Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Première partie : L’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré dit « Illalta » de la dynastie Aydâḥisso d’Awsa

IV. Le gouvernement du sultanat d’Awsa

Texte intégral

1. Les biens du trône et leur gestion

1La dynastie Aydâḥisso possède, outre les terres agricoles mises en valeur pour elle par les sédentaires de l’Awsa sous la supervision de son administrateur, différents types de bétail identifiés par un nom propre :

- les chamelles (‘Akkali), lit. « celles à la ‘Akka », ainsi appelés d'après la marque de distinction qu’elles portent,

- les vaches (Der-amo - lit., celles aux têtes élancées) ;

- les chèvres (Sidîbaytili) et

- les ovins (Rôre).

2Ils sont répartis en une multitude de troupeaux. L’accroissement de ce bétail est favorisé par la possession sur la rive de la basse vallée de l’Awash des meilleures prairies, exclusivement réservées à son usage. En outre, sous chaque règne, le monarque dispose du pouvoir, lui permettant de l'accroître de diverses manières, soit : la bûba (saisie du bétail en guise de punition), la ‘iso (location des terres), le ḍannaba (butin de guerre) et les doro’ (amendes). En effet, en guise de sanction, l’Amoyta dispose du droit de faire procéder à la saisie des biens de tout individu ou groupe en rébellion contre l’ordre établi. Il lui est reconnu le droit de percevoir une vache appelée kalo-s saga (la vache du Kalo) de chacun des utilisateurs extérieurs des pâturages des rives de la basse vallée de l’Awash. Et toute faute à l’égard du trône est sanctionnée par le paiement d'une amende de trente-six vaches. La guerre constitue un autre moyen d'accroître le cheptel du trône par le biais du butin (ḍannaba).

  • 1 Littéralement : « Usufruitiers ».

3La gestion de tous ces biens (terres et bétail) a impliqué la mise en place d’un système d’administration propre au sultanat d’Awsa : les Malokti (administrateurs des terres) mais également les Lâhi-Abba (chefs des troupeaux de vaches), les Gâli-Abba (chefs des troupeaux de chamelles), lesquels coiffent les Ḥan-naka (gardiens de troupeaux)1, une main d’œuvre, recrutée sans distinction de clans et de régions.

4La nomination des officiels est du ressort du seul sultan et leur fonction n’est pas automatiquement héréditaire. Ils sont recrutés parmi les trois catégories de sujets : les membres des familles non-Modayto associées au trône, les soldats ayant capté l'attention du sultan ou les esclaves du sultan, faisant preuve de loyauté, d’intelligence et d’efficacité. Leur nomination est basée donc sur le mérite et sur la capacité, sans tenir compte de l’origine. Tous ces officiels sont chapeautés par un Kaḍḍa Malâk, choisi, lui aussi, plus pour ses compétences que pour ses origines et qui fait fonction du vizir de l’Amoyta.

2. L’administration de la justice

5Dans le domaine de l’administration de la justice, l’Amoyta est le juge suprême du pays, à l'exception de la province d’Awsa. Les affaires de sang sont traitées directement sous son égide alors que celles auxquelles on n'a pas pu trouver une solution aux niveaux inférieurs, en appel et en dernier recours. C’est cette réalité qu'exprime cette parole proverbiale attribuée à un notable : Nek cinen yab Sangeera sinam beya, Sangeeral cinen yab waydoolah beya, ce qui veut dire : « La récusation de notre jugement conduit à Sangêra et la récusation de l’arrêt de Sangêra à la mort. »

6Sangêra est le lieu de résidence principal dans le Kalo de l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré. Actuellement, ce toponyme est associé à « la cour » (ḥaḍa) pour forger le néologisme « cour suprême » (sangêra ḥaḍa).

  • 2 Ce mot vient de la contraction de fî‘i (muscle de l’avant-bras) et umà (forts, puissants). Littéral (...)

7Généralement, les disputes intertribales sont en grande partie réglées aux niveaux inférieurs par les notables et les anciens de la région et peu des cas sont référés au sultan. Le maintien de l'ordre et de la loi est assuré par les tribus ou groupes tribaux d'une même région associés dans le cadre de la fi‘ma2 dont le pendant politique est la chefferie. Le commandement de celle-ci est détenu par le chef du groupe tribal, généralement apparenté à la tribu détentrice du pouvoir central. Il est appelé Ummunoh Abba. Il a la délégation de pouvoirs du chef- suprême pour régler les différends qui surgissent entre les tribus membres de la chefferie. En cas d'échec, il le saisit. Il a à sa disposition l'organisation de la fi‘ma dont le chef appelé Fi‘mat-Abba le seconde. Même s’il dispose de l'autorité politique, de par ses fonctions, les gens n'ont pas autant peur de lui que du Fi‘mat-Abba, lequel dispose d'un pouvoir coercitif. Ce dernier a un adjoint appelé ḍageyna qui, sous ses ordres, assure l'exécution des sanctions. L’existence de cette institution police la société. Au sein de la fi‘ma, on évite de verser le sang et de commettre l'adultère. Ce type de comportements résulte de la peur des sanctions et non de la crainte de Dieu. Au niveau de la haute cour de justice qui siège sous l’égide de l’Amoyta en son lieu de résidence, la séance du mablo est dirigée par un notable issu de la branche de ‘Ali Sr. de la tribu Afki'é-s sarra, distinguée pour son habilité au débat, sa sagesse du jugement et sa connaissance des lois coutumières. À cette occasion, la sentence, retenue par l’Assemblée, est entérinée sur son ordre. Quand il y a le besoin de son interférence dans la résolution d'un problème, surtout d’ordre foncier dans une région éloignée, celui-ci désigne un vieux respecté de son clan pour agir en son nom. Il lui remet l’asta, un bâton en ivoire et en argent comme symbole de sa position et par conséquent, la dispute est considérée comme arbitrée par lui.

8Tout ceci montre que dans le sultanat d’Awsa, le régime est basé, non pas sur la force ou la contrainte, mais sur le respect des us et coutumes. Sa seule différence avec les autres entités politiques ‘afar est que son chef dispose d'une armée pour intervenir en dernier recours et d'un système pénitentiaire. Il peut pratiquer également la saisie des biens (bûba) pour punir l'individu ou le groupe qui refuse de se conformer à la coutume.

9L’Amoyta n'est pas propriétaire de toutes les terres du sultanat et n'a pas un droit de regard sur les terres de ses sujets. La propriété de la terre est collective au niveau du groupe tribal. Affirmer le contraire, c’est méconnaître ce qui fait l'identité chez un ‘Afar : la possession d’un terroir collectif (dabba) au niveau de la tribu ou du groupe tribal. Celui-ci peut avoir été initialement acquis en toute propriété ou en location. Dans le second cas, le propriétaire originel (le sultan ou une tribu) ne peut en aucun cas le récupérer, tant que le prix de location convenu à l'époque lui est payé. Il n’a aucun droit de regard également sur les biens de ces administrés, essentiellement le bétail dont l'appropriation est individuelle et commence à la naissance.

10Chaque famille a son propre troupeau (ikoytà) géré par son chef. A la naissance d'un garçon ou d'une fille, un membre de la famille, généralement le père prend un bout du cordon ombilical et il l'attache au cou de la chèvre ou d'une brebis, à la queue d'une vache ou d'une chamelle appartenant à la mère. La bête nécessairement jeune et productive et sa future progéniture reviennent de droit au garçon ou à la fille lors de son mariage. Ce don est appelé ḥundubtà (celle du nœud du nombril). Il constitue pour le récipiendaire le premier chaînon de l'intégration dans le groupe et le point de départ du capital en bétail. Quelque temps après, le parent ou la parente dont le garçon ou la fille porte le prénom lui fait don d'une bête : une chèvre, une brebis, une chamelle ou une vache. Ce don est appelé mugga‘tà (lit., celle donnée pour l’homonymie). À la circoncision, le garçon choisit le nom d'une bête du gros bétail, une vache ou une chamelle du troupeau de son oncle maternel. La bête appelée itroytà lui est acquise. La fille n’aura pas la même chance à l’occasion d’un même événement. Ces biens et leur future progéniture ainsi que les dons ultérieurement reçus de la part du père sont la propriété du garçon ou de la fille et sont gérés tout au long de son enfance et de son adolescence par sa famille. Il faut dire ici qu'on ne peut y toucher qu'en cas d’une extrême nécessité et avec son approbation mais toute la famille peut en boire le lait (usufruit). C'est pour mettre en relief cette réalité que les ‘Afar utilisent ce proverbe : Ikoyta kee moddina falma mali, ce qui veut dire : « Nul ne peut se voir contester ses dents et ses biens. »

3.L’armée

11À ses débuts, le trône recourait, pour la défense des territoires sous sa juridiction contre l'agression extérieure, à la levée traditionnelle au sein de la population. Quand une menace se pointait à l’horizon, des messagers étaient dépêchés dans tous les coins du sultanat. Le message qu’ils convoyaient était le dêro (alerte).

12Pendant la campagne, la fonction du chef de guerre (Miraḥ), traditionnellement héréditaire, était dévolue au chef d'une sous-fraction des Aydâḥisso, la branche régnante, appelée Miraḥto. Au Miraḥ était adjoint un Maḥḍ-Abba (chef des troupes) choisi sur la base de ses compétences de meneur d'hommes. La sécurité intérieure était, quant à elle, l’œuvre de la société toute entière, regroupée dans le cadre de l’institution supra-tribale, la fi‘ma. Ḥanfaré al-‘Adil, le cinquième Amoyta dans l’ordre de succession, a jeté la base d’une force permanente. Cependant, l’introduction de cette réforme ne s’est pas faite aux dépens de l’ancienne structure.

  • 3 Afki é (fils de) Ḥamad. C’est un Modayto, issu de la tribu Ma‘as sarra.

13Au début du règne de Maḥammad Ḥanfaré, le chef de guerre se nomme Ḥamad Afki‘é3, lequel dirigera l’offensive contre l’expédition égyptienne conduite par Munzinger Pasha et y trouvera la mort dans le combat. Sous le même règne, les Italiens Luigi Capucci et Luigi Cicognani signalent dans leur carnet de voyage un certain Sa‘îdo, général, d’origine esclave (Zaghi, 1935 : 12).

4. Le contrôle des routes commerciales

14De par sa position géographique entre la côte occidentale de la mer Rouge et les plateaux abyssins [Shewa et Wello], le sultanat d’Awsa exerce le contrôle sur le commerce de longue distance.

  • 4 « Le droit de fréquenter est un privilège exclusif des Danakils qui, pour des siècles, détiennent i (...)
  • 5 Ignorant les traditions afar, des droits du Shewan Mïnilïk II sur ces gisements naturels sont inven (...)

15Les gisements du sel du lac ‘Asal4 se trouvent dans sa proximité, en territoire sous la juridiction du sultan de Tadjourah dont la limite traditionnelle est ‘Asal Fûḍusa Ḍâ (« Le rocher qui souffle sur ‘Asal »). Ceci ne donne pas cependant à ce dernier et à ses sujets plus des droits que les autres ‘Afar pour le prélèvement du sel5.

  • 6 Ces derniers ont fait souche dans l’Ifat en contractant le mariage avec les femmes ‘Argobba.
  • 7 Ces deux tribus représentaient à l’époque une hantise pour les voyageurs empruntant cette route. Vo (...)

16Un autre facteur important pour le sultanat d’Awsa est sa proximité avec le port de Tadjourah, devenu depuis le second quart du 19ème le seul point d'entrée pour les Européens, désireux de se rendre en Abyssinie centrale et méridionale (Abir, 1968 : 20). Les voyageurs comme les caravaniers ont le choix entre deux routes, l'une traversant le sultanat d’Awsa et l'autre récente, le contournant par le sud et passant par l'Erer et l'Ifat. Les ‘Afar connaissent cette dernière sous le nom de Bala’-gita (« la route de Bala’ »), d’après la dernière région afar traversée avant de déboucher sur l'Ifat. Elle est largement empruntée par les membres d'une tribu de Tadjourah, les Ḥasôba6. La route d’Awsa présente de nombreux avantages par rapport à sa concurrente du sud. D'abord, elle est plus sécurisée que cette dernière soumise aux attaques imprévisibles des Somali-‘Issa et parfois des ‘Afar Gal‘éla et ‘Arkalto7. Ensuite, la distance entre Tadjourah et Dawwé ou Bati, en passant par le sultanat d’Awsa, est plus courte que celle entre Tadjourah et le Shewa par la nouvelle route. Ces deux avantages lui permettent de drainer le plus gros du commerce dans les deux sens comme en témoigne William Cornwallis Harris :

Des relations commerciales importantes sont exercées avec Tajùra. Le sel du Bahr Assàl, le calicot bleu dont la demande est élevée pour les foulards portés par toutes les femmes mariées bédouines, le zinc, l'étain, et le fil de laiton ou en cuivre, tous deux employés pour l'ornement personnel, et pour la décoration des armes, sont échangés avec les produits agricoles du sol fertile - quelques caravanes traversent l’Awash, et poursuivent leur voyage le long de la rive occidentale à Dowwé, sur la frontière des Galla du Wollo, afin d'acheter des esclaves ; ou prennent la route principale à Amàdoo, et ainsi poursuivent leur route pour le Shewa pour un but identique (1844, t. 1 : 182).

17Outre les produits susmentionnés importés d’Inde, d’Europe et des États-Unis, les caravaniers acheminent en direction du Wello et du Shewa d'autres articles de la même provenance tels que la toile de coton écru (abugedîd) et le tissu de soie (barîr). Dans l’autre sens, ils importent, outre des esclaves, des produits vivriers mais également du café, de l’ivoire, du musc et des peaux (cuirs).

18À l’entrée et à la sortie d'Awsa, les taxes sont perçues par le trône sur ces biens de transit qui représentent une source importante de ses revenus. Elles sont encaissées soit en nature, en abandonnant une certaine quantité de la cargaison ou soit en argent, en thalers d’argent de Marie-Thérèse. Cette activité a nécessité la mise en place d'une administration propre des douaniers dont le chef porte le nom Karat-Abba.

Notes

1 Littéralement : « Usufruitiers ».

2 Ce mot vient de la contraction de fî‘i (muscle de l’avant-bras) et umà (forts, puissants). Littéralement, fi ma veut donc dire « ceux aux bras forts » et cette appellation sous-entend la puissance de la force physique résultant de l’action fédérative ou de l'union des forces vives de plusieurs tribus ou groupes tribaux. Une définition qui concorde avec les missions de cette institution qui sont d’assurer la stabilité, la coexistence pacifique en tempérant ou en prévenant les rapports conflictuels pouvant subvenir entre ses membres, issus des différents groupes tribaux habitant dans une même région mais aussi d’élargir le cercle de solidarité pour pouvoir faire face d’une part à une agression extérieure et d’autre part aux aléas de la vie. Sur cette institution, il existe deux études pionnières, l’une du regretté Ahmed Dini Ahmed (1967 : 31-36) et l’autre d’Abdallah Mohamed Kamil (1967 : 36-40). Sur le même sujet, un anthropologue éthiopien, Getatchew Kassa Negoussie (1997), a fait, en dépit de quelques insuffisances, un travail plus étoffé.

3 Afki é (fils de) Ḥamad. C’est un Modayto, issu de la tribu Ma‘as sarra.

4 « Le droit de fréquenter est un privilège exclusif des Danakils qui, pour des siècles, détiennent indiscutablement le monopole » (Harris, 1844, t. 1 : 119).

5 Ignorant les traditions afar, des droits du Shewan Mïnilïk II sur ces gisements naturels sont inventés à la fin du 19ème siècle. Ils sont repris avec le plus grand sérieux dans les récentes publications. Ainsi, Colette Dubois (2003 : 44) écrit que ces droits « historiques » remonteraient à l'époque où le royaume d’Axum exerçait la suzeraineté sur les côtes.

6 Ces derniers ont fait souche dans l’Ifat en contractant le mariage avec les femmes ‘Argobba.

7 Ces deux tribus représentaient à l’époque une hantise pour les voyageurs empruntant cette route. Voir par exemple Isenberg et Krapf (1968 (1843) : 30) ; Johnston (1972 (1844), t. I : 382) ; Harris (1844, t. I : 162). Le foyer d’habitat d’origine des Arkalto est la région de Dikhil - Bâra – ‘Arta où leur présence est remémorée par la tradition orale ‘afar par le biais des cimetières dites  Arkalto-kubûra (« les tombes Arkalto »).

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable