Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Chapitre 2. Le nationalisme afar moderne en Éthiopie

Texte intégral

Le protonationalisme

  • 1 Qafàr ummatta.
  • 2 Qafàr ayyunta.
  • 3 Qafàr baaxo.
  • 4 Qafàr-af.
  • 5 Qafarle.

1Les Afar se réclament, à part un petit noyau des tribus originelles, bâḍoh abûra en afar, d’une multitude d’ancêtres de diverses races et origines ethniques. C’est la preuve d’une forte capacité d’assimilation et de tolérance qui caractérisait la société afar. Aussi loin que l’on peut remonter, les Afar étaient répartis entre plusieurs proto-États à base géographique, construits sur une organisation fédérale. Cependant, ces deux faits n’ont pas été un obstacle à leur sentiment d’appartenance à une même nation distincte, ᶜAfar ummatta1, composée elle-même de plusieurs communautés, ᶜAfar ayyunta2, vivant sur un espace géographique distinct, ᶜAfar bâḍo3. Lequel sentiment était basé aussi sur une langue commune, ᶜAfàr-af4, une histoire partagée et l’adhésion aux ᶜAfarlé5; littéralement « ce qu’ont les Afar en partage ». Cette notion recouvre toute la jurisprudence et le respect de la tradition, de l’éthique et de la logique coutumière, etc.

2En dépit de l’absence d’unité politique, aussi loin que l’on remonte, les Afar ont été capables de désigner, quand il le fallait, un chef commun capable de les rallier pour une action commune. L’exemple le plus connu est le rassemblement au Moyen Âge de plusieurs de leurs entités politiques du sud derrière le chef de l’une d’entre elles pour faire face à la politique expansionniste du royaume abyssin. Un autre exemple remonte à la fin du 19e siècle. A la suite de la décision du gouvernement français de concéder l’exploitation des gisements du sel du lac ᶜAsal à ses nationaux, les chefs de Tadjourah et de Gobaᶜad firent bloc derrière le sultan Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta d’Awsa (Aramis Houmed Soulé, 2011 : 57).

  • 6 En afar : Deero.

3En outre, les différentes entités politiques indépendantes, à base géographique, se devaient assistance mutuelle en cas d’agression d’un autre peuple. Laquelle assistance mutuelle, facultative, devenait obligatoire s’il y avait de la part de l’entité agressée un appel d’aide, dêro6 en afar (Cassim Ahmed Dini, 1984 : 115).

  • 7 Terme utilisé pour désigner le nord-est du pays Afar.
  • 8 Terme utilisé pour désigner le sud-est du pays Afar.
  • 9 Terme utilisé pour désigner les régions du piedmont des hautes terres.

4Le protonationalisme afar intégrait donc une dimension à la fois pan-afar et régionale, épousant le cadre des ensembles géographiques naturels tels que l’Awsa, le Kilbat7, le Lâᶜo8 et le Dokᶜa9

Contexte historique et facteurs à l’origine de l’émergence du nationalisme afar moderne

5L’idée du nationalisme afar moderne émergea dans un contexte historique particulier de l’après Seconde Guerre mondiale dominé en Afrique par le nationalisme de l’État-nation, né des relations historiques entre le continent et les puissances coloniales. Trois principaux nationalismes prévalaient dans la région de la Corne de l’Afrique : éthiopien, somalien et érythréen.

6L’Éthiopie, dans ses frontières actuelles, a émergé à la fin du xixe siècle et son nationalisme s’enracinait dans la victoire de Ménélik II face aux Italiens lors de la bataille d’Adwa de 1896. Son enjeu majeur était la préservation de l’indépendance de l’empire.

7Le nationalisme somali apparut au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Son enjeu n’était pas l’anticolonialisme puisqu’à cette date, les Somaliens étaient assurés d’aller à la décolonisation pour ce qui concerne dans les Somalies italienne et britannique mais l’unification des territoires somalis découpés entre différentes colonies (Somalia, Somaliland, Kenya et Djibouti) et l’Éthiopie. Il s’agissait d’un nationalisme irrédentiste. Comme les Somali continuaient d’être en perpétuel mouvement à la recherche des pâturages pour leur troupeau et par conséquent, ils n’avaient pas une conscience précise des limites de leur territoire, ils percevaient comme une menace à l’expression de leur nationalisme aussi bien les États que les peuples, surtout les Oromo et les Afar, leurs voisins.

8Le nationalisme érythréen, quant-à-lui, était le fruit de l’histoire d’une décolonisation ratée et d’une intégration forcée dans un État africain, en l’occurrence l’Éthiopie. C’était un nationalisme d’État-nation anti-éthiopien mais pas complètement anti-européen dont d’ailleurs il réclamait l’héritage.

9Les menaces, que faisaient peser ces trois nationalismes à l’expression identitaire et politique des Afar dans la région de la Corne de l’Afrique, furent prises en compte dans la formulation du nationalisme afar moderne dont l’émergence date du début des années soixante. Jusqu’à cette date, les Afar se sentaient étrangers aux changements intervenant en Éthiopie (Érythrée comprise), lesquels n’avaient que très peu d’impact sur leur vie au quotidien.

  • 10 Les Somaliens se donnaient pour frontière la rivière Awash. Cf. Markakis, 1987 ; Colin Legum et Bil (...)

10La perspective de l’abolition de la fédération éthio-érythréenne impliquant une nouvelle division de leur ethnie fut perçue comme un facteur d’accentuation de leur marginalisation au sein de l’empire. Par ailleurs, la perspective de la lutte armée des indépendantistes érythréens plaçait les Afar entre deux feux. Au sud émergea le nationalisme somali revendiquant la création d’une « Grande Somalie » incluant l’ensemble des terres afar de Djibouti et une partie de celles d’Éthiopie10, tout en niant l’existence d’une nationalité afar distincte sur le territoire de la colonie française. À propos de cette revendication somalienne, l’historien et africaniste Yves Person remarque :
« La position des Somalis est faible sur deux points. D’abord, ils refusent de considérer les intérêts des Éthiopiens sur Djibouti. Ensuite, ils affectent de nier l’existence d’une nationalité Afar distincte, et étendent leurs revendications à l’ensemble du territoire et non à son quart sud-est. Ils violent ainsi le principe du nationalisme ethnique au nom duquel précisément ils revendiquent l’ensemble du domaine Somali. Ils risquent de perdre leur cause s’ils persistent dans ce refus par impérialisme ethnique. On ne voit d’ailleurs pas pourquoi, dans ce cas, ils ne revendiquent pas aussi l’ensemble du domaine éthiopien et érythréen. » (Person, 1975 : 37-38).

11Cette négation constituait un autre facteur d’inquiétude. Face à cette menace d’annexion, les Afar en vinrent à considérer l’État éthiopien comme un allié et un protecteur potentiel, sans cependant prôner une intégration du territoire à l’Éthiopie.

12Un autre facteur politique était lié à la prise de conscience des Afar de la côte, en l’occurrence ceux d’Érythrée, plus ouverts à la modernité que leurs frères d’Éthiopie, et leurs intérêts mais également la perspective d’annexion à l’empire puis leurs difficultés d’intégration au sein des mouvements de guérilla indépendantistes les poussaient majoritairement à privilégier une unification. Leur nationalisme fut nourri par de nombreux facteurs positifs comme la sédentarisation dans les villages côtiers du sud de la mer Rouge et à Masawaᶜ, leur implication dans la vie économique (commerce, entreprises de sel et de pêche, main-d’œuvre dans les ports de ᶜAsab, de Thiᶜo et de Masawaᶜ) mais également l’expérience d’une vie politique entre la fin des années quarante et au début des années cinquante.

13Le principal facteur économique de cette prise de conscience politique était la menace posée par une expansion continuelle de l’emprise de l’État central. Celle-ci se traduisit par la politique du développement dans la vallée de l’Awash commencée dans le courant des années soixante. La valorisation de cette zone lacustre s’opéra sous la forme de la distribution des terres aux membres de la famille impériale, aux féodaux abyssins et aux concessions étrangères, privant les éleveurs afar de l’accès à l’eau de la rivière et aux pâturages de ses berges. Cette perte de ressources se mua en un ressentiment commun contre les étrangers. En outre, le plus important des chefs afar, le sultan ᶜAli-Miraḥ Ḥanfaré suscita une très forte mobilisation de sa communauté sur ce registre foncier. Cette menace extérieure fit naître une prise de conscience pan-afar.

14Le nationalisme afar moderne porta sur la revendication, non pas de l’indépendance d’une hypothétique « Grande Afarie » transfrontalièe et difficilement réalisable mais d’une autonomie interne dans l’ensemble éthiopien fédéral par l’unification administrative des Afar d’Érythrée et de leurs frères d’Éthiopie. Lesquels se trouvaient marginalisés dans le découpage administratif de l’empire par leur répartition dans les périphéries de quatre gouvernorats généraux suivants : Wällo, Shewa, Harargé et Tigray.

  • 11 Qafariyyo.

15La production d’un riche répertoire de la chanson moderne participa à sa manière à l’émergence et au développement d’une conscience pan-afar restituée ici par ᶜAfariyyo11 que nous pouvons traduire par « Afarité ». Ce concept pouvait se prévaloir, comme nous avons vu plus haut, de posséder avec le ᶜAfarlé d’une formulation juridique propre ancienne.

16La diffusion était assurée par les programmes afar des stations de radio : Radio France d’outre-Mer (RFOM) à partir de Djibouti depuis 1955, La Voix d’Afrique de Radio Le Caire à partir de 1966 et Radio Addis Abäba depuis 1967. La faiblesse de la possession à l’époque des transistors était compensée grâce à une capacité de mémorisation très développée chez les pasteurs.

La genèse du nationalisme afar moderne

Chefs traditionnels : les pionniers

17L’émergence du nationalisme afar moderne fut le fait d’abord des chefs traditionnels, un groupe qui, en plus de son rôle important dans la société afar, eut à servir d’intermédiaire entre leur peuple et l’administration coloniale, éthiopienne y comprise. Et parmi eux, le sultan d’Awsa y apporta un apport fondamental. Les chefs de ce sultanat, héritier du célèbre royaume afar dit d’Adal du 16e siècle, le plus puissant des entités politiques afar, militairement et économiquement, ont toujours eu une propension à représenter les Afar dans leur ensemble, face aux puissances coloniales européennes (France et Italie) et à l’Éthiopie.

  • 12 Conseiller territorial puis député (1963-1973).

18Cette tradition fut perpétuée et adaptée au contexte par le sultan ᶜAli-Miraḥ Ḥanfaré à partir de la seconde moitié du 20e siècle. Habilement conseillé par son vizir, Yayyo Ḥammadou, il s’évertua à influencer les Afar des autres régions d’Éthiopie mais également de Djibouti et d’Érythrée. Ce dernier eut à se déplacer à plusieurs reprises dans ces deux derniers territoires pour rencontrer les responsables politiques afar, et dans le cas de l’Érythrée, tant ceux favorables à l’unification avec l’Éthiopie que ceux engagés dans les fronts indépendantistes. À Djibouti, Yayyo Ḥammadou eut à plusieurs reprises à arbitrer au nom du sultan les différends entre les dirigeants politiques comme ce fut par exemple le cas en 1962 entre le vice-président du Conseil de gouvernement ᶜAli ᶜAref Bourhan et les dirigeants de l’Union démocratique afar (UDA) présidée par un jeune instituteur dynamique, Orbisso Gaddito Ḥassan12. C’était sous son égide qu’intervint la réconciliation, basée sur le regroupement des Afar dans le parti UDA et la reconnaissance du leadership de ᶜAli ᶜAref qui, en retour, devait prendre en compte les revendications des Afar. À leur tour, les dirigeants afar furent nombreux à séjourner dans l’Awsa auprès du sultan ᶜAli-Miraḥ.

19En dépit de la reconnaissance de la nécessité d’une interconnexion des luttes menées par les Afar dans le cadre des entités politiques modernes (Éthiopie, Djibouti et Érythrée ou encore Éthiopie, Érythrée comprise et Djibouti), le nationalisme afar prenait donc en compte les découpages arbitraires de la période coloniale. Il pouvait se conjuguer avec le nationalisme territorial plus large auquel il n’était pas opposé mais dont il pouvait être complémentaire. Cela est un autre trait distinctif avec le nationalisme somali, irrédentiste.

  • 13 Nous utilisons ce nom donné par les Italiens à la région côtière sud-est de l’Érythrée, de la pénin (...)
  • 14 Le village, qui donne le nom à ce woreda, est connu des Afar sous le nom Fâtumà Ari.

20Ceci étant dit, on peut affirmer en schématisant que pour le nationalisme afar moderne en Éthiopie, les signes clairs apparaissent en 1961 à Thiᶜo, sur la côte de la mer Rouge. Cinquante-cinq chefs de clans provenant de deux woreda de la Dankalie13 septentrionale de l’awrajja de ᶜAsab, Thiᶜo et Mersa Fatima14, tinrent une réunion une semaine durant dans le village de Thiᶜo afin de discuter de la situation présente, de l’ambition et du destin des Afar. Des officiels du gouvernement central et quelques « lettrés » afar y prirent part également. Après avoir analysé les conséquences de l’annexion prévisible de l’Érythrée à l’Éthiopie, ils conclurent que la première allait former un quatorzième gouvernorat général et la région de la Dankalie, une cinquième division du pays Afar à l’intérieur de l’empire, dépendante d’Asmara, un centre de décision toujours éloigné de leur terre. Enfin, ils parvinrent à un consensus sur le fait que les Afar devraient appeler à la création de leur propre gouvernorat général regroupant les terres afar d’Éthiopie et d’Érythrée. Ils convinrent de mobiliser d’abord leurs frères de la Dankalie méridionale et des Gouvernorats généraux d’Éthiopie autour de ce projet et de tenir à cet effet une réunion similaire dans toutes les régions concernées.

  • 15 Cette option politique, prévoyant également l’attachement de l’autre partie de l’Érythrée, la plain (...)

21La position de ces chefs traditionnels en faveur de l’unification des terres afar résultait donc de la perspective de l’abrogation de la fédération et par le fait de devoir être soumis à la même autorité que leurs frères d’Éthiopie. Elle n’a pas été influencée par les Britanniques qui, pendant leur administration de l’Érythrée (1941-1952), avaient élaboré un projet de rattachement des Hauts-Plateaux et de la Dankalie à l’Éthiopie15. Cette idée avait été reprise en 1949 dans le « Plan Bevin-Sforza », du nom de ses deux parrains, le ministre des Affaires étrangères anglais, Ernest Bevin et son collègue italien, le comte Carlo Sforza. Lequel plan visait à régler le sort de l’ensemble des anciennes colonies italiennes mais il n’avait pas abouti.

22En 1963, une autre réunion eut lieu à ᶜAsab, chef-lieu de l’awrajja du même nom. À cette occasion, en lieu et place de la tenue de multiples réunions que le pouvoir ne pourrait tolérer, fut adoptée l’idée consensuelle de rédiger une pétition à l’adresse de l’empereur Hayle Sïllasé à signer par tous les chefs tribaux et claniques afar de cinq gouvernorats généraux du pays. Le kegnazmach Yasin Maḥammôda Gumḥed, promoteur de ce projet, fut chargé de coordonner la collecte de signatures pour la pétition et de la présentation de celle-ci à la cour impériale. Celui-ci assumait le rôle à la fois de chef traditionnel, d’homme politique et de culture. Il avait milité vers la fin des années quarante dans le Parti unioniste prônant le rattachement de l’Érythrée à l’Éthiopie et ce dans l’intention d’unifier la Dankalie avec les terres afar d’Éthiopie. En mars 1949, il avait représenté la communauté afar à la réunion spéciale de l’Assemblée générale des Nations unies consacrée à la question érythréenne. Dans le courant des années cinquante, il avait été nommé gestionnaire de Thiᶜo, le troisième port après ᶜAsab et Masawaᶜ puis cumulativement gouverneur du woreda en 1964.

23Cette mission de collecte des signatures prit quatre ans. La pétition signée par tous les chefs traditionnels fut enfin présentée en 1967 à l’empereur Hayle Sïllasé. L’argumentaire développé à l’appui de cette pétition pour intéresser ce dernier insistait sur le fait que la création d’une région afar autonome était dans l’intérêt de l’empire et des peuples éthiopiens en général ; elle était également susceptible de séduire les Afar de Djibouti, menacés d’absorption dans la Grande Somalie.

  • 16 [One of the benefits would be a more equal and just distribution of social services and education a (...)

Un des avantages serait une distribution plus égale et plus juste des services sociaux et d'éducation parmi les groupes ethniques constituant l'empire. En outre, la création d'un tel État servirait de pôle d'attraction pour les Afar de Djibouti, qui considéreraient sérieusement à adhérer à l'empire éthiopien comme alternative à l'absorption dans la Grande Somalie, et faciliterait également la pacification de la province d'Érythrée en détachant les régions afar et en assurant de ce fait l'accès au port d'Assab de la mer Rouge16 (Kassim Shehim, 1985 : 345).

24Hayle Sïllasé promit de faire étudier la demande. En réalité, il s’agissait d’une façon diplomatique de dire non. Son attitude s’expliquait par le fait qu’il pensait que le regroupement des Afar dans une seule région administrative allait constituer un mauvais précédent, susceptible de gêner sa politique d’amharisation et au pire de conduire à la désintégration de l’empire. À ceci s’ajoutait la méfiance obsessionnelle à l’égard des Afar, résultant d’une mentalité qu’Alain Gascon qualifie justement « du syndrome de Grânn : syndrome né du sentiment de vivre dans une forteresse assiégée par les musulmans toujours en train de préparer un jihad » (Gascon, 2006 : 37).

  • 17 Pour les récits des conquêtes de l’imam Ahmed, voir Chihab Eddin Ahmed Ben Abd El Qâder surnommé Ar (...)

25Pour les Amhara et les Tigréens, plus que toute autre ethnie, ces ennemis en puissance étaient personnifiés par les Afar désignés sous l’appellation Adal, d’après le nom donné par leurs ancêtres à l’un des royaumes afar et à ses habitants. Ces derniers, associés à d’autres musulmans afar et non afar, ont failli, selon les chroniques de l’époque, sous la férule de l’imam Aḥmed Ibrahim ᶜUmar dit « Grânn » (le gaucher), détruire le royaume chrétien d’Abyssinie, sauvé in extremis par une intervention extérieure, en l’occurrence portugaise17.

  • 18 Créée en 1964, cette association avait pour objectif d’améliorer le sort des Oromo en Éthiopie sur (...)

26Cette démarche des Afar intervenait moins d’une année après l’interdiction de l’association oromo Mesha-Tulama Self Help Association (MTSHA)18 et l’arrestation de plus d’une centaine de ses dirigeants sous prétexte qu’elle encourageait le recours à l’ethnicité dans le champ politique. Les revendications identitaires de ce mouvement pan-oromo, formulées par des personnalités considérées comme parfaitement assimilées, avaient été perçues comme une trahison contre l’empereur, l’unité et l’intégrité de l’Éthiopie. Cette réaction démontrait que l’empereur Hayle Sïllasé n’était pas prêt à considérer le pluralisme ethnique et culturel de l’empire.

27Pour infructueuse qu’elle fût, dorénavant, cette démarche auprès de l’empereur pour lui remettre la pétition appelant à la création d’une entité administrative pour les Afar au sein de l’empire allait être marquée d’une pierre blanche dans la genèse du nationalisme afar moderne en Éthiopie.

Les déçus de la résistance érythréenne

  • 19 Une coalition de formations politiques créée en juin 1949 et comprenant la Ligue musulmane d’Érythr (...)

28L’aspiration à une unification de la Dankalie avec les régions afar au sein de l’empire éthiopien que nous avons évoquée plus haut était d’abord minoritaire au sein de la petite frange d’élite de la communauté afar de l’ex-colonie italienne. Elle semble avoir été le cas dans l’ensemble de la population vers la fin des années quarante, selon les résultats de la commission d’enquête mandatée par les quatre puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale (États-Unis, Union Soviétique, France et Royaume-Uni) pour étudier les conditions prévalant dans l’ex-colonie italienne et s’informer des vœux de ses habitants. Dans les deux régions afar de la colonie, le Parti unioniste opposé au Bloc de l’indépendance19 et soutenant une intégration à l’Éthiopie n’était représenté que dans la seule Dankalie septentrionale où il était crédité de 8,4 % de suffrages (Sylvia Pankhurst & Richard Pankhurst, 1953 : 328, Annexe II).

29Parmi les élites, les uns, très critiques, disaient qu’ils ne s’attendaient pas à bénéficier des bienfaits du progrès et d’atteindre le bienêtre sous le régime de Hayle Sïllasé auquel ils reprochaient de maintenir leurs frères à l’état de sous-développement absolu tandis que les autres, frange la plus réceptive aux idées de l’État-nation, pensaient qu’ils devaient lutter aux côtés des autres nationalités pour l’indépendance de l’Érythrée avec, comme on s’en rendra compte par la suite, une arrière-pensée de bénéficier d’une autodétermination dans leur région.

  • 20 Ancien employé de l’Ufficio Spedizioni dell’Eretria à Masawa (1920-31), il avait été nommé en 1931 (...)
  • 21 Fils de Gaass Asa Moḥamed, un important chef traditionnel de la Dankalie septentrionale (voir pou (...)
  • 22 Représentant du FLE en Somalie au cours des années 1960, il avait fait partie par la suite du secré (...)
  • 23 Dénomination sous laquelle sont désignées les communautés musulmanes des hautes terres chrétiennes (...)
  • 24 Né en 1902 à Dessiet, un village afar de la péninsule de Bori, il apprit dès son plus jeune âge les (...)

30Aussi, le Parti « Râbitat al-Islâmiyya Eretriya » (la Ligue musulmane d’Érythrée), créé le 4 décembre 1946 à Kéren et prônant l’indépendance, comptait parmi ses fondateurs plusieurs personnalités afar dont Siraj Moḥamed Kamil20, Mussa Gaᶜass ᶜAsa Moḥamed21 et Ḥassan Moḥamed Aḥmed22. Un autre éminent fondateur, ᶜAbdulkadir Moḥamed Saleḥ Kabiré était un Jabarti23, de père d’origine afar (Gamaladdin al-Chami & Hahim Gamaladdin, 1997 : 297) et de mère afar, du clan Baddirêra des Dâhimêla24.

31Il avait été élu président de sa branche d’Asmara et de Hamassien. En 1949, il avait été choisi pour représenter le bloc de l’indépendance à la 3ème session de l’Assemblée générale de l’ONU dont l’ordre du jour portait sur la discussion du statut de l’Érythrée mais il fut assassiné le 30 mars à Asmara, à la veille de son départ pour New York.

  • 25 Après une scolarité à l`école italienne de Asab (1931-34), il travailla successivement comme emplo (...)
  • 26 Après une scolarité à l’école italienne de Thio de 1936 à 1939, il travailla auprès du cadi de ce (...)
  • 27 Muté de Asab en même temps que Mussa Gaass, il retourna en Érythrée en décembre 1970 comme admini (...)
  • 28 Par la suite, il occupa pendant une longue période et jusqu’à son départ à la retraite le poste de (...)

32Les Afar furent représentés dans le premier Parlement libre érythréen (1952-1956) par deux membres de la Ligue musulmane : Moḥamed ᶜUmar Akito25 et ᶜAbdallah ᶜAbdurahman ᶜOsman26. Mussa Gaᶜass ᶜAsa Moḥamed, quant-à-lui, devint en septembre 1952 gouverneur de l’awrajja de la Dankalie méridionale. Après une mésentente avec le commandant (et futur général) Kabbede Gebre27, le proconsul nommé moins d’une année après par l’empereur dans la cité portuaire, lequel voulait remplacer les dockers afar par des originaires des hautes terres, il fut muté à la tête de l’awrajja d’Oum Ḥajjer, dans l’ouest de l’Érythrée, puis six mois après à la tête de l’awrajja de Masawaᶜ. À cette fonction, il prit une part active dans l’unification des terres afar de la Dankalie en une seule province28.

Carte 2 : Découpage administratif de l’Éthiopie d’avant 1987.

Carte 2 : Découpage administratif de l’Éthiopie d’avant 1987.
  • 29 En anglais : Eritrean Liberation Movement (ELM). Cette organisation était également connue sous le (...)
  • 30 Les autres cofondateurs étaient Moḥamed Saïd Nawid (Tigré, Ḥabab, Président), Yasin Moḥamed Agadd (...)
  • 31 Ibid.

33Le Mouvement de libération de l’Érythrée (MLE)29, la première organisation vouée à la lutte pour l’indépendance, fondé en 1958 à Port-Soudan (Soudan), comptait trois Afar parmi ses sept fondateurs : ᶜOsmanMoḥamed ᶜOsman ᶜAli-Kéfar, Ḥabib Gaᶜass ᶜUmar et Moḥamed Ḥassan ᶜOsman ᶜAli-Kéfar30. Plus d’un mois après l’abrogation de la fédération, lorsque le MLE abandonna l’idée du coup d’État pour lequel il avait infiltré le milieu de la police au profit de la lutte armée, son choix pour l’établissement du maquis se porta sur la région de la Dankalie où elle disposait de sa première branche à l’intérieur de l’Érythrée, avant celle d’Asmara, laquelle suivra31. À cet effet, un officier afar de la police, Gumḥed Idriss Gumḥed, responsable du dépôt d’armes et de munitions de la police de Masawaᶜ, prit le 19 décembre 1962 la tête d’un groupe d’une trentaine de collègues. Le groupe se débanda à la suite de la mort de son chef et de certains de ses membres dans l’accrochage avec leurs poursuivants, les forces éthiopiennes stationnées dans le nord de la Dankalie appuyées par des hélicoptères de combat (Saleh « Gadi » Johar, 2010).

34L’historien John Markakis, dont les écrits sur l’Érythrée font autorité, ignore le rôle des Afar dans le MLE. Il affirme :

  • 32 [The ELM leaders hailed from the Northern hills of Keren and the Sahel, and their recruitment effor (...)

Les dirigeants du MLE provenaient des montagnes septentrionales de Keren et du Sahel, et leurs efforts de recrutement étaient concentrés sur les villes de ces régions et sur Asmara et Massawa32 (Ibid. : 108).

35Il semble avoir fait crédit à l’idée infondée mais fort répandue de l’opposition des Afar à l’indépendance de l’Érythrée alors qu’en réalité ceux-ci furent parmi les premiers groupes ethniques à épouser cette cause (Redie Bereketeab, 2002).

  • 33 En anglais : Eritrean Liberation Front (ELF).

36L’engagement des Afar dans le rang du Front de libération de l’Érythrée (FLE)33, plus connu sous le nom populaire de Jabha, semble également avoir échappé à John Markakis :

  • 34 [The fourth [zone covered Semhar and Afar coastal region] was dominated by urban elements from Mass (...)

La quatrième [la région militaire couvrant le Semhar et la région côtière afar] a été dominée par les éléments urbains de Massawa et d'Arkiko et a recruté principalement parmi le Sahos […] Son potentiel a été limité par la basse densité de la population en dehors de deux ports, l’attitude distante des Afars dans le sud, et la forte présence éthiopienne dans Massawa et Assab34 (Ibid. : 115-116).

37Il ajoute :

  • 35 [In the fourth zone, the ELF command reacted brutally to the initial hostility of the Afar nomads w (...)

Dans la quatrième zone, le commandement du FLE a réagi brutalement à l'hostilité initiale des nomades afar qui, par conséquent, ne devaient jamais se rallier au FLE35 (Ibid. : 117).

  • 36 Nom d’une bande côtière comprise entre l’oued Waquro, au nord de Masawa et Ḥergîgo, au sud.

38Ces affirmations méritent d’être corrigées car dès l’ouverture d’un maquis du FLE dans le sud de Masawaᶜ, des Afar l’ont rejoint. Par la suite, avec la création de la région militaire quatre, celle englobant le Samhar36 et la Dankalie, laquelle devait recruter chez les Tigré Masawaᶜa et les Afar, leur nombre s’est accru, même s’il n’était pas important du fait de la politique du Front qui ne l’encourageait pas.

39Cependant, ils se retrouvèrent vite frustrés face au clientélisme de la direction de cette organisation qui les écartait des stages de formation militaire à l’étranger mais également de l’accès aux postes de responsabilité, même dans leur région. À cela s’ajouta la réprobation de la pratique d’une coercition contre la population civile afin de la forcer à nourrir la rébellion.

  • 37 Géographe de formation, né en 1920 à Ḥergigo, un village du sud de Masawa, où il avait fait ses pr (...)
  • 38 Membre fondateur des FPL puis du FPLE, il a été élu à son premier Bureau politique par le congrès c (...)

40Pour autant, plusieurs combattants d’origine afar du FLE devinrent membres de Mejmûᶜat al-ᶜEqab (le commando suicide) organisé par ᶜOsman Saleḥ Sabbé37 en vue d’entreprendre entre autres des détournements et d’attaques d’avions civils de la Compagnie Ethiopian Airlines et ce pour venger les bombardements par l’armée éthiopienne des dizaines de villages le long de la côte et dans les parties nord et ouest de l’Érythrée. Lequel commando entreprit au cours du premier semestre de 1969 plusieurs exploits spectaculaires ayant permis à la résistance de bénéficier d’une première publicité internationale. L’un de ses membres d’origine afar, Moḥamed Saleḥ Galé a détourné sur ᶜAden en plein vol un DC6 assurant une liaison hebdomadaire entre Dire Dawa et Djibouti. Un autre, ᶜAli Seyyid ᶜAbdallah38 a dirigé l’opération-commando qui avait permis la destruction le 16 juin de cette même année d’un Boeing 707 des Ethiopian Airlines à l’aéroport de Karachi (Pakistan). Ces actions avaient été précédées par un assaut réussi contre le consulat d’Éthiopie à Djibouti et la destruction d’une section de la voie ferrée reliant le chef-lieu de la colonie française à Addis Abäba (Poscia, 1989 : 105).

41Ces engagements n’empêchèrent pas la dissidence des combattants afar du rang de la résistance érythréenne. Ces derniers reprirent la revendication d’une région autonome pour les Afar au sein de l’empire. Une première dissidence apparût en novembre 1969 dans la Dankalie, quelques mois après la création en août du Commandement général provisoire, en arabe le Kiyâda al-ᶜÂm muaqat, lequel devait assurer la transition pendant une année, le temps d’organiser un congrès national. La dissidence, qui avait chassé les combattants du front du territoire Afar, présenta trois principales revendications à l’empereur :

42- l’incorporation des Afar dans les forces armées, à charge d’assumer la responsabilité de la sécurité de leur région ;

43- l’unification en une seule entité administrative des terres afar, réparties dans cinq teklay-gezat, avec ᶜAsab comme chef-lieu ;

44- la nomination du sultan ᶜAli-Miraḥ d’Awsa comme gouverneur général de ladite entité administrative.

  • 39 Entretiens à Addis Abäba avec Ismail Moḥamed Ismail dit Asa Ismail et Ali Abdu Tié, respecti (...)

45Le gouvernement d’Hayle Sïllasé répondit que les revendications de l’unification des terres afar dans une seule région administrative et de la nomination du sultan ᶜAli-Miraḥ à sa tête allaient être examinées lorsque les Afar des autres Gouvernorats généraux appuieront la demande. En attendant, il accepta la transformation des combattants en gardes territoriaux avec un salaire mensuel dérisoire de 40 dollars éthiopiens39.

  • 40 Il a été exécuté par les FPL pour avoir prôné une réponse positive à l’invitation du FLE aux dissid (...)
  • 41 Métis de mère yéménite, il a été tué en 1972 à Cheeb dans la guerre civile entre le FLE et les FPL.
  • 42 Il fut l’un de quatre membres des FPL à siéger dans le bureau politique à présidence tournante étab (...)
  • 43 Membre fondateur du FPLE en janvier 1977 et son premier secrétaire général (1977-1987), il fut réél (...)
  • 44 Il entra par la suite en dissidence et participa à la création d’une nouvelle organisation sous le (...)
  • 45 Celui-ci était un des rares cadres de la résistance titulaire d’un diplôme universitaire obtenu au (...)

46Le gros de la dissidence reprit le maquis. La présence de cette force dissidente organisée en Dankalie facilita le rassemblement des autres opposants au Commandement général provisoire et la création en juin 1970 à Sidîḥa-ᶜÉla des Forces populaires de libération (FPL), ancêtre du Front populaire de libération de l’Érythrée (FPLE) qui va conduire cette ex-colonie italienne à l’indépendance. Moḥamed ᶜOsman Aḥmed40 et ᶜAli ᶜOsman Moḥamed41 représentaient les Afar dans sa direction politico-militaire de neuf membres. Par la suite, à l’issue du congrès d’Umbaḥra de septembre/octobre 1971, lequel vit le retour au sein des FPL du groupe des dissidents Mariya, une nouvelle direction de cinq membres fut élue. Aḥmed Hilâl Moḥamed-Nur42 y représentait les Afar. Ce cadre militaire, ancien co-équipier de Moḥamed ᶜOsman Aḥmed dans le club de football Dankalia de ᶜAsab, se trouvait au moment de la création des FPL en formation dans une académie militaire en Syrie et venait de rejoindre celles-ci en Dankalie septentrionale. Les quatre autres membres élus de cette instance furent Ramadan Moḥamed Nur (Tigré, Masawaᶜa)43, Salaḥ « Tatow » (Tigré, Habab), Abubaker Moḥamed Jimᶜi (Tigré, Mariya)44 et Abubaker Moḥamed Ḥassan Kadi (Saho)45.

  • 46 Il fera défection en 1973.

47Une année et quatre mois après que ces dissidents rénovateurs aient décidé la création de leur propre organisation, le FLE tint son premier congrès national du 14 octobre au 12 novembre 1971 à Arr, vers la frontière soudanaise. Il déboucha sur l’abolition du commandement général provisoire et du Conseil suprême et leur remplacement par un Conseil révolutionnaire de 13 membres et un comité exécutif de 19 membres. Les Afar furent représentés dans le Conseil révolutionnaire par Cheḥem Ibrahim Cheḥem46. Celui-ci fut nommé cumulativement responsable du bureau du FLE en Irak, le plus important à l’époque.

  • 47 Un des premiers afar à avoir rejoint le FLE dès 1964, formé une année après en Syrie, chef de la ma (...)
  • 48 Frère de Saleḥ Rashid Gaass, l’un des chefs de la première dissidence, il fit défection peu après (...)

48La demande pour l’unification des terres afar dans une seule région administrative fut renouvelée en 1971 par un deuxième groupe de dissidents, cette fois-ci du rang des FPL. Il était dirigé par Moḥamed Aḥmed Ti’é dit « Ḥatab »47, secondé par Mussa Rachid Gaᶜass48. Rejoints peu après par un troisième groupe de combattants afar, dissidents du FLE, ceux-ci ne parvinrent pas à infléchir la position du gouvernement éthiopien.

49Hayle Sïllasié, qui pouvait profiter de ces dissidences et casser le mouvement de rébellion, persista à considérer le regroupement des Afar dans une seule région administrative comme plus dangereuse que la menace de la rébellion érythréenne. D’ailleurs, jusqu’à la fin des années 1980, ni le régime impérial et ni celui de la Junte militaire ne retouchèrent la frontière coloniale de l’Érythrée maintenue envers et contre tout après l’abolition de la fédération en novembre 1962, comme une limite administrative intérieure.

Les jeunes scolarisés prennent le relais

50Après les chefs traditionnels et les déçus de la résistance érythréenne, le relais de la revendication d’une région administrative pour les Afar à l’intérieur de l’empire fut assuré par la jeune génération, issue des associations scolaires afar du Caire (Égypte), d’Addis Abäba et d’Asmara (Éthiopie). Lesquelles renforcèrent chez leurs membres le sentiment d’appartenance à une même communauté et un esprit de solidarité, autrement dit une conscience pan-Afar, moderne et unitaire. Cette approche résultait d’une prise de conscience de la menace encourue pour leur identité par le démembrement de leur communauté dans divers gouvernorats généraux en Éthiopie, les difficultés d’intégration dans la résistance érythréenne et par le pansomalisme à Djibouti.

51Les trois premiers élèves étaient arrivés en Égypte en 1952, après avoir fait à pied le trajet jusqu’à la frontière soudanaise. L’un d’entre eux, Ḥabib ᶜAli ᶜAdona raconte :

  • 49 Le narrateur, Moḥamed Tayyib Ismail, Moḥamed Abubaker Ibrahim dit Lumumba et deux autres jeunes, o (...)
  • 50 Un village du sud de Masawa.
  • 51 Région côtière septentrionale de l’Érythrée.
  • 52 Une des ethnies de l’Érythrée, d’origine arabe.
  • 53 Entretien à Addis Abäba, 5 juin 2005.

Nous étions cinq jeunes49 à quitter Ḥergigo50 pour l’Égypte dans l’intention d’étudier à Al-Azhar. Un seul d’entre nous, Moḥamed Tayyib Ismaᶜïl, avait un niveau minimum d’éducation, acquis à l’Institut islamique de Masawaᶜ. Quant à moi, je n’avais suivi que trois mois de cours d’arabe. Nous pensions que nous arriverions à destination en quelques jours. Pour nous rendre au Soudan, nous avions fait le chemin à pied, en passant par la région du Sahel51 où nous avions sollicité le service d’un chamelier Rashaida52. En cours de chemin, nous avions souffert de la soif. Je me rappelle qu’il nous était arrivé de rester vingt-quatre heures sans boire. Quand l’un d’entre nous n’arrivait pas à marcher et qu’il tombait, notre guide le mettait sur le chameau. A la frontière érythréo-soudanaise, notre guide nous avait fait contourner le poste frontalier du Soudan, à l’époque colonie anglaise, pour entrer dans le village de Karrora. Les Soudanais sont des gens très hospitaliers et ils nous avaient fort bien reçus. « Azhar est loin et restez ici » nous avaient-ils dit. Ils nous avaient installés à la mosquée. Nous étions pressés. « Nous ne vous laisserons pas partir pour mourir », nous avaient-ils dit. Et devant notre insistance, ils avaient loué une voiture et avaient demandé au chauffeur de nous transporter à Tokar et de nous remettre aux mains d’une personnalité connue de la ville. Cette dernière nous avait amenés à Port-Soudan où elle nous avait remis entre les mains de la communauté afar, importante à l’époque, et vivant essentiellement de la pêche des perles. Nous y avions reçu un accueil chaleureux. Alors que mes quatre compagnons embarquaient sur des boutres de pêche pour se faire un peu d’argent, j’ai été envoyé en Arabie Saoudite pour poursuivre ma scolarisation. Par la suite, deux de nos camarades étaient restés là, et nous avions été trois à poursuivre le voyage53.

  • 54 Pavillon des Jabarti, terme générique désignant en Égypte depuis le Moyen Âge les populations de la (...)

52À leur arrivée au Caire, ils furent accueillis au Riwâq Jabartiyya54 de l’Université Al-Azhar, ouvert aux nouveaux arrivants originaires de la Corne de l’Afrique. Cinq mois après, ils obtinrent des bourses d’études qui leur permirent de s’installer en ville.

53Sous la monarchie et sous le régime nationaliste arabe de Gamal ᶜAbdel Nasser, surtout à partir de 1955, l’Égypte accordait aux étudiants musulmans d’Afrique et du Moyen-Orient des bourses d’études et une admission généreuse dans ses écoles, surtout à l’université théologique d’Al-Azhar. Elle leur facilitait également l’accès au travail et la possibilité de s’organiser dans le cadre de leur propre association.

  • 55 Représentant du FLE-CR en France de la mi-1970 à la mi-1980, il est décédé le 21 mai 2013 à Bruxell (...)
  • 56 Un ancien cadre d’une société privée de Djibouti, aujourd’hui à la retraite.
  • 57 Diplomate à la retraite, il fut longtemps chargé d’affaires de la République de Djibouti en Égypte.
  • 58 Les premiers, par voie terrestre en traversant la frontière soudanaise et en entrant clandestinemen (...)

54Moḥamed Tayyib Ismaᶜil, Ḥabib ᶜAli ᶜAdona et Moḥamed Abubaker Ibrahim55 en profitèrent pour fonder, à eux trois, l’embryon d’une association de collégiens et d’étudiants afar du Caire. Pour éviter à leurs frères, qui devaient venir les rejoindre les difficultés financières auxquelles ils avaient eu à faire face, ils décidèrent d’épargner une petite somme prise sur leur bourse d’études. Peu après leur arrivée, ils furent rejoints par Rouffa Nur56 et Moḥamed Gaᶜass Moumin57. D’autres étudiants affluèrent en Égypte58 vers la fin des années cinquante et au début des années soixante et vinrent grossir le rang de leur association, désormais reconnue par les autorités égyptiennes.

55En 1966, l’association profita de la visite au Caire de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ pour demander aux autorités égyptiennes de bénéficier d’un temps d’antenne sur La Voix de l’Afrique, la Radio du Caire, une station qui diffusait en direction du continent dans les langues africaines. Une plage horaire de cinq minutes par semaine leur fut accordée et l’émission était animée par Moḥamed Tayyib Ismaᶜil et Ḥabib ᶜAli ᶜAdona. Très vite, le temps d’antenne de ce programme augmenta, pour finir par être aligné sur celui des émissions dans d’autres langues. Il gagna en audience.

56La Voix de l’Afrique, la Radio du Caire fut la deuxième station radio à diffuser une émission en langue afar, après l’antenne djiboutienne de RFOM, ouverte en 1955. En Éthiopie, il faudra encore attendre une année pour voir Radio Addis Abäba diffuser en afar sur sa chaine internationale.

  • 59 Entretien avec Ḥabib Ali Adona à Addis Abäba, 25 juillet 2008.

57L’ouverture d’une émission en langue afar sur La Voix de l’Afrique, la Radio du Caire suscita une réaction négative de la toute jeune République de Somalie. Celle-ci, par le biais de sa représentation diplomatique au Caire, tenta de convaincre les autorités égyptiennes de revenir sur cette décision. La Somalie prétendit que les Afar étaient une composante du peuple somali et leur octroyer une émission revenait à diviser ce dernier. En réponse, les Égyptiens firent valoir que le programme n’avait pas un objectif politique mais religieux et qu’il ne pouvait y avoir aucun inconvénient au fait de diffuser une émission à caractère religieuse s’adressant aux locuteurs afar59.

58Par cette réponse diplomatique, l’Égypte semble avoir fait comprendre à la Somalie qu’elle ne pouvait la soutenir dans son impérialisme ethnique de négation de l’identité distincte d’une autre ethnie, de surcroît musulmane. Déjà, cette position semble avoir été sous-tendue à travers l’invitation au Caire du sultan ᶜAli-Miraḥ, le plus important chef traditionnel afar et de ᶜAli Aḥmed ᶜUdum, un ancien conseiller, exilé politique en Somalie pour son opposition à la présence coloniale française. Il semble que c’est à cette période que remontait le changement relevé vers la mi-1967 par Virginia Thompson et Richard Adloff dans la position égyptienne concernant l’avenir de la colonie française de Djibouti :

  • 60 [The Egyptian President probably would have liked to see the Territory emerge as a weak, nominally (...)

Le président égyptien voudrait probablement voir le Territoire émerger comme un État faible et nominalement souverain, indépendant de la Somalie et de l’Éthiopie, et qui se tournerait donc vers l'Égypte pour l'appui. Si cela se produisait, et Aden était également amené dans l'orbite égyptienne, Nasser gagnerait le contrôle de l'entrée méridionale à la mer Rouge60 (Thompson et Adloff, 1968 : 133-134).

  • 61 En anglais : Somali Youth League (SYL).
  • 62 En anglais : The Liberation Front for the Somali West (LFSW).
  • 63 Cf. La chronologie consacrée aux relations entre les Oromo et les Somali sur le website oromo : htt (...)

59Au cours des années soixante, les diplomates de la jeune République de Somalie dont certains avaient été impliqués dans la Ligue de la jeunesse somali61 et la création vers la fin des années cinquante à Mogadiscio du Front de libération pour la Somalie occidentale (FLSO)62, plus connu chez les Somali sous le nom de Somali Galbed (« Somalie occidentale ») exercèrent beaucoup de pression sur les Oromo, allant jusqu’à la saisie de passeports, l’annulation de bourses d’études, pour les amener à accepter le FLSO et à adopter l’identité somali. On ne possède pas d’informations sur l’attitude de la Somalie face à une émission radio en langue oromo appelée “La voix des Galla [Oromo] de Harar » diffusée depuis 1956 sur La Voix de l’Afrique, la Radio du Caire. Ce projet était l’oeuvre des Oromo et de quelques Harari, venus en Égypte vers la fin des années quarante63.

  • 64 Entretien avec Ḥabib Ali Adona à Addis Abäba, 25 juillet 2008.

60Il faut rappeler ici qu’en raison de la restriction de la délivrance de documents de voyage aux musulmans en Éthiopie, les étudiants désireux de poursuivre leurs études dans les pays arabes, surtout en Égypte soit entraient clandestinement dans ce pays en passant par le Soudan ou se débrouillaient pour avoir la nationalité et le passeport des pays limitrophes (Djibouti, alors colonie française, le Soudan, colonie britannique puis République du Soudan, Somaliland et Somalia, respectivement colonies britannique et italienne devenues par la suite la République de Somalie). En raison de leur proximité avec les Somali, les Oromo et les Harari étaient détenteurs de passeports somaliens. Les informations manquent sur la réaction éthiopienne concernant la diffusion d’une émission en langue afar à partir du Caire, ce qui laisse supposer qu’elle a été discrète. Deux ans après, Ḥabib ᶜAli ᶜAdona, l’un des deux premiers animateurs du programme, s’était vu privé de son passeport au retour au pays pour les vacances scolaires, sans que l’on sache cependant si cette décision était liée à son rôle d’animateur de ce programme ou à sa fréquentation des étudiants érythréens engagés en faveur de la lutte pour l’indépendance de l’Érythrée. L’intéressé privilégie cette dernière hypothèse64.

  • 65 Ce sont les gouvernorats généraux suivants : Érythrée, Tigray, Wällo, Shewa et Harargé.
  • 66 En français : Association de la jeunesse Afar.
  • 67 Dr Issé Ibrahim Cheḥem a été entre autres enseignant à l’université de Karachi au Pakistan puis à (...)

61Au début des années soixante, les jeunes afar, originaires des différents gouvernorats généraux du pays65 mais également de la Côte française des Somalis (CFS), vinrent poursuivre leur scolarité à Addis Abäba, les premiers dans des collèges et les seconds, au Lycée Gebre Maryam. Ils profitèrent de l’occasion de se retrouver pour la première fois en un même lieu pour échanger et confronter leurs vécus dans les différents gouvernorats généraux et dans la colonie française. Ils entrèrent également en rapport avec leurs pairs issus des autres ethnies du pays. Comparant leurs problèmes avec les leurs, ils arrivèrent vite à la conclusion que leurs conditions de vie étaient de loin les plus mauvaises. En 1965, l’année même d’une manifestation des étudiants de l’université d’Addis Abäba sous le slogan « la terre au laboureur » (märet lä arrashu en amharique) marquant le début de la radicalisation du mouvement étudiant éthiopien, ils formèrent à Addis Abäba l’Afar Youth Association66 (AYA). Cette association d’entraide, à caractère informel, joua un rôle important pour inculquer chez les collégiens et lycéens le sentiment d’appartenance à une même communauté, transcendant les frontières et les barrières tribales ou régionales. Elle favorisa également l’émergence d’une conscience politique. Son premier président, ᶜIssé Ibrahim Cheḥem, était un originaire de la cité portuaire de ᶜAsab67.

  • 68 C’est l’acronyme afar de : Afar Koborih Angagoyyi’.
  • 69 Membre du comité exécutif provisoire du MNLA, il fut recruté au Ministère des Affaires étrangères a (...)
  • 70 Derrière le nom, entre parenthèses, le Gouvernorat général d’origine, sur la base du découpage admi (...)
  • 71 Membre du comité en charge des études et de la préparation du programme du MNLA, il intégra en 1979 (...)
  • 72 Membre du comité exécutif provisoire du MNLA (août 1974 - juillet 1976), il intégra en 1979 à l’iss (...)
  • 73 Il a été retrouvé assassiné à la frontière entre Djibouti et la Somalie au début des années 1980.
  • 74 À l’issue de ses études universitaires, il occupa le poste successivement d’adjoint du cadi de la S (...)
  • 75 À l’issue de ses études universitaires, il avait commencé à travailler au Programme afar de La Voix (...)
  • 76 La liste nous a été fournie par Mussa Moḥamed Abubaker, un des fondateurs, à l’occasion d’un entret (...)
  • 77 Il avait fait partie du premier groupe des Érythréens à entrer à l’académie militaire de Ḥaleb en S (...)
  • 78 Village situé sur le corridor routier Addis Abäba-Asab, entre Élidaâr et Buré.

62Sept ans après, un groupe de militants étudiants fut à l’origine de la création le 2 novembre 1972 au Caire du « Mouvement pour le regroupement des Afar » ou AKA68, la première organisation politique afar d’Éthiopie (Iwad Daoud, 1993 : 31). Son objectif était de libérer le peuple afar de l’exploitation à laquelle il était soumis de la part d’un régime féodal abyssin discrédité. Mouvement clandestin, il se fixait pour tâche de conscientiser les Afar aux réalités du moment afin de leur permettre de revendiquer collectivement leurs droits. Une direction collective fut désignée ; en faisaient partie shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa69 (Tigray)70, étudiant à Tripoli (Libye), Ismaᶜil Seyyid Aḥmed71 (Érythrée), Mussa Moḥamed Abubaker72 (Érythrée), Ḥossam Ḥammadou Adam73 (Érythrée), ᶜUmar Moḥamed ᶜArba74 (Tigray) et Moḥamed Ḥussein Aḥmed75 (Tigray), tous étudiants au Caire76. Les six membres dirigeants se répartissaient à part égale entre la région des piémonts orientaux des hautes terres du Tigray (Dokᶜa) et celle du littoral sud de l’Érythrée. Cette distribution territoriale du noyau fondateur démontre que la prise de conscience politique commença dans des régions où les Afar étaient en contacts directs avec l’administration éthiopienne ou en concurrence avec d’autres ethnies. Un sentiment d’apolitisme prévalait là où les Afar se trouvaient entre eux et sans contact avec les autres. Il faut rappeler ici que les lycéens et étudiants afar étaient également actifs dans la branche égyptienne du mouvement étudiant éthiopien dont l’un d’entre eux Moḥamed Ḥussein Aḥmed était à cette date vice-président et sera élu président en 1974. Pendant l’été 1973, Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo (ᶜAsab, Érythrée) et ᶜAbdulkadir Barkat77 (Awsa, Wällo), tous deux recrutés par shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa, furent cooptés à la direction de l’AKA. Ils se rencontrèrent à Manda78 en présence de ce dernier, et ils convinrent de recruter discrètement les militants pour l’organisation, chacun dans sa région, tout en coordonnant leurs activités. Affecté au département « Afrique » puis détaché au ministère du Commerce extérieur où il occupa la fonction de chef de bureau de la Promotion commerciale à Dire Dawa, puis responsable du département « Économie et social » du Workers’ Party of Ethiopia à Dire Dawa et à ᶜAsab (1989-1991). Il est actuellement à la retraite après avoir été chef du département « Culture » de l’administration de la région-État Afar.l’administration de la région-État Afar.

Notes

1 Qafàr ummatta.

2 Qafàr ayyunta.

3 Qafàr baaxo.

4 Qafàr-af.

5 Qafarle.

6 En afar : Deero.

7 Terme utilisé pour désigner le nord-est du pays Afar.

8 Terme utilisé pour désigner le sud-est du pays Afar.

9 Terme utilisé pour désigner les régions du piedmont des hautes terres.

10 Les Somaliens se donnaient pour frontière la rivière Awash. Cf. Markakis, 1987 ; Colin Legum et Bill Lee, 1979 : 26 et Clapham, 1988 : 218.

11 Qafariyyo.

12 Conseiller territorial puis député (1963-1973).

13 Nous utilisons ce nom donné par les Italiens à la région côtière sud-est de l’Érythrée, de la péninsule de Bori au Ras Doumeïra, habitée par les Afar et dont l’usage a été perpétué par les indépendantistes érythréens.

14 Le village, qui donne le nom à ce woreda, est connu des Afar sous le nom Fâtumà Ari.

15 Cette option politique, prévoyant également l’attachement de l’autre partie de l’Érythrée, la plaine occidentale et la côte au nord de Masawa au Soudan, avait été prônée par le brigadier Stephen Longrigg, gouverneur britannique de l’Érythrée au cours de deux premières années d’occupation (1942-44) dans son ouvrage A Short History of Eritrea (1974). Le but qu’il assignait à son travail était de servir de base aux décisions des quatre puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale (États-Unis, Grande-Bretagne, URSS et France) concernant le sort de cette ex-colonie italienne. Longrigg considérait que seul le plateau et par extension la région côtière afar au sud de Masawa, pour des motifs d’ordre économique principalement, avait des liens historiques avec le pouvoir éthiopien. Cette partition avait été proposée par la Grande-Bretagne dès 1945.

16 [One of the benefits would be a more equal and just distribution of social services and education among the ethnic groups that made up the Empire. In addition, the creation of such a state would serve as a pole of attraction for the Afar of Djibouti, who would seriously consider joining the Ethiopian Empire as an alternative to absorption into a Greater Somalia, and would also aid in the pacification of the Province of Eritrea by detaching the Afar areas and thus assuring access to the Red Sea port of Assab.]

17 Pour les récits des conquêtes de l’imam Ahmed, voir Chihab Eddin Ahmed Ben Abd El Qâder surnommé Arab-Faqih (1897).

18 Créée en 1964, cette association avait pour objectif d’améliorer le sort des Oromo en Éthiopie sur la scène politique mais aussi dans les domaines de la santé et de l’éducation.

19 Une coalition de formations politiques créée en juin 1949 et comprenant la Ligue musulmane d’Érythrée, le Parti Libéral pour le Progrès, le Parti pour l’Indépendance de l’Érythrée et deux petits partis pro-italiens.

20 Ancien employé de l’Ufficio Spedizioni dell’Eretria à Masawa (1920-31), il avait été nommé en 1931 shaykh al-Mashâyikh (chef suprême) de l’archipel de Dahlak, confirmé en 1941 par l’administration britannique qui l’avait nommé cumulativement à la présidence de la cour de justice indigène de Nokra. Il avait été le porte-parole de la population de Dahlak devant la commission d’enquête de Quatre Grands et celle des Nations unies. Cf. Mohamed Osman Abubaker, 1996 : 326 ; Pugliesi, 1952.

21 Fils de Gaass Asa Moḥamed, un important chef traditionnel de la Dankalie septentrionale (voir pour sa biographie Puglisi, 1952 : 136), opérateur radio de la marine royale italienne (1931-34), interprète du Commissariat (province) de Masawa sous l’administration italienne (1934-1941) et sous l’administration britannique (1941-46), chef du district de la Dankalie septentrionale (1946-1949), administrateur adjoint à Thio (1949-mai 1952), il fut nommé en mai 1952 chef de personnel auxiliaire avant d’être promu gouverneur de l’awrajja de Asab en septembre 1952. Il avait été le porte-parole de la population de la Dankalie septentrionale devant la commission d’enquête de Quatre Grands et celle des Nations unies. Cf. Puglisi, 1952 : 216.

22 Représentant du FLE en Somalie au cours des années 1960, il avait fait partie par la suite du secrétariat général du Front de libération de l’Érythrée - Forces populaires de libération de Osman Saleḥ Sabbé. Cf. Mohamed Osman Abubaker, 1996 : 332. À l’approche du référendum de 19 mars 1967 sur l’avenir de la Côte française des Somalis (CFS), le gouvernement somalien avait eu recours à ses services pour jouer l’intermédiaire entre lui et les dirigeants afar du Territoire. Voir Réalité, n° 13 du 17 juillet 2002 : 4.

23 Dénomination sous laquelle sont désignées les communautés musulmanes des hautes terres chrétiennes de l’Éthiopie et de l’Érythrée, de langue maternelle tigrénia, spécialisées surtout dans le commerce.

24 Né en 1902 à Dessiet, un village afar de la péninsule de Bori, il apprit dès son plus jeune âge les rudiments de la langue arabe. Par la suite, il fut scolarisé à Masawa dans une institution d’enseignement italienne, destinée à former un corps d’élite local pour pourvoir en personnel son administration. Polyglotte parlant en plus des langues locales (tigré, tigrégnia, afar), l’arabe et l’italien, il servit l’administration italienne entre autres comme interprète de la mission diplomatique au Yémen et en Éthiopie avant de s’établir définitivement à Asmara comme homme d’affaires. En 1941, il fut l’un des fondateurs et vice-président du parti de l’Amour de la Patrie établi par les nationalistes de confession chrétienne et musulmane pour servir les causes du Territoire, sans distinction aucune. Cf. Bairu Taflu, 2003 : 35 ; entretien avec Hachim Gamaladdin à Djibouti, 9 février 2009 et informations recueillies pour nous par Ḥamad Yasin Issa, décembre 2008.

25 Après une scolarité à l`école italienne de Asab (1931-34), il travailla successivement comme employé au bureau du gouverneur de la province de Asab (1935-1938), interprète auprès de l’Agenzia della Società Anonima Navigazione Eretria (SANE) à Sana (1939-1944), commerçant à Sana (1944-46) et enfin employé de commerce à Asab. Sur le plan politique, il fut secrétaire de la section de Asab du parti pro-italien « Nouvelle Érythrée », délégué de la population de Asab et porte-parole de la population de la Dankalie méridionale devant la commission d’enquête des quatre grandes puissances puis celle des Nations unies. Cf. Giuseppe Puglisi, 1952 : 209. En dépit des fortes pressions et menaces à son encontre comme des autres hommes politiques anti-unionistes pour les dissuader de se présenter ou de se représenter aux élections de novembre 1956, Moḥamed Umar Akito s’était représenté et réélu. Cependant, l’Assemblée locale avait déclaré invalide sa réélection sur ordre du gouvernement. Il avait fait appel de cette décision à la cour suprême qui lui avait donné gain de cause. Pour autant, il n’avait pas pu entrer au Parlement (Lyda Favali et Roy Pateman, 2003 : 48 ; Tekeste Negash, 1997 : 117).

26 Après une scolarité à l’école italienne de Thio de 1936 à 1939, il travailla auprès du cadi de ce village portuaire. En 1947, il fut nommé président de la cour sharienne. En 1956, il ne prit pas part aux élections marquées par de fortes pressions du gouvernement éthiopien et on le retrouve plus tard dans l’administration. Il s’exila au cours des années 1970 en Arabie Saoudite, d’où il milita successivement dans le Front de libération de l’Érythrée – Forces populaires de libération de Osman Saleḥ Sabbé puis le Front de libération de l’Érythrée-Organisation unifiée créé sous l’égide du même Osman Saleḥ Sabbé. Il retourna en Érythrée en mai 1993 en même temps que la grande majorité de ses pairs du FLE-OU pour participer aux festivités de la proclamation de l’indépendance. Il est décédé une année après à Djeddah, en Arabie saoudite. Cf. Mohamed Osman Abubaker, op. cit. : 337 ; Richard Reid, « Abdallâh ‘Abdarrahmân ‘Utmân Sayyid », Encyclopedia Aethiopica, vol. 1, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2003 : 33.

27 Muté de Asab en même temps que Mussa Gaass, il retourna en Érythrée en décembre 1970 comme administrateur militaire.

28 Par la suite, il occupa pendant une longue période et jusqu’à son départ à la retraite le poste de directeur-général du département des travaux publics à Asmara.

29 En anglais : Eritrean Liberation Movement (ELM). Cette organisation était également connue sous le nom populaire Ḥaraka (« Mouvement » en arabe).

30 Les autres cofondateurs étaient Moḥamed Saïd Nawid (Tigré, Ḥabab, Président), Yasin Moḥamed Agadda (Tigré, Ḥabab), Idriss Moḥamed Ḥassan (Tigré) et Saleḥ Aḥmed Iyyay (Bilein). Interview de Moḥamed Saïd Nawid par Aḥmed Umar Shaykh de l’ERi.TV, 22 mai 2008 ; Saleh « Gadi » Johar, 2010.

31 Ibid.

32 [The ELM leaders hailed from the Northern hills of Keren and the Sahel, and their recruitment efforts were focused on the towns of that regions and in Asmara and Massawa.]

33 En anglais : Eritrean Liberation Front (ELF).

34 [The fourth [zone covered Semhar and Afar coastal region] was dominated by urban elements from Massawa and Arkiko and recruited mainly among the Saho […]. Its potential was limited by the low population density outside the two ports, the aloofness of the Afar in the south, and heavy Ethiopian presence in Massawa and Asab.]

35 [In the fourth zone, the ELF command reacted brutally to the initial hostility of the Afar nomads who were never to rally to the ELF as a result.]

36 Nom d’une bande côtière comprise entre l’oued Waquro, au nord de Masawa et Ḥergîgo, au sud.

37 Géographe de formation, né en 1920 à Ḥergigo, un village du sud de Masawa, où il avait fait ses premiers pas dans la vie active d’abord comme enseignant puis comme directeur d’une école fondée par Saleḥ Kikiya, un homme richissime Balaw Tigré. Après avoir été écarté de la direction de cette école pour activisme politique, il s’était rendu en Arabie Saoudite via le Yémen. L’un des cofondateurs en 1960 du Front de Libération de l’Érythrée (FLE) dont il s’était occupé de la représentation extérieure. À partir de 1970, il avait œuvré à réunifier les factions du FLE mais il avait échoué à maintenir intact son organisation. Il est décédé au Caire le 4 avril 1987. Cf. Nafi Hassan Kurdi, 1994 : 141-42 ; « Osman Saleḥ Sabbe (OSS): The Unknown » du 23 mars 2002, article disponible sur : http://www.awate.com/portal/content/view/606/13.

38 Membre fondateur des FPL puis du FPLE, il a été élu à son premier Bureau politique par le congrès constitutif en janvier 1977. Réélu en 1987, il exerça d’importantes responsabilités militaires dont le commandement du Front de Nakfa en 1977 et à ce poste, il lui est attribué la libération de cette ville et le triomphe sur six mois d’offensives éthiopiennes. Cumulativement, il fut le chef de Halewa Serwa (la garde révolutionnaire), le service des Renseignements puis en 1987, responsable des relations extérieures et à ce titre, il dirigea la délégation du FPLE aux pourparlers avec le gouvernement éthiopien organisés sous les auspices des États-Unis vers la fin des années 1980, en 1990 et en 1991. Parallèlement, il continuait d’assumer des responsabilités militaires en faisant partie d’un état-major militaire restreint, composé des membres du Bureau politique et placé sous la responsabilité du secrétaire général Issayas Afeworki et comprenant en outre Sebhat Efrem, Solomon Petros et Mesfin Hagos. A l’indépendance de l’Érythrée, il devint membre du bureau politique du Front populaire pour la démocratie et la justice (FPDJ) qui remplaça en février 1994 le FPLE. Il brigua successivement les fonctions de ministre de l’Intérieur, de la Défense puis de Commerce et de l’Industrie et enfin en 2001, de ministre des Affaires étrangères. Il est décédé le 28 août 2005 des suites d’une crise cardiaque, et en son hommage, le gouvernement érythréen décréta un deuil national de trois jours.

39 Entretiens à Addis Abäba avec Ismail Moḥamed Ismail dit Asa Ismail et Ali Abdu Tié, respectivement le 7 avril 2010 et le 14 avril 2010.

40 Il a été exécuté par les FPL pour avoir prôné une réponse positive à l’invitation du FLE aux dissidents à assister au congrès et à rentrer ainsi dans le giron.

41 Métis de mère yéménite, il a été tué en 1972 à Cheeb dans la guerre civile entre le FLE et les FPL.

42 Il fut l’un de quatre membres des FPL à siéger dans le bureau politique à présidence tournante établi en octobre 1972 par les factions dissidentes (les FPL, les groupes Tigréens d’Ala et Béni-Amer d’Obel). Il occupait le poste clé de secrétaire et cumulativement chef du département Santé. Pour les FPL, il partageait en 1973 avec Issayas Afeworki de la faction d’Ala, la responsabilité d’accorder l’autorisation de sortie de l’hôpital aux malades et aux blessés, et ce avant que la fusion totale de deux factions ne s’opère (Pool, op. cit. : 81). Il joua un rôle important dans le rapprochement entre les différentes factions de dissidents rénovateurs ayant abouti à la formation des Forces populaires de libération de l’Érythrée, une organisation qui changea d’appellation en 1977 en Front populaire de libération de l’Érythrée. Il trouva la mort en mai 1974 dans la guerre civile entre le FLE et les Forces populaires de libération de l’Érythrée (FPLE).

43 Membre fondateur du FPLE en janvier 1977 et son premier secrétaire général (1977-1987), il fut réélu au Bureau politique en 1987, lors du deuxième congrès. Après la libération du pays en mai 1991, il fut nommé ministre des Collectivités locales puis gouverneur de la province de la Dankalie avant d’être poussé à prendre sa retraite en 1994.

44 Il entra par la suite en dissidence et participa à la création d’une nouvelle organisation sous le nom des FPL-Comité Révolutionnaire. Il rejoignit en 1986 le FLE-OU et retourna en Érythrée en 1993 avec la grande majorité des responsables de cette organisation.

45 Celui-ci était un des rares cadres de la résistance titulaire d’un diplôme universitaire obtenu au Caire. Il trouva la mort dans la guerre civile. Originaire du village d’Irafali, sur le golfe de Zula, il était issu du clan Qâdîda, d’origine Saho Dabriméla et dont un lignage fait partie des Tigré Masawa’a et un autre des Afar. D’où sa présentation par Umar Mahmoud Umar Kadi, issu de ce dernier lignage comme étant un Afar. Entretien à Djibouti, 13 novembre 2008.

46 Il fera défection en 1973.

47 Un des premiers afar à avoir rejoint le FLE dès 1964, formé une année après en Syrie, chef de la marine du FLE. Déçu par la réponse du gouvernement éthiopien à son initiative, il rejoignit peu après le FLE-CR.

48 Frère de Saleḥ Rashid Gaass, l’un des chefs de la première dissidence, il fit défection peu après dans l’intention de rejoindre le FLE-CR. Arrêté à Aden par les FPL, il fut transféré en territoire érythréen et exécuté à Dogalé, au nord de Masawa. Entretien avec Ali Abdu Tié, Addis Abäba, 14 avril 2010.

49 Le narrateur, Moḥamed Tayyib Ismail, Moḥamed Abubaker Ibrahim dit Lumumba et deux autres jeunes, originaires des îles Dahlak.

50 Un village du sud de Masawa.

51 Région côtière septentrionale de l’Érythrée.

52 Une des ethnies de l’Érythrée, d’origine arabe.

53 Entretien à Addis Abäba, 5 juin 2005.

54 Pavillon des Jabarti, terme générique désignant en Égypte depuis le Moyen Âge les populations de la Corne de l’Afrique.

55 Représentant du FLE-CR en France de la mi-1970 à la mi-1980, il est décédé le 21 mai 2013 à Bruxelles (Belgique) ou il vivait en exil.

56 Un ancien cadre d’une société privée de Djibouti, aujourd’hui à la retraite.

57 Diplomate à la retraite, il fut longtemps chargé d’affaires de la République de Djibouti en Égypte.

58 Les premiers, par voie terrestre en traversant la frontière soudanaise et en entrant clandestinement en Égypte.

59 Entretien avec Ḥabib Ali Adona à Addis Abäba, 25 juillet 2008.

60 [The Egyptian President probably would have liked to see the Territory emerge as a weak, nominally sovereign state, independent of both Somalia and Ethiopia, which would therefore turn to Egypt for support. If this occurred and Aden were also brought within the Egyptian orbit, Nasser would gain control of the southern entrance to the Red Sea.]

61 En anglais : Somali Youth League (SYL).

62 En anglais : The Liberation Front for the Somali West (LFSW).

63 Cf. La chronologie consacrée aux relations entre les Oromo et les Somali sur le website oromo : http://www.gadaa.com.

64 Entretien avec Ḥabib Ali Adona à Addis Abäba, 25 juillet 2008.

65 Ce sont les gouvernorats généraux suivants : Érythrée, Tigray, Wällo, Shewa et Harargé.

66 En français : Association de la jeunesse Afar.

67 Dr Issé Ibrahim Cheḥem a été entre autres enseignant à l’université de Karachi au Pakistan puis à l’université de Samra, dans la région-État afar de 2009 jusqu’à son décès le 8 juillet 2011.

68 C’est l’acronyme afar de : Afar Koborih Angagoyyi’.

69 Membre du comité exécutif provisoire du MNLA, il fut recruté au Ministère des Affaires étrangères après le ralliement du MNLA au Derg. Affecté à l’ambassade d’Éthiopie en Libye comme deuxième secrétaire, il fit par la suite défection et créa le FLA N° 2. Il est décédé vers la fin des années 1990 en Arabie Saoudite.

70 Derrière le nom, entre parenthèses, le Gouvernorat général d’origine, sur la base du découpage administratif de l’époque.

71 Membre du comité en charge des études et de la préparation du programme du MNLA, il intégra en 1979, à l’issue de ses études universitaires, le ministère des Affaires étrangères au sein duquel, il fut d’abord rattaché au département « Afrique », puis nommé 2ème secrétaire à l’ambassade d’Éthiopie en Égypte. Au lendemain de la chute du régime de Mengïstu Hayle Maryam, rappelé au pays, il refusa de rentrer et fit défection. Il est décédé en décembre 2008 au Caire.

72 Membre du comité exécutif provisoire du MNLA (août 1974 - juillet 1976), il intégra en 1979 à l’issue de ses études universitaires, le ministère des Affaires étrangères au sein duquel il fut d’abord

73 Il a été retrouvé assassiné à la frontière entre Djibouti et la Somalie au début des années 1980.

74 À l’issue de ses études universitaires, il occupa le poste successivement d’adjoint du cadi de la Sharia centrale de Djibouti, de cadi (1999-2004), puis il fut promu Conseiller technique du ministre de la Justice et des Affaires Musulmanes (2004). Il est décédé à Djibouti en 2004.

75 À l’issue de ses études universitaires, il avait commencé à travailler au Programme afar de La Voix de l’Afrique, la Radio du Caire. Rentré au pays au moment du ralliement du MNLA au régime du Derg, il avait été nommé responsable du POMOA pour l’awrajja de Rayya-Kobbo (Waldiya) à laquelle étaient rattachés l’ensemble des régions afar du nord-est du Wällo, puis son administrateur. Par la suite, il avait intégré le service de sécurité extérieure. Peu de temps avant la chute du régime de Mengistu Haylé Maryam, il avait été nommé 1er secrétaire à l’ambassade d’Éthiopie au Soudan. Il est décédé en 2001 à Addis Abäba (Éthiopie).

76 La liste nous a été fournie par Mussa Moḥamed Abubaker, un des fondateurs, à l’occasion d’un entretien à Logiya, 16 juillet 2005.

77 Il avait fait partie du premier groupe des Érythréens à entrer à l’académie militaire de Ḥaleb en Syrie en 1965 pour une formation de trois ans.

78 Village situé sur le corridor routier Addis Abäba-Asab, entre Élidaâr et Buré.

Table des illustrations

Titre Carte 2 : Découpage administratif de l’Éthiopie d’avant 1987.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable