Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Chapitre 4. Dissidence et rébellion contre la junte militaire

Texte intégral

Les Afar prennent les armes contre le régime

  • 1 Entretien avec Aḥmed Abdallah dit Dimis Dulla à Djibouti, 3 juin 2008.
  • 2 Interview de Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo. Samra, 23 août 2005.

1Vingt-quatre heures après le départ en exil de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ, dans la nuit du 3 juin, à une 1 heure du matin, son armée lança des attaques simultanées contre les casernements de l’armée et de la police à Aysaᶜeyta, à Afambo, à Tanḍaho, à Dat-Baḥari et à Dubti. Les zamatch et les travailleurs des plantations, originaires des hauts plateaux furent également visées même si diverses sources afar expliquent les décès enregistrés au cours de ces combats dans le rang des premiers par leur présence dans les casernements militaires (Dial Torgerson, The Windsor Star, 24 juin 1975). La même nuit, les hommes de Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass, renforcés par un peloton de combattants et de trois spécialistes des mines du FLE-CR1, bouclèrent la route au niveau de Dobi dans l’intention de détruire le pont, le plus important de la région. Cette opération échoua2.

  • 3 En anglais : Afar Liberation Front (ALF).
  • 4 Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo à Logiya, 16 juillet 2005.
  • 5 La date de mars 1975 pour ce manifeste avancée par cet auteur ne nous paraît pas exacte. Àl’époque, (...)

2La revendication de ces premiers combats fut faite au nom du Front de libération Afar (FLA)3, une organisation dont l’existence ne fut révélée que le lendemain par la British Broadcasting Corporation (BBC)4. Il s’agissait de la transformation en une organisation politico-militaire moderne de l’armée traditionnelle du sultan ᶜAli-Miraḥ, défendant les intérêts de ce sultanat de la basse vallée de l’Awash en particulier et des Afar en général. Le Front s’engageait à « renverser les dirigeants marxistes et antireligieux de l’Éthiopie afin de rétablir le sultan et les valeurs traditionnelles qu’il défend dans le cadre d’une région afar autonome » (cité par Fontrier, 2000 : 124)5.

  • 6 Le court article qu’il avait publié cette année sous le titre « Nomadism and its Future, the Afar » (...)
  • 7 Le terme de « génocide » ou de « quasi-génocide » est utilisé par beaucoup d’auteurs tentant de qua (...)

3Deux jours d’intenses combats se déroulèrent, et l’armée éthiopienne eut recours à l’artillerie lourde, des chars et son aviation, afin de réduire la résistance des Afar. Face à la puissance de feu des militaires du Derg, les partisans de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ se retirèrent des villages et de leurs alentours une semaine après et optèrent pour une stratégie de guérilla. En guise de représailles, l’armée éthiopienne, de concert avec les travailleurs des plantations, armés des machettes, se livra à une féroce répression dans les localités évacuées par les combattants afar. Un jeune anthropologue britannique de 26 ans, de la London School of Economics, se trouvant à Aysaᶜeyta dans le cadre de ses recherches de terrain pour sa thèse de doctorat, avait été raflé et exécuté en même temps que de nombreux Afar (Kalb, op. cit. : 175 ; Madan M. Sauldie, 1982 : 174). Son nom : Glynn Flood6. Il était connu des Afar de la région sous le nom de ᶜAdo ᶜAli (ᶜAli le Blanc). Son exécution s’explique par le fait qu’il avait été un témoin gênant de la répression aveugle. Les meurtres et les exactions commises7 eurent pour effet de pousser la population, jusque-là restée à l’écart de la rébellion, à aller grossir son rang.

  • 8 Entretien avec Ḥabib Moḥamed Yayyo. Logiya, 15 juillet 2005.

4Pour combler le vide laissé par le départ de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ, le Derg fit appel aux fils du défunt amoyta Moḥamed Yayyo : Yayyo, l’aîné, ᶜAlo, ᶜAli-Miraḥ et Ḥabib, le benjamin. Ceux-ci rejoignirent l’Awsa le 6 juin, trois jours après le déclenchement des combats8. Leur mission consistait à ramener le calme dans la région et à stabiliser la situation. Peu après, Yayyo Moḥamed Yayyo fut nommé vice-administrateur en chef de l’awrajja d’Awsa et Ḥabib, administrateur du woreda de Dubti. Les deux conjuguèrent leurs efforts pour assurer le retour de la paix et cela leur prit du temps. Par la suite, le Derg suscita des divergences entre Yayyo et Ḥabib, et le premier fut arrêté en 1978 et emprisonné durant onze ans, sans avoir été jugé, officieusement sous l’accusation d’avoir voulu réinstaurer le sultanat. Libéré en 1989, il mourut une année après.

  • 9 Parmi les nombreuses victimes côté rébellion quatre cadres originaires de quatre régions afar : Al (...)

5La première action importante de la rébellion afar depuis les affrontements des premiers jours avec l’armée fut la destruction d’un pont sur l’artère menant au port de ᶜAsab, au niveau de Gawwaḥ, une localité située entre ᶜEli-Daᶜar et Manda. Afin de rétablir la circulation et de sécuriser le corridor routier, les forces gouvernementales attaquèrent les rebelles à Idgino et à Daᶜorrita, dans le nord du mont Mussa-ᶜAlli. De violents combats s’ensuivirent9 et, pour venir à bout de la guérilla, les officiels du Derg dans la région furent tentés de recourir à l’empoisonnement des points d’eau, mais cette solution aurait été écartée par le général de brigade Teferi Banti (Kiflu Tadesse, 1993 : 316), probablement lors de sa visite à Aysaᶜeyta le 24 juillet.

6À cette occasion, s’adressant aux troupes, il les avait félicités d’avoir « maté l’ardeur, par trop belliqueuse, manifestée par les hommes demeurés fidèles » au sultan ᶜAli-Miraḥ. Tout en rappelant que « les populations d’Awsa avaient été totalement ignorées par l’ancien régime féodal qui les considérait comme des moins que rien », il avait demandé aux hommes d’armes de démontrer aux populations leur détermination à veiller sur leurs intérêts et leur sécurité après les avoir libérés du joug de l’oppression féodale (The Ethiopian Herald, 25 juillet 1975).

7Le gouvernement fut par ailleurs obligé de stationner dans la région une force de plusieurs milliers d’hommes dont trois mille dans le village d’Aysaᶜeyta, afin de garantir la circulation de convois de camions sous escorte armée de ᶜAsab à Addis Abäba et d’assurer également la sécurité des fermes d’État.

8Pour le reste de 1975 et l’année suivante, la guérilla entreprit des attaques éclairs contre les camions citernes transportant le carburant et les camions de marchandises le long du tronçon traversant l’Awsa de l’axe routier ᶜAsab-Addis Abäba.

9Très vite, les conséquences de ces actions se firent sentir dans la capitale et dans le reste du pays, en raison du rationnement imposé par le gouvernement sur les produits pétroliers. Les Ottoway rapportent :

  • 10 [Gas rationing was strict in the capital where the normal allowance for a private car was only 15 l (...)

Le rationnement de carburant était strict dans la capitale où l'allocation normale pour une voiture privée était seulement de 15 litres (moins de 4 gallons) par semaine. Des villes dépendantes des générateurs à gazole pour leur électricité ont été parfois dans le noir, et leur système interne de distribution était parfois perturbé lorsque les camions attendaient des jours pour le pétrole. Par exemple, en décembre 1975, la ville de Gondar en Éthiopie du nord-ouest actionnait son usine d'énergie électrique pour moins de deux heures par nuit et les camions mis en veilleuse parce qu'aucun carburant n'était disponible10 (Marina et David Ottoway, 1978 : 96).

Les causes de la forte mobilisation afar contre le Derg

  • 11 En afar : fiqma. Groupement de solidarité transtribale au sein de la société afar.
  • 12 En afar : Awqekala. Littéralement : « Ceux qui empêchent d’échapper. » D’après la tradition orale, (...)

10La mobilisation des Afar derrière l’amoyta ᶜAli-Miraḥ ou encore la forte sympathie dont sa révolte bénéficia auprès de l’ensemble de cette nationalité s’expliquait par plusieurs facteurs. D’abord, celui-ci était un chef féodal disposant de sa propre armée, forte d’un millier d’hommes d’actifs (Mohamed Aden, op. cit.  36), et généralement attachée à sa personne. À ceux-là s’ajoutaient les réservistes constitués par les membres des autres corporations de la fiᶜma11 Awᶜekala12, laquelle regroupait les membres de la dynastie Aydâḥisso et sa main-d’œuvre. Ces hommes se devaient une solidarité indéfectible. Le sultan s’était également assuré, en encourageant les notables et la petite frange des élites à prendre part au développement de l’agriculture commerciale, un réseau de partisans avec des intérêts économiques et politiques à sa survie. En dépit du fait que ᶜAli-Miraḥ fût un chef féodal et qu’il y ait radicalisé son autorité en Awsa, il était perçu par les Afar comme un nationaliste, ayant toujours pris dans le passé la défense de leurs intérêts face au pouvoir central, en particulier en ce qui concerne la question foncière. Les propos qu’il avait tenus en 1974 à un groupe de consultants venus évaluer les projets de sédentarisation de l’Awash Valley Authority (AVA), en témoignent :

  • 13 [We are loyal to our government, and we have paid Gibbir (taxation) for generations. We fought for (...)

Nous sommes loyaux envers notre gouvernement et nous avons payé le gibbir (tribut) pour des générations. Nous nous sommes battus pour la terre comme nous nous sommes battus pour le pays parce que la terre est à nous comme le pays l’est aussi. Personne, avec un bout de papier d’Addis Abäba, ne nous dépossédera de notre droit13 (Asmeron Legesse et alii, 1974 : 37).

11Le sultan avait encouragé les membres de l’association d’entrepreneurs agricoles afar constituée sous sa férule à prendre des terres sur les extrémités de la Tendaho Plantation Share Company, de façon à bloquer son extension. Il avait justifié son entrée dans l’agriculture commerciale par son souci de contrer la menace d’expropriation par l’AVA et les multinationales bénéficiant de sa sponsorisation. Il avait suscité sur ce registre une grande mobilisation de ses administrés mais également des Afar de la moyenne vallée de l’Awash vers la fin du régime impérial. Il s’agissait d’un positionnement bien calculé et préparé de la part du monarque afar quand on sait la place importante de la terre dans l’identité des Afar. Le moment venu, il recueillait donc les fruits de ses activités.

  • 14 Ḥassan le Long.

12La perception que les Afar avaient de l’armée, qui venait de s’emparer des rênes de l’État, constitua un autre facteur favorisant la mobilisation. D’abord, c’était une institution étrangère, de par sa composition, car elle ne les recrutait pas. Ensuite, elle était distante, n’ayant pas jusque-là une présence physique dans leur territoire, en dehors de quelques fortins dans la bande côtière méridionale de l’Érythrée où elle ne bénéficiait pas d’une bonne image. Enfin, le facteur religieux peut avoir joué également un rôle dans cette mobilisation. En effet, le nouveau régime comme l’ancien était perçu comme un pouvoir chrétien. Ce facteur fut d’ailleurs utilisé pour créer une sympathie pour cette révolte auprès des Afar de Djibouti comme dans ces vers du duel du chant de défi, kassow, de Ḍer Ḥassan14 :

Aysaqeyta temeete Dargu koona alfik
Sagla tanki temeete Maaca dibro
Kitab sidiica masgidil carrisen
Sidiica kaadiyik moyya kalla hayte
Nanu ninqibeeh, Qafar mangih tinqibeh
Nee hinnay Muslimiin kaxxam tinqibe

  • 15 Juges.
  • 16 Le « nous » ici renvoie aux militants afar de la LPAI.

Les troupes du Derg, au nombre de cinq mille, vinrent à Aysaᶜeyta
Aux premières lueurs de l’aube, vinrent neuf tanks
Ils brûlèrent des exemplaires du saint Coran dans trois mosquées
Ils tranchèrent la tête à trois cadis15
Nous16 avons réprouvé [ces actes], les Afar les ont majoritairement réprouvés
Non seulement nous mais les musulmans ont réprouvé aussi ces actes.

La Somalie et les Afar

13Certains auteurs ont attribué cette vigueur du début de la résistance afar à une aide militaire et financière dont celle-ci aurait bénéficié au-delà des frontières, plus précisément de la part de la République démocratique de Somalie (Ottoway, op. cit. : 97 ; Lefort, op. cit. : 160). Cette affirmation hâtive ne reflète pas la réalité. C’est même faire preuve d’ignorance de l’ambiguïté de la position de cet État face à l’expression du nationalisme de deux importantes ethnies sœurs et avoisinantes des Somali, les Afar et les Oromo. Il faut rappeler ici que la politique irrédentiste de la République de Somalie était explicitement construite autour de la réunion sous un seul drapeau de tous les territoires peuplés des Somali mais également une partie de ceux des ethnies avoisinantes sur laquelle ceux-ci avaient des visées. En effet, ce pays revendiquait pour la « Somalie occidentale », dénomination du Territoire du sud-est de l’Éthiopie, une limite « prolongée au nord vers le fleuve Awash et dans les montagnes de Balé, de ce fait les grandes régions environnantes habitées par les Oromo et les Afar » (Clapham, 1988 ; 218).

  • 17 Les vrais Somali étaient identifiés en Somali Wariya. Abbo, Ayka et Wariya sont des interjections q (...)

14La position de la Somalie consistait également à revendiquer ces deux dernières ethnies comme des composantes Somali, en leur ayant forgé des identités des Somali Abbo et Somali Ayka17. Formulée pour la première fois au tout début des années 1960 à la naissance de la République de Somalie, cette thèse fut reprise par le major-général Moḥamed Siyad Barré arrivé au pouvoir le 21 octobre 1969 par un coup d’État militaire.

15Cependant, si ces revendications mues par un impérialisme ethnique indisposaient Afar et Oromo, elles ne les empêchaient pas de chercher appui auprès de ce pays. Leur démarche s’expliquait autant par la nécessité politique et militaire du moment en vue de faire aboutir leurs revendications que par une acceptation de l’expansionnisme somalien. La Somalie en profita pour formuler son souhait de subordonner leurs luttes à ses propres objectifs d’irrédentisme.

  • 18 Un chef qui avait été à la tête de la révolte des Oromo de Balé de 1964 à 1969. Celui-ci qui s’étai (...)

16La première demande des Afar porta, comme nous l’avons vu plus haut, sur une formation militaire accélérée des cadres. Les dirigeants somaliens l’acceptèrent sur insistance du nationaliste érythréen ᶜOsman Saleḥ Sabbé et dans l’intention de profiter de la présence de ces jeunes sur leur sol pour leur faire accepter d’endosser l’identité artificielle des Somali Ayka et de constituer son aile militaire. En somme, ils pensaient pouvoir rééditer avec ceux-ci ce qu’ils croyaient avoir réussi avec les Oromo de Waqo Guntu Usu18. Ceux-ci avaient accepté par « tactique », comme on s’en rendra compte par la suite, l’identité des Somali Abbo et formèrent en 1975 le Front de libération Somali Abbo (FLSA), lequel allait devenir une composante du Front de libération de la Somalie occidentale (FLSO). À partir de là, leur leader Waqo Guntu commença à utiliser le nom plus présentable d’Ibrahim Wako Guntu.

17Penser que les Afar allaient suivre l’exemple oromo, c’était méconnaître leur mentalité. En effet, lorsque les jeunes militants du MNLA prirent connaissance de l’identité artificielle forgée pour eux, ils la rejetèrent. Leur attitude devint une source de frictions avec leurs instructeurs somaliens mais causa également des soucis aux dirigeants somaliens, de peur qu’elle influence les Oromo.

18Le chef de ce groupe, Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo se rappelle :

  • 19 Entretien à Samra, 16 juillet 2005.

Dans notre résistance, nous étions encouragés par les Oromo, également présents dans le camp. Ils disaient aux nôtres en amharique : « Ne baissez pas les bras, sinon, vous serez comme nous ». À eux, on leur avait donné des noms somali et mélangés aux Somali sous le nom des Somali Abbo19.

  • 20 Gendre du général Moḥamed Siyad Barré, celui-ci occupa par la suite le poste de ministre de l’Intér (...)
  • 21 Entretien avec Mussa Moḥamed Abubaker à Addis Abäba, 10 octobre 2005.

19Et ce fut dans cette atmosphère qu’une première requête pour une aide en armement a été présentée aux autorités somaliennes au tout début de 1975 par une délégation du comité exécutif provisoire du MNLA dirigée par son président Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ. Cette demande intervenait au moment où la confrontation armée avec la Junte militaire était jugée inévitable. Elle fut accueillie avec suspicion par le responsable de la National Security Service Aḥmed Souleïman « Daflé »20. Ce dernier aurait évoqué l’absence de garantie comme quoi ces armes n’allaient pas être utilisées contre les Somali-Issa, autrement dit pour contrer l’expansionnisme somalien dont cette confédération constituait l’avant-garde. Un geste fut cependant fait par le biais de la contribution au stock d’armes qui allait être saisi par les Français. Les membres de cette délégation furent ensuite heurtés par l’invitation qui leur fut faite lors de la visite d’un important camp de l’armée de se présenter aux militaires, non pas comme des responsables d’un mouvement de libération afar, mais comme des Érythréens, la justification avancée était que ceux-ci connaissaient mieux ces derniers21.

20Au début de la rébellion afar contre la Junte militaire au pouvoir à Addis Abäba, l’aide militaire somalienne se porta, en tout et pour tout, à 300 fusils Kalachnikovs que rapporta en juin 1975 le groupe de l’aile militaire du MNLA, à l’issue de sa formation. La réticence de la Somalie à aider les Afar et les Oromo s’expliquait par la perception de sa classe dirigeante de la situation de l’Éthiopie que rapporte en 1976 James MacManus en ces termes :

  • 22 [From talks with a number of senior Somali officials in Mogadishu, one gains the strong impression (...)

Lors d'entretiens avec un certain nombre de hauts fonctionnaires somaliens à Mogadiscio, on a la forte impression que cette petite nation d’environ quatre millions d’individus a senti le début d'une occasion d’inverser le jugement de l'histoire et de reprendre rapidement deux « des trois territoires perdus » qui, aux yeux des Somaliens, font partie intégrante de leur pays. Bien qu’aucun fonctionnaire ne le dise publiquement, il y a une ferme conviction à Mogadiscio que le retrait français de la Corne l'année prochaine ramènera Djibouti de nouveau au sein de la Somalie par un processus politique plutôt que militaire d’ici quelques années d'indépendance en juin prochain. Également, le gouvernement somalien observe ce qu’il considère comme la désintégration du régime éthiopien dans la certitude fascinée que si l'Éthiopie s’écroule, la région réclamée de l'Ogaden tombera tranquillement dans le giron de la Somalie22 (cité par Bereket Habte Sellassie, 1980 : 111-112).

21Cette perspective poussait la Somalie à percevoir les Oromo et les Afar, non pas comme des alliés objectifs pour affaiblir le régime éthiopien, un ennemi commun, mais comme des ennemis potentiels qu’elle devait se garder d’armer car ils n’allaient pas manquer de retourner ces armes contre elle pour s’opposer à son expansionnisme.

22Cette attitude de la Somalie fut avantageusement exploitée par la Junte militaire éthiopienne. Ainsi, lors de l’invasion somalienne de 1977, la grande majorité des membres de ces deux ethnies vinrent à considérer la politique expansionniste de la Somalie plus dangereuse que la domination éthiopienne et se rangèrent aux côtés d’Addis Abäba. Par son attitude, la Somalie rendit donc un service inestimable au régime éthiopien, retardant ainsi le changement dans ce pays.

  • 23 Entretien avec Moḥamed Tahiro Ḥammadou, représentant du FLA à Mogadiscio, de 1980 à 1983. Samra, 14 (...)
  • 24 Ibidem.

23Une réorientation de cette politique expansionniste ne fut amorcée qu’au lendemain de la défaite de 1978 et se traduisit en 1979 par l’abandon par ce pays de la mention dans sa nouvelle constitution de la volonté d’unifier tous les territoires peuplés de Somali (Fontrier, op. cit. : 120, n. 1). À partir de là, le Front de libération Afar (FLA) bénéficia de sa part d’un appui non négligeable. En 1980, cette organisation lui présenta douze requêtes parmi lesquelles figuraient l’ouverture d’un bureau à Mogadiscio, l’octroi d’un camp d’entraînement à Borama avec affectation d’instructeurs, d’une aide alimentaire et d’un appui logistique ainsi que d’un dépôt au port de Berbera. La Somalie accepta l’ensemble de ces requêtes23 mais en raison de la lenteur du côté du FLA, seules trois de ces doléances furent effectivement matérialisées : l’ouverture d’un bureau, l’octroi de deux camps d’entraînement dans la région de Borama, au nord-est du pays et d’un dépôt au port de Berbera24.

Première dissidence au sein de la résistance afar et ralliement au Derg

  • 25 Ce qualificatif est utilisé par Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Entretien à Logiya, 16 juillet 2005.

24L’alliance « tactique »25 entre les jeunes marxisants du MNLA et les partisans de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ, ne fit pas long feu. Dès le début de 1975, quelques mois après le congrès de Berlin, des divergences apparurent entre Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ et le comité d’études du MNLA dominé par la figure de Yussuf Yasin Maḥammôda. La dissension éclata parce que le premier récusa le projet du programme politique de l’organisation préparé par le comité d’études, le qualifiant de « communiste », mais elle ne conduisit pas jusqu’à la rupture parce que ce programme, pour être officiel, devait être discuté, amendé et adopté par le congrès. Cependant, cet accroc ajouté à l’ambiguïté de la position de la Somalie quant à l’opportunité du lancement d’une guérilla afar contribua à retarder le retour au pays de quelques soixante cadres militaires du MNLA, à l’issue de leur formation de six mois en Somalie.

  • 26 Un village situé entre Raḥayto et Asab.

25Ces derniers forcèrent fin mai 1975 la main du gouvernement somalien en engageant une grève de la faim. Le Sud-Yémen fut d’abord envisagé comme pays de transit, à partir duquel les membres de l’aile militaire du MNLA pourraient facilement gagner les côtes d’en face. Un premier groupe de combattants se rendit dans ce pays à bord d’un avion affrété par le gouvernement somalien mais il fut refoulé par les Sud-Yéménites. Finalement, les Somaliens acheminèrent l’ensemble des membres de l’aile militaire du MNLA à Berbera où les attendaient des boutres affrétés par le FLECR pour assurer leur transport. Vers la fin de la première décade du mois de juin 1975, ils débarquèrent sur la côte afar (en Érythrée), dans les environs de Kiloma26. De là, ils montèrent à ᶜAsbol, une base du FLE-CR, avant de gagner Daᶜorrita dans le nord du mont Mussa-ᶜAlli où ils établirent la leur. Ils commencèrent à dispenser une formation militaire aux jeunes de la région et ils nouèrent de bons rapports avec les rebelles érythréens. Avec les partisans de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ, l’aile militaire du MNLA s’attendait à ce que les rapports ne fussent pas faciles. Elle considérait que l’initiative des combats à Aysaᶜeyta, à Dubti et à Dat Baḥari coïncidant avec le départ en exil de l’amoyta constituait une erreur dont les conséquences ont été une répression féroce contre la population civile et l’exil forcé de celle-ci dans le sillage de la rébellion.

  • 27 Ancien chef de la sécurité des frontières et du corridor de l’amoyta Ali-Miraḥ Ḥanfaré et sénateur (...)
  • 28 Un des fils de l’amoyta Ali-Miraḥ, il a été le chef militaire du FLA jusqu’en 1984. Il réside actu (...)
  • 29 L’aîné des fils de l’amoyta Ali-Miraḥ dont le rôle politique était demeuré marginal. Il s’était es (...)
  • 30 Une localité située au pied de la montagne Gamarri vers la frontière sud-ouest de la République de (...)
  • 31 Vice-président du FLA, il a été l’un de trois membres désignés en 1991 par cette organisation pour (...)

26Quand les combattants du MNLA furent invités par une délégation conduite par Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ et comprenant Ismaᶜil ᶜAli Yussuf, Soulé Moumin27, Aḥmed ᶜAli-Miraḥ28 et Aydaḥis ᶜAli-Miraḥ29 à rejoindre ᶜOgag30286, une de deux bases de la rébellion avec Idgîno, ils refusèrent en justifiant leur réponse par la nécessité de mettre en place au préalable une discipline organisationnelle et d’opérer un tri parmi la population présente là-bas. Ils affirmèrent que les jeunes adultes capables de porter les armes mis à part, les femmes, les vieux et les enfants devaient rentrer chez eux. L’aile militaire du MNLA, qui avait rapporté 300 fusils kalachnikovs de la Somalie, refusa de livrer une partie au groupe basé à ᶜOgag comme le lui réclamait la délégation conduite par Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ. Elle demanda d’abord à être informée de la situation sur ce front et sollicita la venue des personnalités qu’elle considérait comme aptes, telles ᶜAbdulkadir Barkat, Moḥamed ᶜAli Ḥamid31, Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass et Aḥmed ᶜAbdallah dit « Dimis Dulla ». Les deux derniers étaient revenus de la Somalie avant les autres cadres du MNLA et se trouvaient sur ce front. Ḥanfaré le promit, mais ne fit rien et continua de réclamer les fusils qui furent finalement distribués à Ḍaymoli. Les pasteurs afar donnèrent au Kalachnikov le nom de ce lieu de distribution, car dans cette région ils ne connaissaient pas ce fusil d’assaut russe.

27Une démarche de bons offices entre les deux tendances de la résistance afar fut entamée à Djibouti par des personnalités impartiales, d’abord par le biais de leurs partisans puis plus directement par l’implication des chefs de file, Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ, Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo et Maḥammôda Aḥmed Gaass. Elles avaient fait venir également du terrain ᶜAbdulkadir Barkat pour participer à la médiation. Cependant, cette initiative ne permit pas la conciliation des positions. L’aile militaire du MNLA récusait avant toute chose la tendance à une appropriation de type patrimonial de la guérilla, principalement de la part des enfants de l’amoyta. En revanche, elle prônait une restructuration du mouvement, sous la forme d’une guérilla moderne avec la tenue d’un congrès et l’élection de la direction. La famille de l’amoyta rejeta ces propositions. Elle se prévalait d’un pouvoir politique bien assis et d’une notoriété beaucoup plus importante que n’importe quelle organisation afar.

28Outre les facteurs susmentionnés, la menace d’une guerre civile entre les deux factions préoccupait l’aile militaire du MNLA, laquelle abandonna le maquis dans le courant de la première décade du mois de septembre 1975 et se replia sur Djibouti. Ce repli ne signifiait pas une débandade mais il était plutôt tactique.

  • 32 D’origine Bilein, il avait été membre du Commandant général provisoire nommé en août 1969 à Adobaha (...)
  • 33 Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo à Logiya, 16 juillet 2005.

29Par la suite, l’aile militaire du MNLA envisagea le retour sur le terrain pour relancer la guérilla contre le régime éthiopien. À cet effet, par l’intermédiaire de son réseau installé à Djibouti, ses responsables parvinrent à prendre contact et à obtenir un rendez-vous avec les deux principaux responsables de l’Unité administrative 12 (Dankalie) du FLE-CR, le commissaire politique ᶜAbdulkadir Ramadan32 et le chef du commandement militaire ᶜAli Moḥamed Ibrahim. Les deux hommes siégeaient également au Conseil révolutionnaire, l’instance politique suprême de cette organisation. ᶜAbdulkadir Ramadan ayant eu un empêchement de dernière minute, ᶜAli Moḥamed Ibrahim se présenta au rendez-vous. La rencontre avec la délégation du MNLA, comprenant Mussa Moḥamed Abubaker, Gemaluddin Ḥussein et Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo, se déroula à quelque distance du poste frontalier de Buyya, à l’intérieur du TFAI. Selon le témoignge oral de Gemaluddin ᶜAbdulkadir, ᶜAli Moḥamed Ibrahim réserva un accueil très chaleureux à leur initiative. Il leur indiqua que le FLE-CR ne serait pas leur ennemi. De plus, il leur promit un soutien logistique et des armes, tout en leur conseillant tactiquement de se garder de tout ce qui pourrait susciter les suspicions des indépendantistes érythréens. Il les dissuada de rallier le gouvernement éthiopien, lequel, selon lui, sous le vernis du marxisme-léninisme, poursuivait la même politique que son prédécesseur à l’égard de l’ensemble des nationalités éthiopiennes opprimées en général et des Afar en particulier33.

  • 34 En anglais : Revolutionary Organization for the Liberation of Ethiopia (ROLE).

30Au moment du retrait de l’aile militaire du MNLA du maquis, le programme politique de l’organisation était connu des chefs de la Junte militaire (Derg) et des forces politiques civiles du pays. En effet, de concert avec la lutte armée, elle s’était attachée à le balancer régulièrement le long du tronçon ᶜÉli-Daᶜâr-Buré du corridor routier Addis Abäba-ᶜAsab, afin de démontrer que sa lutte n’était pas dirigée contre le changement en cours. Il avait d’abord largement été diffusé à Addis Abäba sous forme de tract par le Parti révolutionnaire du peuple éthiopien (PRPE) qui en avait obtenu une copie à ᶜAden, en République populaire et démocratique du Yémen (RDPY). Cette dernière organisation dont la transformation en parti politique sous ce nom datait de 1975 avait été fondée le 9 avril 1972 à Berlin-Ouest sous la dénomination de l’organisation révolutionnaire pour la libération de l’Éthiopie (ORLE)34. Le PRPE dont les dirigeants et les militants étaient dans leur forte majorité d’origine « abyssine » était l’héritier du mouvement des étudiants éthiopiens en Amérique du nord et « un représentant éthiopien de ce que l’on appelait à la fin des années 1960 le “gauchisme” » (Prunier, 2007 : 142). Il ne voulait concéder aucun rôle à l’armée dans la période de transition et revendiquait l’exercice intégral du pouvoir pour les civils. Sur la question des nationalités, le PRPE reconnaissait dans le principe et dans la pratique le droit à l’autodétermination, jusque et y compris la sécession. Cependant, il pensait que la reconnaissance de ce droit allait décourager la sécession.

31Outre la position sur la question des nationalités, le PRPE partageait le jugement sur la Junte militaire du MNLA que nous avons présenté plus haut.

  • 35 Acronyme en amharique de : Mâllâ Itiyopiya Soshalist Niqinaqe.
  • 36 L’idée largement partagée aujourd’hui est que cette organisation était dominée par les Oromo. Elle (...)

32L’autre grand parti de la gauche civile, issu du mouvement étudiant éthiopien, le Mouvement socialiste panéthiopien, plus connu sous son acronyme amharique de Meison35 jugeait lui aussi le MNLA comme un allié potentiel. Plus ancien que le PRPE, ce parti était né en 1968 au sein de l’Union mondiale des étudiants éthiopiens. Dirigé par des militants installés de longue date à l’étranger, surtout en Europe, il était plus proche des partis communistes classiques. Selon la plupart des auteurs (Prunier, 1987 : 142 ; Lefort, 1981 : 229), il différait du PRPE par les origines de ses dirigeants et de ses militants, plus souvent des périphéries36. En ce qui concerne la perception du Meison de la situation en Éthiopie, celui-ci jugeait que le pays n’était pas vraiment mûr pour la révolution. Dans cette logique, il n’excluait pas la possibilité de collaboration avec d’autres forces révolutionnaires, telles que les militaires pour créer les « conditions objectives » du mouvement vers le socialisme. Sur la question des nationalités, il reconnaissait dans le principe et dans la pratique le droit à l’autodétermination, jusque et y compris la sécession mais il cherchait une solution aux problèmes des nationalités dans le cadre large de l’Éthiopie. Sur cette question comme sur tant d’autres, le Meison décelait une convergence de vues avec le MNLA. Et surtout, il pensait qu’avec cette organisation progressiste d’une nationalité de la périphérie dominée de l’empire, laquelle ne remettait pas en cause son appartenance à l’ensemble éthiopien, il était possible d’initier le plus rapidement possible le projet d’autonomie interne.

  • 37 Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem à Djibouti, 25 avril 2005.

33Le premier de ces deux partis à approcher le MNLA fut le PRPE lorsque cette formation décida de mettre sur pied un front uni contre le Derg et ses alliés. Le contact fut noué par le biais de la cellule du MNLA dans l’Awsa, laquelle reçut de la direction politico-militaire repliée à Djibouti la consigne d’entamer les discussions37. Au cours des négociations, les deux parties s’accordèrent sur les questions politiques majeures (Kiflu Tadesse, 1998 : 45).

34Cependant, très vite, sans abandonner l’option d’une alliance avec le PRPE, le MNLA accueillit favorablement le contenu du programme de la révolution nationale démocratique (RND) promulgué par la Junte militaire le 21 avril 1976. Sur la question nationale par exemple, qui tenait tant à coeur au MNLA, il était stipulé :

Le droit à l’autodétermination des nationalités sera reconnu et respecté pleinement. Aucune nationalité ne dominera une autre, puisque l’histoire, la culture, la langue et la religion de chaque nationalité auront une reconnaissance égale selon l’esprit du socialisme. L’unité des nationalités sera fondée sur leur lutte commune contre le féodalisme, l’impérialisme, le capitalisme bureaucratique et toutes les forces réactionnaires. Cette lutte unifiée est basée sur le désir de construire une nouvelle vie et une nouvelle société basées sur l’égalité, la fraternité et le respect mutuel. Les nationalités des zones frontalières et celles éparpillées à l’intérieur des régions variées ont été sujettes à une soumission particulière pour longtemps. Une attention particulière sera accordée au développement politique, économique et culturel de ces nationalités. Toutes les mesures nécessaires seront prises pour égaliser ces nationalités avec les autres. Étant donné la situation qui prévaut actuellement en Éthiopie, les contradictions du type national ne peuvent être résolues que si l’on accorde à chaque nationalité le droit à s’auto-administrer. Ce qui signifie que chaque nationalité aura une autonomie régionale pour décider des questions relatives à ses affaires intérieures. Elle pourra s’administrer tant sur le plan politique, économique que social. Elle pourra ainsi utiliser sa propre langue et élire ses propres dirigeants et administrateurs à la tête de ses organes internes (The Ethiopian Herald, 12 septembre 1976 : 7).

35La rédaction du programme de la RND était l’œuvre d’intellectuels, issus en majorité du Meison. Ce parti profita de son rapprochement avec le Derg auquel il apporta un soutien critique dans l’intention d’infléchir de l’intérieur son cours politique et de la promulgation du programme de la révolution nationale démocratique pour plaider auprès de la Junte militaire en vue de négocier le ralliement du MNLA au camp de la révolution. Le feu vert accordé permit d’établir un premier contact à Djibouti, où les jeunes progressistes du MNLA, en rupture de ban avec les partisans du sultan ᶜAli-Miraḥ, s’étaient repliés.

  • 38 D’origine oromo, il était chef du département des services juridiques du ministère des Affaires étr (...)

36Le Meison dépêcha sur place Eyob Tadesse, un de ses chefs de file38. Son message verbal était le suivant :

  • 39 Interview de Gemaluddin Abdulkadir Rêdo, secrétaire général de l’ex-MNLA, Samra, 23 août 2005. Cet (...)

Nous avons vu votre programme dont nous en avons discuté avec le Derg. Nous leur avons dit que nous devons obtenir votre ralliement. Nous leur avons dit que vos revendications n’étaient pas dirigées contre la révolution et que vous n’aviez rien en commun avec les anciens féodaux. Votre principale revendication, la question des nationalités, est celle à laquelle nous comptons donner une solution dans le cadre du socialisme. Nous leur avons dit que vous êtes les amis de la révolution et non pas ses ennemis. Mengïstu Hayle Maryam, l’homme fort du Derg, en est convaincu et nous avons obtenu un feu vert. Cependant, le pouvoir est entre les mains des militaires. Nous n’avons pas d’assurances à vous donner, ni pour votre sécurité une fois sur place, ni en ce qui concerne l’aboutissement de vos revendications. Nous-mêmes, nous sommes dans cette situation. Et comme nous, vous aurez à lutter, mourir et tuer39.

  • 40 Membre du comité exécutif de l’ex-MNLA formé en juillet 1976, cadre du POMOA puis administrateur du (...)

37Afin de discuter de la main tendue par le Meison, l’aile militaire du MNLA tint à Djibouti un mini-congrès à l’issue duquel elle décida de soumettre un rapport portant sur l’analyse de la situation et ses conclusions à un congrès délégué extraordinaire dont elle appela la tenue en Europe. Lequel congrès se tint vers la fin du mois du juin à Munich, en République fédérale d’Allemagne. L’aile militaire délégua deux représentants: ᶜAbdulkadir Aḥmed Farradé et Moḥamed-Awwal Ḥussein40. À l’issue des discussions autour du rapport présenté, les congressistes accordèrent un feu vert aux deux chefs de file du groupe replié à Djibouti : Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo et Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass. Au début du mois de juillet, un nouveau Comité exécutif du MNLA fut désigné. Il fut présidé par Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass, Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo en devint le secrétaire général. Outre ces deux personnalités, en firent partie également Moḥamed Aḥmed Cheḥem, ᶜAbdulkadir Aḥmed Farradé et Moḥamed-Awwal Ḥussein.

  • 41 Entretien de l’auteur de ces lignes avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem à Djibouti, 17 et 18 avril 2005.
  • 42 Acronyme en anglais du Bureau provisoire pour l’organisation des masses, une structure très vite su (...)

38Aussitôt, il fut décidé d’envoyer Moḥamed Aḥmed Cheḥem à Addis Abäba vers le tout début de la première décade de juillet avec pour mission de rencontrer secrètement les dirigeants du Meison et d’évaluer la situation sur place. Celui-ci emprunta le train Djibouti-Addis Abäba. Sa mission avait failli tourner court. Car, à Dire Dawa, il apprit la nouvelle de l’échec d’une tentative de putsch et de l’exécution du commandant Sisay Habte, président du comité politique et diplomatique du Derg, du général Guetachew Nadew, commandant en chef de la seconde division basée en Érythrée et administrateur de la loi martiale dans cette région administrative ainsi que de plusieurs autres officiers. Après de nombreuses hésitations41, il prit contact avec ses pairs du comité exécutif restés à Djibouti. Ceux-ci lui enjoignirent de poursuivre sa route. Une fois à Addis Abäba, il entra en contact avec les dirigeants du Meison et du POMOA42. Enfin, il retourna à Djibouti avec des résultats encourageants.

  • 43 Fils du général Merid Mengesha, chef d’État-major puis ministre de la Défense et parent de l’empere (...)
  • 44 D’origine amhara du Sidamo, ancien président (1967-68) de la National Union of Ethiopian University (...)
  • 45 Ils étaient 62. Cf. The Ethiopian Herald, 27 août 1976.

39Quelques temps après, le Meison dépêcha à Djibouti une délégation de trois membres comprenant le Dr Fikre Merid43, Mesfin Kassu44 et Eyob Tadesse et dirigée par le premier, considéré par les observateurs comme le probable numéro deux de l’organisation après Hayle Fida. Les deux parties tombèrent d’accord sur les questions politiques majeures. Alors, l’ensemble des membres du comité exécutif et des cadres présents à Djibouti45 décidèrent de regagner l’Éthiopie en août 1976. Le MNLA justifia son ralliement au régime militaire du Derg et à l’administration éthiopienne, officieusement, tout comme le Meison, par un soutien critique sur la base de la « lutte des classes » de la nation afar et officiellement par sa conviction que « le programme de la révolution nationale démocratique satisfait toutes les forces progressistes et fournit la réponse à la demande des nationalités opprimées de l’Éthiopie » (The Ethiopian Herald, 21 août 1976 : 1).

40Il se donnait pour objectif d’une part de redonner confiance et de rapatrier ceux qui ont été poussés à quitter le pays en raison de la fausse propagande de ᶜali-Miraḥ ainsi que de les faire participer à la révolution et d’autre part de lutter conjointement avec les autres révolutionnaires éthiopiens pour la mise en œuvre du programme de la RND.

41Par la même occasion, le MNLA insistait sur la nécessité de sa participation à la mise en œuvre sur le terrain du programme de la RND et de l’autonomie régionale :

  • 46 [Recognizing the National Democratic Revolution Programme (NDRP) as a solution to the question of n (...)

En identifiant le programme de la révolution nationale démocratique (PRND) comme solution à la question des nationalités qui est le centre de la gravité des problèmes prédominant en Éthiopie, sachant que la réalisation de l'exécution du programme de la révolution nationale démocratique en général et de l'autonomie régionale des Afars en particulier pourrait seulement venir par la participation d'une organisation des Afar eux-mêmes comme on ne peut pas exiger le droit à l'autodétermination de sa nationalité et laisser sa mise en œuvre à d'autres gens46 (Abdallah A. Adou, op.cit. : 84-85).

42Le ralliement du MNLA représentait « une grande victoire pour l’Éthiopie et les progressistes éthiopiens » comme l’affirmait à juste titre le premier vice-président du Derg, le commandant Mengïstu Hayle Maryam devant les membres de sa direction en août, lors d’une première rencontre peu après leur retour (The Ethiopian Herald, 21 août 1976 : 1).

43Il était précédé de celui d’importants chefs de l’appareil administratif et militaire de l’ex-sultanat tels Soulé Moumin et Moḥamed Ḥammadou dit Kouḍba par le biais des représentants du nouveau régime dans l’Awsa, les fils de l’ex-amoyta Moḥamed Yayyo, Yayyo et Ḥabib, et le premier fut nommé à la tête du woreda de ᶜÉli-Daᶜaar, une région qu’il administrait sous l’ancien régime pour le compte du sultan ᶜAli-Miraḥ.

44De son exil, ce dernier ne semble pas avoir désapprouvé leur démarche motivée par deux facteurs. Il y avait d’abord la crainte de faire les frais du rapprochement du président du Conseil de gouvernement du TFAI, ᶜAli ᶜAref Bourhan avec la Junte militaire éthiopienne. Depuis son voyage à Addis Abäba en octobre 1975, cette appréhension n’avait rien de théorique. Elle était justifiée par le refoulement de Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ à l’aéroport de Djibouti et l’expulsion discrète vers l’Éthiopie de certains de leurs frères. Il y avait ensuite le souci de combler l’insuffisance d’interlocuteurs du gouvernement central qui pourrait nuire aux intérêts des Afar.

  • 47 Yussuf Yasin Maḥammôda, courrier électronique du 13 décembre 2009, communication personnelle.

45Le ralliement du MNLA coïncida avec la publication à Stockholm (Suède) dans le courant de ce mois d’août 1976 par la Fédération mondiale des étudiants éthiopiens (FMEE) du numéro spécial de son journal mensuel Tigilachin Zeina [Nouvelles de notre lutte] consacré aux Afar et au programme politique du Mouvement national de libération Afar (MNLA). L’initiative de cette publication est attribuée à Tesfaye Tadesse du Meison47. À cette date, celui-ci était fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères. Il figurait sur la liste noire du PRPE mais ce fut le Derg qui l’exécuta en 1977 (Kiflu Tadesse, 1998 : 285).

Le congrès fondateur du FLA et ses soutiens extérieurs

  • 48 Une localité située entre Manda et Buré.
  • 49 En anglais : Ethiopian Democratic Union (EDU).
  • 50 En anglais : Eritrean Liberation Front-People’s Liberation Forces (ELF-PLF).

46Le FLA, quant à lui, tint son premier congrès des combattants à Umbuleyta48, dans le district de ᶜÉli-Daᶜâr en juin 1976, tout juste une année après le déclenchement de la lutte armée. À cette occasion, Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ fut élu à la tête de son comité exécutif. Il était secondé par Moḥamed ᶜAli Ḥamid. Les premières actions militaires du FLA et leur impact poussèrent l’opposition conservatrice et pro-occidentale, l’Union démocratique éthiopienne (UDE)49 et le Front de libération de l’Érythrée-Forces populaires de libération (FLE-FPL)50 de ᶜOsman Saleḥ Sabbé à chercher à l’inclure dans une alliance puissante qu’elle s’apprêtait à constituer. Ainsi, en août 1976, ces deux organisations cosignèrent avec lui à Djeddah, en Arabie saoudite un accord de coopération prévoyant la coordination de leurs actions (Cf. Advocate, août 1976). Lequel accord n’eut pas de suite pour la simple raison que ni l’UDE et ni le FLE-FPL ne disposaient d’une présence militaire dans le nord-est de l’Éthiopie.

  • 51 Celui-ci, comme son surnom l’indique bien, était un Somalien, originaire de la province éthiopienne (...)
  • 52 Devenu premier président en 1971, il est mort en 2004.
  • 53 Il était arrivé au pouvoir le 13 juin 1974 par un coup d’État militaire contre le régime du préside (...)

47Au cours des premières années, le FLA bénéficia d’un fort soutien extérieur. Outre le royaume d’Arabie saoudite et la Somalie, la Jamahiriyya arabe Libyenne lui apporta une aide alimentaire et en armement qui transitait par la République populaire et démocratique du Yémen (RPDY). Le FLA ne disposait pas d’une représentation dans ce dernier pays. L’ambassadeur de la Somalie, ᶜAbdi ᶜAli Ḥussein dit ᶜAbdi « Ḥabashi »51, lui servait d’intermédiaire avec le gouvernement sud-yéménite. Cela laisse penser que le front afar avait établi ses relations avec le Sud-Yémen par le biais de la République démocratique de Somalie. Il bénéficia également du soutien financier du shaykh Zayed bin Sultan al-Nahyan52 des Émirats Arabes Unis. En 1976, le FLA perdit l’appui de la Libye et de la RDPY après que ces deux États se rangèrent dans le camp du régime militaire éthiopien. L’Arabie saoudite, les Émirats Arabes Unis et la Somalie continuèrent de l’aider. Un autre pays arabe, la République arabe du Yémen, fit montre d’un grand intérêt pour la rébellion afar vers la fin du règne du lieutenant-colonel Ibrahim al-Ḥamdi. Il avait offert des facilités pour l’utilisation de ses ports, une petite quantité d’armes et une promesse de formation des combattants. Cependant, cet intérêt n’a pas survécu au lieutenant-colonel al-Ḥamdi assassiné avec son frère le 11 octobre 1977 par des agents à la solde de l’Arabie saoudite53.

Fig. 2 : Poignée de mains entre sultan ᶜAli-Miraḥ et le lieutenant-colonel Asrat Desta. À la droite de ce dernier, le lieutenant ᶜAli Mussa (The Ethiopian Herald).

Fig. 2 : Poignée de mains entre sultan ᶜAli-Miraḥ et le lieutenant-colonel Asrat Desta. À la droite de ce dernier, le lieutenant ᶜAli Mussa (The Ethiopian Herald).

Fig. 3 : Lors du rassemblement, le sultan ᶜAli-Mirah assis à la gauche du lieutenant-colonel Asrat Desta, du commandant Getatchew Shibeshi, du lieutenant ᶜAli Mussa, du capitaine Kassaye Aregaw ainsi que des autres membres de la délégation (The Ethiopian Herald).

Fig. 3 : Lors du rassemblement, le sultan ᶜAli-Mirah assis à la gauche du lieutenant-colonel Asrat Desta, du commandant Getatchew Shibeshi, du lieutenant ᶜAli Mussa, du capitaine Kassaye Aregaw ainsi que des autres membres de la délégation (The Ethiopian Herald).

Fig. 4 : Photo de famille sur les marches de l’escalier de Teferi Makonnen School des jeunes cadres du Mouvement national de libération Afar à leur retour à Addis Abäba en août 1976.

Fig. 4 : Photo de famille sur les marches de l’escalier de Teferi Makonnen School des jeunes cadres du Mouvement national de libération Afar à leur retour à Addis Abäba en août 1976.

Fig. 5 : Un groupe de combattants du mouvement Ugûgumo (collection privée).

Fig. 5 : Un groupe de combattants du mouvement Ugûgumo (collection privée).

Notes

1 Entretien avec Aḥmed Abdallah dit Dimis Dulla à Djibouti, 3 juin 2008.

2 Interview de Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo. Samra, 23 août 2005.

3 En anglais : Afar Liberation Front (ALF).

4 Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo à Logiya, 16 juillet 2005.

5 La date de mars 1975 pour ce manifeste avancée par cet auteur ne nous paraît pas exacte. Àl’époque, l’amoyta n’avait pas quitté le pays. Fontrier semble avoir donné foi aux nombreuses imprécisions du livre Histoire de Djibouti, des origines à la République de Philippe Oberlé et Pierre Hugot cité en référence pour ce qui concerne les rapports entre l’amoyta Ali-Miraḥ et la France (Fontrier, 2000 : 126, n. 4).

6 Le court article qu’il avait publié cette année sous le titre « Nomadism and its Future, the Afar » dans The Royal Anthropology Institute News (RAIN) (Londres, RAI, n° 6) a été repris dans Abdul Mejid Hussein (éd.), 1976.

7 Le terme de « génocide » ou de « quasi-génocide » est utilisé par beaucoup d’auteurs tentant de qualifier cette répression. Voir Kassim Shehim, art. cit., 1985 : 343 ; Kassim Shehim et James Searing, 1980 : 279 et Africa Report, vol.22, n° 2, mars-avril 1977.

8 Entretien avec Ḥabib Moḥamed Yayyo. Logiya, 15 juillet 2005.

9 Parmi les nombreuses victimes côté rébellion quatre cadres originaires de quatre régions afar : Ali-Miraḥ Ḥammo (Baadu), Ḥamad Ḥaydara (Awsa), Udum (Gourat) Adou (Djibouti) et Ḥussein Nur (Érythrée).

10 [Gas rationing was strict in the capital where the normal allowance for a private car was only 15 liters (less than 4 gallons) a week. Towns dependent on fuel oil-powered generators for their electricity were sometimes blacked out, and their internal distribution system for sometimes disrupted as trucks waited days for fuel oil. For example, in late December 1975, the city of Gondar in Northwest Ethiopia was operating its electric power plant for less than two hours a night and scores trucks were idled because no fuel oil was available.]

11 En afar : fiqma. Groupement de solidarité transtribale au sein de la société afar.

12 En afar : Awqekala. Littéralement : « Ceux qui empêchent d’échapper. » D’après la tradition orale, ce nom lui avait été donnée en 1956 après que ses membres eussent défait des forces importantes levées par Unḍa Maḥammad, un prétendant au trône pour conquérir le pouvoir.

13 [We are loyal to our government, and we have paid Gibbir (taxation) for generations. We fought for the land as we fought for the country because the land is ours, just as the country is ours. No man with a piece of paper from Addis Ababa is going to take the right away from us.]

14 Ḥassan le Long.

15 Juges.

16 Le « nous » ici renvoie aux militants afar de la LPAI.

17 Les vrais Somali étaient identifiés en Somali Wariya. Abbo, Ayka et Wariya sont des interjections qui veulent dire dans la langue de chacune de ces nationalités « Et toi ! ». Cependant Ayka est un terme dérogatoire appliqué à un adulte parce qu’il ne peut être utilisé que pour un enfant. Le terme propre aurait été Aleya comme l’a si bien relevé Didier Morin. Cf. Morin, 1986 : 60, n. 5.

18 Un chef qui avait été à la tête de la révolte des Oromo de Balé de 1964 à 1969. Celui-ci qui s’était autoproclamé « général de la Somalie occidentale » s’est rendu le 28 mars 1970 aux forces gouvernementales, en échange d’une amnistie et d’un titre de noblesse mais a repris le maquis en 1975. À la chute du régime du Derg en 1991, il a créé le Front uni de libération du peuple oromo (en anglais : United Oromo People’s Liberation Front). Il est mort le 3 février 2006.

19 Entretien à Samra, 16 juillet 2005.

20 Gendre du général Moḥamed Siyad Barré, celui-ci occupa par la suite le poste de ministre de l’Intérieur. Il est considéré comme le maître d’œuvre de l’expansion des Somali-Issa au détriment des Afar en Éthiopie. Cf. David Yohannes, 2002.

21 Entretien avec Mussa Moḥamed Abubaker à Addis Abäba, 10 octobre 2005.

22 [From talks with a number of senior Somali officials in Mogadishu, one gains the strong impression that this small nation of around four million people has sensed the opening of an opportunity to reverse the judgment of history and rapidly regain two of the three ‘’lost territories’’ which in Somali eyes form an integral part of their country. Although no official will publicly say so, there is a firm belief in Mogadishu that the French withdrawal from the Horn next year will bring Djibouti back into the Somali fold by a political rather than military process within a few years of independence next June. Equally, the Somali government is watching what its regards as the disintegration of the Ethiopian regime in the fascinated certainty that if Ethiopia falls apart, the claimed area of the Ogaden will quietly fall into Somali lap.]

23 Entretien avec Moḥamed Tahiro Ḥammadou, représentant du FLA à Mogadiscio, de 1980 à 1983. Samra, 14 septembre 2005.

24 Ibidem.

25 Ce qualificatif est utilisé par Gemaluddin Abdulkadir Rêdo. Entretien à Logiya, 16 juillet 2005.

26 Un village situé entre Raḥayto et Asab.

27 Ancien chef de la sécurité des frontières et du corridor de l’amoyta Ali-Miraḥ Ḥanfaré et sénateur. Après son ralliement au Derg, il fut nommé administrateur du district de Éli-Daar, poste qu’il conserva jusqu’à la chute de ce régime en 1991.

28 Un des fils de l’amoyta Ali-Miraḥ, il a été le chef militaire du FLA jusqu’en 1984. Il réside actuellement en Arabie Saoudite.

29 L’aîné des fils de l’amoyta Ali-Miraḥ dont le rôle politique était demeuré marginal. Il s’était essentiellement consacré à des affaires commerciales et avait notamment représenté son père dans les négociations avec Mitchell Cotts lors de la création du périmètre irrigué de Dubti. Après l’entrée en rébellion des partisans de l’amoyta Ali-Miraḥ contre le pouvoir central, il s’occupa un moment de la logistique du FLA à partir de Djibouti.

30 Une localité située au pied de la montagne Gamarri vers la frontière sud-ouest de la République de Djibouti.

31 Vice-président du FLA, il a été l’un de trois membres désignés en 1991 par cette organisation pour faire partie de l’Assemblée constituante. Ensuite, il devint vice-président de l’administration de la région-État Afar (1992-mai 1995) puis député au Parlement fédéral depuis 1995.

32 D’origine Bilein, il avait été membre du Commandant général provisoire nommé en août 1969 à Adobaha. Élu en novembre 1971 au premier congrès du FLE membre du Comité exécutif de dix-neuf membres, il était jusque-là en charge des opérations au sein de l’État-major militaire. À cette fonction, il s’était illustré entre autres par l’opération ayant permis la libération d’un millier de prisonniers politiques des prisons d’Asmara et d’Adi-Qualla en février 1975.

33 Entretien avec Gemaluddin Abdulkadir Rêdo à Logiya, 16 juillet 2005.

34 En anglais : Revolutionary Organization for the Liberation of Ethiopia (ROLE).

35 Acronyme en amharique de : Mâllâ Itiyopiya Soshalist Niqinaqe.

36 L’idée largement partagée aujourd’hui est que cette organisation était dominée par les Oromo. Elle est contestée par Merera Gudina (2003 : 198, n. 13), qui tout en ne niant pas le rôle éminent de Hayle Fida, un intellectuel de gauche d’origine oromo au sein de ce parti et reconnaissant également la présence d’autres intellectuels oromo dans sa direction, rappelle que sur vingt-cinq membres fondateurs du Meison, plus de 50 % étaient des intellectuels amhara.

37 Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem à Djibouti, 25 avril 2005.

38 D’origine oromo, il était chef du département des services juridiques du ministère des Affaires étrangères. Il fut exécuté par les militaires lors de la purge des dirigeants du Meison. Entretien avec le commandeur Mussa Yasin à Addis Abäba, 27 août 2006 et Moḥamed Aḥmed Cheḥem à Djibouti, 6 novembre 2008.

39 Interview de Gemaluddin Abdulkadir Rêdo, secrétaire général de l’ex-MNLA, Samra, 23 août 2005. Cette information est confirmée par Maḥammôda Aḥmed Gaass, président de l’ex-MNLA, Addis Abäba, 26 novembre 2009.

40 Membre du comité exécutif de l’ex-MNLA formé en juillet 1976, cadre du POMOA puis administrateur du district de Millé (basse vallée de l’Awash).

41 Entretien de l’auteur de ces lignes avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem à Djibouti, 17 et 18 avril 2005.

42 Acronyme en anglais du Bureau provisoire pour l’organisation des masses, une structure très vite surnommée le ‘’bureau politique’’, formé de cinq organisations : le Meison, la plus importante, l’Abiyotawi Seddeth (la flamme révolutionnaire), émanation du Derg ainsi que de trois autres groupuscules : le Malerid (Marxist Leninist Revolutionary Dirigite » (organisation), ancienne scission du PRPE), l’Echat, acronyme amharique de « Lutte révolutionnaire du peuple opprimé éthiopien », d’essence et d’assise oromo et le Waz League (Ligue prolétarienne).

43 Fils du général Merid Mengesha, chef d’État-major puis ministre de la Défense et parent de l’empereur Hayle Sïllasé, décédé en 1965, il avait suivi ses études universitaires en France. Membre fondateur du Meison, rentré au pays en 1971 bien avant la grande majorité des membres de la direction de cette organisation, il avait été professeur au cours des toutes dernières années du règne de Hayle Sïllasé à la faculté de droit de l’Université Hayle Sïllasé 1er, rebaptisée Université d’Addis Abäba avec la Révolution. Il occupait des hautes fonctions au sein du POMOA quand il fut assassiné le 2 octobre 1976 par le PRPE, devenant la première victime de ce qu’on qualifiera de « la terreur blanche ». Entretien avec Moḥamed Aḥmed Cheḥem à Djibouti, 21 novembre 2008.

44 D’origine amhara du Sidamo, ancien président (1967-68) de la National Union of Ethiopian University Students (NUEUS), il avait fait partie des dirigeants étudiants exclus en 1969 de l’université HSI. Membre fondateur du Meison, il passait pour avoir été l’une des premières personnes à avoir établi le contact de son organisation avec Mengïstu Hayle Maryam. Il occupait le poste clé de secrétaire général du POMOA. Il fut exécuté par les militaires lors de la purge des dirigeants du Meison.

45 Ils étaient 62. Cf. The Ethiopian Herald, 27 août 1976.

46 [Recognizing the National Democratic Revolution Programme (NDRP) as a solution to the question of nationalities which is the gravitational center of problems prevailing in Ethiopia, knowing the realization of the implementation of the national democratic revolution in general and the regional autonomy of the Afars in particular could only come through the participation of an organization of the Afar themselves as one cannot demand the right of self-determination of his nationality and leaves its implementation to other people.] Ce passage n’a pas été repris par la presse gouvernementale.

47 Yussuf Yasin Maḥammôda, courrier électronique du 13 décembre 2009, communication personnelle.

48 Une localité située entre Manda et Buré.

49 En anglais : Ethiopian Democratic Union (EDU).

50 En anglais : Eritrean Liberation Front-People’s Liberation Forces (ELF-PLF).

51 Celui-ci, comme son surnom l’indique bien, était un Somalien, originaire de la province éthiopienne de l’Ogaden. Selon un responsable du FLA, ses appréciables services à leur mouvement s’expliquaient par cette origine. L’intéressé nous a confirmé les faits lors d’un entretien le 4 juillet 2005 à Addis Abäba (Éthiopie).

52 Devenu premier président en 1971, il est mort en 2004.

53 Il était arrivé au pouvoir le 13 juin 1974 par un coup d’État militaire contre le régime du président Abdul Raḥman al-Ariyani.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 : Poignée de mains entre sultan ᶜAli-Miraḥ et le lieutenant-colonel Asrat Desta. À la droite de ce dernier, le lieutenant ᶜAli Mussa (The Ethiopian Herald).
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 3 : Lors du rassemblement, le sultan ᶜAli-Mirah assis à la gauche du lieutenant-colonel Asrat Desta, du commandant Getatchew Shibeshi, du lieutenant ᶜAli Mussa, du capitaine Kassaye Aregaw ainsi que des autres membres de la délégation (The Ethiopian Herald).
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 4 : Photo de famille sur les marches de l’escalier de Teferi Makonnen School des jeunes cadres du Mouvement national de libération Afar à leur retour à Addis Abäba en août 1976.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 5 : Un groupe de combattants du mouvement Ugûgumo (collection privée).
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable