentielle adressée aux principaux responsables politiques et militaires concernés, il a ordonné la mise en place d’un comité pour étudier une solution à long terme pour ce conflit. En attendant, il a donné une directive pour créer une zone tampon de 20 km à l’est du corridor et interdire toute présence armée à moins de 40 km. Les Issa devaient être autorisés à faire paître leur bétail sur les 10 premiers kilomètres, sans port d’armes, de même les Afar sur les 10 premiers kilomètres, à l’est du corridor. Les deux groupes devaient être séparés par une zone-tampon de 20 kilomètres où la présence des Afar comme des Issa n’était pas autorisée. Cette directive fut mise en œuvre et le comité d’étude mis en place a par la suite rendu son rapport au président. Aucune suite ne lui fut réservée car le régime avait d’autres préoccupations plus urgentes pour sa survie (Yasin Mohamed Yasin, 2010  177-178).

30En 1991, à la chute du régime du Derg, MacDonald présente la situation des Afar de la rive orientale de la moyenne vallée de l’Awash en ces termes :

  • 15 [On the east bank of the river the Afar see themselves being squeezed out of their traditional past (...)

Sur la rive Est du fleuve, les Afar se voient extorquer de leurs pâturages traditionnels par deux forces puissantes – le gouvernement qui convertit leurs pâturages de la saison sèche de la rive en projets d’irrigation ; et les Issa qu’on dit de plus en plus bien armés et organisés qui les attaquent de l’est et limitent leur utilisation des plaines d’Alledeghi [Ḥalayḍagi]15 (MacDonald, 1991).

31Le sort des éleveurs afar riverains de cet axe routier stratégique ne sera pas meilleur avec l’avènement de la République fédérale et démocratique d’Éthiopie qui a pris la succession de la République populaire et démocratique d’Éthiopie. Les raisons sécuritaires et économiques qui continuent de prévaloir engendrent les mêmes effets.

Fig. 6 : Vue partielle de la rivière Awash au niveau de la ville d’Aysaʿeyta.

Fig. 6 : Vue partielle de la rivière Awash au niveau de la ville d’Aysaʿeyta.

Fig. 7 : Vue partielle d’un village des sédentaires d’Awsa.

Fig. 7 : Vue partielle d’un village des sédentaires d’Awsa.

Fig. 8 : Vue partielle d’un champ dans l’Awsa.

Fig. 8 : Vue partielle d’un champ dans l’Awsa.

Notes

1 En 1992, au lendemain de la chute du Derg et le retour du sultan Ali-Miraḥ, ces paysans afar ont été chassés de ces terres.

2 Entretien à Samra, 15 septembre 2005.

3 [With the exception of small experimental schemes for pastoralists at Amibara in the middle valley and Dubti in the lower valley, essentially nothing has been done to address the now longstanding grievances of the pastoralists. In fact the number of pastoralists at Amibara was itself reduced when the government discovered that most pastoralists had not been satisfactorily integrated into production work on the scheme.]

4 Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Logiya, 23 août 2005.

5 [It was after the drought-victims had already left their locality and gathered in urban centres and relief camps that the government and NGOs tried to distribute emergence relief food. Consequently, in addition to deaths from hunger, the starved people were exposed to epidemics which took many lives in the relief camps.]

6 Grade de la marine correspondant à celui de colonel.

7 À l’époque, en raison de la souveraineté française sur le Territoire de Djibouti, la représentation diplomatique ne pouvait être que consulaire, dirigée par un consul général, lequel avait cependant rang d’ambassadeur, en raison de l’importance de sa mission.

8 Ambassadeur au Yémen puis Premier Conseiller en Union soviétique.

9 Au lendemain de la chute du régime du colonel Mengïstu Hayle Maryam, il avait été nommé Consul en République arabe d’Égypte, poste dont il a fait défection. Il vit actuellement en exil en Norvège où il travaille comme chercheur à l’Institut de recherche sur la paix d’Oslo.

10 Il faisait partie de quelques rares musulmans associés à ce processus. Cf. Hussein Ahmed, 1994 : 789.

11 Point kilométrique 7.

12 Acronyme de : Council for Mutual Economic Assistance, conseil économique mutuel, le marché commun des pays du bloc de l’Est.

13 À l’exception d’une courte période au cours de laquelle l’empereur Hayle Sïllasé avait fait stationner à Gawwani une unité de la troisième division.

14 L’année fiscale éthiopienne commence le 8 juillet. C’est ce qui explique que, dans les statistiques, les années sont indiquées en années éthiopiennes. Par exemple : 1982/83 correspond à la période s’étendant du 8 juillet 1982 au 7 juillet 1983.

15 [On the east bank of the river the Afar see themselves being squeezed out of their traditional pastures by two powerful forces – the government which converts their riverine dry season grazing into irrigation schemes; and the Issa said to be increasingly well armed and organized, who attack them from the east and restrict their use of the Alledeghi Plains.]

Table des illustrations

Titre Fig. 6 : Vue partielle de la rivière Awash au niveau de la ville d’Aysaʿeyta.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 7 : Vue partielle d’un village des sédentaires d’Awsa.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 8 : Vue partielle d’un champ dans l’Awsa.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable