Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Troisième partie

II. Témoignage inédit de Tiky Adane

Texte intégral

Ancien chef de la Special Branch for Intelligence dans le cabinet privé de l'empereur, avec rang de vice-ministre.

  • 1 Branche spéciale des renseignements.

Né le 7 juillet 192 à Addis Abeba, Tiku Adane entame sa carrière professionnelle comme simple secrétaire au Palais impérial. Quatre mois après, il devient le secrétaire particulier du colonel Workineh Gebeyehu, chef de la Special Branch for Intelligence1 dans le cabinet privé de l'empereur. Après la mort par suicide de ce dernier suite au coup d'État manqué de décembre 1960, son adjoint et successeur le colonel Yirgu Endaylalu le fait nommer par l'empereur à la fonction du directeur général. Après la mutation de ce colonel, promu général entre temps, dans le gouvernorat de Kaffa comme vice-gouverneur, Nebiyu Leul Kifle lui succède à la tête du service avec rang de vice-ministre. Tiku Adane devient son assistant. Lorsqu'en 1973, Nebiyu Leul Kifle est nommé ambassadeur, il lui succède à la tête de la Special Branch for Intelligence avec rang de vice-ministre, fonction qu'il assumera jusqu'à la chute du régime impérial. Après avoir travaillé huit jours avec la Junte militaire (Derg), il lui est demandé de rester à la maison et de se présenter tous les lundis au bureau du nouveau chef de la sécurité, le colonel Tesfaye Wolde Sïllasé et de l'appuyer. Quelques mois après, il est mis à la retraite. En dépit de son âge (6 ans), Tiku Adane possède une bonne mémoire. Amateur du football, il est membre d'un club d'amateurs qui fréquente depuis l'époque impériale un terrain sis dans le lycée Gebre-Maryam. Un homme discret, inconnu aujourd'hui du grand public, il semble qu'il l'était même à l'époque où il dirigeait la Special Branch for Intelligence du cabinet privé de l'empereur. Nous l'avons rencontré grâce à Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ. Celui-ci parle de lui à plusieurs reprises dans son interview. Lors de notre première entrevue début août, nous lui avons soumis un questionnaire en anglais auquel il a répondu par écrit en amharique une semaine après. Lors de notre deuxième rencontre le 1 septembre 2011, nous avions également préparé un questionnaire dans l'intention soit d'enregistrer l'interview s'il l'accepte ou de le lui remettre pour répondre par écrit. Réticent cette fois- ci, il a juste accepté que nous prenions des notes.

- Quand, où et dans quelle circonstance avez-vous fait la connaissance du sultan ‘Ali-Miraḥ ? Quelles ont été vos relations par la suite ?

  • 2 Ministre de la plume.

- J'ai d'abord rencontré son excellence le sultan ‘Ali-Miraḥ alors que j'ai été convoqué pour le travail au Palais. Dedjazmach Berhane Meskel Wolde Sïllasé, assistant du ministre de Palais, m'a présenté à lui. Pour la deuxième fois, j'ai rencontré le sultan ‘Ali-Miraḥ lorsque son excellence Tsehafi Tezaz2 Aklilu Habte Weld fut remplacé par Lij Endalkatchew Makonen. Le nouveau Premier ministre m'a convoqué à son bureau pour certains travaux. À ce moment, le sultan était en réunion, je pense, avec le Premier ministre. J'ai quitté le bureau après quelques minutes.

- Votre bureau ne se trouvait pas dans le Palais impérial ?

  • 3 Un ancien hôtel d’Addis Abeba.

- Non. Elle était située dans le quartier Kera, dans un local en face de l'hôtel Gennet3. Je ne me rendais au Palais impérial généralement que lorsque j'étais sollicité par l'Empereur. Dans ce cas, j'étais informé par téléphone par un responsable du ministère du Palais et j'y allais tout de suite, même la nuit.

- Pouvez-vous nous parler de ce que vous savez des relations entre le sultan ‘Ali- Miraḥ et l'empereur Hayle Sïllasé ?

- L'empereur Hayle Sïllasé avait une grande confiance au sultan. Il le tenait en haute estime et avait du respect pour lui en raison de ses positions fermes, sa fiabilité et sa droiture.

- Avez-vous une idée de la perception au sommet de l'État des contacts du sultan ‘Ali-Miraḥ avec l'administration française de Djibouti et les pays arabes ?

- Même si je ne n'ai pas d'indices sur cette question, j'ai entendu dire que l'empereur Hayle Sïllasé avait recours au sultan pour transmettre des messages confidentiels aux dirigeants des différents pays arabes ainsi que de Djibouti. Pour ce qui concerne le contenu des dits messages, je pense que les deux ont emporté le secret. Même le Blatta Admassu Retta n'en savait rien.

-J'ai entendu dire que le Premier ministre Aklilu Habte Weld nourrissait des inimitiés pour le sultan ‘Ali-Miraḥ. Qu'en savez-vous ?

  • 4 Le terme amharique employé est eij nestew qui veut dire littéralement : « faire révérence. »

- Il est difficile d'affirmer que son excellence Tsehafi Tezaz Aklilu Habte Weld avait des inimitiés pour le sultan ‘Ali-Miraḥ. Au lieu de dire inimitié, il me semble préférable de parler de quelques points de désaccords. Un des points de désaccords pourrait être dû au fait que son excellence le sultan ‘Ali-Miraḥ avait l'habitude, en venant d’Aysa‘eyta, d'aller directement au Palais impérial, pour saluer l'empereur4, de terminer l'affaire, objet de sa visite là-bas, et de retourner à Aysa‘eyta. Peut-être, cette attitude pourrait décevoir son excellence, Tsehafi Tezaz Aklilu Habte Weld. Celui-ci pouvait penser que le sultan ne lui rendait pas visite à son bureau parce qu'il éprouvait une certaine haine contre lui ou qu'il sous- estimait son autorité.

Je peux citer un incident qui peut être perçu comme un indicateur de ces désaccords entre les deux hommes. Ce fut quand la fourniture gratuite du gazole pour plus de 1000 tracteurs qui opéraient dans les exploitations de coton d’Aysa‘eyta a été stoppée à l'heure de pointe pour l'agriculture. Pour cette raison, les plantations ont cessé leurs activités à ce moment précis et ceci affecta également l'intérêt national. Son excellence Tsehafi Tezaz Aklilu Habte Weld avait entrepris cette action contre le sultan par le biais de son parent nommé Assefa Deffaye, lequel était le chef de l’Awash Valley Authority, avec rang de vice-ministre.

Lorsque les tracteurs ont cessé de travailler à cause de la restriction du diesel gratuit, Ḥanfaré m'en avait parlé. J'ai aussitôt informé le Blatta Admassu Retta, tout en rédigeant une note à l'intention de sa Majesté. Le sultan ‘Ali-Miraḥ qui se trouvait à Addis Abeba, déçu par l'incident, fit, quant-à-lui, directement appel à l'empereur. Ce dernier a convoqué Monsieur Assefa Deffaye au Palais impérial. Après l'avoir réprimandé, il lui a ordonné de fournir le diesel d'urgence. Les activités ont pu donc vite reprendre.

- Est-ce que le sultan ‘Ali-Miraḥ bénéficiait du soutien au Palais, je veux dire dans l'entourage proche de l'Empereur ?

- Le sultan ‘Ali-Miraḥ n'avait pas besoin du soutien au Palais parce qu'il jouissait d'un accès direct à l'Empereur et à tout moment. C'était une personnalité bien connue et d'un rang égal aux ministres, voire au Premier ministre. Comme je vous l'ai déjà dit, c'était un homme honnête pour son pays et pour sa Majesté l'Empereur qui, pour cette raison, le respectait beaucoup et avait pleine confiance en lui. Le Premier ministre ne l'aimait pas pour cela.

Cependant, le sultan ‘Ali-Miraḥ avait ses hommes au Palais comme par exemple le Blatta Admassu Retta qui avait rang de vice-ministre du Palais. Quelqu'un de très proche et très écouté de l'Empereur. Il l'accompagnait toujours dans ses voyages à l'étranger. Il officiait également en tant que son chef du Trésor privé.

Je crois que le Dedjazmach Berhane Meskel Wolde Sïllasé en faisait aussi partie mais je ne suis pas sûr. Lui aussi passait pour une personnalité très proche de l'empereur. Son père avait bien connu le Ras Makonnen, le père de Hayle Sïllasé.

-J'ai entendu dire que le Dedjazmach Solomon Abreha, au début de sa prise de fonction comme gouverneur général du Wello et Solomon Kedir, le chef de la sécurité, étaient très hostiles au sultan ‘Ali-Miraḥ. Qu'en savez-vous ?

- J'ai entendu parler de l'hostilité de Solomon Abreha à l'égard du sultan, mais pas celle de Solomon Kedir. Ce dernier, je le connaissais très bien. C'était un homme très éduqué. Lui et mon premier chef, le colonel Workineh Gebeyehu, sortaient de la même promotion. Solomon premier et Workineh, second. Solomon Abreha aimait l'argent mais Solomon Kedir, non. Avant sa nomination vers la fin du règne de l'empereur Hayle Sïllasé comme chef de la sécurité au ministère de l'Intérieur avec rang de vice-ministre, il était chef de la Douane. Il avait remplacé à ce poste le général Yilma Sileshi, nommé chef de la police.

- Pouviez-vous nous dire quand et comment aviez-vous fait la connaissance de Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ ? Quelles ont été vos relations par la suite ?

  • 5 Commandant de l'aile droite, titre de noblesse.
  • 6 Il est le fils du shaykh Ḥassan Nuria, un grand shaykh des Somali Gadabursi de Dire Dawa. Durant le (...)

- J'ai fait la connaissance de Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ par l'intermédiaire d'une personne qui travaillait avec nous à la Special Branch for Intelligence : Kagnazmach5 Isma‘il Ḥassan6. Ce dernier était un membre d'une famille des Balabbat somali très connue. Un jour, je ne me rappelle pas la date exacte, Qegnazmach Isma‘il Ḥassan m'a informé que Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ dont la femme venait d'accoucher dans un hôpital de la capitale cherchait à louer une villa. Il m'a dit que les gens refusaient de lui en louer parce qu'il pressentait qu'il allait amener des chèvres laitières. Quand j'ai entendu cette histoire, je lui ai loué ma villa. Une fois, le sultan ‘Ali-Miraḥ qui voulait se recueillir y avait séjourné environ une semaine, sans être dérangé par qui que ce soit.

Par la suite, Ḥanfaré et moi sommes devenus des amis, au point de devenir son conseiller privé.

- Quels souvenirs personnels gardez-vous du sultan ‘Ali-Miraḥ ?

- Mes perceptions personnelles concernant le sultan ‘Ali-Miraḥ sont :
a. C'était une grande personnalité très religieuse. Il me semble comme un homme né avec sa foi et béni par Dieu. Je suis avec ses enfants et sa famille de ceux qui l'admiraient fortement pour sa dévotion.
b. Je me rappellerai toujours du sultan comme une personne qui aimait fortement son peuple et son pays dans l'ensemble.
c. Durant ma vie, je me rappellerai du sultan ‘Ali-Miraḥ qu'il fut un père non seulement pour les ‘Afar mais également pour les restes des peuples de l'Éthiopie, une personnalité dont la force spirituelle était grande, gardienne de la vérité et ayant eu une confiance en soi forte et constante.

- Enfin, racontez-nous quelques souvenirs que vous gardez de l'époque impériale et qui concernent le sultan ‘Ali-Miraḥ ?

- Une fois, j'ai entendu dire que l'empereur a demandé au sultan de ramener quelques jeunes afar qui ont pris le maquis, attirés par erreur aux prêches des groupes (bandits) qui prétendaient appartenir au Front de libération de l'Érythrée, lesquels avaient entrepris quelques actions dans les différents pays arabes, au Soudan ainsi qu'en terres érythréennes. L'empereur a demandé au sultan de faire revenir ces jeunes ‘Afar de toute urgence avant qu'ils ne soient endoctrinés. En conséquence, le sultan a fait revenir ces jeunes ‘Afar avec leurs armes et leur a permis d'obtenir l'amnistie de l'empereur. Le sultan a également demandé à l'empereur ce qu'il faut faire des armes. L'empereur a répondu que comme ces jeunes ‘Afar se sont rendus au gouvernement en ayant confiance au sultan et ayant déjà obtenu son amnistie, de les laisser porter leurs armes et s'en servir pour se protéger et protéger leur pays. Il a remercié le sultan pour cette action.

La société britannique Michell Cotts a commencé la plantation de coton sur une vaste étendue de terre, mais lorsque le coton a atteint le stade de la cueillette, les dromadaires ont dévasté la ferme. Ainsi, la société avait cessé ses activités. Puis après, l'empereur a convoqué le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur et les a réprimandés. Il leur a demandé si le sultan ‘Ali-Miraḥ avait été informé du commencement de la culture du coton par Michell Cotts. Ils ont dit non. Ainsi, l'empereur a convoqué le sultan ‘Ali-Miraḥ à Addis Abeba, l'a informé de la situation et il a été décidé :
a. Le gouvernement doit compenser la compagnie pour tous les coûts encourus, en raison de dromadaires.
b. de donner toutes les responsabilités au sultan pour éviter tout risque futur de destruction des champs de coton par les dromadaires.

À cette occasion, l'empereur a également expliqué au sultan que cette compagnie était autorisée à faire de l'agriculture dans la région dans le but de servir d'exemple à la population locale, de sorte que celle-ci commence la culture. Le sultan répondit à l'empereur que les populations locales ne possédaient pas d'argent pour se lancer dans l'agriculture. Pour leur permettre d'acheter des tracteurs, l'empereur s'est engagé à leur faciliter l'obtention des prêts et crédits nécessaires. Depuis, les Afar avaient commencé la culture du coton. J'ai entendu cette information mais je ne peux pas me rappeler exactement du mois et de l'année.

  • 7 Tiku Adane nous a précisé lors de notre entretien « off » du 15 septembre 2011 qu'il tenait cette i (...)

J'ai obtenu des renseignements confidentiels provenant de sources fiables que le Derg, après avoir éventuellement renforcé son pouvoir, se préparait pour emprisonner des ministres et des personnalités éminentes du régime de l'empereur7. J'ai essayé de contacter Ḥanfaré, le fils du sultan ‘Ali-Miraḥ, via différentes personnes. Je ne peux pas me souvenir de la date et de l'heure exacte mais dans la soirée, avec une grande confidentialité, je l'ai informé de l'existence d'un danger très grave pesant sur son père. Afin d'éviter les risques d'emprisonnement de son père, nous avons élaboré un plan. Premièrement, nous avons convenu que le sultan devait quitter Addis Abeba pour Aysa‘eyta cette nuit-même. Deuxièmement, selon notre accord, le lendemain, Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ et moi devions partir en voitures Land Cruiser avec toutes nos familles. Ainsi, la tâche de Hanfaré consistait à préparer les véhicules en mettant dans le bain les gens de confiance parmi les Afar. Nous nous sommes quittés en prenant rendez-vous pour le lendemain matin. Lorsque nous nous sommes retrouvés dans la matinée comme convenu, Ḥanfaré m'a dit que son père, le sultan ‘Ali-Miraḥ a refusé de fuir Addis Abeba de nuit comme un animal sauvage. « Dieu a créé le jour et la nuit », a-t-il avancé et comme il n'était pas un criminel, il voyagerait de jour dans la matinée.

Ainsi, Ḥanfaré m'a appris que le sultan est parti dans la matinée. Pour ce qui concerne le reste de la famille du sultan, la mienne, lui et moi, Ḥanfaré avait organisé le voyage et prévu des voitures. Nous avons pris un nouveau rendez-vous. Avant l'heure de ce rendez-vous, Ḥanfaré m'a contacté. En raison de certaines urgences, il allait se rendre à Aysa‘eyta par avion et que pour le reste de la famille du sultan, la mienne et moi, il confiait à une personne dont je ne me souviens pas le nom, un parent à lui qui vit actuellement aux États-Unis, le soin de nous convoyer. Cette personne était censée nous préparer deux véhicules Land Cruiser. Mais le Derg a immédiatement ordonné la fermeture de toutes les entrées et sorties d’Addis Abeba. Et nous n'avons pas pu quitter la capitale.

Notes

1 Branche spéciale des renseignements.

2 Ministre de la plume.

3 Un ancien hôtel d’Addis Abeba.

4 Le terme amharique employé est eij nestew qui veut dire littéralement : « faire révérence. »

5 Commandant de l'aile droite, titre de noblesse.

6 Il est le fils du shaykh Ḥassan Nuria, un grand shaykh des Somali Gadabursi de Dire Dawa. Durant les années 1980, il était ambassadeur de l'Éthiopie en Égypte. À la même période, deux de ses frères, Aden et Moḥamed shaykh Ḥassan Nuria étaient ambassadeurs l'un de la République de Djibouti en Arabie saoudite et dans les pays du golfe et l'autre de la République démocratique de Somalie aux Nations unies.

7 Tiku Adane nous a précisé lors de notre entretien « off » du 15 septembre 2011 qu'il tenait cette information du sergeant-major Gebre Tsadiq, chef du peloton en charge de la surveillance du bureau de la Special Branch for Intelligence du cabinet privé de l'empereur. Celui-ci avait des liens avec le bureau du Derg de la quatrième division, de qui il tenait d'ailleurs ses informations. « Je croyais à Gebré Tsadiq qui était honnête. Dans le passé, j'avais vérifié à plusieurs reprises ses informations qui s'étaient avérées justes. »

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires