Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Deuxième partie : Le sultan ‘Ali Miraḥ et son temps

X. Le regard du sultan ‘Ali-Miraḥ sur les hommes de son époque

Texte intégral

Le Negus Hayle Sïllasé 1er - Aklilu Habte Weld - le Prince héritier Asfa Wossen - Mengïstu Hayle Maryam – ‘Usman Saleḥ Sabbé - Issayas Afeworki - Aḥmed Maḥammad Nasser - Ibrahim Sultan – ‘Abdulkadir Kabiré - mufti Ibrahim al Mukhtâr – ‘Abdallah Idriss - Meles Zenawi - Mengesha Seyoum - général Nega Tegegn – al-Ḥajj Maḥammad Kamil, Aḥmed Dini Aḥmed – ‘Ali ‘Aref Burhan - Maḥammad Siyad Barreh - Ugas Ḥassan Ḥersi - Ḥassan Gouled – Isma‘il ‘Umar Guelleh.

  • 1 Né en 1892, fils du Ras Makonnen, cousin de Mïnilïk par sa mère, il a été, entre autres, gouverneur (...)

- Sultan ‘Ali-Miraḥ, au cours d'une soixantaine d’années de règne, vous avez eu à connaître ou à apprécier un grand nombre des personnalités politiques de premier plan de l'Éthiopie mais aussi de la région de la Corne de l’Afrique. Commençons par l'empereur Hayle Sïllasé 1er1. Parlez-nous de lui ?

- C’était un homme sage. Le fait que son régime ait été balayé par un mouvement populaire est peut-être dû à la mauvaise manière de servir de ses collaborateurs et à son âge avancé.

  • 2 Aide de camp de l'empereur, il a été arrêté le 14 juillet 1974 et exécuté le 23 novembre de la même (...)

Je pense que c’était Dieu qui a voulu qu’il ait un tel destin et non les gens. Il tenait en estime les citoyens qui, comme nous, vivaient aux périphéries de l’empire mais je pense que dans le reste de l’Éthiopie, il y avait l’oppression. Avec lui, nous avions d’excellentes relations. L’empereur ne s’ingérait pas dans nos affaires intérieures et avait pour nous de la considération. Il me recevait en audience en tout lieu, au bureau comme à la maison. Il ne me faisait pas attendre. Pour le rendez-vous, je passais par le général Aseffa Demissie2. Quand je venais lui rendre visite, il faisait sortir les membres de son cabinet et me recevait avec honneur. Je venais avec mon interprète et à cette occasion, je lui faisais part de mes désirs et lui aussi, s’il avait des directives à me donner, il m’informait. Pour tout ce qui concerne notre région, il ne prenait pas une décision sans nous avoir consultés et obtenus notre approbation. Jusqu’à son arrestation par le Derg, quels que soient les motifs de mon séjour dans la capitale, je ne manquais pas de lui rendre visite.

- On dit que dans les dernières années de sa vie, il était sénile. Qu’en dites-vous ?

- Non, non, il disposait de toutes ses facultés mentales. Il était aussi en bonne santé. Par exemple, chaque jour, il était le matin au bureau à neuf heures. L’après- midi, il descendait de sa chambre à coucher à quatre heures pour accorder l’audience aux gens. Il se rendait à l’hôpital au chevet des hautes personnalités malades. Je n'ai pas remarqué sa sénilité. Seuls, ses proches peuvent connaître les problèmes cachés mais de visu, on ne décelait aucune anomalie. Il a été l’un des pères-fondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine. J’ai entendu dire que les actuels dirigeants parlent de son histoire telle qu’elle fût. Ils ne chercheraient pas à le salir. À l’époque du Derg, on avait effacé son histoire.

- Vous m’avez un jour parlé de sa confidence à propos de la religion de naissance de sa mère…

  • 3 Cette confidence lève un mystère qui entoure jusque-là l’identité de la mère de l'empereur. Dans so (...)
  • 4 Ce nom est transcrit par certains Warrayelu ou Warra-Ilu.

- C’était lui-même qui m’avait un jour révélé que sa mère3 était née et avait grandi musulmane et que c’était son père qui l’avait convertie au christianisme. Elle était de Werre Ilu4, importante région située au sud de Dessié, la capitale du Wello. Son père, le Ras Makonnen était un chef militaire avant que l'empereur Mïnilïk II le nomme à la tête de la province de Harar qu’il avait conquise.

- Sa mère était-elle d’origine Oromo ?

- Non, elle n’était pas Oromo mais Amhara du Wello qui, tu sais, se décompose en plusieurs tribus. Cette province, qui était majoritairement musulmane, avant subi la campagne de christianisation forcée de Yohannïs et de Mïnilïk II dont celle de son chef, Muḥammad ‘Ali, devenu le Ras Mikaél.

  • 5 Originaires de la ville de Harar.
  • 6 De famille traditionnelle, de bonne extraction, titre donné aux chefs traditionnels non-abyssins.

L'empereur m’avait fait cette confidence pour me dire que lui, il n’insultait pas les religions autres que la sienne et qu’il ne faisait pas de distinction entre les religions chrétienne et musulmane. C’était à mon retour de ma première visite privée au Caire en Égypte. À l’époque, il y avait dans ce dernier pays une forte communauté d’étudiants éthiopiens, laquelle avait organisé en mon honneur une soirée culturelle. À cette occasion, il m’est arrivé d'apprendre que des étudiants Harari5 ont pris la nationalité somalienne parce qu’une fois terminé leurs études, ils ne pouvaient pas espérer trouver du travail en Éthiopie. À mon retour au pays, j’ai donc informé l'empereur de ce problème et je lui ai demandé de charger une personne pour s’occuper de l’accueil et de l’insertion dans le circuit du travail de ces jeunes à leur retour. Il a favorablement accueilli ma proposition. Il a ensuite tenu à m’expliquer l’origine du problème lequel, m’a-t-il dit, « ne résultait pas d’une discrimination religieuse mais du refus des Musulmans d’envoyer leurs enfants à l'école moderne considérée comme chrétienne ». Il m’a dit qu’à l’époque de son enfance, les Amhara, surtout les nobles avaient refusé d’envoyer leurs enfants à l'école des Blancs, de peur qu’ils ne deviennent des Catholiques. Cette réticence a fait que les grands commis de l’État tels Aklilu Habte Weld, le Premier ministre provenaient d'une extraction populaire. Il m’a dit que c'était seulement depuis la fin de la guerre avec les Italiens que les nobles amhara ont commencé à se dépenser pour envoyer leurs enfants à l'école des Blancs en vue d’apprendre les langues étrangères. S’adressant à moi, il a dit : « Le chef suprême des Balabbats6 ‘afar, c'est vous le sultan d'Awsa. Pour vous ‘Afar, les quarante et au plus soixante élèves dont nous prenons en charge la scolarité ne vous seront pas d'une grande aide. Je vous conseille de demander aux ‘Afar qui vous écoutent bien de vendre leur bétail et d’utiliser le gain pour l'éducation de leurs enfants. » J’ai beaucoup apprécié ce conseil parce que je l’estimais sincère de sa part.

  • 7 Le sultan se trompe. Le cabinet d’Aklilu comprenait 17 ministres.

Par ailleurs, je ne m’entendais pas avec Aklilu et consorts. Quand ces derniers se plaignaient de moi auprès de lui, il leur répondait : « Lui, il travaille pour nous et vous, ne vous immiscez pas dans les affaires intérieures de sa région. » Aklilu, qui était à l’époque un homme écouté et puissant, à la tête de douze ministres7, lui aurait demandé un jour ce qu’il pensait de son projet de construire pour moi à Addis Abeba une belle villa, de m'installer ici et de me pousser à déléguer les pouvoirs à mon fils. L’empereur aurait refusé en disant que même si j’acceptais cette proposition et que je laissais Aklilu et son gouvernement agir à leur guise, préférant goûter à la belle vie d’Addis Abeba, lui ne va pas l’accepter, sachant que les soldats, originaires des hauts plateaux ne pourront pas s'habituer au climat de ma région et ne seront donc pas à la hauteur pour maintenir la sécurité de la route. C’était un général de l’entourage de l’empereur Hayle Sïllasé qui m’a fait cette confidence, après la mort de ce dernier, en ajoutant que l'empereur disait rarement non à Aklilu mais il avait catégoriquement refusé son projet de m’écarter en douceur du trône.

  • 8 Né le 12 mars 1912, il devint l’un des officiels ayant le plus longtemps servi Hayle Sïllasé. Après (...)

- Parlez-nous d’Aklilu Habte Weld8.

  • 9 La princesse Tegagnawork, la fille aînée d’Hayle Sïllasé 1er.

- Aklilu, c’était le Premier ministre. On disait de lui que, mis à part pour ses proches, il n’était pas bon pour les autres. C’était une oppression résultant d’une telle attitude qui a conduit le pays à sa perte. J’ai entendu dire que lorsqu’il a été arrêté par le Derg, il a voulu nier ses responsabilités dans la situation de l’époque du pays en affirmant par exemple qu’il a été sous les ordres de la fille de l’empereur9 et par-là, faire porter la responsabilité des choses au seul empereur. Si les dirigeants servaient mal, l’empereur ne pouvait rien.

- Comment étaient vos relations avec lui ?

- Difficiles pour ne pas dire mauvaises. Quand j’ai remarqué qu’Aklilu Habte Weld était un homme hautain, j’ai décidé de ne plus le rencontrer.

- Sur quoi ont porté vos différends ?

- Les ‘Afar sont un peuple qui a ses propres traditions pour gérer ses propres affaires. Lui, il voulait les changer. Nous avons refusé. Si l’État sollicitait notre concours, nous leur avons dit notre disponibilité mais pour ce qui concernait nos traditions, je lui ai dit que c’était entre les mains du peuple et que moi-même, je n'avais pas le pouvoir d'apporter des changements. Chaque tribu gérait ses propres affaires, nous n’y interférions pas, à moins que nous ne fussions sollicités. Si nous avons pu maintenir la stabilité dans notre région, c'était parce que nous savions nos droits et nos devoirs. C’était la méconnaissance de cette réalité qui, même aujourd’hui, est à l'origine de l'incompréhension entre les ‘Afar et certaines personnes ignorantes de leur tradition, non pas à cause de leur mauvaise foi mais plutôt ne sachant pas comment s’y prendre avec eux. Parce que nous disposions d’un pouvoir héréditaire, nous savions nos droits et nos devoirs envers nos administrés.

  • 10 Né le 27 juillet 1916 à Harar, aîné des enfants de l’Empereur, il est nommé en 1930 prince-héritier (...)

- Et vos rapports avec le prince héritier Asfa Wossen10 ?

- C’était un ami intime. Quand je venais à Addis Abeba, je logeais chez lui avec ma suite. Il me laissait une maison et tout était à sa charge pendant notre séjour.

- Je crois qu’il était à la tête du Wello ?

  • 11 Fils préféré de Hayle Sïllasé, il est mort le 12 mai 1957 dans un accident de voiture. Cf. Spencer (...)
  • 12 Duc de Harar.
  • 13 Le sultan se trompe du nom. La mère d’Asfa Wossen se nommait Menen Asfaw. Elle était la petite- fil (...)

- Hayle Sïllasé était un homme rusé. Voici comment il a procédé pour donner des fiefs à ses fils. Il a placé le prince Makonnen11, homonyme de son père, le Ras Makkonen, à la tête du gouvernorat général de Harar12. Il a nommé Asfa Wossen à la tête du Wello parce que sa mère, Almaz13, était la fille d'un grand Balabbat de cette province et il savait qu’en raison de cette attache, il allait être bien accepté par les gens. Ce n’était pas un homme autoritaire et coléreux. Il était discret. Je ne pense pas qu’il a fait du mal aux gens. Il faut dire aussi que l’empereur Hayle Sïllasé n’a pas donné la chance à ses enfants de jouer un rôle politique actif et de montrer leurs capacités.

  • 14 Vice-président du Conseil militaire administrative provisoire (1974-1977), chef d’État (1977-1987) (...)

- Sultan ‘Ali-Miraḥ, quel regard portez-vous sur Mengïstu Hayle Maryam14 ?

- Lui et moi, nous ne nous sommes pas rencontrés face-à-face. Quand il a demandé à me voir, je lui ai envoyé une délégation en l’informant que je ne pouvais laisser seul ma région qui occupe une périphérie sensible, surtout en ces lendemains de la chute de l’empereur. Et lui, il a insisté pour me voir. Nous avons refusé et pris le chemin de l’exil. Pour répondre à votre question, je pense que Hayle Maryam, même s’il a fait exécuter les hauts dignitaires du régime impérial, a, quand même fait du bien aux pauvres. Vous voyez, il a été bon pour les pauvres. Et quoi qui puisse l’attendre dans l’au-delà, le fait qu’il ait pu quitter le pays lui a épargné de souffrir de brimades de ses semblables et d’endurer les affres d’une vie de captivité. Si Dieu lui a fait ça, je pense que c’était pour sa bonté envers les pauvres.

  • 15 Chef de l'EPRDF (Ethiopian People's Revolutionnary Democratic Front), la coalition des mouvements r (...)

- Parlez-nous de vos relations avec le Premier ministre Meles Zenawi15 ?

  • 16 Une ville du nord de l’État régional du Tigray.

- J’ai de bonnes relations avec lui. Il me reconnaît mon ascendant sur mon peuple. Cette attitude de compréhension peut s’expliquer par son origine sociale. Il est le petit-fils d’un grand Balabbat d’Adwa16, le Dedjazmach Zewde. Et je peux ajouter que quand il parle avec toi, il est convaincant.

  • 17 Marié à la petite-fille de l’Empereur, la princesse Aïda, il fut, entre autres, gouverneur général (...)

- Parlez-nous maintenant des personnalités éthiopiennes que vous avez connues dans l’opposition ? Commençons par Mengesha Seyoum17.

  • 18 Celui-ci a fait partie des dignitaires tués par les auteurs du putsch manqué de décembre 1960.
  • 19 Empereur d’Éthiopie de 1872 à 1889.
  • 20 Pourtant, le 31 janvier 1992, son arrestation par le gouvernement de Transition, sous l’accusation (...)

- Lui, c’est le fils de Ras Seyoum18 et arrière-petit-fils de l’Empereur Yohannïs IV19 et du côté de la mère, je pense qu’il est d’une bonne extraction. Quand il était gouverneur général du Tigray, il a fait souffrir les propriétaires terriens. Également, il ne faisait que voyager et restait rarement au bureau. Tout ceci a fait qu’il y a une coupure entre lui et les siens20. Il est venu à Addis Abeba [après la chute du régime militaro-marxiste] mais sa présence est passée inaperçue. Je pense qu’il paye le prix de sa gestion de son gouvernorat général.

- Dans l’opposition, est-ce qu’il y avait une personne que vous avez eu à apprécier ?

  • 21 Il a été commandant de la troisième division puis administrateur de la Région administratif de Bege (...)
  • 22 Connue sous son acronyme anglais EDU (Ethiopian Democratic Union), elle a été fondée en 1975.
  • 23 Cette confidence du général Tegegne nous éclaire sur la position de cette organisation, excluant to (...)
  • 24 Selon Clapham, le mariage de ce colonel originaire de Gondar avec la petite-fille de l’Empereur en1 (...)
  • 25 Le sultan se trompe de nom. C’était le général Iyassu Mengesha, ambassadeur de l’Éthiopie en Grande (...)
  • 26 Décédé en Virginie aux États-Unis, sa dépouille fut transférée à Addis Abeba pour y être enterrée.
  • 27 Nom populairement donné aux militants du FPLT par le peuple éthiopien.

- Bien sûr, il y en avait. C’était le général Nega Tegegne21. On m’a dit que cet homme est mort. J’avais fait sa connaissance quand avec les autres dirigeants de l’Union démocratique éthiopienne22, il était venu me voir à Djeddah, à l’époque du Derg. C’était un brave homme. Après notre réunion, il a demandé à me voir tout seul, hors de la présence de Seyoum et des autres. C’était pour me parler le langage de la vérité. Il m’a dit qu’Hayle Sïllasé était le fossoyeur de l’Éthiopie23. Pour appuyer ses dires, il m’a raconté son histoire. Il m’a dit que l’empereur l’a nommé commandant en chef de la troisième division, basée à Harar. Peu après, il l’a obligé à divorcer de sa première épouse et à se marier avec sa propre petite-fille pour qu’il le serve d’avantage ou pour s’assurer de sa fidélité24. Les généraux étaient deux à participer à cette réunion. L’autre, c'était le général Hayle Sïllasé25, originaire du Shewa oriental. Tu vois, Nega Tegegne connaissait Hayle Sïllasé mieux que les autres. Tu vois que c’était un oppresseur. Son fils était mort à l’extérieur mais on l'a enterré ici26 ; les Woyyane27 ne s’y sont pas opposés.

Après sa déposition, quand Hayle Sïllasé a été conduit à travers la ville vers son lieu de détention, il aurait été conspué par le peuple aux cris « voleur ! Voleur ! ». C'est la preuve que c’était un oppresseur. C’était Allah qui l'a voulu.

Les gens ne font pas attention mais Dieu n'attend pas l’au-délà pour punir ceux qui font du mal à leurs semblables. Dans le Coran, plus précisément dans le verset Alḥamdu, Dieu dit : « Ceux qui refusent ma parole Je fais d’eux des gens prospères puis Je leur fais payer leurs errements. »

  • 28 Ces informations démentent les affirmations des Ottoway : He was once reportedly accused of irregul (...)

Et quand on voit ce qui est arrivé à Hayle Sïllasé, c’est une leçon suffisante pour les autres. Prenant le cas de Mengïstu Hayle Maryam que je n'ai ni salué, ni vu, même s'il était un tyran ou quel que soit le nom dont on le traite, il n'a pas été tué, ni fait prisonnier, ni connu le déshonneur mais il a pu quitter l’Éthiopie pour le pays dont il avait aidé les dirigeants au moment de leur lutte de libération. Il a tué les hauts dignitaires du régime mais il était bon pour les pauvres en donnant par exemple des terres à ceux qui n'en avaient pas. Lui, c’était un militaire, qui d’après ceux qui le connaissent étaient un homme courageux. Lors de la réunion que j'avais eue en Arabie saoudite avec les dirigeants de l’UDE, Seyoum, Mengesha et ce général [Nega Tegegn], ses compagnons avaient dit au dernier : « C’est vous qui avez donné du poids à cet homme en lui attribuant au sein du commandement un poste qu'il n'avait pas. » Le général leur avait répondu : « Je l’ai nommé pour mettre un terme à la vente des munitions et des pièces détachées de l’armée à laquelle s'adonnaient certains militaires. C’était un brave militaire. Et à ce poste, il s’est très bien acquitté de sa mission. Par conséquent, je ne l'avais pas promu comme ça mais selon ses mérites28. »

  • 29 Géographe de formation, né en 1920 à Hargigo, un village du sud de Masawa, où il a fait ses premier (...)

- Passons aux personnalités érythréennes. Est-ce que vous connaissiez ‘Usman Saleḥ Sabbé29 ?

  • 30 Terme arabe pour Front qui renvoie dans son utilisation dans la région au Front de libération de l' (...)

- Bien sûr, c’était le chef du Jabha30. Quand j’étais en exil en Arabie Saoudite, chaque fois qu’il était de passage dans le pays, il venait me rendre visite. Il avait un grand respect pour moi.

- Quel genre d’homme était-il ?

- C’était un homme parfait et un fin politicien au parcours atypique. Son père avait été un petit propriétaire de boutre. Par ses capacités de leadership, il était devenu chef du Jabha et il l’était resté jusqu’à sa mort. Dès le début, son objectif était de faire connaître et triompher la cause de l'indépendance érythréenne et il n'avait pas changé par la suite. L’un des secrets de sa réussite reposait sur la communication ou sur ses capacités à utiliser les médias. Partout où il allait, il se faisait accompagner d'un ou des journalistes. Ces derniers rendaient compte de ces faits et gestes.

  • 31 C’est le sanctuaire de la tariqa (confrérie) khatmiyya de Kassala fondée par Maḥammad ‘Uthman al-Mi (...)

Pour la petite histoire, tu sais qu’il avait demandé à être enterré, non pas en Égypte où il était hospitalisé mais à la frontière de l’Érythrée, là où il pourrait sentir l’air de son pays. Alors qu’on convoyait son corps vers l’Érythrée pour exaucer ses vœux, le petit-fils de Sayyid al-Mirghani31 aurait demandé à ce qu’il soit enterré dans le sanctuaire de sa famille. Et il a été finalement enterré au Soudan.

  • 32 Président de l’Érythrée depuis la proclamation de l’indépendance en 1993.

Tout ceci pour te dire que ‘Usman Saleḥ Sabbé a été l’un de ces rares hommes qui ont pu, par leur combativité et leur intelligence, se faire un nom. Et sa contribution à la lutte de l’indépendance de l’Érythrée a été immense et, la très grande majorité des leaders anciens ou actuels de ce pays lui doivent beaucoup comme par exemple l'actuel président Issayas Afeworki32.

- Justement, est-ce que vous connaissez ce dernier ?

  • 33 Issayas Afeworki assistait à cette conférence en tant qu’observateur.
  • 34 Amoyta (sultan) de l’Awsa (1861-1902)
  • 35 Cet incident est confirmé par Dima Noggo Sarbo (2006 : 46-47)

- Je l’ai vu pour la première fois à la conférence nationale de réconciliation et de paix tenue à Addis Abeba, en juillet 199133, au lendemain de la chute du régime de Mengïstu Hayle Maryam. À cette occasion, la parole était donnée aux différents participants à tour de rôle. Le premier jour, elle fut monopolisée par les différents groupes Oromo. Le second jour, la parole fut donnée à l'Érythrée, plus précisément à Issayas Afeworki. Dans son intervention en tigrinia, traduite en amharique par un interprète, je l’ai entendu mentionner plusieurs fois le nom ‘Asab. Sans attendre notre tour, j'ai demandé à avoir la parole et elle m'a été donnée. Dans mon intervention, je lui ai rétorqué qu'il n'avait pas des droits sur ‘Asab en rappelant que c'était mon arrière-grand-père Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta34 qui avait autorisé les Italiens à s'y installer. Par la suite, ce dernier avait construit dans cette cité portuaire une grande mosquée surmontée de l’étoile de David, sceau de notre dynastie. Je lui ai dit aussi que les ‘Afar voulaient rester avec leurs frères d’Éthiopie. A ce moment, il s'est fâché et a quitté la réunion35.

  • 36 Ancien président du Front de libération de l’Érythrée - Conseil révolutionnaire.

- Et Aḥmed Nassir36 ?

- L’Érythréen ?

- Oui.

- Il venait me voir lors de son séjour en Arabie saoudite. Les dirigeants érythréens étaient divisés. Lui, il était le chef d'un mouvement et ‘Usman Saleḥ Sabbé, d’un autre. Ils étaient tous reconnaissants envers moi pour l’hospitalité dont ont pu bénéficier chez nous leurs compatriotes qui fuyaient l’Érythrée.

- Est-ce que les dirigeants érythréens vous proposaient de conclure une alliance avec votre organisation, le Front de libération ‘afar ?

- Oui mais pour cette question, je les renvoyais à mes fils qui étaient sur le terrain, tout en les assurant que personnellement, ayant eu à manifester ma solidarité envers leurs compatriotes, quand j'étais au pays, je n’avais pas d’objection à faire à leur proposition.

- Et ‘Abdallah Idriss ?

  • 37 Ancien chef du comité militaire du FLE-CR qui a fait par la suite dissidence.

- ‘Abdallah Idriss37 est un des leurs. Quand les dirigeants érythréens venaient en Arabie Saoudite, sans exception, ils me rendaient visite. 'Abdallah Idriss, lui, c’est le plus riche d’entre eux.

- Est-ce que vous connaissiez également les deux autres grandes figures de la scène politique érythréenne des années 1940-1950, je veux parler d’Ibrahim Sultan et de ‘Abdulkadir Kabîré ?

  • 38 Fondateur de la Ligue musulmane, membre du Parlement et dirigeant du Front démocratique érythréen, (...)
  • 39 Celui-ci était un Jabarti de père d’origine ‘afar et de mère ‘afar, du clan Baddiréra des Dahiméla. (...)

- Je connaissais Ibrahim Sultan38 qui était une grande personnalité. Pour ce qui concerne ‘Abdulkadir Kabiré39, je ne l'ai pas connu personnellement mais j’ai entendu parler de lui avec beaucoup d'admiration. J’ai eu à rencontrer et à discuter avec les hommes politiques érythréens lors de mes séjours à Asmara avant mon exil et par la suite en Arabie Saoudite et j’ai constaté leur profonde division pour des querelles de leadership.

- Vous m’aviez parlé tout dernièrement du shaykh Ibrahim al-Mokhtâr, le grand mufti d’Érythrée des années 1940-1960.

  • 40 Nommé grand mufti de l'Érythrée en 1939 par les Italiens dont le pays était la puissance coloniale (...)

- Bien sûr. Le mufti Ibrahim al-Mokhtâr40 avait fait ses études à l’Université Al-Azhar en Égypte. C’était une grande personnalité à Asmara. À mon retour du pèlerinage à La Mecque, comme je passais chaque fois par Asmara, nous avons eu l'occasion de discuter. Par la suite, j’ai eu aussi à marier pour mon fils Maḥammad sa fille Fatuma que j’avais demandé en mariage de son vivant. À l’époque, il avait accepté mon projet mais sa fille ne voulait pas se marier avant de terminer ses études universitaires. Lui est mort après. Nous avons ensuite renouvelé la démarche auprès de son fils en compagnie de Mussa Ga‘as auquel nous avons demandé de nous représenter. Je n’ai pas participé personnellement au mariage mais il a eu lieu à Asmara. Peu avant notre départ en exil, Maḥammad s’était installé avec sa famille à Manda, d’où il a gagné Djibouti par la route de Tadjourah, alors que nous, nous avons emprunté la route de Galafi.

Mon fils Maḥammad est mort dans un accident de voiture au Caire. Il avait eu avec la fille du mufti Ibrahim al-Mokhtâr deux filles, lesquelles ont terminé leurs études universitaires et un garçon qui, bébé à l'époque du décès de son père, passe cette année le baccalauréat. La famille est installée actuellement aux États-Unis.

- Parlez-nous de l’homme ?

  • 41 C’est le shaykh Salim Ibrahim al-Mukbtâr.

- Il était à Asmara un homme respecté et écouté, de surcroît écrivain. Il a beaucoup consolidé la religion musulmane en Érythrée. Même maintenant, je crois que son fils41, diplômé de l’Université al-Azhar est l'adjoint du Grand mufti d’Érythrée.

- Quel souvenir gardez-vous de l’homme ?

  • 42 C’était en janvier 1967. L’Empereur a passé un mois à parcourir ce gouvernorat général.

- Je ne peux que garder pas un mais beaucoup d’une personnalité telle le mufti Ibrahim al-Mukhtâr mais si vous voulez, je vous citerai un. Hayle Sïllasé était venu en visite à Asmara42. Me trouvant à l’époque là-bas, je me suis déplacé à l'aéroport pour l'accueillir. Et là, lors des salutations, j’ai remarqué que le mufti Ibrâhim al-Mukhtâr, un homme grand de taille, ne s’est pas plié en deux comme le font les Éthiopiens pour saluer l’Empereur. Parce qu’ayant beaucoup apprécié à l’époque son attitude, c’est un des meilleurs souvenirs que je garde de lui.

  • 43 Al-Ḥajji Maḥammad Kamil avait été membre du Conseil Représentatif (1946-1957), Conseiller de l’Unio (...)

- Passons maintenant aux hommes politiques djiboutiens de votre époque. Commençons par Ḥajji Kamil43. Est-ce que vous le connaissiez ?

- Oui, oui, je le connaissais bien. C’était un brave homme. Il était apprécié par tous ses compatriotes. En tout cas, personnellement, je n'ai jamais entendu quelqu'un dire du mal de lui. C'était un homme qui aidait les gens de son mieux, suivant ses possibilités. Et c'était le premier ‘Afar à avoir été élu député face au sortant, d’origine arabe. Après son élection, il était venu me voir à Boha. À l’époque, j'avais beaucoup apprécié son nationalisme. Après mon exil, en geste de solidarité, il avait mis une villa à la disposition de mes proches, réfugiés à Djibouti-ville.

  • 44 Vice-président du Conseil de gouvernement et ministre des Travaux Publics du 8 juin 1959 à juin 196 (...)

- Parlez-nous d’Aḥmed Dini Aḥmed44 ?

- C’était un brave homme. Son père, le shaykh Dini était un ami intime à qui j'avais même donné du bétail. Ce dernier était un homme doux. Le fils était son contraire. La seule remarque que lui faisait ceux qui le connaissaient bien comme par exemple Isma‘il ‘Ali, lequel disait avoir même fait de la prison avec lui portait sur son intransigeance, son manque de souplesse. Comme nous l’avons vu, il a défendu ses idées jusqu'à sa mort. Je peux donc dire de lui que dans sa détermination, il était l’égal de ‘Usman Saleḥ Sabbé.

  • 45 Élu député à l’Assemblée Territoriale en 1958, il avait été vice-président et ministre des Travaux (...)

- Et ‘Ali ‘Aref Burhan45 ?

  • 46 Au cours de cette consultation qui a eu lieu le 19 mars 1967, les habitants du Territoire eurent à (...)

- Lui aussi, je le connais bien. En 1967, c’est nous qui l’avions aidé à remporter le référendum46 en appelant les ‘Afar à voter pour lui. À cette époque, il était venu à Aysa‘eyta solliciter notre soutien face à ses adversaires Somali qui risquaient de prendre le dessus sur lui. Moi, je m’étais déplacé et élu domicile successivement à Manda et à ‘Élida‘ar où j’avais tenu des grandes réunions pour sensibiliser mes sujets à voter pour le oui au referendum. Nous avions envoyé le Fitawrari Yayyo Ḥammadu à Dikhil afin qu'ils fassent de même dans cette région. Et ceci pour te dire que notre apport avait été important pour la victoire du Oui et pour la sienne au cours de cette consultation. Par la suite, il a eu un problème d’identité. Sa foi s’est affaiblie. Par conséquent, au fil du temps, il s'est éloigné de nous et de son peuple jusqu'à se couper complètement.

  • 47 Élu député à l’Assemblée Territoriale en 1958, il a occupé le poste du ministre de l’Enseignement ( (...)

- Et Barkat Gurat Ḥammadu47 ?

- C’est un des nôtres, un homme bien qui a été à nos côtés après notre exil. Je vous citerai en exemple son attitude vis-à-vis de mon fils Ḥanfaré. À l’époque, ce dernier était de tempérament chaud et quoi qu’il fasse, Barkat le supportait et l’amenait chez lui pour le calmer.

  • 48 Roi des ‘Issa (Somali), décédé le 29 août 1994 à Diré-Dawa (Est de l’Éthiopie).

- Est-ce que vous connaissiez l’Ugas des ‘Issa, Ḥassan Ḥersi48 ?

- Je le connaissais. C’était un homme sage. Lui et moi, nous avons eu à parler à haut niveau, à l’époque d’Hayle Séllassié, de la question des terres. Il a essayé de maintenir ses prétentions mais je lui ai clairement dit qu'elles étaient non fondées.

  • 49 Une tribu qui partage les frontières avec les ‘Afar et dont les membres parlent généralement la lan (...)

Je lui ai bien fait comprendre qu’il ne pouvait avoir aucune revendication sur nos terres. Outre l’Ugas, les ‘Issa ont des aînés, les Ḥarla49. Sous mes prédécesseurs, quand ils venaient les voir, ils étaient bien reçus. Sous mon règne, j’ai poursuivi cette politique. À eux, j’ai demandé de reconnaître officiellement n’avoir pas des revendications sur les terres et aux ‘Afar de ne pas empêcher leur accès aux pâturages. Et ils avaient signé cette reconnaissance.

  • 50 Un des premiers politiciens du Territoire avec Ḥajji Kamil, Maḥmud Harbi, Sa‘id ‘Ali Coubèche, Ibra (...)

- Et le premier président de la République de Djibouti, Ḥassan Gouled Aptidon50 ?

- Je l’ai rencontré pour la première fois en 1975 quand il était venu me rendre visite après mon refuge sur le Territoire. À l’époque, il n’était pas encore au pouvoir. C’était un homme sage. Par la suite, je crois qu’il n’a pas été en mesure de traiter sur les mêmes pieds d'égalité l'ensemble de la communauté nationale, raison pour laquelle le pays a connu une guerre civile.

  • 51 Il a été chef du cabinet de la présidence et chef de la sécurité sous le règne de son prédécesseur (...)

- Et son successeur, l’actuel chef d'État de Djibouti Isma‘il ‘Umar Guelleh51 ?

- Je ne le connais pas personnellement mais on me parle en bien de lui. Et tout dernièrement, quand il était venu ici, il a demandé à son ambassadeur à Addis Abeba de me transmettre ses salutations. C’est un geste que j’ai beaucoup apprécié.

  • 52 Président de la Somalie d’octobre 1969 à janvier 1991.

- La Somalie était un pays qui comptait dans les années 1970-1980 pour qui s’oppose à l’Éthiopie. Cela fut le cas pour vous. Avez-vous eu l’occasion de rencontrer son président le général Maḥammad Siyad Barreh52 ?

- Oui. Je suis allé lui rendre visite à partir de l’Arabie Saoudite et j’ai bénéficié de son hospitalité pendant cinq mois. Il m’a bien accueilli. Il a mis à notre disposition des logements et nous a fait prendre en charge par l’État. C’était une forte personnalité. Il paraît qu’au début de son règne, il a tué des shaykhs qui s’opposaient ouvertement à lui. Pour ce qui nous concerne, nous n’avions pas à nous plaindre de lui. C’était un homme qui travaillait tard dans la nuit. Pour se tenir éveillé, il prenait du café. Très occupé à l’époque, je pense qu’il avait des problèmes internes, il nous avait reçus tard dans la nuit, la veille de son départ en voyage à l’étranger. À ses côtés, il y avait Aḥmed Suleïman Daflé, un personnage admirable qui était son gendre. Après la chute du régime somalien, on m’a dit que l’Érythrée l’a accueilli chez elle. C’était un homme brave et intelligent. Le président Siyad Barreh l’avait chargé de s’occuper directement de nous. Avant que je ne me rende en Somalie, il m’avait envoyé en Arabie Saoudite le passeport diplomatique et par la suite, il était venu me rendre visite.

Fig. 11 Le sultan ‘Ali-Miraḥ en compagnie du président Girma Wolde-Giorgis lors d’une cérémonie à l’Ambassade éthiopienne à Riyad en Arabie Souadite

Fig. 11 Le sultan ‘Ali-Miraḥ en compagnie du président Girma Wolde-Giorgis lors d’une cérémonie à l’Ambassade éthiopienne à Riyad en Arabie Souadite

À sa gauche son petit-fils Muhammad Aydâbis

Notes

1 Né en 1892, fils du Ras Makonnen, cousin de Mïnilïk par sa mère, il a été, entre autres, gouverneur de la province de Harar, puis régent de 1916 à 1930 et empereur de cette date au 12 septembre 1974. Il est mort le 27 août 1975 dans des conditions mystérieuses, officiellement à la suite d’une opération de prostate.

2 Aide de camp de l'empereur, il a été arrêté le 14 juillet 1974 et exécuté le 23 novembre de la même année, en même temps qu’une soixantaine de hauts dignitaires de l’ancien régime.

3 Cette confidence lève un mystère qui entoure jusque-là l’identité de la mère de l'empereur. Dans son autobiographie, Hayle Sïllasé (1976 : 14-15) se contente d’appeler sa mère Wayzaro (madame) Yishimabet, fait non commenté par Edward Ullendorff, auteur de sa traduction en anglais et des annotations. Son père se nommait ‘Ali (voir Bairu Tafla, 2000 : 391). Elle n’était donc pas probablement de religion chrétienne. Ce qui peut expliquer le fait que Hayle Sïllasé ait tenu à préciser que son mariage avec son père avait eu lieu "selon la coutume chrétienne". Ullendorff relève la confusion des dates, celle du mariage du Ras Makonnen avec la mère d’Hayle Sïllasé (1876) et celle de la naissance de son fils Yilma, issu de son premier mariage (1877). Il aurait tout aussi bien relevé qu'à la date donnée pour son mariage, la mère de Hayle Sïllasé avait 12 ans si on accorde du crédit aux affirmations de son fils selon lesquelles à son décès, elle avait la trentaine, ce qui signifierait qu'elle était née en 1864. Le biographe d’Hayle Sïllasé, Harold G. Marcus (1987 : 3) laisse entendre que c’était une intruse dans ce petit passage qu’il lui consacre : The daughter of an obscure, petty nobleman from Welo, she had used her great beauty and charm to win the heart of a man descended maternally from the great king Sahle Sellassie of Shewa (r. 1813-1847), Menelik's grandfather. So smitten was Makonnen that he divorced his common-law wife, the mother of Haile Selassie's half-brother, Yilma, and married Yishimabet in 1876, "according to Christian custom [La fille d'un obscur petit noble de Welo, elle avait employé sa grande beauté et son cbarme pour gagner le cœur d'un bomme, issu par la lignée maternelle du grand Roi Sahle Sellassie de Shewa (r. 1813-1847), le grand-père de Mïnilïk. Ainsi, Makonnen, ayant été rempli d'amour, qu'il a divorcé sa concubine, la mère du demi-frère de Haïlé-Selassié, Yilma, et a marié Yishimabet en 1876, "suivant la coutume chrétienne".]

4 Ce nom est transcrit par certains Warrayelu ou Warra-Ilu.

5 Originaires de la ville de Harar.

6 De famille traditionnelle, de bonne extraction, titre donné aux chefs traditionnels non-abyssins.

7 Le sultan se trompe. Le cabinet d’Aklilu comprenait 17 ministres.

8 Né le 12 mars 1912, il devint l’un des officiels ayant le plus longtemps servi Hayle Sïllasé. Après des études secondaires au lycée d’Alexandrie (Égypte) et supérieures à la Sorbonne (France), il avait commencé en 1942 à son retour en Éthiopie une carrière politique qui le conduisit au poste du ministre des Affaires Étrangères (1949-1958 puis 1960-1961) et de Premier ministre de 1961 jusqu’en février 1974. Arrêté le 26 avril 1974, il fit partie des 52 dignitaires de l’ancien régime exécutés par le Derg le 23 novembre de la même année.

9 La princesse Tegagnawork, la fille aînée d’Hayle Sïllasé 1er.

10 Né le 27 juillet 1916 à Harar, aîné des enfants de l’Empereur, il est nommé en 1930 prince-héritier et gouverneur général du Wello. En 1973, il est frappé à l’âge de 57 ans d’une apoplexie qu’il est parti soigner en Europe où il se trouvait au moment de la chute du régime impérial. Il s’est autoproclamé Empereur en 1989 sous le nom de règne Amba Sïllasé 1er. Il est décédé le 17 juillet 1997 aux Etats- Unis d’Amérique.

11 Fils préféré de Hayle Sïllasé, il est mort le 12 mai 1957 dans un accident de voiture. Cf. Spencer (1987 : 312)

12 Duc de Harar.

13 Le sultan se trompe du nom. La mère d’Asfa Wossen se nommait Menen Asfaw. Elle était la petite- fille par sa mère de Ras Mikaél du Wello et nièce de Lij Iyassu. Son père Janterrar Asfaw a été le gouverneur de la région Ambassel du Wello. Elle a donné à l’Empereur 3 garçons et 3 filles. Elle est décédée en 1962.

14 Vice-président du Conseil militaire administrative provisoire (1974-1977), chef d’État (1977-1987) et enfin Président de la République (1987-mai 1991). Il vit actuellement en exil au Zimbabwé.

15 Chef de l'EPRDF (Ethiopian People's Revolutionnary Democratic Front), la coalition des mouvements rebelles ayant chassé du pouvoir Mengïstu Hayle Maryam, il est élu président du gouvernement de Transition par la conférence nationale du 1er au 5 juillet 1991. Il occupe depuis août 1995 le poste de Premier ministre.

16 Une ville du nord de l’État régional du Tigray.

17 Marié à la petite-fille de l’Empereur, la princesse Aïda, il fut, entre autres, gouverneur général d’Arussi (1952-55), de Sidamo (1955-58), ministre des Travaux Publics (1958-61) et enfin gouverneur général du Tigray de 1961 jusqu'à la chute du régime impérial. Il a créé d'abord le Front de libération du Tigray (FLT) avant de rejoindre l’Union démocratique éthiopienne (UDE).

18 Celui-ci a fait partie des dignitaires tués par les auteurs du putsch manqué de décembre 1960.

19 Empereur d’Éthiopie de 1872 à 1889.

20 Pourtant, le 31 janvier 1992, son arrestation par le gouvernement de Transition, sous l’accusation de la commission d’injustices à l’encontre du peuple du Tigray, a suscité d'importantes manifestations à Maqalé. Voir Shinn et. Ofcansky (2004 : 146).

21 Il a été commandant de la troisième division puis administrateur de la Région administratif de Begemdir et de Semien (renommé Gondar par le Derg), poste qu'il a occupé jusqu'à son entrée en dissidence en janvier 1975.

22 Connue sous son acronyme anglais EDU (Ethiopian Democratic Union), elle a été fondée en 1975.

23 Cette confidence du général Tegegne nous éclaire sur la position de cette organisation, excluant toute volonté de restauration de la monarchie qui apparaît dans son programme révisé de septembre 1976.

24 Selon Clapham, le mariage de ce colonel originaire de Gondar avec la petite-fille de l’Empereur en1968 avait une portée politique. Il permettait à l’Empereur d’élargir son alliance familiale à cette région.

25 Le sultan se trompe de nom. C’était le général Iyassu Mengesha, ambassadeur de l’Éthiopie en Grande-Bretagne avant sa défection intervenue à la même période que celle du général Nega Tegegne. Il était le président de l’UDE. Cf. Ottaway (1978 : 88).

26 Décédé en Virginie aux États-Unis, sa dépouille fut transférée à Addis Abeba pour y être enterrée.

27 Nom populairement donné aux militants du FPLT par le peuple éthiopien.

28 Ces informations démentent les affirmations des Ottoway : He was once reportedly accused of irregularities in the handling of spare parts and even court-martialed, but later pardoned by the division's commander, Général Nega Tegegne, who would later become the EDU's top military strategist [il avait été une fois accusé des irrégularités dans sa gestion des pièces détachées et même passible de la cour martiale mais plus tard pardonné par le commandant de la division, le général Nega Tegegne, lequel serait devenu plus tard le haut stratège militaire de l'UDE] (1978 : 135).

29 Géographe de formation, né en 1920 à Hargigo, un village du sud de Masawa, où il a fait ses premiers pas dans la vie active, d’abord comme enseignant puis comme directeur d'école, tout en poursuivant ses études par correspondance. Après avoir été écarté de la direction de l'école pour activisme politique, il a décidé de poursuivre ses activités à partir de l'étranger. Il s’est rendu d'abord en août 1959 à ‘Asab où il a rejoint la société maritime Paul Riès en qualité d'assistant du directeur. Il y est resté jusqu'à la fin de janvier 1960, date à laquelle il a quitté clandestinement l’Érythrée pour l’Arabie saoudite en passant par le Yémen. L’un des co-fondateurs en 1960 du Front de libération de l’Érythrée (FLE), il s’est occupé de sa représentation extérieure. À partir des années 1970, il a œuvré à réunifier les factions du FLE mais il a échoué à maintenir intact son organisation. Il est décédé au Caire le 4 avril 1987. Cf. Nafi Hassan Kurdi (1994 : 141-42) ; « Osman Saleh Sabbe (OSS): The Unknown » du 23 mars 2002, article disponible sur : http://www.awate. com/portal/content/view/606/13

30 Terme arabe pour Front qui renvoie dans son utilisation dans la région au Front de libération de l'Érythrée.

31 C’est le sanctuaire de la tariqa (confrérie) khatmiyya de Kassala fondée par Maḥammad ‘Uthman al-Mirghani (1208/1794-1268/1852). Cette confrérie exerce une grande influence sur les côtes septentrionales de l’Érythrée depuis les premières décennies du 19ème siècle.

32 Président de l’Érythrée depuis la proclamation de l’indépendance en 1993.

33 Issayas Afeworki assistait à cette conférence en tant qu’observateur.

34 Amoyta (sultan) de l’Awsa (1861-1902)

35 Cet incident est confirmé par Dima Noggo Sarbo (2006 : 46-47)

36 Ancien président du Front de libération de l’Érythrée - Conseil révolutionnaire.

37 Ancien chef du comité militaire du FLE-CR qui a fait par la suite dissidence.

38 Fondateur de la Ligue musulmane, membre du Parlement et dirigeant du Front démocratique érythréen, il s’est exilé en 1959 au Soudan.

39 Celui-ci était un Jabarti de père d’origine ‘afar et de mère ‘afar, du clan Baddiréra des Dahiméla. Membre fondateur et Président de la branche d’Asmara de la Ligue musulmane, assassiné le 30 mars 1949, la veille de son départ pour la troisième session de l’Assemblée générale de l'ONU, laquelle devait discuter du statut de l’Érythrée.

40 Nommé grand mufti de l'Érythrée en 1939 par les Italiens dont le pays était la puissance coloniale de l’époque de l’Érythrée, il avait exercé cette fonction jusqu’au 25 juin 1969, date de son décès. Voir pour sa biographie l’article de Jonathan Miran (2000).

41 C’est le shaykh Salim Ibrahim al-Mukbtâr.

42 C’était en janvier 1967. L’Empereur a passé un mois à parcourir ce gouvernorat général.

43 Al-Ḥajji Maḥammad Kamil avait été membre du Conseil Représentatif (1946-1957), Conseiller de l’Union française de 1953 à 1958, sénateur (1959-1965), vice-président du Conseil de gouvernement (octobre 1966-mars 1967) et ministre de l'Intérieur et des Affaires Musulmanes de 1971 à 1976. Il avait été membre de l’Assemblée Territoriale de 1958 à 1968 puis de 1973 à 1977.

44 Vice-président du Conseil de gouvernement et ministre des Travaux Publics du 8 juin 1959 à juin 1960, ministre de la Production, de la Planification, de l’Agriculture et de l’Élevage (1963-64) puis des Affaires intérieures (1968-71), il avait été l’un des pères de l’indépendance de la République de Djibouti qu'il avait proclamée dans la nuit du 26 au 27 juin 1977, en sa qualité du président de l’Assemblée constituante élue le 8 mai de la même année. Nommé Premier ministre du pays le 15 juillet, il avait démissionné 5 mois après le 15 décembre pour protester contre la dérive tribale. En 1992, il avait été porté à la tête du FRUD (Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie). Il est décédé le 13 septembre 2004 à Djibouti.

45 Élu député à l’Assemblée Territoriale en 1958, il avait été vice-président et ministre des Travaux Publics et du Port du Conseil de gouvernement du Territoire sous le régime colonial (juin 1960- octobre 1966), puis Président (1967-17 juillet 1976).

46 Au cours de cette consultation qui a eu lieu le 19 mars 1967, les habitants du Territoire eurent à choisir s’ils voulaient oui ou non que le territoire demeure au sein de la République française avec le statut renouvelé de gouvernement et d'administration. Le « oui » l’a emporté.

47 Élu député à l’Assemblée Territoriale en 1958, il a occupé le poste du ministre de l’Enseignement (1960-1963) puis celui de la Santé (1963-1965). En 1965, il a été élu au Sénat où il a siégé jusqu'en 1977, date de l’accession du pays à l'indépendance. En 1978, il est nommé Premier ministre, poste qu'il a occupé jusqu'en février 2000.

48 Roi des ‘Issa (Somali), décédé le 29 août 1994 à Diré-Dawa (Est de l’Éthiopie).

49 Une tribu qui partage les frontières avec les ‘Afar et dont les membres parlent généralement la langue ‘afar.

50 Un des premiers politiciens du Territoire avec Ḥajji Kamil, Maḥmud Harbi, Sa‘id ‘Ali Coubèche, Ibrahim Maḥammad Sultan, Jama’ Zeyla‘i, il avait été représentant du Territoire au Conseil de la République de 1952 à 1958. Élu député à l’Assemblée Territoriale en 1958, il a été vice-président du Conseil de gouvernement du Territoire (décembre 1958 à juin 1959) député à l’Assemblée Nationale (1959-1962). Il a été membre de l’Assemblée territoriale de 1958 à 1973 et ministre de l’Enseignement de 1963 à janvier 1967. Il a été avec Aḥmed Dini Aḥmed l’un des pères de l’indépendance et premier président de la République de Djibouti de 1977 jusqu’en mai 1999.

51 Il a été chef du cabinet de la présidence et chef de la sécurité sous le règne de son prédécesseur (1977-1999).

52 Président de la Somalie d’octobre 1969 à janvier 1991.

Table des illustrations

Titre Fig. 11 Le sultan ‘Ali-Miraḥ en compagnie du président Girma Wolde-Giorgis lors d’une cérémonie à l’Ambassade éthiopienne à Riyad en Arabie Souadite
Légende À sa gauche son petit-fils Muhammad Aydâbis
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/1005/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable