Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Chapitre 1. La situation des Afar à la veille de la révolution

Texte intégral

  • 1 C’est l’une de quatre écoles juridiques de l’islam sunnite. Les trois autres sont : ḥanafite, malék (...)

1Les Afar qui sont proches des Somali et des Oromo, leurs voisins, sont majoritairement de rite shaféᶜite1 comme la très grande majorité des musulmans de la Corne de l’Afrique. Leur territoire est appelé Triangle Afar, car il en a grossièrement la forme géométrique. Le côté occidental du triangle correspond à l'escarpement nord-sud du Rift qui limite les hautes terres septentrionales éthio-érythréennes. Au Sud, les montagnes et les plateaux de l'Arsi et du Harar dominent l’Afar dont le troisième côté, en Érythrée et à Djibouti, est bordé par la côte de la mer Rouge. C’est un territoire d’une importance stratégique et commerciale considérable conférée par la mer Rouge, surtout après l’ouverture du Canal de Suez en 1869, ce qui n’a d’ailleurs jamais échappé ni à l’Éthiopie, ni aux pouvoirs européens, surtout dans le dernier quart du xixe siècle, lequel fut celui du Scramble for Africa (« Ruée sur l’Afrique »).

2Les accords de délimitation de frontière signés entre la fin du xixe et le début du xxe siècle entre Ménélik II d’Éthiopie et les représentants des puissances coloniales européennes (France et Italie) avaient permis d’inclure sur papier la majeure partie du pays Afar dans l’Éthiopie. Cependant, en dépit des expéditions militaires fréquentes et des ingérences de plus en plus marquées dans les affaires internes de la plus importante des entités politiques afar, le sultanat d’Awsa, la souveraineté éthiopienne sur l’Afar demeurait nominale jusque vers la fin des années quarante (Aramis Houmed Soulé, 2011 et 2013).

La réforme administrative démembre l’Afar

3Au lendemain de la libération de l’Éthiopie de l’occupation italienne qui date de 1941, le pays Afar, y compris l’Awsa, a été inclus dans le nouveau découpage du territoire consécutif à la réforme administrative décidée par l’empereur Hayle Sïllasé. La région afar dont le territoire est contigu à trois provinces historiques de l’empire (Shewa, Wällo et Tigray) a été réparti sur papier dans quatre teklay-gezat (Gouvernorats généraux ou provinces) : le Wällo (une partie de l’escarpement des hauts plateaux et la basse vallée de l’Awash), le Shewa (les contreforts nord et est du Shewa et la partie occidentale de la moyenne vallée de l’Awash), le Harargé (la partie occidentale du plateau de Harar et la partie orientale de la moyenne vallée de l’Awash ou le Baᶜadu) et le Tigray (le piémont oriental et les basses terres adjacentes dont la dépression afar). Ces frontières administratives arbitraires divisaient les mêmes familles et clans.

  • 2 Commissariat.

4A voir de plus près, on peut relever le fait que le gouvernement de Hayle Sïllasé avait gardé la division du pays Afar entre les différentes provinces des hautes terres de la courte période de l’Africa Orientale Italiana. Ce qui changeait, c’était sa division en teklay-gezat de l’empire. Les terres afar rattachées au gouvernement d’Amhara furent réparties entre les teklaygezat du Wällo et du Shewa, celles rattachées aux différents commissariato2 du Tigray du gouvernement d’Érythrée y demeuraient dans le Tigray élevé au rang de teklay-gezat. Les terres de la partie éthiopienne du sultanat d’Awsa, qui étaient rattachées au commissariato de ᶜAsab du gouvernement d’Érythrée, furent incorporées dans le Wällo.

5L’annexion de cette ex-colonie italienne à l’empire en novembre 1962, dix ans après la décision onusienne d’instituer une fédération entre celle-ci et l’Éthiopie, aggrava le démembrement du pays Afar. Elle entraîna une nouvelle division, la cinquième au sein de l’empire.

6Au niveau politique, le régime de Hayle Sïllasé poursuivait un double objectif. D’abord, il cherchait à affaiblir le système administratif traditionnel des Afar. Ensuite, il visait à ne pas leur accorder un cadre institutionnel dans lequel ils pourraient prendre conscience de leur force et revendiquer une forme d’autonomie au sein de l’Éthiopie, dont pour le moment aucun peuple ne disposait, voire une participation au pouvoir central.

7Au niveau économique, cette division des Afar entre les provinces du nord avait deux conséquences contradictoires. D’une part, elle les privait du bénéfice des maigres ressources nationales allouées à chaque province, autrement dit de tout service public. D’autre part, elle offrait l’avantage de répartir les richesses de l’Afar entre le Tigray, pour ce qui est de l’élevage du bétail et de l’extraction du sel, et le Wällo, le Shewa et le Harargé, pour ce qui est de l’élevage du bétail et des terres riveraines de l’Awash qui représentaient un potentiel de développement d’une agriculture commerciale dont la mise en valeur s’accélère à partir des années soixante.

  • 3 Exceptée dans l’Awsa au tout début des années cinquante pendant une courte période.

8Au début des années 1970, la petite minorité d’élites afar allait voir derrière cette division une manœuvre de Hayle Sïllasé pour perpétuer le maintien de leur peuple en marge de développement, en l’excluant du bénéfice des attributs du développement socio-économique que sont la scolarisation, l’hydraulique rurale, les infrastructures socio-sanitaires, les routes, etc. Elle soupçonnait l’empereur d’avoir gardé une inimitié personnelle pour l’engagement de leurs ancêtres aux côtés de lij Iyassu dans la lutte pour le pouvoir qui les avait opposés (Ahmed Hassen Omer, 1994). Ceci expliquant cela, l’empereur se garda d’établir en territoire Afar qui occupait la périphérie de chaque teklay-gezat une présence administrative3 ou militaire dont il pourrait résulter une urbanisation nécessitant la fourniture d’un minimum de services sociaux de base (éducation, santé, eau, etc.).

Awsa : de la tentative d’administration directe à une autonomie de facto

Nomination d’un gouverneur et exil intérieur du sultan ᶜAli-Miraḥ

  • 4 Titre porté à l’origine par le prévôt des marchands, titre de noblesse.

9L’implantation de l’administration éthiopienne en pays Afar fut tardive. Elle commença par le sultanat d’Awsa érigé en 1949 en awrajja, conformément à l’organisation administrative interne de l’empire de 1942. A la tête de cette nouvelle entité administrative fut nommé nagadras4 Sahle Wolde Semaite, un originaire des hautes terres amhara chrétiennes et un proche de l’empereur, de surcroît francophone, formé, tout comme lui, à la mission catholique de Harar.

  • 5 Littér. : général campant devant la cour impériale ; titre de noblesse. Ce titre était d’ailleurs c (...)

10Aysaᶜeyta où le nouveau sultan auquel fut conféré à son avènement sur le trône le titre de dedjazmach5 avait élu sa résidence principale devait cumuler cette fonction de nouvelle capitale du sultanat d’Awsa avec celle de chef-lieu de l’awrajja. Cette ville fondée sous l’occupation italienne disposait de plusieurs bâtiments publics et de casernes, notamment au lieudit Ḥaḍḍalégéra dont ᶜAli-Miraḥ avait pris possession, la caserne de la « Banda cammellata » à Abrobaḍih-Fagé, à côté de la mosquée construite à la même époque, celle des carabinieri et enfin un peu plus loin, un cantonnement réservé aux officiers italiens qui, après reconstruction, deviendra également l’une des résidences du sultan.

  • 6 Pour les réactions que cette rectification de frontière a suscitées, voir Simon Imbert-Vier, 2008 e (...)

11Le jeune amoyta ᶜAli-Miraḥ Ḥanfaré réagit promptement face à la décision de l’empereur de le doubler d’un gouverneur. En guise de mécontentement, il délaissa Aysaᶜeyta et implanta sa cour à Bôha, une localité située à la frontière de la Côte française des Somalis (CFS). Le site était situé à quelque distance du poste français de Badilto en Afambo, une région au centre d’une dispute frontalière franco-éthiopienne qui a été résolue par la Convention de 1954. A compter de cette date, la région d’Afambo a été définitivement attribuée à l’Éthiopie et la frontière reculée sur le mont Gamarri, situé au nord-est du lac Afambo6.

  • 7 Entretiens avec sultan Ali-Miraḥ, septembre 2005.

12Ce repli de l’amoyta à proximité de la frontière de Djibouti suscita l’intérêt des Français. Désirant conquérir l’amitié du monarque afar, ils lui offrirent des facilités d’approvisionnement en nourriture et autres biens. De ces gestes, ᶜAli-Miraḥ gardait des souvenirs très émus7.

13Pour sa part, le gouvernement éthiopien mit à la disposition de son représentant d’importants moyens financiers qu’il devait utiliser pour gagner les faveurs de la population de la région. Même si les gens d’Awsa lui étaient majoritairement hostiles, il parvint à trouver de nombreux partisans. Il s’agissait principalement de ceux des fils de l’ancien sultan, entretenant une certaine nostalgie à l’égard du prédécesseur de ᶜAli-Miraḥ. Les partisans de Sahle chantaient ses louanges comme dans le vers suivant illustrant l’action que la mémoire collective a retenue de cet épisode :

  • 8 En afar : Sahle yanim baxah macaabeyyo mayyu.

Sahle yanim barah mahâbeyyo mayyou8.

Tant que Sahle est là, je n’aurai pas de souci à me faire pour élever mon fils.

  • 9 En afar : malaak. Titre porté dans le sultanat d’Awsa par le personnel qui assiste le sultan dans l (...)
  • 10 En afar : Bayxiiqo.

14Le gouverneur arriva également à attirer dans son camp deux personnalités importantes de la cour du sultan ᶜAli-Miraḥ. Il s’agissait du malâk9 Dunna Sadkis et de Moḥamed ᶜAbadir dit ᶜAbadirta. Le premier, issu de la confédération agro-pastorale Bayḍîᶜo10, était le responsable des douanes. Le second, un métis de père arabe et de mère afar, était le secrétaire particulier du sultan. Ces deux personnalités, qui avaient occupé les mêmes fonctions de chef de la douane et de secrétaire sous le règne de l’ancien sultan, disposaient de connections avec le pouvoir central et le prince héritier Asfa Wossen, gouverneur général du Wällo.

  • 11 Terme de la langue arabe qui signifie « théologiens ».
  • 12 Pour plus des détails sur les relations entre les religieux éthiopiens et le sultanat d’Awsa, lire (...)
  • 13 La plus haute autorité religieuse de l’islam sunnite.
  • 14 Maître.
  • 15 Plus connu auprès des siens dans la région de Dawwé sous le surnom d’Abba Ḥajji.

15La décision de l’exil intérieur du sultan ᶜAli-Miraḥ, en guise de protestation, accrût son prestige non seulement auprès de ses administrés mais également auprès des Afar d’Érythrée et de Djibouti, des Saho d’Érythrée ainsi que des ᶜuléma11 éthiopiens du Wällo, du Tigray et du Shewa12. Ces derniers, dont parmi les familiers de la cour de ᶜAli-Miraḥ nous pouvons citer les noms du mufti13 Moḥamed-Nur, du mufti Siraj, du kabir14 Aḥmad15, étaient soumis à des pressions de la part du régime d’Hayle Sïllasé : restriction du pèlerinage aux Lieux saints de l’islam mais aussi interdiction de voyager en dehors du pays à d’éminents leaders parmi lesquels ceux dont nous venons de mentionner les noms (Hussein Ahmed, 1994 : 776-777). En effet, le régime d’Hayle Sïllasé continuait de considérer les musulmans comme des citoyens de seconde classe, suspects, en raison des rapports que certains d’entre eux avaient entretenus avec les Italiens durant leurs cinq années d’occupation de l’Éthiopie.

16Pour des raisons historiques, les responsables de l’empire - le phénomène étant encore plus marqué pour le petit peuple chrétien monophysite -avaient du mal à intérioriser l’idée que les musulmans étaient leurs concitoyens. Ceux-ci continuaient d’ailleurs à être perçus officiellement comme une communauté étrangère. En témoignait l’usage de l’expression « musulmans résidant en Éthiopie » pour les désigner.

17Le rapprochement de la dynastie Aydaḥisso du sultanat d’Awsa avec les ᶜuléma du Wällo, du Tigray et de l’Ifat (Shewa) se traduisit entre autres par celui des peuples de la périphérie de l’empire par le biais d’une collaboration dans le règlement des conflits entre d’une part les Afar, éleveurs et d’autre part les Oromo et les Argobba, agro-pasteurs (Ahmed Hassen Omer, 1994 : 137).

  • 16 Asbaḥi est le nom d’une tribu yéménite des environs de Taez.
  • 17 C’est le nom sous lequel étaient désignés les Afar par l’administration coloniale jusqu’en 1967.

18Le pouvoir central s’inquiétait de la grande affluence des personnalités à Bôha et des initiatives pour résoudre ces conflits sur lesquels il a toujours joué pour garder son emprise sur ces régions périphériques. À ceci s’ajoutait la publication en mars 1954 d’une lettre ouverte intitulée « Message de l’Awsa » dans Al-Muslimûn, l’organe de la Ligue Islamique Mondiale. Elle a été rédigée par un avocat d’origine yéménite de Djibouti, Moḥamed Saleḥ al-Asbaḥi16. Celui-ci avait séjourné auprès du sultan ᶜAli-Miraḥ, à l’instigation d’hommes politiques afar de la colonie française de Djibouti. L’un d’entre eux, Ḥanfaré Ḥassan « Dîma », à l’époque président du Club de la jeunesse afar, après avoir été vice-président du club de la jeunesse somali-dankali17, l’avait accompagné (Aramis Houmed Soulé, 2011 : 71).

19Le « Message de l’Awsa » portait, pour partie, sur un appel de ᶜAli-Miraḥ au monde musulman et à la communauté internationale contre la politique de Hayle Sïllasé et pour une autre partie, sur une présentation de l’Awsa et de son monarque. Sa publication constituait pour le sultanat d’Awsa une reprise des contacts avec le monde arabo-musulman après un demi-siècle d’interruption due à sa situation intérieure troublée.

20Cette évolution ne faisait pas l’affaire de l’empereur. Sahle Wolde Semaite, son gouverneur pour l’Awsa, n’avait pas réussi à remplir sa mission. Il avait échoué non seulement à se concilier les faveurs des chefs traditionnels mais en plus cette période de brouille de la dynastie régionale avec le pouvoir central avait été marquée par l’assassinat discret des fonctionnaires de la cour de ᶜAli-Miraḥ ayant des connections avec le pouvoir éthiopien et qui s’étaient désolidarisés de leur monarque : le malâk Dunna Sadkis et Moḥamed ᶜAbadir dit ᶜAbadirta. Le sultan avait accusé le gouverneur éthiopien de l’avoir commandité dans l’intention de lui en attribuer la responsabilité.

Réconciliation et reconnaissance informelle de l’autonomie interne du sultanat d’Awsa

21La perspective de la signature avec la France de l’accord de rectification de frontière au profit de l’Éthiopie suscitait des vives critiques de la part des représentants du Territoire dans les Assemblées métropolitaines, qui n’avaient été consultés que par une frange des coloniaux. Ces réactions, ajoutées à celles soulevées par les ingérences de plus en plus manifestes de l’empereur Hayle Sïllasé dans les affaires intérieures de l’Érythrée, ont obligé celui-ci à reconsidérer sa position à l’égard du sultan ᶜAli-Miraḥ et du sultanat d’Awsa. Un accord, moins formel, fut négocié sur la base d’allégeance du monarque afar à l’empereur et au gouvernement central. Il constitua une reconnaissance implicite de l’autonomie interne du sultanat d’Awsa. Il facilita également l’établissement de la primauté du sultan d’Awsa sur les chefs des autres entités politiques afar à la réalisation duquel allait s’employer le vizir Yayyo Ḥammadou, investi de pouvoirs administratifs plus précis. Cet accord se traduisit notamment par :

  • 18 Favori du roi, confident. Titre donné au vingtième siècle à des hauts fonctionnaires.
  • 19 Chef-lieu du Gouvernorat général du Wällo.

22- le rappel du gouverneur Sahle Wolde Semaïte, représentant de l’autorité centrale, la nomination d’un nouveau gouverneur en la personne du blatta18 Kassa Mayru, précédemment maire de Dessie19 et le déménagement de l’administration de l’awrajja d’Awsa, d’Aysaᶜeyta vers Bati, une ville et un grand marché des premiers contreforts, située à la lisière du pays Afar ;

  • 20 Littér. : de famille traditionnelle, de bonne extraction, titre donné aux chefs traditionnels du Su (...)

23- la promotion de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ au rang de balabbat20 en chef non seulement de l’Awsa, mais aussi de tous les balabbat afar éthiopiens, à l’exception de son vis-à-vis du sultanat de Biḍu. Cette promotion lui donnait un accès direct à l’empereur, auquel officieusement il avait à rendre des comptes, tout en dépendant officiellement de la hiérarchie administrative, en l’occurrence du gouverneur de l’awrajja d’Awsa et du gouverneur général du teklay-gezat du Wällo ;

  • 21 Titre militaire ; général d’avant-garde, titre de noblesse.
  • 22 Entretien avec Ḥabib Moḥamed Yayyo à Samra, 13 septembre 2005. En 1952, à la fin de l’administratio (...)

24- la nomination du vizir, le fitawrari21 Yayyo Ḥammadou comme vice-gouverneur de l’awrajja d’Awsa (Maknun Gamaledin, 1993 : 54). Celui-ci devenait le premier Afar éthiopien à accéder à un poste de responsabilité dans l’administration éthiopienne22.

25Outre les facteurs susmentionnés, cette issue de la crise fut permise par le fait qu’au cours de la période de brouille, les liens n’avaient pas été complètement coupés avec l’empereur Hayle Sïllasé. Le vizir, fitawrari Yayyo Ḥammadou avait fait des va et vient entre Addis Abäba et Bôha.

La facilitation des contacts extérieurs

26Les rapports nouveaux, qui s’instaurèrent entre le gouvernement central et le sultanat d’Awsa, autorisaient le sultan ᶜAli-Miraḥ Ḥanfaré à entreprendre des contacts informels, voire discrets avec les États de la région, en particulier avec l’administration française du TOM de Djibouti, à la fois voisine et puissance occupante d’une portion de son territoire. Cette entorse à la règle était tolérée par le pouvoir central éthiopien parce que le sultanat d’Awsa revêtait une grande importance pour l’empereur Hayle Sïllasé dont les desseins politiques tendaient à l’intégration de l’Érythrée et de Djibouti à l’empire.

27L’amoyta ᶜAli-Miraḥ utilisa avec parcimonie et prudence cette possibilité. Ses contacts avec l’Arabie saoudite étaient favorisés par la foi musulmane à laquelle, contrairement à ses prédécesseurs, il accordait un grand intérêt. Ce fut d’ailleurs l’une des cartes principales de son influence politique au niveau national, car ses appuis extérieurs lui permettaient de contrebalancer la pression intérieure liée à une politique défavorable aux musulmans du pays. Profitant de ses fréquents séjours en Arabie saoudite, liés au pèlerinage à La Mecque, il établit des rapports étroits avec les souverains successifs de ce pays, en l’occurrence Saᶜud bin ᶜAbd al-ᶜAziz (r. 1953-1964) et Faysal bin ᶜAbd al-ᶜAziz (r. 1964-1975). Il bénéficia d’une aide financière discrète de ce dernier pour soutenir ses activités dans le domaine de l’agriculture commerciale.

28Il noua également des contacts avec l’Égypte dont il sollicita et obtint l’octroi d’une dizaine de bourses d’études annuellement aux lycéens et étudiants afar au nom du sultanat d’Awsa et l’ouverture d’un programme en langue afar au sein de La Voix de l’Afrique, la Radio du Caire. Il s’agissait d’une station mise en place par le régime nassérien pour émettre en direction du continent africain dans les langues africaines (Aramis Houmed, 2011). En 1971, le gouvernement des États-Unis d’Amérique l’invita à effectuer une visite mais il s’abstint d’y répondre. Une année après, l’invitation fut renouvelée. Prudent, le sultan prit soin d’en informer l’empereur, lequel l’autorisa à répondre favorablement.

29Au cours de son déplacement en Amérique, il fut accueilli « avec tous les égards dus à un chef de l’État » comme le rappelle bien l’éditorialiste d’Addis-Soir peu après son exil (Addis Soir, 7 juin 1975 : 1). Enfin, l’empereur dont il avait su gagner la confiance au grand dam du premier ministre Aklilu Habte Wold et d’une partie des membres de son gouvernement, utilisait ses services comme son envoyé spécial auprès de ses pairs arabes (entretien avec Tiku Adane, cf. Aramis, 2011 : 168).

ᶜAli-Miraḥ et les indépendantistes érythréens

  • 23 Lire le témoignage de Moḥamed Umar Yaḥya. Cf. Aramis Houmed Soulé, 2011 : 183-186.
  • 24 Terme de la langue arabe qui signifie ‘’Front’’.
  • 25 Elle a été durement réprimée par le Derg après le départ en exil de l’amoyta Ali-Miraḥ et les trou (...)
  • 26 Originaire de Ḥergigo, un village du sud de Masawa, d’où était originaire Osman Saleḥ Sabbé, celu (...)
  • 27 Nommé Grand Mufti d’Érythrée en 1939 par les Italiens, il exerça cette fonction jusqu’au 25 juin 19 (...)

30Conscient à la fois de la menace que représentait pour le statut quasi-autonome de son territoire la proximité de la « province rebelle » de l’Érythrée et du moyen de pression qu’elle pourrait constituer vis-à-vis de l’empereur et de son gouvernement, le sultan entretenait des contacts secrets avec les dirigeants des mouvements de résistance érythréenne surtout ceux du Front de libération de l’Érythrée (FLE)23, également connu sous le nom populaire de Jabha24. Ceux-ci combattaient les Éthiopiens afin d’arracher l’indépendance de l’ex-colonie italienne. Il offrit refuge dans l’Awsa aux Érythréens25 qui fuyaient la persécution dans leur territoire et les fit bénéficier de sa bienveillance et de ses largesses. Certains d’entre eux furent nommés à des positions clés dans la conduite des affaires du sultanat. Et parmi ces derniers, nous pouvons citer l’ingénieur agronome ᶜAbdu Karara, le conseiller en charge de l’Agriculture, ᶜAli Maḥmud Gâsir, le conseiller en charge des contacts avec le monde arabe, Moḥamed Saᶜid ᶜAli ᶜIssa, un diplômé de l’Université Al-Azhar, directeur de l’Institut Islamique et Moḥamed Maḥmud Tawakkal dit « Feghir », le secrétaire particulier26. Le mariage d’un de ses fils avec la fille du Grand mufti d’Érythrée, le shaykh Ibrahim al-Mukhtar27, renforçait ces liens.

31En outre, le sultan ᶜAli-Miraḥ octroya en 1973 une aide de 30 000 dollars aux indépendantistes pour permettre la reprise de la présence de la guérilla dans le sud de l’Érythrée, d’où elle était absente depuis fin 1969.

32Les contacts avec le FLE serviront le monarque afar lorsque cette organisation renforça sa présence dans la région limitrophe de la Dankalie, en lui permettant de préserver le tronçon du corridor Addis Abäba-ᶜAsab traversant son territoire de leurs actions de sabotage. Ceci évita l’installation de garnisons de l’armée éthiopienne, en vue d’assurer la sécurité de la circulation.

La création de premiers woreda dans l’Awsa en 1964

  • 28 A cette date, le nombre des woreda était de 444. Cf. Bonnie K. Holcomb et Sisai Ibssa, 1990 : 361.
  • 29 Le chef-lieu de ce woreda du même nom se trouve à 30 km d’Aysaeyta.

33Moins de dix ans après la fin de l’épisode du refuge du sultan ᶜAli-Miraḥ à Bôha, un woreda vit le jour dans une localité d’Awsa frontalière avec la Côte française des Somalis (CFS) dans le cadre de la nouvelle réorganisation administrative du pays de 196428 : Afambo29. Sa création répondait plus aux soucis sécuritaires qu’administratifs et à sa tête fut nommé un gouverneur originaire des hautes terres amhara, militaire de profession.

34Cependant, dans la réalité, l’administration de cette région demeurait l’affaire du sultan ᶜAli-Miraḥ et de son administration. Ce qui était loin de plaire au gouvernement d’Aklilu Habte Wold. Ce dernier entretenait des relations hostiles avec le monarque afar. Il profita en juin 1971 des heurts meurtriers entre Afar et ressortissants des hautes terres du Wollo à Aysaᶜeyta pour lui contester cette prérogative. Un incident mineur, l’agression d’un membre de l’entourage du sultan par des originaires des hautes terres, avait dégénéré en troubles sur fond d’une part d’opposition entre le sultan et le gouverneur général, nouvellement nommé à la tête du Wällo, dedjazmach Solomon Abraha, une personnalité d’origine érythréenne très respectée par l’empereur et d’autre part de brouille entre le sultan et son vieux vizir Yayyo Ḥammadou, le véritable relais de l’empereur en pays Afar en général et dans l’Awsa en particulier (Maknun Gamaledin, 1993). Le premier, qui venait de succéder à la tête de cette province au prince Asfa Wossen, contestait au chef afar sa prérogative du chef quasi-autonome d’Awsa. Leur premier accroc avait eu lieu peu après sa prise de fonctions. Dedjazmach Solomon Abraha avait informé en avance le bitwodded ᶜAli-Miraḥ de sa venue dans l’Awsa et lui avait demandé de l’accueillir à Dubti, première étape de sa tournée. A la date indiquée, le sultan, non seulement s’était abstenu de faire le déplacement et s’était fait représenter par des notables de son entourage mais il lui avait fait dire son intention de le recevoir chez lui à Aysaᶜeyta. Offusqué, le Gouverneur général était allé directement à Afambo, poste frontalier et de là était retourné à Dessié, d’où il s’en était plaint au gouvernement central.

35Yayyo Ḥammadou, quant-à-lui, s’était retiré à Bati, suite à une brouille avec le sultan dont la cause aurait été le déclin de son influence du fait de l’emprise sur ce dernier de ses enfants, surtout de Ḥanfaré. La ligne de confrontation avec le pouvoir central ne plaisait pas au vieux vizir qui redoutait une réaction du gouvernement et ses conséquences.

  • 30 Avant son décès en 1972, il s’était réconcilié avec Ali-Miraḥ son beau-frère qu’il avait porté au (...)

36Les troubles de juin 1971, les premiers dans la région, avaient donc entraîné l’intervention de l’armée gouvernementale, approuvée par Yayyo Ḥammadou30.

  • 31 Titre militaire amhara pour « commandant de l’aile gauche », devenu par la suite titre de noblesse.

37Le Premier ministre Aklilu Habte Wold profita d’une part du sentiment d’insécurité des originaires des hautes terres, dont une bonne partie avait quitté la région, et d’autre part du soutien du gouverneur général et du vieux vizir, pour convaincre l’empereur de la nécessité de la création de deux postes de police, l’un à Aysaᶜeyta et l’autre à Dubti. Il revint à la charge en 1973, à la fin du règne de Hayle Sïllasé et obtint l’aval de celui-ci pour la création de deux nouveaux districts : Aysaᶜeyta et Dubti. Dans l’intention d’atténuer l’effet de cette décision, le prince Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ et Ḥassan Yayyo, le fils du défunt vizir Yayyo Ḥammadou, furent nommés, l’un gouverneur d’Aysaᶜeyta et l’autre, vice-gouverneur de Dubti. Ils furent tous deux gratifiés du titre de grazmach31. Cette décision gouvernementale dont l’objectif inavoué était la mise à l’écart en douceur du sultan ᶜAli-Miraḥ, n’ayant eu guère les faveurs de celui-ci, Ḥanfaré s’est abstenu de remplir pleinement ses fonctions (Cossins, 1973), et le poste est demeuré presque proche de la disparition durant les derniers mois mouvementés du règne de Hayle Sïllasé et jusqu’à la crise de juin 1975.

L’implantation de l’administration éthiopienne hors d’Awsa

  • 32 Chef du village sur les hautes terres sous le régime impérial.
  • 33 Mot qui veut dire littéralement « commandant de la droite », titre de noblesse.

38Hors du sultanat d’Awsa, l’implantation de l’administration éthiopienne en pays Afar se traduisit d’abord par le rapprochement des plus importants chefs traditionnels auxquels furent conférés la fonction de balabbat et de chika-shum32, des titres de noblesse éthiopiens (dedjazmach, fitawrari, kegnazmach33, grazmach) et un petit salaire, dans un premier temps une rétribution déduite sur le montant du tribut à verser. Il leur fut assigné le même rôle que celui dévolu, avec quelques petites nuances, à leurs pairs des autres peuples conquis du Sud : assurer la fonction de conseiller pour l’extension, à moindre coût, de la pax amharica. La différence était qu’ici, elle consistait uniquement à la collecte de l’impôt sur le bétail pour soutenir les finances de l’État et prendre en charge la bureaucratie, laquelle prenait de l’importance. Les tributaires afar ne bénéficiaient en retour d’aucun service de la part de l’État.

  • 34 Titulature militaire équivalant au grade du commandant.
  • 35 Nom sous lequel les Afar étaient désignés par les populations des hautes terres chrétiennes.
  • 36 [About ten years ago, close to the time that the Shalaka began his work among the Adal, the traditi (...)

39Wilfred Weissleder (1965 : 300) relate l’histoire de cette intégration tardive à propos de Dulecha, une région située seulement à un peu plus d’une centaine de kilomètres à vol d’oiseau d’Addis Abäba, la capitale de l’empire :
Il y a dix ans de cela, le shalaka34 commença son travail chez les Adals35; les leaders traditionnels commencèrent à être reconnus par le gouvernement central. Ils furent gratifiés des titres amhara, d’un petit salaire et de la confirmation de leur autorité sur leur peuple. Ils sont connus comme balabbat, la désignation amhara pour un propriétaire terrien et sa majesté impériale leur donna à tous le kaba, le cap noir, le shirt blanc et les pantalons blancs qui font qu’ils sont facilement confondus avec les prêtres éthiopiens36.

40Il décrit le rôle dévolu au balabbat afar en ces termes :

  • 37 Administrateur d’une concession (malkäniyä) dans le nord de l’Ethiopie.
  • 38 Juge-président de la plus petite juridiction reconnue par l’Etat sous le régime impérial.
  • 39 [Upon the Adal balabat devolve many of the obligations of the melkenya of the Amhara. He is a polic (...)

Au balabat Adal incombe plusieurs des obligations du melkenya37 de l’Amhara. Il est un policier, un atbe danya38, et parfois un percepteur d’impôt ; il est également un porte-parole de son peuple dans des rapports avec le gouvernement39 (Ibidem : 301).

  • 40 C’était le niveau de l’administration territoriale élémentaire sous Hayle Sïllasé jusqu’en 1964, da (...)
  • 41 Le chef-lieu du même nom était un village situé à 38 km d’Awash Station, dans la région de Kassam.
  • 42 Cette awrajja tirait son nom de l’association des noms géographiques à l’ethnonyme, Adal [Afar]. El (...)

41Les plus importants de ces balabbat afar, qui devenaient donc les auxiliaires de l’administration éthiopienne, furent nommés à la tête de trois des quatre meketil woreda40 créés vers la fin des années cinquante dans les régions du Shewa-Est, d’Harargé-Ouest et du Wällo-Sud : Awaré41 (Errer et Karayyu du Shewa), Mullu-Afdem (Chercher, Adal et Gara Guracha42 du Harargé) et Dawwé-Rahmado (Kallu du Wällo). Un originaire des hautes terres chrétiennes fut nommé à la tête de Dulecha (Tegoulet & Bulga du Shewa), le quatrième meketil woreda.

42Dans la nouvelle réorganisation administrative du pays de 1964, laquelle faisait suite à l’annexion de l’Érythrée, des nouveaux woreda furent créés dans la province de ᶜAsab habitée par les Afar, portant leur nombre à cinq : ᶜAsab-Raḥayto, Beylul, ᶜIddi, Thiᶜo et Mersa-Fatima. Des chefs traditionnels afar furent nommés à leur tête. Ici, le maillage administratif s’expliquait par des considérations surtout sécuritaires, en raison de l’existence d’une rébellion indépendantiste qui prenait de l’importance.

  • 43 Prince.
  • 44 Entre parenthèses le nom de l’awrajja.
  • 45 Le chef-lieu du même nom se trouve à 55 km à l’est de Mekele. Les Tigréens l’appellent Shihët et c’ (...)

43A la même période, on assista à l’implantation de l’administration dans la partie afar du Gouvernorat général avoisinant du Tigray dont le gouverneur général était leul43 ras Mengesha Seyoum, arrière-petit-fils de l’empereur Yohannes IV, époux de la petite-fille de Hayle Sïllasé et dévoué à ce dernier. Trois woreda, répartis entre les awrajja des hautes terres, voyaient le jour : Baraḥlé (Hulat-Awlaelo44), Abᶜâla45 (Enderta) et Digdigsala (Rayya-Azabo). Dans ce gouvernorat général, l’implantation de l’administration s’expliquait par des raisons économiques : faciliter à la noblesse et aux paysans tigréens l’accès aux terres fertiles de l’escarpement oriental par le biais des chefs traditionnels de confiance nommés à la tête de ces entités administratives et s’assurer par le même biais des rentrées régulières de taxes sur les barres de sel amolé de ᶜAs ᶜAlé et d’impôts sur le bétail. Au plus fort de la saison, 80 000 birrs éthiopiens de taxe sur le sel par mois étaient perçus à Baraḥlé, un village situé au pied de l’escarpement des hautes terres, à 120 kilomètres de Mekele et à 67 de ᶜAs-ᶜAlé (J. Bennett, 1983 : 48). Outre le sel, l’exploitation des autres ressources naturelles de cette région dont la potasse de Dallôl était projetée.

  • 46 Celui-ci était l’arrière-petit-fils de l’amoyta d’Awsa Moḥamed Aydâḥis (1898-1901) que la lutte fra (...)

44L’implantation de l’administration en pays Afar inclus dans le Gouvernorat général du Harargé fut très timide et se traduisit par la création de deux woreda : Afdem puis Miᶜesso et Gawwani (awrajja Chercher, Adal et Gara-Guracha). A la tête de Gawwani fut nommé un chef traditionnel de la région en la personne de Tahiro Ḥammadou. Dans le sud-Wällo, le meketil woreda multiethnique de Dawwe-Raḥmado qu’administrait le plus important chef traditionnel afar de la région, le kegnazmach Moḥamed Boddayya, fut élevé au rang de woreda avec comme chef-lieu Bora. A la même période, un autre chef afar, le grazmach Moḥamed ᶜAlo46 fut nommé gouverneur du district multiethnique d’Effrata Jillé (Yifat & Temuga du Shewa).

45Il n’y a pas eu la création de woreda en territoire Afar rattaché au nord et au sud-est du Gouvernorat général du Shewa, au nord-est du Gouvernorat général du Wällo. Théoriquement, les Afar de ces régions dépendaient des woreda des hautes terres limitrophes.

Les causes du regain d’intérêt du régime impérial pour le pays Afar

Le potentiel agricole

46La tardive implantation de l’administration éthiopienne en pays Afar était sous-tendue par un regain d’intérêt du gouvernement de Hayle Sïllasé pour la région dans les années cinquante dicté par plusieurs facteurs. D’abord, il s’expliquait par le potentiel agricole du bassin de l’Awash sur lequel le régime impérial avait hérité des études effectuées par les Italiens au cours de leurs cinq années d’occupation (1936-1941). Lequel intérêt fut rehaussé, pour ce qui concerne la moyenne Awash, par sa proximité avec Addis Abäba, la capitale nationale et commerciale et par les infrastructures relativement bien développées de la zone, comprenant le premier grand barrage du pays, celui de Qoqa que venait de construire les Italiens et par la suite, la route desservant la cité portuaire de ᶜAsab sur la mer Rouge.

47Au cours de leur occupation de l’Éthiopie, les Italiens avaient introduit dans la législation la propriété éminente de l’État sur les terres afin de lancer des grandes plantations mécanisées sur les rives de la vallée de l’Awash (Guida d'Italia, 1938). Aux mêmes fins, le gouvernement éthiopien s’inspira de ce précédent et commença par formaliser dans sa Constitution révisée de 1955 la politique d’expropriation des pasteurs du pays, en énonçant clairement que « toutes les propriétés non détenues ni possédées au nom d’une personne morale ou physique, y compris toutes les zones de pâturage […] relèvent du domaine de l’État ».

48Les éleveurs, qui étaient jusque-là très peu affectés par la politique économique prédatrice du régime impérial, durent à faire face à une drôle d’intégration sous la forme de la dépossession des meilleures terres des plaines d’épandage qui leur servaient de pâturages à la saison sèche, des mois de janvier à juin ou de replis pendant la sécheresse.

  • 47 Cette classification du bassin de l’Awash, qui couvre 70 000 km2, soit 6 % de la surface totale de (...)
  • 48 Sa création a été officiellement annoncée le 19 juillet 1961 avec un capital de 1,4 million de doll (...)
  • 49 La reine Élizabeth II y effectuera une seconde visite en 1972 en compagnie de l’empereur Hayle Sîla (...)

49En pays Afar, la première vaste plantation de coton fut établie en 1961 à Dubti dans la basse vallée47 par une multinationale, la Tendaho Plantation Share Company (TPSC)48, administrée et gérée par la compagnie anglaise Mitchell Cotts. Certains auteurs affirment que le sultan ᶜAli-Miraḥ aurait été associé dès le départ à hauteur de 7 % d’actions du capital de cette multinationale (Bondestam, 1974 : 435 ; Marina et David Ottoway, 1978 : 95-96), information que l’intéressé a démentie (Aramis Houmed Soulé, 2011 : 91). Une chose est sûre. Le monarque afar avait été récalcitrant par rapport à ce projet. Il ne l’avait accepté que sur insistance de son vizir, Yayyo Ḥammadou qui lui avait fait comprendre qu’il ne pouvait affronter de la sorte l’Empereur (Ibid. : 90). En effet, la visite de ce dernier à ce projet de plantations le 8 novembre 1962, plus d’une année après son lancement, confirmait l’importance qu’il lui accordait. Une autre visite, celle de la reine Élizabeth II et du prince Philippe d’Angleterre le 3 février  1965 constituait un indicateur du soutien dont la multinationale disposait outre-mer49.

50Le gouvernement impérial créa le 23 janvier 1962 l’Awash Valley Authority (AVA), laquelle constituait, selon Alain Gascon, un calque de la Tennessee Valley Authority (TVA) (Gascon, 1995 : 165, note 6). L’organisme était « chargé de coordonner l’activité de divers ministères, de promouvoir l’agriculture industrielle, de prévoir les infrastructures nécessaires, et d’une manière générale, de faire tout ce qui peut être nécessaire à la bonne utilisation et au développement des ressources de la vallée d’Awash » (Lars Bondestam, 1974 : 427).

  • 50 Acronyme anglais de : Food and Agricultural Organization.
  • 51 Littéralement : ‘’Justice des rois’’. Droit traditionnel abyssin.
  • 52 Les terres inoccupées, vacantes.

51Les études de faisabilité réalisées avec l’aide de la FAO50 préconisaient des grandes plantations de coton et de sucre. Elles ignoraient les droits traditionnels des éleveurs afar et oromo sur ces terres communales. Elles étaient en adéquation avec le Fetha Nägäst51, qui décrivait les terres d’élevage, res nullius52, et les éleveurs comme des prédateurs. Il en découle le terme péjoratif amharique « zalan » qui servait à les désigner, synonyme d’« itinérants », d’« errants », voire de « vagabonds » (Berhanou Abebe, 1998).

5270 000 hectares de terres furent choisis pour être mis en culture, et l’AVA commença dès le début des années soixante à octroyer dans la moyenne vallée de l’Awash des concessions à durée déterminée pour des cultures de rente telles que le sucre et le coton (Getachew Kassa, 2001 : 90-91). Les récipiendaires étaient les multinationales associées à l’État, la famille royale, les nobles et les fonctionnaires, tous originaires des hautes terres chrétiennes.

53Glynn Flood qualifie ces entreprises éthiopiennes de poursuite de la « colonisation interne » de l’empire depuis Ménélik II, ou encore de « néocolonialisme » européen en raison de l’importance des investissements étrangers (Flood, 1975 : 6).

Le développement de l’agriculture irriguée et les enjeux fonciers

54Dans la basse vallée de l’Awash, le sultan ᶜAli-Miraḥ percevait l’intrusion de la TPSC comme une menace pour l’autonomie du sultanat d’Awsa et pour son propre pouvoir. Alors, il décida de la combattre sur son propre terrain, la culture du coton en lançant un certain nombre de projets. Cette activité n’était pas nouvelle pour lui. Dès 1953, il avait développé une production de coton sur une partie de ses terres, en s’assurant les services des Soudanais, demeurés dans l’Awsa après la défaite des Italiens. Ils avaient été employés notamment à la construction des routes entre 1936 et 1941. Ils travaillaient sous la responsabilité d’un ingénieur agronome que le sultan avait recruté au Soudan.

  • 53 Une confédération tribale Saho sous le nom duquel les Afar du sud désignent l’ensemble des membres (...)

55Pour contrer la possibilité d’emprise sur les terres de sa région des intérêts étrangers et éthiopiens par le biais de l’AVA, ᶜAli-Miraḥ encouragea ses parents, la petite frange d’élites de ses administrés et certains notables de son entourage à suivre son exemple, tout en donnant en concession une partie de ses terres à des investisseurs privés afar et non-afar, des ᶜAsawurta53, des Tigré d’Érythrée et des Arabes. Ceux-ci furent assujettis au paiement de 30 % de bénéfices au sultan. Les enfants adultes du sultan disposaient de leurs propres terres, lesquelles furent mises en valeur par des gros planteurs afar officiellement associés avec eux mais qui, en réalité, travaillaient pour eux.

  • 54 En afar : qarkaytôh ardi. C’était l’équivalent dans les sultanats de Tadjourah et de Raḥayto de Din (...)

56Pour avoir un relais auprès de la famille impériale en général et de l’empereur en particulier, ᶜAli-Miraḥ octroya également des terres à Barga au prince héritier, Asfa Wossen, gouverneur général en titre de Wällo jusqu’à la fin des années soixante. Celui-ci s’associa avec une compagnie hollandaise Handels Vereeniging van Amsterdam (HVA) pour y cultiver le riz. Il faut rappeler ici que le monarque afar disposait d’une surface importante de terres arables appelée ᶜarkaytoh ardi54 qui veut dire littéralement : « les terres du trône ». Lesquelles terres devaient permettre à l’origine au sultan en titre de pouvoir remplir à bien sa fonction qui contenait une part de redistribution aux nécessiteux de ses administrés. Une grande partie de ces terres servaient de pâturages au bétail du trône qui se chiffrait à des dizaines de milliers de têtes. Une autre partie était cultivée jusque-là collectivement pour le monarque par des paysans afar.

57L’avènement de l’agriculture commerciale cotonnière se traduisit d’une part par l’afflux des originaires des hautes terres et d’autre part par l’empiètement sur des terres jusque-là dévolues au bétail du trône et à celui des autres éleveurs afar. Cette évolution entraîna un appauvrissement des premiers et rendit la vie plus difficile aux seconds. En outre, les chefs des clans, avec l’encouragement du sultan, mirent en culture les terres claniques des berges de la rivière Awash en devenant eux-mêmes des entrepreneurs agricoles ou en louant ces terres aux investisseurs privés, moyennant 30 % de bénéfices.

58Selon Lars Bondestam (1974 : 437), de 1968 à 1971, la surface de terres cultivées par ᶜAli-Miraḥ et ses tenanciers est passée de 5 000 hectares à 14 000 et le nombre des tracteurs possédés par ceux-ci de 15 à 110.

59Pour contrôler ce développement, le monarque afar prit soin de mettre en place un cabinet de l’Agro-business dont les tâches consistaient à la gestion du développement agricole, au montage du crédit et au financement de l’agriculture mais également à la vente de ses récoltes. Vers la fin de la première moitié des années soixante-dix, ce cabinet était dirigé par Ḥanfaré ᶜAli-Miraḥ assisté par Ḥassan ᶜAbdallah. Ce dernier fera une carrière nationale à la chute du régime militaro-marxiste de Mengïstu Hayle Maryam d’abord comme ministre des Fermes d’État, du développement du Café et du Thé dans le gouvernement de Transition (août 1991-août 1995) puis comme ministre du Travail et des Affaires sociales (septembre 1995-octobre 2010).

  • 55 Cette banque privée a ouvert l’une de ses six succursales en provinces à Aysaeyta le 9 novembre 19 (...)

60Deux banques privées, la Banque d’Addis Abäba55 et la Banque commerciale d’Éthiopie, attirées par le dynamisme de l’association des entrepreneurs agricoles d’Awsa, lui accordèrent des crédits à court terme par le biais de ce cabinet et sur garantie personnelle du sultan. L’argent était ensuite distribué aux malokti, chargés de répartir les prêts entre les agriculteurs. Noël Cossins rapporte qu’en 1972-73 « le nombre des fermiers pour lesquels le cabinet de l’amoyta arrangeait un soutien sous la forme de crédits se chiffrait à plusieurs milliers » (Cossins, 1973 : 42).

61À cette date, ᶜAli-Miraḥ, son entourage et ses tenanciers non-afar, devenus partie prenante du projet d’irrigation, contrôlaient 65 % de terres cultivées dans la basse vallée. Ils étaient perçus comme l’un des groupes les plus riches de l’Éthiopie (Lefort, 1981 : 151). Cependant, au regard de la loi éthiopienne, leurs activités étaient considérées comme illégales parce qu’ils ne payaient pas l’impôt foncier. L’Awash Valley Authority (AVA) en profita pour leur bloquer l’accès aux prêts gouvernementaux à long terme en faveur de l’agriculture, les obligeant ainsi à dépendre de prêts privés à court terme. Elle les priva également du bénéfice de prix préférentiels sur le gazole et de la possibilité d’acquérir des machines hors-taxe.

62Par pragmatisme, les Afar, le sultan en tête, n’étaient pas hostiles au paiement d’une imposition foncière mais en échange, ils demandaient la reconnaissance officielle de leurs droits sur leurs terres. Contrairement aux chefs des peuples soumis du Sud, devenus les rouages du nouveau pouvoir, les chefs afar ne bénéficiaient pas de la reconnaissance des droits sur la terre, résultant de la restitution d’un tiers des terres confisquées, siso en amharique. Ceci était dû au fait que la région Afar n’a pas été conquise militairement, et que le système économique prédateur institué par Ménélik ne concernait que les terres agricoles. Elle a échappé, comme l’ensemble des régions périphériques pastorales, à l’exploitation économique et à la domination de classes qui furent le lot des peuples du Sud passés sous la domination des Amhara-Tigréens.

63C’est la raison pour laquelle, lorsque le pouvoir central s’intéressa tardivement à ses terres, l’opposition à sa mainmise fut forte et dirigée par les chefs traditionnels considérés comme les rouages de l’administration avec en tête le plus important d’entre eux, le sultan ᶜAli-Miraḥ Ḥanfaré. En raison des intérêts politiques du régime impérial qui poussaient à ménager ce dernier, l’AVA limita ses activités à la moyenne vallée de l’Awash où elle accorda en concession plusieurs milliers d’hectares. Elle créa en 1968 la Middle Awash Agricultural Development Enterprise (MAADE) pour administrer les projets qu’elle comptait entreprendre dans cette région, et une année après était lancé le projet de fermes irriguées de ᶜAmmibaḍa-Sidîḥa Fâgé [Malka Sadi]. En 1971, quatre autres fermes furent établies dans cette région : Boloh-Amo, Dôḥo (Awara-Melka), Maro-Galou et Angelelé [Angallilé].

64Les éleveurs furent expulsés, sans indemnisation et parfois manu militari. Tout juste était-il qu’au tout début, 72 familles afar de la confédération Debné furent sédentarisées à ᶜAmmibaḍa (Ayalew Gebre & Getachew Kassa, 2009 : 73). Il était prévu que chacune d’elles s’occupe d’une petite parcelle de 0,2 à 0,5 hectares sous l’administration d’une ferme mécanisée. Comme mesure incitative, chaque famille installée reçut une allocation mensuelle de denrées alimentaires, équivalant à 30 birrs. Ces premiers bénéficiaires du programme d’installation étaient les balabbat, leurs proches et les membres des clans favorables à l’AVA. En 1971, une autre ferme de sédentarisation de 426 hectares fut créée à Halle-Debbi [Ḥanle-Dabᶜi] pour les Wéᶜima, la seconde confédération de la région. Alors que les pasteurs sédentarisés devaient se former au travail agricole au contact avec les ouvriers agricoles originaires des hautes terres mis à leur disposition pour les aider, c’était ces derniers qui cultivaient, de sorte que leur propre travail consistait la plupart du temps au désherbage et à la cueillette du coton lors de la moisson. Cette situation n’offusquait pas l’AVA car ces projets avaient été mis en œuvre plutôt pour apaiser les clans afar déplacés que pour promouvoir la transformation des pasteurs en agriculteurs.

65Les pasteurs afar de cette région avaient été privés également avec l’établissement du parc national d’Awash en 1966 de 23 300 hectares d’aire de pâturages utilisés pour une partie lors de la saison sèche et pluvieuse et pour une autre partie, le sud du parc, en région du Mont Fantalé pendant toute l’année.

66Au nom de leurs administrés, les chefs traditionnels afar de la moyenne Awash protestèrent contre cette politique de spoliation des terres auprès de l’empereur qui fit la sourde oreille. L’AVA, quant à elle, ne manquait pas une occasion pour leur rappeler qu’ils n’avaient aucun droit sur les terres dont pourtant ils ne connaissaient pas d’autre propriétaire qu’eux depuis des générations. En 1973, ceux-ci défièrent avec fierté l’AVA, et l’un d’entre eux parvint même à exploiter les lacunes de la législation éthiopienne, surtout celle relative aux terres dit de gouvernement, ‘’mangest maret’’ en amharique. Ils bénéficièrent du soutien politique, financier et d’un prêt de dix-sept tracteurs et de deux bulldozers de l’amoyta ᶜAli-Miraḥ qui leur permirent de défricher et de mettre en culture leurs propres fermes. Ils allouèrent également des terres en concession à des investisseurs privés, moyennant un engagement au paiement de 30 % de bénéfices (Emmanuel Haile Wolde, 1975 : 23 ; H. E. Voelkner, 1974 : 42) et à les aider à cultiver eux-mêmes.

  • 56 Titre militaire : commandant de la droite ; titre de noblesse.

67L’AVA jugea leurs activités illégales et s’y opposa en affirmant être l’unique détentrice des droits sur les terres des berges et les eaux de la vallée de l’Awash et porta plainte devant le tribunal. Le kagnazmach56 Daoud Bitᶜa, un ancien résistant à l’occupation italienne et chef de la région de Dofan-Fantalé, se constitua porte-parole des siens. Il remporta le procès, le tribunal lui ayant reconnu le droit de parler au nom de la population de sa région, et à cette dernière le droit de disposer de sa terre (Maknun Gamaledin, 1992 : 181).

  • 57 Celui-ci était en 1963 le gouverneur de l’awrajja d’Errer et de Karayyu dont le chef-lieu était la (...)
  • 58 Entretien à Awash, 15 décembre 2005.

68Le gouverneur du woreda de Gawwani et principal chef traditionnel des pasteurs transhumants de Baᶜadu, Tahiro Ḥammadou contesta, quant à lui, au directeur général de l’AVA, Assefa Defaye57, tout droit sur les terres de sa région58. En représailles, il fut muté à la tête du woreda voisin de Miᶜesso, de population mixte afar-oromo. Cette mesure d’éloignement de sa région ne le dissuada pas de prendre la tête d’une délégation de notables pour présenter à l’empereur les griefs de leurs administrés. À cette occasion, ce dernier accepta que ces chefs traditionnels afar mettent en valeur les terres eux-mêmes ou par le biais de location aux investisseurs, mais il refusa leur proposition du paiement de l’impôt foncier, lequel à la longue devait leur permettre d’être en règle avec la loi éthiopienne. En effet, le titre foncier pouvait être acquis selon le code civil éthiopien de 1960 par le biais du titre prescriptif. Lequel pouvait être établi sur la base d’une occupation et du paiement de l’impôt foncier sans discontinuité sur une période de 15 ans.

Tableau 1 : Surfaces irriguées par rapport aux surfaces irrigables en pays Afar en 1973 (Source : H. Kloos, 1982).

Région

Surfaces développées en 1973 (en hectares)

Estimation de surfaces irrigables (en hectares)

Moyenne vallée

7 700

80 000

Basse vallée

30 400

70 000

Total

38 100 (25,4 %)

150 000

69En 1973, en l’espace de plus d’une décennie d’existence de l’AVA, environ 38 100 hectares, soit 25,4 % de 150 000 hectares de la surface totale irrigable ont été convertis pour les cultures de rente dont la répartition, par région, est mentionnée dans le tableau ci-dessus. À cette date, environ 300 familles bénéficiaient du programme de sédentarisation de l’AVA à ᶜAmmibaḍa et à Dubti sur des petites parcelles de coton. Elles étaient soutenues par environ 100 ouvriers agricoles et plus de 700 travailleurs saisonniers, originaires des hautes terres.

70La fille aînée de Hayle Sïllasé, la princesse Tegnagn-Work et l’AVA se disputaient dans la moyenne Awash la plaine de Ḥalayḍagi qui couvrait environ 75 000 hectares de terre de pâturage de la saison des pluies d’été, et l’affaire était pendante devant le tribunal.

71Sous l’égide de la FAO et étudié par la Société grenobloise d’aménagement hydraulique (SOGREAH), un plan d’irrigation et du peuplement de la vallée de l’Awash et de Wabi Shabele par les paysans sans terre des hautes terres amhara devait être coordonné par l’AVA. Heureusement pour les éleveurs afar et somali, le régime impérial disparaissait sans réaliser ce projet néfaste pour leur survie.

Les conséquences du développement agricole pour les éleveurs

72Pour les éleveurs, le développement agricole sur leurs meilleures terres de pâturages de la saison sèche se traduisait par une concentration sur des surfaces réduites dans les alentours ou le déplacement plus loin, vers des zones arides, privées de points d’eau. Cette situation entraînait la compétition autour des ressources réduites et des disputes sur les droits de la terre. Elle affectait les rapports entre les tribus afar mais également entre les Afar et les populations voisines (Oromo du Wällo, Oromo Jillé et Karrayyu, Argubba). Des combats meurtriers opposaient continuellement ceux d’entre eux vivant dans les alentours des fermes ou du parc national aux agents de gardiennage auxquels l’armée ou la police donnait main forte.

73Dans la basse vallée où deux tiers de terres mises en valeur l’avaient été sous l’égide du sultan ᶜAli-Miraḥ, l’avènement de l’agriculture mécanisée porta également un coup dur aux valeurs traditionnelles de la gestion communautaire des ressources. En effet, les chefs des clans, suivant l’exemple du sultan ᶜAli-Miraḥ et bénéficiant de son encouragement, cultivaient ou louaient des terres claniques, sans en référer aux autres membres et sans les associer aux bénéfices produits. Il faut rappeler ici que chez les Afar, la propriété de la terre est collective au niveau du clan et sa gestion, qui prend en compte la pérennisation de ces ressources, est l’affaire de tous à ce niveau.

74Par conséquent, mis à part les chefs de clans et quelques personnes influentes de l’entourage du monarque afar, pour tous les autres, l’extension de l’agriculture sur les meilleures terres de pâturages avait eu pour conséquence une transhumance sur des distances plus longues. À compter de cette date, en cas de difficultés liées à des épisodes de sécheresse, les éleveurs ramenaient leur bétail au moment de la récolte et les laissaient envahir les plantations. De leur part, il s’agissait aussi d’une manière de manifester leur mécontentement, à défaut de pouvoir changer le cours des choses.

La localisation stratégique

  • 59 Elle fut construite par les Soviétiques dans la partie sud de cette ville.

75La seconde cause d’intérêt du pouvoir central pour l’Afar était sa position stratégique au sein de l’Éthiopie moderne, à l’entrée de la mer Rouge et traversée sur plus de 650 km par la route – artère vitale du commerce national – reliant Addis Abäba au port de ᶜAsab. Laquelle route devait diminuer la dépendance du chemin de fer et du port de Djibouti. L’intérêt pour le port de ᶜAsab se trouva rehaussé au tout début des années soixante avec son agrandissement par les Yougoslaves suivi par la construction de la seule raffinerie du pétrole du pays sur financement soviétique59. La route construite dans la seconde moitié des années trente par les Italiens avait été restaurée vers la fin des années cinquante. Elle passait par Bati et Kombolcha, deux villes des premiers contreforts du Wällo pour relier la capitale à la mer Rouge. La construction du tronçon de 303 kilomètres de routes reliant l’Awash-station à Millé, en passant par Gawwani fut réalisée par l'entreprise ouest-allemande Trapp et Cie qui avait signé le 26 juin 1969 un contrat avec l'administration impériale des routes. Inaugurée en 1973 par le roi des rois Hayle Sïllasé, cette nouvelle route, réduisant la distance de 12 kilomètres par rapport à l’ancienne, permettait aussi d’éviter la région montagneuse du Shewa, surtout le col de Tärmabar (3 230 mètres d’altitude). La réalisation de ce tronçon devait ouvrir également aux investisseurs, attirés par les dégrèvements fiscaux considérables, les terres fertiles des berges de la moyenne vallée de l’Awash appartenant aux éleveurs afar.

  • 60 L’ancien vice-premier ministre du régime impérial, Seyoum Haregot, confirme l’existence de cette me (...)

76Une autre cause d’intérêt pour l’Afar était dans les années cinquante les desseins de Hayle Sïllasé concernant l’avenir de l’Érythrée et du TOM de Djibouti. A l’époque, l’ex-colonie italienne était fédérée depuis peu à l’Éthiopie par une décision des Nations unies, et le roi des rois projetait d’en faire un Gouvernorat général de l’Éthiopie, au même titre que le Wällo, le Tigray et la dizaine d’autres. Il avait les mêmes visées sur la colonie française de Djibouti à propos de laquelle on enseignait dans les écoles qu’elle avait été cédée aux Français par Ménélik II et qu’elle devait réintégrer un jour l’empire60.

Apparition et développement des centres urbains, introduction de l’économie monétaire

77L’usage intensif de la route Addis Abäba-ᶜAsab à partir des années cinquante, suite à la fédération de l’Érythrée à l’Éthiopie, puis son annexion à l’empire en novembre 1962, avait eu pour corollaire dans le pays Afar traversé l’apparition et le développement des petits centres urbains et d’une micro-économie exclusivement aux mains des habitants des hautes terres et généralement dominée par des intérêts commerciaux aliénants, associés au transport, tels que les hôtels, les bars, la prostitution, etc. Il en était de même dans le voisinage des grandes plantations agricoles.

  • 61 Notre observation dans le bidonville d’Arḥiba à Djibouti de la population immigrée d’Errer et de Ba(...)

78Ce développement prescrit d’en haut se traduisit par l’introduction de l’économie monétaire, laquelle entraîna un changement brutal pour les Afar. Ces derniers étaient habitués jusque-là au troc de leur bétail et de leurs produits, surtout le beurre contre les grains. Un coup dur. Les Afar devinrent économiquement dépendants de ces services commerciaux, à défaut de disposer eux-mêmes des ressources pour s’y lancer61. Cette intégration trop abrupte à l’économie marchande devint une menace. Pour montrer leur situation face à cette modernité envahissante, Noel J. Cossins note :

  • 62 [The World arrived at the Afar door and has entered without being asked. It will not leave and the (...)

Le monde est arrivé à la porte des Afar et est entré sans avoir demandé la permission. Il ne quittera pas, et les Afar ne seront pas capables de le faire partir62 (Cossins, 1973 : 120).

79La construction de la route directe Addis Abäba-Awash-ᶜAsab en passant par Gawwani et Millé, le développement de l’agriculture commerciale et l’essor des centres urbains le long du corridor routier et à proximité des plantations attirèrent un nombre important d’allogènes, originaires des hauts plateaux. Ces derniers bénéficiaient en exclusivité des emplois générés par cette évolution. Les Afar se faisaient une nette impression que le pouvoir central les envoyait pour les anéantir économiquement d’abord, culturellement ensuite. Ils entretinrent avec eux des relations tendues.

  • 63 Littéralement : « Amina la Noire ». Amina Ali ou Ali Amina à la manière afar, connue également so (...)
  • 64 Ḥamad (fils de) Kadiga, le nom de la mère.
  • 65 Voir un extrait de cette joute en annexe 1.

80Les ressentiments des éleveurs afar à l’égard de ce développement administré d’en haut, synonyme pour eux d’une marginalisation économique croissante, furent exprimés dans de nombreux poèmes. Dans la basse vallée de l’Awash, on se remémore l’échange poétique entre Data Amina63, la très populaire poétesse et Kadîgah Ḥamad64. L’extrait suivant que nous devons à la première traite, en des termes clairs, de la menace constituée pour la survie des pasteurs par l’intrusion de la compagnie anglaise Mitchell Cotts65 :

Num cayi neh maloowa massamma loowa
Ni baaxo neh maliiy, yabqurem niyaata
Ikoyta neh maliiy, tambaxem niyaata
Dat-bacaril xaliito xagtam mageyta
Boyhah-afal narigto xagtam mageyta
bokolut sug'awka yankiseenih cabaana
wodarat sug'awka gutqeenih cabaana
laa macaba'yya num makiinat beyaana
Sirkalol oobe num Daseh fan beyaana
[…] xaylo le laa gasol rabak woh maqaanee ?
qakka le gaala yarcideenik woh maqaanee ?
laahi yan ayro hinna kondom kalaanam
labha tan ayro hinna kondom kalaanam
[…] Neh meqe maaxigak frangiita ruuba...

  • 66 C’est le nom du responsable local de la compagnie Mitchell Cotts.

[L'homme (le colon) ne cherche pas notre satisfaction, il veut notre
malheur.
Il ne tient pas à ce que la terre nous revienne, il veut la cultiver.
Il ne veut pas que nous ayons des troupeaux, il veut leur disparition.
À Dat-bahari, les génisses ne trouvent plus à manger.
À l'embouchure de Boyna, les jeunes chamelles ne trouvent plus à manger.
[…] Est-ce bon signe que des vaches suitées meurent dans l’enclos ?
Est-ce bon signe que des chameaux du trône sont tués ?
Le jour où on pensera à chasser Kondom66, il n’y aura pas de vaches.
Le jour où on pensera à chasser Kondom, il n’y aura pas d’hommes.
Au lieu de dire que le colon est bon pour nous, il faut penser à le
chasser]

(Dimis et Reedo, 1976)

81Laquelle joute poétique était intervenue après l’acquisition par Mitchell Cotts de 4 000 hectares de terres à Dat-baḥari en plus de 5 800 à Dubti. Cette localité située à huit kilomètres au sud-ouest d’Aysaᶜeyta servait pour une multitude de clans comme aire de pâturages à la saison sèche.

La famine de 1973-74 : une catastrophe

  • 67 Il a été nommé gouverneur de l’awrajja de Gimbi dans le gouvernorat général du Wellega mais il rest (...)

82Au tout début des années soixante-dix, quand la famine s’annonça en Afar, le gouvernement de Hayle Sïllasé ne réagit pas à temps pour venir en aide à ses victimes. C’est ce que relève le travail de Mesfin Wolde Mariam qui utilisa les archives du ministère de l’Intérieur. Ce professeur de géographie à Hayle Sïllase I University (HSIU) devenu, avec la Révolution, Addis Abäba University (AAU), un Amhara du Wällo, avait fait partie avec deux de ses collègues et les étudiants de la même région de ceux qui brisèrent le mur de silence des autorités sur cette famine. En représailles, l’universitaire fut écarté67 mais cette décision n’empêcha pas le scandale d’éclater ; les journalistes alertés par les voyageurs s’en étaient saisis.

83Pour revenir à son travail, on apprend à sa lecture que l’alerte a été donnée par les Afar de l’awrajja d’Awsa en juillet 1971 en présentant une pétition au gouverneur de leur awrajja, en vue d’une aide alimentaire. Ce dernier a informé son supérieur à Dessie, spécifiant un besoin de 13 625 quintaux de céréales. En septembre, Dessie a écrit au ministre de l’Intérieur à Addis Abäba mais la bureaucratie n’a pas apporté de réponse en temps opportun pour juguler la menace :

  • 68 [The numerous letters were exchanged not only between Awsa and Dese and the Ministry of Interior, b (...)

De nombreuses lettres avaient été échangées non seulement entre Awsa et Dese et le ministère de l'Intérieur, mais également entre divers ministères et le Conseil de Ministres. Rien à la hauteur de la gravité et de l'importance du problème n'avait été fait pendant presque deux années68 (Mesfin Wolde Mariam, 1984 : 40).

  • 69 Ce vocable signifie « ce qui pousse en avant, sans retour et sans direction précise ». Il traduit l (...)
  • 70 La grande famine.

84L’année 1973 s’était caractérisée dans l’oasis d’Awsa par l’absence de récolte du maïs, laquelle était attribuée à la perte par les paysans des bœufs de labours de l’ordre de 100 % (Mesfin Wolde Mariam, 1984 : 63). Ailleurs, les éleveurs afar furent privés des grains que les paysans leur échangeaient traditionnellement contre leur bétail. La pollution de l’eau de la rivière par les pesticides déversés surtout en amont par les industries sucrières avaient aggravé la mortalité du bétail. Dans la basse et la moyenne vallée de l’Awash, le surpâturage ainsi que le déboisement, dû à la coupe du bois d’œuvre et de feu par le personnel des plantations, avaient accéléré l’érosion. Tout ceci aggrava les conséquences de la famine qui est passée à la postérité chez les Afar sous le nom de Yâhûm69 ou Kaḍḍa dabân70. Personne ne connait exactement les chiffres réels de pertes, tant humaines qu’animales, mais toutes les sources concordent sur leur importance. Le chercheur suédois Lars Bondestam avance pour la perte humaine le chiffre de 30 % de l’ensemble de la population afar d’Éthiopie (Bondestam, 1974 : 423-439).

85Après cette catastrophe, la reconnaissance par les Afar des rapports entre la sécheresse, la famine et la perte des terres de pâturages d’une part et de l’accès à l’eau de la rivière d’autre part au profit des concessions agricoles se traduisit par un accroissement de leur ressentiment à l’égard du gouvernement éthiopien.

Les Afar confrontés à une politique de marginalisation

86À la veille de la révolution, les Afar étaient confrontés à une triple marginalisation : économique, sociale et politique.

Marginalisation économique

87Outre la politique de destruction de la production pastorale, laquelle constituait leur base économique principale, par le biais de la dépossession de leurs meilleures terres de pâturages au profit des cultures de rente mais également du parc national dont nous venons de voir plus haut l’impact, les Afar furent confrontés à une marginalisation dans le domaine du commerce.

88En effet, l’usage des automobiles, suite à la construction au cours des années 1930 du premier réseau routier reliant le port de ᶜAsab sur la mer Rouge à Addis Abäba, après le chemin de fer Djibouti-Addis Abäba, constitua un coup dur pour eux. Désormais, le transport des marchandises n’était plus dépendant de l’armement des caravanes tel qu’il était pratiqué jusque-là.

Marginalisation sociale

89Formant une minorité à la périphérie de chaque Gouvernorat général (Région administrative après 1974) dans les basses terres inconnues et tenues pour hostiles depuis les plateaux, les Afar étaient exclus du bénéfice du minimum des services sociaux de base (éducation, santé, eau, etc.) (Tadesse Berhe et Yonas Adaye, 2007 : 2).

  • 71 Titre traditionnel du souverain abyssin.
  • 72 C’est le nom royal de Lalibela (1190-1225) qui signifie « Serviteur de la croix ». Cette école a ét (...)

90En 1974, le taux d’alphabétisation était estimé à 10 % au niveau national (Harbeson, 1978 : 481). Il était presque insignifiant en pays Afar. Par exemple, à cette date, il n’existait que quatre écoles primaires dans l’awrajja d’Awsa, la plus peuplée de ses régions. Sa première école, laquelle était aussi la première en pays Afar, à l’exception de la bande côtière méridionale du Gouvernorat général d’Érythrée, l’école Atsé71 Gabra Masqal72, a ouvert ses portes en 1955 à Aysaᶜeyta. Le choix du nom laisse penser qu’elle a été fondée par une institution religieuse représentée sur place par un certain Merry, un ressortissant norvégien.

  • 73 Établissement d’enseignement arabe.

91Le sultan ᶜAli-Miraḥ ouvrit, quant-à-lui, à Aysaᶜeyta au tout début des années soixante une madarasa73 comprenant un internat où un millier d’enfants afar de toutes les régions bénéficiaient au début des années 1970 d’une instruction, dispensée par des enseignants, recrutés à Addis Abäba parmi les diplômés des universités arabes.

  • 74 Située sur la route de Asab, cette ancienne étape caravanière était devenue pendant l’occupation i (...)

92Par la suite, deux écoles primaires furent construites vers 1965 à ᶜÉli-Daᶜâr74 et à Afambo pour répondre dans le premier cas à la demande des ressortissants des hautes terres chrétiennes installés dans ce village du corridor Addis Abäba – ᶜAsab et dans le second cas à l’accueil de l’administration du woreda créé dans cette localité frontalière. Une école fut ouverte également à Sardo, un gros village situé sur le même corridor et abritant l’une des résidences d’été du sultan. À la même époque et pour les mêmes raisons qu’à Afambo, une école fut ouverte à Gawwani, Abᶜâla et Baraḥlé.

93Les régions afar des piémonts nord et du sud-est et les basses terres adjacentes du Gouvernorat général du Shewa, du sud et du nord-est du Gouvernorat général du Wällo demeuraient, quant à elles, dépourvues d’une structure scolaire.

  • 75 Une localité agricole située à cheval sur l’Éthiopie et l’Érythrée, avec deux villages de chaque cô (...)

94Dans la Dankalie inclue dans le Gouvernorat général d’Érythrée, il n’existait pas d’école en dehors de ᶜAsab et de Thiᶜo où en 1956, une deuxième fut ouverte par une institution religieuse protestante, The Red Sea Mission. À ces trois écoles s’ajoutèrent, au cours des années soixante, deux autres : l’une à Badda, une localité agricole du nord–ouest75, et l’autre avec un internat à ᶜAsab afin d’accueillir les enfants des familles rurales. Cette dernière était financée par les commerçants afar, opérant dans le secteur des marais salants de ᶜAsab.

  • 76 Également entretien avec Ḥabib Moḥamed Yayyo, l’un des premiers élèves de cette école. Samra, 15 se (...)

95Les premiers élèves afar entrèrent aux collèges à la fin des années cinquante quand l’empereur Hayle Sïllasé offrit aux fils des chefs tribaux des peuples des périphéries de l’empire (Afar, Somali, Bénishangul, etc.) l’occasion de poursuivre une éducation moderne à Addis Abäba, dans des écoles des fils des balabbat avec un internat telles que Ménélik II, Teferri Makonnen, Teferri Wonderad et Kotebe (Gemaluddin ᶜAbdulkadir Rêdo, 1998)76. L’intention derrière cette décision était de produire de loyaux serviteurs de l’empire, prêts à se dépouiller de leurs particularismes pour servir de vecteur à l’amharisation de leur peuple.

96D’autre part, une bonne partie des élèves qui fréquentaient les rares écoles mentionnées plus haut, lesquelles n’offraient pas toutes un cycle primaire complet, étaient les enfants des allogènes, établis dans les petits centres urbains. Les enfants afar demeuraient des ruraux. Et la minorité d’entre eux, qui pouvaient y suivre le cycle primaire, avaient très peu de chances de le compléter ou d’entrer au collège pour la simple raison qu’ils n’avaient pas des parents, même lointains, dans les grandes villes (Addis Abäba, Asmara ou Dessie) où existaient des collèges et lycées.

97Les quelques élèves qui arrivaient à se détacher du lot l’étaient soit par les efforts de leurs parents ou par la prise en charge au compte-goutte de l’État. Ceux-ci profitaient à partir de 1967 de la facilitation d’obtention de la nationalité et du document de voyage en Territoire français des Afars et des Issas (TFAI) et de l’octroi d’une dizaine de bourses annuellement par le gouvernement égyptien au nom du sultanat d’Awsa, gérées par la Ligue des étudiants Afar du Caire pour faire le choix de poursuivre le premier et le second cycle du secondaire et l’enseignement supérieur dans ce pays.

98Avant cette date, ils quittaient clandestinement l’Éthiopie pour entrer de la même façon en Égypte. Une fois sur place, ils entreprenaient des démarches auprès de l’Ambassade d’Éthiopie pour régulariser leur situation. Par conséquent, pendant l’année universitaire 1973-1974, les étudiants afar n’étaient que quelques-uns sur le banc de l’Université Hayle Sïllasé 1er. Dans le domaine de la santé, il n’existait pas en cette veille de révolution une structure digne de ce nom en pays Afar.

Marginalisation politique

  • 77 C’est la version que nous tenons de Moḥamed Tahiro Ḥammadou, vice-président de la région État natio (...)

99Les Afar étaient confrontés également à une marginalisation politique. En 1974, leurs intérêts n’étaient représentés au Sénat que par un sénateur et au Parlement par trois députés sur deux cents cinquante, représentant respectivement les awrajja de ᶜAsab, d’Awsa et de Chercher, Adal et Gara-Guracha. L’un d’entre eux, Wolde-Mikaél Gebreab, élu de la dernière awrajja, n’était pas un Afar de souche mais un Tigréen d’Érythrée, choisi par la population dans le souci de mieux faire entendre sa voix dans le Parlement77. Il semble avoir été préféré à un Afar, député sortant. Wolde-Mikaél Gebreab, un officier supérieur qui avait servi dans la province, les avait déjà représentés dans le courant des années soixante. Au cours de la même période, un Afar, Aydâḥis ᶜAlo représentait au Parlement la population multiethnique de l’Ifat, dans le Shewa oriental (Ahmed Hassen Omer, 2007).

100À la veille de la révolution éthiopienne, dans le domaine aussi bien socio-économique que politique, le retard des Afar par rapport à leurs concitoyens des autres ethnies était immense. Leur expérience d’une timide intégration au système de l’État éthiopien commençait à prendre surtout la forme de la dépossession de leurs meilleures terres de pâturages au profit des cultures de rente. Le constat suivant de John Harbeson résume bien leur situation :

  • 78 [Afar participation in the Ethiopian Empire during the late 19th and 20th centuries left them with (...)

La participation afar à l'empire éthiopien pendant la fin du 19e et au 20e siècle les a laissés avec un niveau de vie inférieur à celui des autres peuples soumis de la même façon aux régimes des empereurs et à celui qu’ils possédaient antérieurement à l'établissement de l'empire78 (Harbeson, 1977 : 1).

Fig. 1 : Le sultan ᶜAli-Miraḥ en compagnie de l'empereur Hayle Sïllasé (à sa gauche) et du prince héritier Asfa-Wossen (à sa droite) lors d'une visite à Tenḍaḥo. À l’arrière-plan, on reconnait le magnat des finances, J.K. Dick.

Fig. 1 : Le sultan ᶜAli-Miraḥ en compagnie de l'empereur Hayle Sïllasé (à sa gauche) et du prince héritier Asfa-Wossen (à sa droite) lors d'une visite à Tenḍaḥo. À l’arrière-plan, on reconnait le magnat des finances, J.K. Dick.

Notes

1 C’est l’une de quatre écoles juridiques de l’islam sunnite. Les trois autres sont : ḥanafite, malékite et ḥanbalite.

2 Commissariat.

3 Exceptée dans l’Awsa au tout début des années cinquante pendant une courte période.

4 Titre porté à l’origine par le prévôt des marchands, titre de noblesse.

5 Littér. : général campant devant la cour impériale ; titre de noblesse. Ce titre était d’ailleurs celui le plus élevé donné aux plus importants des chefs des peuples intégrés à l’empire à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Chez les Afar, outre le sultan d’Awsa, Hayle Sïllasié l’avait également conféré, au lendemain de son retour d’exil, au sultan de Biḍu, Moḥamed Aḥaw Igaḥlé en guise de reconnaissance à la résistance à la pénétration italienne de ce dernier dont le territoire était à cheval sur l’Érythrée et l’Éthiopie.

6 Pour les réactions que cette rectification de frontière a suscitées, voir Simon Imbert-Vier, 2008 et Ali Coubba, 1993 : 74-76.

7 Entretiens avec sultan Ali-Miraḥ, septembre 2005.

8 En afar : Sahle yanim baxah macaabeyyo mayyu.

9 En afar : malaak. Titre porté dans le sultanat d’Awsa par le personnel qui assiste le sultan dans l’administration des biens.

10 En afar : Bayxiiqo.

11 Terme de la langue arabe qui signifie « théologiens ».

12 Pour plus des détails sur les relations entre les religieux éthiopiens et le sultanat d’Awsa, lire Abu Aḥmed al-Ethiyobbi (1964) que l’auteur de ces lignes n’a pas pu consulter.

13 La plus haute autorité religieuse de l’islam sunnite.

14 Maître.

15 Plus connu auprès des siens dans la région de Dawwé sous le surnom d’Abba Ḥajji.

16 Asbaḥi est le nom d’une tribu yéménite des environs de Taez.

17 C’est le nom sous lequel étaient désignés les Afar par l’administration coloniale jusqu’en 1967.

18 Favori du roi, confident. Titre donné au vingtième siècle à des hauts fonctionnaires.

19 Chef-lieu du Gouvernorat général du Wällo.

20 Littér. : de famille traditionnelle, de bonne extraction, titre donné aux chefs traditionnels du Sud sous le régime impérial.

21 Titre militaire ; général d’avant-garde, titre de noblesse.

22 Entretien avec Ḥabib Moḥamed Yayyo à Samra, 13 septembre 2005. En 1952, à la fin de l’administration britannique sur l’Érythrée, Mussa Gaass Moḥamed a été désigné gouverneur de l’awrajja de la Dankalie méridionale (Asab). Il a été jusqu’à la chute de Hayle Sïllasé le seul Afar à avoir occupé un poste de ce rang dans l’administration de l’Érythrée fédérée à l’Éthiopie puis de l’Éthiopie.

23 Lire le témoignage de Moḥamed Umar Yaḥya. Cf. Aramis Houmed Soulé, 2011 : 183-186.

24 Terme de la langue arabe qui signifie ‘’Front’’.

25 Elle a été durement réprimée par le Derg après le départ en exil de l’amoyta Ali-Miraḥ et les troubles qui s’ensuivirent.

26 Originaire de Ḥergigo, un village du sud de Masawa, d’où était originaire Osman Saleḥ Sabbé, celui-ci, formé à l’école de Kotebe, était également le directeur de l’unique école publique d’Aysaeyta.

27 Nommé Grand Mufti d’Érythrée en 1939 par les Italiens, il exerça cette fonction jusqu’au 25 juin 1969, date de son décès. Cf. Jonathan Miran, 2000.

28 A cette date, le nombre des woreda était de 444. Cf. Bonnie K. Holcomb et Sisai Ibssa, 1990 : 361.

29 Le chef-lieu de ce woreda du même nom se trouve à 30 km d’Aysaeyta.

30 Avant son décès en 1972, il s’était réconcilié avec Ali-Miraḥ son beau-frère qu’il avait porté au pouvoir et sous le règne duquel il avait joué un rôle de premier plan.

31 Titre militaire amhara pour « commandant de l’aile gauche », devenu par la suite titre de noblesse.

32 Chef du village sur les hautes terres sous le régime impérial.

33 Mot qui veut dire littéralement « commandant de la droite », titre de noblesse.

34 Titulature militaire équivalant au grade du commandant.

35 Nom sous lequel les Afar étaient désignés par les populations des hautes terres chrétiennes.

36 [About ten years ago, close to the time that the Shalaka began his work among the Adal, the traditional leaders began to be recognized by the central government. They were granted Amhara titles, a small income, and confirmation of their seigniorial position among their own people. They are known as balabat, the Amhara designation for a landowner, and His Imperial Majesty gave them all the kaba, the black cloak, the white shirt, and white trousers ‘’which make them easy to confuse with Ethiopian Priests’’. It also got them into clothes which made them less objectionable when they had to come to Amhara towns and villages.]

37 Administrateur d’une concession (malkäniyä) dans le nord de l’Ethiopie.

38 Juge-président de la plus petite juridiction reconnue par l’Etat sous le régime impérial.

39 [Upon the Adal balabat devolve many of the obligations of the melkenya of the Amhara. He is a policeman, atbe danya, and at times, tax collector; he is also a spokesman for his people in any dealings with the government.]

40 C’était le niveau de l’administration territoriale élémentaire sous Hayle Sïllasé jusqu’en 1964, date à laquelle il disparaissait en tant que circonscription administrative. A cette date, le nombre de meketil woreda était de 1328. Cf. Bonnie K. Holcomb et Sisai Ibssa, 1990 : 361.

41 Le chef-lieu du même nom était un village situé à 38 km d’Awash Station, dans la région de Kassam.

42 Cette awrajja tirait son nom de l’association des noms géographiques à l’ethnonyme, Adal [Afar]. Elle a été rebaptisée en 1987 Harargé-Ouest.

43 Prince.

44 Entre parenthèses le nom de l’awrajja.

45 Le chef-lieu du même nom se trouve à 55 km à l’est de Mekele. Les Tigréens l’appellent Shihët et c’était sous ce nom qu’il était connu de l’administration éthiopienne.

46 Celui-ci était l’arrière-petit-fils de l’amoyta d’Awsa Moḥamed Aydâḥis (1898-1901) que la lutte fratricide pour le pouvoir avait poussé à s’exiler et à s’installer à Samu, une localité de la région d’Ifat, sur l’escarpement nord-est du Shewa (cf. Ahmed Hassen Omer, 2002 : 242).

47 Cette classification du bassin de l’Awash, qui couvre 70 000 km2, soit 6 % de la surface totale de l’Éthiopie, en haute, moyenne et basse vallée a été l’œuvre de l’Awash Valley Authority (AVA) dans le but de contrôler les projets agro-industriels opérant dans la zone. Les parties habitées par les Afar sont la moyenne et la basse vallée. La première dénomination désigne une région semi-aride qui s’étend de la proximité de la ville de Metahara (le territoire Afar commence à l’ouest à partir du mont Fantalé) à Tendaḥo et reçoit une moyenne annuelle de 400 mm de pluies. La dénomination de la basse vallée est donnée à la région située entre Tendaḥo et le lac Abhé que les Afar divisent en deux : la partie située entre Tendaḥo et Kilalu est appelée Awsî Kalo (le Kalo d’Awsa) et la partie du delta intérieur, entre Aysaeyta et Bôha, Awsa. Cette dernière partie, habitée par des sédentaires, est connue pour son agriculture traditionnelle et ancienne.

48 Sa création a été officiellement annoncée le 19 juillet 1961 avec un capital de 1,4 million de dollars éthiopiens détenus par 35 actionnaires, la plupart d'entre eux étaient les maisons de finances et de commerces britanniques au premier rang desquelles Mitchell Cotts et Cie.

49 La reine Élizabeth II y effectuera une seconde visite en 1972 en compagnie de l’empereur Hayle Sîlassié.

50 Acronyme anglais de : Food and Agricultural Organization.

51 Littéralement : ‘’Justice des rois’’. Droit traditionnel abyssin.

52 Les terres inoccupées, vacantes.

53 Une confédération tribale Saho sous le nom duquel les Afar du sud désignent l’ensemble des membres de ce peuple.

54 En afar : qarkaytôh ardi. C’était l’équivalent dans les sultanats de Tadjourah et de Raḥayto de Dinkârab bâḍo [Dinkaarâ baaxo], ‘’les terres du double tambour du sultan’’ dont la location à des clans procure au sultan annuellement de revenus en têtes de bétail. Cf. Aramis Houmed Soulé, 1986.

55 Cette banque privée a ouvert l’une de ses six succursales en provinces à Aysaeyta le 9 novembre 1968.

56 Titre militaire : commandant de la droite ; titre de noblesse.

57 Celui-ci était en 1963 le gouverneur de l’awrajja d’Errer et de Karayyu dont le chef-lieu était la ville de Nazaret, actuellement désigné sous son nom oromo d’Adama. Arrêté au moment de la chute du régime impérial, il fut exécuté par le Derg dans la seconde moitié des années 1970.

58 Entretien à Awash, 15 décembre 2005.

59 Elle fut construite par les Soviétiques dans la partie sud de cette ville.

60 L’ancien vice-premier ministre du régime impérial, Seyoum Haregot, confirme l’existence de cette mentalité dans les plus hautes sphères de l’État éthiopien dans son livre The Bureaucratic Empire: Serving Emperor Haile Selassie (2013) : « […] les élites dirigeantes de l'Éthiopie croyaient que Djibouti était historiquement une région de l'Éthiopie jusqu'au 19ème siècle au moment où la France, avec l'accord des autorités locales, a mis la main sur le territoire », cité par Ghelawdeos Araia dans le compte-rendu de son livre http://www.africanidea.org/The%20Bureaucratic_empire_Ghelawdewos Araia.html, consulté le 25 septembre 2013.

61 Notre observation dans le bidonville d’Arḥiba à Djibouti de la population immigrée d’Errer et de Baadu nous permet d’affirmer que cette situation était le résultat plutôt du manque des moyens que des difficultés d’adaptation. C’est le constat aussi de John W. Harbeson (1988 : 50).

62 [The World arrived at the Afar door and has entered without being asked. It will not leave and the Afar are no longer capable of making it go.]

63 Littéralement : « Amina la Noire ». Amina Ali ou Ali Amina à la manière afar, connue également sous le nom de Baḍḥittoh Amina (Amina des Baḍḥitto, le nom de sa tribu), est décédée en août 2004.

64 Ḥamad (fils de) Kadiga, le nom de la mère.

65 Voir un extrait de cette joute en annexe 1.

66 C’est le nom du responsable local de la compagnie Mitchell Cotts.

67 Il a été nommé gouverneur de l’awrajja de Gimbi dans le gouvernorat général du Wellega mais il resta à Addis Abäba.

68 [The numerous letters were exchanged not only between Awsa and Dese and the Ministry of Interior, but also between various Ministries and the Council of Ministers. Nothing that matched the gravity and magnitude of the problem was done for almost two years.]

69 Ce vocable signifie « ce qui pousse en avant, sans retour et sans direction précise ». Il traduit le désarroi suscité par cette famine.

70 La grande famine.

71 Titre traditionnel du souverain abyssin.

72 C’est le nom royal de Lalibela (1190-1225) qui signifie « Serviteur de la croix ». Cette école a été rebaptisée au lendemain de la chute du régime de Mengïstu Hayle Maryam « École Moḥamed Ḥanfaré », du nom du plus célèbre amoyta du sultanat d’Awsa de la fin du 19e siècle.

73 Établissement d’enseignement arabe.

74 Située sur la route de Asab, cette ancienne étape caravanière était devenue pendant l’occupation italienne un fort militaire à partir duquel était observé le nord de la colonie française de Djibouti.

75 Une localité agricole située à cheval sur l’Éthiopie et l’Érythrée, avec deux villages de chaque côté, séparés par l’oued Ragali. Bada est aujourd’hui l’une des localités au centre de disputes frontalières entre les deux États. Dans le courant des années quatre-vingt, elle était aux mains du Front de libération Afar N° 2 et de l’Ugûgumo (Révolution), deux organisations nationalistes afar opposées à la fois aux maquisards du FLPT et du FPLE et aux forces gouvernementales éthiopiennes. À partir de 1991, les ex-maquisards du FPLE et du FLPT, qui se sont installés aux commandes de l’Éthiopie et de l’Érythrée, après avoir chassé la Junte militaire, entreprirent des offensives conjointes contre les forces rebelles afar de l’Ugûgumo-FARDU (Front Afar révolutionnaire démocratique uni) pour prendre son contrôle mais sans succès. Son occupation en 1997 par l’armée éthiopienne et l’installation par l’Éthiopie d’une administration déclencha une riposte érythréenne, laquelle conduisit à la guerre entre les deux États.

76 Également entretien avec Ḥabib Moḥamed Yayyo, l’un des premiers élèves de cette école. Samra, 15 septembre 2005.

77 C’est la version que nous tenons de Moḥamed Tahiro Ḥammadou, vice-président de la région État national Afar (Entretien à Samra, 14 septembre 2005). D’autres personnes nous ont donné une autre version, celle du désaccord entre grands groupes claniques afar sur le nom d’un candidat afar.

78 [Afar participation in the Ethiopian Empire during the late 19th and 20th centuries left them with a lower standard of living relative to other peoples similarly subjected to the regimes of the Emperors than they enjoyed prior the establishment of the empire.]

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le sultan ᶜAli-Miraḥ en compagnie de l'empereur Hayle Sïllasé (à sa gauche) et du prince héritier Asfa-Wossen (à sa droite) lors d'une visite à Tenḍaḥo. À l’arrière-plan, on reconnait le magnat des finances, J.K. Dick.
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/218/img-1.png
Fichier image/png, 569k

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable