Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Décembre 1992. N°1

 | 
Jacques Bureau

À propos de quelques livres récents

Jacques Bureau

Texte intégral

1Jon ABBINK. Mytho-Légendes et Histoire : l’énigme de l’ethnogenèse des Beta-Esra’el. Cahiers du Centre d’Étude et de Documentation Africaines. No 3. Juillet-août 1991. Bruxelles. 1991. 93 p. Bibliographie & Steven KAPLAN. Les Falashas. Ed. Brepols. Belgique. 1990. 233 p. Illus. Tabl. Biblio.

2Voici deux ouvrages sur les Falashas qui se démarquent heureusement de la trop abondante littérature propagandiste consacrée, depuis une dizaine d’années, à cette population d’Éthiopie aujourd’hui installée en Israël. Je signale aussi à côté de ces deux livres, et contrastant avec une bonne dizaine d’ouvrages médiocres ou franchement mauvais faisant le panégyrique du « retour » des Falashas en Israël, l’excellent Ethiopian Jews and Israel auquel ont d’ailleurs participé nos deux auteurs ; ce livre présente, sans parti pris ni concession, les problèmes de l’intégration de ces Éthiopiens au sein de la société israélienne (Ashkenazi. M. & A. Weingrod. Eds. Nezbrunswick et Oxford. 1987. 159 p.)

3Les ouvrages des chercheurs J. Abbink et S. Kaplan se caractérisent par leur souci de tenir compte davantage du contexte historique et culturel éthiopien, dans lequel apparaît la culture juive des Falashas, que de l’hypothétique filiation juive de cette communauté. Comme l’écrit S. Kaplan, cette approche ne remet évidemment pas « en cause leur statut présent de membres à part entière du peuple juif ; je crois simplement que, dans le passé, et particulièrement avant le xxe siècle, les Beta Israel furent d’abord et avant tout un produit de la culture et de la civilisation éthiopiennes. » (p. 8)

4Le texte de S. Kaplan se présente comme une brève encyclopédie des Beta Israel, des gens de la Maison d’Israël comme ils s’appellent eux-mêmes, communément nommés Falashas, exilés ou errants, et appelés, de manière équivoque, juifs d’Éthiopie ou Juifs Noirs. Suivi de bonnes données bibliographique à compléter par celles de J. Abbink, orfèvre en la matière (cf. son article dans ce no 1), ce livre présente l’état de nos connaissances sur l’histoire et l’organisation sociale des Beta Israël ; il nous donne aussi quelques-uns de leurs textes sacrés, tout en précisant que la plupart d’entre eux sont tirés de la tradition chrétienne. On n’insistera en effet jamais assez sur le fait que les Beta Israel n’ont pratiquement aucune tradition et, a fortiori, aucun texte qu’ils ne partagent avec les chrétiens d’Ethiopie. Ce qui les distingue, en effet, est moins une pratique proprement hébraïque, puisqu’ils ne connaissent ni l’hébreu ni la torah, que la sélection qu’ils ont faite des textes chrétiens, comme celle de l’Ancien Testament évidemment, ou comme celle de la célébration du Sabbat, qui est spécifiquement éthiopienne.

5« La plupart des chercheurs, écrit S. Kaplan, ne considèrent pas les Beta Israel comme des descendants directs de Juifs, mais pensent plutôt qu’il s’agit d’Éthiopiens de langue agaue (couchitique) ayant adopté une identité israélite à un certain moment de leur histoire. Les Beta Israel ne se distinguent pas physiquement de leurs voisins ; ils ignorent l’hébreu ; la majeure partie de leur littérature religieuse, de leurs croyances et de leurs usages a des parallèles dans le système religieux de l’Église orthodoxe éthiopienne et, dans beaucoup de cas, on a pu établir qu’il s’agissait d’emprunts directs à l’Église éthiopienne ; les divergences réelles entre la religion des Beta Israel et celle des chrétiens indigènes reflètent habituellement les prescriptions de la Bible ou de la littérature apocryphe (au reste éthiopienne) plutôt que la tradition spécifiquement juive. » (pp. 18-19)

6Il faut à cet égard souligner l’intelligence et l’honnêteté de ce livre qui présente les traditions des Beta Israel, aujourd’hui reconnus comme juifs, sans jamais cacher ce qui lie celles-ci à la tradition orthodoxe éthiopienne. Voici par exemple ce qu’écrit S. Kaplan à propos des Commandements du Sabbat, un ouvrage sans doute rédigé par Abba Sabra, un moine du xve siècle :
« L’impression produite et les images utilisées évoquent incontestablement le judaïsme ancien… Néanmoins, un examen approfondi révèle que rien dans ce matériau apparemment archaïque n’a dû atteindre les Beta Israel par le truchement direct d’une communauté juive ancienne. La première partie des deux versions publiées de cette œuvre n’apparaît pas dans tous les manuscrits et dépend d’une source arabe (chrétienne). La deuxième section… est une version aménagée et expurgée d’une homélie chrétienne sur le sabbat. » (p. 62)

7À côté de ce livre d’introduction didactique à la connaissance des Beta Israel, reconnus comme une collectivité juive née de la civilisation chrétienne d’Éthiopie – et ce phénomène n’est pas propre à l’Éthiopie puisque se sont aussi récemment formées des communautés juives parmi les Noirs des États-Unis – le bref ouvrage de J. Abbink développe de manière plus détaillée l’un des aspects de l’histoire des Beta Israel.

8L’ouvrage de J. Abbink constitue en effet la première analyse critique des sources qui nous permettent de retracer l’origine des Beta Israel. La tâche était difficile tant sont rares ces sources et tant la connaissance de ce peuple d’Éthiopie a été handicapée par l’enthousiasme de la communauté juive en quête des derniers frères perdus de la diaspora.

9Comme le souligne S. Kaplan après tous les autres spécialistes des Falashas « … le débat sur leur origine a toujours eu tendance à dominer la plupart des discussions fur leur histoire. » C’est qu’en effet l’intérêt porté par le monde extérieur sur ceux qui se disent de la Maison d’Israël est étroitement lié à la volonté des missions juives de découvrir quand, pourquoi et par quelle voie ce rameau du peuple d’Israël avait terminé son exil en Éthiopie, au lieu de se demander comment cette population qui parlait une langue couchitique, et non pas sémitique comme les chrétiens de ce pays, avait développé une identité propre, hébraïque, à partir des traditions chrétiennes d’Éthiopie.

10Depuis un peu plus d’un siècle que des voyageurs, puis des prosélytes et enfin des scientifiques se posent la question, on a donc beaucoup écrit et J. Abbink n’est pas le moindre des contributeurs de cette littérature dont il a notamment rendu compte dans son ouvrage bibliographique (Ethiopian Society and History. African Studies Center. Leiden. 1991. 407 p. Index.). Mais il l’a fait pour dire que cette littérature a eu davantage pour résultat de multiplier les mythes d’origine de ce peuple, et d’embrouiller du même coup le sujet, que d’aboutir à une étude d’ensemble de l’histoire des Beta Israel.

11Ce n’est évidemment pas dans les quelques dizaines de pages de son petit livre que J. Abbink pouvait combler entièrement ce manque ; mais il a en revanche réussi à démêler le fil des mythes et des légendes dont est tissé ce qu’il appelle « l’ethnogenèse » des Beta Israel. Car ce peuple doit davantage son histoire à la représentation qu’en ont donné les autres – ce sont des Juifs Noirs – qu’à leur propre représentation. Et, avec le temps, les Beta Israel ont eu tendance à reprendre pour leur compte les mythes dont on les parait.

12J. Abbink essaie de tracer l’origine des Beta Israel à partir du contexte historique et religieux éthiopien qui nous est relativement bien connu à partir de la fin du xive siècle, plutôt que sur la base des mythes d’une émigration juive ancienne en Éthiopie. Tout le monde ne trouvera évidemment pas son compte dans cette entreprise de démystification, et particulièrement pas les Beta Israel qui, bien qu’officiellement reconnus comme fils de la tribu de Dan, donc Juifs par le sang, sont en butte à la suspicion des rabbins d’Israël qui leur imposent des rites purificatoires en principe réservés à ceux qui se convertissent au judaïsme.

13L’historien de l’Éthiopie ne pourra en revanche qu’apprécier cet essai rigoureux qui cherche à comprendre pourquoi et comment une communauté s’est voulu juive en terre chrétiennne, et avec les instruments même de cette chrétienté : à savoir sa langue, son organisation ecclésiastique, ses livres, ses mythes et ses légendes. En d’autres termes, J. Abbink donne corps en quelques pages à la remarque de S. Kaplan citée plus haut quant à l’hypothèse courante des chercheurs sur l’origine éthiopienne du judaïsme des Beta Israel.

14BERNAND. E. DREWES. A.J. SCHNEIDER. R. Recueil des inscriptions de l’Éthiopie des périodes pré-axoumite et axoumite. Paris. Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. 1991 ; vol. 1. 540 p. vol. 2. 233 p. Planches.

15Près de quatre-vingt ans après la publication de la Deutsche Aksum-Expedition par Enno Littmann qui demeurait la base d’étude des documents épigraphique éthiopiens, voici enfin publié l’ouvrage monumental qui doit tant à Roger Schneider.

16Ouvrage savant, mais non pas austère tant les illustrations du deuxième volume donnent la mesure de l’infinie méticulosité des auteurs qui ont enregistré, étudié et traduit les inscriptions axoumites et pré-axoumites connues à ce jour, ce recueil est maintenant la référence incontournable de tous ceux qui s’intéressent aux origines de l’histoire d’Éthiopie, de ses souverains comme de son entrée dans le royaume de la chrétienté.

17Ce recueil est divisé en trois volumes, dont deux sont donc déjà publiés : le premier qui donne la transcription des inscriptions suivie d’un commentaire signalant les écritures douteuses et justifiant les restitutions ; le second qui donne les planches photographique des inscriptions ; le troisième enfin qui contiendra la traduction des documents qui sera suivie d’un commentaire et d’un index des mots et des noms propres. Soulignons à propos de ce livre le rôle qu’a joué la Section Française des Antiquités Éthiopiennes dans les fouilles axoumites ainsi que l’explique Francis Anfray dans l’introduction à cet ouvrage. Il faut espérer, qu’après les sombres années passées, de jeunes chercheurs reprennent l’étude des sites axoumites d’Érythrée et du Tigré, afin d’élargir nos connaissance de ce berceau de la culture éthiopienne.

18Alain ROUAUD. Afä-Wärq, un intellectuel éthiopien témoin de son temps (1868-1947). Paris. CNRS. 1991. 363 p. Carte. Index. Biblio. Chronologie. Notices biographique. 48 illustrations.

19Homme sans ambiguïté, écrivain engagé, citoyen intègre, haut-fonctionnaire fidèle, Afä-Wärq passe néanmoins pour un personnage ambigu, sinon même un traître à son pays. Figure exemplaire de l’intelligentsia éthiopienne qui s’associa à la renaissance de l’Éthiopie sous la gouverne du régent Tafari Makonnen, plus tard empereur Hailé-Sellassié, Afä-Wärq n’a jamais cessé d’être reconnu comme l’un des principaux fondateurs de la littérature éthiopienne moderne, sinon comme le « plus grand écrivain éthiopien » comme l’écrivit l’intellectuel Tamrat Emmanuel ; mais le choix qu’il fit sans hésitation de l’ouverture de son pays à la culture occidentale afin de la sortir de son archaïsme, et au prix, s’il le fallait, d’accepter l’occupation italienne, n’a jamais cessé non plus de le faire passer pour renégat. Comme dit Afä-Wärq en février 1940, alors que les Italiens occupaient son pays :
« J’ai confiance que grâce à l’aide et à la protection de l’Italie, l’Éthiopie, dans peu de temps, s’épanouira dans la civilisation comme les pays d’Europe. » (Rouaud p. 189)

20C’est à ce personnage situé à la croisée de deux époques, et de deux civilisations, à sa vie et à son œuvre, qu’Alain Rouaud consacre ce livre qui fera date dans les études éthiopiennes, même s’il gêne nombre de lecteurs. Le sujet était délicat en effet, et plus d’un lecteur éthiopien averti tiendra ce livre pour le plaidoyer d’une cause jugée et perdue ; après le départ des Italiens en 1941 Afä-Wärq avait été condamné à mort puis, sa sentence ayant été commuée en une relégation à vie, il a fini ses jours exilé dans le Kafa. De fait, Alain Rouaud ne perd aucune occasion d’expliquer et, s’il le faut, de justifier l’attitude de son sujet dont le tort fut d’avoir été entier, écrit-il, d’avoir cru à une idée et de s’y être tenu : «Faire entrer son pays dans le concert des grandes nations modernes. » (p. 294). De plus, ajoute Alain Rouaud à la décharge d’Afä-Wärq, alors que toute cette génération d’intellectuels éthiopiens des années vingt et trente cherchait ses modèles au Japon, en Allemagne, en France, en Angleterre ou en Russie, Afä-Wärq eut, pour sa part, le malheur de choisir l’Italie où il se maria et fit ses premières preuves d’écrivain, où il fut enfin ambassadeur de son pays sous le règne de Mussolini.

21Comment cet homme, « pleinement éthiopien par nature et par amour, ‘presqu’italien’ par séduction et par option », écrit notre auteur, n’aurait-il « vécu les déchirements que connaissent ceux qui appartiennent à deux cultures. » (p. 296)

22C’est à cette ambiguïté, à ces déchirements, aux succès comme au déshonneur qui en furent le prix, qu’Alain Rouaud consacre sa minutieuse enquête qui se lit tel un roman tant la plume est alerte, l’argumentation habilement construite et la sympathie avec le sujet toujours latente.

23Alain Rouaud nous raconte d’abord la vie du jeune homme, né dans le pays de Zägé, sur le lac Tana, fils de prêtre, bientôt peintre religieux, très vite jeune courtisan auprès de la reine Taitu. Un premier voyage lui fait découvrir l’Italie en 1887, et avec elle le contraste entre l’Éthiopie et l’Occident. De retour à Addis-Abeba, il reprend des fonctions incertaines à la cour et tombe rapidement en disgrâce aux yeux de l’impératrice. Sans doute à cause, déjà, de son occidentalisation trop marquée.

24C’est alors l’exil pour la Suisse, puis l’Italie en 1896. Il étudie, enseigne l’amharique, écrit ses premières œuvres qui font aujourd’hui sa célébrité.

25Langue d’expression littéraire depuis le milieu du xixe siècle, l’amharique prend en effet un essor considérable au tournant du siècle et Afä-Wärq sera son premier écrivain de talent. Auteur de la première biographie historique – celle de Ménélik, du premier roman dont le nom même – « Histoire née du cœur » – est devenu synonyme de roman, d’articles de presse, de pamphlets, d’un guide et d’un récit de voyage, puis même d’une grammaire, Afä-Wärq s’engage dans une production littéraire didactique qui demeure encore le modèle de nombreux écrivains éthiopiens. Fidèle à sa passion, il fait tout son possible pour que son pays rattrape le peloton des nations européennes dont l’Italie.

26Mais Afä-Wärq n’est pas seulement un homme de lettre dont Alain Rouaud présente les œuvres avec force détails et dans leur relation avec la production littéraire éthiopienne de l’époque ; dès son retour en Éthiopie, sous la régence de Tafari, l’écrivain s’engage dans la vie publique, devient directeur des douanes, magistrat puis diplomate.

27Je ne saurais conclure ce trop bref compte-rendu d’un livre d’une extrême richesse documentaire, sans souligner que c’est aujourd’hui aussi la meilleure présentation, en français, des mutations dramatiques que connut l’Éthiopie dans les quarante premières années du XXe siècle. Le lecteur découvrira entre les lignes de cette biographie, qui est aussi un essai audacieux sur la crise d’identité des élites éthiopiennes, quelques-unes des clefs indispensables à la compréhension de l’actuelle génération intellectuelle de ce pays : de son nationalisme qui n’est pas moins sincère que celui d’Afä-Wärq, comme de son souci de vouloir ouvrir l’Éthiopie à la culture occidentale.

28STOFFREGEN-PEDERSEN. K. Les Éthiopiens. Brepols. Belgique. 1990. 195 p. Biblio. 32. Illustrations.

29Dans la même collection que les Falasha de S. Kaplan, Fils d’Abraham chez Brepols, voici encore un petit ouvrage se présentant comme une encyclopédie de l’Éthiopie chrétienne.

30Religieuse au service de l’Église d’Éthiopie à Jérusalem, l’auteur qui parle, lit et écrit quelques-unes des principales langues sémitique – arabe, hébreu, araméen, geez, amharique - est à l’évidence familière de la littérature sacrée d’Éthiopie ; elle est aussi fort proche des milieux ecclésiastiques, de leur savoir comme de leurs intrigues. Après un bref rappel de l’histoire dynastique éthiopienne, ce livre est pour l’essentiel consacré au christianisme éthiopien. L’abondante bibliographie qui l’accompagne ne sera pas inutile au chercheur.

31Alors que si peu de choses sont connues, et moins encore dites, du christianisme éthiopien, on pouvait néanmoins s’attendre d’une religieuse à l’évidence au fait des arcanes de cette branche de l’Église Orthodoxe, à davantage d’informations sur la nature de ce christianisme, sur son extrême formalisme à la mesure du laxisme quotidien dont fait preuve le Clergé, sur son rôle historique comme sur ses divisions dont témoignent le choix des Patriarches.

32Le lecteur ne saurait non plus se satisfaire de cette approche à la fois fort savante et pourtant tellement éloignée des réalités humaines de l’Éthiopie. Beaucoup de chapitres de ce livre intitulés « Architecture », « Peinture », « Éducation », « Vie familiale », « Vie économique » ou consacrés à la Révolution de 1974, sont en effet trop squelettiques pour que nous y trouvions notre compte.

33Mettons tout de même à l’actif de ce livre les pages 135-140 qui donnent un tableau clair, bref et précis, de la composition ethnique et religieuse de l’Éthiopie. Ce texte est en effet basé sur la World Christian Encyclopaedia de D.B. Barret (Nairobi 1982) qui date un peu, mais dont les chiffres des différents ensembles religieux et ethniques éthiopiens reflètent assez exactement les pourcentages de chacun de ces ensembles dans la population nationale.

Auteur

Directeur de la Maison des études éthiopiennes

© Centre français des études éthiopiennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter