Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Troisième partie

III. Témoignage inédit d’Ababiya Aba Jobir

Texte intégral

Ababiya Aba Jobir est né le 5 mai 194 à Jimma. Il est l'arrière-petit-fils du célèbre sultan Abba Jiffar II de Jimma. Activiste étudiant, il fut un membre fondateur du Front de Libération Oromo (FLO) au début des années 1970. Arrêté en 1979, quatre ans après la révolution, il a purgé dix ans de prison sous le régime militaire du Derg. À sa sortie de prison, il a rejoint le FLO. Il a été nommé ambassadeur en Égypte pour une courte période, lorsque cette organisation a été associée au gouvernement de Transition formé en 1991 pour succéder au régime militaro-marxiste de Mengïstu Hayle Maryam. Le FLO lui a confié différentes missions diplomatiques après son départ du gouvernement dont celle de chef du bureau des relations extérieures à Washington de 2000 à 2004. Fin 2008, il est retourné en Éthiopie suite à une médiation entre certaines personnalités du FLO dont lui-même et le gouvernement dominé par le FPLT, mettant ainsi une croix sur l'option de la lutte armée. Ababiya Aba Jobir travaille avec la coalition des sages éthiopiens qui s'est donné pour objectif de promouvoir la paix dans la Corne de l’Afrique. Nous l'avons interviewé le 19 juillet 2011 à Addis Abeba.

-Quand, où et dans quelle circonstance avez-vous fait la connaissance pour la première fois du sultan ‘Ali-Miraḥ ? Et quelles ont été vos relations par la suite ?

- Ma première rencontre avec le sultan ‘Ali-Miraḥ Ḥanfaré remontait à l'année 1952 du calendrier éthiopien, soit 1959 du calendrier grégorien. Il était venu rendre visite à une soixantaine de collégiens ‘afar qui venaient d'être admis à l'école internat Kotobe. Parmi eux, je me souviens de ses fils Aydaḥis et Ḥanfaré, Ḥabib Maḥammad Yayyo, Maḥammad ‘Ali Ḥamid. Le sultan logeait chez le prince héritier Asfa Wossen dont le palais était situé au P.K.6, près du collège. Je l'ai rencontré là-bas en ma qualité du chargé de la surveillance des élèves. Il m'a demandé de quelle province j'étais originaire et qui j'étais. Je lui ai répondu que je venais de Jimma et que j'étais le fils d’Aba Jobir et l'arrière-petit-fils d’Abba Jiffar. Alors, il m'a raconté l'histoire de son père, de son grand-père et de ses grands- oncles dont le sultan Yayyo qui avaient été emprisonnés pendant plus de huit années à Jimma par Mïnilïk. Il m'a dit : « les relations du royaume de Jimma et des Afar sont anciennes. Nous devons les faire revivre en arrangeant le mariage entre nos deux familles ». Il m'a proposé la main de sa fille. J'étais alors jeune pour donner suite à cette proposition. Après le lycée, je suis parti suivre les études universitaires au Canada. À mon retour, la révolution a éclaté.

  • 1 Elle tient son nom de deux principaux groupes oromo, les Mecha et Tulama. Elle a été créée le 24 ja (...)

J'ai rencontré pour la deuxième fois le sultan ‘Ali-Miraḥ en 1965 après la création par les vieux Oromo de l’association d'entraide Mecha et Tulama1. Il a été question d'étendre les invitations aux personnalités des autres peuples tels les Somali, les Amhara, les Afar, les Kambatta, les Hadiya, les Guragé, les Tigréens, etc. J'étais chargé avec un certain nombre de vieux de transmettre l'invitation au sultan ‘Ali-Miraḥ. Ce dernier nous a reçus lors de son séjour à Addis Abeba et il nous a demandés les objectifs de l'association. Nous lui avions expliqué qu'ils portaient principalement sur l'agriculture, le commerce et les questions sociales. Par la même occasion, nous lui avions demandé de nous aider. Il a beaucoup apprécié l'initiative. Il estimait que l'association pourrait servir à améliorer les relations entre les Oromo et les Afar. Tout en excluant une adhésion comme membre, il a promis de nous aider. Il nous a également demandés de le présenter aux dirigeants de l'association tels le général Tadesse Birru, le Dedjazmach Kabbede Bizunesh, le colonel Alemu Kitessa et les autres. Il était donc très enthousiaste de les rencontrer et d'aider l'association. Nous l'avons présenté au général Tadesse Birru et au Dedjazmach Kabbede Bizunesh. Ils ont parlé des relations entre les Oromo et les Afar et de l'amélioration du système du gouvernement éthiopien.

Par la suite, à mon retour du Canada, j'ai ouvert un cabinet d'avocat. Lorsqu'il a entendu la nouvelle, le sultan m'a appelé et m'a donné beaucoup des choses à faire en rapport avec ses plantations de coton et m'a chargé de le représenter comme conseiller juridique. Je l'ai donc servi pendant deux ou trois années comme avocat.

-Au début de la Révolution, vous avez été impliqué dans les tractions du Derg avec le sultan ‘Ali-Miraḥ. Pouvez-vous nous en parler ?

- Quand la révolution a éclaté, j'ai été nommé gouverneur de la province de Kaffa. Peu après, les leaders de la Révolution, le général Taferi Banti, le commandant Atnafu Abate et le commandant Mengïstu Hayle Maryam m'ont convoqué à Addis Abeba et m'ont demandé si je connaissais le sultan ‘Ali-Miraḥ et si oui, nos relations étaient bonnes. Je leur ai répondu que j'étais son avocat et que nos relations étaient très bonnes. Ils m'ont également demandé si je connaissais son fils aîné Aydaḥis et je leur ai répondu oui. Aydaḥis étant attendu au bureau du président Teferi Banti, ils m'ont demandé de l'attendre. Aydaḥis est venu. Les trois chefs de la Révolution ont demandé à lui et à moi d'aller à Aysa‘eyta et d'expliquer le programme de la révolution au sultan. Nous leur avons demandé d'associer à nous les officiels de l'État. Ils ont désigné le commandant Maḥammad Yasin, gouverneur de ‘Asab et le commandant Wondirad Beyene, gouverneur d’Awsa pour se joindre à nous. On nous a confiés des instructions et un message du chef de l'État pour le sultan.

Nous nous sommes donc rendus à Aysa‘eyta. Nous avons expliqué au sultan le but de la Révolution et transmis le message du chef de l'État l'appelant à soutenir la Révolution et convaincre le peuple de se ranger aux côtés de la Révolution et de bénéficier de ses fruits. Le sultan, tout en promettant de soutenir la Révolution, a suggéré pour convaincre les Afar de prendre avec nous à Addis Abeba certains vieux dignitaires afin qu'ils rencontrent les leaders de la Révolution. A notre retour, nous avons transmis la suggestion du sultan aux trois chefs de la Révolution qui l'ont bien accueilli. Nous sommes retournés à Aysa‘eyta. Trois grands bus ont été affrétés pour embarquer la délégation du sultan, en tout une quatre-vingtaine de personnes dont le Fitawrari Maḥammad Ḥanfaré et Aydaḥis Ḥelem.

À Addis Abeba, cette forte délégation a été logée à Ghion Hotel aux frais de l'État. Au cours de son séjour d'environ dix jours, elle a eu droit à des explications des experts des ministères de l’agriculture, du Commerce et de l'Industrie, de la Réforme agraire et de l’autorité des ressources en eau. Elle a eu également droit à des exposés des trois chefs de la Révolution sur les objectifs du mouvement populaire éthiopien et de ses implications pour les Afar en particulier et les Éthiopiens en général. On a fait faire à la délégation les visites des lieux historiques à Addis Abeba tels le musée national mais également en dehors de la capitale des infrastructures de développement tels le barrage de Koka et la sucrerie de Wonji. Par la suite, cette délégation est retournée à Aysa‘eyta. Je pense, sans être absolument certain, qu'un désaccord est apparu entre elle et le peuple. Pour résoudre ce problème, les chefs de la Révolution ont décidé d'envoyer les mêmes experts à Aysa‘eyta pour soutenir la délégation. Ces derniers furent accompagnés par une délégation dirigée par le lieutenant-colonel Asrat Desta, président du comité d'Information et des relations publiques du Derg et comprenant, outre les membres de la première mission, le commandant Tesfaye Wolde Sïllasé, le chef de la sécurité. Deux ou trois jours après notre arrivée, alors que nous poursuivions les discussions avec le sultan vint une délégation du Derg conduite par le commandant Getatchew Shibeshi, président du comité de confiscation et dont je me souviens parmi ceux qui en faisaient partie du lieutenant ‘Ali Mussa et du commandant Kassaye Aregaw, président du comité des Affaires pénitentiaires. En présence du sultan, un rassemblement a été organisé pour expliquer les buts de la Révolution. Le sultan a réitéré sa disponibilité d'expliquer les buts de la révolution au peuple ‘afar et de travailler pour l'unité et la prospérité des Éthiopiens en général et des Afar en particulier.

Le lieutenant-colonel Asrat Desta et le commandant Tesfaye Wolde Sïllasé sont rentrés dans la capitale pour informer les chefs de la Révolution de ces résultats, nous laissant derrière avec les membres de la délégation conduite par le commandant Getatchew Sibeshi afin de mettre en application l'accord intervenu. Aussitôt après, ces derniers ont créé des problèmes. Ils se sont évertués à rassembler les gens avec l'aide du gouverneur du wereda d’Aysa‘eyta, un commandant dont je ne me rappelle pas le nom et indépendamment du sultan. Ils ont commencé à critiquer ouvertement ce dernier et le féodalisme. J'ai téléphoné à Mengïstu pour l'informer de cette évolution. Il a ordonné à moi et à mon groupe de retourner tout de suite à Addis Abeba. Dans la soirée du jour même de notre départ, le sultan a pris le chemin de l'exil. Le lendemain soir, Aydaḥis et moi avons été convoqués au bureau de Mengïstu Hayle Maryam avec qui se trouvait le commandant Atnafu Abate. Nous les avons informés que nous avions donné le meilleur de nous-mêmes dans l'exécution de la mission et que nous étions désolés pour ce qui s'était passé. Ils nous ont ordonné de rentrer chez nous. Aydaḥis a ramassé ses affaires au plus vite et est parti pour Aysa‘eyta. Dans la nuit, il y a eu les attaques contre les militaires et les camps des Zamatchs.

Fig. 13 Lors du rassemblement, le sultan ‘Ali-Miraḥ assis à la gauche du lieutenant-colonel Asrat Desta, du commandant Getatchew Sibeshi, du lieutenant ‘Ali Mussa, du Commandant Kassaye Aregaw ainsi que des autres

Fig. 13 Lors du rassemblement, le sultan ‘Ali-Miraḥ assis à la gauche du lieutenant-colonel Asrat Desta, du commandant Getatchew Sibeshi, du lieutenant ‘Ali Mussa, du Commandant Kassaye Aregaw ainsi que des autres

Ethiopian Herald, juin 1975

Le lendemain, Mengïstu m'a appelé à son bureau. Il était en colère. Il m'a invité à m'asseoir et m'a interrogé sur mes relations avec le sultan ‘Ali-Miraḥ. Je lui ai répondu que j'avais fait sa connaissance quand j'étais au lycée et que par la suite, j'ai été son avocat. Il m'a demandé si je n'étais pas marié à sa fille. J'ai répondu non. « Tout le monde dit que vous êtes son gendre », m'a-t-il rétorqué. Je lui ai raconté l'histoire en ajoutant que la proposition du sultan d'unir nos deux familles devait être bénéfique pour l'unité de l'Éthiopie.

Il m'a demandé pourquoi je n'avais pas épousé la fille du sultan ‘Ali-Miraḥ et si j'étais marié ou non. Je lui ai expliqué que j'étais occupé à établir mon cabinet. Et comme le cérémonial du mariage de la fille du sultan devait prendre du temps, j'ai épousé une autre femme avec laquelle j'avais une fille d'une année. Il a voulu savoir d'où était originaire mon épouse. Je lui ai répondu que c'était une Oromo d'Illubabor. « Qui pouvait confirmer cette information ? », m'a-t-il demandé. « Le ministre de l'Intérieur, le colonel Legesse Wolde Maryam. Il me connaît, il la connaît et il connaît sa famille », lui ai-je répondu. Il m'a fait attendre au bureau de son assistant particulier, le commandant Mengïstu Gemechu. Le colonel Legesse Wolde Maryam à qui il a appelé lui a tout raconté sur mon mariage. Sur ce, il m'a congédié. Peu après, j'ai été affecté au ministère de la Justice pour occuper la fonction de juge à la cour suprême. Ma nomination en tant que gouverneur de la province de Kaffa était nominale. Les vrais pouvoirs étaient exercés par un officier de la police, lequel était officiellement vice-gouverneur. Au moment de mon implication dans les tractations avec le sultan ‘Ali-Miraḥ, Mengïstu m'avait dit qu'il allait m'envoyer comme ambassadeur en République populaire de Chine.

Par la suite, quand je fus arrêté en 1979, l'une des charges présentées contre moi, même si ce n'était pas la principale, portait sur l'aide supposée que j'aurais fourni au sultan dans son évasion.

Je me suis défendu en affirmant que le sultan savait tout grâce à ses agents de renseignements et qu'il n'avait pas besoin de moi pour ses informations. J'ai développé mon raisonnement : si l'option diplomatique a échoué, c'était parce que Getatchew Shibeshi et ‘Ali Mussa ont été violents mais aussi indiscrets. Ils ont avoué que leurs terres seront distribuées [aux pauvres] et les tracteurs confisqués.

- Quels souvenirs gardez-vous du sultan ?

Le sultan était un homme mûr. Il pensait aux intérêts de l'Éthiopie. Pour cette raison, il bénéficiait d'ailleurs d'une notoriété nationale. Il a toujours voulu l'Éthiopie unie et prospère. Il a soutenu les jeunes dans l'éducation, pas seulement les Afar mais également les membres des autres nationalités. C'était un homme profondément religieux qui conseillait d'avoir dans tout ce qu'on fait la crainte de Dieu.

Notes

1 Elle tient son nom de deux principaux groupes oromo, les Mecha et Tulama. Elle a été créée le 24 janvier 1963 mais le récépissé ne lui fut délivré qu'en mai 1964.

Table des illustrations

Titre Fig. 13 Lors du rassemblement, le sultan ‘Ali-Miraḥ assis à la gauche du lieutenant-colonel Asrat Desta, du commandant Getatchew Sibeshi, du lieutenant ‘Ali Mussa, du Commandant Kassaye Aregaw ainsi que des autres
Crédits Ethiopian Herald, juin 1975
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/1008/img-1.png
Fichier image/png, 820k

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires