Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Deuxième partie : Le sultan ‘Ali Miraḥ et son temps

VI. Le sultan ‘Ali-Miraḥ Ḥanfaré et la révolution éthiopienne (1974-juin 1975)

Texte intégral

Réactions du sultan à la chute du Négus et à l'avènement d'un régime militaire révolutionnaire - Ses relations premiers contacts avec le Derg - Envoi des représentants des chefs coutumiers, des fermiers et de la jeunesse pour rencontrer les chefs de la Junte militaire Entretiens à Aysa‘eyta avec les missions du gouvernement et du Derg Par quel biais le sultan obtient des informations sur l'évolution de la situation à Addis Abeba ? Envoi de jeunes étudiants en Somalie pour une formation militaire.

- Comment avez-vous accueilli la chute du régime impérial ?

- Avec inquiétude, surtout parce que le régime monarchiste était remplacé par une Junte militaire. Et aussi parce le Derg professait une idéologie prônant entre autres la remise en cause de la dévolution héréditaire du pouvoir et de l'emprise des anciens sur la société, deux faits qui étaient à la base de notre organisation socio-politique.

- Pour autant, vous n’avez quand même pas pris aussitôt les armes contre le nouveau régime ?

  • 1 Interrogé à l'époque, le sultan ‘Ali-Miraḥ déclarait : « Jusqu’à maintenant, nous n’avons eu aucun (...)
  • 2 Une quatre-vingtaine de personnes selon Ababiya Aba Jobir. Voir son interview en annexe.
  • 3 Les journaux mentionnent la prise de parole en leur nom par Goyta Mussa dit Maridima, notable et ch (...)

- Non, non. Nous avons attendu pour connaître ses intentions à notre égard1. Et quand les dirigeants du Conseil militaire administratif provisoire m'ont demandé de venir les voir à Addis Abeba, notre peuple s'est opposé à ce que j'y aille et à ma place, nous avons envoyé une forte délégation2 comprenant des représentants des chefs coutumiers, des fermiers, de la jeunesse et même des Djiboutiens3. Cette délégation leur a brossé la situation de la région et du peuple ‘afar. Elle leur a fait part de notre disponibilité à travailler entièrement avec eux comme nous le faisions avec Hayle Sïllasé 1er. Ce dernier ne s’ingérait pas dans nos affaires intérieures et nous n’accepterions pas une remise en cause de ce statut. Eux, c’étaient des militaires et nous n'avons donc pas pu trouver un terrain d'entente politique.

- Est-ce que cette délégation a rencontré les plus hauts dirigeants du C.M.A.P. ?

  • 4 Président du Conseil militaire administratif provisoire.
  • 5 Premier vice-président du Conseil militaire administratif provisoire.
  • 6 Deuxième vice-président du Conseil militaire administratif provisoire.
  • 7 Sur l’une des photos de cette rencontre, au premier rang, on reconnait entre autres le capitaine Fï (...)
  • 8 C’était vers la fin du mois de mai 1975. Voir compte-rendu titré "For Afar Settlement; 19,820 hecta (...)
  • 9 Administrateur en chef de l'awrajja de ‘Asab depuis le 19 février 1975 après avoir été sous l‘ancie (...)

- Bien sûr. Elle a rencontré Teferi Banti4, Mengïstu5, At‘nafu6 et les autres7 auprès de qui elle a été introduite. À cette occasion, les membres de la délégation leur ont aussi expliqué pourquoi je ne pouvais pas venir les voir mais eux ont insisté pour me voir, prétextant qu'ils voulaient discuter avec moi et profiter de mon expérience. Auparavant, nous avons reçu une mission du gouvernement8 dont faisait partie le commandant Maḥammad Yasin9. Avec ces gens, non plus, nous n’avons pas trouvé un terrain d’entente. Nous leur avons répété que nous étions disposés à coopérer avec eux comme nous le faisions avec le gouvernement impérial éthiopien mais que nous refusions toute nouveauté.

  • 10 Le commandant Tesfaye Welde Sïllasé, chef des services de Renseignements et un proche de Mengïstu H (...)
  • 11 L’aîné des fils du sultan.

Par refus de la nouveauté, nous voulions dire notre refus du changement des rapports que nous avions avec l’ancien régime qui, lui, ne s'ingérait pas dans nos affaires intérieures. Entre nous et l’Éthiopie, il existait un compromis. Notre région servait de rempart contre toute menace venant du côté de la mer. Comme nous la tenions bien en mains, Hayle Sïllasé et son gouvernement ne s’ingéraient pas dans nos affaires intérieures. Alors que cette première mission était parmi nous et nous n’avions pas fini avec elle, vint une seconde composée des membres du Derg accompagnée d'un petit contingent militaire10. Elle fut introduite auprès de moi le lendemain par le commandant Maḥammad Yasin. Avec elle non plus, nous ne nous sommes pas entendus. D’ailleurs, elle n’était pas venue pour discuter mais pour s'imposer, par la force s’il le fallait. La mission qui se trouvait avec nous n’était pas informée de sa venue. Le fils de Yasin, un brave type, nous avait dit à son propos ceci : « J’ai des doutes sur les intentions de ces gens, ne montrez pas vos armes qui sont à l'extérieur mais restez armés et sur vos gardes. » Je pense qu’ils étaient venus avec une mauvaise intention. Pour nous impressionner, la délégation du Derg et le contingent militaire ont traversé le lac en barque. Mal-informés sur le soutien dont je disposais auprès de mon peuple et sur notre capacité à nous défendre, elle était venue avec seulement un petit contingent militaire. Mais s'étant rendu compte qu'elle ne s'en sortirait pas indemne d’une éventuelle provocation, elle a rebroussé chemin. Le conseil de Maḥammad Yasin nous a été utile. C’était lui aussi qui, par la suite, a informé mon fils Aydâḥis11 de la menace qu’il courait à Addis Abeba et qui l'a poussé à quitter la capitale le plus vite possible. C’était le fils de son père. J’avais fait la connaissance de ce dernier [Yasin Maḥammoda], après qu'il soit venu me voir à Manda, en provenance de ‘Asab. Nous avions discuté et à cette occasion, j'avais beaucoup apprécié ses intentions pour les ‘Afar. Par la suite, nous étions même devenus amis.

- Est-ce que c’était sur la question de la propriété de la terre que vous ne vous êtes pas entendus ?

  • 12 Le sultan veut parler ici de nombreuses invasions extérieures dont les traditions orales font état (...)

- Les envoyés du Derg et nous, nous ne nous sommes pas entendus parce que d’abord, ils voulaient mettre entre leurs mains l’administration de la région. Concernant la propriété foncière, je leur ai dit que chacun ayant ses propres terres, nous la famille régnante, les nôtres, le peuple, les siennes, je ne pouvais accepter de concéder leur propriété à l’État. Je leur ai indiqué que le peuple était très sensible à la question de la terre et que par le passé, le sang avait été versé pour sa conservation face aux envahisseurs venus du côté de la mer12. Et pour cette raison, je leur ai expliqué que je n’avais ni le pouvoir et ni la volonté d’accepter la dévolution de la propriété des terres à l’État.

- Est-ce que cette mission a pu s’adresser à la population ?

  • 13 Il s’agissait du lieutenant Ali Mussa, un originaire du Wello et seul musulman membre du Derg. Prom (...)

- Oui. Elle a organisé un meeting auquel nous avons assisté. Un membre de la délégation est monté sur le toit d’une voiture et s'est adressé à la foule composée des originaires des plateaux dont les travailleurs saisonniers qu'ils avaient mobilisés. Dans la délégation, il y avait un militaire trop remuant et menaçant qui semblait avoir l’ascendant sur les autres, même si ce n’était pas lui le chef13.

NOTE DE L'AUTEUR

  • 14 Assigné au ministère de la Justice comme juge à la cour suprême, il fut par la suite soupçonné de r (...)

À y regarder de plus près, la composition de cette mission montre la volonté qu'avait alors le Derg, ou au moins l'une de ses tendances, de sécuriser sultan ‘Ali-Miraḥ et de le convaincre d'accepter la réforme agraire. Outre son fils Aydaḥis et le commandant Maḥammad Yasin, un ‘Afar et fils d’un nationaliste, ami du sultan, le fait qu'on ait inclus Ababiya Aba Jobir (de son nom musulman Maḥammad ‘Abdallah), arrière-petit-fils du dernier sultan de Jimma Aba Jiffar, avocat du sultan penche dans ce sens. Les gens du Derg ignoraient le respect accordé à sa famille par le sultan ‘Ali-Miraḥ pour les bons traitements dont son père, son grand-père et ses grands-oncles avaient bénéficié de la part d'Aba Jiffar II lors de leur emprisonnement à Jimma par Mïnilïk II. Ils pensaient qu’il était son beau-père. Selon ceux qui le connaissent, Ababiya faisait partie de cette élite musulmane d’Éthiopie qui voyait dans le sultanat d’Awsa la dernière entité politique musulmane semi-autonome du pays après que celle de Jimma ait été supprimée par l'empereur Hayle Sïllasé en 1932 à la mort du vieux Aba Jiffar II. Ababiya Aba Jobir était depuis le 14 mars 1975 administrateur en chef de la Région administrative de Kaffa14. La venue d'une seconde mission avec des instructions précises qui a précipité le départ en exil du sultan et la révolte des ‘Afar montre la multiplicité des ordres et des contre-ordres, et plus largement des rivalités qui caractérisaient à l'époque le Derg au sein duquel n'avait pas encore émergé un chef ayant les coudées franches comme ce fut plus tard le cas du commandant Mengïstu Hayle Maryam.

- Était-ce parce que vous aviez peur qu’il vous tue aussi que vous avez refusé de vous rendre à Addis Abeba ?

  • 15 Peut-être le sultan fait-il ici une confusion avec des échos qui lui ont été rapportés des récentes (...)

- Mengïstu avait demandé à me voir pour connaître ma position politique. Et quels qu'en soient les motifs, les vieux ont refusé en disant ceci : « Cet homme a tué les siens et nous n'accepterons pas que vous alliez là-bas comme il vous le demande. S’il accepte, nous irons à votre place. » En vérité, vu le sort qu’il réservait souvent aux siens qui ont accepté ses convocations, nous n'avions pas confiance en lui. Par la suite, les dirigeants du Derg se sont rendu compte que contrairement aux mensonges qui leur avaient été rapportés sur notre compte, nous avons bien traité notre peuple. J'ai même entendu dire que Mengïstu nous félicitait dans ses écrits15.

- Tout en attendant de connaître les intentions du gouvernement militaire provisoire à votre égard, vous vous êtes préparés à une confrontation armée en envoyant des jeunes en Somalie pour une formation militaire accélérée ?

  • 16 2ème fils du sultan, ayant une très forte personnalité, il sera élu en 1974 président du Mouvement (...)

- Alors que le régime impérial nous semblait condamné à disparaître, nous avons senti la nécessité de nous organiser pour une reconnaissance de notre importance sur l’échiquier politique du pays. J’ai d'abord envoyé mon fils Ḥanfaré16 prendre contact avec les dirigeants somaliens en vue de leur demander d'assurer une formation militaire accélérée aux techniques de la guérilla à nos jeunes et ce dans le but de nous préparer, comme tu le dis, à toute éventualité, suite à l'abolition de la monarchie et à l'établissement d'un régime militaire. La Somalie a répondu favorablement à notre requête et nous avons envoyé nos jeunes qui, après leur formation, sont rentrés au pays. Cette décision a été payante pour nous le moment venu parce que nous avons pu lancer notre guérilla.

- Par qui étiez-vous informés sur l’évolution du régime à Addis Abeba ?

  • 17 L’attitude de la France ne nous paraît pas désintéressée et sans liens avec le lâchage progressif d (...)
  • 18 Représentant personnel du sultan ‘Ali-Miraḥ à Djibouti et fonctionnaire des douanes. À l’accession (...)
  • 19 Un village frontalier du nord-ouest de la République de Djibouti, situé sur le coridor Addis Abeba (...)

- Par les Français17. Ils envoyaient régulièrement auprès de moi Isma‘il ‘Ali Yusuf18 pour me faire le point de l’évolution de la situation à Addis Abeba et sur les intentions de nouveaux maîtres du pays à mon égard. À l’époque, moi, je faisais un va-et-vient entre Aysa‘eyta et Manda19 sous bonne escorte. Je n’avais pas à douter pour ma sécurité parce que nous disposions de véhicules armés. Chaque fois qu’Isma‘il était informé par les Français qui lui disaient : « Si jusque-là aucune action militaire n’a pas été entreprise à l’encontre du sultan ‘Ali-Miraḥ, il se peut qu’elle le soit ces jours-ci », il venait me voir pour me demander de m’exiler et moi je refusais. Et plus tard, nous avons eu des informations selon lesquelles le Derg introduisait des armes lourdes et notamment des lance-roquettes sous le couvert de l’aide alimentaire et se préparait donc à l’usage de la force contre nous. Cependant, je n’ai pas pris aussitôt le chemin de l’exil.

- Est-ce que vous avez essayé de discuter avec la Junte militaire ?

  • 20 Il aurait d’ailleurs évoqué une telle éventualité lors de son entrevue en février 1975 avec le haut (...)

- Nos contacts avec l’extérieur étaient assurés par mon fils Ḥanfaré. Ce dernier avait approché les dirigeants du Derg et leurs proches collaborateurs. Il avait trouvé une oreille attentive auprès du chef de la sécurité du Derg, le lieutenant-colonel Negussié Hayle. Je pense qu'à l'époque, Ḥanfaré était favorable pour un système fédéral20. Malheureusement, Negussié Hayle a été arrêté en avril 1975 avec plusieurs de ses pairs sous l'accusation d'avoir voulu fomenter un coup d'état et exécuté par la suite.

  • 21 La date exacte de cette visite est le 1er mars 1975. Voir Mohamed Aden (1999 : 34).

- Peu avant votre exil, le président du Conseil de gouvernement du TFAI (Territoire français des Afars et des Issas), ‘Ali ‘Aref Burhan est venu vous rendre visite21. Sur quoi a porté son déplacement ?

- C’était l’époque où je faisais un va-et-vient entre Aysa‘eyta et Manda, un village frontalier du Territoire. Il n’était pas resté longtemps avec nous. Il était venu me dire qu’au cas où je serai amené à quitter la région, je serai chez moi à Djibouti. À l’époque, je n’avais pas l’intention de m’exiler. Nous avions des armes et mon intention première était de résister. Plus tard, c’était mon fils Ḥanfaré qui m’a poussé à m’exiler.

Fig. 7 : Poignée de mains entre sultan ‘Ali-Miraḥ et le lieutenant-colonel Asrat Desta

Fig. 7 : Poignée de mains entre sultan ‘Ali-Miraḥ et le lieutenant-colonel Asrat Desta

À la droite, le lieutenant ‘Ali Mussa.

Ethiopian Herald, juin 1975

Fig.8 : Le sultan ‘Ali-Miraḥ entouré de ses conseillers en juin 197 au moment de son court séjour à Djibouti sur son chemin d’exil

Fig.8 : Le sultan ‘Ali-Miraḥ entouré de ses conseillers en juin 197 au moment de son court séjour à Djibouti sur son chemin d’exil

Notes

1 Interrogé à l'époque, le sultan ‘Ali-Miraḥ déclarait : « Jusqu’à maintenant, nous n’avons eu aucun problème avec le nouveau gouvernement. Aussi longtemps qu’il ne touchera pas à notre terre ou à notre religion, il n’y aura pas de problèmes. » Cf. Ottoway (1978 : 95-96)

2 Une quatre-vingtaine de personnes selon Ababiya Aba Jobir. Voir son interview en annexe.

3 Les journaux mentionnent la prise de parole en leur nom par Goyta Mussa dit Maridima, notable et chef de la chefferie Durba (district de Dikhil en République de Djibouti), père de l’ancien ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs ‘Otban Goyta. Voir comptes rendus de cette rencontre titrés « Chairman Receives Afar Representatives », The Ethiopian Herald du 9 mai 1975, p. 1 et 7 ou « Les représentants du peuple Afar ont été reçus par le Président du Conseil Militaire Administratif Provisoire », Addis-Soir du 9 mai 1975.

4 Président du Conseil militaire administratif provisoire.

5 Premier vice-président du Conseil militaire administratif provisoire.

6 Deuxième vice-président du Conseil militaire administratif provisoire.

7 Sur l’une des photos de cette rencontre, au premier rang, on reconnait entre autres le capitaine Fïqré Sïllasé Wogderes, membre du sous-comité des Affaires sociales (1974- août 1976) et le lieutenant- colonel Asrat Desta, Président de la commission Information et Relations publiques.

8 C’était vers la fin du mois de mai 1975. Voir compte-rendu titré "For Afar Settlement; 19,820 hectares of Land to be used in Awssa", The Ethiopian Herald du 3 juin 1975, p. 1 et 4. En page Une, sur la première photo, on voit le sultan ‘Ali-Miraḥ, saluant le chef de l’une de deux délégations du CMAP, le lieutenant-colonel Asrat Desta et sur la seconde, assis aux côtés des membres de deux délégations lors du meeting. Cependant, son nom n’est mentionné ni dans les légendes des photos et ni dans le texte.

9 Administrateur en chef de l'awrajja de ‘Asab depuis le 19 février 1975 après avoir été sous l‘ancien régime vice-gouverneur, il était avec son frère Mussa, Commander (grade équivalant dans la marine à celui du colonel), l’un de deux officiers afar de l’armée éthiopienne. Sous le régime impérial, avant sa nomination comme vice-gouverneur, Maḥammad Yasin avait occupé divers postes dans l'administration en pays afar d'Érythrée. Selon certaines sources, il était l'ami du commandant Mengïstu Hayle Maryam dont il aurait fait la connaissance dans la garnison de Harar. Il fut à la tête de l'awrajja spécial de ‘Asab jusqu'en octobre 1978, date de son assassinat.

10 Le commandant Tesfaye Welde Sïllasé, chef des services de Renseignements et un proche de Mengïstu Hayle Maryam faisait partie de cette délégation qu'accompagnaient les experts des différents départements ministériels.

11 L’aîné des fils du sultan.

12 Le sultan veut parler ici de nombreuses invasions extérieures dont les traditions orales font état sans qu'on puisse les vérifier, à l'exception de la toute dernière, celle des forces égyptiennes conduites par le Suisse Werner Munzinger Pacha qui a été anéantie en 1875

13 Il s’agissait du lieutenant Ali Mussa, un originaire du Wello et seul musulman membre du Derg. Promu capitaine, il a été nommé vers la fin des années 1970 administrateur en chef du Gamo-Gofa, après avoir été le représentant du Derg dans le Sud. Membre du comité central de la COPTE, il a été arrêté et jeté en prison pour une affaire de mœurs difficilement vérifiable. A sa libération, après une courte période de traversée du désert, il a été nommé administrateur en chef du Wello. En mai 1991, il a préféré se suicider que de se laisser arrêter par les forces du FDRPE. Ali Mussa avait fait partie aussi de la première délégation envoyée par le CMAP auprès du sultan Ali-Miraḥ à Aysa‘eyta en octobre 1974, laquelle était venue lui délivrer, au nom du Conseil militaire administratif provisoire, un satisfecit. Voir “Afar People Express tbeir Support to PMAC”, The Ethiopian Herald, 23 octobre 1974, p. 1 et 2

14 Assigné au ministère de la Justice comme juge à la cour suprême, il fut par la suite soupçonné de réveiller le « séparatisme oromo » et jeté en 1979 en prison où il a purgé une dizaine d'années. A sa libération, il s’est exilé et a rejoint le Front de libération Oromo (FLO). En 1991, après la chute du régime du Derg, il est nommé ambassadeur en Égypte, poste qu’il a quitté en 1992 après le retrait du FLO du gouvernement de Transition. Il a occupé par la suite plusieurs postes au sein de cette organisation dont celui du chef du bureau des relations extérieures.

15 Peut-être le sultan fait-il ici une confusion avec des échos qui lui ont été rapportés des récentes déclarations de l'ancien chef de la révolution dans lesquelles ce dernier le félicitait pour sa position sur l'intégrité de l’Éthiopie défendue lors de la conférence nationale de paix et de réconciliation de juillet 1991 convoquée par les vainqueurs et dans les interviews accordées par la suite à la presse. Cette prise de position lui a valu d'ailleurs la reconnaissance de la grande majorité des Éthiopiens. Le journal Ethiopian Review paraissant aux États-Unis, a publié dans son numéro de juin 1993 le résultat d'un sondage auprès de 80 lecteurs auxquels il avait demandé de sélectionner les dix plus importants leaders éthiopiens à prendre en considération pour la nomination de l’Éthiopien de l'année 1994. Le sultan ‘Ali-Miraḥ est arrivé en tête d'une liste des candidats qui comprenait le président du gouvernement de Transition Meles Zenawi, le Pr. Asrat Weldeyes du parti All Amhara People's Organisation (AAPO), le colonel Gosbu Woldé du parti Medhin et Mersha Joseph de la Coalition of Ethiopian Democratic Forces (COEDEF). Voir sur ce sondage le commentaire de l’Éthio-somali Faisal Robele (1993)

16 2ème fils du sultan, ayant une très forte personnalité, il sera élu en 1974 président du Mouvement national de libération ‘Afar (MNLA) créé par des jeunes Afar d’Éthiopie à Berlin-ouest, en République fédérale d'Allemagne. En juin 1975, il prendra la tête de la rébellion contre le régime militaire et fondera le Front de libération ‘Afar (FLA) dont il sera élu à la présidence. En 1991, il participera aux pourparlers de Londres entre une délégation du gouvernement éthiopien conduite par le Premier ministre Tesfaye Dinka et les représentants des mouvements rebelles, tenus sous l'égide du Sous- secrétaire d’État américain pour les Affaires Africaines, Herman Cohen. Il sera désigné en juillet de la même année membre du Conseil représentatif, le Parlement de transition du nouveau régime. Lors de la conférence du FLA tenue à Aysa‘eyta en mai 1994 en son absence, il sera remplacé à la tête de l'organisation par Umar ‘Ali-Miraḥ, son benjamin. Par la suite, il se brouillera avec son père et son frère Ḥabib, président de la région ‘Afar [1992-1995] et deviendra le leader d'une faction du FLA. Avec l’aide des voix de l'ODPA (Organisation démocratique du peuple Afar), une formation politique satellite du Front populaire de libération du Tigray (FPLT), proclamée vainqueur des élections de 1995, il sera élu président de l'État Régional Afar en septembre 1995. Il occupera ce poste jusqu’en mars 1996, date à laquelle, il sera déposé par le Parlement régional en son absence et ce après plusieurs mois de bras de fer. Il entrera en dissidence contre le gouvernement central. Réconcilié, il sera nommé Chargé d’Affaires de l'Éthiopie dans l’Émirat du Koweït avec rang d'ambassadeur, poste qu'il occupera de 1998 au 11 janvier 2006, date à laquelle il refusera de rentrer au pays et entrera à nouveau en dissidence contre le régime. Il s'exilera au Canada. Voir pour la cabale ayant précédé son éviction du poste d'ambassadeur, un témoignage d'un ancien premier secrétaire, Biniyam Kedir Abdu, « The Anatomy Scandals at the Ethiopian Embassy in Koweit » in www.ethiomedia.com /…/Scandal_at_ethiopian_embassy_in_Kuwait.html du 27 février 2007.

17 L’attitude de la France ne nous paraît pas désintéressée et sans liens avec le lâchage progressif de son homme-lige à Djibouti, ‘Ali ‘Aref Burhan. Orphelin du Gaullisme, celui-ci tombera face à la décolonisation programmée de Djibouti, laquelle n'était pas annoncée officiellement mais prévisible depuis l'élection à la présidence de la République française de Valéry Giscard d'Estaing dont on savait qu’il allait s’incliner devant les pressions du monde arabe. La France, ayant décidé de lâcher les Afar et de jouer le jeu des Somali, semble avoir voulu s'opposer au gouvernement militaire provisoire qui voulait utiliser le sultan ‘Ali-Miraḥ pour ses manœuvres politiques en TFAI. La suite des événements ne dément pas cette hypothèse.

18 Représentant personnel du sultan ‘Ali-Miraḥ à Djibouti et fonctionnaire des douanes. À l’accession à l’indépendance du Territoire des ‘Afars et des Issas, il avait été ministre de la Justice de 1977 à 1978, de la Fonction Publique de 1987 à 1990 et de la Défense de 1990 à 1991. Il est décédé le 3 août 1996 à Addis Abéba.

19 Un village frontalier du nord-ouest de la République de Djibouti, situé sur le coridor Addis Abeba – ‘Asab.

20 Il aurait d’ailleurs évoqué une telle éventualité lors de son entrevue en février 1975 avec le haut- commissaire français du TFAI. Voir Oberlé et Hugot (1985 : 261).

21 La date exacte de cette visite est le 1er mars 1975. Voir Mohamed Aden (1999 : 34).

Table des illustrations

Titre Fig. 7 : Poignée de mains entre sultan ‘Ali-Miraḥ et le lieutenant-colonel Asrat Desta
Légende À la droite, le lieutenant ‘Ali Mussa.
Crédits Ethiopian Herald, juin 1975
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/1002/img-1.png
Fichier image/png, 454k
Titre Fig.8 : Le sultan ‘Ali-Miraḥ entouré de ses conseillers en juin 197 au moment de son court séjour à Djibouti sur son chemin d’exil
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/1002/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires