Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Décembre 1992. N°1

 | 
Jacques Bureau

ተክለ ጻዲቅ መኩሪያ (Tekle-Tsadik Mekuria): un grand historien contemporain de langue amharique

Beletu Kebede

Texte intégral

Le contexte intellectuel et historique

1La place de Tekle-Tsadik Mekuria dans la vie intellectuelle et culturelle éthiopienne est tout à fait exceptionnelle. Il occupe en effet un créneau trop souvent négligé par les intellectuels éthiopiens contemporains : la production de livres historiques en langue nationale. Or, la langue d’un peuple, pour nous l’amharique, n’est-elle pas l’un des principaux éléments constitutifs de son histoire?

2Cette activité intellectuelle est pourtant, dans le cas de l’Éthiopie, une tradition qui remonte loin dans le temps. La première œuvre de caractère historique apparait vers 1320-1330 : c’est le Kebre-Negest, la Gloire des Rois. Ce livre qui établit l’appartenance des rois éthiopiens à la descendance de David est en quelque sorte le commencement de l’historiographie éthiopienne ; il détermine en effet l’archétype du discours historique à venir, en établissant le modèle du récit dynastique et en fondant la légitimité impériale par le mythe d’origine salomonienne des rois d’Éthiopie. Viennent ensuite les chroniques royales. La première est celle de l’empereur Amda-Tsion (1314-1344). La rédaction de ces chroniques est une tradition qui s’est maintenue jusqu’à l’époque de l’empereur Ménélik (1889-1913). Celles-ci sont rédigées par des historiographes officiels : les Tsehafi-Tezaz, clercs faisant partie de cette minorité d’hommes d’Église, lettrés dont on dit, avec crainte et envie, qu’ils sont «maîtres des mots comme l’aigle est maître des cieux», tant ils cultivent l’éloquence et la rhétorique.

3L’historiographie ancienne comporte aussi d’autres genres dont les « chroniques abrégées ». Œuvres de synthèse, produites notamment par les moines de Debre-Libanos et indépendantes des chroniques officielles, elles mentionnent des faits omis par ces dernières. La période dite « le Temps des Princes » (1769-1856) permet, avec le déclin du pouvoir impérial, l’apparition de chroniques régionales. On a ainsi la chronique du Tigréen Ras Mikael et celle du Ras Goshu du Gojjam.

4Il faut enfin signaler l’ouvrage du moine Bahrey. Ecrit à la fin du XVIe siècle, celui-ci raconte la migration Oromo ; un ouvrage étonnant, tant le langage rationnel de l’auteur diffère de l’habituelle phraséologie empreinte de surnaturalisme qui est celle des chroniqueurs traditionnels.

5L’historiographie dite moderne naît vers 1855 lorsque l’amharique, langue commune, devient une langue d’écriture officielle à la place du geez, langue qui n’est plus pratiquée que par l’Église. Elle naît aussi du contact avec les Européens ; du fait de leurs écrits, en particulier ceux des missionnaires, et de l’imprimerie que ceux-ci introduisent à la fin des années 1860.

6Le premier de cette génération, à l’origine de l’historiographie moderne, est le chroniqueur debtera Zenebe. Émule des missions comme beaucoup d’hommes lettrés de cette génération, il a écrit une chronique de l’empereur Tewodoros qui témoigne de l’évolution du genre historique (souci de situer les événements dans le temps, de rationaliser le discours historique et courage de la critique vis-à-vis du Prince).

7Cette époque d’avant-guerre (1855-1936) a à son actif d’autres intellectuels de talent qui tous se sont intéressés à l’histoire : Ato Atsme Giorguis (1821-1914), Aleka Tayé (1860-1924), Tsehafi-Tezaz Gebré-Sellassié (1844-1912), Hirouy Woldé-Sellassié (1876-1938), Negadras Afework Gebré-Yesus (1868-1947)

8L’après-guerre donne naissance à une nouvelle génération d’écrivains qui aura bénéficié du développement de l’enseignement moderne et de l’imprimerie. Deux foyers indépendants d’expression de littérature historique apparaissent.

9Le premier concerne les écrivains de langue amharique. En effet, la période d’après-guerre se distingue par un foisonnement d’ouvrages en amharique. De qualité souvent modeste, ils sont l’œuvre d’amateurs qui écrivent leurs souvenirs ou s’essaient au genre historique par goût. Les souvenirs de guerre (la guerre italo-éthiopienne) et les biographies sont les genres qui priment. Quelques personnages échappent cependant à cette « médiocrité ».

10Tekle-Tsadik Mekuria est l’un de ceux-là. Auteur d’une œuvre importante (voir bibliographie) il est l’un des rares qui mérite le titre d’écrivain. Qui est réellement ce personnage? Quelle est la dimension de son œuvre ? C’est ce que nous verrons par la suite.

11Le second foyer de production de littérature historique a pour cadre l’institution universitaire. Le développement de l’enseignement de l’histoire à partir de 1960, ce qui est bien tardif dans un pays dont on dit l’histoire trois fois millénaire et ce qui montre le caractère suspect de cette histoire aux yeux du pouvoir, ainsi que, plus tard, les travaux de recherche entrepris par des Éthiopiens, ont été à l’origine d’une production importante de littérature historique. Cette littérature qui s’exprime presque exclusivement en langues étrangères (anglais, français…) est de caractère académique : elle s’adresse donc à des spécialistes et reste très peu connue du public éthiopien. Non seulement à cause de la langue dans laquelle elle est écrite, mais aussi du fait de la censure qui prévalait jusqu’en novembre 1992 et du très petit nombre d’exemplaires disponibles en Éthiopie même. A l’exception de l’ouvrage de Taddesse Tamrat, Church and State in Ethiopia, fort heureusement réédité à Addis-Abeba en 1988, et de la récente Modern History of Ethiopia de Bahru Zewde, on peut dire que les ouvrages des historiens éthiopiens modernes sont presqu’aussi rares que les manuscrits anciens de leurs prédécesseurs. La remarquable édition de l’œuvre d’Atsme Giorguis sur les Oromo par Bairu Tafla n’est sans doute disponible qu’en une dizaine d’exemplaire en Ethiopie, du fait de son prix.

Tekle-Tsadik Mekuria : l’homme et son œuvre

12Tekle-Tsadik Mekuria est né en 1913 à Assagirt, un petit village du Shoa. C’est à Addis Abeba qu’il reçoit son instruction primaire grâce à laquelle il suit le cursus de l’enseignement traditionnel (apprentissage de l’amharique, du geez, de la calligraphie, des chants liturgiques et de la poésie dont le qené). Ensuite, il fréquente pendant six mois l’Alliance Française d’Addis-Abeba où il reçoit les premiers rudiments d’un enseignement moderne. Il abandonne ses études et se marie (« Un mariage arrangé par mes parents » dit-il). Il aura trois enfants de ce mariage. Un peu plus tard, il reprend ses études et reçoit pendant un an et demi un enseignement moderne en langue française à l’école Tafari Makonnen. Il doit de nouveau interrompre ses études à cause de l’occupation italienne.

13Arrêté par l’occupant, Tekle-Tsadik Mekuria est envoyé dans un camp de concentration en Somalie où il apprend l’italien en autodidacte. Libéré trois ans plus tard, il rentre en Éthiopie où il travaille comme traducteur à la direction des affaires politiques italiennes. À la libération, il continue d’exercer sa fonction de traducteur au sein du Ministère de l’Éducation où il connaît une ascension rapide en occupant tour à tour la fonction d’archiviste, de chef de personnel et de secrétaire général.

14C’est pendant cette période que Tekle-Tsadik Mekuria écrit une esquisse de son livre intitulé De l’empereur Téwodoros à l’empereur Hailé-Sellassié. Il quitte ensuite le Ministère de l’Education et occupe la fonction de secrétaire général au Chemin de Fer Franco-éthiopien. C’est à cette époque qu’il écrit la plupart de ses livres. Par la suite, il entame une brillante carrière diplomatique comme Premier Secrétaire à l’Ambassade d’Éthiopie à Paris, consul en Israël, avec rang de Ministre, puis Ambassadeur en Yougoslavie.

15Lorsque la révolution éclate, il est Ministre de la Culture. Il échappe au sort réservé par les militaires aux hauts fonctionnaires de l’ancien régime mais présente sa démission au Colonel Mengistu qui l’accepte, sans doute en raison de la probité notoire de Tekle-Tsadik Mekuria dont on va voir qu’il sut aussi manifester ses opinions sous le règne d’Hailé-Sellassié. Il continue toutefois ses activités littéraires et publie successivement trois gros volumes d’histoire de l’Éthiopie consacrés à Tewodoros, Yohannes et Ménélik.

16Tekle-Tsadik Mekuria est aujourd’hui un homme de 79 ans. Svelte, de taille moyenne, toujours impeccablement habillé, seuls ses légers cheveux blancs portent la marque de son grand âge.

17Converser avec Tekle-Tsadik Mekuria est un plaisir. L’homme est tout plein de subtilité et de nuances. Modeste, comme seuls peuvent l’être les grands personnages, il parle de lui et des autres avec tact et modération. Aucune agressivité, aucune forme d’arrogance n’émanent de sa personne. Il crée d’emblée avec son interlocuteur une ambiance de sympathie et de simplicité. Lorsqu’il évoque des personnages historiques, il le fait en termes si familiers qu’il vous donne l’impression de les avoir connus et côtoyés de près. Ainsi, c’est en ces termes qu’il évoque Bafana, la première femme de Ménélik :
« Bafana était une femme d’une grande personnalité, ambitieuse et aussi très très belle … Elle était plus âgée que Ménélik! Tayitou aussi d’ailleurs! Mais c’est que Ménélik avait un faible pour les femmes d’âges mûr…! »

18Tekle-Tsadik Mekuria est l’homme de deux époques ; il rassemble en lui les vertus de la culture traditionnelle (modestie, modération, tact, subtilité…) et la simplicité, la lucidité et l’aisance des temps modernes. Il est l’un des derniers exemples de cette espèce en voie de disparition qui a eu le privilège de préserver un équilibre harmonieux entre ces deux cultures et qui nous fascine tant, condamnés que nous sommes tous à privilégier la seconde au détriment de la première.

19Les péripéties de sa vie nous révèlent un homme de conviction, d’une grande probité, courageux et tenace, n’hésitant pas de temps à autre à braver l’autorité politique. Ainsi dans l’entretien qu’il a eu avec le journaliste Amro Worku, pour le journal Ruh, il raconte comment, lorsqu’il était au Ministère de l’Éducation en 1949, il a dû lutter contre les Anglais qui avaient le monopole d’un enseignement qu’ils voulaient exclusivement primaire et dans lequel ils se contentaient d’enseigner le sport ou la musique à côté de leur langue et de quelques rudiments de calcul. L’affaire déclencha un incident diplomatique qui nécessita l’intervention de l’empereur. Mais, grâce à l’aide de son supérieur et à l’approbation impériale, Tekle-Tsadik Mekuria mit ainsi fin au monopole britannique et contribua au développement de l’enseignement et à la création de nouvelles écoles.

20Plus tard raconte-t-il, et c’était en 1960 :
« J’ai ouvert le champagne lorsque j’ai appris que Mengistu Neway et ses amis avaient fait un coup d’État. »

21Ces qualités humaines et intellectuelles ont valu à Tekle-Tsadik Mekuria d’être un homme reconnu par tous, dont la renommée et la respectabilité ont résisté à tous les bouleversements politiques de ces dernières années. Il a ainsi reçu du Président Mengistu le prix du meilleur historien que lui a décerné l’Université d’Addis-Abeba lors de la dixième Conférence Internationale des Études Éthiopiennes en 1991. Sous le nouveau régime transitoire, il a eu aussi l’honneur de présider la cérémonie de remise des diplômes de l’Université d’Addis-Abeba en 1992.

22L’œuvre de Tekle-Tsadik Mekuria est essentiellement consacrée à l’histoire de l’Éthiopie (à l’exception de son traité psychologique intitulé Le caractère humain et l’art de vivre en communauté). Son travail de recherche s’étend sur une large période : de l’Antiquité à l’époque contemporaine, et jusqu’au règne d’Hailé-Sellassié.

23Il écrit par goût, pendant ses heures libres. Cet amour pour les choses écrites est un héritage qui lui vient de son père. Il écrit aussi, poussé par cette nécessité présente chez tous les intellectuels issus du monde dit «sous-développé» et qui éprouvent la menace de leur appauvrissement culturel. Voilà comment il raconte les circonstances qui l’ont poussé à la rédaction de son premier livre d’histoire :
« J’avais entendu dire que, dans les écoles, les Farendj enseignaient notre histoire dans leur propre langue parce qu’il n’y avait pas de livres d’histoire locale. Je me suis alors demandé avec amertume pourquoi nous n’étions pas capables de le faire nous-mêmes et en amharique. »

24Le grand mérite de Tekle-Tsadik Mekuria vient du fait qu’il a contribué, de façon déterminante, à vulgariser la connaissance historique, en mettant à la disposition des Éthiopiens toute une littérature jusqu’alors accessible aux seuls universitaires. Il est de ce fait un écrivain populaire bien connu par les écoliers d’avant la révolution (ses quatre premiers volumes de l’histoire de l’Éthiopie, édités par le Ministère de l’Éducation, ont été des livres de base pour l’enseignement de l’histoire dans les écoles secondaires). Ses écrits touchent aujourd’hui un public plus large et plus adulte.

25Tekle-Tsadik Mekuria est le type même de ces hommes d’élection qui, fiers de leur culture, soucieux de sa conservation et de sa continuité, ont eu le privilège de concrétiser ce désir resté à l’état de projet pour la plupart d’entre nous.

26Lorsqu’il parle de sa conception de l’ouvrage historique et de l’histoire, Tekle-Tsadik Mekuria souligne le rôle déterminant que doit jouer l’histoire dans la formation intellectuelle et morale de la jeunesse. Il dit aussi son souci d’écrire une histoire neutre, détachée des polémiques et des préoccupations qui agitent la scène politique du jour. Son souhait le plus cher est d’éveiller chez le lecteur de l’intérêt mais aussi, et c’est important, du plaisir.

27Le portrait que nous avons tracé de l’homme, ce mélange de tradition et de modernisme, se retrouve dans ses écrits.

  • 1 Tekle-Tsadik Mekuria, L’Empereur Ménélik et l’unité de l’Éthiopie, p. 71 (les termes en amharique s (...)

28L’écriture de Tekle-Tsadik Mekuria est empreinte de l’influence de la grande tradition des chroniques qui construit l’histoire à partir de l’institution dynastique et de la personne qui la représente. L’attachement à cette dernière est tellement vivace que chaque chroniqueur s’applique à décrire, dans ses moindres détails, les déplacements de la personne impériale. La description détaillée du parcours suivi par l’empereur est, par exemple, un exercice qu’affectionnent tous les chroniqueurs. Nous retrouvons cela chez Tekle-Tsadik Mekuria. Ainsi écrit-il à propos de l’Empereur Yohannes :
« Le 20 du mois de yekatit, l’empereur partit de Mekelé, passa par ማይመክደን፤ አጉላዕ puis ገንፈል et arriva le 25 de yekatit à አብረሃ ወአጽብሃ. Et ensuit il passa par አጽቢ እንዳሥላሴ፡ አጽቢ ደራ፡ ጸዓዳ አምባ …1 »

29Pourtant, homme de son temps aussi, Tekle-Tsadik s’est particulièrement attaché à mettre en exergue le processus d’aliénation culturelle et politique qu’engendre le rapport de domination entre une puissance coloniale (l’Italie des années 1880) et un pays convoité (l’Éthiopie de Ménélik).

  • 2 Ibid. p. 161.

30Il consacre ainsi un chapitre à l’activité d’espionnage des Italiens à cette époque:
« … Le nouveau gouvernement italien (il s’agit du gouvernement Crispi) qui a décidé de faire de son expansion en Éthiopie un objectif fondamental, mettait en priorité des espions auprès des dignitaires résidant dans les provinces… Et pour ce travail on choisissait de préférence ceux qui avaient des connaissances de médecine, d’architecture ou de maçonnerie. À l’instar des autres pays africains, l’Éthiopie ne connaissait pas encore la civilisation moderne ; son peuple souffrait de maladie, voulait être soigné, voulait vivre dans des maisons à étages et pouvoir traverser les rivières sur des ponts2

31Avec ces propos, Tekle-Tsadik Mekuria nous plonge au centre même d’une problématique caractéristique de notre époque : l’urgence du développement des pays pauvres et le prix à payer pour y accéder afin de rester indépendants.

Bibliographie

Tekle-Tsadik Mekuria, 1936 [Calendrier éthiopien (E.C.)], réédité 4 fois, የኢትዮጵያ ታሪክ ከዐፄ ቴዎድሮስ እስከ ቀዳማዊ ኃይለ ሥላሴ [Histoire d’Éthiopie de l’Empereur Téwodros à Hailé Sellassie 1er], Addis-Abeba, Berhane Selam, 245 p.

Tekle-Tsadik Mekuria, 1949 (E.C.), ከጣዎት አምልኮ ወደ ክርስትና [De l’adoration des idoles au christianisme], Addis-Abeba, Artistic, 138 p.

Tekle-Tsadik Mekuria, 1951 (E.C.), የሰው ጠባይና አብሮ የመኖር ዘዴ [Le caractère humain et l’art-de vivre en société], Addis-Abeba, Artistic, 289 p.

Tekle-Tsadik Mekuria, 1958 (E.C.), ጥንታዊት ኢትዮጵያና ግብፅ ተትሞሲስና ራምሴስ ፒያንኪና ሻባክ [L’Éthiopie et l’Égypte antique. Thoutmès et Ramsès. Pianki et Chabaka], Addis-Abeba, Tesfa Guebre Selassé.

Tekle-Tsadik Mekuria, 1959 (E.C.), የኢትዮጵያ ታሪክ ኑብያ (ናፓታ መርዌ) [Histoire de l’Éthiopie. Nubie (Napata-Merowé)], Addis-Abeba, Ministère de l’Éducation et des Arts.

Tekle-Tsadik Mekuria, 1959 (E.C.)., የኢትዮጵያ ታሪክ ኑብያ አክሱም ዛጔ እስከ ዐፄ ይኩኖ አምላክ ዘመነ መንግሥት [Histoire de l’Éthiopie. Nubie-Aksou,-Les Zague jusqu’au régime de l’empereur Yekuno Amlak], Addis-Abeba, Tensayé Zegoubaé, 443p.

Tekle-Tsadik Mekuria, 1959 (E.C.), የኢትዮጵያ ታሪክ ከዐፄ ይኩኖ አምላክ እስከ ዐፄ ልብነ ድንግል 2ኛ መጽሐፍ [Histoire de l’Éthiopie de l’empereur Yekuno Amlak à l’empereur Lebna Dengel], Addis-Abeba, Tesfa Selassé, 308p.

Tekle-Tsadik Mekuria, 1974 (E.C.), የግራኝ አህመድ ወረራ [L’invasion d’Ahmed Gragne], Addis-Abeba, Berhane Selam, 656p.

Tekle-Tsadik Mekuria, 1990, ዐፄ ቴዎድሮስ እና የኢትዮጵያ አንድነት [L’empereur Téwodros et l’unité de l’Éthiopie], Addis-Abeba, Kouraz, 503 p.

Tekle-Tsadik Mekuria, 1991, ዐፄ ዮሐንስ እና የኢትዮጵያ አንድነት [L’empereur Yohannes et l’unité de l’Éthiopie], Addis-Abeba, Kouraz, 578 p.

Tekle-Tsadik Mekuria, 1991, ዐፄ ምኒሊክ እና የኢትዮጵያ አንድነት [L’empereur Ménélik et l’unité de l’Éthiopie], Addis-Abeba, Kouraz, 705 p.

Notes

1 Tekle-Tsadik Mekuria, L’Empereur Ménélik et l’unité de l’Éthiopie, p. 71 (les termes en amharique sont des noms de villages ou de lieux-dits).

2 Ibid. p. 161.

Auteur

Institut national des langues et civilisations orientales

© Centre français des études éthiopiennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter