Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Chapitre 3. Les Afar et le déclenchement de la révolution

Texte intégral

L’accueil de la révolution

1C’est dans le contexte d’une accentuation du sentiment identitaire consécutive au bras de fer des Afar de la vallée de l’Awash emmenés par sultan ᶜAli-Miraḥ Ḥanfaré avec l’Awash Valley Authority et du début d’organisation des jeunes Afar dans le cadre d’une formation politique clandestine qu’intervinrent les événements préfigurant la révolution éthiopienne de 1974 : agitation dans l’armée, chute du cabinet d’Aklilu Habte Wold, grèves des enseignants et des taxis, manifestations populaires, etc.

  • 1 Président du comité exécutif provisoire du MNLA (août 1974 -mai 1975) puis du FLA (juin 1975 - mai (...)

2Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ1, fils de l’amoyta d’Awsa et diplômé en sciences politiques d'une université américaine, réalisa très vite que ceux-ci étaient susceptibles de déboucher sur la chute du régime impérial, une analyse partagée par la suite par les jeunes progressistes du MRA. Le sultanat d’Awsa était la plus importante entité politique afar, confrontée depuis 1973 à une remise en cause de l’autonomie interne de facto dont elle bénéficiait depuis 1944. Cette dernière date coïncidant avec la révolution de palais contre l’amoyta Moḥamed Yayyo a marqué son intégration effective à l’empire.

  • 2 Ancien ministre des Affaires étrangères (1961-1971). Il fut arrêté et emprisonné le 24 avril 1974 p (...)
  • 3 Fils de Haregot Abai, maire d’Asmara sous le régime impérial, arrêté et exécuté par le Derg en 1979 (...)
  • 4 À la chute du régime de Hayle Sïllasé, il a été mis tout simplement à la retraite. Il faut dire qu’ (...)
  • 5 Il va être nommé ministre de l’Intérieur le 3 août 1974 dans le cabinet de lij Mikaél Imru.
  • 6 Arrêté le 14 juillet 1974, il fut exécuté le 23 novembre de la même année avec une soixantaine de h (...)
  • 7 Peu après sa nomination en 1971 comme gouverneur-général du Wällo, celui-ci avait manifesté son hos (...)
  • 8 Représentant de l’empereur dans un gouvernorat général.
  • 9 Ancien gouverneur de l’awrajja d’Awsa, il va être nommé le 9 octobre 1974 administrateur des prison (...)
  • 10 Il s’agit surtout des Tigréens qui commençaient à ressentir l’emprise des Amhara sur l’État.

3Ḥanfaré disposait d’une longueur d’avance grâce à son réseau de renseignements, de conseils et de soutien surtout dans le gouvernement, dans l’administration et dans l’appareil sécuritaire. En faisaient partie des hommes comme Ketema Yifru, ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme2, Dr Seyoum Haregot, vice-premier ministre avec siège au conseil de ministres3, Tiku Adane, responsable de la Branche spéciale de renseignements au cabinet privé de l’Empereur, avec rang de vice-ministre4, le colonel Belachew Jemaneh5, chef du département d’immigration et de la sécurité intérieure au ministère de l’Intérieur, avec rang de vice-ministre, le blatta Admassu Retta, chef du Trésor privé de l’Empereur, avec rang de vice-ministre6, Debebe Habte Yohannès, co-président et directeur général d’Addis Abäba Bank, Solomon Abraha7, ex-enderassie8 du Wällo t le brigadier-général Sime Wodadjo, commandant de l’Académie de la police Aba Dina9. Ces personnalités étaient gracieusement rémunérées pour leurs services, à l’exception de certaines d’entre elles comme Debebe Habte Yohannès, le colonel Balachew Jemaneh, Seyoum Haregot et Solomon Abraha dont l’engagement dans le réseau du sultan ᶜAli-Miraḥ était motivé par des considérations d’ordre politique pour les deux premiers, des progressistes, d’opposition ethnique pour les deux derniers10.

4Ḥanfaré était donc régulièrement tenu informé de tout ce qui se disait sur le sultanat, de l’évolution de la lutte entre les différentes coteries au sommet de l’État et de la situation dans le pays.

5Avec le début des troubles et du vacillement du trône, tous les protagonistes, côté afar, jugeaient impératif que leur communauté s’organise afin d’être, le moment venu, en mesure de discuter en position de force avec le pouvoir qui prendrait la relève de la monarchie. Les jeunes voulaient faire sortir leur société de tous les types d'arriérations, la « brancher » sur le changement en cours dans le pays alors que le sultan ᶜAli-Miraḥ et ses partisans, à l’exception de Ḥanfaré, entendaient promouvoir une adaptation à la modernité, tout en tenant compte du maintien des traditions sociopolitiques afar. Cette divergence interne aux Afar allait s’exacerber plus tard.

6Pour le moment, l’attitude des uns et des autres face aux événements s’expliquait par la prise de conscience du fait que le nouveau régime aurait à établir des relations fondamentalement différentes avec les peuples de la périphérie de l’Empire dont les Afar. Ils estimaient que le changement allait affecter ces derniers qui ont été jusqu’ici soumis ou marginalisés par les Amhara et les Tigréens monopolisant le pouvoir central. À cet effet, la réponse des acteurs du changement en cours était attendue notamment sur la question des nationalités, soit celle de l’identité, l’organisation et la place octroyée aux différentes ethnies composant l’Éthiopie dans le nouvel ordre politique.

  • 11 Cette expression est une invention de Joseph Staline qui remonte à peu après la mort de Lénine. Son (...)
  • 12 Condamné à cinq ans d’emprisonnement en 1968 pour avoir écrit un pamphlet, « la contre proclamation (...)

7Cette question faisait l’objet d’âpres débats parmi les étudiants après la présentation en 1969 d’une première position marxiste-léniniste11 bien articulée par l’un des leaders du mouvement estudiantin éthiopien, Wallelign Makonnen12. Celui-ci, d’origine amhara du Wällo, était un étudiant en quatrième année de sciences politiques et des relations internationales à la faculté des Lettres de l’Université Hayle Sïllasé 1er.

8Wallelign Makonnen avait lu sa communication à haute voix au corps étudiant lors de l’investiture de la nouvelle direction de l’Union des étudiants de l’Université d’Addis Abäba. Elle a été éditée le 17 novembre dans la seconde et dernière édition du Struggle, l’organe de cette Union. Wallelign avait commencé son analyse par contester radicalement la politique officielle d'assimilation. Il a reconnu la diversité ethnique de la population éthiopienne :

  • 13 [Ethiopia is not really one nation. It is made up of a dozen nationalities, with their own language (...)

L’Éthiopie n'est pas vraiment une nation. Elle se compose d’une douzaine de nationalités, avec leurs propres langues, manières de s'habiller, histoire, organisation sociale et entité territoriale. Et qu’est-ce qu'une nation ? N'est-elle pas formée d’un peuple avec une langue particulière, manières particulières de s’habiller, histoire particulière, organisation sociale et économique particulière ? Alors je peux conclure qu’en Éthiopie, il y a la nation Oromo, la nation Tigrai, la nation Amhara, la nation Gurage, la nation Sidama, la nation Wallamo [Walayta], la nation Adere [Harari], et bien que cela ne plaira pas à beaucoup d’entre vous, la nation Somali. Ceci constitue une véritable image de l'Éthiopie13 (Melakou Tegegn, 2007 : 380, annexe vii).

9Il avait mis en exergue le fait qu’il y avait une politique d'oppression nationale exercée par la classe dirigeante amhara à l’encontre du reste des nationalités dont la terre a été spoliée. Il avait rappelé qu’une combinaison d'oppression politique et économique était à l’origine de l’émergence des mouvements nationaux, régionalistes ou ethniques, lesquels étaient historiquement légitimes et que les étudiants devaient soutenir ces mouvements et leurs revendications. La substance de sa communication était la suivante :

  • 14 Wallelign se réfère ici au service somali de Radio Addis Abäba et au service tigrégnia de Radio FM (...)
  • 15 [To be a “genuine Ethiopian”, one has to speak Amharic, to listen to Amharic music, to accept the A (...)

Pour être un “authentique éthiopien”, il faut parler l’amharique, écouter la musique amhara, accepter la religion des Amhara-Tigréens, le christianisme orthodoxe, et porter le costume des Amhara-Tigréens, la shamma, dans les conférences internationales. Parfois, il faut aller jusqu’à changer de nom. En bref, et pour reprendre l’expression de Frantz Fanon, pour être éthiopien, il faut porter un masque amhara. Essayer d’affirmer votre identité nationale et vous serez automatiquement accusé de tribalisme, à moins que vous n’ayez la grâce d’être né amhara. Selon la constitution, tu auras besoin d'amharique pour aller à l'école, pour obtenir un travail, pour lire des livres (cependant peu) et pour écouter les nouvelles sur Radio “Éthiopie” à moins que tu sois un Somali ou un Érythréen dans Asmara pour des raisons évidentes14 […]. Nous devons construire un État national authentique. Et qu’est-ce qu’un État national authentique ? C’est un État au sein duquel toutes les nationalités participent à égalité aux affaires de l’État, un État dans lequel est donnée à chaque nationalité une égale opportunité de préserver et de développer sa langue, sa musique et son histoire. C’est un État où les Amhara, les Tigréens, les Oromo, les Adéré [Harari], les Somali, les Wallamo [Wolayta], les Guragué, etc., sont traités à égalité. C’est un État dans lequel pas une nation ne domine une autre nation, que ce soit économiquement ou culturellement15 (cité par Melakou Tegegn, 2007 : 380, annexe vii).

10Le contenu de cette communication reflétait la position d’un petit groupe d’activistes les plus engagés du mouvement étudiant comme en témoigne Melakou Tegegn :

  • 16 [The issue was discussed among a small circle instead and that circle alone was clear on the issue (...)

La question a été discutée en petit cercle et ce seul cercle était clair sur la question et la position qu'il a prise […]. Le petit cercle qui a pris position sur la question a décidé de la rendre publique par le biais de la personne de Walelign Mekonnen principalement pour deux raisons. D'abord, Wallelign était alors le chef étudiant le plus prestigieux à prendre sérieusement, être écouté et pousser le corps étudiant à une discussion sérieuse sur le sujet. En second lieu, parce que Wallelign appartenait au groupe ethnique Amhara, on ne le suspecterait d'aucune intention sécessionniste du tout. Même ces considérations tactiques pour commencer la discussion sur la question nationale indiquent clairement combien la question était sensible aux yeux des “Walleligns”16 (Melakou Tegegn, Ibidem : 190-191).

11Wallelign Makonnen a trouvé la mort le 9 décembre 1972 sous les balles des agents de sécurité éthiopiens, en même temps que cinq autres étudiants, lors d’une tentative de détournement d’un avion de ligne des Ethiopian Airlines.

  • 17 Un pseudonyme utilisé par Birhane Meskel à la mémoire de Tilahun Gisaw, le président de l’Universit (...)

12Sa position marxiste-léniniste sur la question nationale, qui avait déstabilisé le régime impérial, fut affinée quelque deux années après par un autre leader du mouvement étudiant éthiopien, Birhane Meskel Reda à partir de l’Algérie où il s’était réfugié avec un groupe de ses camarades, après avoir détourné un avion de ligne des Ethiopian Airlines. Celui-ci soutint dans un opuscule intitulé « La question nationale en Éthiopie » publié en mars 1971 sous le nom de plume de Tilahun Takele17 le droit à l’autodétermination des nations et nationalités « jusque et y compris la sécession », une formule empruntée à Vladimir Illitch Lénine qui l’avait employée dans sa dispute avec la communiste allemande Rosa Luxembourg.

13Wallelign, lui, n’avait pas mentionné le droit à l’autodétermination des nations et nationalités et encore moins le droit à l’autodétermination des nations et nationalités « jusque et y compris la sécession » bien qu’une majorité d’auteurs lui en prêtent l’idée.

14Pour revenir à Birhane Meskel Redda, celui-ci concluait son opuscule en affirmant :

  • 18 [If we demand freedom of secession for […] all oppressed and unequal nations without exception we d (...)

Si nous exigeons la liberté de sécession pour […] toutes les nations opprimées et inégales sans exception, nous faisons cela non pas parce que nous sommes en faveur de la sécession, mais seulement parce que nous supportons une association et une fusion volontaires libres par opposition à une association de force18 (Tilahun Takele, 1970 : 53, cité par Bahru Zewde, 2007).

15La publication de cet ouvrage, qui demeura longtemps l’évangile d’une frange importante du mouvement étudiant et de la gauche, était motivée surtout par la nécessité de présenter le programme marxiste-léniniste sur la question nationale et par conséquent de mettre en doute la véracité de la position de la direction de l’Union des étudiants éthiopiens en Amérique du Nord. Cette dernière et l’Union des étudiants éthiopiens en Europe n’étaient pas sur la même longueur d’onde sur la question nationale que l’Union des étudiants de l’Université d’Addis Abäba. Elles préconisaient une autonomie culturelle des nations et avaient adopté une position hostile à l’égard des mouvements ethniques ou nationaux d’alors en Éthiopie.

16Par ailleurs, la question de la terre représentait un élément déterminant dans les relations des Afar avec les acteurs du changement en cours pour des raisons que nous avons longuement évoquées dans le premier chapitre.

17Les chefs traditionnels afar du sultanat d’Awsa comme les jeunes progressistes étaient conscients qu’il fallait profiter de ce changement, supposant que celui-ci allait entraîner un affaiblissement du pouvoir central, susceptible de faire aboutir leurs aspirations. Pour ce faire, d’après eux, il convenait de poser clairement la question de la place de la « nation afar » dans le nouvel ordre politique en gestation. À cet effet, ils étaient persuadés qu’une reconnaissance de leur poids sur l’échiquier politique et la prise en compte de leurs aspirations nécessitaient l’organisation d’un mouvement politico-militaire bénéficiant d’un soutien extérieur.

  • 19 Le Long.

18Dans un pays où par tradition, la respectabilité se mesurait à l’aune de la force, la formation militaire des jeunes cadres était ainsi prioritaire. Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ entra en contacts secrets avec ᶜAbdallah Dêré19, le consul général de la République démocratique de Somalie en TFAI, lequel avait rang d’ambassadeur. Il apprit de ce dernier la venue en juin à Addis Abäba pour la conférence annuelle de l’Organisation de l’unité Africaine (OUA) du ministre des Affaires étrangères ᶜUmar ᶜArteh Ghalib, mieux placé que lui pour transmettre le message au chef de l’État, le général Moḥamed Siyad Barré.

  • 20 Voir interview de Ḥanfaré Ali-Miraḥ. Cf. Aramis Houmed Soulé, 2011.

19Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ saisit cette occasion pour rencontrer secrètement le chef de la diplomatie somalienne dans une résidence privée et sollicita, au nom de son père, un appui à l’organisation d’une formation militaire des cadres. ᶜUmar ᶜArteh Ghalib, tout en promettant d’en parler au chef de l’État à son retour, conseilla à son interlocuteur de venir à Mogadiscio pour s’adresser directement à ce dernier qui s’occupait en personne des questions de ce genre avec l’aide de son gendre, Aḥmed Souleïman Daflé, chef du National Security Service (NSS)20. C’est ce que fit Ḥanfaré (Aramis H. Soulé, op. cit. :157-158).

  • 21 Entretien avec Mussa Moḥamed Abubaker, membre du comité exécutif provisoire de l’ex-MNLA. Addis Abä (...)

20La requête du sultan d’Awsa fut appuyée par ᶜOsman Saleḥ Sabbé, l’influent homme politique érythréen qui, conscient de l’importance de l’entrée en rébellion des Afar pour affaiblir l’Éthiopie, poussa les officiels somaliens à l’accepter. D’ailleurs, il assistera à la première rencontre entre la délégation afar et les officiels somaliens pour rapprocher les positions21.

21À son retour, Ḥanfaré prit contact à Addis Abäba avec Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass, étudiant en troisième année de droit à l’université Hayle Sïllasé Ier et journaliste du programme en langue afar de Radio Addis Abäba. Ce dernier, affilié au Mouvement pour le regroupement des Afar (MRA), présidait l’Afar Youth Association. Des contacts existaient déjà entre les membres de cette dernière association et le sultanat d’Awsa. Les premiers considéraient le sultan ᶜAli-Miraḥ comme un nationaliste, surtout pour son opposition à la politique de l’Awash Valley Authority (AVA).

  • 22 Entretien avec Maḥammôda Aḥmed Gaass à Addis Abäba, 29 novembre 2009.

22À l’instigation de Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ, ils avaient organisé une manifestation en 1973 contre la politique de confiscation des terres des éleveurs afar par cette institution gouvernementale. Au nombre d’une vingtaine et accompagnés par kegnazmach Daoud Bitᶜa, un notable de la région de Dofan dans la moyenne vallée de l’Awash, ils étaient parvenus à tromper la vigilance de la police et à accéder en bus dans l’enceinte du ministère de l’Administration territoriale. Ils avaient créé la surprise en sortant des banderoles cachées, dénonçant les activités de l’AVA. Ils avaient obligé le ministre à les recevoir en délégation avec en tête kegnazmach Daoud Bitᶜa pour lui remettre une requête des Afar. Cet événement a bénéficié d’une couverture médiatique dans le programme en langue afar de Radio Addis Abâba assurée par le chef des manifestants, outrepassant la censure existant à l’époque sur les moyens audio-visuels22.

23Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass introduisit Ḥanfaré auprès de ses amis, et Moḥamed Aḥmed Cheḥem, étudiant en première année des lettres à la même université, fut associé à une première réunion secrète. Par la suite, la proposition de collaboration de Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ fut présentée à Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo qui travaillait à ᶜAsab. Celui-ci était membre de la direction collective du MRA.

24Après avoir analysé la situation et discuté de la proposition de Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ, il fut décidé d’associer les membres du MRA en Égypte et en Europe. Les discussions débouchèrent sur la tenue d’un congrès pan-afar centré sur les événements en cours et ses répercussions en Éthiopie et dans la région. Enfin, le congrès devait être habilité à fixer la position que devrait adopter la nationalité afar.

25Cependant, en raison de l’accélération des événements, sans attendre la tenue de ce congrès, des préparatifs furent entrepris tant en Éthiopie qu’à l’étranger pour rassembler les étudiants, lycéens et collégiens à envoyer en formation militaire. ᶜAbdulkadir Barkat fut envoyé secrètement en Somalie avec pour mission de solliciter du gouvernement somalien de donner des directives à ses missions diplomatiques en Égypte, en République populaire et démocratique du Yémen, au TFAI, en Allemagne et en France pour la facilitation de visa pour les jeunes afar.

26Fin juillet, une mission plus importante se rendit dans ce pays en vue d’une discussion plus approfondie avec les membres du gouvernement somalien. Dirigée par Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ, elle comprenait en outre shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa, Mussa Moḥamed Abubaker, Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass et ᶜAbdulkadir Barkat. Ces quatre derniers se rendirent à Mogadiscio directement à partir de Djibouti. Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ fit un détour par Paris et Rome car son déplacement à Mogadiscio à partir de Djibouti n’aurait pas manqué d’attirer l’attention des Français et par conséquent des Éthiopiens, lesquels entretenaient des rapports étroits avec eux.

27Pris en charge par le chef de la Sécurité nationale, Aḥmed Souleïman Daflé, ils rencontrèrent de nombreux membres du gouvernement somalien et assistèrent aux côtés d’une délégation érythréenne conduite par ᶜOsman Saleḥ Sabbé à une importante parade militaire à Kismayo, dans le sud de la Somalie.

28À l'issue de leur séjour en Somalie, Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ et ᶜAbdulkadir Barkat retournèrent au pays. Shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa, Mussa Moḥamed Abubaker et Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass, quant à eux, se rendirent directement à Berlin-Ouest, en République fédérale d’Allemagne où devait se tenir le congrès pan-afar à l`organisation duquel l’amoyta ᶜAli-Miraḥ contribua financièrement. Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ se fit représenter par un de ses lieutenants, Moḥamed Salim dit Salimo.

29Le choix du lieu pour la tenue de ce congrès s’expliquait par la présence dans ce pays de la plus importante communauté afar en Europe dont le rang était grossi pendant les vacances scolaires par de nombreux étudiants du Caire venant postuler à des emplois temporaires. Le fait que deux organisations éthiopiennes, le mouvement socialiste pan-éthiopien (Meison) et le parti révolutionnaire du peuple éthiopien (PRPE), avaient été créées en Allemagne fédérale nous amène à penser que ce choix résultait également de la possibilité d’organiser un tel événement dans ce pays.

  • 23 Enseignant, il fut député à l’Assemblée nationale de 1977 à 1987.
  • 24 Co-auteur de l’alphabet afar « Dimis kee Reedo » (Dimis et Rédo), secrétaire général adjoint du Mou (...)

30En route pour Berlin, Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo, qui se trouvait à ᶜAsab, fut chargé de s’arrêter à Djibouti afin de débattre avec les jeunes Afar, regroupés au sein de l’Union pour le développement culturel (UDC) des positions du MRA et de les convaincre de s’associer au congrès. C’est ce qu’il fit. Après trois jours de débats, ceux-ci acceptèrent la proposition et déléguèrent deux membres de leur comité exécutif, Aḥmed ᶜAli Ḥassan23 et Aḥmed ᶜAbdallah dit « Dimis-Dulla »24 et un certain nombre de leurs membres, étudiants en France.

Le congrès pan-afar de Berlin : création d’une organisation politico-militaire

  • 25 Docteur en hydrogéologie, directeur de la direction de l’Eau au ministère de l’Agriculture et de l’ (...)

31L’organisation du congrès pan-afar, qui se tint du 13 au 16 août 1974, revenait à la section allemande du MRA. Elle fut placée sous la responsabilité de ses deux figures dominantes, Gemaluddin Ḥussein25 et Yussuf Yasin Maḥammôda. Les participants venant d’Addis Abäba, de Djibouti, du Caire, de Paris et de Munich se joignirent à ceux de Berlin-Ouest.

32Le congrès de Berlin adopta trois recommandations suivantes :

33(1). La création d’une organisation révolutionnaire chargée de sceller une alliance avec l’amoyta ᶜAli-Miraḥ d’Awsa, à l’époque en voie de rébellion contre le pouvoir central. Laquelle alliance devait s'inscrire dans le cadre d’une sorte de « front national uni », une formule initiée par les communistes chinois, permettant à chacune des composantes de garder sa personnalité tout en coordonnant leurs activités. La reconnaissance par les jeunes marxisants du sultan ᶜAli-Miraḥ comme un nationaliste devait servir du fondement à cette alliance.

34(2). L’appel aux associations militantes des lycéens et d’étudiants afar du Territoire français des Afars et des Issas (TFAI) afin de mettre sur pied un mouvement révolutionnaire de décolonisation de Djibouti.

  • 26 Entretien avec Aḥmed Abdallah dit Dimis Dulla à Djibouti, 3 juin 2008.

35Si le congrès pan-afar ne précisait pas explicitement le type de rapport que cette organisation devait avoir avec le régime de ᶜAli ᶜAref Bourhan, président du Conseil de gouvernement à Djibouti, certains participants rappellent qu’elle devait le ménager26.

36(3). Enfin, l’appel aux Afar d’Érythrée pour lutter pour leurs droits au sein des organisations érythréennes. À cette date, il y en avait deux qui s’affrontaient militairement pour l’exclusivité de la représentation du peuple érythréen dans son ensemble : Front de libération de l’Érythrée-Conseil révolutionnaire (FLE-CR) et Forces populaires de libération de l’Érythrée (FPLE).

37Dans tous les cas, il s’agissait donc de promouvoir la question afar, en laissant du côté les contradictions entre progressistes et féodaux ou réactionnaires, jugées secondaires.

38Le congrès de Berlin définit les objectifs politiques à atteindre pour les deux organisations à créer en Éthiopie et dans le TFAI, à savoir l’établissement « d’un État afar autonome, à l’intérieur d’une union libre des nationalités éthiopiennes » et l’accession à une indépendance totale. En somme, pour ce qui concerne l’Éthiopie, c’était un arrangement fédéral de l'État sur la base d’une différenciation ethnique qui était postulé. Comme stratégie de lutte, le congrès recommanda aux deux organisations de travailler dans leurs pays respectifs avec les organisations et/ou individus des autres nationalités, partageant leurs analyses. Il réaffirma la nécessaire interconnexion de deux mouvements de lutte et des Afar œuvrant dans les organisations érythréennes.

  • 27 La répartition régionale de la composition du Comité exécutif donnait deux ressortissants de l’Awsa (...)
  • 28 Il vit en Allemagne.
  • 29 Administrateur du district de Gawwani (moyenne vallée de l’Awash) après le ralliement du MNLA au ré (...)

39Afin de mettre en œuvre les recommandations adoptées pour ce qui concerne les Afar d’Éthiopie, le congrès de Berlin procéda à la désignation des membres du comité exécutif provisoire, du comité d’études et de la direction de l’aile militaire. Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ fut désigné président du comité exécutif, chargé de gérer les affaires courantes. En faisaient parties shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa (vice-président), Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass (Affaires politiques), Mussa Moḥamed Abubaker (Affaires économiques et sociales) et ᶜAbdulkadir Barkat (Affaires militaires)27. Le comité d’études fut chargé dans un délai de six mois d’une part de proposer un nom et le programme politique pour l’organisation et d’autre part d’entreprendre des contacts avec les organisations éthiopiennes et érythréennes. Présidé par Yussuf Yasin Maḥammôda, il regroupait Ismaᶜil Seyyid Aḥmed, Gemaluddin Ḥussein et Moḥamed Idriss Ismaᶜil28. Le congrès désigna également une direction de l’aile militaire de l’organisation, chargée de la supervision sur place en Somalie de la formation politico-militaire des cadres. À sa tête fut désigné Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo, secondé par deux adjoints, en l’occurrence Aḥmed ᶜAbdallah dit « Dimis-Dulla » et Moḥamed Saᶜid Idriss29. Ces trois derniers se rendirent directement en Somalie en compagnie de Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass. Mussa Moḥamed Abubaker fut envoyé au pays pour participer avec les autres sous la supervision de Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ à l’envoi des jeunes à former. Suite au retard sur la date convenue, Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass les rejoignit à partir de Mogadiscio. Cette opération fut facilitée du côté du TFAI par Ismaᶜil ᶜAli Yussuf, le discret mais très actif représentant du sultan ᶜAli-Miraḥ à Djibouti.

40En septembre, moins d’un mois après le congrès de Berlin, un contingent de quelque 60 jeunes militants, pour la plupart des collégiens et lycéens, furent envoyés en Somalie afin de suivre une formation militaire accélérée de six mois dispensée par des instructeurs de l’armée. Ils furent installés dans un camp situé à Wâlaweyn, à 120 km de Mogadiscio.

41Le séjour en Somalie dura trois mois de plus que prévu, soit neuf mois. Il fut également assorti d’une importante formation politique. Ce fut là-bas que vit le jour la transcription latine préparée pour l’afar appelée « Dimis et Reedo », du nom de ses deux concepteurs, Aḥmed ᶜAbdallah dit Dimis et Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo. Et ce fut là-bas également que la chanson « Yinày yi bâḍo » (O ! Pays ! Ma mère patrie), laquelle devint l’hymne national du mouvement nationaliste afar, avait été composée et mise en musique.

Préparatifs pour la guérilla et contacts de Ḥanfaré avec le Derg

  • 30 En anglais : Afar National Liberation Movement (ANLM).
  • 31 Voir l’intégralité du programme en annexe 2.
  • 32 Il s’agit des mouvements de février 1974 qui se sont révélés être décisifs pour le reversement de l (...)

42Le comité d’études proposa le nom « Mouvement national de libération Afar » (MNLA)30 pour l’organisation et rédigea le programme politique dans le délai qui lui avait été imparti31. Dans son analyse du changement intervenu dans le pays, le MNLA estimait que « le mouvement de février32 était loin d’être une révolution susceptible de transformer la vie des masses éthiopiennes bien que des revendications de libertés démocratiques avaient été avancées et que des larges segments des masses opprimées éthiopiennes avaient participé à un tel mouvement pour la première fois. Les militaires, qui initièrent le mouvement et par la suite prirent le pouvoir, étaient et restent une force de répression contrôlée par les classes dominantes ».

  • 33 Dénomination commune s’appliquant aux populations abyssines des hautes terres du cœur de l’Éthiopie (...)

43Il jugeait que « leur philosophie “Éthiopie d’abord”, assimilationniste et sans substance, leur dédain flagrant des questions nationales cruciales, leurs mesures répressives à l’encontre des masses, leurs politiques chauvines à l’encontre des nations opprimées, en particulier le peuple de l’Érythrée, tous ces éléments démontrent qu’il s’agit de la poursuite des vielles pratiques camouflées par des nouveaux slogans et méthodes. En fait, le régime militaire n’est qu’un putsch africain de plus perpétré par une classe de petite bourgeoisie Habasha33 ».

44Le MNLA épousait la thèse de l’oppression de classe, de nation et de religion, chère au mouvement étudiant éthiopien dont il était issu comme les deux partis « multinationaux » ou pan-éthiopiens marxistes (Meison, PRPE) lesquels étaient encore clandestins et par conséquent n’avaient pas encore rendu public leur programme. Il se donnait des objectifs clairs. Il prônait « un État afar autonome dans le cadre d’une union libre des nationalités éthiopiennes et ce, après abolition de tous les types d’assimilation et d’oppression ».

  • 34 En anglais : Tigray People’s Liberation Front (TPLF).

45Cette position du MNLA différait de celle des organisations de deux autres ethnies des périphéries de l’empire, les Somali et les Oromo, lesquelles avançaient la thèse coloniale et se donnaient pour objectif les uns la sécession et l’union avec la Somalie et les autres, l’établissement d’un État indépendant. Elle différait également de celle des Tigréens du Tigray telle qu’exprimée par le (FLPT)34 en 1976 dans son programme politique :

  • 35 [Politically, TPLF fights for the establishment of an independent Tigray, with a democratic republi (...)

Politiquement, le FLPT combat pour l'établissement d'un Tigray indépendant, avec un État républicain et démocratique de toutes les classes révolutionnaires antiféodales et anti-impérialistes35 (Aregawi Berhe, 1993 : 24).

46Le MNLA promettait de travailler « en coordination avec toutes les masses éthiopiennes en général et les masses des nationalités opprimées en particulier, d’abord pour la révolution nationale démocratique puis pour la transformation socialiste de la société éthiopienne ».

47Il précisait cependant un peu plus haut que cette participation était conditionnée par la reconnaissance par le pouvoir central des droits des Afar à l’autodétermination, jusque et y compris la sécession.

48En matière économique, il prônait la « libre exploitation des ressources naturelles du pays Afar dans les meilleurs intérêts du peuple afar », de même que la distribution « des terres reprises aux concessions étrangères et aux seigneurs féodaux aux paysans afar pauvres dont c’est le gagne-pain ». Le Mouvement national de libération Afar promettait de supprimer le tribalisme et la domination d’une tribu par une autre dans la société afar. Ce passage renvoyait à l’existence dans la basse vallée de l’Awash d’une sorte de féodalité qui était une exception chez ladite société.

49La rédaction de ce programme marxisant était l’œuvre principalement de Yussuf Yasin Maḥammôda, un activiste du mouvement étudiant éthiopien, lequel avait fait partie du comité exécutif de l’University Students Union of Addis Abäba (USUAA) élu en novembre 1969 sous la présidence de Tilahun Gisaw. Après l’assassinat de ce dernier le 28 décembre et la répression estudiantine qui s’en était suivie, il avait fui le pays à l’instar de bon nombre d’activistes. Il se réfugia d’abord en Somalie en transitant par Djibouti, et de là, il se rendit en République démocratique et populaire du Yémen (RDPY) puis en Égypte. En Allemagne où il s’installa en 1971, il continua de militer dans le mouvement étudiant éthiopien tout en se gardant de prendre parti dans la division de celui-ci en deux principaux groupes clandestins antagonistes : le Mouvement socialiste panéthiopien, plus connu sous son acronyme amharique de Meison et le Parti révolutionnaire du peuple éthiopien (PRPE).

50À la date prévue pour le retour des cadres militaires envoyés en formation en Somalie et l’officialisation de l’organisation et de son programme, une première divergence apparut entre les jeunes de l’ex-Mouvement pour le regroupement des Afar (MRA) et Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ, son père, le sultan ᶜAli-Miraḥ et leur entourage. Les premiers entendaient commencer la lutte armée avant que la Junte ne renforce sa position et son emprise sur le pays alors que les seconds estimaient qu’elle devait intervenir en dernier recours, en cas d’échec d’une stratégie pacifique par le biais des démarches auprès du Derg. Ce à quoi s’employait activement Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ qui joua au cours de cette période un rôle clé.

51Il arriva à établir le contact avec le commandant Mengïstu Hayle Maryam à son bureau du quartier général de la quatrième division. Une connaissance faisant partie d’un groupe de civils qui conseillaient le Derg l’avait informé du fait que c’était lui le vrai chef de la Junte et il lui avait donné les coordonnées de son secrétaire.

  • 36 Entretien avec Ḥanfaré Ali-Miraḥ à Djibouti, 30 octobre 2010.

52À cette occasion, le chef du Derg qui, lui aussi, voulait entrer en contact avec le sultan ᶜAli-Miraḥ informa son interlocuteur de la bonne image dont le chef afar bénéficiait auprès de la Junte militaire après la découverte dans les documents saisis par la commission d’enquête d’un courrier dans lequel il informait le gouvernement avoir donné tout ce qu’il avait pour venir en aide aux victimes de la famine et demandait un prêt remboursable sur la vente de la récolte à venir. Il informa Ḥanfaré du souhait de la Junte de le faire venir à Addis Abäba pour profiter de ses conseils36. En réponse, ce dernier lui demanda de surseoir à cette idée parce que la population, qui avait eu vent des arrestations opérées par le Derg, ne le laisserait pas quitter la région.

53L’infléchissement de la position du Derg à l’égard de son père, l’amoyta ᶜAli-Miraḥ et ses contacts avec son chef permirent à Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ d’obtenir des premiers résultats par l’envoi dans l’Awsa en octobre 1974 d’une délégation composée des membres du gouvernement et du Derg officiellement avec un double objectif : d’une part mettre un terme aux suspicions infondées créées par des rumeurs distillées par certains individus de l’ancien régime et d’autre part expliquer aux Afar les buts et les objectifs du mot d’ordre « Éthiopie d’abord ! ».

54Il coïncidait avec la divulgation d’un rapport préliminaire de la commission sur la famine de 1973-74 dans le Wällo.

  • 37 Ḥanfaré Ali-Miraḥ s’était trompé sur le nom (Daniel) mais ses informations étaient justes sur sa p (...)
  • 38 Il avait occupé sous le régime de Hayle Sïllasé le poste du chef du département de la sécurité des (...)
  • 39 Celui-ci dont Ḥanfaré Ali-Miraḥ ne se rappelle pas le nom est identifié par Ababiya Abajobir et Ti (...)
  • 40 L’existence de cette collaboration est confirmée dans le passage suivant d’un télégramme diplomatiq (...)

55Ḥanfaré parvint, sur la base d’une confidence d’un ami, homme d’affaires, à tisser moyennant argent un nouveau réseau de renseignements dont les trois plus importants membres étaient le capitaine Mikaél Gebrenegus, un officier de Police et juriste d’origine érythréenne, président de la commission Justice du Derg37, le lieutenant-colonel Negussie Hayle, chef de la sécurité du Derg38 et un capitaine, directeur du cabinet de Mengïstu Hayle Maryam39. Il entretenait de très bonnes relations avec l’Ambassade des États-Unis en Éthiopie et échangeait les informations avec Bruce Rogers, le premier secrétaire qui était probablement le chef d’antenne de la Central Intelligence Agency (CIA), le service de renseignements40.

56En mars 1975, plus de huit mois après le premier contact avec le chef de la Junte militaire, Ḥanfaré dut quitter précipitamment Addis Abäba après avoir été informé par le lieutenant-colonel Negussie Hayle que Mengïstu avait donné l’ordre de le liquider le soir.

  • 41 Pour plus de détail, voir René Lefort, op. cit. : 143.

57À cette date, le chef de la Junte semble être venu à la conclusion que Ḥanfaré le menait en bateau. Il était informé de ses propos critiques à l’encontre du nouveau régime lors d’une rencontre probablement en février avec une délégation des zamatchs qui n’avaient pas pu quitter leurs casernements. Zamatchs est un terme amharique pour désigner les participants (étudiants et lycéens) à la campagne nationale de développement et d’alphabétisation par la coopération (zamatcha) lancée par le Derg le 21 décembre 1974, au lendemain de la proclamation du programme en dix points, la charte de la révolution appliquée jusqu’à l’apparition du programme de la révolution nationale démocratique (RND) en avril 1976. Les principaux buts et objectifs assignés aux zamatchs étaient les suivants : convaincre les populations des campagnes d’adhérer à la révolution, les alphabétiser, expliquer les buts et les objectifs de la réforme agraire, etc.41.

58Quelque 400 jeunes, pour la grande majorité des collégiens, avaient été envoyés dans l’Awsa. Ils n’avaient pas pu sortir de leurs casernements du fait de l’accueil hostile.

59Mengïstu ne pouvait pas ignorer ainsi les déplacements de Ḥanfaré à Mogadiscio et ses rencontres à ᶜAden avec les responsables des organisations érythréennes.

60Dès qu’il eut la nouvelle de sa fuite, il convoqua Aydaḥis et Ḥajji Ḥanfaré, respectivement le fils ainé du sultan et un membre de son proche entourage qui se trouvaient à Addis Abäba dans l’intention de rassurer le chef afar. Il les chargea de transmettre à ce dernier le message comme quoi il ne devait pas se laisser influencer par Ḥanfaré.

  • 42 Cette information est contredite par Taffara Deguefé pour ce qui concerne la date d’éxécution. Il a (...)

61Le lieutenant-colonel Negussie Hayle fut soupçonné d’avoir vendu la mèche à ce dernier qui n’était plus retourné à Addis Abäba. Il fut arrêté en avril 1975 avec vingt autres de ses pairs et exécuté sous l’accusation d’avoir voulu fomenter un coup d’État de droite42, lié à une opposition à la politique de la réforme foncière promulguée en mars (René Lefort, op. cit. : 210).

62Cette évolution rendait inévitable la confrontation, et le sultan chargea fin mars Ḥanfaré d’en informer le roi Faysal bin ᶜAbd al-ᶜAziz d’Arabie Saoudite et à cette occasion, ce dernier convint avec lui de solliciter une aide militaire de la Libye de Muᶜammar al-Kadhafi.

  • 43 Celui-ci avait perdu son poste ministériel lors du remaniement du 14 novembre 1974 mais ne restait (...)

63L’idée d’entreprendre une telle démarche auprès de cet État arabe renvoyait à l’écho favorable auprès de la communauté musulmane éthiopienne du discours de son ministre des Affaires étrangères Abu Zeyd ᶜAmor Durda43, en sa qualité du chef de la délégation de son pays au 10ème anniversaire et au sommet des chefs d’État et de Gouvernement de l’OUA de mai 1973. Ce dernier avait accusé l’Éthiopie d’opprimer ses citoyens musulmans et de s’opposer aux aspirations des peuples érythréen et somali.

64Par la voie de Djibouti, Ḥanfaré se rendit d’abord à ᶜAden, en République populaire et démocratique du Yémen en vue de récupérer son passeport somalien de l’ambassade de la RDS dans ce pays. Il apprit à son arrivée à ᶜAden le décès le 25 mars du roi Faysal. Il se rendit quand même en Arabie Saoudite pour présenter, au nom de son père, les condoléances aux enfants du défunt et leur transmettre par la même occasion le message du sultan. Il profita de ce séjour pour informer les responsables de la Ligue mondiale islamique de l’évolution de la situation. Cette institution avait été chargée par le défunt roi Faysal d’assurer le moment venu l’accueil et la prise en charge du séjour du monarque afar et de sa suite après que l’astucieux amoyta ait dépêché auprès de lui une délégation pour évoquer l’éventualité de son exil dans le royaume. Laquelle requête, qui avait donc reçu le feu vert du souverain saoudien, était intervenue après la radicalisation de la Junte militaire vers la fin de l’année 1974.

  • 44 Celui-ci a occupé par la suite plusieurs postes ministériels dont l’Agriculture, l’Économie, la Pri (...)

65Ḥanfaré se rendit ensuite à Rome, en Italie où il parvint à établir des contacts avec les autorités libyennes par le biais de leur ambassade. Comme la Libye avait un réel intérêt pour la région de la Corne de l’Afrique, il fut aussitôt convié à se rendre à Tripoli où dès son arrivée il s’entretint longuement avec l’ex-ministre des Affaires étrangères Abu Zeyd ᶜAmor Durda44 puis par son intermédiaire obtint un rendez-vous avec le guide de la révolution libyenne Muᶜammar al-Kadhafi qu’il rencontra sous une tente, en dehors de la capitale. Il obtint de ce dernier une promesse d’aide militaire et convint avec lui de sa livraison à Hargeysa, dans le nord de la Somalie.

66Cette évolution coïncidait avec l’arrivée de Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass au Caire où se trouvaient certains responsables du MNLA tels Mussa Moḥamed Abubaker et Ismaᶜil Seyyid Aḥmed. Il venait de la Somalie où les jeunes cadres militaires, ayant achevé leur formation, attendaient du gouvernement somalien des armes et leur rapatriement. Le pays hôte manifestait une réticence à répondre à ces demandes. Maḥammôda avait été envoyé pour préparer le terrain avec d’autres responsables. Retenu environ une semaine à Mogadiscio par les responsables de la sécurité somalienne sans que ses amis le sachent, sous prétexte du manque de moyens financiers pour prendre en charge son déplacement, celui-ci était arrivé à s’en procurer par le biais de Djibouti. Mise devant le fait accompli, la sécurité somalienne ne s’était pas opposée à son voyage.

67Une première réunion des responsables du MNLA fut aussitôt programmée dans la capitale égyptienne pour préparer le terrain dans la perspective du retour des cadres militaires de la Somalie et le lancement de la guérilla contre la Junte militaire. Les deux principaux responsables du comité d’études, Yussuf Yasin Maḥammôda et Gemaluddin Ḥussein devaient venir d’Allemagne. Le premier se rendit directement au Caire alors que le second passa par Tripoli (Libye) où il retrouva shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa. Là, il convainquit un ancien cadre militaire dissident du FLE puis des FPL, Ismaᶜil Moḥamed Ismaᶜil dit ᶜAsa Ismaᶜil de regagner l’Awsa en vue de préparer le lancement de la guérilla. Ce dernier venait tout juste d’arriver dans ce pays pour reprendre ses études. De Tripoli, Gemaluddin Ḥussein se rendit au Caire sans shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa, pris par les examens.

  • 45 Chef de la marine du FLE-CR, coopté en 1973 membre de son Conseil révolutionnaire où il a été recon (...)
  • 46 Fils de l’ancien sultan Moḥamed Aḥaw (1930 à 2001) de Biḍu, une entité politique à cheval sur l’Éth (...)

68À cette occasion, ceux-ci firent un bilan de la situation dont il ressortait les réticences manifestées par la Somalie et une première divergence apparue avec Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ et sa famille concernant l’opportunité du lancement de la guérilla. Dans ce contexte, ils se mirent d’accord sur la nécessité d’assurer les arrières, surtout de conjurer la menace d’avoir à l’Est les rebelles érythréens dans leur dos et de se trouver ainsi pris en sandwich entre ceux-ci et les forces éthiopiennes. À cette fin, ils convinrent de chercher à obtenir la bienveillance des premiers, surtout ceux du FLECR, présents dans la Dankalie méridionale par l’intermédiaire de leurs responsables d’origine afar tels Moḥamed Abubaker Ibrahim dit Lumumba, ᶜAli Moḥamed Ibrahim, ᶜAli Moḥamed Isḥak45 et Aḥmed Moḥamed Aḥaw46. Ils planifièrent de discuter par le truchement de ces derniers avec les autres dirigeants érythréens afin de rassurer ceux-ci, en indiquant que la lutte des Afar n’était pas dirigée contre leur cause, et finalement de solliciter leur solidarité contre un ennemi commun.

69Le document des directives générales de l’organisation était silencieux sur la question érythréenne. Il fut convenu d’y introduire entre autres un passage réaffirmant le soutien du MNLA au peuple érythréen dans sa lutte contre le gouvernement éthiopien en vue de l’indépendance nationale. Il fut décidé l’envoi de deux délégations auprès des organisations érythréennes.

  • 47 L’un des sept fondateurs du MLE en 1958 et son président, il avait rejoint les FPL peu après sa cré (...)

70Gemaluddin Ḥussein se déplaça à Beyrouth (Liban) pour discuter avec les responsables de la mission extérieure des Forces populaires de libération de l’Érythrée (FPLE). En l’absence de ᶜOsman Saleḥ Sabbé, il rencontra entre autres Moḥamed Saᶜïd Nawid47, le responsable du bureau d’information.

  • 48 Entretiens à Addis Abäba avec Maḥammôda Aḥmed Gaass, 26 novembre 2009 et Aḥmed Moḥamed Nasser, 25  (...)

71Une seconde délégation de trois membres, comprenant Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass, Yussuf Yasin Maḥammôda et Ismaᶜil Seyyid Aḥmed, se rendit à Khartoum (Soudan). Un important cadre d’origine afar du FLECR, Moḥamed Abubaker Ibrahim dit Lumumba, qui se trouvait au Caire, se déplaça en leur compagnie afin de les introduire auprès des responsables de cette organisation. La rencontre eut lieu avec une vingtaine d’entre eux présents en ce moment dans la capitale soudanaise dont Aḥmed Moḥamed Nasser qui présidera un mois après l’organisation et ᶜAbdallah Idriss, le puissant chef du comité militaire48.

72Les trois responsables du MNLA décrivirent la situation des Afar en Éthiopie, présentèrent leur organisation et son programme politique provisoire dont une copie leur fut remise, tout en mettant en relief leur position par rapport à la question érythréenne. Ils informèrent leurs interlocuteurs de leur intention de lancer la guérilla et firent part du désir de leur organisation d’établir des bonnes relations avec le FLE-CR et de bénéficier de son soutien. La partie érythréenne, tout en affirmant partager leur analyse sur la situation des Afar en Éthiopie, assura la délégation que le FLE les aiderait dans tous les domaines et dans la mesure de ses capacités. Elle s’engagea à les introduire auprès des États avec lesquels leur organisation entretenait des bonnes relations. Cependant elle souleva deux remarques.

73La première concernait le rôle des Afar érythréens dans le MNLA. Elle formula son souhait que ceux-ci rejoignent l’organisation comme cadres délégués par les mouvements de libération érythréens. Rappelant à ses interlocuteurs qu’ils étaient avant tout des Érythréens, d’origine et de naissance, elle fit part de sa préférence pour qu’ils ne soient pas à la tête de cette organisation.

  • 49 Entretien avec Maḥammôda Aḥmed Gaass, Addis Abäba, 26 novembre 2009.
  • 50 Aḥmed Moḥamed Nasser, courrier électronique, 25 avril 2010, communication personnelle.

74La seconde remarque de la partie érythréenne portait sur la dénomination de l’organisation. Tout en rappelant que les Afar se trouvaient également en Érythrée et en TFAI, elle suggéra de spécifier dans la dénomination qu’il s’agissait d’une organisation des Afar d’Éthiopie. En réponse, selon le témoignage oral de Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass, les trois responsables du MNLA insistèrent sur le fait que leur engagement à la tête de cette organisation était de type internationaliste, citant à l’appui l’exemple d’Ernesto Che Guevera à Cuba et ailleurs et de Frantz Fanon en Algérie49. Ils ajoutèrent que la lutte projetée en Éthiopie devait être perçue comme une extension de celle menée en Érythrée. Ils mirent également l’accent sur l’importance de la confiance réciproque entre les deux organisations. Ils rejetèrent vigoureusement la suggestion concernant la dénomination de l’organisation, tout en soulignant que leurs positions concernant l’Érythrée et le TFAI, formulées clairement dans le programme, étaient suffisantes pour dissiper toute arrière-pensée. Aḥmed Moḥamed Nasser se rappelle avoir conseillé aux membres de la délégation le respect du sultan ᶜAli-Miraḥ, indépendamment de leurs analyses et positions, de sorte que cela puisse éviter tout conflit ou malentendu prématuré50.

75Après des discussions houleuses, la partie érythréenne finit par adopter une attitude plus diplomatique. Tout en affirmant qu’elle allait les juger en acte, elle assura les membres de la délégation qu’elle ne ménagerait pas ses efforts pour concrétiser ses promesses.

76Le projet de programme du MNLA fut publié dans le courant du même mois d’avril à Beyrouth dans un journal du mouvement palestinien Fataḥ. Par qui la rédaction de ce journal en avait reçu une copie ? Les responsables de l’ex-MNLA ne semblent pas en avoir une idée précise. La grande majorité d’entre eux soupçonnent le FLE. En rendant public le programme avant qu’il ne soit discuté, ils estiment que la démarche de cette organisation visait à provoquer une division entre les jeunes et Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ et sa famille.

  • 51 Courrier électronique, 15 décembre 2009, communication personnelle.

77Pour Yussuf Yasin Maḥammôda, il pourrait s’agir d’une initiative de Tesfaye Tadesse, un représentant du Meison au Moyen-Orient51. Celui-ci vivait à Beyrouth et avait de très bonnes relations avec les organisations progressistes palestiniennes. Il peut avoir obtenu une copie du programme du FLE qui était très proche de son organisation. Il s’agissait pour le Meison de gêner sa rivale, le PRPE qui s’apprêtait à lancer une guérilla. Il avait déjà apporté son soutien aux Oromo du Front national de libération de l’Éthiopie (FNLE) du shaykh Ḥussein Sura (Holcomb & Sisai Ibssa, 1990 : 326 ; Kiflu T., 1993 : 81-82).

Les rapports entre le régime du Derg et les Afar au cours de la première année de la révolution

Le Derg : sa composition, son programme et ses premières mesures

  • 52 J’utilise « Junte militaire, CMAP et Derg » comme synonymes, désignant le gouvernement militaire qu (...)
  • 53 Le chiffre de 126 membres a été par la suite avancé (René Lefort, 1981 : 98). Les auteurs des récen (...)

78La Junte militaire52, qui a pris les commandes du pays sous la dénomination du Derg, n’était pas celle d’une élite militaire comme c’était généralement le cas dans les coups d’État ordinaires du Tiers-monde. Autre différence : sa composition complète comme le nombre exact de ses membres resta longtemps secrète53. Il semble cependant que ces derniers se répartissaient, grosso modo, à part égale entre les officiers, de rang inférieur au lieutenant-colonel, les sous-officiers et les hommes du rang, élus démocratiquement par leurs unités. Certains auteurs contestent ce dernier point sans pour autant apporter la preuve du contraire.

79Le Derg n’entra pas en scène avec un programme bien déterminé. Il a fallu attendre le 20 décembre 1974, date à laquelle il proclama le programme en dix points, lequel fit office de charte de la révolution jusqu’à la promulgation du programme de la révolution nationale démocratique en avril 1976. Ce programme annonçait les buts de la révolution pour lesquels un mot nouveau fut inventé en amharique pour « socialisme »: hebrettesebawinet ; et pas n’importe lequel puisqu’il était vite précisé « spécifiquement éthiopien » qu’il faut entendre « spécifiquement abyssin » avec un contenu national. Il s’articulait autour de la préservation de l’unité de l’Éthiopie, la reconnaissance et la promotion de l’égalité de chances de toutes les nationalités du pays et le contrôle total de l’économie par l’État. Le décret sur l'égalité religieuse et la séparation de l'église et de l’État du 23 décembre 1974 entrait dans la droite ligne de ce programme. Et du coup, il donna lieu à la reconnaissance officielle de l’islam et de ses trois fêtes comme fêtes nationales : la commémoration de l’anniversaire de la naissance du prophète (Mawlid al-Nabi), la fête de la rupture du mois du jeûne (ᶜÏd al-Fitr) et la fête du sacrifice (ᶜÏd al-Adḥa). Par cette mesure, le régime cherchait à faire acte symboliquement de reconnaissance de la diversité culturelle de l’Éthiopie. Il corrigeait l'inégalité religieuse qui avait été en vigueur sous le régime impérial.

  • 54 Cf. Extrait du discours du commandant Mengïstu Hayle Maryam prononcé à l’occasion de la rencontre a (...)

80Pour ce qui pouvait concerner les Afar, les membres de la Junte militaire, surtout de par leur éducation et leurs origines ethniques et sociales, considéraient le mode de vie des pasteurs comme arriéré. Ils percevaient les éleveurs afar en perpétuel déplacement à la recherche des pâturages et de l’eau. Pour eux, la solution pour amener ces compatriotes défavorisés sur la voie du progrès passait par la sédentarisation54. Celle-ci pouvait avoir un autre avantage : constituer un moyen efficace de contrôle de cette ethnie d’une région frontalière dont l’intégration nationale était aléatoire.

81À l’instar de la plupart des peuples dominés, avec la Révolution, les Afar recouvrèrent l’usage officiel de leur nom. Ils étaient désignés jusque-là sous la dénomination Adal dont l’usage n’était pas anodin sous l’Ancien régime : perpétuer dans la mémoire collective des populations des hautes terres chrétiennes une animosité historique à leur encontre. Cependant, selon Berhanou Abebe, en dépit « des atrocités d’une guerre longue et meurtrière », celles-ci « continuent de donner à leurs enfants le prénom d’Adal qui sous-entend une nuance d’héroïsme et de bravoure chevaleresque » (Berhanou Abebe, 1998 : 50).

82Cette ambivalence et la faible intégration des Afar à l’État éthiopien peuvent être avancées comme l’une des explications du fait que la décision du Derg n’avait pas eu la même signification pour eux que pour les Oromo :

  • 55 [The official recognition of the Oromo as a nation had a far reaching significance in its contribut (...)

La reconnaissance officielle des Oromo comme une nation a eu une signification de grande envergure dans sa contribution vers le renforcement de la conscience ethnique oromo […]. Le rétablissement de leur nom collectif (c’est-à-dire l'identité collective) a provoqué un nouveau dynamisme dans l’auto-perception des Oromo. Ceci a été complété par la reconnaissance officielle du droit des Oromo à leur langue55 (Mekuria Bulcha, 1997 : 18).

83Une autre mesure du Derg annoncée dans la proclamation n° 1 du 22 septembre 1974 porta sur la création d’un Conseil consultatif, Yememakert Shengo en amharique. Il avait pour fonction d’éclairer la Junte militaire et le peuple éthiopien sur :

84- le choix du type de gouvernement souhaité ;

85- le projet de constitution conformément à la philosophie Ethiopia Tikdem (Éthiopie d’abord) ;

86- la réforme du système politique, économique et social du pays, basée sur les études.

  • 56 Cousin germain de Ali Seyyid Abdallah qui était à l’époque chef de la sécurité des FPLE, il occup (...)

87Le Conseil consultatif fut formé de cinquante-deux membres issus des différentes institutions par le biais de l’élection, conformément à une répartition de sièges établie d’avance par le CMAP. Par exemple, deux de ses membres provenaient des institutions religieuses représentant les chrétiens et les musulmans. Aḥmed Seyyid ᶜAli56 fut élu pour représenter les seconds par le Comité provisoire pour la bonne observation du mois béni de Ramadan, établi à Addis Abäba dans le courant de ce mois de septembre et présidé par Saleḥ ᶜAbdulkadir Kebiré. Ce dernier n’était autre que le fils de l’indépendantiste érythréen, ᶜAbdulkadir Kebiré.

  • 57 Une maison de commerce et agence des compagnies d’assurance et des compagnies de voyage fondée au d (...)

88Afar, natif de Masawaᶜ, Aḥmed Seyyid ᶜAli avait été formé à l’université d’Addis Abäba et aux États Unis. Il avait travaillé successivement à Besse & Cie57, au ministère de l’Information et à l’Awash Valley Authority (AVA). La petite frange des élites afar avait accueilli comme un bon signe son élection, même si elle n’avait rien à voir avec son origine ethnique.

Les rapports entre le Derg et l’amoyta ᶜAli-Miraḥ et leur évolution

  • 58 Le nom du grand-père paternel de l’ancien Chef de l’État est mentionné pour la première fois dans l (...)

89La Junte militaire était traversée par des rivalités que les observateurs avertis estiment d’ordre plus individuel ou groupusculaire que politique. Bien que ses principales figures sortent petit à petit de l’anonymat, elle n’avait donc pas encore au début un chef ayant les coudées franches, comme ce fut le cas de Mengïstu Hayle Maryam Wolde58 à partir du 3 février 1977. Cette date renvoie à l’élimination des dirigeants de l’aile dite « nationaliste » du Derg par opposition à l’autre aile dite « marxiste ». Il s’agissait du brigadier-général Teferi Banti, chef de l’État et président du Derg, du capitaine Alemayehu Hayle, secrétaire général du Derg, du capitaine Mogus Wolde Mikaél, président de la Commission des affaires politiques et étrangères, du lieutenant-colonel Asrat Desta, président de la Commission des relations publiques et information, du lieutenant-colonel Hiruy Hayle Sïllasé, chef du département de la sécurité du Derg, du capitaine Tefera Deneke et du caporal Hayle Belay.

90Par conséquent, au début de la révolution, le Conseil militaire administratif provisoire (CMAP) était divisé quant à la position à adopter vis-à-vis de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ Ḥanfaré. L’ambivalence de la personnalité de ce dernier compliquait les choses. D’une part, il disposait auprès de son peuple d’une légitimité traditionnelle, à la fois politique et religieuse, indépendante de celle de l’empereur déchu et vieille de plus de deux siècles (Cf. Aramis Houmed Soulé, 2011). Il avait été le défenseur de sa communauté et de ses terres fertiles de la vallée de l’Awash contre la famille royale, les membres de la noblesse et les multinationales associées à eux.

  • 59 Cf. http://www.angelfire.com/ny/ethiocrown/Titles.htlm.

91D’autre part, le monarque afar était un ancien collaborateur du roi des rois Hayle Sïllasé auquel ce dernier avait conféré le titre de bitwodded (« grand officier de l’État »). Sous l’ancien régime, il avait été l’une de deux personnalités récipiendaires de ce titre avec Asfaha Woldemikaél, le dernier président du gouvernement érythréen sous la fédération et la première issue des périphéries de l’empire59. C’était un landlord (« propriétaire terrien »), à la manière déconsidérée dans cette Éthiopie révolutionnaire, à l’égal, pour un observateur extérieur non averti, des plus importants landlords exécutés ou emprisonnés par le nouveau régime pour leur rôle supposé dans le maintien de l’Éthiopie dans l’appauvrissement et la misère. En effet, ce monarque contrôlait directement ou par l’intermédiaire de son entourage ou de ses tenanciers quelque 20 000 hectares de terre arable (Cossins, 1973 : 34 ; Harbeson, 1978 : 484). La nouvelle classe d’entrepreneurs agricoles afar, constituée sous sa férule à partir des années soixante, était alors perçue comme formant un des groupes les plus riches de toute l'Éthiopie (Lefort, 1981 : 160).

92Cependant, les gains générés pour le sultan ᶜAli-Miraḥ et les entrepreneurs agricoles afar par leur entrée dans l’agriculture commerciale n’étaient pas aussi importants qu’on le pensait. Leur surestimation était due au fait qu’ils étaient calculés sur la base du nombre de tonnes du coton vendues, sans tenir compte par exemple de l’emprunt à court terme des financements et au taux de 12 %, du paiement de l’intégrité des droits de douane sur les importations des engrais, des machines agricoles et de la taxe du carburant. Il faut rappeler ici que les investisseurs étrangers et éthiopiens, originaires des hautes terres, bénéficiaient de nombreuses facilités telles que les prêts à long terme et au taux de 2 %, la détaxe du carburant, la réduction des droits de douane sur les engrais et les machines agricoles importés et un code des investissements particulièrement avantageux pour le rapatriement des bénéfices des capitaux étrangers.

93Les rumeurs ne manquaient pas sur le compte du chef afar jugé peu scrupuleux par certains au point « d’avoir prélevé sa dîme sur le secours aux victimes de la famine qui décima plus d’un cinquième des Afar » (Lefort, 1981 : 160).

94Cette accusation non fondée, comme tant d’autres, était véhiculée par les fonctionnaires originaires des hautes terres chrétiennes pour qui la réussite du sultan et de son association des entrepreneurs agricoles d’Awsa suscitait envie et jalousie.

95De ce fait, le nom du sultan figurait sur la liste des dignitaires de l’ancien régime sur le compte desquels le Derg demanda, avant même de prendre officiellement les commandes du pays, une enquête confiée à une commission instituée à cet effet. Cependant, celle-ci eut du mal à croire à sa trouvaille le concernant. L’amoyta ne possédait pas des biens immobiliers, à part une modeste villa dans le quartier populaire d’Abwaré à Addis Abäba.

  • 60 Entretien avec sultan Ali-Miraḥ. Addis Abäba, 10 septembre 2005.

96Ses comptes auprès de la Banque commerciale et de la Banque du développement agricole étaient dans le rouge : 17 millions de dollars. Elle s’informa auprès de qui elle estimait trouver des clarifications dont le directeur général de la Banque d’Addis Abäba, Debebe Habte Yohannes pour ce qui concernait les relations du sultan ᶜAli-Miraḥ avec les institutions financières (Aramis Houmed Soulé, 2011 : 78). Le banquier affirmera par la suite au sultan ᶜAli-Miraḥ avoir expliqué aux membres de la commission qu’il contractait des prêts, lesquels étaient ensuite distribués aux agriculteurs d’Awsa par son cabinet de l’Agro-business, et le remboursement s’effectuait dans le sens inverse par le biais du même canal. La somme de 17 millions de dollars de débit de ses comptes représentait des reliquats des prêts contractés et non remboursés dans l’intégralité, en raison de la mévente des récoltes du coton consécutive aux événements dans le pays60. La commission mit la main sur une lettre du chef afar adressée au gouvernement par le biais du ministère de l’Intérieur et dans laquelle il l’informait avoir épuisé ses ressources financières pour venir en aide aux victimes de la famine et demandait un prêt à rembourser sur vente de la prochaine récolte. Ladite lettre fut utilisée comme preuve dans une campagne de presse contre le gouvernement Aklilu Habte Wold.

  • 61 [The New Military Government had received a number of unfavourable reports about Bitwoded Ali Mirah (...)

97Les conclusions de cette enquête contribuèrent donc à adoucir l’attitude du Derg à l’égard du sultan ᶜAli-Miraḥ, comme le reconnut publiquement, en son nom, un de ses membres en octobre 1974. Celui-ci dont le propos fut rapporté par le quotidien The Ethiopian Herald avait révélé que le nouveau gouvernement militaire avait reçu un certain nombre de rapports défavorables au sujet de Bitwoded Ali Mirah mais après une évaluation minutieuse, il a été établi qu’il n’y a pas l’ombre d’un doute que ces rapports étaient infondés61 » (The Ethiopian Herald, 23 octobre 1974 : 2).

98Par ailleurs, ᶜAli-Miraḥ disposait d’une armée et d’une autonomie d’administration dans sa région ; privilèges que ces militaires, qui accordaient dans leur politique une place importante à la centralisation et à l’intégration nationale des peuples des périphéries des hautes terres chrétiennes, centre du pouvoir, ne pouvaient accepter.

99Cependant, les chefs de la Junte privilégièrent une entente avec ᶜAli-Miraḥ. Ils furent contraints de tenir compte dans leur attitude envers le monarque afar des enjeux à la fois géopolitiques et économiques.

  • 62 Les 362 des 861 km de cette route qui traversent l’Awsa étaient considérés comme les plus sensibles (...)

100Les enjeux géopolitiques d’abord. Le territoire du sultanat d’Awsa occupait une position stratégique. D’abord, par le fait qu’il était traversé par l’axe routier ᶜAsab-Addis Abäba62. Ensuite, par son voisinage avec la partie méridionale de la province rebelle de l’Érythrée où se situait le port de ᶜAsab et avec la colonie française de Djibouti, laquelle s’acheminait vers l’indépendance.

101Au moment où les rebelles indépendantistes érythréens enregistraient une percée en direction de la région méridionale de la Dankalie, le Derg était inquiet des menaces que ceux-ci faisaient peser sur ses voies de ravitaillement. Il portait au crédit du sultan ᶜAli-Miraḥ le fait d’avoir jusqu’ici préservé l’axe vital Addis Abäba-ᶜAsab de leurs actions de sabotage et il entendait voir celui-ci continuer à agir dans le même sens. Par rapport à la colonie française, le Derg n’ignorait pas l’influence que ce monarque exerçait sur la composante afar de sa population dont une partie constituait traditionnellement ses sujets qu’il administrait par-delà la frontière. Et lui-même ne manquait pas une occasion pour le rappeler à l’administration éthiopienne comme en témoignent les propos suivants rapportés par une équipe de consultants venus évaluer en 1974 le programme de sédentarisation de l’AVA :

  • 63 [We live along the frontier of the French occupied territory. Our people on the other side of the b (...)

Nous vivons le long de la frontière du Territoire occupé par la France. Notre peuple de l’autre côté de la frontière attend de nous avec impatience conseil et encadrement63 (Asmeron Legesse et al., 1974 : 37).

102Afin de contrer la Somalie qui soutenait les Issa pour avancer ses revendications sur Djibouti, les nouveaux dirigeants éthiopiens cherchaient à se concilier les Afar pour préserver les intérêts de leur pays. Ils entendaient utiliser les services du sultan ᶜAli-Miraḥ dans ce sens.

103Les enjeux économiques ensuite. Le sultanat d’Awsa, traversé par la rivière Awash possédait des potentialités agricoles importantes que le Derg entendait mettre en valeur. Il héritait de l’ancien régime une situation ambiguë dans cette région de la basse vallée de l’Awash avec des activités dans le secteur de l’agriculture commerciale dont le sultan était partie prenante. Ses propres activités avaient été tolérées pour des raisons politiques mais non légalisées. Le Derg n’entendait pas continuer à adopter la même attitude à son égard. Il le considérait comme un membre de l’ancienne aristocratie terrienne qui s’était accaparé de vastes surfaces de terre aux dépens de ses administrés. Pour la Junte militaire, il devait être dépossédé comme l’ont été ses pairs, originaires des hautes terres.

104Par conséquent, si le Derg était disposé à composer avec ᶜAli-Miraḥ en le transformant en gouverneur moderne de l’Awsa au lieu de chef féodal, il ne pouvait l’exempter de l’application de la réforme foncière sous peine de se renier. Comme nous le verrons plus loin, c’est sur ce point que ses dirigeants semblent avoir cédé à la pression de la grande majorité de la Junte, des soldats et des sous-officiers, lesquels n’avaient pas idée des enjeux susmentionnés.

105Pour sa part, le sultan ᶜAli-Miraḥ fit de son mieux pour démontrer aux nouvelles autorités l’importance de son pouvoir vis-à-vis des communautés afar ou ses soucis pour le bien-être de ces dernières en particulier et des Éthiopiens en général. Par exemple, il fit un don de 100 000 dollars éthiopiens aux victimes de la famine au Wällo. Il s’agissait là d’une des plus importantes contributions privées. Par comparaison, le comité des musulmans éthiopiens mis en place en décembre 1974 avait contribué pour un montant de 200 000 dollars, et le montant individuel le plus élevé, donné à cette occasion, était de 10 000 dollars (Hussein Ahmed, 1994 : 787).

  • 64 Fête musulmane marquant la rupture du jeûne du Ramadan.

106Cette donation fut suivie de l’organisation en octobre 1974 à Aysaᶜeyta d’une manifestation de soutien au nouveau régime. Laquelle manifestation fut organisée à l’occasion de la fête de la ᶜÏd al-Fitr64 et avait vu la participation d’une délégation comprenant des représentants du Derg et du gouvernement. Prenant la parole à cette occasion, l’amoyta ᶜAli-Miraḥ promit un appui inconditionnel au nouveau régime et, en retour, il fut félicité par un membre du Derg qui le présenta comme l’un des dirigeants régionaux ayant toujours fait ce qu’ils pouvaient pour ses compatriotes (The Ethiopian Herald, 23 octobre 1974 : 1-2).

  • 65 Ils avaient été arrêtés en avril 1944 en même temps que deux autres frères, Aydaḥis et Ḥanfaré, jet (...)

107Un positionnement stratégique dont aucun des protagonistes n’était dupe. En effet, les paroles élogieuses du Derg ne rassuraient pas ᶜAli-Miraḥ. Outre l’idéologie professée par les tombeurs de Hayle Sïllasé qui le perturbait, ses inquiétudes étaient justifiées par des considérations d’ordre interne au sultanat : la présence aux côtés du Derg des fils de l’amoyta Moḥamed Yayyo, son prédécesseur : Yayyo, ᶜAlo, ᶜAli-Miraḥ et Ḥabib. Les trois premiers ont recouvré leur liberté avec la révolution, à l’issue de 31 ans de résidence surveillée à Addis Abäba65. Ḥabib, le benjamin, avait échappé en avril 1944 au coup de filet consécutif au renversement de son père, en raison de son jeune âge. Il faisait partie de la nouvelle classe d’entrepreneurs agricoles d’Awsa.

  • 66 Yayyo le Noir.
  • 67 Entretien à Samra, 15 juillet 2005.

108Parmi les héritiers de l’ancien amoyta, on notait deux attitudes. Tandis que Data Yayyo66, l’aîné, ne cachait pas son intention de recouvrer le pouvoir perdu par sa famille, Ḥabib manifestait plus de modération. Ayant milité dans le mouvement étudiant éthiopien, il avait une idée beaucoup plus claire du changement en cours. Il effectua des va et vient entre Aysaᶜeyta et Addis Abäba afin de réconcilier ses frères et son cousin ᶜAli-Miraḥ. Son objectif était de prévenir ainsi une lutte fratricide qu’il savait inutile, bien conscient du fait que l’armée ne tolérerait pas la pérennisation des fiefs sur lesquels s’appuyait le pouvoir de Hayle Sïllasé. Au final, Ḥabib Moḥamed Yayyo se rangea du côté de ses frères. Il explique l’échec de sa démarche par l’arrogance de Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ, son petit-cousin67.

109Sur le plan économique et social, comme nous avons vu dans le chapitre précédent, la question de la propriété de la terre constituait la principale cause de conflits entre les pasteurs afar et l’État éthiopien. L’extension de l’agriculture irriguée dans la vallée de l’Awash à partir des années soixante et sa mise en valeur s’opéraient dans l’ignorance totale de l’existence des premiers.

  • 68 Proclamation n° 31/1975, publiée dans le Negarit Gazeta, An 34, n° 26, voir en particulier l’articl (...)

110La réponse des autorités révolutionnaires à la question foncière fut l’institution de propriété publique de la terre, conformément à la proclamation de la réforme agraire du 4 mars 1975 :
« Toutes les terres rurales deviennent les propriétés collectives du peuple éthiopien68. »

  • 69 Ibidem.

111Cette réforme reconnaissait aux pasteurs transhumants des « “droits possessoires” sur les terres qu’ils utilisent traditionnellement pour le pâturage ou toute autre activité liée à l’agriculture69 ».

112Selon certains auteurs (Harbeson, 1975 : 83 ; Maknun Gamaladin, 1992 : 181), la proclamation pouvait paraître leur accorder un degré de « sécurité foncière » inconnu sous le régime impérial qui les maintenait dans un statut précaire de tenanciers soumis au bon vouloir du gouvernement. Cependant, le système de propriété communale ou clanique des éleveurs n’étant pas reconnu, les droits d’usufruit ne leur procuraient que peu de sécurité face aux décisions de celui-ci tendant à de nouveaux empiètements sur leurs terres de pâturages.

113Ainsi, les Afar avaient une perception négative de la proclamation instituant la nationalisation du sol, car ils ne reconnaissaient pas les prétentions de la couronne sur leurs terres. Le remplacement de la dénomination de « la couronne » par « le peuple éthiopien » avait non seulement une portée amoindrie, mais elle perpétuait des droits perçus comme sans fondement et constituait toujours une menace. Contrairement aux terres du Sud où les droits fonciers reposaient sur les conquêtes de Ménélik II (Gascon, 2006), on ne pouvait pas en dire autant du pays Afar, lequel n’avait pas été conquis mais simplement soumis à l’empire éthiopien et inclus dans les cartes de l’Éthiopie au tournant du xixe et au tout début du xxe siècle. Le fait tributaire et le système de l’Indirect Rule impliquaient que, pour les Afar, il n’y a pas eu une traduction de cette souveraineté dans la réalité durant plus d’un demi-siècle et ils continuaient à percevoir les Ḥabasha non pas comme des compatriotes mais des voisins des hauts plateaux (Fontrier, 2000 : 121). En définitive, la décision de la nationalisation de toutes les terres rurales ne pouvait qu’envenimer les relations des Afar avec le nouveau régime.

114Les premiers d’entre eux qui allaient être touchés par l’application de cette réforme agraire étaient ceux d’Awsa. Les auteurs du projet de la réforme agraire comme la Junte au pouvoir ignoraient l’existence d’une paysannerie traditionnelle dans le delta intérieur de cette région. Celle-ci exploitait des petits lopins de terres depuis le Moyen Âge. Ici, le système de tenure foncière était familial, et la concession était mesurée à la corde d’arpentage, sifir en afar. Cette paysannerie avoisinait dans le Kalo une nouvelle classe d’entrepreneurs agricoles d’origine pastorale, laquelle a émergé dans les années soixante sous la houlette du sultan ᶜAli-Miraḥ. Elle opérait sur des vastes surfaces et avait recours à une main-d’œuvre, originaire des hautes terres de l’Éthiopie. L’application du principe « la terre à celui qui la cultive » impliquait l’impossibilité de louer les services de quiconque pour cultiver sa terre.

115Cependant, si le Derg retardait la mise en œuvre de la réforme foncière dans l’Awsa, ce n’était pas parce qu’il avait conscience de la réaction populaire négative qu’elle pourrait susciter, mais plutôt par souci de ménager l’amoyta ᶜAli-Miraḥ, grand propriétaire terrien, et de prendre le temps de le convaincre de la nécessité de transformer ses vastes propriétés en coopératives de paysans afar.

116Le Derg se trouva confronté à la pression des zamatchs et des officiels du ministère de la Réforme agraire. En avril 1975, ceux-ci recrutèrent dans la moyenne vallée de l’Awash ce qu’ils appelèrent « les Afar sans terre ». Ils les envoyèrent en délégation à Addis Abäba afin de demander la restitution des terres de pâturages qui leur ont été prises par les plantations agricoles, soutenues par l’État. Mis au pied de mur, le Derg adressa à l’amoyta ᶜAli-Miraḥ une invitation à venir dans la capitale pour parler de la situation des Afar. Cette invitation, disait le Derg, avait deux buts : l’amoyta pourra s’informer sur les objectifs du mouvement populaire éthiopien – dénomination sous laquelle était désigné le processus révolutionnaire – et le gouvernement pourra profiter de ses expériences (Aramis Houmed Soulé, 2011 : 153-154). Elle lui fut transmise par une mission dirigée par Ababiya Abajobir et comprenant le commandant Wondirad Beyene, le commandant Moḥamed Yasin Maḥammôda et Aydaḥis ᶜAli-Miraḥ, le filsaîné du sultan.

  • 70 Il fut nommé juge à la cour suprême. Arrêté par la suite, il purgea une dizaine d’années en prison. (...)
  • 71 Entretien avec Ababiya Abajobir à Addis Abeba le 15 septembre 2011.

117Ababiya Abajobir était l’arrière-petit-fils d’Abajiffar II, ancien sultan oromo de Jimma de 1875 à 1934. Activiste étudiant et militant de la cause oromo sous le régime d’Hayle Sïllasé, il venait juste d’être relevé de la fonction d’administrateur en chef de la Région administrative de Kaffa à laquelle il avait été nommé le 14 mars 1975 sous le soupçon de réveiller le « séparatisme » oromo70. Les observateurs avaient perçu derrière sa nomination intervenue dix jours après la proclamation de la réforme agraire, l’intention du Derg d’obtenir le ralliement des Oromo de cette région. Pour atténuer les mécontentements que cette décision a suscités, un poste d’ambassadeur en République populaire de Chine lui avait été promis71.

118La désignation à la tête de cette délégation d’Ababiya, membre d’une ancienne dynastie régionale de la périphérie de l’empire et l’inclusion en son sein d’Aydaḥis ᶜAli-Miraḥ semblent être destinées à rassurer le monarque afar sur les intentions du Derg à son égard.

119Le choix de deux autres membres confortent cette idée. En effet, le commandant Wondirad était une figure familière du sultan en sa qualité d’administrateur en chef de l’awrajja d’Awsa. Le commandant Moḥamed Yasin, un Afar, était l’administrateur en chef de l’awrajja de ᶜAsab depuis le 19 février 1975 après avoir été sous l’ancien régime son gouverneur adjoint. Il était le fils de Yasin Maḥammôda Gumḥed, de son vivant un chef traditionnel très respecté, homme politique et érudit considéré aujourd’hui comme l’un des précurseurs du nationalisme afar moderne en Éthiopie. Avec son frère, le commander Mussa de l’ex-Marine royale, il était l'un des deux seuls officiers afar de l’armée éthiopienne. Le troisième officier d’origine afar mais amharisé et christianisé, le général de brigade Lulu Ingridda, ex-commandant du Palais, Division transport et chariot, également chauffeur de l’empereur, avait été arrêté le 6 octobre 1974 et emprisonné. Son père Ingridda Yussuf, originaire de la région d’Obock, dans le nord de la République de Djibouti, avait été employé à la légation de la France à Addis Abäba. Ancien élève de l’école des franciscains d’Obock, il avait travaillé à Djibouti lors du transfert de l’administration avec le premier gouverneur de la Colonie, Léonce Lagarde et avait suivi ce dernier après sa nomination comme ministre plénipotentiaire en Éthiopie le 15 juin 1897.

120L’amoyta, méfiant à l’égard des intentions du Derg, s’abstint de répondre personnellement à la convocation. Soucieux cependant à la fois de connaître leurs intentions et de leur faire sentir l’appui disposé auprès de ses administrés, il dépêcha le 2 mai 1975 une délégation de 60 personnes (The Ethiopian Herald, 9 mai 1975 : 1 et 7 et Addis-Soir, 9 mai 1975 : 1). En faisaient partie les représentants de la notabilité, de la jeunesse, des agriculteurs mais aussi des ressortissants du TFAI. Cette initiative semble avoir été méticuleusement préparée. Elle fut présentée au Derg comme émanant du peuple qui, en lieu et place du sultan, a délégué ses représentants, à même de mieux exprimer leurs vécus sous l’ancien régime et de formuler leurs doléances mais également de servir de courroie aux directives que le Derg entendait leur transmettre.

  • 72 Il fut exécuté le 13 novembre 1977 avec quarante-six autres officiers.

121À son arrivée à Addis Abäba, cette forte délégation fut prise en charge par des membres du Derg. Logés au Ghion Hotel, le plus luxueux de la capitale, les délégués du sultan, officiellement présentés comme les représentants du peuple afar, eurent droit, durant environ une semaine, aux briefings sur les tares de l’ancien régime et les bienfaits du changement en cours de la part des membres du Derg mais également des personnalités musulmanes dont shaykh Moḥamed Sani, imam de la mosquée Anwar, la plus importante d’Addis Abäba. Également, ils furent conviés aux visites guidées des anciennes résidences luxueuses des dignitaires du régime déchu et emmenés dans l’Arussi pour voir le Chilalo Agricultural Project. Il s’agissait d’un projet réussi de développement intégré à l’échelle de la province. Enfin, ils furent reçus le 8 mai 1975 au Grand Palais par le président du CMAP, le général Teferi Banti. Lors de cette entrevue, étaient présents le commandant Mengïstu Hayle Maryam et le lieutenant-colonel Atnafu Abate72, respectivement premier et second vice-présidents ainsi que d’autres membres de l’instance militaire dirigeante. À cette occasion, les journaux gouvernementaux rapportent que les représentants du peuple afar avaient demandé aux dirigeants du Derg de leur donner la parole pour exprimer leurs doléances contre l’ancien régime et d’être informés des buts du mouvement populaire éthiopien. Ainsi, on apprend qu’outre les représentants des chefs coutumiers, des fermiers et des jeunes, Goyta Mussa de Djibouti s’était exprimé. Plus connu sous le surnom de Maridima, celui-ci était le chef des Durba, une confédération du district de Dikhil, dans l’ouest du territoire de l’actuelle République de Djibouti.

122La délégation du sultan eut droit, quant à elle, à un exposé des objectifs du mouvement populaire éthiopien et de ses implications pour les Afar en particulier et les Éthiopiens en général. On note à la lecture de brefs extraits des allocutions du président et des deux vice-présidents du Derg publiés par la presse, qu’elles étaient axées sur la nationalisation de la terre, sa redistribution aux travailleurs réunis dans des associations de paysans et la sédentarisation des pasteurs transhumants afar. Aussi sincères que fussent les intentions des chefs de la Révolution à l’égard des Afar, leurs propos étaient loin de plaire à leurs interlocuteurs, venus les sonder au nom de leur sultan et de leurs frères. Le maître-mot de la réforme agraire, « la terre au laboureur » qui enthousiasmait les populations du Sud, était mal interprété par les Afar. Ceux-ci soupçonnaient déjà le régime déchu d’Hayle Sïllasé de vouloir coloniser leurs terres et les exproprier. D’où leur mobilisation derrière ᶜAli-Miraḥ lorsque celui-ci entra en rébellion. Nous reviendrons plus en détail sur ce point plus loin.

  • 73 Celui-ci a été tué le 3 février 1977, en même temps que le président du Derg, le général Teferi Ban (...)
  • 74 En août 1978, il fut nommé à la tête du ministère de la sécurité nationale qui venait d’être établi (...)

123Après l’entretien du CMAP avec la délégation de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ à Addis Abäba, une seconde mission du pouvoir central vint fin mai à Aysaᶜeyta. Conduite par le lieutenant-colonel Asrat Desta, président de la commission d’Information et des relations publiques de cette instance dirigeante73, elle comprenait, outre les membres de la première mission, le commandant Tesfaye Wolde Sïllasé74 et les experts des différents départements ministériels. Si le chef de la mission était un proche du général Teferi Banti, Tesfaye Wolde Sïllasé, officier de renseignement formé en occident et chef du service de Renseignements du Derg, était, quant-à-lui, un proche de Mengïstu Hayle Maryam dont on disait qu’il avait été le garçon d’honneur au mariage (Christopher Clapham, 1988 : 113). Tous deux, de nature posée, devaient rassurer le monarque afar sur les intentions à son égard des militaires qui venaient de prendre le pouvoir. L’objectif de cette mission dont l’envoi semble avoir été décidé par le président du CMAP, le général Teferi Banti était de convaincre ᶜAli-Miraḥ d’accepter l’application de la réforme agraire.

  • 75 Chef du département Sécurité du Derg en février 1977, celui-ci fut promu par la suite major général (...)
  • 76 Il fut membre du comité central de la COPTE puis du PTE et son premier secrétaire d’abord pour la r (...)
  • 77 Entretien avec Ḥanfaré Ḥando Ali. Aysaeyta, 13 mai 2006.

124Alors que cette mission se trouvait sur place, une seconde délégation arriva. Elle comprenait des membres du Derg à la tête desquels on trouvait le président de la commission de confiscation, le commandant Getatchew Shibeshi75. En faisait partie le capitaine Kassaye Aregaw, président du comité des Affaires pénitentiaires76. La délégation était accompagnée d’une escorte militaire. En tournée dans le pays afin de diffuser les préceptes de la révolution, elle semble être venue dans l’Awsa pour imposer la réforme foncière. Elle était présentée le jour suivant à l’amoyta par le commandant Moḥamed Yasin Maḥammôda. À cette occasion, l’interprète du sultan leur avait donné l’impression que celui-ci avait fini par accepter l’application de la réforme agraire77. Toutefois, Moḥamed Yasin Maḥammôda aurait conseillé au monarque afar et à son entourage de faire preuve de vigilance (Aramis Houmed Soulé, 2011 : 85).

  • 78 Militaire originaire du Wällo et seul musulman membre du Derg, il fut promu capitaine et nommé admi (...)

125Le lendemain de cette entrevue, un grand rassemblement fut organisé ; manifestation à laquelle assista ᶜAli-Miraḥ que l’on voit sur les photos publiées par la presse gouvernementale (cf. The Ethiopian Herald, 3 juin 1975). Il accueille sur un cliché le lieutenant-colonel Asrat Desta. Sur l’autre, il est assis à la gauche du lieutenant-colonel Asrat Desta, du commandant Getatchew Shibeshi, du lieutenant ᶜAli Mussa78, du capitaine Kassaye Aregaw ainsi que des autres membres de la délégation.

126À cette occasion, selon les témoignages oraux des personnes présentes, l’armée du monarque afar aurait fait étalage de son armement pour tenir en respect et la délégation du Derg et le petit contingent qui l’accompagnait.

127Les images du rassemblement révèlent à quel point l’atmosphère était tendue. Cette manifestation était mal perçue par les Afar qui l’ont boycotté massivement, mis à part les soldats et les proches collaborateurs du chef afar. Les travailleurs des plantations, originaires des hauts plateaux, surtout du gouvernorat général du Wällo répondirent massivement présents. Leur mobilisation s’expliquait d’une part par l’activité à la fois des zamatchs et du remuant lieutenant ᶜAli Mussa, un originaire du Wällo et seul musulman membre du Derg et d’autre part par le bénéfice escompté derrière le slogan « la terre au laboureur ».

128Les rumeurs les plus folles circulaient sur l’intention de cette délégation militaire dont les chefs ne se privaient pas de critiquer publiquement le sultan. Pour les uns, elle était venue kidnapper l’amoyta pour ensuite l’emprisonner alors que pour les autres, elle était venue pour lui réserver le même sort funeste que les grands féodaux abyssins. Ces derniers, rappelons-le, ont été exécutés. Avant même l’arrivée de cette délégation, des informations invérifiables circulaient sur l’introduction à Aysaᶜeyta par l'armée des lance-roquettes sous les sacs de blé de l’aide alimentaire.

129Une chose est sûre. La venue de cette délégation du Derg témoignait de la décision de la Junte militaire d’abandonner la négociation avec le sultan ᶜAli-Miraḥ en vue d’une solution politique. Elle semble avoir été prise suite aux doutes sur sa loyauté, consécutifs à trois événements intervenus au cours de ce second trimestre de 1975.

  • 79 Élu membre du Conseil révolutionnaire au second congrès du FLE-CR fin mai 1975, il deviendra par la (...)
  • 80 Au premier congrès du FLE-CR de 1971, l’Erythrée a été découpée en 12 unités administratives (régio (...)

130Il y avait d’abord la rencontre secrète entre fin avril et début mai du sultan à sa résidence de Bokᶜaytou dans la proximité d’Aysaᶜeyta avec une délégation du FLE-CR dirigée par ᶜAbdallah Souleïman79, le commissaire politique de l’Unité administrative 1280 et comprenant entre autres le commandant militaire de cette Unité ᶜAli Moḥamed Ibrahim et la présence aux côtés de son armée d’un peloton de combattants de cette organisation composé essentiellement des Saho.

131Aḥmed Moḥamed Nasser était à cette date un membre influent de la direction du FLE-CR dont il deviendra fin mai le président. Dans son témoignage, il établit un lien entre cette visite et l’adoption par son organisation lors de son premier congrès de 1971 d’une résolution appuyant les droits démocratiques légitimes des peuples et nationalités éthiopiens. Selon lui, cette visite au sultan devait permettre d’une part de l’informer sur cette position du FLE et d’autre part d’explorer un domaine de coopération entre les deux parties (Aramis H. S., 2011 : 187-188).

  • 81 [Since it is widely assumed in Ethiopia, as one diplomat put it, “nothing goes on in Afar territory (...)

132Les sources afar indiquent que cette délégation était venue en outre solliciter du chef afar une contribution financière pour l’organisation de son deuxième congrès prévu dans la seconde moitié de ce mois de mai. Le Front bénéficiait dejà des largesses de ce dernier dont une subvention annuelle de 30 000 dollars américains et la petite communauté érythréenne était autorisée à cotiser (Ibid. : 164 et 185). On apprendra après le départ en exil du sultan ᶜAli-Miraḥ qu’au sein de la Junte militaire, certains voyaient sa complicité derrière l’extension des opérations du FLE à partir de la fin de l’année 1974 dans le sud de l’Érythrée, en pays Afar, proche du port de ᶜAsab. C’est ce que note un journaliste du Financial Times en juin 1975 :
« Puisqu'on le suppose largement en Éthiopie, comme un diplomate l'a remarqué, rien ne se passe dans le territoire Afar sans que le sultan ne le sache ou sans son consentement ; le Derg a sans aucun doute conclu que le sultan était un associé indigne de confiance81. » (cité par Tom J. Farer, 1979 : 64).

133Un autre événement vint aggraver la suspicion du Derg à l’encontre du sultan ᶜAli-Miraḥ : la saisie dans le courant du même mois de mai d’armes lui étant destinées par les Français vers la frontière de leur colonie, preuve de son intention de s’armer et de se préparer ainsi à une confrontation armée. Lesquelles armes avaient été fournies par l’Arabie Saoudite, la Somalie et ᶜOsman Saleḥ Sabbé, preuve de sa collision avec les ennemis extérieurs et intérieurs.

  • 82 Nommé haut-commissaire de la République du Territoire Français des Afars et des Issas par décret du (...)
  • 83 Représentant personnel de l’amoyta Ali-Miraḥ à Djibouti et fonctionnaire des douanes. Après l’indé (...)
  • 84 Entretien à Addis Abäba, 22 novembre 2009.

134Dans cette affaire, le monarque afar semble avoir été piégé par les deux plus hauts responsables du TFAI, le haut-commissaire Christian Dablanc82 et le président du Conseil de gouvernement, ᶜAli ᶜAref Bourhan, tous deux contactés par l’intermédiaire de son fils Ḥanfaré et d’Ismaᶜil ᶜAli Yussuf83, en vue de la facilitation du transit de ces armes par le Territoire. Les deux avaient donné leur accord à la condition d’être informés deux jours en avance. Le haut-commissaire avait suggéré que les armes soient convoyées à dos de dromadaires et qu’elles transitent par un poste frontalier contrôlé par une unité du Groupement Nomade Autonome (GNA) placée sous sa responsabilité. ᶜAli ᶜAref Bourhan avait insisté pour qu’elles transitent par un poste-frontalier tenu par la police. Ḥanfaré ne semble pas avoir douté un seul instant de la sincérité de ses interlocuteurs. Dans son témoignage oral, Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass affirme qu’il avait invoqué leur aval pour repousser son idée de les faire transiter par la région côtière sud de ᶜAsab aux mains du FLE-CR84.

135Les armes avaient été transportées à partir de ᶜAden par des boutres appartenant à ᶜOsman Saleḥ Sabbé commandés par Tâha ᶜOsman, un Afar. Convoyées par Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass, shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa et Aḥmed ᶜAbdallah dit Dimis, elles avaient été débarquées à Raysalli, au nord-est de la ville de Tadjourah. Parmi les personnalités présentes à la réception de ces armes se trouvait Ismaᶜil ᶜAli Yussuf. Christian Dablanc et ᶜAli ᶜAref avaient été informés deux jours en avance de la date et du lieu de leur livraison. Ils ont attendu que le convoi d’armes atteigne le poste frontalier de Bouyya pour les confisquer.

  • 85 Entretien à Djibouti, 28 octobre 2010.
  • 86 Administrateur colonial et directeur du cabinet de Don Camille d’Ornano, le dernier haut-commissair (...)

136Si nous ignorons le profit que ᶜAli ᶜAref a tiré de cette affaire, Christian Dablanc, lui, l’a exploitée d’une manière qui semble avoir été planifiée d’avance et que les événements ultérieurs ne démentent pas. Aux Afar, le haut-commissaire et ses proches laissèrent croire que cette saisie avait été effectuée à la demande du président du Conseil de gouvernement, ᶜAli ᶜAref Bourhan. Christian Dablanc reprocha à Ḥanfaré de lui avoir fait confiance85. Dans la version livrée aux Éthiopiens, ils accusèrent ce dernier d’avoir été de mèche avec le sultan ᶜAli-Miraḥ dans cette affaire et gonflèrent la quantité d’armes saisies. Sur ce dernier point, Pierre Hugot86, qui utilise à ses fins les informations de cette source, affirme que le sultan ᶜAli-Miraḥ avait demandé au haut-commissaire la facilitation du transit par le Territoire « d’un armement d’environ 200 000 fusils » lors d’une entrevue en février 1975 au chantier de Colas, une société française assurant le raccordement de Dikhil à l’axe routier ᶜAsab-Addis Abäba. Un peu plus loin, Pierre Hugot ajoute :

C’est peut-être cette allusion à des développements [proposition du gouvernement éthiopien d’installer le bureau du comité de libération de l’OUA à Dire Dawa, de susciter le regain d’activités du MLD et d’ouvrir des antennes de cette organisation à Daouenlé, gare-frontière et à Aysa’eyta contre lesquels Paris entendait se réserver des cartes, ou le souci de ne pas heurter les pays arabes qui approvisionnèrent effectivement en armes, bien qu’avec parcimonie, la rébellion de l’Aoussa, qui conduisit finalement le Haut-Commissariat, non pas à soutenir l’action d’Ali Mirah, mais à tolérer en une certaine mesure que ce trafic transitât par le Territoire. Il se réserverait de faire des saisies si Ismaël Ali Youssouf privilégiait un peu trop ses fonctions de pourvoyeur aux dépens de celles, moins romanesques, qu’il exerçait aux contributions indirectes. (op. cit. : 263)

  • 87 Entretien à Djibouti, 3 juin 2008.

137Cette tentative déguisée d’explication de la volte-face française de la part de cet administrateur colonial, tout en se gardant de mentionner la saisie d’armes susmentionnées, ne convainque pas. Si vraiment une telle conditionnalité avait dû exister, Ismaᶜil serait sûrement resté à l’écart. Aḥmed ᶜAbdallah dit Dimis-Dulla faisait partie des convoyeurs de ces armes avec Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass, ᶜAli Ḥammadou dit ᶜAli-Digra et ᶜAli ᶜAbdu Tiᶜé. Selon son témoignage oral, ils n’avaient pas été inquiétés et, Ismaᶜil ᶜAli avait tenu à raccompagner la cargaison d’armes au poste de Dorra, en pensant que l’affaire allait être réglée très vite87.

  • 88 Entretien à Djibouti, 21 octobre 2010.
  • 89 Entretien à Djibouti, 18 avril 2005. Cette information est confirmée par Ali Abdu qui faisait par (...)

138Le sultan, comme son entourage, ne garde pas de souvenir d’une rencontre avec le haut-commissaire, et il affirme l’avoir contacté par l’intermédiaire d’Ismaᶜil ᶜAli Yussuf (Aramis Houmed Soulé, op. cit. : 109). Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ les confirme sur le premier point et garantit que le contact a été établi par lui en compagnie de ce dernier88. Pour ce qui concerne la quantité d`armes, Pierre Hugot est démenti par l’ancien administrateur en chef de la province spéciale de ᶜAsab puis de la région autonome de ᶜAsab sous le régime du Derg, Moḥamed Aḥmed Cheḥem. Celui-ci assurait à l’époque une sorte de représentation à Djibouti du MNLA dont il était membre fondateur. À ce titre, il faisait partie de ceux qui avaient réceptionné ces armes. Selon lui, l’armement reçu se composait de quelque 2 000 fusils kalachnikovs, de 50 RPG, d’une dizaine de mitrailleuses lourdes, des mines et d’une quantité importante de munitions89.

139Par son attitude dans cette affaire, la France cachait mal son jeu : pousser le Derg à reconsidérer sa position à l’égard à la fois du sultan ᶜAli-Miraḥ et du président ᶜAli ᶜAref en particulier et des Afar en général. Elle était en lien avec le lâchage programmé du premier et le rapprochement envisagé dans le cadre de la marche vers l’indépendance avec les leaders de l'opposition issus à majorité de la composante somali du Territoire et par conséquent avec la République démocratique de Somalie (RDS). Les Français estimaient qu’une brouille entre ᶜAli-Miraḥ et le Derg allait entraîner une division des Afar en Éthiopie mais également dans le Territoire où elle allait faciliter leur jeu de bascule. Sur ce point, ils ne s’étaient pas trompés. Pierre Hugot reconnaît que « inopérante en Éthiopie, la rébellion d’Ali Mirah n’en a pas moins eu une influence décisive sur la destinée du Territoire, par le germe de division qu’elle introduisit chez les Afars » (Oberlé et Hugot, op. cit. : 264).

140Sans partager entièrement son appréciation sur la rébellion des partisans du sultan ᶜAli-Miraḥ, nous sommes d’accord avec lui sur son rôle dans la division des Afar dans le Territoire. Le mémorandum inter-agences du service secret américain du 25 novembre 1975 portant sur la perspective pour 1976 en Éthiopie abonde dans le même sens :

  • 90 [PMAC attempts to split the Afars within Ethiopia by distributing Ali Mirah's extensive landholding (...)

Les tentatives du CMAP de diviser les Afars en Éthiopie en distribuant des vastes terres d’Ali Mirah et en soutenant ses rivaux politiques peuvent rencontrer un certain succès limité. Mais la déposition du sultan a offensé la majeure partie des Afars du TFAI, y compris des membres du gouvernement à dominante afar, et les a poussés dans une alliance anti-éthiopienne avec des politiciens Issa90 (Interagency Intelligence Memorandum, 25 novembre 1975 : 6).

  • 91 Le fils du sultan Ali-Miraḥ marié à une Américaine se nomme Aḥmed.

141Connaissant la légendaire suspicion des Éthiopiens, originaires des hautes terres chrétiennes à l’égard des Afar, les Français avaient laissé croire à ceux-ci que les deux dirigeants afar s’étaient entendus à leurs dépens sur la création d’une ‘’Grande Afarie’’, regroupant leurs terres historiques de Djibouti, de l’Érythrée et de l’Éthiopie. Une manipulation que Pierre Hugot justifie a posteriori en affirmant qu’au cours d’une entrevue avec le haut-commissaire Dablanc, ᶜAli-Miraḥ « se prononça, face à cet État désormais communiste, pour une Afarie indépendante, regroupant les Afars d’Érythrée, d’Éthiopie… et du T.F.A.I. Il pensait atteindre cet objectif en un délai de six ans, en profitant des rébellions du Tigré, du Choa et de l’Ogaden, et en s’entendant avec le Front de libération de l’Érythrée qui lui rétrocéderait les Afars de la partie méridionale de cette province » (Oberlé et Hugot, op. cit. : 261). Pierre Hugot attribue au sultan le propos selon lequel il préférerait « l’aide de la France, plus proche de lui et liée à une partie du peuple afar », à celle des États-Unis « qui lui avait été proposée ». Il suggère dans la note que « certaines tractations dans ce sens ont pu avoir lieu, par l’intermédiaire du troisième fils d’Ali Mirah, Aidahis, marié à une Américaine91 » (Ibidem).

142Cet intérêt américain pour la lutte des Afar que les intéressés disent ignorer et qui pourrait être probablement une fabrication des services secrets français a trouvé un écho auprès d’un groupe d’extrême gauche français : Le Courant Communiste International. Dans un article publié dans le numéro de décembre 1975-janvier 1976 de son journal, cette organisation écrit ceci au titre du scénario de la réaction américaine pour le contrôle de l’accès à la mer Rouge :

Les impérialismes russe et américain s’affrontent autour de la corne de l'Afrique et du détroit vital de Bab-el-Mahdeb [Bab-el-Mandeb] qui contrôle l'accès à la mer Rouge et par lequel le commerce entre l'Europe et l'Asie passera avec la réouverture du canal de Suez. Tandis que les Russes essaient désespérément de briser la domination américaine sur cette région au travers de leur soutien au front de libération de l'Érythrée et par l'importante implantation militaire en Somalie, quand la lutte dans cette région du monde va s'intensifier, les Américains peuvent réagir de trois façons :

1- Soutenir le régime militaire en Éthiopie s'il apparaît capable de contrôler la situation et d'être un chien de garde loyal de l'impérialisme américain.
2- Créer un État Afar dépendant à partir de la province éthiopienne de Wällo et du territoire français des Afars et des Issas pour surveiller l'importante route du commerce.
3- En trouvant un terrain d'entente avec l'aile « modérée »du FLE et avec les arrières arabes « amis » l'Égypte et le Soudan, pour soutenir la création d'un État érythréen qui garantirait la domination américaine sur la région. (Revue internationale, N° 5, 2e trimestre 1976).

143Pour revenir à Pierre Hugot, on décèle une contradiction chez cet auteur qui affirme quelques lignes plus loin ceci :

En échange [de la facilitation du transit d’armes], il [ᶜAli-Miraḥ] se ferait le défenseur de la présence française auprès des chefs d’État arabes, plus spécialement auprès du roi Fayçal avec lequel il assurait entretenir les meilleures relations […] et s’étonnait par ailleurs de ce qu’Ali Aref, qu’il avait entretenu de ses projets, n’en eût rien dit à M. Dablanc. (Oberlé et Hugot, op. cit. : 261).

144C'est cette même volonté de justifier l'action politique des représentants de la France dans le Territoire par la menace supposée du rêve d'une « Grande Afarie » nourri par les Afar qui pousse son collègue, Alex Loyzance, à écrire dans ses mémoires ceci :

  • 92 NDLA : Une localité frontalière du nord-ouest, dans la région de Balḥo.

Les 15 et 16 janvier 1977, la tentative de marche verte sur la Préfecture de Tadjourah du Sultan ALI MIRAH à la tête de quelques trois mille afars éthiopiens. Pour éviter la collectivisation de ses terres Ali Mirah était entré en rébellion avec le Gouvernement d’Addis Abeba, et, poursuivant son rêve de « Grande Afarie », il avait espéré pouvoir se constituer un « point d’appui » afar en s’infiltrant sur Tadjourah. Son intendance n’ayant pas suivi, ALI MIRAH avait arrêté son long convoi automobile à la Guelta de KALAHASSA92. En compagnie du préfet de Tadjourah, j’avais pu moi-même me faire déposer par hélicoptère aux abords immédiats du Guelta et, perdus au milieu d’une foule impressionnante mais pacifique d’Afars éthiopiens, nous avions alors en plein soleil engagé une longue négociation avec les responsables afars. Ce n’est que le lendemain matin, après des heures et des heures d’âpres discussions que les chefs afars acceptèrent de ne pas aller plus avant en Territoire français et ne s’opposèrent plus au décollage de notre hélicoptère (Loyzance, 2006 : 111-113).

145Aux dates indiquées, cela faisait plus d’une année et sept mois que le sultan ᶜAli-Miraḥ avait quitté son pays et se trouvait en exil en Arabie saoudite. La photo qui accompagne ce texte avec la légende « Trois Européens perdus au milieu de 3 000 Éthiopiens… et pourtant la « marche verte » du Sultan Ali Mirah sur Tadjourah n’aura pas lieu » semble avoir été prise lors d’un rassemblement dans cette localité frontalière aux dates indiquées pour une dernière audience foraine laquelle allait être clôturée le lendemain, le 17 janvier 1977. Lesquelles audiences commencées le 1er de ce mois avaient été organisées dans ce cercle ainsi qu’à Obock et à Dikhil à la demande express du président du Conseil de gouvernement ᶜAbdallah Moḥamed Kamil (Oberlé et Hugot, op. cit. : 290). Cette dernière audience était dirigée par Pierre Anturro, chef du service adjoint de la Population. C’était lui le troisième Européen sur la photo dont Loyzance se garde de révéler l’identité. Par conséquent, le déplacement en question du directeur du service de la population en compagnie du Préfet du cercle de Tadjourah semble avoir été motivé par un problème lié à l’établissement des cartes d’identité plutôt qu’à une marche verte. Et l’auteur de ces lignes reconnaît sur la photo un certain nombre des notables originaires du Territoire.

146Pour penser pouvoir faire passer une telle histoire, Alex Loyzance semble avoir donné foi aux informations erronées de son collègue Pierre Hugot qui laisse croire que le sultan déchu dirigeait la rébellion sur le terrain. Il affirme par exemple :

Ali Mirah et ses deux fils, Anfareh et Aidahis étaient accueillis chaleureusement quand ils venaient se reposer au T.F.A.I, entre deux coups de main (Ibidem : 265).

147Affirmation qui fait sourire ceux qui connaissent le sultan ᶜAli-Miraḥ. Par son physique, celui-ci n’avait rien d’un guérillero. L’archéologue américain John Kalb, qui lui avait rendu visite en 1974, le décrit en ces termes :

  • 93 [Ali Mirah was an impressive man, larger than any Afar I knew: heavy-set, with broad shoulders, thi (...)

Ali Mirah était un homme impressionnant, plus gros que tout Afar que j’ai connu : fort, avec de larges épaules, les avant-bras épais, et une pleine barbe équilibrée93 (Kalb, 2001 : 131).

148En tout cas, l’ambition que les deux administrateurs coloniaux prêtent au monarque afar est contredite par Mohamed Aden, ancien administrateur de la France d’outre-mer et observateur averti des événements de l’époque :

Apparemment, il [Ali-Mirah] n’envisagerait ni de se rallier subitement à la France, ni de profiter d’une éventuelle décomposition de l’ancien royaume éthiopien pour faire sécession et se rapprocher des Afars du TFAI (Mohamed Aden, 1999 : 37).

  • 94 Il s’agit, en fait, du « 2e de l’Etat-major », nommé parfois « service de renseignements » ou « ser (...)

149Il faut préciser ici que l’idée d’une « Grande Afarie » qu’aucun programme des organisations politiques afar ne mentionnait, semble avoir été mise à l’ordre du jour pour la première fois par le Deuxième bureau94 au lendemain du référendum du 19 mars 1967 au cours duquel la population de Djibouti eut à choisir entre le maintien du Territoire dans l’ensemble français avec un statut amélioré ou l’indépendance. Nous la retrouvons une année après en mars 1968 sous la plume du capitaine (futur colonel) Pierre Le Chevoir, membre du cabinet du ministre des DOM-TOM, auteur d’un rapport confidentiel intitulé « Étude des relations interraciales à Djibouti, leurs conséquences sur la situation politique actuelle et les perspectives d’avenir » destiné au chef de l’État, le général Charles de Gaulle. Ce document, préparé sur la base des informations des rapports et comptes rendus du bureau d’Études et d’autres services de renseignements, avait pour but de donner des indications de ce que devait être la politique française dans la colonie. Son objectif implicite semble avoir été d’empêcher que le chef de l’État accorde une oreille attentive aux possibles demandes de ristournes de la part des Afar pour leur attitude en faveur de la poursuite de la présence française mais également de le préparer à une division programmée chez la classe politique afar. Les argumentations développées dans la partie « Les Motivations Afar » [pour le maintien de la présence française] de ce rapport peuvent être résumées comme suivent :

- La mise sur pied d’une nation Dankalie, la Grande Afarie, une idée chère à Aḥmed Dini a reçu l’appui du sultan ᶜAli-Miraḥ ainsi que de deux autres personnalités de premier plan du Territoire, ᶜAbdallah Moḥamed Kamil et Orbisso Gaditto Ḥassan. Cette vision des choses est rejetée par ᶜAli ᶜAref parce que, si elle aboutissait, elle irait à l’encontre de ses ambitions personnelles. La communauté afar ne se sent pas concernée par ce projet, ayant pour l’heure des préoccupations plus terre à terre ;

- La renonciation de certains de ses dirigeants à demander l’indépendance résulte de leur crainte que le départ de la France ne permette à l’Éthiopie de prendre le contrôle de tout le Territoire et ne sonne le glas de la « Grande Afarie » ;

- L’adhésion des Afar à la présence française, dictée par l’intérêt, est accompagnée de la volonté d’en tirer le maximum de privilèges (Pierre Le Chevoir, 2005 : 21-28).

150Au vu de ce qui précède, on ne peut manquer de s’interroger sur le pourquoi de l’attitude de l’administration française dans l’affaire de saisie d’armes. La réponse à cette question est donnée par Pierre Hugot :

On commençait à réaliser, rue Oudinot [siège du ministère des Territoires d’outre-mer et Départements outre-mer], que confier à Ali Aref le soin de conduire le Territoire à l’indépendance serait se résigner à des affrontements intérieurs, voire internationaux, risquant de compromettre fâcheusement le prestige et les intérêts de la France en Afrique et dans l’océan Indien. Une révision de la politique française à Djibouti n’en restait pas moins délicate. Ali Aref avait dû sa mise en selle à M. Foccard (sic), ancien secrétaire général des Affaires africaines à l’Élysée et baron du général. De cette tutelle subsistait en France, au profit de sa pupille, tout un réseau d’amitiés, renforcée d’une forte sensibilité gaulliste pour tout ce qui, directement ou non, pouvait prendre l’aspect d’un désaveu. De plus, la France avait accepté, depuis plusieurs années, de parrainer le président du Conseil de Gouvernement auprès des instances internationales et de ses alliés africains. A l’étranger, Ali Aref trouvait informations et conseils dans nos ambassades. Ses déplacements s’effectuaient souvent à bord d’avions militaires français. La résistance opposée à une vocation de libérateur aussi visiblement télécommandée n’avait pas été mince mais, depuis 1960, les nationalismes africains s’étaient tempérés, et certains gouvernements paraissaient disposés à accorder leur appui à l’intéressé, dans la mesure où il se révélerait capable de cicatriser la plaie irritante constituée par Djibouti à l’est du continent (Oberlé et Hugot, op. cit. : 273).

151Outre les contacts avec les rebelles érythréens et l’affaire de saisie d’armes, le Derg ne pourrait pas ignorer l’ouverture, toujours dans le courant du même mois de mai d’un camp d’entrainement militaire, aux techniques de la guérilla dans l’arrière-pays du village de Ḥayyu et de la visite du lieu par le sultan ᶜAli-Miraḥ. Cette formation était assurée par les instructeurs érythréens rejoints par Ismaᶜil Moḥamed Ismaᶜil dit ᶜAsa Ismaᶜil, Maḥammôda Aḥmed Gaᶜass et ses compagnons.

152En tout cas, l’arrivée de la délégation du Derg dirigée par le commandant Getatchew Shibeshi, le comportement agressif de certains de ses membres, en particulier du lieutenant ᶜAli Mussa, la suspicion des membres de la première délégation, non informés au préalable de leur venue, convainquirent le sultan ᶜAli-Miraḥ que c’était le moment de prendre le chemin de l’exil. Ḥanfaré, qui revenait d’une visite en Libye en passant par Djibouti, y joua également un rôle important.

  • 95 Cette information est corroborée par le commander Mussa Yasin qui se trouvait à l’époque à Asab. I (...)

153Dans la nuit du 1er au 2 juin 1975, il quitta Aysaᶜeyta en long convoi automobile. Au moment de son départ, les membres de la délégation du Derg conduite par le commandant Getatchew Shibeshi étaient sur place (Kiflu Tadesse, 1993 : 316)95 alors que ceux de la première délégation, restés avec eux après le départ du lieutenant-colonel Asrat Desta et du commandant Tesfaye Wolde Sïllasé, étaient rentrés à Addis Abäba sur injonction du commandant Mengïstu Hayle Maryam. Cependant, la présence sur place des membres du Derg et l’envoi d’un bataillon de l’armée à Aysaᶜeyta, concomitant à l’annonce par voie de presse de la décision de la distribution des terres du sultan et de son entourage aux Afar, peuvent être expliqués par le souci de faire face à tout trouble qu’elle pourrait susciter. Cette hypothèse est renforcée par le fait qu’aucune mention n’ait été faite de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ dans le compte-rendu de cette tournée, comme dans la légende des photos publiées par la presse gouvernementale.

154Ces précautions ne signifiaient pas cependant qu’à ce moment-là le sort du monarque afar était scellé. Beaucoup d’indices laissent penser à l’absence d’une position arrêtée au sein du Derg le concernant, même si la position du groupe de Mengïstu était claire. Ceci peut expliquer le fait que cinq jours après, quand la nouvelle de son exil fut officiellement annoncée, un porte-parole du CMAP se soit contenté d’affirmer que ᶜAli-Miraḥ avait quitté sa région pour Djibouti après qu’il eut pris connaissance de la nationalisation des terres rurales à distribuer aux natifs afar d’Awsa (The Ethiopian Herald du 7 juin 1975). Le journal Addis-Soir parle, dans son éditorial consacré à l’événement, du « départ inattendu et inopiné » (Addis-Soir, 7 juin 1975 : 1). On peut aussi voir dans ses propos, il est vrai, une manœuvre pour se dédouaner auprès des Afar d’être accusé d’avoir provoqué sa fuite.

  • 96 Président du Conseil de Gouvernement de transition (31 juillet 1976-16 mai 1977), député (1977-1982 (...)

155Le refuge du sultan ᶜAli-Miraḥ prit également de court le président du Conseil de gouvernement du TFAI, ᶜAli ᶜAref Bourhan. Il coïncidait avec la présence à Addis Abäba à la même date de ses deux émissaires, en l’occurrence ses deux proches collaborateurs, le secrétaire général adjoint de gouvernement, ᶜAbdallah Moḥamed Kamil96 et son fidèle chef de cabinet, ᶜAbdulkadir ᶜAbduraḥman, venus discuter avec les plus hautes autorités de la place qui allait être faite au sultan ᶜAli-Miraḥ dans le cadre de la nouvelle Éthiopie. Cette évolution n’enthousiasma donc pas ᶜAli ᶜAref. Il se garda cependant de laisser apparaître en public son irritation même si en privé, il ne s’en privait pas (Mohamed Aden, 1999 : 81).

156Pour ᶜAli ᶜAref, l’exil du sultan et l’entrée en rébellion des Afar contre le pouvoir central éthiopien fragilisaient et la nationalité afar et son propre pouvoir, au moment où se dessinait à l’horizon l’accession à l’indépendance du Territoire français des Afars et des Issas. Il estimait que l’Éthiopie, même communiste, demeurait un allié naturel que les Afar devaient ménager pour bénéficier de son soutien en vue de contrecarrer les visées irrédentistes de la Somalie.

157Le haut-commissaire Christian Dablanc semble, quant à lui, avoir été prévenu en avance de l’imminence de l’exil de l’amoyta par les soins d’Ismaᶜil ᶜAli Yussuf. Pour certains, il l’aurait même encouragé. En effet, dans le courant du mois de mai 1975, par le truchement d’Ismaᶜil, les Français semblent avoir transmis à plusieurs reprises au monarque afar des informations relatives à la menace de l’utilisation de la force par le Derg à son encontre (Aramis H. S., 2011 : 103-104). Et deux fois de suite, rendez-vous avait été pris avec eux par Ismaᶜil ᶜAli pour amener ᶜAli-Miraḥ, et un hélicoptère de transport et deux autres d’escorte de l’armée française avaient été dépêchés au poste frontalier de Galafi pour convoyer le monarque afar et sa suite jusqu’à Djibouti. Ce qui fit que lorsqu’il se présenta pour de bon, il dut attendre toute la matinée et l’après-midi au chantier de la société Colas, le temps que l’information remonta jusqu’au haut-commissaire et les dispositions soient prises. Pour la petite histoire, cette fois-ci, c’était son fils Ḥanfaré qui était allé le chercher.

158Cependant, pour une toute autre raison que ᶜAli ᶜAref, la probabilité d’un séjour prolongé de l’amoyta à Djibouti gênait la France qui redoutait la réaction éthiopienne et ses possibles implications pour le futur du Territoire. En effet, depuis son arrivée à Djibouti, le sultan ᶜAli-Miraḥ s'adonnait à des déclarations relayées par les médias internationaux, lesquels s'intéressaient à lui et à ce qui passait dans l'Awsa. Outre les déclarations relatives aux moyens employés par le Derg pour réprimer la population d'Awsa et le bilan de cette répression, une autre largement commentée était la suivante :

Je ne suis pas un roi éthiopien. Les militaires éthiopiens ont destitué l'empereur Haile Sellassié, mais ils n'ont aucun pouvoir pour me destituer (Lefort, 1981 : 159).

159Cette petite phrase, qui exprimait toute crue une réalité irréfutable, allait être interprétée par certains comme l’expression d’une volonté du monarque afar de vouloir se battre pour la sécession.

  • 97 Entretien avec le sultan Ali-Miraḥ. Cf. Aramis Houmed Soulé, op. cit. : 97 ; entretien avec Mussa (...)

160Une autre cause d'inquiétude des Français était l'intérêt de la Libye pour cette rébellion naissante. En effet, aussitôt informé de l'exil du sultan ᶜAli-Miraḥ, le chef de l'État libyen le colonel Muᶜammar Al-Kadhafi dépêcha auprès de lui à Djibouti une délégation de deux personnes avec pour mission de s'enquérir des besoins97. La Libye a été le dernier pays à avoir été visité par Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ et fut le premier à fournir des armes à la rébellion afar. Lesquelles armes furent livrées à Hargeisa et transitèrent par Berbéra où des entrepôts avaient été mis à la disposition du FLA par le gouvernement somalien.

  • 98 Entretien avec le sultan Ali-Miraḥ. Cf. Aramis Houmed Soulé, op. cit. : 91 et « Bulletins de Rense (...)

161Par le truchement d’Ismaᶜil ᶜAli Yussuf, le haut-commissaire Christian Dablanc informa ᶜAli-Miraḥ de l’embarras que pourrait causer à son pays son séjour prolongé à Djibouti et lui transmit de la part de son gouvernement l’offre d’exil politique en France98. En réponse, celui-ci rassura le haut-commissaire sur le fait que son séjour allait être court et déclina l’offre française. En effet, au lendemain de son arrivée à Djibouti, le sultan avait envoyé son fils Moḥamed et son conseiller ᶜAli Maḥmud Gâsir pour mettre au point les préparatifs de l’accueil en Arabie Saoudite avec les responsables de la Ligue islamique mondiale.

  • 99 Le Réveil de Djibouti du 14 juin 1975 annonce en une son départ sous le titre « Le sultan Ali-Mira (...)
  • 100 Ancien membre du Conseil Représentatif (1946-1957), conseiller de l’Union française (1952-1958), co (...)

162L’amoyta quitta Djibouti au cours de la deuxième semaine du mois de juin 197599. À cette occasion, les autorités françaises, tout heureuses de pouvoir éloigner cet hôte gênant, affrétèrent un avion de ligne d’Air-France pour le transport du monarque afar et de sa nombreuse suite, lesquels furent salués à leur départ par le président du Conseil de gouvernement, ᶜAli ᶜAref Bourhan et le ministre de l’Intérieur et des Affaires musulmanes, Moḥamed Kamil Moḥamed100.

Notes

1 Président du comité exécutif provisoire du MNLA (août 1974 -mai 1975) puis du FLA (juin 1975 - mai 1994), enfin d’une faction de celui-ci (1994-..), il fut l’un des trois représentants du FLA au Parlement de transition en juillet 1991. Ensuite, il devint président de la région-État afar (septembre 1995 -mars 1996). Suite à son éviction de ce poste en son absence, il entra en dissidence et s’opposa au régime du FDRPE/FLPT. Réconcilié, il fut nommé Chargé d’Affaires de l’Éthiopie dans l’Émirat du Koweït avec rang d’ambassadeur, poste qu’il occupa de 1998 au 11 janvier 2006, date à laquelle il refusa de rentrer au pays et entra à nouveau en dissidence contre le régime. Il s’est exilé au Canada. Voir pour la cabale ayant précédé son éviction du poste d’ambassadeur, un témoignage d’un ancien premier secrétaire de l’ambassade d’Éthiopie au Koweit, Biniyam Kedir Abdu (2007).

Ḥanfaré Ali-Miraḥ a succédé à son père comme sultan en novembre 2011.

2 Ancien ministre des Affaires étrangères (1961-1971). Il fut arrêté et emprisonné le 24 avril 1974 par le Derg en même temps que l’ancien premier ministre, Aklilu Habte Wold et les membres de son cabinet. Après sa libération le 11 septembre 1982, il a travaillé pour le Programme alimentaire mondial (PAM). Il est décédé le 14 janvier 1994 à Addis Abäba.

3 Fils de Haregot Abai, maire d’Asmara sous le régime impérial, arrêté et exécuté par le Derg en 1979. Ce Tigréen d’Érythrée était marié à la petite-fille de l’Empereur. Lui-même fut arrêté et emprisonné le 24 avril 1974. Il fut libéré le 11 septembre 1982. Par la suite, il a travaillé à Washingtion au Bureau des nations unies pour les services d’appui aux projets. Il est décédé le 6 mars 2012 aux États-Unis.

4 À la chute du régime de Hayle Sïllasé, il a été mis tout simplement à la retraite. Il faut dire qu’à l’exception du colonel Solomon Kedir, qui fut chef du département de la sécurité publique au ministère de l’Intérieur avec rang de vice-ministre, les hommes de l’appareil sécuritaire n’ont pas été affectés par le changement du régime.

5 Il va être nommé ministre de l’Intérieur le 3 août 1974 dans le cabinet de lij Mikaél Imru.

6 Arrêté le 14 juillet 1974, il fut exécuté le 23 novembre de la même année avec une soixantaine de hautes personnalités de l’ancien régime.

7 Peu après sa nomination en 1971 comme gouverneur-général du Wällo, celui-ci avait manifesté son hostilité au sultan Ali-Miraḥ qu’il avait proposé au gouvernement et à l’empereur d’écarter. Non seulement, sa proposition n’avait pas eu de suite mais il se vit accuser par le réseau du sultan dans le gouvernement et au Palais d’être animé de mauvaises intentions pour la stabilité de l’empire. Il était l’oncle paternel d’Isayas Afewerki Abraha, à l’époque l’un des principaux chefs de la résistance érythréenne. Pour faire taire ses détracteurs, il avait fini par se réconcilier avec Ali-Miraḥ et entrer dans son réseau. Arrêté par le Derg pour son rôle supposé dans la famine au Wällo, il fut exécuté le 23 novembre de la même année avec une soixantaine de hautes personnalités de l’ancien régime. Entretien avec Ḥanfaré Ali-Miraḥ à Djibouti, 26 octobre 2010.

8 Représentant de l’empereur dans un gouvernorat général.

9 Ancien gouverneur de l’awrajja d’Awsa, il va être nommé le 9 octobre 1974 administrateur des prisons avec rang de vice-ministre au ministère de l’Intérieur.

10 Il s’agit surtout des Tigréens qui commençaient à ressentir l’emprise des Amhara sur l’État.

11 Cette expression est une invention de Joseph Staline qui remonte à peu après la mort de Lénine. Son intention était non pas de rendre hommage à ce dernier en associant son nom à celui de Marx mais plutôt de commencer la canonisation du marxisme à travers une idéologie résultant d’un amalgame de son interprétation par la social-démocratie russe au tournant du siècle et des pratiques politiques post-révolutionnaires des Bolchéviques.

12 Condamné à cinq ans d’emprisonnement en 1968 pour avoir écrit un pamphlet, « la contre proclamation » qui était une critique du discours de l’empereur lors des grèves des étudiants, il avait été gracié à la rentrée 1969-1970.

13 [Ethiopia is not really one nation. It is made up of a dozen nationalities, with their own languages, ways of dressing, history, social organization and territorial entity. And what else is a nation? Is it not made of a people with a particular tongue, particular ways of dressing, particular history, particular social and economic organization? Then may I conclude that in Ethiopia there is the Oromo Nation, the Tigrai Nation, the Amhara Nation, the Gurage Nation, the Sidama Nation, the Wellamo Nation, the Adere Nation, and however much of you may not like it the Somali Nation. This is a true picture of Ethiopia.]

14 Wallelign se réfère ici au service somali de Radio Addis Abäba et au service tigrégnia de Radio FM de la base américaine de communications militaires d’Asmara.

15 [To be a “genuine Ethiopian”, one has to speak Amharic, to listen to Amharic music, to accept the Amhara-Tigre religion, Orthodox Christianity, and to wear the Amhara-Tigre Shamma in international conferences. In some cases to be an ‘’Ethiopian’’, you will even have to change your name. In short, to be an Ethiopian, you will have to wear an Amhara mask (to use Fanon's expression). Start asserting your national identity and you are automatically a tribalist that is if you are not blessed to be born an Amhara. According to the constitution, you will need Amharic to go to school, to get a job, to read books (however few), and even to listen to the news on Radio “Ethiopia” unless you are a Somali or an Eritrean in Asmara for obvious reasons [...] And we must build a genuine national-state. And what is this genuine national-state? It is a state in which all nationalities participate equally in state affairs, it is a state where every nationality is given equal opportunity to preserve and develop its language, its music and its history. It is a state where Amharas, Tigres, Oromos, Aderes, Somalis, Wollamos, Gurages, etc. are treated equally. It is a state where no nation dominates another nation be it economically or culturally.]

16 [The issue was discussed among a small circle instead and that circle alone was clear on the issue and the position it took […] The small circle that took a position on the issue decided to make the issue public in the person of Wallelign Mekonnen mainly for two reasons. First, Wallelign was the most prestigious student leader at the time to be taken seriously and listened to and lead the student body onto a serious discussion on the subject. Second, because Wallelign was from an Amhara ethnic group, he would not be suspected of any secessionist intentions at all. These tactical considerations even to start off the discussion on the national question clearly indicate how delicate the issue was in the eyes of the Walleligns.]

17 Un pseudonyme utilisé par Birhane Meskel à la mémoire de Tilahun Gisaw, le président de l’University Students Union of Addis Abäba (USUAA) et Takele Wolde Hawaryat, un patriote réputé, tous deux assassinés par le gouvernement impérial en 1969. Cf. Melakou Tegegn, 2007 : 197. Melakou Tegegn a été l’un des neuf fondateurs du PRPE. Il corrige l’historien Bahru Zewde qui affirme que le texte avait été écrit en 1970 en collaboration entre Tilahun Takele et le groupe de Berhane Meskel Redda, basé en Algérie et qui formait le noyau de l’Organisation de libération des Éthiopiens. Cf. Bahru Zewde, 2007 : 240.

18 [If we demand freedom of secession for […] all oppressed and unequal nations without exception we do so not because we favour secession, but only because we stand for free voluntary association and merging as distinct from forcible association.]

19 Le Long.

20 Voir interview de Ḥanfaré Ali-Miraḥ. Cf. Aramis Houmed Soulé, 2011.

21 Entretien avec Mussa Moḥamed Abubaker, membre du comité exécutif provisoire de l’ex-MNLA. Addis Abäba, 10 octobre 2005. Osman Saleḥ Sabbé adopta la même attitude envers le PRPE. Voir Kiflu Tadesse, 1998 : 97.

22 Entretien avec Maḥammôda Aḥmed Gaass à Addis Abäba, 29 novembre 2009.

23 Enseignant, il fut député à l’Assemblée nationale de 1977 à 1987.

24 Co-auteur de l’alphabet afar « Dimis kee Reedo » (Dimis et Rédo), secrétaire général adjoint du Mouvement populaire de libération (MPL), il fut ministre de la Jeunesse et des Sports dans les deux premiers gouvernements de la République de Djibouti (15 juillet-17 décembre 1977 ; 5 février-21 septembre 1978).

25 Docteur en hydrogéologie, directeur de la direction de l’Eau au ministère de l’Agriculture et de l’Hydraulique de la République de Djibouti.

26 Entretien avec Aḥmed Abdallah dit Dimis Dulla à Djibouti, 3 juin 2008.

27 La répartition régionale de la composition du Comité exécutif donnait deux ressortissants de l’Awsa (Ḥanfaré Ali-Miraḥ et Abdulkadir Barkat), deux de la côte (Maḥammôda Aḥmed Gaass et Mussa Moḥamed Abubaker) et un ressortissant des piémonts des hautes terres du Tigray (shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa).

28 Il vit en Allemagne.

29 Administrateur du district de Gawwani (moyenne vallée de l’Awash) après le ralliement du MNLA au régime du Derg, il intégra ensuite le département de la sécurité extérieure, puis occupa le poste du premier secrétaire de l’ambassade d’Éthiopie au Soudan et enfin celui d’adjoint au chef du département de la sécurité de la Région autonome de Asab. Il vit actuellement en exil en Europe.

30 En anglais : Afar National Liberation Movement (ANLM).

31 Voir l’intégralité du programme en annexe 2.

32 Il s’agit des mouvements de février 1974 qui se sont révélés être décisifs pour le reversement de la monarchie.

33 Dénomination commune s’appliquant aux populations abyssines des hautes terres du cœur de l’Éthiopie. Il s’agit essentiellement des Amhara et des Tigréens, majoritairement chrétiens orthodoxes, ainsi que des populations assimilées, à commencer par des Oromo du Shewa. Ils sont également connus des Afar sous la dénomination de Aléb-buḍa (« les Montagnards » ou originaires des hautes terres).

34 En anglais : Tigray People’s Liberation Front (TPLF).

35 [Politically, TPLF fights for the establishment of an independent Tigray, with a democratic republic state of all anti-feudal and anti-imperialist revolutionary classes.] Aregawi Berhe a été l’un des co-fondateurs de cette organisation, son président de 1976 à 1979 puis le chef de son comité militaire jusqu’à son éviction en 1986.

36 Entretien avec Ḥanfaré Ali-Miraḥ à Djibouti, 30 octobre 2010.

37 Ḥanfaré Ali-Miraḥ s’était trompé sur le nom (Daniel) mais ses informations étaient justes sur sa position et sa défection pour rejoindre les FPLE. En mai 1991, il faisait partie de la délégation de cette organisation devenue depuis le FPLE aux pourparlers de Londres (cf. Aramis H.S., 2011 : 155). Nous avons pu établir son identité grâce à de nombreuses sources (Kiflu Tadesse, 1993 : 116 et 170 ; Markakis, 2013 : 37, n. 22 ; Bereket H. Selassie, 2007 : 275).

38 Il avait occupé sous le régime de Hayle Sïllasé le poste du chef du département de la sécurité des avions de ligne des Ethiopian Airlines.

39 Celui-ci dont Ḥanfaré Ali-Miraḥ ne se rappelle pas le nom est identifié par Ababiya Abajobir et Tiku Adane comme étant le capitaine Mengïstu Gemechu, conseiller personnel de Mengïstu Hayle Maryam. Entretiens à Addis Abäba avec le premier le 19 juillet 2011 et le second le 15 septembre 2011.

40 L’existence de cette collaboration est confirmée dans le passage suivant d’un télégramme diplomatique de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique à Addis Abäba en date du 10 mars 1975 : « 2. Diplomatic source and well-informed Afar leader both report destruction of highway bridge at Mahal Meda in Menz. Bridge was reportedly blown by dissident sons of Ras Biru. 3. Both sources report that Biru brothers have joined Dej. Berhane Meskal Wolde-Selassie (who is married to the niece of Asrate Kassa). The afar source believes Berhane is now in Lasta (Wollo province) and is gathering a sizeable force. » Lequel télégramme fait partie des documents secrets et diplomatiques rendus publics par WikLeaks. Source : https://www.facebook.com/note.php?note_id=437387463017262. NDLA : Les frères Birru, au nombre de deux, étaient des grands propriétaires terriens amhara du Sud, originaires du Menz, le cœur du Shewa. Le ras Asrate Kassa, gendre de l’empereur avait été le président du Conseil de la Couronne et l’une des grandes figures de l’aristocratie. Arrêté fin juin 1974 par le Derg, il avait été exécuté le 23 novembre en même temps que plus d’une cinquantaine des personnalités du régime impérial déchu.

41 Pour plus de détail, voir René Lefort, op. cit. : 143.

42 Cette information est contredite par Taffara Deguefé pour ce qui concerne la date d’éxécution. Il affirme que le lieutenant-colonel Negussie Hayle et son adjoint, le capitaine Debbasu Beyene avaient été ses co-détenus et ils furent tirés de la prison avec un autre militaire dans la nuit du 5 juillet 1979 et exécutés. Cf. Taffara Deguefé, 2003 : 280.

43 Celui-ci avait perdu son poste ministériel lors du remaniement du 14 novembre 1974 mais ne restait pas moins une personnalité très écoutée par Muammar al-Khaddafi.

44 Celui-ci a occupé par la suite plusieurs postes ministériels dont l’Agriculture, l’Économie, la Primature, Représentant de son pays auprès des Nations Unies et du Canada et enfin chef des services de Renseignements.

45 Chef de la marine du FLE-CR, coopté en 1973 membre de son Conseil révolutionnaire où il a été reconduit en 1975. En 1982, lorsque cette organisation se scinda en deux factions, l’une dirigée par Aḥmed Nasser et l’autre par Abdallah Idriss, il prit parti avec Aḥmed Moḥamed Aḥaw pour le second. Par la suite, il devint membre du comité exécutif du Front de libération de l’Érythrée-Organisation unifiée (FLE-OU) formé le 23 décembre 1982 en Arabie Saoudite. Il fit partie des membres du comité exécutif et des cadres de cette organisation qui ont rallié le gouvernement érythréen en 1993, lors de la proclamation de l’indépendance. Il vit actuellement au Caire (Égypte).

46 Fils de l’ancien sultan Moḥamed Aḥaw (1930 à 2001) de Biḍu, une entité politique à cheval sur l’Éthiopie et l’Érythrée, formé en Syrie en 1966, il fut l’un des responsables du commandement de l’Unité administrative 12 du FLE--CR. Après la chute du régime de Mengïstu Hayle Mariam, il créa en Éthiopie un parti politique, l’Afar National Democratic Movement (ANDM). Élu au Conseil régional lors des élections de 1995, il fut désigné par ses pairs comme l’un de deux représentants de la région-État afar à la Chambre de la fédération, la Chambre haute. Peu après, il fit défection et vit actuellement en exil aux Pays-Bas.

47 L’un des sept fondateurs du MLE en 1958 et son président, il avait rejoint les FPL peu après sa création. Après avoir dirigé en 1971 pour une courte période le bureau de Khartoum des FPL, il avait été nommé en 1972 comme responsable du bureau d’informations à Beyrouth (Liban). Il deviendra par la suite vice-président des FPL de Osman Saleḥ Sabbé (1976-1982), membre du comité exécutif du FLE-OU créé sous l’égide du même Osman Saleḥ Sabbé (1982-1984) et son président (1984-1992), il rentrera en Érythrée en 1993, lors de la proclamation de l’indépendance à la tête de la grande majorité des membres du comité exécutif et des cadres de cette organisation. Il sera nommé membre de l’Assemblée nationale et administrateur de la province du Sahel (1993-1995) puis il travaillera au Centre érythréen des études stratégiques de 1996 jusqu’à son décès le 16 septembre 2010.

48 Entretiens à Addis Abäba avec Maḥammôda Aḥmed Gaass, 26 novembre 2009 et Aḥmed Moḥamed Nasser, 25 avril 2010.

49 Entretien avec Maḥammôda Aḥmed Gaass, Addis Abäba, 26 novembre 2009.

50 Aḥmed Moḥamed Nasser, courrier électronique, 25 avril 2010, communication personnelle.

51 Courrier électronique, 15 décembre 2009, communication personnelle.

52 J’utilise « Junte militaire, CMAP et Derg » comme synonymes, désignant le gouvernement militaire qui dirigea le pays de 1974 à 1987 et de cette date marquant la proclamation de la République populaire et démocratique d’Éthiopie jusqu’en mai 1991 puisque c’est le même personnel militaire dont les uniformes sont troqués pour des habits civils qui continue de diriger le pays.

53 Le chiffre de 126 membres a été par la suite avancé (René Lefort, 1981 : 98). Les auteurs des récents écrits en amharique donnent le chiffre de 109 membres dont ils citent les noms. Cf. Zenebe Feleke (1996) et Genet Ayele Anbesie (1994).

54 Cf. Extrait du discours du commandant Mengïstu Hayle Maryam prononcé à l’occasion de la rencontre avec une délégation afar, cité par le quotidien The Ethiopian Herald du 9 mai 1975.

55 [The official recognition of the Oromo as a nation had a far reaching significance in its contribution towards strengthening Oromo ethnic consciousness [...]. The ‘recovery’ of their collective name (i.e. collective identity) brought about new dynamism in Oromo self-perceptions. This was supplemented by official recognition of the Oromo right to their language.]

56 Cousin germain de Ali Seyyid Abdallah qui était à l’époque chef de la sécurité des FPLE, il occupa sous le régime du Derg des postes de responsabilité au sein de la Commercial Bank of Ethiopia. À l’accession de l’Érythrée à l’indépendance en 1993, il fut le directeur fondateur de la Banque du développement de l’Érythrée et occupa ce poste jusqu’à son décès à Asmara en 1998.

57 Une maison de commerce et agence des compagnies d’assurance et des compagnies de voyage fondée au début du xxe siècle par l’homme d’affaires français Antonin Besse.

58 Le nom du grand-père paternel de l’ancien Chef de l’État est mentionné pour la première fois dans la presse dans un article relatif au désistement de deux autres candidats en sa faveur dans le Kebele 18 de la circonscription d’Addis Abäba lors des élections au Parlement de 1987, peut-être pour éviter une confusion avec d’autres Mengïstu Hayle Maryam (The Ethiopian Herald du 13 juin 1987). Christopher Clapham signale un Mengïstu Hayle Maryam, juge de la cour spéciale, distingué du chef de l’État par l’ajout du nom de son grand-père (Clapham, 1988 : 24).

59 Cf. http://www.angelfire.com/ny/ethiocrown/Titles.htlm.

60 Entretien avec sultan Ali-Miraḥ. Addis Abäba, 10 septembre 2005.

61 [The New Military Government had received a number of unfavourable reports about Bitwoded Ali Mirah but after close assessment it was established beyond any shadow of doubt that these reports were unfounded.]

62 Les 362 des 861 km de cette route qui traversent l’Awsa étaient considérés comme les plus sensibles du fait de sa proximité avec la « province » rebelle de l’Érythrée.

63 [We live along the frontier of the French occupied territory. Our people on the other side of the border look towards us for advice and leadership.]

64 Fête musulmane marquant la rupture du jeûne du Ramadan.

65 Ils avaient été arrêtés en avril 1944 en même temps que deux autres frères, Aydaḥis et Ḥanfaré, jetés en prison, puis placés en résidence surveillée. Ces derniers moururent de mort naturelle avant la chute du roi des rois.

66 Yayyo le Noir.

67 Entretien à Samra, 15 juillet 2005.

68 Proclamation n° 31/1975, publiée dans le Negarit Gazeta, An 34, n° 26, voir en particulier l’article 3.1.

69 Ibidem.

70 Il fut nommé juge à la cour suprême. Arrêté par la suite, il purgea une dizaine d’années en prison. À sa libération vers la fin des années 1980, il s’exila et rejoignit le Front de libération oromo (FLO). En 1991, après la chute du régime du Derg, il fut nommé ambassadeur en Égypte, poste qu’il quitta en 1992 après le retrait du Front de libération Oromo (FLO) du Gouvernement de transition. Par la suite, il assuma, au sein de cette organisation, différentes missions dont celle de chef de bureau des relations extérieures à Washington, de 2000 à 2004. En 2008, il est retourné en Éthiopie suite à une médiation entre certaines personnalités du FLO dont il faisait partie et le gouvernement dominé par le FLPT, mettant ainsi une croix sur l’option de la lutte armée.

71 Entretien avec Ababiya Abajobir à Addis Abeba le 15 septembre 2011.

72 Il fut exécuté le 13 novembre 1977 avec quarante-six autres officiers.

73 Celui-ci a été tué le 3 février 1977, en même temps que le président du Derg, le général Teferi Banti et cinq autres membres de cette instance dirigeante de l’Éthiopie.

74 En août 1978, il fut nommé à la tête du ministère de la sécurité nationale qui venait d’être établi. Membre suppléant du bureau politique du PTE en 1984, il fut nommé ministre des Affaires intérieures en 1987. Après la chute du régime de Mengïstu Hayle Maryam, non seulement il n’a pas été arrêté mais il avait collaboré avec le chef de la sécurité du nouveau régime. Ce n’est que bien plus tard qu’il a été incarcéré et condamné à mort. Il est décédé le 4 juin 2011, quelques jours après que sa condamnation à mort comme celle des autres personnalités du Derg a été commuée en détention à perpétuité.

75 Chef du département Sécurité du Derg en février 1977, celui-ci fut promu par la suite major général et nommé commandant de la Special Defence Brigade (SDB) de Mengïstu puis en 1991, celui du secteur Sud de la capitale. Il se suicida lors de la prise du pouvoir par le FDRPE en mai 1991.

76 Il fut membre du comité central de la COPTE puis du PTE et son premier secrétaire d’abord pour la région du Gojjam (1978-1983) puis pour la région du Harargué (1983-mai 1991) et enfin membre du Conseil d’Etat (juillet 1987-mai 1991).

77 Entretien avec Ḥanfaré Ḥando Ali. Aysaeyta, 13 mai 2006.

78 Militaire originaire du Wällo et seul musulman membre du Derg, il fut promu capitaine et nommé administrateur en chef du Gamo-Gofa vers la fin des années soixante-dix, après avoir été le représentant du Derg dans le Sud. Membre du comité central de la COPTE, il fut arrêté et jeté en prison pour une affaire de mœurs difficilement vérifiable. À sa libération, après une courte période de traversée du désert, il fut nommé administrateur en chef du Wällo. En mai 1991, il préféra se suicider que de se laisser arrêter par les forces du FDRPE.

79 Élu membre du Conseil révolutionnaire au second congrès du FLE-CR fin mai 1975, il deviendra par la suite secrétaire aux relations extérieures.

80 Au premier congrès du FLE-CR de 1971, l’Erythrée a été découpée en 12 unités administratives (régions militaires) dont chacune était désignée par un numéro en lieu et place de 5 anciennes régions calquées sur le système de Wilaya du Front de libération national (FLN) de l’Algérie pendant la guerre de libération. La région de la Dankalie où le Front s’apprêtait à reprendre pied depuis les événements de novembre 1969 avec l’aide des cadres afar qui l’avait rejoint via le Yémen et le Soudan fut désignée sous le nom de l’unité administrative 12.

81 [Since it is widely assumed in Ethiopia, as one diplomat put it, “nothing goes on in Afar territory without the sultan’s knowledge or expressed consent”, the Dergue undoubtedly concluded that the sultan was an undependable associate.]

82 Nommé haut-commissaire de la République du Territoire Français des Afars et des Issas par décret du 22 janvier 1974, il prit fonction le 8 juillet 1974 et séjourna dans le Territoire jusqu’au 10 février 1976.

83 Représentant personnel de l’amoyta Ali-Miraḥ à Djibouti et fonctionnaire des douanes. Après l’indépendance de la République de Djibouti, il est devenu ministre successivement de la Justice (1977-1978), de la Fonction publique (1987 à 1990) et de la Défense nationale (1990 à 1991). Il est décédé le 3 août 1996 à Addis Abäba (Éthiopie).

84 Entretien à Addis Abäba, 22 novembre 2009.

85 Entretien à Djibouti, 28 octobre 2010.

86 Administrateur colonial et directeur du cabinet de Don Camille d’Ornano, le dernier haut-commissaire du TFAI. Celui-ci a complété le livre de Philippe Oberlé, Afars et Somalis. Le dossier de Djibouti (1971) par trois chapitres relatant la marche vers l’indépendance, ce qui a donné La République de Djibouti : des origines à la République (1985). Plutôt que de restituer avec exactitude les événements, Hugot en fait une lecture qui lui convient en vue de justifier la politique française au cours de ladite période. Il n’a pas été un témoin des événements qu’il raconte comme le mentionne la 4e de couverture. Il était arrivé en mai 1976.

87 Entretien à Djibouti, 3 juin 2008.

88 Entretien à Djibouti, 21 octobre 2010.

89 Entretien à Djibouti, 18 avril 2005. Cette information est confirmée par Ali Abdu qui faisait partie des personnes les ayant réceptionnées. Entretien à Addis Abäba, 14 avril 2010.

90 [PMAC attempts to split the Afars within Ethiopia by distributing Ali Mirah's extensive landholdings and by backing his political rivals may meet with some limited success. But the Sultan's deposal has affronted most of the FTAI Afars, including members of the Afar-dominated government, and has pushed them into an anti-Ethiopian alliance with Issa politicians.]

91 Le fils du sultan Ali-Miraḥ marié à une Américaine se nomme Aḥmed.

92 NDLA : Une localité frontalière du nord-ouest, dans la région de Balḥo.

93 [Ali Mirah was an impressive man, larger than any Afar I knew: heavy-set, with broad shoulders, thick forearms, and a full trimmed beard.]

94 Il s’agit, en fait, du « 2e de l’Etat-major », nommé parfois « service de renseignements » ou « service spécial », sa création remonte aux années 1870. Réorganisé en 1937 sous le gouvernement Léon Blum, il porta aussi le nom de « Service de Renseignements Impérial » (SRI), comprenant 8 secteurs, avec le secteur 4 basé à Djibouti et couvrant l’Afrique Orientale italienne, l’Afrique Orientale anglaise et le Golfe Persique. A Djibouti, le service a souvent été dirigé par des militaires connus de tous.

95 Cette information est corroborée par le commander Mussa Yasin qui se trouvait à l’époque à Asab. Il affirme avoir assisté à une réunion des responsables militaires convoquée par le commandant Shibeshi venu à Asab directement d’Awsa. Entretien à Addis Abäba, 19 juillet 2009.

96 Président du Conseil de Gouvernement de transition (31 juillet 1976-16 mai 1977), député (1977-1982), ministre du Plan (16 mai-15 juillet 1977), des Affaires étrangères (15 juillet 1977-5 février 1978) puis Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et de la Défense nationale (5 février 1978-21 septembre 1978). Il exerce depuis 1982 les activités de notaire.

97 Entretien avec le sultan Ali-Miraḥ. Cf. Aramis Houmed Soulé, op. cit. : 97 ; entretien avec Mussa Moḥamed Abubaker à Addis Abäba, 10 octobre 2005.

98 Entretien avec le sultan Ali-Miraḥ. Cf. Aramis Houmed Soulé, op. cit. : 91 et « Bulletins de Renseignements » du 16 juin 1975 cité par Simon Imbert-Vier, 2008 : 390.

99 Le Réveil de Djibouti du 14 juin 1975 annonce en une son départ sous le titre « Le sultan Ali-Miraḥ en Arabie Saoudite », sans cependant indiquer la date précise.

100 Ancien membre du Conseil Représentatif (1946-1957), conseiller de l’Union française (1952-1958), conseiller à l’Assemblé territoriale (1958-1968), ministre des Affaires intérieures (1958-1959), sénateur (1959-1965), vice-président du Conseil de gouvernement (1966-1967), de nouveau ministre des Affaires intérieures (1971-1976) et enfin député à la Chambre des députés (1973-1977).

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable