Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Décembre 1992. N°1

 | 
Jacques Bureau

Le Roi Salomon et les Maîtres du Regard (Art et médecine en Éthiopie)

Exposition. Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie. Paris. Du 20/10/92 au 20/1/93.

Jacques Bureau

Texte intégral

1Cette exposition qui nous donne à voir des objets exceptionnels, et tout particulièrement des talismans et des charmes, légués aux Musées de France par Jacques Mercier ou empruntés à des collections particulières et à l’Université d’Addis-Abeba, est une description méticuleuse et didactique des grands principes de la médecine traditionnelle de l’Éthiopie de culture chrétienne.

2Un homme, une femme tombent malade. Que font-ils ? À qui s’adressent-ils ? Qui les soignent ? C’est à ces questions que répond en effet Jacques Mercier qui réussit à nous présenter un système thérapeutique par les seuls instruments médiateurs de cette médecine – les plantes, la croix, l’eau bénite ou les peintures magiques – et donc hors la présence physique des maîtres de ces instruments, de ceux qui soignent aussi par le regard, leur patience, leur sagacité ou plus directement par le geste qui tue lorsqu’ils sacrifient un animal.

3Le titre même de cette exposition consacrée à l’art et à la médecine d’Éthiopie – Les maîtres du regard – explicite le choix de Jacques Mercier et le soutien très intelligent qu’il a obtenu du scénographe Charles Marty ; tous deux ont privilégié parmi les modes thérapeutiques celui qui s’appuie sur le jeu des regards, de ces regards qui sont l’élément central des talismans et ont on dit qu’ils sont de « puissants médicaments », afin de guider le visiteur dans un système médical complexe faisant aussi bien appel aux médicaments proprement dits qu’à l’exorcisme, à la possession ou tout précisément l’art.

4Comme l’écrit Jacques Mercier dans le catalogue dont il a été le maître d’œuvre :
« La maladie n’est pas seulement un fait biologique, elle est aussi un évènement qui prend de l’ampleur et du sens depuis les premières sensations de malaise jusqu’à la reconnaissance de symptômes, puis leur articulation à des causes et à des traitements… Les tradipraticiens reconnaissent une causalité naturelle à beaucoup de maladies, mais la résistance des symptômes à des traitements médicamenteux répétés, la chronicité des troubles, la présence de certains signes (glossolalie, etc.), la connaissance d’antécédents familiaux les amènent à envisager une complication de la maladie par une cause surnaturelle. » (Mercier. p. 24)

5Ainsi voilà donnés les premiers éléments qui ordonnancent cette exposition. Lorsqu’il entre, le visiteur est d’abord mis en présence d’une réplique parfaite des échoppes de marché d’Addis-Abeba où l’on vend des plantes médicinales que peuvent prescrire herboristes ou rebouteux. Mais, faute de guérison, le patient, tout comme le visiteur, ira à la rencontre de trois autres groupes de thérapeutes qui se mobiliseront pour diagnostiquer l’origine surnaturelle du mal et y apporter remède.
« Le monde surnaturel éthiopien est très touffu, ajoute Jacques Mercier, mais dans une perspective thérapeutique il peut se répartir en trois groupes. Tout d’abord Dieu entouré des anges et de divers intercesseurs, puis à l’opposé, le groupe des êtres néfastes dont il faut se débarrasser : les démons « aériens », les démons charnels se confondant avec une cohorte d’esprits responsables des maladies, ainsi que les sorciers, des humains pratiquant un cannibalisme mystique. Enfin, entre les deux, un groupe d’esprits susceptibles de se laisser amadouer comprenant les génies maîtres d’un terroir et les dieux des cultes de possession, au premier rang desquels figurent les zar, attachés à une descendance. » (Mercier. p. 24)

6Confronté à ces forces et contraint par la maladie à trouver les intercesseurs, ou thérapeutes, capables de les amadouer, le malade fera appel à l’exorciste, aux maîtres des génies et enfin aux lettrés qui détiennent aussi l’art des talismans et des charmes.

7Soulignons, à propos de ces lettrés, la révélation des deux clercs et peintres : Gedewon et Gera. Jacques Mercier présente pour la première fois quelques-unes de leurs œuvres originales qui prouvent qu’au sein même d’une culture traditionnelle, fondée sur la répétition de stéréotypes, des hommes peuvent développer un art nouveau et, en l’occurrence, d’un singulier modernisme.

Auteur

Directeur de la Maison des études éthiopiennes

© Centre français des études éthiopiennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter