Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Préface

Éloi Ficquet

Texte intégral

1Du point de vue des intérêts du centre politique éthiopien, le territoire du peuple Afar, couvrant la dépression désertique du nord-est du pays jusqu’à la mer Rouge, n’a cessé de représenter un ensemble de ressources considérables : routes commerciales donnant accès aux trafics maritimes internationaux ; gisements de sel et d’autres minerais ; bassin du fleuve Awash et ses affluents exploitables pour les cultures irriguées de coton et de canne à sucre. Cette importance économique et stratégique s’est accentuée à l’époque contemporaine pour les régimes qui ont successivement gouverné l’Etat éthiopien. Mais il fallait composer avec les Afar, réputés pour leur sentiment d’indépendance aussi farouche que combatif. La nécessité, du point de vue central, de maintenir les Afar – sauf les territoires côtiers – dans l’espace de la souveraineté nationale impliquait de trouver des formes de compromis avec les autorités claniques et dynastiques reconnues comme seules légitimes aux yeux des Afar. Au cours de l’histoire de la formation de l’Etat éthiopien contemporain, depuis la fin du xixe siècle, cet enjeu s’est exprimé à travers plusieurs situations de dualité politique, faites d’ambiguïtés, de tensions, de répulsions et de séductions et qui se sont poursuivies jusqu’à aujourd’hui, plaçant les Afar en porte-à-faux par rapport aux évolutions des cadres gouvernementaux et économiques.

  • 1 Deux vies dans la Corne de l’Afrique, publié par le CFEE en 2005, réédité en 2011 [Note de l’éditeu (...)

2Dans un précédent ouvrage1, Aramis Houmed Soulé avait déjà relaté et analysé les relations de défiance atavique et de partenariat opportuniste qui ont associé la couronne des souverains chrétiens d’Ethiopie et le « bâton d’argent » de la dynastie des Modayto d’Awsa, territoire le plus étendu, riche et puissant parmi des ensembles politiques Afar. Pour rendre compte du positionnement officiel des autorités reconnues comme légitimes par les Afar, il s’est notamment appuyé sur les entretiens réalisés avec le sultan Ali Mirah Hanfaré, figure historique, qui traitait quasiment d’égal à égal avec le roi des rois Haïlé Sellassié, fut contraint à l’exil en juin 1975 et joua un rôle déterminant de médiation nécessaire à la mise en place du régime fédéral à partir du 1991. En raison de ses années d’exil en Arabie Saoudite, le témoignage du sultan reste allusif sur la période de la révolution éthiopienne. La junte militaire ne pouvait accepter le maintien d’une autorité traditionnelle de surcroît très investie dans une politique autonome de modernisation agricole, en contradiction avec la politique de collectivisation des terres. Le témoignage du sultan sur cette période (complété dans la seconde édition par celui de son fils et successeur, Hanfaré Ali Mirah) éclaire surtout les contacts diplomatiques développés à l’étranger, notamment auprès d’autres familles régnantes des pays arabes, pour soutenir les mouvements armés hostiles au Derg.

3Par l’étude qu’il présente ici, Aramis Houmed Soulé envisage de façon systématique la période révolutionnaire éthiopienne, telle qu’elle a été vécue par les Afar, notamment ceux qui se sont mobilisés dans des mouvements de lutte armée. A travers la description fine et documentée des enjeux et des engagements, il montre un peuple tiraillé entre deux horizons. D’une part la poursuite d’un idéal difficilement réalisable d’une « grande Afarie » transfrontalière et, d’autre part, la conduite plus pragmatique de négociations avec le pouvoir en place visant à la reconnaissance d’un statut autonome au sein d’une administration plus décentralisée, en contrepartie d’un appui militaire des Afar pour la protection du corridor routier conduisant au port d’Assab. Les hommes politiques représentant les Afar, soit par leurs statuts de chefs traditionnels, soit par leurs qualités personnelles révélées par les bouleversements de l’époque ont tenté de se saisir des opportunités offertes par la situation révolutionnaire. Ils ont dû faire face à plusieurs options qui les ont unis ou divisés. Cette étude révèle les raisons qui les ont motivés, les incohérences qui n’ont pas été évitées, les dissidences dans lesquelles ils ont été entraînés, les objectifs qui n’ont pas été atteints, ainsi que les conséquences économiques, écologiques et sociales de décisions fondées sur des compromis ou sur l’absence de compromis.

4Pour comprendre ces hommes et le sens qu’ils donnent à leurs engagements (et l’on espère qu’une autre étude viendra éclairer un jour l’implication des femmes dans ces luttes), l’auteur s’appuie sur des entretiens avec des acteurs et des témoins de l’époque, donnant voix aux individus généralement dissimulés derrière les sigles désignant les forces impliquées sur les terrains de luttes ou d’ententes. Il est encore temps de recueillir cette mémoire, et il devient urgent de le faire sur d’autres terrains. Le recul de l’âge et de l’expérience confère à ces témoignages une densité précieuse, non seulement pour le travail de l’historien, mais aussi pour le citoyen pour qui il peut être utile d’aller à la source de choix politiques d’un passé récent qui continue d’agir fortement sur le présent.

Notes

1 Deux vies dans la Corne de l’Afrique, publié par le CFEE en 2005, réédité en 2011 [Note de l’éditeur en ligne : cet autre ouvrage d’Aramis Houmed Soulé fera prochainement l’objet d’une réédition en ligne].

Auteur

CEIFR-EHESS

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540