Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Décembre 1992. N°1

 | 
Jacques Bureau

Les missions françaises en Éthiopie. Novembre 1991/Décembre 1992

Texte intégral

1Entre les mois de novembre 1991 et décembre 1992 plusieurs missions se sont rendues en Éthiopie dans le cadre des nouvelles activités de la MEE. Certaines sont venues sur les crédits propres de la Maison, ou du CREDU qui les a en partie financées grâce à la bonne volonté de Bernard Calas et de Colette La Cour-Grandmaison, d’autres sur des crédits de la Commission des fouilles ou de la Direction Générale, d’autres enfin sur des crédits de l’Université ou du CNRS.

2Commençons par retracer sommairement l’état actuel des recherches en cours et des projets immédiats en relation avec les activités de la Maison des Études Éthiopiennes, pour les situer ensuite dans l’histoire de nos études. On verra alors que ces missions sont l’aboutissement d’une longue histoire, qu’elles prolongent le travail de nos prédécesseurs et qu’elles sont de nature à encourager aussi de nouveaux candidats aux études éthiopiennes. On verra aussi que la nature du sujet, l’Éthiopie, varie considérablement d’une discipline à l’autre ; certes les regards portés sur lui visent tous l’Homme, son origine, son histoire, sa culture, son environnement naturel, mais ils varient d’intensité, ne portent pas sur la même durée, n’impliquent pas le même engagement de l’observateur et ne sélectionnent surtout pas les mêmes faits.

Mission Tornay (Université Paris X. 11/91-1/92.)

3Maître de conférences à l’Université Paris X, Serge Tornay revenait en Éthiopie 15 ans après sa dernière mission chez les Nyangatom de l’Omo. Auteur d’une thèse d’État sur ce peuple de pasteurs, S. Tornay n’est pas seulement le spécialiste des Nyangatom, ceux qu’on appelait improprement Bumé encore il y a peu ; il est aussi un spécialiste de la question cruciale parmi les peuples d’Afrique Orientale des classes d’âge et des classes générationnelles. Lors de ce nouveau séjour chez les Nyangatom, S. Tornay a pu observer l’évolution contemporaine de cette société prise comme toutes celles de cette région dans la tourmente politique de ces dernières années, au carrefour des frontières éthiopienne, soudanaise et kényane. Suite à cette mission, Joseph Loteng, Nyangatom, s’est rendu à Paris pour travailler avec S. Tornay à la rédaction d’un lexique nyangatom-anglais.

Mission Joussaume (CNRS et Commission des fouilles. 11/91-1/92.)

4Directeur de recherche au CNRS, Roger Joussaume est un spécialiste mondialement connu du mégalithisme. S’il a longtemps travaillé en Éthiopie et publié notamment un ouvrage intitulé Le mégalithisme en Éthiopie. (Paris. 1974), il effectue aussi des fouilles en France. Accompagné de Rolande Joussaume, intendante de la mission, de Claude Bouville, paléontologue, directeur de recherche au CNRS, et de Sophie Barbier, jeune chercheur pour laquelle c’était la première expérience éthiopienne, Roger Joussaume a mené son ultime campagne de fouille sur le site de Tiya, à la limite des pays Guraghé et Oromo. Il s’agit là d’un site de stèles funéraires qui a été retenu par l’UNESCO comme l’un des sites d’Éthiopie à protéger, tout comme les stèles d’Axoum, les églises de Lalibela, la vieille ville de Harrar ou les châteaux de Gondar. Roger Joussaume avait été sollicité par l’UNESCO afin de fouiller ce site avant qu’il ne soit clos et restauré pour être ensuite ouvert au public.

Mission Marchal (CNRS et CAP. 1/92.)

5Agrégé de mathématique et chargé de recherche en sociologie au CNRS, Roland Marchal est polémologue. Après Asmara où il a rencontré les responsables du FPLE, Roland Marchal s’est rendu à Addis-Abeba pour interroger les acteurs politiques nationaux. Roland Marchal est revenu en Éthiopie au mois de juin, en tant qu’observateur des élections régionales.

Mission Mercier

1-(CNRS et Direction Générale des Musées de France. 1-2/92.)

6Ethnologue, chargé de recherche au CNRS, Jacques Mercier est d’abord connu pour avoir découvert et fait connaître la peinture magique éthiopienne. Spécialiste de la médecine populaire de l’Éthiopie de tradition chrétienne, Jacques Mercier a publié deux ouvrages en 1979 et 1987 : Les rouleaux magiques au Seuil et Asrès, le magicien d’Éthiopie chez Lattès. Il est aussi un grand connaisseur des arts autrefois considérés comme mineurs par les spécialistes. C’est lui qui a fait connaître les peintres naïfs éthiopiens et qui nous fait maintenant découvrir, grâce à son exposition au Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie inaugurée le 20 octobre 92 par les ministres français et éthiopien de l’éducation, la remarquable imagination des magiciens d’Éthiopie (voir plus loin : « Le Roi Salomon et les maîtres du regard »).

2-(Maison des Études Éthiopiennes sur crédits du CREDU-Nairobi. 7-8/92.)

7Lors de cette seconde mission, préparant toujours son exposition, Jacques Mercier a collecté au Mercato les denrées et objets nécessaires à son exposition, à côté de la collection de rouleaux et de peintures qu’il a donnée aux Musées de France et des pièces venues du musée de l’Université d’Addis-Abeba et de collections particulières.

Missions Chavaillon (Commission des fouilles. 5/92. Puis du 25/10/92 au 10/11/92.)

8Directeur de recherche au CNRS en retraite, Jean Chavaillon a été pendant plus de vingt ans responsable des fouilles de Melka-Kontouré, le site archéologique sans doute le plus varié d’Éthiopie, et directeur de la RCP 548 du CNRS qui a, non seulement permis ses fouilles, mais aussi encouragé les recherches de J. Bureau, E. Godet, C. Lepage, J. mercier et de tant d’autres jeunes chercheurs alors. Après quelques années de repli résultant de l’impossibilité de se rendre sur le terrain, Jean Chavaillon a utilisé cette mission pour se rendre en compagnie des autorités françaises et éthiopiennes sur le site de Melka-Kontouré afin d’explorer les possibilités d’y reprendre ses fouilles.

Mission Prunier (Maison des Études Éthiopiennes sur crédits du CREDU-Nairobi. 6/92.)

9Chargé de recherche au CNRS, Gérard Prunier est connu pour ses nombreux articles sur l’évolution politique des pays de la Corne ainsi que de l’Ouganda, et nous ne saurons jamais assez le remercier de sa contribution déterminante à la création de la Maison des Études Éthiopiennes. Il est venu en Éthiopie au mois de juin pour rencontrer des responsables politiques et universitaires et travailler avec J. Bureau à la préparation de leur ouvrage commun sur l’évolution des questions nationales de la Corne depuis 1977. À cette occasion, G. Prunier a été aussi observateur avec Roland Marchal des élections régionales.

Mission Joussaume (Commission des fouilles. Du 22/10 au 30/11/92.)

10Roger Joussaume est revenu en Éthiopie pour étudier, dessiner et analyser les objets collectés à Tiya lors de sa dernière fouille de 1991. Il est aussi venu préparer sa campagne 1993 dans le Sidamo.

***

11Se déroulent maintenant, au mois de décembre 1992, les missions suivantes.

Mission Rouaud

12Chargé de recherche au CNRS et enseignant à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Alain Rouaud qui est à la fois éthiopisant et arabisant est l’auteur du premier livre français sur un écrivain éthiopien, Afä-Wärq. Un intellectuel éthiopien témoin de son temps. Paris. CNRS. 1991. Il vient présenter son œuvre et reprendre son travail sur l’amharique du Gojjam.

Mission Hirsch

13Maître de conférences à l’Université Paris-I, Bertrand Hirsch est historien médiéviste et spécialiste de l’Éthiopie chrétienne. Avec Michel Perret, professeur à l’INALCO, Bertrand Hirsch a publié l’album de photos Éthiopie, années 30. Il se rendra dans le Nord-Wollo, en quête de manuscrits à caractère historique.

Mission Compagnon

14Fonctionnaire de l’Éducation Nationale, Daniel Compagnon est aussi membre de l’équipe de Roland Marchal et spécialiste des questions politiques somaliennes. Il rencontrera à Addis-Abeba les représentants des différents mouvements somaliens maintenant réfugiés en Éthiopie.

Mission Tornay

15Serge Tornay revient en Éthiopie avec Joseph Loteng afin de compléter son travail sur le lexique anglais-nyangatom.

Mission de Lumley

16Henry de Lumley, dont on connaît les grandes découvertes archéologiques en France, ouvre un chantier de fouille dans le sud de l’Éthiopie, à Fejeje. Secondé ici par Yonas Beyene, du Ministère de la Culture, Henry de Lumley sera accompagné d’une équipe de trois chercheurs français.

17***

18Les études éthiopiennes, illustrées par l’ensemble des missions de cette année, sont le fait de six principaux ensembles de chercheurs.

19Les premiers à citer sont les spécialistes de l’histoire de l’Homme qui n’ont pas pour objet scientifique l’Éthiopie historique, mais les traces des origines des hominidés sur le territoire éthiopien. En quoi leurs recherchent entrent-elles alors dans le cadre des études éthiopiennes ? C’est qu’en dépit du fait que les premiers hominidés découverts ici n’ont pas le privilège d’être exclusivement les ancêtres de l’Éthiopien, ceux-ci n’en sont pas moins revendiqués comme tels. La Direction du patrimoine du Ministère Éthiopien de la Culture dirigée par Kassay Begashaw, archéologue formé en France, couvre ainsi le domaine des recherches sur les origines de l’Homme, de même que la plupart des paléontologues et préhistoriens français ayant travaillé sur le territoire éthiopien sont membres de la Société Française des Études Éthiopiennes.

20Ce phénomène est universel puisqu’il n’y a pas d’État qui n’intègre les découvertes préhistoriques faites sur son territoire dans le patrimoine national qu’il veut préserver, au même titre que les découvertes portant sur les faits postérieurs à sa naissance, et qui lui sont donc propres. C’est, qu’en somme, toute société cherche ses racines, non seulement dans son histoire, mais aussi dans la naissance même de l’humanité dont chacune se veut représentatrice.

21Au risque d’en oublier certains, et qu’ils m’en excusent, je voudrais d’abord citer Yves Coppens, Jean Chavaillon et leurs équipes. Yves Coppens a dirigé plusieurs des grandes campagnes de fouilles de l’Omo et coordonne maintenant à Paris l’ensemble des recherches de paléontologie et de préhistoire en Éthiopie. Il fut aussi, aux côtés de M. Taïeb et de J. Johanson, l’un des découvreurs de Lucy. Son assistant, Claude Guillemot, est le paléontologue de la Maison des Études Éthiopiennes. Jean Chavaillon, auquel on doit l’essentiel des fouilles de Melka-Kontouré, projette une nouvelle campagne sur le même site.

22Une place particulière est à accorder à Roger Joussaume dont les recherches sur le mégalithisme éthiopien, dans les régions du Harar et du Guraghé, couvre la période de la protohistoire.

23Tous ces travaux prolongent ceux de quelques grands anciens : Breuil, Azaïs, Teilhard de Chardin, Arambourd, etc.

24Citons ensuite ceux dont la recherche archéologique empiète déjà sur les origines de l’histoire éthiopienne ; en particulier Francis Anfray, directeur de la Section Française des Antiquités Éthiopiennes jusqu’en 1991, auquel nous devons les fouilles de Yéha dans le Tigré. Celui-ci a publié l’ensemble de ses recherches dans Les Anciens Éthiopiens paru en 1990 chez Armand Colin. Vient, avec lui, Roger Schneider qui a travaillé plus de trente ans au sein de la Section Française et auquel nous devons tout récemment le premier ouvrage de référence sur les inscriptions axoumites (Recueil des inscriptions de l’Éthiopie des périodes axumite et pré-axoumite. Paris. 1991). Épigraphiste, et continuant toujours son enseignement à l’Université d’Addis-Abeba, Roger Schneider est le dernier représentant encore présent à Addis-Abeba d’une génération de chercheurs qui a joué un rôle fondamental dans la connaissance de l’Éthiopie classique et de ses origines axoumites. Faut-il préciser que cette école est l’héritière directe des fondateurs de la Section Française des Antiquités Éthiopiennes, tels Jean Leclant, son premier directeur, aujourd’hui secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Henri de Contenson et André Caquot du Collège de France, Jean Doresse, Jules Leroy etc.

25Dans ce sillage, citons Claude Lepage et Bertrand Hirsch. Le premier, directeur d’études à l’EPHE, s’est fait une spécialité de la peinture religieuse éthiopienne ; le second, maître de conférences à Paris-I, a fait une thèse sur les représentations cartographiques anciennes de l’Éthiopie et mène des recherches sur la géographie historique de l’Éthiopie chrétienne.

26Une troisième tradition se perpétue avec les héritiers de Marcel Cohen, professeur d’amharique à l’École des Langues Orientales de la rue de Lille de 1911 à 1960. Parmi ceux qui suivirent l’enseignement de Joseph Tubiana, successeur de Marcel Cohen, citons Alain Rouaud qui revient en Éthiopie cette année avec son livre sur Afä-Wärq, Michel Perret, chargé à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de l’enseignement de l’histoire de l’Éthiopie, et Alain Gascon, géographe. Avec d’autres spécialistes de l’Afrique de l’Est ceux-ci forment l’ARESAE (Association pour le développement de la Recherche Scientifique en Afrique de l’Est) qui publie un bulletin d’information sur l’état des publications concernant la région. Formés en même temps qu’eux, mais appartenant à d'autres institutions dont le Laboratoire des Langues et Littératures d’Afrique Oriental, Didier Morin et Michel Denais sont respectivement spécialistes des langues coushitiques et du tigrigna.

27Au carrefour de la linguistique et de l’histoire, citons la grande école orientaliste née dans la seconde moitié du xixe siècle, aujourd’hui perpétuée à l’EPHE par Maxime Rodinson, le bien célèbre arabisant et professeur de geez, et au CNRS par R. Beylot.

28Viennent ensuite tous ceux qui ont suivi le chemin de Marcel Griaule et de Michel Leiris, les premiers ethnologues professionnels à avoir fait du terrain en Éthiopie, dans les années vingt et trente, en particulier dans les pays amhara du Gojjam et de Gondar. Quarante ans plus tard en effet, plusieurs jeunes ethnologues ont de même redécouvert l’Éthiopie à partir non plus de sa grande tradition écrite chrétienne, mais plutôt de l’observation des sociétés vivantes ; et tout particulièrement des sociétés du sud-ouest (voir plus loin l’article de J. Abbink), dont celle des Gamo, des Dorzé et des Ochollo. Ce sont Marc Abeles, Jacques Bureau, Bernard Lortat-Jacob et Dan Sperber. Avec eux et bien que travaillant au sein des cultures amhara et tigré, comment oublier Jacques Mercier dont la pratique ethnographique s’est remarquablement harmonisée avec la connaissance érudite du christianisme éthiopien.

29Une dernière école, enfin, est née des bouleversements politiques que connait l’Éthiopie depuis près de vingt ans. Ce sont les politologues qui suivent de près l’évolution des nationalismes en conflit dans la région éthiopienne ; en Érythrée, chez les Somalis et les Afar. Ce sont Jacques Bureau, Daniel Compagnon, Roland Marchal et Gérard Prunier.

© Centre français des études éthiopiennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable