Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Chapitre 5. L’évolution institutionnelle

Texte intégral

L’autonomie interne : une promesse vite oubliée

1L’Éthiopie pouvait espérer, par l’intermédiaire du MNLA et des personnalités de l’entourage du sultan ᶜali-Miraḥ dont elle a pu obtenir le ralliement en 1976, se concilier les faveurs des Afar impliqués indirectement dans deux conflits régionaux : les disputes frontalières causées par les revendications territoriales de la Somalie et la lutte pour l’indépendance de l’Érythrée.

2L’évolution de la situation politique dans le Territoire français des Afars et des Issas (TFAI) demeurait la source d’une grande inquiétude pour l’Éthiopie dont 60 % du commerce extérieur transitait par le port de Djibouti. Le 17 juillet 1976, le président du Conseil de gouvernement ᶜAli ᶜAref Bourhan, lâché par la France, fut acculé à la démission. Un gouvernement de Transition fut mis en place. Il était dirigé par ᶜAbdallah Moḥamed Kamil dont le choix par Ḥassan Gouled Aptidon, le président de la Ligue populaire Africaine pour l’indépendance (LPAI), probablement conseillé par l’administration française, pour assurer cette transition difficile s’expliquait d’abord par la confiance qu’il inspirait à l’ensemble des communautés du Territoire. Ensuite, il n’appartenait à aucune des formations en présence sur la scène politique. Cela constituait des atouts pour conduire le pays vers l’indépendance dans l’unité de ses composantes ethniques. À cela s’ajoutait sa connaissance des grands dossiers économiques et de l’administration du Territoire. Enfin, ce diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris avait une idée claire des enjeux entourant l’accession à l’indépendance du Territoire. De ce fait, il bénéficiait de la confiance de l’administration de la puissance coloniale en charge d’assurer cette transition.

3L’Éthiopie vit en ᶜAbdallah Moḥamed Kamil, un ami d’Ismaᶜil ᶜAli Yussuf, le représentant officieux de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ dans la colonie française, désigné à ce poste par la LPAI, un mouvement indépendantiste pro-somalien. Cette formation fit son entrée dans ce gouvernement où elle occupa deux portefeuilles ministériels de poids, l’Intérieur et l’Enseignement confiés à deux membres de son comité exécutif. Un troisième dirigeait désormais le cabinet du nouveau président du Conseil de gouvernement. Ce dernier réserva sa première visite extérieure à la République démocratique de Somalie, la première effectuée par un officiel de son rang dans ce pays voisin. Cette visite, qui faisait suite à une invitation officielle, fut interprétée par l’Éthiopie comme le signe d’un changement dans les rapports entre la France et la Somalie.

4Des inquiétudes résultant des préjugés éthiopiens furent exprimées au tout début du mois d’août 1976 par Aḥmed Bourhan, le secrétaire général du Mouvement de libération de Djibouti (MLD) pro-éthiopien. Celui-ci accusa la France « de bloquer la marche vers l’indépendance du Territoire et de vouloir ainsi prolonger sa domination coloniale aussi longtemps que possible » (The Ethiopian Herald, 8 août 1976 : 1 et 5).

5Le mouvement avait été créé par les Éthiopiens en décembre 1964 à Dire Dawa sous la présidence de cet ancien ministre (1959-1960) d’origine afar, d’abord sous le nom du Comité de libération de Djibouti (CLD) pour faire contrepoids dans les forums internationaux au Front de libération de la Côte des Somalis (FLCS) créé et soutenu par la Somalie. La comparaison s’arrête là. Cette organisation ne bénéficia ni des moyens financiers ni ne disposa des combattants armés formés par le pays hôte comme c’était le cas pour le FLCS.

6À la fin du même mois, ce fut au tour des dirigeants du MNLA, fraîchement ralliés au régime, de proclamer leur ferme soutien au projet éthiopien selon lequel les deux États voisins du TFAI, la Somalie et l’Éthiopie, devraient garantir l’indépendance et l’intégrité territoriale de Djibouti dès la fin de la présence française (The Ethiopian Herald, 27 août 1976 : 3).

  • 1 Il s’agissait d’Olivier Stirn, Secrétaire d’État chargé des DOM-TOM (« Département Outre-Mer-Territ (...)

7À partir de ce moment, l’Éthiopie fit tout pour peser sur les événements en cours dans le TFAI. Elle s’assura l’appui des partis politiques afar, l’Union nationale pour l’indépendance (UNI) et le Mouvement populaire de libération (MPL), en échange de la promesse de les aider mais aussi d’accorder à leurs frères éthiopiens une autonomie interne. L’Éthiopie semble avoir joué un rôle certain dans le boycott de ces partis lors de la table ronde de Paris au début du mois de mars 1977, réunissant autour du secrétaire d’État français aux DOM-TOM1, les représentants des partis politiques du territoire (Kassim Shehim et James Searing, 1980 : 220). Elle faisait suite à une résolution des Nations unies du 25 novembre 1976 invitant la France « à mener scrupuleusement le processus d’indépendance de Djibouti » (Comte, 1979 : 19).

Le congrès pan-afar de Gawwani

  • 2 L’organisation de ce congrès a permis au Derg d’être crédité par certains auteurs d’avoir résolu le (...)

8Une année après la proclamation du programme de la révolution nationale démocratique (RND) et deux semaines après la table ronde de Paris, l’appel à la création d’une région administrative afar constitua l’une de deux principales recommandations du congrès pan-afar2311 qui s’était réuni du 8 au 16 avril 1977 à Gawwani, un village de la moyenne vallée de l’Awash. Plus de 500 délégués ont participé à ces assises, venant des Kifle-hager du Wällo, du Harargé, du Shewa, de l’Érythrée et du Tigray ainsi qu’une dizaine d’observateurs, représentant les deux partis politiques afar de Djibouti, l’Union nationale pour l’indépendance et le Mouvement populaire de libération.

  • 3 Dirigé par Gemaluddin Abdulkadir Rêdo, en faisaient partie Moḥamed Aḥmed Cheḥem, Umar Ali Khayri (...)

9En avance, le 8 février 1977, le comité d’organisation de ce congrès pan-afar, l’Afar Affairs Committee du POMOA3, avait donné les dix raisons et justifications suivantes pour sa tenue et la création d’une région administrative afar au sein de l’Éthiopie socialiste :

  1. assumer l’autonomie régionale de la nationalité afar conformément à l`article V [du programme] de la RND éthiopienne ;

  2. protéger et sauvegarder la révolution éthiopienne contre les forces réactionnaires ;

  3. sauvegarder les victoires et les avantages révolutionnaires obtenus par la nationalité afar sur les contre-révolutionnaires ;

  4. concevoir les moyens et les mécanismes par lesquels les populations afar participeront par eux-mêmes directement et entièrement aux programmes et aux projets de développement initiés pour eux par le Conseil militaire administratif provisoire (CMAP) ;

  5. créer et promouvoir l’unité et l`alliance pan-éthiopienne entre le peuple afar et les autres nationalités opprimées de la nation ;

  6. créer un front commun entre la nationalité afar et les autres forces progressistes en vue de la construction de l’Éthiopie socialiste ;

  7. entreprendre des actions révolutionnaires unifiées contre les forces alliées de la réaction et de la contre-révolution ;

  8. défendre l’unité nationale et l’intégrité territoriale de l’Éthiopie sur la frontière nord-est contre les infiltrations ;

  9. concevoir et soumettre au CMAP des plans et projets appropriés pour le développement national afar ;

  10. donner aux Afar la possibilité de jouer leur rôle dans la lutte révolutionnaire et nationale contre l’oppression de classe et de nation et dans la construction démocratique de l’Éthiopie nouvelle, libre, juste et socialiste (The Ethiopian Herald, 29 avril 1977 : 2).

10Cependant, dans un court article consacré à l’ouverture de ce congrès, le quotidien gouvernemental, The Ethiopian Herald, se contenta de rappeler que son objectif était « de permettre aux Afar de participer pleinement aux activités de développement que le CMAP a conçu pour la région dans la droite ligne du programme de la RND et de définir les lignes directrices pour un rôle actif de la nationalité afar dans la lutte contre les forces coalisées anti-peuples et antirévolutionnaires dans le pays. La conférence devait également établir les directives afin de permettre à la nationalité afar de participer pleinement à l’effort de construction d’une nouvelle Éthiopie socialiste dans l’égalité, la liberté et d’une manière démocratique par l’éradication de l’oppression basée sur la classe et la nationalité” (The Ethiopian Herald, 13 avril 1977).

  • 4 Il s’agissait d’une mise en scène organisée par des soldats gouvernementaux. Entretien avec Gemalud (...)
  • 5 D’après les informations que les responsables du MNLA avaient obtenues à l’époque du Meison et conf (...)

11La cérémonie d’ouverture de ces assises fut présidée par le sous-lieutenant Negussie Negassa Erko, membre du comité permanent du Derg, chargé du bureau provisoire de l’organisation des Masses et à ce titre responsable de la question de l’autonomie régionale. Mauvais présage. Celui-ci fut abattu le jour même d’une balle dans la tête par derrière sur le chemin de son retour à Addis Abäba, quand le cortège officiel tomba dans une embuscade tendue par des éléments armés4, non loin de Gawwani. Officiellement, son assassinat annoncé le 10 avril, deux jours après, fut attribué à des bandits, sans plus de précision5.

  • 6 Abiyot Adebabay en amharique, cette grande place de la capitale située en plein centre-ville a reco (...)

12À l’appel du Derg, une manifestation de masse fut organisée à sa mémoire le lendemain dans la capitale sur la Place de la Révolution6, à l’occasion de funérailles nationales placées sous la présidence du vice-président du CMAP, le lieutenant-colonel Atnafu Abate (The Ethiopian Herald, 12 avril 1977 : 1). Dans un communiqué relatif à cet assassinat, les participants au congrès pan-afar de Gawwani affirmèrent que « les responsables de l’assassinat du camarade Negussie sont opposés, entre autres, aux intérêts fondamentaux du peuple Afar ».

  • 7 Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Samra, 15 juillet 2005.
  • 8 Voir également Fred Halliday et Maxine Molyneux, 1981 : 164 ; Solomon Gashaw, 1993 : 153.

13D’origine Oromo, Negussie Negassa Erko était, selon Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo, un fervent partisan de l’application du système de fédéralisme ethnique en Éthiopie sur le modèle de la Yougoslavie qu’il avait étudié7. La revue Africa Confidential, bulletin spécialisé d’informations politiques et économiques du continent publié à Londres, confirme d’ailleurs qu’il revenait juste d’une visite d’étude de six semaines dans ce dernier pays (Africa Confidential, 1978 : 178)8. Proche du Meison, il faisait partie des rivaux potentiels du commandant Mengïstu Hayle Maryam au sein du Derg.

14Au cours de ce congrès de Gawwani, les demandes présentées par les Afar au gouvernement se résumaient, selon Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo, à deux principaux points :

15L’octroi d’une autonomie interne dans le cadre d’une région regroupant l’ensemble des terres afar, alors morcelées dans cinq Régions administratives du pays.

16L’extension des infrastructures d’éducation, de santé et promotion des activités de développement pour sortir de toutes sortes d’arriération.

17En guise de réponse, le Derg promit de satisfaire ces revendications, et prétextant l’urgence de la situation, il demanda au préalable aux Afar de sauver le pays de l’asphyxie, en faisant en sorte que leur territoire traversé par la route reliant Addis Abäba au port de ᶜAsab, où se trouvait la seule raffinerie du pays, ne puisse servir de pont reliant le sécessionnisme érythréen à l’irrédentisme somalien.

18Les résolutions adoptées à l’issue de ce congrès pan-afar citées par le quotidien The Ethiopian Herald présentaient quelques différences par rapport à ces demandes initiales. Elles portaient sur la création d’une région administrative englobant l’ensemble des Afar, alors éparpillés dans les différentes régions administratives et la poursuite à large échelle du programme de sédentarisation pour les semi-nomades afar en vue de renforcer leur participation économique. Une autre résolution avait trait à la formation de la milice populaire qui protégerait le littoral contre les forces antirévolutionnaires et anti-unité.

19Le journal ajoute :

  • 9 [The proposal for establishing an Administrative region for the Afar nationality opens up a venue f (...)

La proposition pour la création d’une région administrative pour la nationalité Afar ouvre la voie pour l’autonomie régionale qui est envisagée par les masses opprimées de l’Éthiopie et leurs alliés progressistes9 (The Ethiopian Herald, 6 mai 1977).

20La dernière partie de cette phrase met en relief la divergence existante sur la question de l’autonomie entre le Derg et le Meison, soutenu par l’Echat. Ces derniers voulaient la soulever rapidement alors que le premier était réticent.

21Deux facteurs semblent avoir joué un rôle important dans l’acceptation par le Derg de l’organisation de ce congrès pan-afar. Le premier était la percée des indépendantistes érythréens dans la province de la Dankalie permise grâce à une nouvelle approche adoptée vis-à-vis des Afar, dans une région où les forces gouvernementales ne contrôlaient plus que la cité portuaire de ᶜAsab et le village côtier de Thiᶜo, plus au nord que ᶜAli Moḥamed Ibrahim dissuadait d’attaquer pour éviter un affrontement avec une milice afar assurant sa défense. À ce niveau, l’objectif du Derg était de prévenir la menace qu’allait faire courir à l’Éthiopie une alliance de l’ensemble des Afar avec les Érythréens.

22Le second facteur était l’imminence de l’indépendance de Djibouti dont la proclamation était fixée au 27 juin 1977. Le comportement des Afar, l’une des deux principales composantes ethniques du Territoire, à l’égard du gouvernement éthiopien, apparaissait crucial au maintien de l’indépendance du nouvel État face à l’irrédentisme somali. Le Derg était conscient que sans leur aide, il ne pourrait maintenir le libre accès au port de Djibouti par lequel transitait la moitié des importations et des exportations de l’Éthiopie. C’est pourquoi l’idée poursuivie par l’acceptation de la tenue de cette conférence était aussi de se concilier les faveurs des Afar afin de disposer d’un levier pour intervenir sur l’échiquier djiboutien.

  • 10 Dans ses mémoires, Jacques Foccart, l’ancien secrétaire général aux Affaires africaines de l’Élysée (...)

23Cette attitude s’expliquait par l’évolution de la situation dans le Territoire qui suscitait de la part des Éthiopiens des craintes pour leurs intérêts. En effet, si la France avait obtenu de la Somalie, à l’issue d’une série de réunions à Mogadiscio en janvier 1977, l’assurance du respect de l’indépendance et de l’intégrité de la future République de Djibouti (Kassim Shehim et James Searing, 1980 : 279)10, cela n’écartait pas la possibilité d’annexion par la voie légale. En effet, en dépit de ces assurances, il n’échappait à personne que Siyad Barré ne pourrait concevoir une indépendance du Territoire distincte de la Somalie, laquelle aurait signifié le reniement du principe de l’unité somalienne proclamée par la constitution. Plutôt, il était anticipé qu’une fois l’indépendance acquise, le nouvel État vînt solliciter son admission en Somalie, s’il le fallait par voie référendaire et par l’effet du plus grand nombre qu’il avait auparavant négocié avec la puissance de tutelle.

24En effet, cette veille de l’indépendance fut marquée par la distribution de la carte d’identité aux Somali dans l’intention d’apporter une modification « technique » à la composition ethnique du corps électoral du Territoire. Lequel passa de 54 712 dont 31 600 Afar en 1975 à 106 000 dont 42 000 Afar au 31 janvier 1977. Les Afar, qui représentaient 57,75 % du corps électoral en 1975, se virent ramenés à 39,62 % en 1977.

25Pierre Hugot rapporte que c’était pour parer à une éventualité d’annexion par la voie légale que le président du gouvernement de Transition, ᶜAbdallah Moḥamed Kamil avait réclamé au cours des différentes tables rondes une majorité absolue pour les Afar dans la future Assemblée constituante.

  • 11Abdallah Moḥamed Kamil corrige ce chiffre. Il affirme avoir prôné l’attribution de trente et un si (...)

L’idée de la liste unique lui parut admirable. Qu’elle favorisât la L.P.A.I. n’était à ses yeux d’aucun inconvénient. Il était prêt personnellement à faire pression sur les Afars pour qu’ils y adhèrent en masse, ou qu’à la faveur de ces adhésions se constitue un nouveau rassemblement multiracial aux dimensions de la nation. Il n’y mettait qu’une seule condition, parfaitement conforme aux discours qu’il avait toujours tenu au cours des tables rondes : que les Afars inscrits sur la liste unique y détiennent la majorité absolue, soit trente-trois députés11 […] Ce dont il voulait prémunir son ethnie, et se prémunir lui-même, c’est qu’à la faveur d’événements imprévisibles, et sans suspecter le moins du monde la bonne foi de ses interlocuteurs somalis d’aujourd’hui, la Chambre des députés du nouvel État puisse trouver un jour en son sein une majorité pour voter l’annexion à Mogadiscio (Oberlé et Hugot, 1985 : 295-296).

  • 12 Ce que confirme Abdallah Moḥamed Kamil. Ibidem.

26La façon dont Pierre Hugot présente la position de ᶜAbdallah Moḥamed Kamil montre que cette préoccupation était aussi celle de l’administration coloniale12. En effet, l’espoir nourri par le général Barré, et semble-t-il partagé par l’ensemble de la classe politique somalienne, était un secret de polichinelle. D’une part, il suscitait l’inquiétude de l’administration française et d’autre part, il lui servait d’un argument supplémentaire à destination de l’opinion publique internationale de la nécessité de maintenir une présence militaire après l’accession du Territoire à l’indépendance.

  • 13 Les Afar bénéficièrent de 26 sur 36 sièges des circonscriptions de l’intérieur, à raison de 12 à Ta (...)

27Et c’est Aḥmed Dini Aḥmed qui concéda une légère sous-représentation des Afar dans la circonscription de Djibouti13 et du coup une majorité de deux sièges aux Somali. Il explique sa décision en ces termes :

Les impératifs politiques qui m’ont poussé à cette concession étaient, d’une part de prouver aux Issa que les Afar n’avaient pas d’arrière-pensées hégémoniques, et déjouaient ainsi le déchirement que les observateurs avaient prédit, d’autre part d’ôter aux Issa tout motif de solliciter le soutien de la Somalie, ce qui ne pouvait manquer de susciter des inquiétudes légitimes de l’Éthiopie, mettant ainsi en danger la survie de la nouvelle République (cité par Ali Coubba, 1998 : 165-166).

  • 14 Secrétaire aux relations extérieures successivement du MPL et du FLDD (1976-1982), puis représentan (...)
  • 15 Entretien avec une personne qui avait assisté à l’entrevue et assuré la traduction. Addis Abeba, 30 (...)

28La perspective d’annexion par la voie légale ou surtout d’installation d’un gouvernement allié au régime de Mogadiscio était sérieusement prise en compte par l’Éthiopie. C’est pourquoi, peu après le congrès pan-afar de Gawwani, lors d’une première entrevue accordée à Ismaᶜil Ibrahim14, le secrétaire aux relations extérieures du MPL, le président Mengïstu Hayle Maryam avait promis à cette organisation un appui sans faille en cas du déclenchement de la lutte armée, « même des chars, s’il le faut », aurait-il affirmé15. Cependant, en rapportant le propos de Mengïstu, notre intention n’est pas de faire un lien entre cette promesse et le refuge des dirigeants et militants du MPL et de l’UNI en Éthiopie peu après l’accession à l’indépendance du pays, lequel avait été motivé par la répression qui s’était abattue sur eux (Cf. Antoine Comte, 1979 : 19).

29Cette promesse est un exemple parmi tant d’autres qui démontrent que pour le Derg, l’acceptation de la tenue du congrès pan-afar de Gawwani s’expliquait par le bénéfice qu’il pouvait en escompter, eu égard au contexte du moment et à la sécurité du pays, plutôt que par une volonté de contribuer à la résolution d’un problème politique. Cette attitude résultait d’une mentalité qui faisait que la question afar était perçue par les gouvernements éthiopiens successifs d’abord comme une question relevant de la sécurité de l’Éthiopie. La preuve en était que la presse officielle n’accorda au congrès pan-afar de Gawwani qu’une couverture minimale.

  • 16 D’origine oromo de la région de Wollega, il avait suivi ses études universitaires à l’université Ha (...)
  • 17 Capitaine de l’armée de l’Air, il fut par la suite cumulativement avec sa fonction de secrétaire gé (...)

30Quant au Meison, il avait pris ce congrès au sérieux et percevait le projet de l’autonomie afar comme un début de réponse au problème des nationalités en Éthiopie. Cette organisation s’était fortement impliquée dans la préparation et l’organisation de ce congrès par le biais de ses dirigeants, membres du POMOA. Le rapport rédigé à l’issue de ce congrès par Hayle Fida, son leader16, en sa qualité de président de cette dernière institution, aurait été très significatif de son souhait de voir l’aboutissement du projet d’autonomie interne de la région Afar. Ce rapport fut transmis au Derg, lequel chargea son secrétaire général, le capitaine Fikre Sïllasé Wogderess17, de présenter la question de l’autonomie de la région afar après avoir fait effectuer des études nécessaires. À cette fin, un comité fut mis en place, présidé par le ministre de l’Intérieur, le colonel Legesse Wolde Maryam ; Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo en fit partie. Selon ce dernier, trois succès peuvent être portés au crédit du congrès pan-afar de Gawwani. D’abord, le fait d’avoir permis aux Afar de se retrouver pour la première fois en un même lieu afin de mieux cerner les difficultés auxquelles ils faisaient face dans les diverses régions administratives. Ensuite, le congrès avait changé la nature de la question de l’unité afar et de l’identité nationale qui passait des préoccupations de quelques activistes à celles de la population dans son ensemble. Enfin, elle avait été l’occasion pour les Afar de prendre conscience de leur potentialité, laquelle du coup avait donné la vitalité à leur aspiration à l’unité et à l’autonomie (Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo, 1998 : 43).

La dissidence des Ḍukko-ḥina18

  • 18 En afar : Xukko-Cina.
  • 19 À l’exception de quelques cadres militaires dont Ali Abdu, ancien dissident du Front de libératio (...)

31Plus d’une année après le congrès de tous les Afar de Gawwani, le MNLA, organisation des cadres, bénéficia du ralliement d’un groupe de dissidents du FLA qui allait lui servir de bras armé. Il s’agissait de quelques 200 combattants, originaires d’Awsa19 et du piémont nord-est du Wällo. Ils s’étaient regroupés dans une localité située au nord de Buré et dans la région de Téru. S’auto-désignant sous le nom de Ḍukko-ḥina qui veut dire littéralement « ceux qui refusent l’oppression », ils s’opposaient à la gestion patrimoniale de l’organisation par la famille de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ. Cette dissidence était dirigée par Moḥamed ᶜAli Moumin dit Moḥamed Ḥajji, un cadre militaire formé dans une académie militaire irakienne au début des années 1970 par le FLE. Il avait rejoint cette organisation fin 1969 au moment de la première dissidence afar. À l’issue de sa formation militaire, alors qu’il se trouvait à ᶜAden, Moḥamed Ḥajji avait rencontré Ismaᶜil Moḥamed dit ᶜAsa Ismaᶜil, en route pour l’Awsa. À cette occasion, il avait été convaincu par celui-là même qui l’avait recruté dans la résistance érythréenne de soutenir les Afar de l’Awsa qui s’organisaient pour faire face à la Junte militaire.

32Moḥamed Ḥajji se rendit dans cette région deux jours avant le déclenchement du conflit, en compagnie d’un certain nombre de personnalités afar dont Ismaᶜil ᶜAli Yussuf, Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ, Yussuf Yasin Maḥammôda, Moḥamed Abubaker et Mussa Moḥamed Abubaker. Alors que tous ces derniers, à l’exception de Ḥanfaré, étaient retournés à Djibouti en compagnie du sultan ᶜAli-Miraḥ, il avait rejoint dans les environs de Ḥayyu le camp d’entraînement ouvert pour former de nouvelles recrues.

  • 20 Aḥmed le Petit. C’était un spécialiste des mines.

33Mussa Aḥmed occupait la seconde position dans la hiérarchie du groupe dissident. Cadre militaire, il était issu du clan maternel du sultan ᶜAli-Miraḥ. Les autres responsables étaient ᶜAli ᶜAbdu Tiᶜé, Moḥamed Yussuf ᶜAli, Buḍah-Abba Aḥmed Tiᶜé, Moḥamed Ḥussein Dato, Ḥussein Mududda, Ḥoumed « Ala » et Aḥmed Sakir20. Le premier était en charge de la logistique et des relations avec le commandement de l’Unité administrative 12 du FLE-CR. Les deux derniers avaient fait partie avec un combattant Tigré Mariya d’un groupe d’appui et d’encadrement mis à la disposition du FLA par le FLE-CR peu après le déclenchement de la rébellion pour entraîner ses combattants.

  • 21 Entretien à Addis Abäba, 14 juillet 2005.
  • 22 Entretien à Djibouti, 29 octobre 2010 et courrier électronique, 5 septembre 2010, communication per (...)

34Dans un témoignage oral, Ḥabib ᶜAli-Miraḥ du FLA attribue cette dissidence à la double influence du FLE-CR et du MNLA pour affaiblir l’organisation qui, selon lui, prenait de l’importance21. Il explique l’attitude du FLE-CR par deux facteurs. Il y avait d’abord la crainte résultant du nationalisme afar sur lequel s’appuyait le FLA. La perception de cette dernière organisation par la frange chrétienne et marxiste du FLE-CR, en dépit d’une alliance de circonstance, comme une force réactionnaire, dirigée par des féodaux constituait un second facteur. Cette version est contredite par Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ et Moḥamed Ḥajji pour qui le différend avait porté sur la gestion de la guérilla22.

  • 23 Chef du service des renseignements saoudiens, il fut à partir de 2001 ambassadeur extraordinaire et (...)

35Depuis la rupture avec l’aile militaire du MNLA, la famille et l’entourage du sultan ᶜAli-Miraḥ à l’exception de Ḥanfaré, se méfiaient des jeunes et, toute divergence sur la gestion de la guérilla était considérée comme une attaque contre elle. Les combattants, qui reprouvaient cette attitude, s’étaient regroupés autour du commandant Moḥamed Ḥajji qui alliait jeunesse, dynamisme et engagement à œuvrer pour la cause afar. Ce fut dans cette atmosphère de tiraillements qu’en juin 1976, Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ revint dans le maquis avec le soutien des Érythréens du FLE. Il n’y avait pas mis les pieds depuis fin 1975, date à laquelle il a été refoulé de l’aéroport de Djibouti par l’administration française du Territoire. Ḥanfaré rapporta avec lui d’importantes quantités d’armes et de munitions qui furent débarquées dans le petit port de Barri-ᶜAsolé, au nord de ᶜAsab, tenu par le FLE. Il fut accompagné par deux Saoudiens, le capitaine Nahar, un officier du service de sécurité et Aḥmed Maḥmud, le rédacteur en chef du journal Arab News. Laissant les armes aux mains des responsables de l’unité administrative 12 du FLE-CR, Ḥanfaré rejoignit avec ses accompagnateurs, sous une forte escorte des hommes du sultan Moḥamed Aḥaw de Biḍu, la majorité des combattants du FLA regroupés à Umbuleyta, une localité de la région de ᶜEli-daᶜâr, située à 50 km à l’ouest de la route reliant Addis Abäba au port de ᶜAsab. Une troisième personne, le Syrien ᶜAbdel Ḥaqqi Shaḥat, plus âgé que les deux Saoudiens, les rejoignit par le biais de Djibouti. Cet ancien chef du service des renseignements syriens travaillait pour le compte des Saoudiens. Les trois étaient envoyés par l’émir Turki bin Faysal bin ᶜAbd al-ᶜAziz23 afin d’informer l’opinion saoudienne et arabe et lui rendre compte de la situation sur le terrain.

  • 24 Entretien à Djibouti, 29 octobre 2010.

36Après le départ de la mission saoudienne, Ḥanfaré convoqua un congrès de combattants qu’il a fait accepter par Moḥamed Ḥajji et ses partisans d’une part et Aḥmed ᶜAli-Miraḥ et ses partisans d’autre part. À cette occasion, il affirme dans son témoignage oral avoir rappelé d’emblée qu’il s’agissait non pas d’une résistance des sujets du sultan d’Awsa mais d’une résistance afar24. Il fit l’éloge de Moḥamed Ḥajji et de trois autres cadres Afar érythréens qui l’avaient rejointe pour mettre leur savoir-faire et leur expérience à son service. Tous les points de divergences ou de litiges entre les deux tendances furent discutés. Ḥanfaré a tranché plus ou moins en faveur de la thèse de restructuration du FLA prônée par Moḥamed Ḥajji et ses partisans. Les combattants furent répartis entre trois zones : Laᶜo, Dokᶜa et Awsa. Les deux dernières zones furent placées sous la responsabilité respectivement de Moḥamed Ḥajji et d’Aḥmed ᶜAli-Miraḥ. Le premier devait s’installer avec sa troupe dans la région de Géga à l’ouest de Millé. Il fut convenu qu’il soit assisté de quelques chefs traditionnels, fidèles au sultan.

37Lorsque Ḥanfaré voulut récupérer les armes qu’il avait confiées aux Érythréens, il se confronta à ces derniers qui s’en étaient approprié une bonne partie, promettant de les rembourser plus tard. Il les obligea à les lui rendre, sous la menace de déclencher une guerre. Elles furent distribuées aux combattants des trois régions instituées.

38Cependant, l’idée de devoir composer avec Moḥamed Ḥajji et son groupe n’avait été acceptée par Aḥmed ᶜAli-Miraḥ et la vieille garde des conseillers et chefs militaires du sultan que contrainte par la forte personnalité de Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ. Alors que ce dernier se trouvait en Arabie saoudite, ils avaient fait courir des rumeurs contradictoires. Dans l’une destinée au sultan, ils l’avaient accusé d’être derrière les Ḍukko-ḥina et de vouloir se substituer à son père et dans l’autre destinée à lui, ils avaient prêté aux Ḍukko-ḥina l’intention de vouloir l’assassiner. Dans ce dernier cas, l’objectif avait été de l’empêcher de se rendre sur le terrain.

39Aussi, quelques mois après, à la faveur du départ du terrain de Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ, les tiraillements étaient réapparus à nouveau après que les chefs traditionnels aient repris leur accusation à l’encontre de Moḥamed Ḥajji, étiqueté communiste, à savoir l’appropriation de la guérilla et la contestation de tout rôle à la famille du sultan. Certains enfants du sultan, ses conseillers et les Érythréens du FLE-CR firent au monarque afar des comptes-rendus défavorables sur le séjour de Ḥanfaré dans le maquis, le convaincant du coup qu’il cherchait à se substituer à lui. Par conséquent, d’une part, le sultan contraignit celui-ci de ne pas quitter l’Arabie saoudite et d’autre part, il dépêcha une délégation composée des chefs traditionnels codirigés par deux hommes de confiance, Ḥajji Yussuf ᶜAli et Moḥamed Gumḥed. Laquelle délégation s’était fait accompagner par Moḥamed Gaᶜass, le demi-frère de Moḥamed Ḥajji, en visite privée à Djibouti. Les discours tribaux tenus par la délégation n’avaient pas convaincu la majorité des combattants du FLA présents.

  • 25 Courrier électronique, 5 septembre 2010, communication personnelle.

40Peu après, le sultan avait demandé à ses fidèles de chefs traditionnels d’aller une deuxième fois dans le secteur et de pousser, par tous les moyens, leurs proches à se retirer de la troupe des Ḍukko-ḥina. Moḥamed Ḥajji affirme dans son témoignage oral que ceux-ci avaient planifié de le tuer mais le plan a été dévoilé à ses collaborateurs par une personne ainsi contactée25. Cependant, cette fuite ne fut pas mise à profit par ce commandant pour procéder à l’arrestation de la délégation du sultan et de la quinzaine de combattants qu’elle avait pu convaincre. Le souci était d’éviter tout motif qui aurait pu déclencher une guerre civile.

41Les responsables du FLE-CR, surtout ᶜAli Moḥamed Ibrahim proposèrent leurs bons offices à la famille de ᶜAli-Miraḥ et aux Ḍukko-ḥina afin de rapprocher les positions des deux parties. Mais la famille du Sultan ne voyait dans ce groupe que son premier ennemi lequel voulait détruire son pouvoir traditionnel. Des personnalités Djiboutiennes dont Ismaᶜil ᶜAli Yussuf et le commandant Moḥamed Aḥmed Kassim dit Ḥaysama, à l’époque respectivement ministre de la Justice et des Affaires musulmanes et commandant de la Gendarmerie nationale, entreprirent aussi une démarche de bons offices entre les deux parties. Elles firent venir du terrain une délégation dirigée par Moḥamed Ḥajji secondé par Buḍah-Abba Aḥmed Tiᶜé. Le premier a été déplacé à Djeddah avec Ismaᶜil ᶜAli pour y rencontrer le sultan en personne.

  • 26 Courrier électronique, 26 août 2010, communication personnelle.
  • 27 Entretien à Djibouti, 29 octobre 2010.

42Mais toutes ces initiatives de bons offices ne débouchèrent sur aucun résultat car le sultan et ses enfants tenaient à expulser du terrain par tous les moyens ce groupe de jeunes contestataires qu’ils percevaient comme un danger pour leur emprise sur la guérilla. D’ailleurs, à son retour à Djibouti vers la fin de l’année 1977, sultan ᶜAli-Mirah aurait proféré des menaces de mort à l’encontre de tout le monde, y compris de Ḥanfaré, son propre fils, et ce devant une délégation des Ḍukko-ḥina dirigée par Mussa Aḥmed. Ce dernier a été exécuté avec un autre membre de la délégation quelques jours après, sur leur chemin de retour26. Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ estime dans un témoignage oral que ce cadre militaire de valeur avait fait les frais de sa sincérité27.

43Au cours d’un processus d’environ une année avant d’en arriver à la dissidence du groupe Ḍukko-ḥina avec le FLA, le commandement de l’unité administrative 12 du FLE-CR fit bénéficier le premier de son appui logistique. Il jugeait nécessaire une opposition forte des Afar éthiopiens sur leur flanc et ne voyait pas d’inconvénient au fait qu’ils soient divisés en deux fronts. C’était le cas de la résistance érythréenne. Son souci semble avoir été d’empêcher le groupe dissident d’être récupéré par le gouvernement éthiopien.

  • 28 Les deux hommes ont trouvé la mort en juin 1978 à Darraba, dans l’arrière-pays de la cité portuaire (...)
  • 29 Ibidem.

44Cependant, deux semaines après la disparition de ᶜAli Moḥamed Ibrahim et de ᶜAbdulkadir Ramadan28 qui avaient une vision claire du problème afar en Éthiopie, le nouveau commandement de l’unité administrative 12, dirigé par l’ancien adjoint au chef militaire, Saleḥ Shum, un Saho ᶜAsawurta, ne voyait pas les choses de la même façon. Pour lui, ces jeunes afar dont certains responsables étaient d’anciens cadres du FLE ou des cadres du FLE détachés auprès du FLA représentaient une menace pour l’avenir de cette dernière organisation dans la partie méridionale de l’Érythrée. Par conséquent, il préférait avoir des bonnes relations avec la famille du sultan, laquelle, selon Moḥamed Ḥajji « ne présentait aucun risque car elle n’avait aucune influence sur les Afar hors de son “territoire” »29. Il mit fin à l’appui logistique que le FLE-CR accordait aux combattants du groupe Ḍukko-ḥina et leur imposa un blocus sévère du côté de la Dankalie. Une action similaire était préconisée du côté de Djibouti par certaines personnalités influentes dans la sphère du pouvoir.

45Peu après, Moḥamed Ḥajji, malade, dut quitter le terrain. Il fut chargé par ses compagnons de leur chercher un soutien extérieur, surtout en Irak où il avait été formé. La démarche de Moḥamed Ḥajji auprès du gouvernement irakien fut infructueuse.

46Les combattants du groupe Ḍukko-ḥina ne tardèrent pas à prendre conscience de leurs limites pour faire face à un triple ennemi : les forces gouvernementales éthiopiennes, le FLA du sultan ᶜAli-Miraḥ dont ils avaient fait dissidence et enfin le FLPT qui avait des ambitions territoriales en pays Afar. Ils eurent à discuter entre eux du choix crucial à mener : faire les frais d’une journée de combat contre l’une ou l’autre de ces forces ou rejoindre sans condition le MNLA et le gouvernement éthiopien. La seconde option fut retenue.

  • 30 Entretien avec Ali Abdo Tié à Addis Abäba, 18 avril 2010.

47En fin d’été, ᶜAli ᶜAbdu Tiᶜé et Buḍah-Abba Aḥmed Tiᶜé furent envoyés à Djibouti pour associer à leur décision Moḥamed ᶜAli Moumin dit Ḥajji. Ce dernier ne s’y opposa pas, tout en convainquant ses interlocuteurs de l’inutilité de sa participation30. En outre, l’exécution par le FLA du sultan ᶜAli-Miraḥ de deux de leurs chefs de file, Ḥussein Mududda et Mussa Aḥmed arrêtés à Bouyya, à l’intérieur des frontières de Djibouti et l’arrestation de trois autres, Moḥamed Yussuf ᶜAli, Aḥmed Sakhir et Buḍah-Abba Aḥmed Tiᶜé, par les gardes-frontières djiboutiens, lesquels furent par la suite libérés, allaient précipiter la décision de se rendre sans condition au gouvernement éthiopien.

  • 31 Interview d’Ismail Moḥamed Ismail, à l’époque membre du bureau de la représentation du FLE-CR en (...)

48Dans un journal publié à Damas, le FLE-CR condamna la reddition de ce groupe de combattants à l’ennemi éthiopien et pourfendit son ancien cadre, le commandant Moḥamed Ḥajji pour sa responsabilité supposée dans cet événement. Par la suite, le Front atténua sa position à l’égard de ce dernier quand il se rendit compte qu’il n’était pas pour grande chose dans cette évolution31.

49Ces dissidents furent organisés en miliciens, les uns dirigés par ᶜAli ᶜAbdu comme gardes côte et les autres furent chargés d’assurer la sécurité du tronçon de la route ᶜAsab-Addis Abäba traversant l’Awsa. Par la suite, ils furent utilisés pour combattre à la fois le FLA et le FLE-CR, aux côtés des troupes régulières éthiopiennes.

La participation des Afar à la reconquête de la Dankalie

  • 32 Entretiens à Djibouti avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem, à l’époque vice-administrateur en chef de la provi (...)

50Au lendemain du congrès pan-afar de Gawwani, les Afar alliés au gouvernement contribuèrent à la guerre de l’Ogaden contre les forces d’invasion somaliennes et surtout à la reconquête de la Dankalie (Érythrée) sur les combattants du FLE-CR. Et dans le dernier cas, comme les opérations se déroulaient chez eux, des divergences étaient apparues avec les officiers éthiopiens sur la manière de les mener. En effet, lors de la reconquête de Beylul et de Barri-ᶜAsolé, deux villages côtiers après la ville de ᶜAsab en direction du nord, les forces éthiopiennes n’avaient pas épargné les populations civiles et leurs biens, obligeant les premières à fuir vers Koka au Yémen du nord et pour certaines vers Djibouti. Pour éviter une répétition de telles conséquences lors de la reconquête d’Edd [ᶜIddi], le troisième village situé à 250 km au nord du port de ᶜAsab, les hommes de l’ex-Ḍukko-ḥina furent répartis dans les différentes unités et l’administrateur en chef de l’awrajja spéciale de ᶜAsab, le commandant Moḥamed Yasin Maḥammôda décida d’accompagner les troupes. Celles-ci débarquèrent par mer le 18 octobre 1978 à Darsa, au nord de Barri-ᶜAsolé. Le jour même dans la soirée, le commandant Moḥamed Yasin Maḥammôda trouva la mort à cet endroit avec quatre autres officiers et deux de leurs gardes du corps sous les balles d’un lieutenant en conflit avec ses supérieurs et qui se donna ensuite la mort32.

51Les troupes gouvernementales et les ex-combattants de Ḍukko-ḥina, renforcés par la milice populaire levée dans l’Awsa chez les agro-pasteurs, chassèrent les Forces du FLE-CR de la province de ᶜAsab. Par la suite, une grande partie des ex-combattants de Ḍukko-ḥina furent employés pour assurer la sécurité du tronçon de la route ᶜAsab-Addis Abäba traversant l’Awsa et une autre partie retourna de sa propre initiative à la vie civile.

52Un petit groupe, originaire du pays Afar oriental de la province du Tigray, dirigé par Ḥoumed « Ala » décida, quant-à-lui, de rejoindre l’embryon du mouvement Ugûgumo. Il fut attaqué en cours de chemin dans la région de Ḍoḍom par les forces du FLPT. A cette occasion, deux d’entre eux trouvèrent la mort et Ḥoumed « Ala », blesse, fut fait prisonnier. Après une période de captivité, il fut exécuté.

53Après la guerre de l’Ogaden et cette reconquête victorieuse de la province de ᶜAsab sur le FLE, le Derg trouva divers prétextes pour ne pas donner suite à la principale revendication des Afar à Gawwani : la création d’une région administrative, prélude à une région autonome. Et finalement, il était affirmé que les études réalisées concernant cette demande avaient été transmises à l’Institut pour l’étude des nationalités éthiopiennes qui devrait la présenter avec les résultats des études approfondies de toutes les nationalités du pays.

Extension de l’administration

  • 33 Cette décision a été présentée comme l’indice d’un traitement exceptionnel ou d’une reconnaissance (...)
  • 34 Certains auteurs commettent une erreur en faisant état de la nomination dès cette époque d'un dirig (...)
  • 35 D’origine tigréenne, celui-ci était lieutenant au moment de la formation du Derg en juin 1974. Memb (...)

54Tout en ne donnant pas suite à la revendication d’autonomie régionale, le Derg fit cependant en sorte que la région Afar devienne le centre d’une réalité administrative en augmentant le nombre des woreda et en nommant progressivement les cadres du MNLA à leur tête, parfois en remplacement des chefs traditionnels mais également à la tête des awrajja (ᶜAsab, Chercher-Adal et Gara-Guracha et Awsa)33. C’est ainsi qu’en mai 1978, plus d’une année après le congrès pan-afar de Gawwani, Aysaᶜeyta retrouva son rôle de chef-lieu de l’awrajja d’Awsa, en lieu et place de Bati, une ville des premiers contreforts du Wällo, et l’awrajja de ᶜAsab, séparée de la Région administrative d’Érythrée, fut érigée en une entité administrative spéciale placée sous contrôle du gouvernement central. Elle devint de fait la quinzième région administrative du pays. Certains observateurs ont vu derrière cette dernière décision l’intention du Derg de garder une façade maritime et le port de ᶜAsab en cas d’indépendance de l’Érythrée. Ḥabib Moḥamed Yayyo, précédemment administrateur du woreda de Dubti, fut promu administrateur en chef de l’awrajja d’Awsa. Un administrateur en chef afar fut nommé également à la tête de l’awrajja de Chercher, Adal et Gara-Guracha de la Région administrative du Harargé en la personne de ᶜUmar ᶜAli Khayri. Moḥamed Aḥmed Cheḥem, un dirigeant du MNLA, fut désigné administrateur en chef-adjoint de l’awrajja spéciale de ᶜAsab que continuait de diriger le commandant Moḥamed Yasin Maḥammôda. Après le décès de ce dernier le 18 octobre 1978, les dirigeants du MNLA avancèrent son nom pour lui succéder34. Le Derg, prétextant que seul un militaire pouvait se faire obéir par l’armée, nomma à ce poste un de ses membres, le commander Belay Bitow35.

Tableau 2 : Répartition du territoire Afar entre les kifle-hager, les awrajja et les woreda dans le découpage administratif de l’Éthiopie de 1974 à 1987.

  • 36 Entre parenthèses, le chef-lieu administratif.
  • 37 Actuellement appelée Kilite Awlaelo.
  • 38 Le chef-lieu, qui donne le nom au woreda, est situé à 55 km à l’est de Mekele, chef-lieu de l’ancie (...)
  • 39 Cette ville des premiers contreforts du Wällo était jusqu’en mai 1978 le chef-lieu de l'awrajja d'A (...)
  • 40 L’astérisque derrière le nom indique les woreda des hautes terres dont les Afar occupent la périphé (...)

kifle-hager

awrajja

woreda

1. Érythrée puis gouvernement central à partir de mai 1978

Asab (ᶜAsab36)

1. ᶜAsab-Raḥayto

2. Beylul

3. ᶜIddi

4. Thiᶜo

5. Mersa Fatima

2. Tigray (le piémont oriental des hautes terres et la dépression afar)

1. Agame (Adigrat)

2. Hulet Awlaelo37 (Wukro)

3. Enderta (Mekele)

4. Rayya et Azabo (Maychew)

1. La région de Dallôl dépendait d’un woreda de cette sous-province.

2. Baraḥlé

3. Abᶜala38

4. Digdisala

3. Wällo (les escarpements septentrionaux, orientaux et méridionaux des hautes terres, la basse vallée de l’Awash et ses environnants)

1. Rayya et Kobo (Alamata)

2. Yajju (Weldiya)

3. Ambassel (Haiq)

4. Kallu (Kombolcha)

5. Awsa39 (Aysaᶜeyta)

1. Les ᶜAginni et Ḥarsu dépendent des woreda de cette sous-province.

2. Habru*40

3. Tehulederae*

4. Kombolcha*

5. Dawwe*

6. Aysaᶜeyta

7. Dubti

8. Afambo

9. ᶜEli-daᶜar

10. Millé

4. Hararge (les terres de la rive gauche de la moyenne vallée de l’Awash)

Chercher, Adal et Gara-Guracha (Asbe Teferi)

1. Miᶜesso puis ᶜAmmibaḍa

2. Gawwani

5. Shewa (les escarpements septentrionaux et orientaux des hautes terres et les basses terres adjacentes de la rive droite de la moyenne vallée de l’Awash)

1. Yifat et Temuga (Efeson)

2. Tegoulet et Bulga (Debre Berhan)

3. Yerer et Kereyu (Nazareth)

1. Mafud*

2. Qawat*

3. Effrata-Jillé*

4. Ankober*

5. Awash

55En outre, dès l’été 1975, dans le cadre des réformes administratives consécutives à la réforme agraire du 4 mars, le régime du Derg avait aboli les systèmes de balabbat et de chika-shum jugés entre autres corrompus et arriérés. Ils avaient été remplacés par les associations des paysans, gebere mahbar avec à la tête un comité dirigé par un président. Il en avait été de même dans certaines régions agropastorales de l’Afar où des associations des paysans ou des pasteurs avaient été mises en place. Ailleurs, des individus triés sur le volet appelés les représentants des clans, en amharique Yegosa teteri ou Yegosa-tewakal avaient été désignés pour agir comme intermédiaires entre l’administration du Derg et les communautés. Certains balabbat engagés dans des activités agricoles avaient été arrêtés et emprisonnés.

Le Derg et les Afar djiboutiens

56Au niveau régional, quelques mois après l’accession à l’indépendance de Djibouti en juin 1977, l’Éthiopie accueillit sur son sol les dirigeants et militants de l’UNI et du MPL. Elle les installa dans des camps différents situés l’un sur les abords du lac Allalo, à quelques huit kilomètres au sud-est de Tanḍaḥo, dans la basse vallée de l’Awash et abritant les militants du MPL et l’autre à Shiffra, une localité située plus à l’intérieur, sur les contreforts nord-est du Wällo et abritant les militants de l’UNI. Par la suite, les militants du MPL furent transférés dans un camp situé à Waᶜama, dans la même région des contreforts. Les deux formations furent réunifiées en 1979 sur injonction du Derg sous le nom du Front démocratique pour la libération de Djibouti (FDLD). La Junte au pouvoir à Addis Abäba voulait une opposition unie et menaçante, tout en autorisant celle-ci à entreprendre quelques actions militaires.

57Un tel projet d’unification de ces deux formations avait été évoqué par le président du CMAP, Mengïstu Hayle Maryam au cours d’un entretien en date du 5 septembre 1977 avec l’ambassadeur de l’Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS) à Addis Abäba, Anatoly P. Ratanov. Il avait informé celui-ci que la jeune République de Djibouti avait pris une position inamicale à l’égard de l’Éthiopie dans le conflit éthio-somalien au cours des premiers mois en interdisant le survol de son territoire par l’aviation éthiopienne et en apportant entre autres une assistance médicale aux soldats somaliens blessés. L’extrait suivant du compte-rendu de l’ambassadeur de cet entretien porte sur la perception de Mengïstu de l’évolution de la position de la République de Djibouti et de ses différents mouvements en rapport avec l’intérêt éthiopien :

  • 41 [Now, however, that the Republic of Djibouti is suffering a serious economic crisis as a result of (...)

Maintenant, alors que la République de Djibouti souffre d’une crise économique sérieuse en raison de l’agression somalienne et, en particulier, maintenant que les saboteurs somaliens ont empêché le chemin de fer Addis Ababa-Djibouti de fonctionner, son gouvernement a exprimé sa bonne volonté pour entrer dans un rapport commercial avec l’Éthiopie. Mengïstu est sûr que ce développement positif dans la politique du gouvernement de la République de Djibouti gagnera dans la force. À Djibouti, poursuivit Mengïstu, il y a à l’heure actuelle trois groupes de forces politiques : (1) le parti du Mouvement populaire pour l’indépendance [de libération] (marxiste-léniniste), préconisant l’indépendance et la création d’un gouvernement progressiste (2) le parti de l’Union nationale pour l’indépendance, préconisant des positions nationalistes en vue de l’indépendance ; et (3) le parti de droite de la Ligue populaire Africaine [pour l’indépendance], préconisant, dans l’analyse finale, si ce n’est pas l’annexion à la Somalie, au moins l’établissement des relations spéciales avec elle. L’Éthiopie soutient le Mouvement populaire pour l’indépendance [de libération] et conseille ce parti à s’unir avec l’Union nationale pour l’indépendance pour l’établissement d’une existence indépendante pour la République de Djibouti. Le Mouvement populaire pour l’indépendance [libération] n’exclut pas la possibilité que dans le futur ce parti recoure à la lutte armée contre le gouvernement actuel qui le persécute. Selon Mengïstu, l’Union soviétique et d’autres pays socialistes pourraient, avec l’aide de l’Éthiopie, au besoin, établir le contact avec le Mouvement populaire pour l’indépendance [libération] et fournir l’appui à ce parti. À cet effet, le Comité soviétique pour la solidarité avec les pays d’Asie et d’Afrique pourrait envoyer une délégation à Addis Abäba ou recevoir à Moscou une délégation de ce parti. Il serait intéressant de joindre les efforts à cette fin, a indiqué Mengïstu, afin d’empêcher le retour de Djibouti dans le bloc impérialiste41.

58L’Éthiopie utilisa le FDLD comme un épouvantail, un moyen de chantage pour contraindre la jeune République de Djibouti à ne pas basculer dans le giron de la Somalie avant de le sacrifier en 1982 quand le gouvernement djiboutien lui fit allégeance ; un revirement qui était la conséquence de la défaite somalienne dans l’Ogaden. Les deux États avaient signé une année auparavant un traité d’amitié et de coopération de dix ans, suivi d’un certain nombre d’accords économiques, devant renforcer leurs relations. Pour favoriser le retour des dirigeants et militants du FDLD qui l’arrangeait, le gouvernement djiboutien décréta une amnistie générale. Ce qui ne l’empêcha pas par la suite d’arrêter et d’emprisonner à leur retour les principaux responsables de cette organisation, avant de les relâcher moins d’une année après.

59Cette entente entre les deux États intervenait après la vague rose de mai 1981 en France, ayant porté au pouvoir le Parti socialiste et son leader François Mitterrand que les gouvernements djiboutien et éthiopien redoutaient, l’un par peur d’être obligé à faire une ouverture démocratique et l’autre pour la position sur la question érythréenne.

  • 42 Le représentant du FLPT, Saïd Ali était un ami de l’auteur de ces lignes.
  • 43 Forces populaires de libération – Commandement révolutionnaire.

60Pour l’Éthiopie, cette amélioration substantielle des relations avec Djibouti signifiait qu’au-delà des dividendes économiques que les deux États pouvaient retirer d’une meilleure coopération (notamment au niveau des douanes et des transports), les opposants afar, surtout ceux du FLA ne pourraient utiliser le territoire de Djibouti comme une base arrière. D’ailleurs, la signature de ce traité fut suivie par des opérations militaires conjointes dans la zone frontalière. Le gouvernement djiboutien commença également par fermer les bureaux du FPLE et du FLPT. À cette occasion, l’intervention de l’ambassadeur de la Somalie évita aux représentants de ces deux mouvements, titulaires des passeports somaliens, d’être livrés aux Éthiopiens42. Ils furent finalement expulsés vers la Somalie par la frontière terrestre de Loyada. Les représentants de quatre autres mouvements, le FLA, le FLE-CR, les FPL-CR43 de ᶜOsman ᶜAjib et le FLE-FPL de ᶜOsman Saleḥ Sabbé, soutenus par l’Arabie saoudite et l’Irak, furent à leur tour priés de fermer leur bureau et de quitter le pays.

61Plus que pour les autres organisations d’opposition, cette évolution constituait un grand handicap pour le FLA car ses maquis dépendaient beaucoup de Djibouti pour leur approvisionnement en nourriture. À cela s’ajoutaient les difficultés résultant de l’hypersensibilité de la question afar tant auprès des États que des mouvements armés d’opposition. En effet, la revendication d’autodétermination des Afar les dérangeait tous.

Les rapports entre le Mouvement national de libération Afar (MNLA) et le Derg

  • 44 Selon Moḥamed Aḥmed Cheḥem, ils ont pu ainsi éviter le sort des nationalistes Kunama, membres d’une (...)
  • 45 Cette organisation, émanation du Derg, plus précisément du commandant Mengïstu Hayle Maryam, était (...)

62Avant la rupture entre le Meison et le Derg d’août 1977, le MNLA était toléré bien que perçu comme une organisation ethno-nationaliste, un positionnement qui allait être par la suite combattu et décrié en raison des pratiques qualifiées de « nationalisme étroit ». Il avait été représenté fin 1976 dans la direction du POMOA, forte de quinze membres, par l’un de ses responsables, Yussuf Yasin Maḥammôda. Cependant, il ne pouvait faire partie du Front commun des organisations marxistes-léninistes en Éthiopie, plus connu sous son acronyme amharique « Emaledeh », lequel vit le jour en février 1977. Ce Front devait en principe servir à former la base du futur parti communiste. Au sein de cette structure comme dans le gouvernement, il bénéficia d’un appui fort du Meison qui lui permit de faire entendre sa voix. Cependant, la proposition d’intégration des militants du MNLA au Meison avancée par les dirigeants de cette dernière organisation en décembre 1976 avait été poliment déclinée44. Une réponse similaire avait été donnée plus tard à l’Abiyotawit Seddeth45, la « Flamme révolutionnaire », quand cette organisation, composée de militaires, avait décidé de s’ouvrir aux civils.

63Le MNLA défendit sa spécificité d’organisation luttant pour les droits d’une nationalité sous-développée. Il s’abstint de prendre parti dans les tensions existant au sein du POMOA puis d’Emaledeh, et entre celui-ci et le Derg.

  • 46 L’un des délégués de l’ex-Marine royale, il avait fait partie d’un petit groupe de membres du Derg (...)
  • 47 Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Samra, 15 juillet 2005.

64Pour autant, après la rupture entre le Meison et le Derg, ce dernier, connaissant les liens privilégiés du MNLA avec le premier, sortit le bâton. Le pire fut évité par l’intervention de Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo auprès du sous-lieutenant Tamrat Ferede, membre du comité permanent du Derg, adjoint au président de la commission d’information et des relations publiques46. À cette occasion, ce dernier lui présenta les griefs portés à l’encontre des cadres du MNLA, notamment celui d’avoir fait cause commune avec ceux du Meison à Asbe Tafari, à Malka Sadé et à Malka Warar, des localités de la province de Chercher-Adal et Gara-Guracha du Harargé-Ouest. Tout en ne niant pas que le MNLA ait rejoint la Révolution par le biais du Meison dont il approuvait le programme politique, Gemaluddin expliqua que son mouvement n’avait pas l’ambition de disputer le pouvoir au Derg comme c’était le cas du Meison. « Que ce soit avec vous ou avec le Meison, notre revendication se limite à l’administration de la région afar », aurait-il ajouté47.

65Après cette entrevue, le Derg convint de dissocier le cas du MNLA de celui du Meison, reconnaissant que les Afar avaient des revendications spécifiques. Le sous-lieutenant Tamrat Farrede aurait dit ceci dans le but de convaincre ses pairs :

  • 48 Le siège du POMOA sis à Arat-Kilo où la « nationalité afar » disposait de son propre bureau.
  • 49 Informations de Moḥamed Aḥmed Cheḥem. Entretien à Djibouti, 18 avril 2005.

Détrompez-vous sur ce groupe de nationalistes d’origine nomade. Non seulement, ils n’emboîteront pas le pas au Meison mais ils demeureront dans l’enceinte de cet immeuble48, même si nous en partons49.

66Cette attitude compréhensive de la Junte fut cependant de courte durée.

67En 1978, le MNLA, seul mouvement politique à vocation ethno-nationaliste collaborant avec le Derg, fut prié par celui-ci de se dissoudre. Il tint son ultime congrès en octobre à Addis Abäba. L’ordre du jour porta sur le bilan de la collaboration avec le Derg, au regard de l’avancement de la demande d’autonomie interne, et la dissolution de l’organisation. À cette occasion, une frange importante des membres du mouvement accepta l’injonction du Derg et opta, en dépit des difficultés, pour la poursuite de la lutte en vue de l’obtention de l’autonomie interne à l’intérieur des structures de l’État.

  • 50 En anglais : Afar Liberation Front N° 2. Ce fut cette organisation qui se constitua en parti politi (...)

68Un petit groupe dont le chef de file était le nationaliste shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa, membre fondateur successivement du Mouvement du regroupement Afar et du Mouvement national de libération Afar, jugea négatif le bilan de la collaboration et se prononça contre la dissolution. Celui-ci lancera par la suite une guérilla dans l’Afar septentrional sous l’étiquette du Front de libération Afar N° 250.

Les cris de révolte de Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo

  • 51 En anglais : Commission for Organizing the Party of the Workers of Ethiopia (COPWE).
  • 52 Sur les 136 membres du comité central du PTE qui succédera à la COPTE, il y aura également 4 musulm (...)

69En juin 1980, lors du premier congrès de la Commission pour organiser le parti des travailleurs éthiopiens (COPTE)51, formellement établie en décembre 1979, un comité central de 93 membres fut nommé et pas un Afar n’en faisait partie. Sous l’angle ethnique, il ressortait de la configuration des membres de cette instance une prédominance des Éthiopiens d’origine abyssine et de religion chrétienne orthodoxe et parmi ceux-ci des Amhara. Il n’y avait que quatre musulmans : ᶜAli Mussa, un Amhara Wälloye [originaire du Wällo] et seul musulman membre du Derg, Ḥussein Ismaᶜil, un Somali, Yussuf Aḥmed, le ministre de Transports et ᶜAbdul Ḥafiz Yussuf, le directeur de l’école politique Yekatit 66, tous deux Harari. Par la suite, leur nombre allait se réduire à deux, après l’exclusion des deux premiers52.

70Au lendemain de ce congrès, les cadres afar du parti furent retirés du pays Afar et mutés sur les hautes terres pour servir dans des usines. Auparavant, leurs leaders, Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo et Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass avaient été envoyés en formation idéologique en République démocratique d’Allemagne (RDA). Le second n’avait pas fait partie des membres fondateurs de la COPTE pour avoir été tenu à l’écart de la scène politique. Il était jusque-là responsable du département « Crédit et Marketing » de la Commission des secours d’urgence et de réhabilitation (CSR) après avoir dirigé le département « sédentarisation » de l’Awash Valley Authority (AVA).

71La décision éloignant les jeunes cadres afar de leur communauté qu’ils entendaient servir fut très mal accueillie par les intéressés. Elle dénotait de la part de la Junte au pouvoir un énième reniement du programme de la révolution nationale démocratique (RND), surtout de son volet d’autonomie régionale. Elle intervenait au moment où les militaires, épaulés par les pays de l’Est au premier rang desquels l’Union Soviétique, sortaient victorieux à la fois contre les ennemis intérieurs, c’est-à-dire l’intelligentsia de la gauche civile, les anciens féodaux regroupés sous la bannière de l’Union démocratique éthiopienne (UDE) et les rebelles érythréens et contre les ennemis extérieurs, surtout la République démocratique de Somalie dont les forces avaient été boutées hors de la province orientale de l’Ogaden. À cette occasion, surtout contre l’invasion somalienne, ils croyaient avoir décelé un sursaut populaire de l’Éthiopie « abyssine » qu’ils entendaient entretenir pour leur survie au pouvoir. Un fait loin d’être anodin : cette période fut marquée par le retour aux postes clés des élites amhara, après quelques années d’effacement. L’ensemble des facteurs présentés avaient conduit le régime du Derg à privilégier, comme son prédécesseur impérial, la construction d`une nation homogène dans un pays uni et indivisible, sous l’autorité d’un État unitaire, quelle que fût la forme qu’il prendrait. D’où le développement d’une thèse simpliste mettant l’accent sur la lutte de classes pour occulter l’importance de la question nationale. A tout cela s’ajouta le fait que les militaires d’Abiyotawi Seded (« la Flamme révolutionnaire ») appelés à porter le parti sur les fonts baptismaux n’avaient pas oublié que les dirigeants de l’ex-MNLA dont étaient issus ces cadres avaient refusé de rejoindre le rang de leur organisation quand ils étaient en concurrence avec les formations civiles de gauche, surtout le Meison. De plus, rappelons-le, la Junte militaire avait été poussée à admettre une certaine « spécificité afar », contrainte par l’expansionnisme somalien et le « sécessionnisme » érythréen comme par le souci de disposer d’un levier pour intervenir sur l’échiquier politique djiboutien. Les deux premières menaces étaient en ce moment écartées et le pays abritait des camps d’environ deux mille hommes du Front démocratique pour la libération de Djibouti.

  • 53 Soldat à la Révolution, il avait été l’un des délégués élus de la deuxième division. C’était un par (...)

72Le mécontentement des cadres afar, après leur retrait de la région, fut en partie atténué au lendemain de la troisième réunion plénière du comité central de la COPTE de février 1981, suite à ce qu’on peut appeler les « cris de révolte » de Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo. Celui-ci, qui venait de rentrer de la RDA, était sidéré par la situation qu’il retrouvait et s’interrogeait sur l’utilité de poursuivre la collaboration avec ce régime. Il guettait la moindre occasion d’être entendu au sommet de l’État pour dire tout ce qu’il avait dans le ventre. Elle se présenta quand Shoandagn Belete,deuxième adjoint au chef du comité d’organisation de la COPTE le convoqua pour l’informer de son affectation à ᶜAsab afin de renforcer en qualité de responsable du département Idéologie le nouveau représentant de la COPTE désigné, le lieutenant Alemu Eshete, membre du Derg et membre suppléant du comité central de la COPTE53. Le comité d’organisation estimait que l’homme, rude de caractère, n’avait pas la capacité nécessaire pour remplir cette fonction, et Shoandagn le répéta à Gemaluddin. Ce dernier saisit cette occasion pour protester contre le fait que le régime continue de les percevoir comme des citoyens de seconde zone et les prive de l’égalité des chances en citant l’exemple d’un de ses camarades, sorti troisième de sa promotion lors de la formation des cadres du parti mais qui ne bénéficia pas de la place qui lui revenait. Il enchaina pour dénoncer le chauvinisme amhara qui continuait de prévaloir. Il claqua la porte du bureau. Shoandagn fit grand bruit de ces réactions qualifiées d’antisocialistes. C’était d’ailleurs tout ce qu’il pouvait faire. Un des rares civils associés à la création du parti, il devait sa place à sa loyauté à Mengïstu. Ce cadre de santé d’origine amhara était un rescapé de la Waz League (Ligue des prolétaires) au prix, disent certains, de la trahison de ses camarades (Andargachew Tiruneh, 1993 : 246 ; Kiflu Tadesse, 1998 : 244-245).

  • 54 Celui-ci assumait la vice-présidence du POMOA lorsqu’il a été tué le 3 février 1977 en même temps q (...)

73Cette petite formation de gauche avait été fondée par un intellectuel d’origine oromo, le Dr Senay Likké54, ingénieur en mécanique, ancien président de la branche nord-américaine du mouvement étudiant éthiopien qu’il avait quittée en août 1971 pour marquer son opposition à sa politique nationale : le droit à l’autodétermination. Elle avait fait partie d’une coalition des partis qui s’était alliée au tout début de l’année 1976 au Derg dans le cadre d’abord du POMOA puis d’Emaledeh. Elle en avait profité pour recruter ses militants surtout dans l’armée de l’Air dont son leader avait été à mi-temps un instructeur de karaté, peu avant la chute du régime impérial. Le Derg s’était retourné contre elle, et ses principaux dirigeants avaient été exécutés en 1978 sous l’accusation d’avoir préparé un coup d’État.

  • 55 Sergent à la Révolution et l’un des délégués de la 3e division basée à Harar, il fut assistant pers (...)
  • 56 Entretien avec Gemaluddn Abdulkâdir Rêdo. Logiya, 16 juillet 2005.

74Quelques jours après, Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo reçut une nouvelle convocation, cette fois-ci émanant de Legesse Asfaw, le chef du comité d’organisation de la COPTE55. Celui-ci se trouvait dans le Harargé lors de sa rencontre avec Shoandagn. En route pour ce rendez-vous, il prit soin de passer par le bureau du secrétaire général du Derg, Fikre Sïllasé Wogderess. Il le connaissait pour avoir travaillé avec lui et savait sa rivalité avec Legesse Asfaw. Il l’informa des propos tenus à Shoandagn pour argumenter son refus de la proposition de son affectation à ᶜAsab et de son intention de dire la même chose à Legesse. Fikre Sïllasé lui conseilla de modérer ses propos56.

  • 57 Nommé le 28 décembre 1988 premier secrétaire du parti pour la Région administrative du Wällo-Nord, (...)
  • 58 En anglais : Workers’ Party of Ethiopia (WPE).

75Contre toute attente de la part de Gemaluddin, l’entrevue se passa bien. Legesse adopta une position conciliatoire. Ce qui laisse penser que la question a été discutée et l’attitude à adopter arrêtée au plus haut niveau de l’État. Tout en informant Gemaluddin du maintien de la décision du parti de l’envoyer à ᶜAsab, il lui proposa d’être associé à l’établissement d’une liste des cadres afar à nommer à différents niveaux dans les structures de la COPTE. Gemaluddin accepta son affectation dans la province méridionale de la mer Rouge où il n’allait pas rester longtemps. En effet, après l’extension des structures de la COPTE aux provinces, il fut nommé comme son représentant dans l’Awsa. Le lieutenant Alemu Eshete, qui était entré en conflit avec l’administrateur en chef, le commander Belay Bitow, fut rappelé à Addis Abäba et nommé consul en Allemagne de l’Est, poste dont il fit défection par la suite. Il fut remplacé par un autre militaire, le lieutenant Tekle Maryam Mengïstu57. Ce Tigréen d’Érythrée, de mère amhara, était depuis avril 1981 chef du département Organisation des masses. Il assuma la fonction du numéro Un successivement de la COPTE et du PTE58 dans l’awrajja spéciale de ᶜAsab. Il fut secondé par un cadre de l’ex-MNLA.

  • 59 Il est décédé en 2005 à Djibouti des suites d’un accident de voiture.

76À la suite de l’entrevue de Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo avec Legesse Asfaw, le Derg revint sur sa décision d’éloigner les cadres afar et nomma certains d’entre eux à des postes de responsabilité : Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass, chef du département Économie et social du comité de la COPTE de la Région administrative de Harargé, ᶜAbdulkadir Aḥmed Farradé, premier secrétaire dans la province de Chercher, Adal et Gura-Guracha59 et Mussa Moḥamed Abubaker, chef du département économique et social du comité de la COPTE de Dire Dawa.

77Cependant, la poursuite par le gouvernement de la politique de centralisation et l’accroissement des activités politico-militaires de la part des mouvements nationalistes érythréens et tigréens poussèrent à la création dans le nord-ouest du pays Afar de deux organisations de guérilla, plus complémentaires que concurrentes opposées à la fois au Front de libération des peuples du Tigray et aux forces gouvernementales : l’Ugûgumo (Révolution) et le Front de libération Afar N° 2.

L’Ugûgumo (Révolution)

  • 60 Celui-ci était le père du défunt Muḥiyaddin Maftaḥ, ancien responsable du mouvement Ugûgumo et secr (...)

78La première, l’Ugûgumo a vu le jour en 1978 à l’initiative des jeunes cadres afar du MNLA collaborant avec le gouvernement. Ceux-ci ont organisé les jeunes Afar du district de Baraḥlé dans le kifle-hager du Tigray en groupes d’autodéfense sur la base des structures traditionnelles de la fiᶜma « repensées ». Cette initiative faisait suite à un affrontement entre les jeunes de la région et les combattants du FLPT, après que les premiers aient refusé aux seconds d’emprunter la route de Baraḥlé pour aller attaquer une unité du FLE-CR réfugiée à ᶜAs-ᶜAlé, fuyant à la fois le FPLE et l’armée éthiopienne. À cette occasion, les Tigréens n’épargnèrent pas la population, tuant 16 civils parmi lesquels des notables importants tels que Maftaḥ Kadir60, Aḥmed ᶜEllama Bahé et ᶜAli Moḥamed ᶜAli (Alain Leterrier, 2007 : 8). Cet affrontement meurtrier est passé à la postérité sous le nom de Arbâᶜa ᶜébi (la « Bataille de mercredi »), d’après le jour où elle avait eu lieu.

79En 1981, le groupe de Baraḥlé fédéra avec des groupes similaires créés entre temps dans d’autres régions du nord-ouest du pays Afar inclues dans le découpage administratif au Tigray.

  • 61 En afar : Uguugumoh qande.
  • 62 La présentation de l’Ugûgumo par John Young est très subjective. Elle reflète la perception négativ (...)
  • 63 Démasqué plus tard, celui-ci s’est suicidé. Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem. Djibouti, 18 avril (...)

80Ces combattants bénéficièrent dans un premier temps d’une formation et d’un appui limité en armement du gouvernement. S’auto-désignant sous le nom d’Ugûgumoh ᶜAndé61 (les forces de la Révolution), d’où leur nom Ugûgumo (Révolution)62, ils se donnèrent pour objectif la défense de la population afar, de son territoire et de ses richesses contre toute mainmise étrangère. D’où l’aura et la facilité de mobilisation de cette organisation, laquelle par sa caractéristique était plus proche des mouvements indigènes d’Amérique latine que des mouvements de libération classiques. Elle mena une lutte armée dans la région du Nord du pays Afar (dépression afar) mais aussi à Téru, Awra et Biḍu, d’abord contre le Front de libération des peuples du Tigray puis à la fois contre celui-ci et les forces gouvernementales éthiopiennes. Le retournement de l’Ugûgumo contre ces dernières fut consécutif aux opérations militaires de celle-ci contre lui sous le prétexte de ses liens avec Aḥmed Moḥamed Aḥaw et le Front de libération de l’Érythrée. Cette accusation avait été portée à son encontre par un certain Hiruy, vice-administrateur en chef à l’époque du Tigray et qui militait secrètement dans le FLPT63.

  • 64 Littéralement : « Le fils de Ali Farradé ».
  • 65 En afar : Xoxom.

81Le dilemme des Afar septentrionaux qui eurent donc à lutter sur deux fronts fut exprimé dans un chant appelé Dananis par Moḥamed ᶜAli Farradé dit Farradé ᶜAli-baḍa64. Lequel chant avait été composé par ce dernier après qu’il ait survécu à ses blessures, atteint de sept balles dans le corps au cours d’une bataille avec le FLPT dans la localité de Ḍoḍom65.

Le Front de libération Afar N° 2

  • 66 L’organisation était parfois appelée le FLA du nord (en afar : Kilbatî ALF) du nom de la partie du (...)

82Le retard pris par le Derg dans la mise en œuvre des recommandations du congrès afar de Gawwani, surtout l’unification des Afar dans une seule région administrative, dotée d’une autonomie interne, entraîna en 1979 la désaffection à l’égard de la révolution éthiopienne et des dissidences au sein de l’ex-MNLA, individuelles mais aussi collectives, comme par exemple celle dirigée par un nationaliste respecté, shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa. Celui-ci avait joué un rôle important dans le rapprochement qui s’était esquissé en 1974 entre l’amoyta ᶜAli-Miraḥ et les jeunes étudiants progressistes. Le premier l’appréciait beaucoup pour sa ferveur religieuse. Au moment du ralliement du MNLA à la Révolution éthiopienne en août 1976, shaykh Ḥussein était absent. Il se trouvait en Allemagne pour des raisons de santé. À son retour, il intégra le ministère des Affaires étrangères. Et très vite, des divergences apparurent entre lui et certains de ses pairs du MNLA, d’abord à propos de l’étiquette « mouvement d’obédience marxiste » accolée à cette organisation. Elles prirent par la suite une proportion beaucoup plus importante. Shaykh Ḥussein finit par rompre avec ses pairs de l’ex-MNLA. Il s’arrangea pour se faire nommer deuxième secrétaire à l’Ambassade d’Éthiopie en Libye où il avait suivi ses études universitaires. Il fit défection au début des années 1980 et après une virée en Arabie saoudite auprès de la diaspora afar, fonda le Front islamique pour la libération Afar (FILA). Mais la référence « islamique » fut vite évacuée et on lui garda la dénomination du Front de libération Afar (FLA), plus précisément celle du FLA N° 266, ainsi appelé par opposition au FLA des partisans de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ. Il arriva à détacher de l’administration éthiopienne quelques cadres de l’ex-MNLA et de l’Ugûgumo, les combattants, originaires de sa région, surtout des localités d’Awu et de Koborta de la Région administrative du Tigray.

83Le 23 mars 1983, les dirigeants du FLA N° 2, shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa, Saliḥ ᶜAbdilla, Aḥmed Ibrahim, Aḥmed Moḥamed Wiliss et d’autres, tinrent un congrès au Yémen. À son issue, ils rendirent public le programme politique de l’organisation dans lequel ils se donnaient pour objectif de reconstituer l’unité du pays Afar en Éthiopie et de participer à la gestion des affaires au niveau du gouvernement central.

  • 67 L’interview d’Issayas Afeworki forme la troisième partie du livre de James Firebrace et Stuart Holl (...)

84Ce mouvement bénéficia d’un appui militaire et logistique du FPLE. Ce rapprochement a été favorisé par la discorde apparue entre cette organisation et le FLPT après que la première ait soutenu l’existence d’une différence entre le cas de l’Érythrée et celui du Tigray et des autres nationalités. EIle soutenait que seule l’Érythrée avait le droit de faire sécession de l’Éthiopie mais pas le Tigray et les autres. C’était sans doute au FLA N° 2 que pensait le secrétaire général adjoint et homme fort du FPLE, Issayas Afewerki, quand il affirmait dans une interview accordée en avril 1984 à deux personnalités britanniques, co-auteurs d’un livre sur l’Érythrée67, que son organisation « peut aider dans une certaine mesure à porter le socialisme à l’intérieur de l’Éthiopie par nos efforts à unir notre action presque avec tous les mouvements de libération. Vous avez le Front de libération de la Somalie Occidentale, le mouvement afar, les Oromo, le FLPT et le MDPE » (cité par Tesfatsion Medhane, 198 : 224).

85Au tout début de 1985, quand la discorde entre le FPLE et le FLPT donna lieu à des échanges ouvertement polémiques, l’une des accusations portées par le premier contre le second était de vouloir supprimer les Afar et les autres nationalités de la Région administrative du Tigray.

  • 68 Tesfatsion se réfère aux informations publiées par la revue Africa Confidential du 3 juin 1985.

86L’appui du FPLE à cette organisation fut diversement commenté. Tesfatsion Medhane, militant du FLE opposé au FPLE vit, derrière ce soutien, l’intention « d’encourager les actions anti-FLPT » de la part de ce mouvement qu’il confond avec le FLA des partisans de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ, en précisant qu’il avait rompu les liens avec le Front tigréen (Tesfatsion Medhane, 198 : 246)68. La revue La Lettre de l’océan Indien, bulletin d’information sur l’Afrique orientale, vit, quant à elle, derrière ce soutien, le projet du FPLE d’utiliser cette organisation en vue des opérations sur la route stratégique ᶜAsab-Addis Abäba (LOI du 14 novembre 1990).

La région autonome de ᶜAsab : limites d’une autonomie régionale dans l’Éthiopie de Mengïstu

87Au début des années 1980, le régime militaire éthiopien fut confronté à une intensification des conflits périphériques et à la montée en puissance des guérillas érythréenne et tigréenne qui s’opposaient les armes à la main à son emprise sur le pays ou pour l’indépendance de l’Érythrée.

88Face à ces multiples dangers, il se résigna finalement à concéder aux périphéries un semblant de décentralisation. En 1983, il créa l’Institut pour l’étude des nationalités éthiopiennes. Celle-ci avait pour mission d’effectuer l’analyse de la situation politique, économique, sociale et culturelle des nationalités, de manière à assurer les bases scientifiques d’un découpage régional tenant compte des caractères culturels mais aussi économiques des populations éthiopiennes. Elle fut chapeautée par une commission de quinze hauts cadres, provenant majoritairement de l’Université d’Addis Abäba. Yayeh-Yirad Kitaw fut nommé à sa tête, avec rang de ministre. Ce docteur en médecine d’origine amhara, ancien enseignant à la faculté de médecine, avait été membre fondateur du Meison. Il faisait partie d’un groupe ayant fait dissidence de cette organisation pour continuer à travailler avec le régime du Derg. Il était jusque-là commissaire aux institutions d’enseignement supérieur.

89Une année après, en septembre 1984, un département pour les Affaires des nationalités fut créé au sein du Parti des travailleurs éthiopiens (PTE) qui venait de voir le jour. Les tâches dévolues à ce département portaient sur la supervision, au nom du parti, des activités des agences du gouvernement, des organes et des comités du parti chargés de la rédaction et de l’adoption de la constitution aussi bien que des élections des membres des Assemblées au niveau national et dans les régions. Il fut pourvu en cadres et à sa tête fut nommé Shoandagn Belete. Membre suppléant du Bureau politique, celui-ci dont nous avons déjà évoqué le parcours politique, formera, avec Alamu Abebe, Shimallas Mazangia et Fasiqa Sidelil, un groupe que les Éthiopiens appelleront la bande des quatre gangs.

Adoption d’une constitution et réorganisation administrative

90En février 1986, une commission de rédaction de la constitution, placée sous la responsabilité du comité central du PTE et forte de 343 membres, fut nommée. Elle disposait d’une mouture du projet attribuée à l’Institut pour l’étude des nationalités éthiopiennes mais qui était en fait celle de Mengïstu et de son entourage. L’Institut avait présenté plusieurs projets de constitution de nature fédérale mais ils avaient été rejetés.

91Ce projet de constitution, formellement soumis aux discussions et au plébiscite de la population, entra officiellement en vigueur le 22 février 1987, à la proclamation de la République populaire et démocratique d’Éthiopie, bien que ce ne fût qu’en septembre que le nouveau gouvernement entra réellement en fonction et le CMAP fût formellement supprimé. Ce texte se décomposait de dix-sept chapitres et de 119 articles.

92Le préambule commençait par faire des « travailleurs d’Éthiopie » les propriétaires de la Constitution. Il y était précisé que l’Éthiopie était un État multinational avec des nationalités et communautés diverses dont l’unité essentielle résultait des rapports culturels, migratoires et commerciaux. L’égalité, la respectabilité et le développement de toutes les langues étaient clairement affirmés mais il était toutefois précisé que l’amharique gardait sa fonction de langue de travail du pays.

93L’article 2.1 de cette constitution déclarait que « la République populaire et démocratique d’Éthiopie (RPDE) est un État unitaire » mais il était ajouté – en tant qu’expression d’une certaine sensibilité envers la question ethnique – que dans cet État unitaire « toutes les nationalités vivent dans l’égalité ».

94L’article 59 stipulait que la RPDE devait comporter des régions administratives et des régions autonomes. L’utilisation du terme « régions autonomes » semblait indiquer que celles-ci allaient disposer d’une autonomie plus étendue que les « régions administratives », mais cette impression n’était pas confirmée par les autres dispositions constitutionnelles. Par exemple, les articles 97 et 98 accordaient les mêmes pouvoirs aux institutions des régions administratives et des régions autonomes. Ces dernières avaient entre autres le devoir d’assurer l’exécution des lois, décisions et directives de l’État, le pouvoir de déterminer des plans sociaux et économiques aussi bien que le budget régional et enfin le pouvoir d’élire des juges régionaux. L’article 99 stipulait que le Shengo national (nom donné au Parlement national) pouvait leur accorder « des pouvoirs et fonctions spéciaux ». D’une part, cette disposition permettait au gouvernement central de réagir avec souplesse aux circonstances spécifiques dans la région autonome. D’autre part, elle signifiait que les pouvoirs additionnels possibles qui pourraient être accordés aux régions autonomes n’auraient aucune protection constitutionnelle, mais étaient laissés à la discrétion du même gouvernement central (le Parlement national). Autrement dit, les régions autonomes devaient être hiérarchiquement subordonnées au gouvernement central.

95Pour les observateurs critiques, cette constitution n’était pas plus qu’une version abrégée de la constitution soviétique de 1977, excepté que des pouvoirs forts avaient été donnés au poste nouvellement créé du président. Une deuxième différence portait sur la nature de l’État, unitaire plutôt qu’une union des Républiques.

96Afin d’obtenir les données démographiques exigées pour le découpage administratif, le régime avait fait effectuer en 1984 un recensement de la population. Celui-ci comportait pour la première fois un volet culturel : ethnie, langue et religion. Ce recensement effectué par district indiquait le chiffre de 753 000 pour les locuteurs de la langue afar. Il s’agissait d’une estimation car plusieurs régions du pays Afar ne furent pas couvertes à cause des difficultés d’accès et de l’insécurité résultant du fait que des mouvements d’opposition armée y opéraient.

  • 69 Ce travail semble avoir été ignoré par Edmond Keller qui note : « Cependant, trois ans après sa cré (...)
  • 70 Le travail de l’Institut dont le Derg ne tint pas compte pour la réorganisation administrative de 1 (...)

97À partir des données de ce recensement, l’institut des nationalités éthiopiennes avait produit une carte linguistique du pays. Pour ce qui concerne l’afar, elle corrigeait celle de Bender et alii (1976), laquelle avait inclus dans la région sahophone une partie importante du territoire Afar : la péninsule de Bori et son hinterland de la province de ᶜAsab du gouvernorat général d’Érythrée et les régions de Dallôl, Baraḥlé et Badda du gouvernorat général du Tigray. Par la suite, l’Institut avait élaboré également 12 projets de redécoupage administratif dont finalement elle avait retenu trois, numérotés par ordre d’importance69. Ils avaient été soumis au Derg par le truchement du responsable du département des Affaires des nationalités du PTE, Shoandagn Belete. Aucun d’entre eux ne fut retenu par le Derg qui concocta son propre projet soumis en septembre 1987 à l’approbation du Shengo70.

  • 71 C’étaient les Régions administratives suivantes : Arussi, Bale, Érythrée, Tigray, Gamogofa, Sidamo, (...)

98En l’espace d’une semaine, celui-ci vota le décret de réorganisation administrative du pays en vingt-cinq régions administratives et cinq régions autonomes (Tigray, Érythrée, Ogaden, ᶜAsab et Dire Dawa) en lieu et place de quatorze régions administratives71 existantes. À part l’Érythrée, laquelle devait bénéficier d’un traitement spécial, il n’y avait guère de différence entre les régions administratives et les régions autonomes. Conformément aux dispositions de l’article 99 de la constitution, le Shengo national avait conféré à la Région autonome d’Érythrée le droit de légiférer sans solliciter au préalable son approbation, dans la mesure où la législation n’était pas en contradiction avec la constitution et les autres lois de l’État. Il était également reconnu à cette entité autonome formée de trois régions administratives plus de liberté d’actions dans le domaine de l’économie, de l’éducation, de la santé, etc.

  • 72 Entretien avec Ḥabib Moḥamed Yayyo et Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Logiya, 15 juillet 2005.

99Certains membres de la commission de l’Institut pour l’étude des nationalités éthiopiennes et du département des Affaires des nationalités du PTE ont critiqué cette décision, estimant que, plus qu’un processus politique, la réforme semblait être destinée avant tout à susciter l’apaisement dans les provinces en rébellion72.

Création de la Région autonome de ᶜAsab et aggravation du démembrement du pays Afar

100ᶜAsab fut l’une des cinq Régions autonomes créées dans le cadre de ce nouveau redécoupage administratif du pays. Conférée aux Afar, elle était loin de répondre à leurs attentes. Et pour cause, ce n’était pas l’ensemble de la nationalité afar de l’Éthiopie qui accédait à l’autonomie, comme beaucoup d’auteurs ont cru comprendre hâtivement (Clapham, 1990 : 229 ; Markakis, 1989 : 15 ; Lemmu Baissa, 1998 : 95), mais une partie.

101En effet, cette Région autonome de ᶜAsab d’une superficie de 58 363 km² était formée de l’ancienne awrajja spéciale de ᶜAsab et de l’ancienne awrajja d’Awsa. Elle regroupait 321 935 habitants (Shängo, 1987 cité par Alain Gascon, 2006), soit 40 % de la population afar du pays sur environ la moitié de la superficie de leurs terres. Le territoire Afar, laissé en dehors de cette Région autonome, était réparti dans cinq Régions administratives et deux Régions autonomes. Les régions administratives du Shewa-Nord et du Shewa-Est se partageaient les piémonts et les basses terres afar adjacentes inclus jusque-là dans le kifle-hager du Shewa alors que les piémonts des hautes terres du Wällo et les basses terres adjacentes demeuraient rattachées aux Régions administratives du Wällo-Sud et du Wällo-Nord, à l’exclusion de l’ancienne awrajja d’Awsa. La région Afar de la rive gauche de la moyenne vallée de l’Awash demeurait incorporée dans la Région administrative d’Harargé-Ouest.

102Les contreforts orientaux des hautes terres du Tigray et la dépression afar englobant les mines de sel de ᶜAs-ᶜAlé (Baraḥlé) demeuraient, quant-à-eux, incorporés dans l’ancienne Région administrative du Tigray devenue la Région autonome du Tigray. Celle-ci gardait donc intactes ses anciennes limites. La partie du pays Afar demeurée incorporée dans le Tigray était celle où opéraient deux organisations politico-militaires actives : le FLA N° 2 et l’Ugûgumo (Révolution), opposées aux forces gouvernementales comme à celles du FLPT. Leur principale revendication était une autonomie régionale comme la note bien John Young pour ce qui concerne la seconde organisation :

  • 73 [Ugugumo was motivated by the promise of Afar autonomy but, as the Derg pointed out, autonomy could (...)

Ugugumo a été motivé par la promesse de l’autonomie Afar mais comme le Derg fit remarquer, l’autonomie ne pourrait pas être réalisée si les « sécessionnistes » du FPLE et du FLPT réussissent la division de l’Éthiopie, avec le résultat inévitable de la division du peuple Afar entre une Érythrée indépendante, un Tigray « indépendant », le reste de l’Éthiopie et Djibouti. Peut-être parce que ce raisonnement n’était pas entièrement incorrect, l’Ugugumo est parvenue à se tailler une légitimité politique parmi les Afar, particulièrement ceux habitant à l’extérieur du Tigray73 (Young, op. cit. : 151).

  • 74 Tâha Siraj Moḥamed, qui avait hérité de son père le titre de Shaykh al-Mashâyikh, fut un administra (...)

103Le politologue élude le rapport conflictuel entretenu par l’Ugûgumo avec les troupes gouvernementales. On peut comprendre la décision du Derg de maintenir intactes les limites du kifle-hager du Tigray comme un clin d’œil au FLPT de sa part. Elle intervenait cependant au moment où cette organisation commençait à admettre que cette région et ses habitants ne faisaient partie du Tigray que dans le découpage administratif arbitraire (Ibid. : 150-151). Cette décision constituait donc un indicateur de la carence et de la déconnection de la réalité de la part du Derg et de ses conseillers civils. Enfin, les îles Dahlak, historiquement considérées comme faisant partie du territoire Afar et de tout temps dirigées par des chefs afar d’une famille Ankala, même sous la Junte militaire74, demeuraient incorporées dans l’ex-Région administrative d’Érythrée, devenue autonome dans ses limites anciennes.

  • 75 Nos sources d’informations citent les noms de Yayeh-Yirad Kitaw, directeur de l’Institut pour l’étu (...)

104À regarder de plus près la carte administrative de 1987, on se rend vite compte que ses auteurs (les principaux dirigeants du Derg et quelques hautes personnalités civiles d’origine amhara75) s’étaient inspirés, à peu de chose près, pour les limites de la Région autonome de ᶜAsab du découpage de la courte période de l’Africa Orientale Italiana (1936-1941). En effet, la Région autonome de ᶜAsab se réduisait au commissariato de ᶜAsab (la Dankalie méridionale) dans lequel avait été inclus à l’époque le sultanat d’Awsa, agrandi cette fois-ci de la Dankalie septentrionale. Une autre remarque est qu’il s’agissait de deux awrajja troublées (ᶜAsab et Awsa), la première par la guerre menée par les indépendantistes érythréens et la seconde par celle des autonomistes du Front de libération Afar.

105Ce nouveau découpage répartissait les Afar dans cinq Régions administratives et trois Régions autonomes. Par conséquent, non seulement il ne remettait pas en cause le statut de la nationalité la plus administrativement divisée du pays qui était son lot jusqu’ici mais il l’aggravait encore.

  • 76 Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem. Djibouti, 22 octobre 2009.

106La Région autonome de ᶜAsab constituait donc une réponse minimaliste à la revendication des Afar. Cependant, même cette décision aurait suscité des réticences au sein du Derg mais la position de Mengïstu Hayle Maryam aurait prévalu76. Plusieurs sources, qui en avaient fait état, l’expliquaient par la persistance de la méfiance à l’endroit des Afar considérés comme « les héritiers des Adal, ennemis traditionnels des chrétiens des hauts plateaux » (LOI du 14 avril 1990).

  • 77 Entre parenthèses, le chef-lieu.

107La nouvelle réorganisation administrative a porté le nombre d’awrajja du pays de 102 à 340. Ainsi, la Région autonome de ᶜAsab comprenait six awrajja suivantes : Bori et Badda (Mersa-Fatuma77), Arraᶜta (Thiᶜo), ᶜIddi (Edd), ᶜAsab (ᶜAsab), Awsa (Dubti) et Millé (Millé).

Les réactions des Afar collaborant avec le régime

  • 78 Ḥabib Moḥamed Yayyo et Gemaluddin Abdulkadir Rêdo affirment n’avoir pas exprimé publiquement leur (...)

108Dès le vote du décret de réorganisation administrative, la grande majorité des Afar collaborant avec le régime perdirent toute confiance dans la volonté du régime de Mengïstu de trouver une solution juste à la question des nationalités78. Ceux-ci avaient suivi de très près les travaux de la commission et avaient affiché ouvertement leur préférence pour une Éthiopie ethno-fédérale. Cette prise de position si tranchée agaçait au centre dominé par les élites amhara. Le chef de la Junte, le colonel Mengïstu Hayle Maryam, tempérait les ardeurs de ses proches à vouloir réprimer de telles velléités. La déception des Afar était d’autant plus marquée que la grande région à laquelle ils aspiraient se trouva réduite à une portion appelée à jouer une « zone de sécurité », avant tout destinée à lutter contre les mouvements d’opposition armée, FLPT, FPLE et FLA.

109Les remarques suivantes de Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo sur cette constitution et le découpage administratif traduisent leur déception :

  • 79 [For reasons better known to Mengistu and his entourage (made up by those who were claiming to be M (...)

Pour des raisons mieux connues de Mengïstu et de son entourage (composé de ceux qui se revendiquaient être des marxistes mais dans le cœur étaient des vrais chauvinistes [amhara]), la République [la République populaire et démocratique d’Éthiopie] l’était bien moins dans la forme que celle de Lénine [Union des Républiques socialistes soviétiques]. Encore, pour des raisons mieux connues de Mengïstu et de son entourage, ils donnèrent deux noms pour un contenu puisqu’il n’y avait pratiquement pas de différence entre ce qu’ils ont appelé les régions autonomes et les régions administratives79 (Gemaluddin A. Rêdo, 1998 : 13).

  • 80 L’auteur de ces lignes a pu constater ce malaise pendant l’été 1989 au cours d’une rencontre à Komb (...)
  • 81 En anglais : Afar Revolutionary Democratic Union (ARDU).

110L’autonomie régionale octroyée par le Derg suscita donc un malaise entre la Junte militaire dirigée par Mengïstu Hayle Maryam et les dirigeants de l’ex-MNLA80 mais également parmi ces derniers. Certains d’entre eux considéraient cette concession comme un progrès malgré tout. Cette position sera défendue plus tard publiquement par les fondateurs de l’Union révolutionnaire démocratique Afar (URDA)81 dans leur programme politique :

[Cependant] les anciens membres du MNLA ont poursuivi leur lutte à l’intérieur du Parti des travailleurs éthiopiens (PTE) et dans les structures de l’État afin d’obtenir l’autonomie de la région Afar et la transformation socialiste de l’Éthiopie. Malheureusement, la révolution éthiopienne n’a pas pu répondre à l’attente des nationalités opprimées qui ont été profondément déçues en 1988 par la solution partielle proposée au problème des nationalités en Éthiopie [...] Le fait demeure que la révolution éthiopienne n’a pas pu s’affranchir de l’antique politique du vieil État abyssin qui damnait les nations païennes et musulmanes des basses terres. Pourtant, Mengïstu et son régime seront les premiers dans l’histoire d’un gouvernement éthiopien à faire une concession même partielle du pouvoir d’État abyssin aux nations des basses terres d’Éthiopie.

Les réactions de l’opposition armée

111Du côté de l’opposition, le Front de libération Afar (FLA) avait bien accueilli, dans un premier temps, le projet de réorganisation régionale. Il le condamna ensuite comme étant une mesure n’apportant rien de nouveau (Keller, 1988 : 242).

112Une appréciation partagée par le FLA N° 2 du shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa mais également par l’Ugûgumo (« Révolution »). Ces deux organisations luttaient surtout dans le nord-ouest du Triangle afar, à la fois contre les forces gouvernementales et celles du Front de libération des peuples du Tigray.

  • 82 Il rejoignit le FLE-CR qui le nomma comme son représentant à Ḥodeida au Yémen du Nord puis adjoint (...)
  • 83 Après son ralliement au régime du Derg, il fut nommé administrateur du woreda de Raḥayto.

113Pour revenir au Front de libération Afar, fort de plus de trois mille combattants au cours de la première année de la résistance, l’organisation avait été par la suite affaiblie par les désertions en masse, tant des combattants que des cadres militaires tels Ismaᶜil Moḥamed Ismaᶜil dit ᶜAsa Ismaᶜil (« Ismaᶜil le Rouge »)82, ᶜAbdulkadir Barkat83 et Moḥamed ᶜAli Moumin dit Ḥajji. Les deux premiers avaient été formés en Syrie et le troisième dans une académie militaire irakienne. Bien que ᶜAbdulkadir Barkat ne fût pas originaire d’Érythrée, il avait fait partie du premier groupe d’Érythréens admis en 1966 dans une académie militaire en Syrie grâce à un arrangement de ᶜOsman Saleḥ Sabbé.

114Les désertions s’expliquaient par les découragements, résultant, entre autres, d’abord de l’absence des structures organisationnelles adéquates et de la division interne de la famille du sultan auxquelles s’ajoutèrent des problèmes de ravitaillement en armes et en nourriture, du fait de détournement de l’aide reçue de la part des pays amis mais également de l’éloignement de la Somalie.

  • 84 Entretien avec Ḥabib Ali-Miraḥ. Addis Abäba, 15 août 2005.

115Sur le terrain, les combattants opéraient dans quatre zones (Lâᶜo à l’est, Téru au nord, Gamarri et Obno au sud). Le commandement fut assuré de 1975 à 1984 par Aḥmed ᶜAli-Miraḥ. À cette date, il passa la main à un cadre militaire, Moḥamed Mussa. Ce dernier fut toutefois placé sous la supervision de Moḥamed ᶜAli Ḥamid, le vice-président de l’organisation84.

  • 85 Entretien avec Moḥamed Tahiro Ḥammadou. Samra, 15 juillet 2005.

116En 1985, dans la perspective des négociations d’un accord de paix en cours avec l’Éthiopie, la Somalie, par la voix du colonel ᶜAbdi Ḥussein Dirié, le chef de la sécurité extérieure du National Security Service (NSS), demanda aux différents mouvements d’opposition éthiopienne de se faire plus discrets85.

  • 86 Un des fils du sultan qui devint président de la région-État afar de 1992 à mai 1995.
  • 87 Acronyme en anglais de : Inter-Governmental Authority against Drought and for Development.

117L’attitude de la Somalie aurait par la suite évolué puisque Ḥabib ᶜAli-Miraḥ86, qui avait été chargé par son père de réactiver les activités du FLA, affirme dans un témoignage oral avoir obtenu en 1988 des assurances personnelles du président Moḥamed Siyad Barré que la signature des accords de paix avec l’Éthiopie n’allait pas avoir d’impact sur le soutien de son gouvernement au FLA et au Front de libération de la Somalie occidentale. C’était lors d’un déplacement effectué à Berbera, à bord de son avion personnel au moment où il se rendait au sommet de l’Autorité intergouvernementale de lutte contre la sécheresse et pour le développement, plus connue sous son acronyme anglais IGADD87.

  • 88 Formé en Syrie en 1966.
  • 89 Entretien avec Ḥabib Moḥamed Yayyo à Samra, le 15 février 2006. Cette information est confirmée par (...)

118Dans la foulée de la réorganisation administrative votée par le Parlement éthiopien, le FLA reprit ses activités de guérilla dans l’awrajja d’Awsa fin 1987 en entreprenant plusieurs attaques : le 25 octobre à Sardo, les 3 et 27 novembre à Gawra et Aysaᶜeyta, le 5 décembre à ᶜÉli-Daᶜâr, le 15 janvier 1988, de nouveau à Gawra (Fontrier, op. cit. : 125, n. 3), et le 17 février 1989 une opération conjointe avec des commandos du FPLE à Dubti. Une reprise des activités que ne condamnaient pas sans appel les Afar collaborant avec le régime du Derg. Ces derniers avaient toujours maintenu des contacts secrets avec le FLA et les autres organisations afar d’opposition, y compris avec la faction du FLE-CR de Moḥamed ᶜAli Ayroyta88. L’idée derrière cette attitude était de minimiser les conséquences de leurs actions sur la population89.

  • 90 En anglais : Somali National Movement (SNM).

119Parallèlement à la reprise de ses activités, le FLA opéra en 1988 le recrutement de plusieurs centaines d’hommes dans l’Awsa (la basse vallée de l’Awash) et dans le Baᶜadu (la moyenne vallée de l’Awash) qui furent ensuite envoyés en Somalie pour suivre un entraînement militaire accéléré à Borama, dans le nord-est. Cette action montrait sa facilité de mobilisation dans ces deux régions. Elle intervenait après que le front ait bénéficié d’un important appui financier, militaire et alimentaire de la part du royaume d’Arabie saoudite. Les armes, les munitions et l’aide alimentaire furent en grande partie stockées dans des hangars au port de Berbera. Par la suite, elles furent réquisitionnées par les forces armées gouvernementales lors de l’offensive du Mouvement national Somali (MNS)90 contre elles dans le nord de la Somalie. Le gouvernement avait promis de les rembourser. À cette occasion, le FLA refusa que ses hommes stationnés dans des camps à Borama leur servent de supplétifs.

120Cette attitude le servit quand le MNS prit le contrôle de ce territoire. En effet, ses combattants ne connurent pas le sort de ceux des organisations oromo, lesquels furent pourchassés pour leur engagement aux côtés de l’armée gouvernementale. Ils furent tout simplement priés de rentrer chez eux par le chemin qu’ils estimaient le plus court. Les responsables du MNS expliquèrent cette décision par l’impossibilité de leur part de les nourrir mais aussi par leur souci d’avoir des bonnes relations avec le gouvernement éthiopien. Sur leur chemin de retour, 38 d’entre eux furent massacrés le 20 février 1990 dans le district de Zeylaᶜ par les Issa du Front Somali uni (FSU) (LOI n° 470, 1990).

Les premiers pas de la Région autonome de ᶜAsab

  • 91 Au moment de sa nomination, il était le chef du programme de sédentarisation dans le Gambella.

121Le chef de l’État Mengïstu Hayle Maryam procéda le 28 décembre 1988 à la nomination des responsables politiques et administratifs à la tête des régions autonomes et administratives du pays (The Ethiopian Herald, 29 décembre 1988 : 1 et 3). À cette occasion, il ne tint pas compte du souhait de la grande majorité des responsables Afar. Ainsi, Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass91 fut nommé premier secrétaire du PTE pour la région autonome de ᶜAsab, Moḥamed Aḥmed Cheḥem, son administrateur en chef, Getnet Kelkile et Fikre Sitotaw, premier et deuxième adjoints de l’administrateur en chef. Ces deux derniers étaient des originaires des hautes terres chrétiennes, sans attache dans la région. À première vue, la nomination de Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass et de Moḥamed Aḥmed Cheḥem s’expliquait par le fait que l’un était l’Afar le plus haut placé dans la structure du PTE en qualité de membre de son comité de la Région administrative du Harargé (1982-1987), de surcroit président de l’ex-MNLA et l’autre, dans l’administration régionale pour avoir dirigé une awrajja spéciale. Cependant, ces choix imposés d’en-haut furent mal accueillis par certains responsables afar. Cette hostilité fut aggravée par le fait que le Derg prit soin d’écarter les cadres afar bien établis dans la région pour avoir servi successivement comme représentants du POMOA et de la COPTE ou à la tête de l’administration régionale. D’abord, ceux-ci étaient considérés à tort ou à raison comme des gens peu sûrs et critiques par rapport au projet de la régionalisation. Ensuite, le Derg n’excluait pas de sacrifier cette concession au besoin d’un règlement avec le FPLE sur la base de la restauration du statut de la fédération de 1952.

122Parmi les cadres écartés se trouvaient ᶜAbdulkadir Rêdo et Ḥabib Moḥamed Yayyo affectés à la Région administrative du Wällo-Sud, l’un comme chef du département Idéologie du comité exécutif du PTE et l’autre pour servir en qualité d’administrateur en chef de l’awrajja de Qallu (Kombolcha).

123Ce fut donc sur fond de crise de confiance entre les responsables afar et le pouvoir central que la Région autonome de ᶜAsab avait été choisie en 1989 avec les Régions autonomes de l’Ogaden et de Dire Dawa et onze Régions administratives sur les vingt-cinq pour introduire le nouveau système d’administration. Un Parlement régional fut élu. Il était formé de soixante-quinze membres dont cinquante Afar et vingt-cinq originaires des hautes terres chrétiennes. Il disposait de pouvoirs dans le domaine du budget, de la culture et de l’éducation. À l’imitation du Parti communiste soviétique, le Parti des travailleurs éthiopiens (PTE) tenait une place importante.

124Chaque Région était dirigée par un comité exécutif de sa branche locale chapeauté par le premier secrétaire et comprenant les chefs de cinq départements suivants :

  • Idéologie

  • Défense, Sécurité, Administration et Justice

  • Économie et social

  • Organisation des masses

  • Contrôle

  • 92 L’une de deux grandes divisions du peuple afar avec les Adohyahmara.
  • 93 La situation dans le Teru s’était envenimée avec l’intervention des combattants de l’Ugûgumo comman (...)

125Les dirigeants de l’ex-MNLA imposèrent à Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass et au pouvoir central la nomination de Ḥabib Moḥamed Yayyo à la tête du département de la Défense, de la Sécurité, de l’Administration et de la Justice. Leur démarche répondait officiellement d’une part, au souci du respect d’un certain équilibre entre les ressortissants de la côte et de l’intérieur du pays Afar et d’autre part, à celui de l’atténuation des tensions existant à l’époque entre les deux clans-familles ᶜAsahyahmara92 : Ḥammadi-Sîrat et Modayto93. Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass était issu du premier clan-famille et Ḥabib Moḥamed Yayyo, du second. Outre Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass et Ḥabib Moḥamed Yayyo, trois autres Afar furent nommés au comité exécutif du PTE dont deux comme chefs des départements : Mussa Moḥamed Abubaker (Économie et Social) et ᶜAbdulkadir Aḥmed Farradé (Idéologie). Le troisième Nur Muralé fut nommé adjoint au chef du département Contrôle. Deux originaires des hautes terres siégeaient dans le comité exécutif comme chefs des départements Organisation des masses et Contrôle. La présence de ces derniers était plus marquée dans l’exécutif de l’Administration où, mis à part l’administrateur en chef, les trois autres postes clés, le premier et le deuxième adjoint ainsi que le secrétaire général, leur revenaient.

126La mise en œuvre des réformes dans la Région autonome de ᶜAsab fut paralysée par les conflits de personnes et les différends d’ordre régional et politique internes aux Afar, attisés par le régime de Mengïstu dans l’intention de la ralentir. Ainsi, la proposition de Ḥabib Moḥamed Yayyo, de Mussa Moḥamed Abubaker et de ᶜAbdulkadir Farradé de discuter au préalable en comité restreint entre Afar des questions importantes avant d’en débattre en comité élargi où siégeaient les originaires des hautes terres fut accueillie avec suspicion par Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass. Il était soutenu par Nur Muralé. Sans mettre en doute la sincérité de la démarche des auteurs de la proposition, elle était mal venue dans le contexte de l’époque. Elle aurait été un motif non seulement de la révocation de Maḥammôda mais elle allait être exploitée par ceux, nombreux au centre, qui soupçonnaient les Afar de vouloir s’émanciper de la tutelle éthiopienne.

127Lorsque le régime accepta de négocier sans préalable avec le FPLE sous les auspices des Américains, certains responsables afar au premier rang duquel Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo et Yussuf Yasin Mahammoda vinrent à le suspecter de vouloir sacrifier la région autonome de ᶜAsab sur l’autel d’un éventuel accord avec le FPLE, le mouvement indépendantiste érythréen. En effet, tout laissait croire que le régime en aboie était disposé à restaurer la fédération de 1952, ce qui équivalait à démanteler la région autonome de ᶜAsab. La constitution accordait au Shengo national le droit de modifier à tout moment les frontières ou de revoir les pouvoirs accordés aux régions autonomes et aux régions administratives.

  • 94 Suite à l’unification avec deux autres groupes, les Forces révolutionnaires Afar (FAR) et le Qafar (...)

128Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo et Yussuf Yasin Maḥammoda suggérèrent aux membres afar du Shengo de la région autonome de ᶜAsab d’adresser, au nom de leurs administrés, une lettre ouverte collective au gouvernement central pour faire part de leur inquiétude et de leur opposition à toute éventualité d’une entente à leurs dépens. Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass réfuta l’existence d’une telle menace et s’y opposa. Par conséquent, la nécessité d’adresser ou non une lettre collective au gouvernement central constitua un autre point de désaccords entre les responsables afar. En juin 1991, après la chute du régime, à l’occasion d’une réunion tenue à Djibouti, les ex-dirigeants et cadres de la région autonome de ᶜAsab, réfugiés, se divisèrent en deux tendances, reproduisant les divergences apparues vers la fin des années 1980 et qui n’avaient cessé depuis de miner leur cohésion. L’une était dirigée par l’ancien premier secrétaire du PTE pour la Région autonome de ᶜAsab et ancien président du Parlement régional, Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass. Elle fonda en juillet 1991 l’Union révolutionnaire démocratique Afar94. Cette organisation se donnait pour principal objectif l’unification en une entité administrative unique de tous les territoires habités par le peuple afar en Éthiopie (y compris en Érythrée). Elle prônait la lutte armée afin de libérer la partie de la bande côtière occidentale de la mer Rouge habitée par les Afar de la « domination et de l’occupation du FPLE ».

  • 95 Arrêté en 1991, il purgea dix ans de prison. Après sa libération, il fut nommé responsable du burea (...)
  • 96 À son retour en Éthiopie, Ḥabib Moḥamed Yayyo fut arrêté et emprisonné par le nouveau régime, en mê (...)

129L’autre tendance, proche de Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo95 resté en Éthiopie, se donna pour chef de file Ḥabib Moḥamed Yayyo. À son refuge à Djibouti, en même temps que les autres responsables de la région autonome de ᶜAsab, celui-ci avait remis au commissaire du district de Dikhil et devant témoins, quatre cantines d’argent éthiopien (48 000 dollars américains et 160 000 birrs) qu’il avait récupérées dans les succursales de la Commercial Bank of Ethiopia de ᶜAsab et d’Aysaᶜeyta. Il avait demandé à ce que cet argent soit restitué à l’Éthiopie lorsque la situation allait être normalisée (Cf. Fontrier, 2000 : 496)96. Cette seconde tendance choisit une position de wait and see.

Les Afar et la conscription militaire

  • 97 Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem qui exerçait à l’époque cette fonction. Djibouti, 16 novembre 2 (...)

130La création de la région autonome de ᶜAsab fut suivie d’une première incorporation des Afar dans l’armée dans le cadre de la conscription. Instauré en 1983 par le Derg pour toute l’Éthiopie, les Afar étaient jusque-là exemptés de ce service militaire qui durait plus que les trente mois prévus. En effet, à l’époque, les responsables afar, prétextant les difficultés d’adaptation de leurs frères au climat des hautes terres où les recrues devaient être formées, avaient demandé au Derg qu’ils le fussent dans leur région et intégrés ensuite dans l’armée stationnée dans la région. Par la même occasion, ils leur avaient fait comprendre que la conscription par la force, comme cela pourrait se faire ailleurs, allait leur aliéner la population et profiter aux mouvements d’opposition armée. La Junte militaire avait accepté sans difficultés l’exemption des Afar de la conscription forcée et promit d’étudier leur formation et leur incorporation dans l’armée sur place. Cette attitude souple s’expliquait par la persistance de la méfiance à leur égard au sommet de l’État. Cependant, tout comme les deux awrajja à majorité afar (Awsa et Chercher, Adal et Gura-Guracha), l’awrajja spéciale de ᶜAsab dût livrer un quota fixé pour elle à 3 000 hommes tous les six mois, en raflant les originaires des hautes terres. À la date arrêtée pour cette opération, la ville était bouclée par l’armée. À cette occasion, si par hasard des jeunes afar étaient raflés, ils étaient relâchés lors du tri effectué par une commission présidée par l’administrateur en chef97.

  • 98 En anglais : Ethiopian Peoples’ Democratic Movement (EPDM). Créé le 21 novembre 1980 à l’instigatio (...)
  • 99 En anglais : Ethiopian Peoples’ Revolutionary Democratic Front (EPRDF). Cette coalition allait être (...)
  • 100 En anglais : Eritrean People’s Liberation Army (EPLA).
  • 101 Cette rivière qui marque la frontière septentrionale entre l’Éthiopie et l’Érythrée sépare aussi le (...)

131L’incorporation des Afar dans les forces gouvernementales intervenait dans le contexte du net recul de ces dernières sur tous les fronts. Les rebelles tigréens avaient pris depuis le 2 mars 1989 le contrôle du Tigray, à l’exception de la partie Afar. Regroupés depuis octobre avec les Amhara du Mouvement démocratique du peuple éthiopien (MPDE)98 dans le Front démocratique et révolutionnaire du peuple éthiopien (FDRPE)99, ils se lançaient à l’assaut du Wällo et du Gondar. Les indépendantistes du FPLE, quant-à-eux, enregistraient, deux ans après la prise d’Afabet qui leur avait donné un avantage psychologique sur les forces gouvernementales, une autre victoire d’une ampleur égale en s’emparant de la ville portuaire de Masawaᶜ. Cependant, le Front fut confronté dans sa poussée en direction du port de ᶜAsab aux détériorations de ses relations avec les Afar suite à deux évènements. D’abord, il y eut le 1er septembre 1988 le massacre de 200 personnes à ᶜAs-ᶜÉla, dans la péninsule de Bôri, une région généralement favorable à la résistance érythréenne au cours d’une opération de conscription. Laquelle opération avait été décidée, selon les dirigeants du FPLE, dans le but d’accroitre le nombre des Afar dans la milice de la région mais aussi dans l’Armée populaire de libération de l’Érythrée (APLE)100. Elle aurait mal tourné. Ensuite, il y eut l’offensive conjointe du FPLE et du FLPT de fin mai de l’année suivante contre les Afar de la même région. Ces derniers s’étaient, entre temps, organisés en milice. Ces deux évènements ne firent qu’aggraver la perception qu’avaient la majorité des Afar de ces deux organisations. Leur coopération fut considérée, par exemple, comme celle des deux groupes tigréens, en afar namma Tigré, par-dessus la rivière Mareb101 et dirigée contre eux. Cette lecture suscita la colère des Afar de la région. Ils se constituèrent en une branche d’Ugûgumo en Dankalie. Ils furent renforcés par les anciens maquisards afar du FLE, originaires de la région, accourus de l’Arabie saoudite.

  • 102 Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem, ancien administrateur en chef de la Région autonome de Asab. (...)

132Ce fut dans ce contexte que le gouvernement décida d’impliquer les Afar dans la défense du pays et de les intégrer dans les forces armées en acceptant l’ouverture de trois centres d’entrainement militaire en territoire Afar : Alalé-Subla dans la région de Shiffra, Ḥarsis dans la région de Millé et Kilôma sur la côte sud de ᶜAsab. Une dizaine de milliers d’Afar furent ainsi formés et répartis dans les différents bataillons de l’armée stationnés en territoire Afar. La méfiance à leur égard persistait toujours. Aussi, le commandement de l’armée fit en sorte qu’ils ne se retrouvassent pas entre eux, même si hasard ou voulu, ils furent fortement représentés dans les quatre bataillons des avant-postes dans le nord de Thiᶜo102.

133À la même période, une brigade – la brigade Meskerem – entièrement formée d’Afar et au commandement également afar assisté d’officiers éthiopiens fut créée dans le nord-est du Wällo. L’idée du gouvernement était de les utiliser pour empêcher la progression des combattants du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien en direction du corridor ᶜAsab-Addis Abäba.

134Les militaires afar, plus motivés que leurs collègues éthiopiens, qui parfois leur tiraient dans le dos, se battirent vaillamment mais après la déconfiture de l’armée éthiopienne, ils n’opposèrent pas de résistance notable sur consigne des responsables politiques de la Région autonome de ᶜAsab.

135Indépendamment de l’armée régulière, les combattants afar d’Ugûgumo s’opposaient à la mainmise sur leur territoire du FLPT et du FPLE. Au cours de cette période, le gouvernement, qui se trouvait en difficultés, se réconcilia avec eux et les fit bénéficier d’un soutien limité en armement léger par le biais des responsables afar de la Région autonome de ᶜAsab.

136Cependant, si le Derg encourageait l’implication des Afar dans la guerre, il se garda de les équiper d’armes lourdes que demandaient en vain les responsables de la Région autonome de ᶜAsab. Cette attitude représenta un handicap plus visible lors de l’opération baptisée Dankalie lancée vers la mi-février 1991 par le FPLE en direction de la cité portuaire de ᶜAsab et au cours de laquelle justement l’utilisation de ces armes par cette organisation fit la différence. Cette politique fut dénoncée publiquement par Ḥabib Moḥamed Yayyo vers la mi-avril 1991, lors de la réunion du Shengo national, et c’était trop tard.

La participation du FLA à l’établissement d’un front commun contre le Derg et aux dernières offensives de l’alliance contre le régime

137L’équation afar fut prise en compte par l’opposition au Derg à partir du début des années 1980. Ce fut le cas du Front de libération des peuples du Tigray (FLPT) qui apparaissait dès cette époque comme la principale organisation opposée au régime militaire dans le nord de l’Éthiopie. Cependant, l’un de ses points faibles demeurait l’absence de bases sûres dans la partie méridionale du Tigray. En février 1982, il mena conjointement avec un petit groupe de combattants du FPLE un raid sur la ville de Bati contrôlant le corridor routier reliant Kombolcha et Mekele au port de ᶜAsab. Lors du retrait, alors que les combattants du FPLE regagnèrent leur base, évitant les embuscades des forces gouvernementales grâce à leurs réseaux d’informations dans l’armée gouvernementale et le long du corridor, la brigade du FLPT engagée dans cette opération enregistra des pertes importantes. Afin d’être en mesure de porter la guerre au sud, le front avait besoin de gagner l’appui des Afar des contreforts orientaux, à partir desquels il comptait lancer des attaques contre les positions gouvernementales dans les plaines ; une entreprise qui n’était pas facile de prime abord, en raison des frictions séculaires entre les Tigréens chrétiens des hauts plateaux et les Afar musulmans des basses terres, ce à quoi il fallait ajouter les ambiguïtés du programme politique du FLPT sur lesquelles nous allons revenir.

138Pour parvenir à ses fins, l’une des stratégies envisagées par la direction du FLPT était de sceller une alliance politique avec l’amoyta ᶜAli-Miraḥ et le FLA.

  • 103 [The TPLF justified this affiliation on two grounds: first, that the alliance was ‘tactical’, that (...)

Le FLPT a justifié cette démarche par deux motifs : d’abord, l’alliance était « tactique », c’est-à-dire, elle était basée seulement sur l’opposition du sultan au Derg et ne constituait pas l’acceptation du féodalisme que le sultan représentait. Deuxièmement, dans une société clanique fortement traditionnelle des Afar, le sultan représentait une autorité plus proche à celle d’un chef populaire103 (Young, 1997 : 150).

  • 104 C’était au cours d’une de ses opérations conjointes que Tewolde Wolde Mariam, une figure importante (...)

139Déjà dans le passé, le FLPT et le FLA avaient coopéré au fil des années pour entreprendre nombre d’attaques contre les sites militaires, situés le long de la partie du corridor ᶜAsab-Addis Abäba traversant l’awrajja d’Awsa104.

  • 105 Comme pour tous les dirigeants du FLPT, entre parenthèses son vrai nom qui a été remplacé au début (...)
  • 106 L’un de sept fondateurs en septembre 1974 du Tigray National Organization (TNO), laquelle donna nai (...)
  • 107 Entretien avec Ḥabib Ali-Miraḥ à Addis Abäba, 25 juin 2005.

140Les premières démarches pour l’établissement de cette alliance furent entreprises par Seyoum (Ambaye105) Mesfin106, chef du département des relations extérieures au niveau du bureau politique du FLPT. Il rencontra à plusieurs reprises le sultan ᶜAli-Miraḥ Ḥanfaré à Djeddah107. Plus que les actions du FLA sur le terrain, c’était la personnalité de ce dernier qui faisait de cette organisation une force d’opposition avec laquelle il fallait compter. Disposant d’une audience certaine auprès des Afar, d’un soutien de l’Arabie saoudite où il demeurait en exil depuis le mois de juin 1975, il jouissait également d’appuis solides en Somalie, un allié incontournable pour les différents mouvements de rébellion contre l’Éthiopie. Les relations conflictuelles entretenues par le FLPT avec les deux autres mouvements rebelles afar, le FLA N° 2 et les groupes d’autodéfense Ugûgumo (Révolution) constituaient un autre facteur ayant contribué à son rapprochement avec le FLA. Ceux-ci s’attelaient à contenir son occupation des plaines salines de ᶜAs-ᶜAlé (Dallôl), « une région économiquement importante pour le FLPT » selon Kinfe Abraham (1994 : 171).

141C’était l’avis aussi de Jon Bennett qui écrit :

  • 108 [The salt trade tax at Berhale [Berahle] – understood as a levy to ensure safe passage – has become (...)

La taxe sur le commerce de sel à Berhale [Baraḥlé] – compris comme un prélèvement pour assurer le passage sûr – est devenu une source de revenu importante pour le Front, bien qu’il s’élève considérablement moins que celle levée par les administrateurs précédents108 (Bennett, 1983 : 48).

142Il ajoute :

  • 109 [The economic potential of eastern Tigray will in the future undoubtedly lie in the extraction of m (...)

Le potentiel économique du Tigray oriental se situera à l’avenir assurément dans l’extraction des minerais de la dépression de Dallul [Dallôl]. Ici, à 120 m au-dessous du niveau de la mer, des dépôts de soufre, de la potasse et du magnésium se trouvent à peine touchés. Un projet d’extraction commun allemand, italien et américain a été rapidement abandonné en 1969, et les mines ont été détruites109 (Ibidem).

  • 110 Cité par Kinfe Abraham, « The Rise of Weyane Rebellion II or the TPLF-Part Two », consulté sur le s (...)

143Ce constat de John Benett était partagé par l’ancien gouverneur général du Tigray, le ras Mengesha Seyoum qui affirmait dans le programme du Tigray Agricultural and Industrial Development Ltd (TAIDL) qu’il avait établi sous le régime à travers une souscription publique que c’est « une région riche en potasse et à la source d’énergie géothermique inexploitée qui, comme les études du PNUD le montrent, assurerait les besoins en énergie de l’Éthiopie et de ses voisins110 ».

  • 111 Cette province comprenait la basse vallée de l’Awash (Awsa) et la Dankalie méridionale (de Ras Doum (...)
  • 112 Cette province comprenait les contreforts du nord-est des hautes terres du Wällo et les basses terr (...)

144Les démarches du FLPT tardèrent à porter leurs fruits en raison de son manque de clarté dans ses objectifs. En effet, le Front tentait de normaliser ses relations avec le FLA sans renoncer à ce qui constituait une pomme de discorde, c’est-à-dire la revendication des terres afar inclues dans le découpage administratif au Tigray mais également celles de deux awrajja de l’époque de l’Africa Orientale Italiana (ᶜAsab111 et Alamata112). Cette revendication avait été formulée dans le programme politique du FLPT de 1976 dans lequel celui-ci indiquait clairement qu’il combattait pour la sécession du Tigray de l’Éthiopie (Aregawi Berhe, 1993 : 24).

145L’organisation avait fait marche arrière en octobre de la même année pour ce qui concerne son objectif : la « création d’une République démocratique de Tigray », modifiée et remplacée par « le droit à l’autodétermination et à la libération de l’exploitation impérialiste et féodale ». Cette évolution intervenait suite aux fortes pressions d’une fraction de son appareil militaire et de son proche allié, le FPLE, peu désireux de voir le cas érythréen perdre sa spécificité (Aregawi Berhe, ibid.).

146Cependant, le FLPT n’abandonnait pas l’option de sécession mais la mettait de côté pour des raisons tactiques. Il l’avait reformulé autrement un peu plus tard dans le programme amendé adopté lors de son premier congrès de 1979 :

  • 113 [Self-determination of an oppressed nation could be implemented through (...) either unity based on (...)

L’autodétermination d’une nation opprimée pourrait être mise en œuvre par [...] l’unité basée sur l’égalité ou la sécession et la formation d’un (État démocratique) indépendant […] le FLPT lutte pour les deux aboutissements afin de permettre aux populations du Tigray de décider de leur futur113 (Ibid.)

  • 114 Le groupe actuellement au pouvoir.

147En 1985, lorsque le groupe dirigeant considéré à l’époque comme sécessionniste114 prit le contrôle total du FLPT, cette question se retrouva au centre de controverses entre cette organisation et son allié, le FPLE. Au cours des échanges par médias interposés, cette dernière organisation précisa à maintes reprises sa position comme dans le numéro de mai 1985 d’Adulis, l’organe de son bureau central des Relations extérieures publié en France :

  • 115 [The demand for the secession of Ethiopian nationalities has neither an historical nor an economic (...)

La demande de la sécession des nationalités éthiopiennes n’a ni une base historique ni économique ; ni l’ampleur de l’antagonisme national régnant, extrêmement forte soit-il, ne la justifie […]. Dans le cas spécifique de la question des nationalités en Éthiopie, les facteurs historiques, économiques et autres prouvent que l’unité basée sur l’égalité est la seule solution correcte […]. Le respect par chaque nationalité pour le droit des autres puisqu’elle exige le respect pour ses propres droits, aiderait à forger l’unité des opprimés et accélèrerait le jour pour la libération115 (cité par Paul Henze, 1985 : 70).

  • 116 Outre les Afar, trois autres nationalités habitaient la Région administrative du Tigray : Saho, Age (...)
  • 117 Membre du comité central, commandant du front méridional depuis 1983, celui-ci était surtout popula (...)
  • 118 Membre du comité central, président (1979-1989) puis secrétaire général du FLPT et membre du comité (...)
  • 119 L’un des membres du premier groupe de combattants du FLPT à avoir reçu une formation militaire de l (...)
  • 120 Également l’un des fondateurs du Tigray National Organization (TNO) et du FLPT, il quitta l’organis (...)

148Cependant, le FPLE n’éleva pas la voix pour critiquer la revendication d’une grande partie des terres afar par le FLPT. Lorsque la discorde entre les deux organisations donna lieu en 1986/87 à des échanges ouvertement polémiques, il l’accusa de vouloir supprimer les Afar et les autres nationalités de la région du Tigray116. Il allait de soi que le FLPT ne pouvait entrevoir ses rapports avec les organisations afar qu’à l’aune de ses ambitions et de son impérialisme ethnique. Et ce fut seulement à la fin des années quatre-vingt qu’intervint un changement dans l’attitude de cette organisation, lorsque qu’elle commença à entrevoir la perspective d’une prise de pouvoir à Addis Abäba et que ses dirigeants décidèrent de prendre la tête d’une coalition multiethnique dénommée le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien. Des contacts préliminaires s’établirent entre l’État-major du front méridional du FLPT dirigé par Ḥayelum (Hadish) Araya117 et la branche nord du FLA codirigée par Ismaᶜil Tayyib et Moḥamed Bolok. Par la suite, le FLPT envoya à Djeddah une délégation de trois membres chargée de rencontrer le sultan ᶜAli-Miraḥ. Elle était conduite par son secrétaire général, Subhat (Wolde Sïllasé) Nega118 et comprenait Awâlom (Tikue) Woldu, membre du Bureau politique119 et Asfaha (Mulugeta) Hagos120, membre du comité central et adjoint au chef du département des relations extérieures. À cette occasion, les deux mouvements s’entendirent sur la nécessité d’établir une alliance ayant pour objectif de chasser du pouvoir Mengïstu Hayle Maryam. Cet accord déboucha sur une coordination des opérations militaires. La nouvelle position du FLPT fut officialisée en juin 1990, lors d’une conférence de ses représentants tenue à Stockholm (Suède) au cours de laquelle ceux-ci se déclarèrent prêts à reconnaître aux Afar le droit à disposer d’eux-mêmes. Cette déclaration signifiait l’abandon du projet d’inclusion d’une bonne partie du territoire Afar dans le Tigray que Meles Zenawi aurait difficilement fait admettre par ses amis de la Ligue Marxiste-Léniniste du Tigray (LMLT), un groupe d’influence le plus puissant à l’intérieur du FLPT.

149Le politologue canadien, spécialiste de l’histoire du FLPT, John Young donne de cette évolution une explication qui n’est pas convaincante :

  • 121 [Although the TPLF’s program explicitly acknowledged the right to self-determination to all of Ethi (...)

Bien que le programme du FLPT ait explicitement reconnu le droit à l’autodétermination à toutes les minorités nationales de l’Éthiopie, au début, cette demande n’a pas été soulevée par les Afars politiquement faibles. […]. Au lieu de cela, la reconnaissance de leur caractère culturel unique et l’imprudence de les administrer de Mekele sont venues du FLPT121 (Young, 1997 : 150).

  • 122 En anglais : Oromo Liberation Front (OLF).
  • 123 En anglais : Tigray Afar Democratic Organization (TADO) et en afar : Tigray ‘Afarih Demokrâsih Egla(...)
  • 124 Lors de la période de transition (1991-95), sa présence dans la région-Etat Afar et ses interventio (...)
  • 125 En anglais : Afar People’s Democratic Organization (APDO).

150Toutefois, des tensions apparurent rapidement lorsque le FLA, à l’instar du Front de libération oromo (FLO)122, refusa la proposition du FLPT de rejoindre la coalition multiethnique qu’elle venait de mettre en place, dans le but de lui servir de tremplin pour la conquête du pouvoir à Addis Abäba (LOI du 8 décembre 1990). Cet épisode poussa en octobre 1990 le FLPT à favoriser un petit groupe d’Afar, originaires de l’escarpement oriental du Tigray évoluant dans ses rangs, à tenir à Addi Gurhat, dans l’Agamé (Tigray), une réunion au cours de laquelle la question de l’autodétermination fut débattue et approuvée. Il s’ensuivit la création d’une petite organisation satellite dénommée « Organisation démocratique Afar du Tigray (ODAT)123 ». Par sa dénomination, il s’agissait d’un mouvement de type régionaliste et certains avaient perçu à travers sa création le souci du FLPT de conserver les régions afar inclues dans le découpage administratif au Tigray. Officiellement, son premier président fut Aḥmed Ḥaïdara mais officieusement son véritable chef fut un cadre du département de l’idéologie et de la propagande du FLPT, Tekle-Berhane Araya124. Six mois après, le terme Tigray fut éliminé du nom de l’organisation renommée « Organisation démocratique du peuple Afar (ODPA)125 ». Cependant, son statut par rapport au FLPT/FDRPE restait toujours flou.

  • 126 Ḥanfaré Ali-Miraḥ réfute tout rôle du FPLE dans cette évolution. Il affirme que lors de la confére (...)
  • 127 Les bons rapports du FLA avec le FPLE prirent fin après qu’au cours de la conférence nationale de r (...)

151La création par le FLPT d’une organisation afar satellite fut très mal accueillie par le FLA et finalement, le premier mit en veilleuse son projet et accepta de le considérer comme le seul représentant des Afar. Ce net recul de la direction du FLPT s’expliquerait par des pressions de son allié, le FPLE, partisan d’une inclusion du FLO et du FLA dans le front uni contre le Derg126. Ces deux organisations historiques représentaient deux des plus importantes nationalités de l’Éthiopie, la première de par son poids démographique et la seconde, en raison de la position stratégique de son territoire. Preuve de l’excellence des relations du FLO et du FLA avec le FPLE, ils avaient chacun envoyé une délégation au second congrès de cette organisation de mars 1987, une réunion boudée par le FLPT127. Le FLA avait organisé le 17 février 1988 une importante opération conjointe avec le FPLE à Dubti dans la basse vallée de l’Awash au cours de laquelle les deux fronts avaient saisi des armes et détruit 9 avions et 120 véhicules militaires (Africa Research Bulletin, 1989 : 9190). L’hebdomadaire gouvernemental érythréen de langue anglaise cite cette opération au nombre des actions constituant des repères importants de trois décennies de la lutte armée (Eritrea Profile, 25 mai 1996).

152Outre les pressions du FPLE, l’avantage que le FLPT pourrait tirer de cette alliance à son accession au pouvoir semble avoir constitué le second facteur. En effet, en laissant le FLA diriger la région Afar pour un temps donné, il devait s’assurer ainsi de la stabilité dans cette partie stratégique du pays et il pouvait exploiter aussi la cooptation de cette organisation à l’égard de la communauté internationale. Les dirigeants du FLPT n’ignoraient pas que la famille du sultan ᶜAli-Miraḥ, qui fournissait à cette organisation le leadership, avait de nombreux handicaps. D’abord, elle était traversée par une sourde lutte pour le pouvoir opposant surtout Ḥanfaré et Ḥabib. Le premier, tenu à l’écart de la gestion du Front par son père de 1977 à 1987, a recouvré petit à petit sa place grâce à sa forte personnalité et son ouverture sur le monde extérieur. Le second ambitionnait de lui ravir la place, en mettant à profit le soutien du père. L’absence d’une vision claire de la famille du sultan pour assumer les responsabilités, de façon efficiente, constituait un autre handicap. Elle allait être exploitée contre elle plus tard pour la délégitimer aux yeux des Afar. Finalement, au cours des dernières phases de la guerre, les combattants du FLA participèrent aux offensives de la coalition dans le Wällo et le Gondar aux côtés de ceux du Mouvement démocratique du peuple éthiopien (MDPE). Cette organisation fut invitée à envoyer un représentant à la conférence de Londres qui devait réunir autour d’une même table une délégation du gouvernement éthiopien conduite par le Premier ministre Tesfaye Dinka et celles des rebellions armées, FPLE, FLPT et FLO, sous le haut-patronage du secrétaire d’État américain Herman Cohen. Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ fut accueilli à son arrivée par les responsables du FLPT/FPDRE avec lequel il eut par la suite une réunion au bureau de cette organisation dans la capitale anglaise.

  • 128 Président du gouvernement de Transition jusqu’en 1995, date à laquelle il devint Premier ministre. (...)

153Après l’entrée des forces du FDRPE à Addis Abäba qui signifiait la chute du régime du Derg, Meles Zenawi128 et la délégation qu’il dirigeait regagnèrent Khartoum (Soudan) à bord d’un avion d’une compagnie sud-africaine, spécialement affrété pour eux. Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ les accompagnait. Ils passèrent la nuit au Palais présidentiel et le lendemain, lors de leurs entretiens avec le président soudanais, le général ᶜUmar Ḥassan al-Bachir, ils introduisirent Ḥanfaré auprès de leur hôte. Par la suite, ils rentrèrent à Addis Abäba à bord d’un avion militaire mis à leur disposition par ce dernier et piloté par Al-Fatiḥ Urwa, un officier de service de Renseignements. Le FLA fut l’unique organisation, représentant les Afar à la conférence nationale de transition qui se tint du 1er au 5 juillet à l’Africa Hall d’Addis Abäba, en présence de nombreux observateurs internationaux.

Carte 4 : La région Afar de l’Ethiopie fédérale

Carte 4 : La région Afar de l’Ethiopie fédérale

Notes

1 Il s’agissait d’Olivier Stirn, Secrétaire d’État chargé des DOM-TOM (« Département Outre-Mer-Territoire Outre-Mer »).

2 L’organisation de ce congrès a permis au Derg d’être crédité par certains auteurs d’avoir résolu le problème de la nationalité afar par l’octroi d’une autonomie interne (cf. Tesfatsion Medhane, 1986 : 162 ; Kiflu Tadesse, 199  : 45 et 217). Une perception différente de la démarche du Derg concernant l’organisation de ce congrès est développée par Cassim Aḥmed Dini. Celui-ci estime dans son mémoire de DEA que ce « mirage d’une autonomie interne » masque trois données cruciales de la question afar dans la région : (a) une logique géopolitique de rapport de forces entre l’Éthiopie et la Somalie, (b) une économie de mesures coercitives contre le peuple afar en se contentant de l’intégrer à la logique étatique modernisatrice par le biais de la monétarisation de l’économie traditionnelle, (c) une opération de discrimination entre les Afars d’Éthiopie et ceux qui, en Érythrée, luttent avec les autres communautés depuis plus de vingt ans contre l’occupation de cette région. Cf. Cassim Ahmed Dini, 1984 : 125-126.

3 Dirigé par Gemaluddin Abdulkadir Rêdo, en faisaient partie Moḥamed Aḥmed Cheḥem, Umar Ali Khayri et Moḥamed Ḥussein Aḥmed. Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo à Samra, 23 août 2005.

4 Il s’agissait d’une mise en scène organisée par des soldats gouvernementaux. Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Samra, 15 juillet 2005.

5 D’après les informations que les responsables du MNLA avaient obtenues à l’époque du Meison et confirmées plus tard par d’autres sources, son assassinat, commandité et préparé par le Derg, aurait été exécuté par un lieutenant prénommé Fikre, maître d’éducation physique à l’école politique Yekatit 66, ainsi appelée en souvenir du mois de février 1974 au cours duquel ont eu lieu les événements qui se sont révélés décisifs pour le renversement de la monarchie. Entretiens à Addis Abäba, Logiya et Djibouti en 2005.

6 Abiyot Adebabay en amharique, cette grande place de la capitale située en plein centre-ville a recouvré son nom de la période impériale après la chute du régime du Derg en 1991 : Meskal Adebabay (Place de la Croix).

7 Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Samra, 15 juillet 2005.

8 Voir également Fred Halliday et Maxine Molyneux, 1981 : 164 ; Solomon Gashaw, 1993 : 153.

9 [The proposal for establishing an Administrative region for the Afar nationality opens up a venue for the regional autonomy that is envisaged by the oppressed masses of Ethiopia and their progressive allies.]

10 Dans ses mémoires, Jacques Foccart, l’ancien secrétaire général aux Affaires africaines de l’Élysée affirme que déjà en avril 1973, Siyad Barré lui avait donné des assurances qu’il ne revendiquait pas Djibouti mais qu’il souhaitait son accession à l’indépendance. Foccart ajoute qu’il a répété la même chose au président Valéry Giscard d’Estaing en septembre 1974, tout en affirmant ignorer s’il l’avait convaincu ou s’il avait prêché un converti. Cf. Foccart parle, 199  : 164 et 275-276.

11Abdallah Moḥamed Kamil corrige ce chiffre. Il affirme avoir prôné l’attribution de trente et un sièges pour chacune de deux principales communautés (Afar et Somali) et trois sièges pour les Arabes. L’idée était que les non Somali aient une majorité dans le futur Parlement. Entretien à Djibouti, 20 juin 2013.

12 Ce que confirme Abdallah Moḥamed Kamil. Ibidem.

13 Les Afar bénéficièrent de 26 sur 36 sièges des circonscriptions de l’intérieur, à raison de 12 à Tadjourah, 6 à Obock et 8 sur 12 à Dikhil. Cette répartition a été revue à la baisse lors des élections législatives de 1982. A Tadjourah, le nombre de sièges a été ramené de 12 à 6, à Obock, de 6 à 4, à Dikhil, de 8 à 7. Et le nombre total des députés afar, de 30, il a été ramené à 28.

14 Secrétaire aux relations extérieures successivement du MPL et du FLDD (1976-1982), puis représentant en France du FRUD (1991-1994), il avait participé aux négociations d’Aba entre la dissidence du FRUD et le gouvernement mais il était rentré en France, sans attendre la conclusion des accords de paix. Ayant négocié individuellement son ralliement au régime, il fut nommé ministre de la Justice en juillet 2001 puis des Transports (juin 2005-mars 2008) et enfin ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire en République populaire de Chine, fonction qu’il occupa jusqu’en 2011.

15 Entretien avec une personne qui avait assisté à l’entrevue et assuré la traduction. Addis Abeba, 30 juillet 2005.

16 D’origine oromo de la région de Wollega, il avait suivi ses études universitaires à l’université Hayle Sïllasé I et en France d’où il était rentré en Éthiopie en 1975. Il fut arrêté et emprisonné le 26 août 1977 avec certains de ses camarades, une semaine après que le Meison ait décidé la replongée dans la clandestinité. Par la suite, ils furent exécutés par le Derg le 10 juillet 1978. Le même jour, Birhane Meskel Reda, le fondateur du PRPE, d’origine tigréenne et des membres dirigeants de la Ligue prolétarienne furent également exécutés.

17 Capitaine de l’armée de l’Air, il fut par la suite cumulativement avec sa fonction de secrétaire général du CMAP, chef du département Idéologie de la COPTE et vice-président du Conseil de ministres puis chef du département Idéologie du PTE et Premier ministre jusqu’au 7 novembre 1989, date à laquelle il fut limogé, officiellement pour « raisons de santé ». Arrêté et emprisonné au lendemain de la chute du régime en mai 1991, condamné à mort, peine commuée en détention à perpétuité en juin 2011, il fut gracié en octobre de la même année.

18 En afar : Xukko-Cina.

19 À l’exception de quelques cadres militaires dont Ali Abdu, ancien dissident du Front de libération de l’Érythrée (FLE) puis des Forces populaires de libération, Ḥoumed « Ala », Aḥmed Sakir et les originaires de la province du Tigray tels Ali Bismillah, Ali Mayaddiguilli, etc.

20 Aḥmed le Petit. C’était un spécialiste des mines.

21 Entretien à Addis Abäba, 14 juillet 2005.

22 Entretien à Djibouti, 29 octobre 2010 et courrier électronique, 5 septembre 2010, communication personnelle.

23 Chef du service des renseignements saoudiens, il fut à partir de 2001 ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du royaume successivement en Angleterre et aux Etats-Unis d’Amérique. Il est actuellement directeur du Centre roi Faysal bin Abd al-Aziz pour les recherches islamiques.

24 Entretien à Djibouti, 29 octobre 2010.

25 Courrier électronique, 5 septembre 2010, communication personnelle.

26 Courrier électronique, 26 août 2010, communication personnelle.

27 Entretien à Djibouti, 29 octobre 2010.

28 Les deux hommes ont trouvé la mort en juin 1978 à Darraba, dans l’arrière-pays de la cité portuaire de Beylul, dans une embuscade que leur avaient tendue des dissidents chrétiens, lesquels allaient être identifiés par la direction du FLE-CR sous la dénomination Fallul (« anarchistes » en tigrénia).

29 Ibidem.

30 Entretien avec Ali Abdo Tié à Addis Abäba, 18 avril 2010.

31 Interview d’Ismail Moḥamed Ismail, à l’époque membre du bureau de la représentation du FLE-CR en Irak. Addis Abäba, 7 avril 2010.

32 Entretiens à Djibouti avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem, à l’époque vice-administrateur en chef de la province spéciale de Asab, 18 avril 2005 ; à Addis Abäba avec son fils Yasin Moḥamed Yasin, 15 août 2006 et Ali Abdu, l’un des chefs des miliciens afar, 18 avril 2010.

33 Cette décision a été présentée comme l’indice d’un traitement exceptionnel ou d’une reconnaissance de la spécificité afar par certains auteurs. Patrick Gilkes et Christopher Clapham qui ne sont pas tombés dans ce travers montrent bien que le Derg a également coopté des natifs dans l’administration des autres régions. La différence est que contrairement à la région afar où les promus étaient généralement issus d’une même organisation, ailleurs, la promotion était faite à titre individuel. Cf. Gilkes, 1983 : 195-211 ; Clapham, 1988 : 202-204.

34 Certains auteurs commettent une erreur en faisant état de la nomination dès cette époque d'un dirigeant du MNLA comme administrateur en chef de cette awrajja. Cf. Christopher Clapham, 1988 : 215 ; Kassim Shehim, 1985 : 346.

35 D’origine tigréenne, celui-ci était lieutenant au moment de la formation du Derg en juin 1974. Membre suppléant du comité central du PTE, il fut promu en avril 1983 au grade du lieutenant-colonel. Deux ans après, il fut affecté au Commissariat en charge du service national.

36 Entre parenthèses, le chef-lieu administratif.

37 Actuellement appelée Kilite Awlaelo.

38 Le chef-lieu, qui donne le nom au woreda, est situé à 55 km à l’est de Mekele, chef-lieu de l’ancienne Région administrative du Tigray et capitale de l’actuelle Région-État du Tigray. La région qui forme le woreda est connue des Afar sous le nom de Kala-k Abala (Kala et Abala), d’après ses deux principales vallées.

39 Cette ville des premiers contreforts du Wällo était jusqu’en mai 1978 le chef-lieu de l'awrajja d'Awsa et d’un woreda des basses terres environnantes.

40 L’astérisque derrière le nom indique les woreda des hautes terres dont les Afar occupent la périphérie.

41 [Now, however, that the Republic of Djibouti is suffering a serious economic crisis as a result of Somali aggression and, in particular, now that Somali saboteurs stopped the Addis Ababa-Djibouti railroad from operating, its government has expressed a readiness to enter into a trade relationship with Ethiopia. Mengistu is certain that this positive development in the policy of the Government of the Republic of Djibouti will gain strength. In Djibouti, Mengistu continued, at the present time there are three groups of political forces: (1) the party of the People's Independence Movement (Marxist Leninist), advocating independence and creation of a progressive government (2) the party of the National Union for Independence, advocating nationalist positions for independence; and (3) the right-wing party of the African People’s League, advocating, in the final analysis, if not annexation to Somalia, then at least the establishment of special relations with it. Ethiopia is supporting the People's Independence Movement and advising that party to unite with the National Union for Independence for the establishment of an independent existence for the Republic of Djibouti. The People's Independence Movement does not exclude the possibility that in the future that party will be required to resort to armed methods of conflict against the present government, which is persecuting it. In the opinion of Mengistu, the Soviet Union and other socialist countries could, with the help of Ethiopia, if necessary, establish contact with the People's Independence Movement and render support to that party. Toward this end the Soviet Committee for Solidarity of the Countries of Asian and Africa could dispatch a delegation to Addis-Ababa or receive in Moscow a delegation of that party. It would be worthwhile to join forces for this purpose, Mengistu stated, in order to prevent the return of Djibouti to the imperialist bloc] « Memorandum of Conversation between Soviet Ambassador to Ethiopia Ratanov and Mengistu, 5 September 1977 », Diary of A. P. Ratanov, 6 septembre 1977, Secret Copy No. 2, Russian and East German Documents on Ethiopia and the Horn of Africa, 1977-78, disponible sur : http://www.banadir.com/77/8.shtm.

42 Le représentant du FLPT, Saïd Ali était un ami de l’auteur de ces lignes.

43 Forces populaires de libération – Commandement révolutionnaire.

44 Selon Moḥamed Aḥmed Cheḥem, ils ont pu ainsi éviter le sort des nationalistes Kunama, membres d’une ethnie répartie dans le découpage administratif dans trois Régions administratives (Érythrée, Tigray et Gondar) et qui, n’ayant pas pu résister aux assauts de la Waz League (Ligue Prolétarienne), ont été absorbés par cette organisation. Entretien à Djibouti, 18 avril 2005.

45 Cette organisation, émanation du Derg, plus précisément du commandant Mengïstu Hayle Maryam, était dirigée par l’un de ses proches, le sergent Legesse Asfaw.

46 L’un des délégués de l’ex-Marine royale, il avait fait partie d’un petit groupe de membres du Derg à s’être rendu au Grand Palais pour annoncer à l’empereur Hayle Sïllasié sa déposition. Vers la fin de l’année 1979, il était président de la campagne nationale du développement économique lorsqu’il s’est disputé avec son vice-président, un autre membre du Derg, le lieutenant-colonel Endale Tessema. Ils furent tous deux relevés de leur fonction par Mengïstu Hayle Mariam, et Tamrat fut envoyé en formation en Tchécoslovaquie dans l’intention de l’éloigner du centre du pouvoir. A son retour, il fut confiné à un poste mineur de conseiller dans un cabinet ministériel et rejeté par ses collègues. Il sombra dans l’alcoolisme et commença à critiquer publiquement ses pairs du Derg, surtout Mengïstu Hayle Mariam et Legesse Asfaw. Il aurait fini par se suicider le 17 août 1988 en se jetant du haut d’un immeuble d’Addis Abäba. Cette thèse officielle est contestée par un ami à lui qui pense qu’ils l’ont tué. Cf. Dawit Shifaraw, 2012 : 159.

47 Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Samra, 15 juillet 2005.

48 Le siège du POMOA sis à Arat-Kilo où la « nationalité afar » disposait de son propre bureau.

49 Informations de Moḥamed Aḥmed Cheḥem. Entretien à Djibouti, 18 avril 2005.

50 En anglais : Afar Liberation Front N° 2. Ce fut cette organisation qui se constitua en parti politique en 1994 sous le nom du Front national de libération Afar (FNLA).

51 En anglais : Commission for Organizing the Party of the Workers of Ethiopia (COPWE).

52 Sur les 136 membres du comité central du PTE qui succédera à la COPTE, il y aura également 4 musulmans : outre Yussuf Aḥmed et Abdul Ḥafiz aḥmed, Abdallah Sonessa et Aḥmed Ḥassan Tike.

53 Soldat à la Révolution, il avait été l’un des délégués élus de la deuxième division. C’était un partisan de Mengïstu Hayle Maryam qui fut, avec lui, l’un des 14 membres fondateurs d’Abiyotawi Sedded. Lors de la terreur rouge, après avoir été promu lieutenant, il avait représenté le Derg dans la Région administrative de Gondar. Affecté en 1979 à l’école politique Yekatit 66 comme instructeur, il fut nommé une année après membre suppléant du comité central de la COPTE.

54 Celui-ci assumait la vice-présidence du POMOA lorsqu’il a été tué le 3 février 1977 en même temps que le chef de la sécurité du Derg, le colonel Daniel Asfaw dans le bureau de ce dernier. Il était venu s’informer auprès de lui de l’issue de la réunion du Derg, laquelle devait statuer sur le différend entre ses membres. Un officier, qui sympathisait secrètement avec le général Teferi Banti et son groupe, ayant appris de leur conversation qu’il suivait derrière la fenêtre l’exécution de celui-ci et de six autres membres du Derg, ouvrit le feu sur eux. Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem qui travaillait à l’époque à l’Afar Affairs Committee du POMOA. Djibouti, 16 juillet 2009. Cette information provenant d’une personne qui se trouvait dans les environs du lieu du drame nous semble plus proche de la réalité que les deux versions données par René Lefort dans lesquelles on a du mal à comprendre la présence de Senay Likké à une réunion du Derg dans l’une ou le fait que l’officier soupçonné de fidélité aux dirigeants exécutés n’ait pas été désarmé par ceux qui étaient allés le chercher dans l’autre. Cf. René Lefort (1981 : 273-274). Teferra Haile Selassie livre une version très proche de celle de Moḥamed Aḥmed Cheḥem. Le vice-président du POMOA a été tué par le commandant adjoint de la sécurité du Derg alors qu’il se dirigeait vers le bureau du commandant de la sécurité et ce dernier alors qu’il jetait un coup d’œil par une fenêtre de son bureau après avoir entendu des coups de feu. Les trois hommes de la sécurité tués également à cette occasion l’ont été dans les échanges du coup de feu avec le commandant adjoint, lui aussi abattu. Cf. Teferra Haile Selassie, 1997 : 197-198.

55 Sergent à la Révolution et l’un des délégués de la 3e division basée à Harar, il fut assistant personnel de Mengïstu Hayle Maryam (1974-décembre 1976), membre du sous-comité des Affaires politiques (décembre 1976-février 1977) et chef du département des Affaires politico-militaires. Il fut également membre du bureau politique du PTE, administrateur plénipotentiaire pour la région du Tigray et commandant en chef de la troisième armée révolutionnaire. Evincé fin avril 1991 des instances dirigeantes puis jeté en prison dont il s’est évadé mais arrêté et emprisonné de nouveau le 23 mai. Condamné à mort, cette peine fut commuée en détention à perpétuité en juin 2011 puis il fut gracié en octobre de la même année.

56 Entretien avec Gemaluddn Abdulkâdir Rêdo. Logiya, 16 juillet 2005.

57 Nommé le 28 décembre 1988 premier secrétaire du parti pour la Région administrative du Wällo-Nord, il fut arrêté par les forces du FDRPE lors de la conquête de cette région, transféré à Addis Abäba après la prise du pouvoir, il fut libéré peu après. Il arriva par la suite à quitter le pays, échappant de peu à un mandat d’arrêt.

58 En anglais : Workers’ Party of Ethiopia (WPE).

59 Il est décédé en 2005 à Djibouti des suites d’un accident de voiture.

60 Celui-ci était le père du défunt Muḥiyaddin Maftaḥ, ancien responsable du mouvement Ugûgumo et secrétaire général du Front Afar révolutionnaire démocratique uni (FARDU), rallié au Parti national démocratique Afar (PNDA), pro-gouvernemental, après avoir fait de la prison, suite à son extradition en août 1996 par la République de Djibouti. Il est décédé fin 2006.

61 En afar : Uguugumoh qande.

62 La présentation de l’Ugûgumo par John Young est très subjective. Elle reflète la perception négative que les dirigeants du FLPT ont de ce mouvement qui les a empêchés jusqu’à la chute du Derg de s’installer dans la région. Cf. Young, 1997 : 151-152.

63 Démasqué plus tard, celui-ci s’est suicidé. Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem. Djibouti, 18 avril 2005.

64 Littéralement : « Le fils de Ali Farradé ».

65 En afar : Xoxom.

66 L’organisation était parfois appelée le FLA du nord (en afar : Kilbatî ALF) du nom de la partie du pays Afar ou de Baraḥlé (Baraclêh ALF), du nom de la région où elle recrutait principalement ses membres.

67 L’interview d’Issayas Afeworki forme la troisième partie du livre de James Firebrace et Stuart Holland (1985).

68 Tesfatsion se réfère aux informations publiées par la revue Africa Confidential du 3 juin 1985.

69 Ce travail semble avoir été ignoré par Edmond Keller qui note : « Cependant, trois ans après sa création, l’Institut n’avait pas sorti des plans ou des recommandations ». Cf. Keller, 1988 : 238.

70 Le travail de l’Institut dont le Derg ne tint pas compte pour la réorganisation administrative de 1987 de l’Éthiopie a servi de base pour le découpage ethno-fédéral de 1991.

71 C’étaient les Régions administratives suivantes : Arussi, Bale, Érythrée, Tigray, Gamogofa, Sidamo, Wällo, Wollega, Hararge, Illubabur, Shewa, Gojjam, Gondar, Kaffa et Wollega.

72 Entretien avec Ḥabib Moḥamed Yayyo et Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Logiya, 15 juillet 2005.

73 [Ugugumo was motivated by the promise of Afar autonomy but, as the Derg pointed out, autonomy could not be realized if the EPLF and TPLF ‘secessionists’ succeeded in dividing up Ethiopia, with the inevitable result of the division of the Afar people between an independent Eritrea, an ‘in dependent’ Tigray, a rump Ethiopia, and Djibouti. Perhaps because this reasoning was not entirely erroneous, Ugugumo did achieve a measure of political legitimacy among the Afar, particularly those resident outside of Tigray.]

74 Tâha Siraj Moḥamed, qui avait hérité de son père le titre de Shaykh al-Mashâyikh, fut un administrateur moderne du district jusqu’à la chute du régime du Derg.

75 Nos sources d’informations citent les noms de Yayeh-Yirad Kitaw, directeur de l’Institut pour l’étude des nationalités éthiopiennes avec rang de ministre, membre suppléant du comité central du PTE et de Shoandagn Belete, membre suppléant du bureau politique du PTE, en charge du département des nationalités. Le premier fut promu en 1987 ministre de l’Éducation nationale.

76 Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem. Djibouti, 22 octobre 2009.

77 Entre parenthèses, le chef-lieu.

78 Ḥabib Moḥamed Yayyo et Gemaluddin Abdulkadir Rêdo affirment n’avoir pas exprimé publiquement leur opposition parce qu’ils ne voyaient pas d’alternative en face. Entretiens avec l’auteur de ces lignes à Logiya, 15 juillet 2005.

79 [For reasons better known to Mengistu and his entourage (made up by those who were claiming to be Marxists but who at heart were real chauvinists) the Republic was even far less in form than that Lenin. Again for reasons better known to Mengistu and his entourage, they gave two names for one thing. God knows why they gave two forms for one content, as there was practically no difference between what they called autonomous and administrative regions.]

80 L’auteur de ces lignes a pu constater ce malaise pendant l’été 1989 au cours d’une rencontre à Kombolcha avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo.

81 En anglais : Afar Revolutionary Democratic Union (ARDU).

82 Il rejoignit le FLE-CR qui le nomma comme son représentant à Ḥodeida au Yémen du Nord puis adjoint du représentant à Djibouti qui n’était autre que Moḥamed Aḥmed Abdu, le président de l’ancien Kiyâda al-Âm muaqat (Commandement général provisoire) et enfin membre du bureau de la représentation en Irak.

83 Après son ralliement au régime du Derg, il fut nommé administrateur du woreda de Raḥayto.

84 Entretien avec Ḥabib Ali-Miraḥ. Addis Abäba, 15 août 2005.

85 Entretien avec Moḥamed Tahiro Ḥammadou. Samra, 15 juillet 2005.

86 Un des fils du sultan qui devint président de la région-État afar de 1992 à mai 1995.

87 Acronyme en anglais de : Inter-Governmental Authority against Drought and for Development.

88 Formé en Syrie en 1966.

89 Entretien avec Ḥabib Moḥamed Yayyo à Samra, le 15 février 2006. Cette information est confirmée par des responsables des organisations d’opposition armée de l’époque au cours des entretiens séparés en 2005 et 2006.

90 En anglais : Somali National Movement (SNM).

91 Au moment de sa nomination, il était le chef du programme de sédentarisation dans le Gambella.

92 L’une de deux grandes divisions du peuple afar avec les Adohyahmara.

93 La situation dans le Teru s’était envenimée avec l’intervention des combattants de l’Ugûgumo commandés par les fils de Moḥamed Aḥaw, le sultan de Biḍu, aux côtés des Dammahoyta et ceux du FLA aux côtés des Modayto. Il s’agissait d’un conflit aux racines multiples, les deux sultanats de l’Awsa et de Biḍu s’étaient toujours opposés à propos de l’emprise sur cette région.

94 Suite à l’unification avec deux autres groupes, les Forces révolutionnaires Afar (FAR) et le Qafar Ummattah Demokrassiyyoh Fooca (Front démocratique du peuple Afar), à l’occasion d’un congrès tenu du 9 au 16 mars 1993 à Fufta, une localité de la dépression afar, l’organisation prit le nom du Front Afar révolutionnaire démocratique uni (FARDU). Maḥammôda Gaass fut élu secrétaire général adjoint, chargé des relations extérieures puis cumulativement président de la branche Royaume Uni du Council of Alternative Forces for Peace and Democracy in Ethiopia (CAPFD, 1994) dont faisait partie le FARDU. Rallié au régime d’Addis Abäba en 2001, il fut nommé vice-ministre de la Culture et du Tourisme, poste où il a été reconduit dans le gouvernement formé en 2005. Depuis septembre 2010, il est vice-ministre des Sciences et des technologies nouvelles.

95 Arrêté en 1991, il purgea dix ans de prison. Après sa libération, il fut nommé responsable du bureau Culture, Information et Tourisme puis directeur du centre d’enrichissement de la langue afar dans la région-État Afar. Il est actuellement conseiller de son successeur à la tête de cette institution.

96 À son retour en Éthiopie, Ḥabib Moḥamed Yayyo fut arrêté et emprisonné par le nouveau régime, en même temps que Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. En dépit de nombreuses requêtes des Afar, il ne fut libéré de la prison qu’en 2002, une année après son compagnon et nommé responsable du « Border Affairs Office » de l’administration de la région-État Afar. Il fut élu conseiller aux élections régionales du 15 mai 2005 sur la liste du parti national démocratique Afar (PNDA) au pouvoir. Dans l’exécutif régional formé aux lendemains de ces élections, il fut nommé à la tête du département de l’Éducation. Il est à la retraite depuis 2010.

97 Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem qui exerçait à l’époque cette fonction. Djibouti, 16 novembre 2008.

98 En anglais : Ethiopian Peoples’ Democratic Movement (EPDM). Créé le 21 novembre 1980 à l’instigation du FLPT par des dissidents du PRPE, il forma en 1989 officieusement la branche amhara du FDRPE. À la suite de son 3e congrès en janvier 1994, le mouvement changea d’appellation pour devenir l’Amhara National Democratic Movement (ANDM, Mouvement national démocratique amhara).

99 En anglais : Ethiopian Peoples’ Revolutionary Democratic Front (EPRDF). Cette coalition allait être élargie au cours du premier semestre de l’année à deux autres organisations créées à partir d’anciens prisonniers de guerre : Oromo People’s Democratic Organisation (OPDO, Organisation démocratique du peuple Oromo) et Ethiopian Democratic Officers Revolutionary Movement (EDORM, Mouvement révolutionnaire des officiers démocrates éthiopiens).

100 En anglais : Eritrean People’s Liberation Army (EPLA).

101 Cette rivière qui marque la frontière septentrionale entre l’Éthiopie et l’Érythrée sépare aussi les Tigréens de deux pays.

102 Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem, ancien administrateur en chef de la Région autonome de Asab. Djibouti, 18 avril 2005.

103 [The TPLF justified this affiliation on two grounds: first, that the alliance was ‘tactical’, that is to say, it was based solely on the Sultan’s opposition to the Derg and did not constitute acceptance of the feudalism the Sultan represented. Secondly, in the strongly traditional clan society of the Afar the Sultan represented the closest thing to a popular leader.]

104 C’était au cours d’une de ses opérations conjointes que Tewolde Wolde Mariam, une figure importante du FLPT jusqu’à son éviction en 2001 fut touché par des éclats au niveau des yeux dont il en souffre depuis. Entretien avec Ḥanfaré Ali-Miraḥ à Addis Abäba, 19 août 2013.

105 Comme pour tous les dirigeants du FLPT, entre parenthèses son vrai nom qui a été remplacé au début de la lutte armée par un nom de guerre, pour dissimuler sa vraie identité. Après la prise du pouvoir, il l’a gardé comme la grande majorité de ses pairs.

106 L’un de sept fondateurs en septembre 1974 du Tigray National Organization (TNO), laquelle donna naissance en février 1975 au FLPT dont il fut également l’un de neuf fondateurs, membre du comité central et du bureau politique, en charge du département des relations extérieures, inamovible ministre des Affaires étrangères d’août 1991 jusqu’en septembre 2010, il est actuellement ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire en République populaire de Chine.

107 Entretien avec Ḥabib Ali-Miraḥ à Addis Abäba, 25 juin 2005.

108 [The salt trade tax at Berhale [Berahle] – understood as a levy to ensure safe passage – has become an important source of income for the front, though it amounts to considerably less than that charged by previous administrators.]

109 [The economic potential of eastern Tigray will in the future undoubtedly lie in the extraction of minerals from Dallul depression. Here, at 120 m below sea level deposits of sulphur, potash and magnesium lie barely touched. A joint German, Italian and American mining project was rapidly abandoned in 1969 and the mines destroyed.]

110 Cité par Kinfe Abraham, « The Rise of Weyane Rebellion II or the TPLF-Part Two », consulté sur le site : http://www.ethioobserver.net/TPLF_101.pdf.

111 Cette province comprenait la basse vallée de l’Awash (Awsa) et la Dankalie méridionale (de Ras Doumeira jusqu’à Edd [Iddi]).

112 Cette province comprenait les contreforts du nord-est des hautes terres du Wällo et les basses terres adjacentes (Magâlé, Yallo, Téru, etc.).

113 [Self-determination of an oppressed nation could be implemented through (...) either unity based on equality or secession and formation of an independent (democratic state) (...) the TPLF struggles for both conclusions to enable the people of Tigray to decide their future.]

114 Le groupe actuellement au pouvoir.

115 [The demand for the secession of Ethiopian nationalities has neither an historical nor an economic basis; nor is the extent of the prevailing national antagonism so acutely sharp as to justify it (…) In the specific case of the question of nationalities in Ethiopia, historical, economic and other factors show that unity based on equality is the only correct solution (…) Respect by each nationality for the right of the others, inasmuch as it demands respect for its own rights, would help forge the unity of the oppressed and hasten the day for the liberation.]

116 Outre les Afar, trois autres nationalités habitaient la Région administrative du Tigray : Saho, Agew et Kunama.

117 Membre du comité central, commandant du front méridional depuis 1983, celui-ci était surtout populaire pour avoir dirigé dans la nuit du 8 au 9 février 1986 une opération commando spectaculaire contre la prison de Mekele, tenue par les militaires de Mengïstu. Véritable succès, elle avait permis la libération de 1300 prisonniers en instance d’exécution. Un film ayant pour trame centrale cet événement est d’ailleurs sorti dans les salles de cinémas éthiopiens au mois d’août 2008. Hayelum Araya a été assassiné le 14 février 1996 à Addis Abäba par un Erythréen.

118 Membre du comité central, président (1979-1989) puis secrétaire général du FLPT et membre du comité exécutif du FDRPE.

119 L’un des membres du premier groupe de combattants du FLPT à avoir reçu une formation militaire de la part du FPLE, membre du comité central et du bureau politique. Après la prise du pouvoir par le FDRPE/FLPT à Addis Abäba en mai 1991, il fut nommé chef du bureau du gouvernement de Transition à Asab. Après la proclamation de l’indépendance de l’Érythrée en juin 1993, il devint ambassadeur. Impliquée dans une grave crise ayant secoué le FLPT en 2001 au cours de laquelle le Premier ministre Meles Zenawi se vit accusé par ses compagnons de mollesse vis-à-vis de l’Érythrée, il fut exclu du parti et perdit sa fonction d’ambassadeur. L’un de ses frères, Abay Woldu, qui était également membre du comité central, avait pris parti pour Meles Zenawi. Un positionnement qui a été payant pour lui. Il est président de l’État-région Tigray depuis 2010 et président du FLPT depuis septembre 2012 après avoir été son vice-président à partir de 2010.

120 Également l’un des fondateurs du Tigray National Organization (TNO) et du FLPT, il quitta l’organisation en 1988 et se réfugia en Norvège où il continue de vivre en exil.

121 [Although the TPLF’s program explicitly acknowledged the right to self-determination to all of Ethiopia’s national minorities, initially this demand was not raised by the politically weak Afars. Instead, recognition of their unique cultural character and the imprudence of administering them from Mekelle came from the TPLF.]

122 En anglais : Oromo Liberation Front (OLF).

123 En anglais : Tigray Afar Democratic Organization (TADO) et en afar : Tigray ‘Afarih Demokrâsih Egla, plus connu sous son acronyme TAADE.

124 Lors de la période de transition (1991-95), sa présence dans la région-Etat Afar et ses interventions dans la gestion au quotidien de l’administration régionale étaient expliquées officiellement par sa qualité de représentant du gouvernement de Transition.

125 En anglais : Afar People’s Democratic Organization (APDO).

126 Ḥanfaré Ali-Miraḥ réfute tout rôle du FPLE dans cette évolution. Il affirme que lors de la conférence de Londres Issayas Afewerki avec lequel il n’était pas arrivé à s’entendre dans le passé, en dépit des médiations somaliennes, l’avait boudé. Entretien à Djibouti, 2 novembre 2010. Cependant, il se peut que cette inimitié personnelle entre deux fortes personnalités n’ait pas influé sur la perception du FLA par le chef du FPLE.

127 Les bons rapports du FLA avec le FPLE prirent fin après qu’au cours de la conférence nationale de réconciliation et de paix de juillet 1991, le sultan Ali-Miraḥ, tout en affirmant appuyer le droit à l’autodétermination de l’Érythrée, exigea le même droit pour les Afar de la côte de la mer Rouge. En réaction, Issayas Afewerki, en colère, partit en claquant la porte de la conférence, après avoir fait un bref commentaire (cf. Aramis Houmed Soulé, op. cit. : 114 ; Dima Noggo Sarbo, 2006 : 46-47). La réaction du leader érythréen s’expliquait par le fait qu’il pensait que c’en était trop car le sultan Ali-Miraḥ avait été précédé au micro par trois intervenants. Le premier, le représentant de l’université d’Addis Abäba, le professeur Asrat Woldeyes, soulignant le fait que les deux leaders, Meles Zenawi et Issayas Afewerki partageaient la même langue maternelle, les a encouragés à maintenir l’unité de l’Éthiopie en utilisant leurs relations personnelles étroites. Le second intervenant, le représentant de la nationalité Guragé avait affirmé qu’il trouvait ironique de la part de l’Érythrée, qui faisait partie de l’ensemble éthiopien historique et partageant beaucoup avec le reste de l’Éthiopie septentrionale, de remettre en cause son identité éthiopienne quand bien même son propre peuple, les Guragé et les autres nationalités du Sud incorporés dans l’État éthiopien environ un siècle de cela se considéraient comme faisant partie de l’Éthiopie. Le troisième intervenant, représentant un peuple du Sud, les Galab, avait souligné que l’Éthiopie disposait des ressources et pourrait utiliser n’importe quel port de son choix et commercer avec le reste du monde par d’autres voies que la mer et on ne pouvait pas lui faire du chantage pour l’accès aux ports érythréens (cf. Dima Noggo Sarbo, 2006 : 46-47). La demande du sultan pour le droit à l’autodétermination des Afar de la côte fut reprise dans le programme révisé du FLA adopté le 5 novembre 1991 lors d’une conférence organisée sous son égide. Il semble que l’astucieux président du FLPT/FDRPE, Meles Zenawi, ne fut pas étranger à cette prise de position dans le but de se prémunir contre une éventuelle utilisation par les Érythréens du FLA contre son régime.

128 Président du gouvernement de Transition jusqu’en 1995, date à laquelle il devint Premier ministre. Il conserva ce poste jusqu’à son décès le 20 août 2012.

Table des illustrations

Titre Carte 3 : Découpage administratif de l’Éthiopie de 1987
Crédits Source : http://yoskass.wordpress.com/​2011/​06/​09/​ethiopia-regional-and-localgovernment
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Carte 4 : La région Afar de l’Ethiopie fédérale
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable