Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Introduction

Texte intégral

Carte 1 : Localisation des Afar dans la Corne de l’Afrique

Carte 1 : Localisation des Afar dans la Corne de l’Afrique

1Ce livre porte sur la période de la révolution éthiopienne commençant par le renversement de Hayle Sïllasé et se poursuivant par la mise en place d’une dictature militaire d’inspiration marxiste soutenue par l’Union soviétique, étudiée sous l’angle du peuple afar qui occupe un territoire stratégique entre la côte méridionale de la mer Rouge et les hautes terres éthiopiennes.

2Le 12 septembre 1974, une révolution balaye une théocratie chrétienne qui régnait depuis plusieurs siècles. Un comité d’officiers, de sous-officiers et d’hommes de rang de l’armée éthiopienne, connu sous l’appellation de Derg, dépose le roi des rois Hayle Sïllasé et prend le pouvoir. Cette Junte s’était d’abord imposée comme protectrice des soulèvements populaires qui réclamaient des réformes en profondeur du régime impérial.

3La principale fragilité de l’État impérial éthiopien à avoir provoqué sa chute était son incapacité à réformer les structures féodales de gestion de la terre et des taxations excessives qui pesaient sur les paysans. Dans le centre chrétien du pays, les paysans étaient soumis à des propriétaires fonciers (dont l’église), mais des lopins de micropropriété inaliénable, non taxables leur donnaient une marge d’autonomie. Aux périphéries Sud, la totalité des terres appartenait à la couronne et avait fait l’objet d’une distribution aux officiers et aux soldats amhara qui avaient participé à la conquête de ces territoires à la fin du xixe siècle. Cette situation d’exploitation et ses nombreux excès généraient de fortes tensions. A cette crise profonde de la ruralité s’ajoutait une crise de la modernité. Parmi les élites formées aux savoirs et aux techniques modernes, concentrées dans les villes, un nombre croissant d’individus ne trouvaient pas de débouchés dans des structures de développement économique encore trop faibles. Pour ceux qui étaient originaires des sociétés périphériques, cette situation révélait les limites de l’intégration dans le modèle éthiopien central de mobilité et d’ascension sociale et les amenait à considérer la domination politique et culturelle des sociétés du centre comme une forme de colonialisme intérieur.

4La question érythréenne constituait une autre cause de la chute du régime impérial. Après la défaite de l’armée italienne face aux forces britanniques dans la Corne de l’Afrique en 1941, la colonie d’Érythrée fut mise sous tutelle britannique jusqu’en 1952, puis, sur décision de l’Organisation des nations unies (ONU), forma une fédération avec l’Éthiopie, conservant une certaine autonomie qui fut abolie en 1962 par son annexion comme simple province de l’État éthiopien. Plusieurs mouvements de résistance se formèrent pour obtenir une véritable décolonisation et l’indépendance, à l’instar des autres pays d’Afrique. La lutte contre cette résistance armée consommait les maigres ressources de l’État impérial, faisant défaut aux secteurs sociaux et de développement. Par ailleurs, les mouvements indépendantistes érythréens contribuèrent à une prise de conscience plus large parmi les autres peuples soumis à l’autorité impériale. Ces revendications des peuples dominés aux périphéries commençaient à être entendues au centre par les étudiants radicaux éthiopiens qui intégraient la question dite des nationalités à leurs prises de position.

5Le cas du peuple afar, qui nous intéresse pour cette étude, présente une configuration particulière par rapport à ces facteurs déclenchant de la chute du régime impérial qui impliqueront des prises de position particulières par rapport au régime révolutionnaire. Ce peuple était divisé sous le régime impérial entre cinq gouvernorats généraux du pays où l’administration éthiopienne était presque inexistante. Le plus important des chefs afar, le sultan ᶜAli-Miraḥ, avait trouvé un compromis avec l’empereur Hayle Sïllasé pour garder l’autonomie interne de son sultanat.

6En tant que peuple transfrontalier, les Afar avaient représenté une protection indispensable de la souveraineté éthiopienne par rapport aux puissances coloniales avoisinantes occupant les rivages de la mer Rouge. Leur intégration à l’État impérial éthiopien ne s’était pas traduite par une administration directe. Par conséquent, ils continuaient de s’auto-gouverner suivant leurs traditions politiques et juridiques et conservaient l’intégrité de leurs terres ancestrales.

7Cette autonomie de facto fut mise à l’épreuve dans les années soixante sur la question de l’exploitation des terres fertiles de l’Awash. Ce fleuve, qui prend sa source sur les hautes terres, traverse et se termine en un vaste delta terminal sur le territoire afar. L’exploitation des terres riveraines de l’Awash, par la mise en oeuvre d’un vaste réseau d’irrigation, représentait des enjeux commerciaux majeurs. La couronne impériale avait voulu avoir l’exclusivité des revenus liés à ces exploitations, mais le sultan ᶜAli-Miraḥ réussit à mettre en valeur une partie significative de ces terres.

8Par ailleurs, la mise en exploitation de ces terres impliquait la mise en culture de pâturages indispensables aux pasteurs transhumants pendant la période sèche. Les transformations économiques avaient donc des implications majeures sur le mode de vie des Afar.

9Autre enjeu important où les Afar étaient impliqués : l’Érythrée. La bande côtière méridionale de cette ex-colonie italienne où se trouve le port de ᶜAsab, principal débouché de l’Éthiopie est habitée par des Afar. L’implication de ces derniers dans les mouvements de résistance érythréenne représentait un risque important de contamination des idées nationalistes aux Afar d’Éthiopie. Enfin, la question de la décolonisation de Djibouti, colonie française, l’une des dernières colonies européennes en Afrique, eut de nombreuses incidences sur les rapports du régime impérial puis de la Junte militaire avec les Afar et la formation d’un mouvement politique afar en Éthiopie.

10L’objectif de ce livre est d’exposer la façon dont le peuple afar s’est pris avec la Junte militaire révolutionnaire, et à quelles difficultés il dut faire face pour faire valoir ses revendications à disposer d’une autonomie afin de bénéficier d’une juste redistribution des ressources et de la représentation politique. Il sera particulièrement question de la nationalisation des terres par le régime révolutionnaire et de ses conséquences sur l’économie du monde afar. En filigrane, nous verrons aussi le processus d’établissement et de redéfinition d’alliances aux niveaux régional et international dans un contexte de guerre froide, mais déterminé bien souvent par des enjeux locaux voire individuels et nous essayerons de mieux discerner dans ces dynamiques la place des stratégies individuelles par rapports aux affiliations et solidarités collectives. Nous avons pris l’année 1991 comme limite de cette étude parce qu’elle marque la chute de la Junte militaire.

11Dans le premier chapitre, nous présentons un état des lieux de la situation des Afar à la veille de la Révolution éthiopienne de 1974. Dans le second, nous verrons la genèse du sentiment nationaliste moderne chez les Afar éthiopiens. S’il fut le résultat, pour partie, de la prise de conscience d’une situation de marginalisation et de domination au sein de l’État éthiopien, ce sentiment prit la forme d’un mouvement politique et militaire par mimétisme et par relations oppositionnelles avec d’autres mouvements nationalistes. Deux mouvements nationalistes furent particulièrement influents. D’une part, la résistance érythréenne était un modèle, mais aussi un repoussoir car les Afar d’Érythrée rencontraient des difficultés d’intégration dans ce mouvement. D’autre part, le nationalisme somalien qui visait l’unification de tous les territoires somali à partir de la décolonisation des Somalies britannique et italienne en 1960, et qui apporta un soutien massif aux Somali d’Éthiopie et de Djibouti, émules et rivaux. Bien que cette recherche se limite au nationalisme afar dans le cadre éthiopien, une part de l’étude porte sur le rôle des Afar dans les différentes phases du mouvement indépendantiste érythréen. De nombreux auteurs affirment que ces derniers étaient opposés à l’indépendance érythréenne et se posaient comme alliés de fait de l’unitarisme éthiopien. Cette affirmation, reprise d’un auteur à un auteur, est aussi fausse que l’assertion sécessionniste pour former la « Grande Afarie » que l’on prête à l’ensemble du peuple afar.

12Dans le troisième chapitre, nous verrons comment, lorsque la révolution éthiopienne éclate en 1974, les élites traditionnelles et modernes afar ont-elles perçu, compris, appréhendé, les changements en cours au centre ? Quelle était leur compréhension de l’avenir de l’Éthiopie ? Leurs positions contrastaient-elles avec celles d’autres peuples des périphéries, comme les Oromo et les Somali et même du centre comme les Tigréens ? Du fait de la position géostratégique du territoire des Afar, leur loyauté avait une importance stratégique considérable pour tout gouvernement en place à Addis Abäba. Nous traiterons particulièrement des rapports de la Junte militaire marxiste avec les Afar en général et le sultan ᶜAli-Miraḥ Ḥanfaré du sultanat d’Awsa en particulier au cours de la première année du nouveau régime.

13Après cette phase d’interrogation sur la Révolution et les opportunités qu’elle pouvait éventuellement présenter, nous rendrons compte dans le quatrième chapitre de l’opposition des Afar contre la Junte militaire sous l’égide du sultan ᶜAli-Miraḥ puis de la première dissidence au sein de cette résistance afar par le Mouvement national de libération Afar (MNLA) et certains notables qui se rallièrent à la Junte militaire à travers un jeu complexe d’alliances.

14Dans le cinquième chapitre, nous traiterons de l’évolution institutionnelle. Quels ont été les rapports institutionnels établis entre la Junte au pouvoir et ses partisans afar du MNLA ? Une nouvelle structure administrative se met en place. Si le nouveau régime éthiopien ne tient pas sa promesse du regroupement des Afar dans le cadre d’une seule région administrative, il fait en sorte que de nouvelles relations de pouvoir soient mises en œuvre. Nous examinerons les rapports du Derg avec le Mouvement national de libération Afar (MNLA) puis avec les responsables issus de cette dernière organisation quand celle-ci est dissoute. La politique d’intégration et de centralisation qui marque cette période entraîne des dissidences contre le régime et la création de deux organisations armées dans le nord-ouest de l’Afar. Ensuite, nous analyserons les limites de l’autonomie régionale dans l’Éthiopie révolutionnaire du colonel Mengïstu Hayle Maryam à travers le cas de la région autonome de ᶜAsab conférée aux Afar. Quel est le contenu de la constitution et comment s’opère la réorganisation administrative ? Quel est le contenu géographique et humain de la région autonome de ᶜAsab ? Est-ce qu’elle répond aux attentes des Afar ? Comment est-elle accueillie, autant par les Afar collaborant avec le gouvernement que par ceux des mouvements d’opposition armée ? En quoi consistent concrètement les premiers pas de la région autonome de ᶜAsab ? Nous verrons aussi comment le Front de libération Afar (FLA), le principal mouvement d’opposition armée afar au régime, s’associe avec des mouvements de résistance dans d’autres régions, notamment le front tigréen lié au mouvement érythréen. Selon quelles modalités, quelles négociations, quels intérêts communs, quelles divergences masquées ces alliances se sont-elles nouées ?

15Enfin dans le sixième et dernier chapitre, nous présenterons un état des lieux de la situation socio-économique des Afar durant la période 1974-1991, objet de notre étude.

16Pour ce qui concerne les sources pour cette étude, la question foncière a été bien étudiée par les auteurs comme Noël J. Cossins, Lars Bondestam, John W. Harbeson, Maknun Gamaledin et Getachew Kassa et bien d’autres en rapport avec la politique gouvernementale de mise en valeur des terres riveraines de la vallée de l’Awash, tant sous le régime impérial que sous la Junte militaire. Par contre, pour l’histoire politique, en guise de sources, mis à part les indications contenues dans divers articles et ouvrages, le matériau de cette étude reposera principalement sur plusieurs dizaines d’heures d’entretiens avec les dirigeants historiques des diverses tendances politiques afar mais également des acteurs politiques non Afar susceptibles d’apporter des éclairages sur tel ou tel événement, cela afin d’esquisser une histoire de cette période importante de l’histoire contemporaine éthiopienne centrée sur les Afar, jusqu’ici guère abordée dans la littérature. La première génération des scolarisés afar qui ont été les acteurs et les témoins de cette histoire ne se sont pas souciés de coucher par écrit leur témoignage. Leur capacité à se souvenir des événements diffère de l’un à l’autre et nous avons eu à comparer les entretiens entre eux et les recouper avec des sources écrites, quand c’est possible, pour tenter d’établir des faits, de les dater, ce qui n’est pas la moindre des difficultés. Pour la première fois, les principaux événements de ce passé récent sont datés.

17Pour inscrire cette histoire afar dans celle de l’Éthiopie et de la région de la Corne de l’Afrique dont elle ne pouvait pas être traitée indépendamment mais également pour la brève biographie des personnalités mentionnées, je fais aussi une large utilisation de la documentation écrite existante (ouvrages, mémoires, thèses et articles de presse). En effet, j’ai consulté tous les écrits portant sur la révolution éthiopienne ou la période du règne de la Junte militaire mais également sur les mouvements de résistance dont les Érythréens, disponibles aux services de documentation du Centre français des études éthiopiennes et de l’Institute of Ethiopian Studies de l’Université d’Addis Abäba ainsi que sur internet notamment sur JSTOR auquel j’ai pu accéder grâce à mon inscription à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). J’ai lu également les mémoires et les thèses produits par certains acteurs de la période étudiée tout en tenant compte des limites de ces sources. Enfin, j’ai dépouillé et décortiqué les journaux éthiopiens et érythréens tels que The Ethiopian Herald, Addis Soir, Eretria al-Hadîtha (en arabe) et Eritrean Profile.

18Ce livre est donc le fruit d’une utilisation judicieuse des informations des sources orales soumises à la critique et confrontées, quand c’est possible, avec les informations éparses des sources écrites.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation des Afar dans la Corne de l’Afrique
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 915k

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable