Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Deuxième partie : Le sultan ‘Ali Miraḥ et son temps

IV. Intronisation de ‘Ali-Miraḥ Ḥanfaré et ses premières années de règne

Texte intégral

Accueil de la population du nouveau sultan tentative du pouvoir central de gouverner directement l’Awsa à travers la nomination d'un gouverneur, réaction du jeune sultan, abandon d’Aysa'eyta, le siège traditionnel du pouvoir et installation à Boha, à la frontière de la colonie française de Djibouti - Rébellion de ‘Unḍa Maḥammad et guerre civile meurtrière - Intenses activités : renouvellement des contacts avec le monde musulman et arabe, les musulmans de Dawwé (Wello), contacts avec les Érythréens dont les Saho, rédaction d'une lettre ouverte avec l'aide d'un lettré d'origine yéménite de Djibouti et sa publication dans le journal « Al-muslimûn » organe de la Ligue islamique mondiale en mars 1954 - Le gouvernement central poussé à la recherche de compromis avec le sultan par le contexte régional : récupération de l’Érythrée, signature de l’accord de délimitation des frontières avec la France et récupération d’Afambo Ouverture d’une nouvelle page dans les relations entre le pouvoir central et le sultan ‘Ali-Miraḥ.

- Comment est accueillie par la population votre arrivée sur le trône par une révolution de palais ?

- Les chefs des tribus m’ont tout de suite fait allégeance. Mon oncle, le sultan Maḥammad, était un homme bien mais vers la fin de sa vie, il était malade. Les ‘afar en général et les Aydâḥisso en particulier n’aiment pas le vide de pouvoir. Et pour cette raison, ils se sont soumis à nous.

- Peu après votre avènement sur le trône, un gouverneur est installé à Aysa‘eyta par le gouvernement éthiopien pour administrer directement l’Awsa. Comment avez-vous réagi à cette nomination ?

  • 1 Terme utilisé à l’origine pour le prévôt des marchands Chef du service des douanes.
  • 2 Son nom complet était Sahle Wolde Semaite.
  • 3 Le sultan ‘Ali-Miraḥ mentionne ce cadeau du fait de son symbole comme emblème du pouvoir traditionn (...)

- Le peuple n’a pas accepté et, nous aussi, nous avons refusé cette volonté d'interférence du gouvernement central dans la gestion de nos affaires intérieures, en faisant d’Aysa‘eyta, le chef-lieu de l’Awrajja d’Awsa et la nomination à sa tête du Neggadaras1 Sahle2, un homme, originaire de Harar et élevé par l’empereur Mïnilïk II. Au début, les gens opportunistes se sont regroupés autour de lui en pensant qu’il allait me nuire. C’étaient ceux-là même qui, croyant au retour des fils du défunt sultan Maḥammad Yayyo, s’enfuyaient pour les rejoindre à Addis Abeba et retournaient après dans l’Awsa. Ce n’étaient pas les gens du peuple, lesquels étaient avec moi mais les gens en charge soit de l’administration ou du gardiennage du bétail du trône et des soldats. Pour eux, face à mes cousins, je présentais un double handicap : le fait d'être un fils unique et de ne pas avoir un fils en âge d’être à mes côtés, ayant accédé au pouvoir très jeune. Ils me voyaient donc isolé face à mes cousins qui étaient nombreux. Ils pensaient que ces derniers allaient revenir d’Addis Abeba et me chasser du pouvoir. Par la suite, doutant du retour de mes cousins et de la capacité de nuisance du gouverneur éthiopien, ils m’ont rallié. Neggadaras Sahle était un homme éduqué et intelligent. Il observait bien les comportements des gens. Quand il a été rappelé, je l’ai envoyé dans des bonnes conditions. Je lui ai fait cadeau d’un poignard à fourreau argenté3.

  • 4 Territoire d’outre-mer.

- Est-ce pour protester contre cette décision que vous avez abandonné Aysa‘eyta et que vous vous êtes établis à Boha, à la limite de la frontière avec le TOM4 de Djibouti ?

  • 5 L’installation en mars 1943 par l’Administration de la colonie d’un peloton méhariste en ce lieu ré (...)

- La mésentente sur l’administration de la région qui a surgi entre nous et les responsables de l’administration du gouvernorat général du Wello, nos voisins, y était pour quelque chose dans la décision de mon déplacement, laquelle résultait aussi d'un autre facteur, le problème d'eau consécutif à l’épuisement des ressources locales. Et puis, là-bas, les Français5 qui étaient à Afambo, de l’autre côté du lac, ont ouvert la route, un geste que nous avions apprécié. Le chef du poste d’Afambo venait discuter avec nous et il nous a ouverts la route, d’où nous faisions entrer ce dont nous avions besoin. Cette contrée était aux mains de Ḥajji Golba de la branche Agalmalé de la tribu ‘Arkalto. C’était un homme redouté dans le passé parce qu’il prenait par la force les femmes mariées. Au moment de notre installation, c’était un repenti et il pleurait à l’invocation du nom d’Allah. Nous lui avions demandé de lever les taxes sur les caravanes. C’est ce qu'il fit. Ce revenu nous a beaucoup servis.

- À l’époque, qui était votre intermédiaire avec les Français ?

- C’était Ḥajji Golba.

- Il était le seul ?

  • 6 Vice-Président du club Dankali-Somali à la fin des années 1940 et un des ténors ‘afar avec Ḥajji Ma (...)
  • 7 Personnalité très active qui avait joué un rôle clef dans l'installation des Français à Tadjourah e (...)
  • 8 Mais aussi entre son fils, le sultan Maḥammad et l’administration française.

- Il y avait aussi Ḥanfaré Ḥassan-Dîma6 qui s’employait de temps en temps à faire l’intermédiaire entre nous et les Français. Il était le fils de Ḥassan-Dîma7, une grande personnalité de la fraction Arbâhinto, à qui les Aydâḥisso avaient donné une de leurs filles en mariage. Ce dernier avait joué le rôle d'intermédiaire entre le sultan Yayyo8 et l’administration française.

- À cette époque, les ‘Afar soumettaient leurs problèmes à vous ou au gouverneur éthiopien d’Aysa‘eyta ?

- Les ‘Afar venaient nous voir. Même aujourd’hui, ils ne vont pas voir l’administration. Ils règlent leurs problèmes suivant leurs coutumes ancestrales. Si nous exercions le pouvoir suprême, chaque tribu avait une autonomie pour gérer ses propres affaires. Par exemple, si un notable mourait, elle le remplaçait par un autre. Nous n’intervenions que quand ils nous soumettaient leurs différends qu’ils n’avaient pas pu régler à leur niveau. Notre rôle était d’examiner leur litige, de voir les torts de chacune des parties et enfin de les réconcilier. Dans le cas d’un problème entre le notable et ses administrés, si après les avoir entendus, nous estimions que le tort était du côté du notable, nous demandions à ce dernier de solliciter leur pardon et vice-versa. Le gouvernement éthiopien a fini par réfléchir et l’administrateur a été rappelé.

- Ne pensez-vous pas que cette reculade du gouvernement éthiopien était liée à l'accord du tracé frontalier entre l’Éthiopie et la colonie française, surtout la restitution d’Afambo ?

- Cette question faisait l’’objet de discussions entre le pouvoir central et le gouvernement français. Et par la suite, la France a quitté Afambo. Au moment de cet événement, nous étions encore à Boha. Les Français ont plié bagages et les policiers éthiopiens ont pris possession du poste. Les hommes de l’empereur Hayle Sïllasé dans le Wello ont essayé de nous imposer cette administration mais nous ne l’avions pas acceptée et les Éthiopiens n’avaient d’ailleurs pas insisté. Je tiens à vous préciser que l’empereur Hayle Sïllasé reconnaissait notre rang. C’était un homme intelligent et il savait la légitimité de notre pouvoir.

  • 9 L’année de cette guerre fratricide est remémorée dans les annales de l’histoire du sultanat d’Awsa (...)

- C’était le moment de votre mésentente et de votre retrait vers la frontière du TOM de Djibouti qu’a choisi ‘Unḍa Maḥammad, l'un de vos oncles et frère de votre prédécesseur pour vous faire la guerre9 ?

- Les mauvaises intentions rendent la personne aveugle. Quand, je me suis établi à Boha, suite à une mésentente entre nous et les Éthiopiens, non pas les gens hauts placés mais aussi à cause du tarissement de la retenue d’eau d’Aysa‘eyta dont la quantité était insuffisante pour l’alimentation de notre bétail, il avait convaincu nos gens, les Afki‘é-k Ma‘ad en leur disant : « ‘Ali-Miraḥ est mon neveu mais la réalité du pouvoir est entre les mains de Yayyo Ḥammadu. » En somme, il leur a fait croire que le pouvoir risquait d’échapper à notre famille s’ils ne réagissaient pas avec lui alors qu’il était encore temps. Ceux-ci ont cru à ses paroles mais une autre grande confédération tribale, les ‘Arabta-k ‘Asabbakari ont refusé de s’associer à lui dans son aventure. Il a levé une force et il nous a attaqués. En ce moment, j’avais envoyé notre bétail dans les pâturages situés dans une zone d’insécurité et pour cette raison je l’avais fait accompagner par les meilleurs hommes de mon armée. Pour autant, parce que son action n'était pas juste, il y a eu beaucoup de morts dans son camp et il a pris la fuite.

- Il a fui vers le Ba‘adu ?

- Non, il n’a pas fui vers cette contrée mais il a erré vers les frontières de Djibouti. Par la suite, il a sollicité le pardon que je lui ai accordé. Il vivait avec moi et je l’ai même envoyé en pèlerinage à La Mecque.

- On dit qu’à Boha, vous avez reçu beaucoup des visiteurs. Commençons par les ‘Afar, en premier lieu, ceux d’Érythrée.

- Il n’y avait rien de nouveau. De partout, les ‘Afar venaient toujours nous voir et même les ‘Issa. Les gens venaient nous voir surtout pour deux choses : les problèmes matériels et la justice. Nous faisions tout pour les satisfaire.

  • 10 Homme politique et de culture, originaire de Thio (Érythrée), décédé en 1969, il est considéré comm (...)

- Ce n’est ni pour l'un ou l'autre de ces deux motifs que Yasin Maḥammoda10 était venu vous voir ?

  • 11 Quelques années après l'accession à l'indépendance de l'Érythrée, la Dankalie septentrionale fut de (...)

- Yasin Maḥammoda était un nationaliste ‘afar. Son souhait était que les ‘Afar s’unissent et prennent en mains leur destin. Il ne pensait pas pour sa tribu mais pour toute l'ethnie. Entre lui et moi s’était établie une bonne compréhension. La première fois que nous nous étions rencontrés, c’était à Manda et il venait de ‘Asab. Nous avions passé toute la nuit à discuter des ‘Afar jusqu’à la prière du matin. Yasin, qui était un grand fumeur, grillait cigarette sur cigarette. Et par la suite, il venait régulièrement me rendre visite où que je me trouvais. Yasin aimait l’unité ‘afar. Il y avait eu une mésentente entre lui et les Dambahoyta. On disait que c’était lui qui, ayant eu de l’estime pour Mussa Ga‘as, lequel travaillait avec les Italiens à Masawa’, avait fait appel à lui pour réaliser l'unification administrative de la Dankalie septentrionale, une sous-préfecture de Masawa’ avec la Dankalie du sud11. Plus tard, on a suscité une discorde entre eux qui s’est transformée en rivalité tribale. Au moment du décès de Yasin, j’étais à La Mecque où j’effectuais le petit pèlerinage. Avant mon départ, je lui avais rendu visite à l'hôpital à Addis Abeba. Par la suite, j'ai appris de son cousin qu'il lui avait dit ceci en guise de testament : « Il n'y a personne qui puisse égaler le sultan ‘Ali-Miraḥ dans l’amour de l’unité ‘afar, ne t’éloignes pas de lui. »

  • 12 Membre fondateur de la Rabita al-Islamiyya (Ligue islamique), une organisation indépendantiste éryt (...)

- Un autre leader des ‘Afar d’Érythrée, Mussa Ga‘as12, vous avez rendu également visite. On dit qu’il avait une opinion divergente de celle de Yasin sur le devenir de cette ex-colonie italienne ?

  • 13 Il s’agit de deux grandes tribus afar de l’Érythrée.

- Les divergences entre ces deux personnalités ne portaient pas sur la question du devenir de l’Érythrée mais, comme je vous le disais, sur des facteurs d’ordre tribal, de préséance entre les Dambahoyta et les Dahiméla13.

- Et les Saho ‘Asâwurta ?

- Avant ça, les ‘Asâwurta nous rendaient visite et certains d’entre eux vivaient avec nous. Ils étaient venus en famille. Nous les avions accueillis à bras ouverts et leurs avions offerts des terres. Jusqu’à notre départ en exil, ils vivaient avec nous. Ce n’était qu’ensuite qu’ils ont abandonné notre région et beaucoup d’entre eux ont perdu la vie dans une répression sauvage dirigée contre eux par l’armée éthiopienne.

  • 14 Minifiré.
  • 15 C’est un sous-clan des Ga‘asso dont la fonction traditionnelle était de procurer les Cadis et mufti (...)

On parle des Saho en général mais à ce que m’avait dit le mufti Ibrahim al-Mukhtâr d’Asmara, érudit formé à Al-Azhar et personnalité bien connue, ils se répartissent en deux principales composantes : les ‘Asâwurta et les Mina14. Les premiers, d’origine ‘afar, sont entièrement de religion musulmane et les seconds comptent des chrétiens dans leur rang. Il m'avait dit que les Mina étaient autrefois tous chrétiens et que son ancêtre fut le premier à se convertir à la religion musulmane et à devenir shaykh. Les membres de son lignage appelé Faqih Ḥarak15 étaient sollicités pour leurs prières (du‘a).

- Et les Oromo de Dawwé ?

  • 16 Connu à Dawwé sous le surnom d’Abba Ḥajji (le père al-Ḥajji)
  • 17 Une ville septentrionale du Yémen, haut-lieu du savoir religieux.

- Vous voulez faire allusion à Kabir Aḥmad16 et les autres ? Entre ces gens et nous, il existe des relations séculaires. Le premier disait qu’enfant, sous le règne de Maḥammad Ḥanfaré, il avait grandi dans l’Awsa, d’où il était parti pour Zabid17, au Yémen et de là-bas à La Mecque. Depuis son retour au pays, il vivait retiré du monde. Ce saint homme ainsi que tous les grands ‘uléma éthiopiens comme le mufti Siraj et le mufti Maḥammad Nur appréciaient beaucoup le fait que j'ai choisi de placer mon règne sous le signe du raffermissement de la foi musulmane. Ils m’aimaient pour ça et non pas pour l’argent. Ils venaient me voir pour m’encourager à aller de l'avant. Leurs prières m’ont beaucoup servi.

La première fois que Ḥajji Kabir Aḥmad était venu me voir, il m’avait raconté que deux ans après son arrivée à Zabid, il avait vu un soir en rêve mon grand-père Aydâḥis qui lui disait : « Tu vois qu'après avoir erré, le trône m'est revenu ? » Sa réponse avait été : « Je le vois effectivement. »

Il m’avait dit que lui, il avait oublié ce rêve parce qu’après ça, il était parti à La Mecque où il était resté dix ans avant de retourner au pays. Apprenant le changement de sultan dans l’Awsa par des commerçants, il a cherché à savoir l’identité du nouveau. Apprenant qu’il s’agissait de moi, il s’était rappelé son rêve qu’il leur avait raconté. Il m’aimait beaucoup et il disait de moi que j’étais son fils unique. Il avait refusé de venir saluer mes prédécesseurs. Et après mon installation sur le trône, il venait régulièrement séjourner auprès de moi.

  • 18 Fils ainé de Kaḍḍa La‘oyta, nommé notable des Debné par l’administration française en 1934 et décéd (...)
  • 19 Frère de Ḥassan-Dîma, nommé chef des Debné en 1930 par l'administration coloniale.

Quand j'étais à Boha, les ‘Issa étaient venus me voir aussi, emmenés par les Debné. Là, j’ai présidé une grande réunion de réconciliation entre les ‘Afar et les ‘Issa. Et suite à cette assise, il y avait eu une diminution de l'intensité des accrochages entre eux. Il y a deux branches dans la tribu Ḥarla, et c'était le chef de la cadette qui était venue à la tête de la délégation des ‘Issa. Au moment où ils étaient nos hôtes, les membres de la confédération Ad‘Ali et Ayroyta, les plus méridionaux de mes sujets, ont razzié leur bétail. L'affaire fut portée devant nous. Les ‘Issa demandèrent la restitution de leur bétail. L’assemblée a débattu de la question. Côté ‘afar, Ḥummad La‘oyta18, le chef des Debné, a affirmé que le bétail razzié en temps de conflit n’était jamais restitué. Le Fitawrari Yayyo, mon vizir, avait dit la même chose. Ibrahim Balala19, le fils de Ḥanfaré La'oyta, Debné de la fraction Arbâhinto qui avait amené les ‘Issa chez nous, a sollicité et obtenu un aparté avec moi, en dehors de la présence de Ḥummad La'oyta et de Yayyo Ḥammadu. Il m’a dit : « Nous avons passé le mois béni du Ramadan en votre compagnie et à votre charge. La personne dont le bétail est razzié est le fils de Buḥ Gâ'ûr, lequel est parmi les ‘Issa le chef de la paix et non de la provocation. Le motif de sa présence auprès de vous pendant un mois est la paix. C’est pourquoi, je considère qu’il faut lui restituer le bétail razzié. »

Le lendemain, à la reprise de la réunion, j’ai demandé la restitution du bétail razzié, pas uniquement les vaches mais même les mulets et les ânes.

  • 20 Fils de « Kaḍḍa » Ḥummad La‘oyta, de mère originaire d'Awsa, né vers 1891 et décédé le 22 mai 1952. (...)
  • 21 De son vrai nom Maḥammad La‘oyta, il succédera à son frère à la tête de la chefferie Debné en 1963. (...)
  • 22 Yusuf, [fils d']Abbaḥéla, le nom ou peut être le surnom de la mère.

Le fils de Ḥanfaré La‘oyta était un personnage de valeur. Son père était le frère du grand Ḥummad La‘oyta. Son petit-cousin Ḥummad La‘oyta était de caractère impulsif. Quand Ḥajji ‘Ali20 vint travailler avec le gouvernement éthiopien dans la vallée de l’Awash, il nous a recommandés Bôko21, un dur d'oreille comme interlocuteur dans les affaires opposant nos sujets aux Debné. C’était un homme sage « Enfant, Bôko a vécu avec moi dans votre région et connaît vos coutumes », nous avait-il dit. Bôko était doublé par Uḍo, le fils d’Abbaḥéli-y Yusuf22, un personnage remarquable.

- Est-ce qu’il était aussi issu de la fraction Arbâhinto ?

  • 23 Chef des Debné de 1864 à 1902, ancêtre de la sous-fraction Ḥummaddo.

- Non, il était d’une autre tribu. C’était un sage. Pendant la séance du procès, il s’asseyait à côté de Bôko, non seulement pour lui répéter à l’oreille ce que les autres disaient mais aussi pour le conseiller dans la prise de décision. C’était dans le temps un guerrier de renom qui s'était par la suite repenti. Son grand-père était le frère utérin du grand Ḥummad La'oyta23.

- J'ai entendu dire qu’à cette époque, des ex-policiers érythréens, de l’ethnie Saho, formés par les Britanniques vous ont offert leur service pour la formation militaire de votre armée.

  • 24 Celui-ci immigrera par la suite à Djibouti où il s’incorporera dans l'armée française.
  • 25 Une ville située à une centaine de kilomètres d’Addis Abeba
  • 26 Terme qui veut dire hors-la-loi. Un phénomène qui semble avoir été courant à l’époque dans ce Terri (...)
  • 27 Plus connue sous l’acronyme BMA (British Military Administration), elle était chargée d'administrer (...)

- Ils font allusion à un petit nombre de jeunes de l’ethnie Saho, plus précisément cinq qui étaient venus chez nous avec des armes et avaient offert durant leur séjour avec nous une formation militaire à nos jeunes. Et l’un d'eux, Maḥammad ‘Ali24 vit actuellement à Nazareth25. Ce groupe de jeunes avait pris le maquis comme shifta26 à l’époque où l’Érythrée était sous la tutelle de l’Administration militaire britannique27. Par la suite, nous avons demandé et obtenu du gouvernement éthiopien une amnistie pour eux et ils sont rentrés chez eux.

- À l'époque, en Érythrée, la population était divisée entre les partisans de l’unification avec l’Éthiopie et les indépendantistes. Ce clivage existait aussi au sein de la branche ‘afar de ce Territoire. N’avez-vous pas essayé d’influencer le choix de vos compatriotes ?

- Ni la colonisation italienne, ni l’administration britannique n’avaient essayé de les couper de nous. Les Français n’avaient pas essayé, eux aussi, de dresser une barrière entre nous et nos compatriotes. Par conséquent, nous n’avions pas cherché à nous ingérer dans les affaires intérieures des autres.

- Toujours à Boha, vous avez repris contact avec le monde arabo-islamique en faisant publier en mars 1954 une lettre ouverte intitulée « Risâlat al-Awsa » dans le journal Al-muslimûn, organe de la Ligue islamique mondiale.

  • 28 Asbaḥi est le nom d’une tribu yéménite.

- Cette lettre ouverte a été rédigée avec la collaboration d’un intellectuel yéménite de Djibouti qui avait été amené par Ḥanfaré Ḥassan-Dîma. Son nom était Maḥammad Sa'îd al-Asbaḥi28. Le contenu de la lettre portait sur la présentation de notre sultanat, sa longue histoire et sur son indépendance. Elle a eu un grand retentissement.

- Par qui a été remplacé le gouverneur Sahle ?

- Par personne, du moins au niveau d’Aysa‘eyta.

- Donc, était-ce par la suite que Bati est devenue le chef-lieu de l’awrajja (province) d’Awsa ?

  • 29 Favori du roi, confident, titre de cour et non de guerre, donné au vingtième siècle à des hauts fon (...)
  • 30 Administrateur ou Maire.
  • 31 Ville-garnison, aujourd’hui ville.

- Oui, c’était à cette époque que remontait l'association du nom d’Awsa à celui de Bati suite à la désignation de cette ville comme le chef-lieu de la province d’Awsa. En vérité, Bati était une ville à la lisière du pays ‘afar fondée par les caravaniers de Tadjourah auxquels mon arrière-grand-père Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta fournissait des gardes. Jusqu’à une époque dont nous nous souvenons, la grande majorité des habitants de cette ville était de mères originaires de la région et de pères, originaires de Tadjourah. Blata29 Kassa Mayru fut nommé à la tête de cette Awrajja. C’était un homme sage qui n'a pas laissé d'enfants. Il était auparavant Kantibba30 du katama31 de Dessié. Il donnait des bons conseils aux ‘afar des piedmonts et avec nous, il s’était lié par une amitié profonde.

- En quoi consistait son travail ?

  • 32 Lit., le pays de la peur. Régions des piedmonts.

- Il conseillait les ‘Afar. C’était un homme bien. Vous voyez, je dirais qu’il a même organisé les ‘Afar, les gens de Dok ‘a32, les bédouins, nos voisins. Par exemple, la piste qui descendait de Bati vers le pays ‘afar était mauvaise. C’étaient les femmes qui conduisaient la caravane, avec toutes les difficultés. Quand il avait vu ça, il leur avait dit qu'il emprisonnerait quiconque enverrait sa femme seule. Donc, il avait fait évoluer dans le bon sens les mœurs de ces populations. Il ne prenait pas de pots de vin. C’était un homme instruit en français. Il avait grandi à Harar et était le fils d’un militaire du Ras Makonnen.

- Après le départ du Blatta Kassa Mayru, est-ce qu’il y a eu d’autres gouverneurs ?

- Bien sûr, mais ils n'étaient pas de sa trempe.

Fig.5 : Sultan ‘Ali-Miraḥ saluant l'empereur Hayle Sïllasé à l'aéroport d'Asmara (Erythrée) en 1968.

Fig.5 : Sultan ‘Ali-Miraḥ saluant l'empereur Hayle Sïllasé à l'aéroport d'Asmara (Erythrée) en 1968.

À sa droite, le Grand Mufti d'Érythrée, le shaykh Ibrahim al-Mukhtâr

Collection de la famille du sultan

Notes

1 Terme utilisé à l’origine pour le prévôt des marchands Chef du service des douanes.

2 Son nom complet était Sahle Wolde Semaite.

3 Le sultan ‘Ali-Miraḥ mentionne ce cadeau du fait de son symbole comme emblème du pouvoir traditionnel chez les ‘Afar.

4 Territoire d’outre-mer.

5 L’installation en mars 1943 par l’Administration de la colonie d’un peloton méhariste en ce lieu résultait de l’interprétation de la convention du 20 mars 1897 signée entre la France et l’Éthiopie. Elle a été immédiatement contestée par l’empereur Hayle Sïllasé mais aussi par le sultan Maḥammad Yayyo d’Awsa, pour une raison différente. Les deux États ont mis en place le 5 septembre 1945 une commission mixte de délimitation des frontières mais il ne faisait pas de doute que la France allait céder (voir John H. Spencer, 1987). La mésentente et le déplacement du siège du sultanat à proximité du poste français n'avaient pas déplu aux militaires-administrateurs opposés aux prétentions éthiopiennes sur cette région au riche potentiel agricole et dont la position avait été extériorisée par le capitaine (futur lieutenant-colonel) Édouard Chédeville, ancien commandant du cercle de Dikhil (1941-1943), auteur d'une vigoureuse campagne de presse. Voir "Il faut que cesse le scandale des frontières de Djibouti" Climats du 23 juin 1948 ; "Veut-on abandonner Djibouti aux Éthiopiens" Climats du 3-9 décembre 1953 ; "L'influence française en mer Rouge" Le Monde du 26 novembre 1949, "La rectification des frontières entre l'Éthiopie et la côte française des Somalis", Le Monde du 30 janvier 1954).

6 Vice-Président du club Dankali-Somali à la fin des années 1940 et un des ténors ‘afar avec Ḥajji Maḥammad Kamil de la vie politique balbutiante de cette colonie française. Il avait été arrêté en 1949 à la suite d’une pétition exigeant davantage des droits pour les Afar et menaçant en cas de refus de dénoncer la présence française et de prendre pour tutrice l'Éthiopie voisine. Il sera ministre de l’Enseignement de décembre 1958 à juin 1960 dans les gouvernements successifs de Ḥassan Gouled et d’Aḥmed Dini.

7 Personnalité très active qui avait joué un rôle clef dans l'installation des Français à Tadjourah en 1927, Ḥassan-Dîma avait accueilli favorablement leur installation à Dikhil l'année suivante, contrairement à la grande majorité des siens. En 1930, après l'arrestation du chef de la chefferie Debné, Unḍa La‘oyta (La‘oyta Jr.) et de son frère et bras droit Ḥajji Ali, il avait fait partie avec ses deux frères Maḥammad et Ibrahim du trio nommé par l'administration coloniale pour administrer conjointement les Debné. Il est mort subitement dans des circonstances suspectes le 4 juin 1930 à Gîfu alors qu'il était en route pour le Kalo.

8 Mais aussi entre son fils, le sultan Maḥammad et l’administration française.

9 L’année de cette guerre fratricide est remémorée dans les annales de l’histoire du sultanat d’Awsa sous le nom de ‘Unḍa MaḥammadÎh karma qui veut dire littéralement : « L’année de Maḥammad Jr. ».

10 Homme politique et de culture, originaire de Thio (Érythrée), décédé en 1969, il est considéré comme le père du nationalisme ‘afar moderne. Il a milité pour la réunification des ‘Afar dans une seule région administrative dotée d'une autonomie interne. Sous le régime impérial, les ‘Afar étaient partagés entre cinq gouvernorats généraux : Érythrée, Wello, Shewa, Harargé et Tigray. Il a soumis vers la fin des années 1960, une pétition en ce sens à l’Empereur Hayle Sïllasé qui l'a fait classer sans suite. Poète, il a composé un chant célèbre par la portée historico-politique de son message et sa fonction de vecteur de prise de conscience du présent. Voir Didier Morin (1999 : 109-111).

11 Quelques années après l'accession à l'indépendance de l'Érythrée, la Dankalie septentrionale fut de nouveau détachée pour être incorporée dans une entité administrative certes nouvelle par son appellation « la province du nord de la mer Rouge » mais qui n'est autre en réalité que l'ancienne province de Masawa. La Dankalie du Sud fut appelée "province du sud de la mer Rouge".

12 Membre fondateur de la Rabita al-Islamiyya (Ligue islamique), une organisation indépendantiste érythréenne, créée en décembre 1944, il fut le premier Afar à occuper le poste de gouverneur de la Dankalie du sud en 1952. Par la suite, il sera successivement gouverneur de la province d’Um-Hajjer et de Masawa' puis pour une longue période et jusqu’à son départ à la retraite, il occupera le poste de directeur-général du département des travaux publics à Asmara.

13 Il s’agit de deux grandes tribus afar de l’Érythrée.

14 Minifiré.

15 C’est un sous-clan des Ga‘asso dont la fonction traditionnelle était de procurer les Cadis et muftis aux clans Minifré, lesquels seraient au nombre de quatre, divisés en 15 sous-clans, voir Trimimgham (1976 (1952) : 177-179) et Mohamed Osman Abubaker (1994 : 225-28).

16 Connu à Dawwé sous le surnom d’Abba Ḥajji (le père al-Ḥajji)

17 Une ville septentrionale du Yémen, haut-lieu du savoir religieux.

18 Fils ainé de Kaḍḍa La‘oyta, nommé notable des Debné par l’administration française en 1934 et décédé en 1963.

19 Frère de Ḥassan-Dîma, nommé chef des Debné en 1930 par l'administration coloniale.

20 Fils de « Kaḍḍa » Ḥummad La‘oyta, de mère originaire d'Awsa, né vers 1891 et décédé le 22 mai 1952. Arrêté en 1930 en compagnie de son frère ‘Unḍa La‘oyta, à la suite des incidents dans la région de Dikhil entre les Debné, sa confédération tribale et les Gal‘éla, il a été condamné à une peine administrative de 10 ans d’internement et déporté à Madagascar pour les purger. Il est rentré en avril 1937 à Djibouti après avoir été gracié. Par la suite, il s’est installé en Éthiopie dans la vallée de l'Awash où il fut assassiné.

21 De son vrai nom Maḥammad La‘oyta, il succédera à son frère à la tête de la chefferie Debné en 1963. Il est mort en 1981.

22 Yusuf, [fils d']Abbaḥéla, le nom ou peut être le surnom de la mère.

23 Chef des Debné de 1864 à 1902, ancêtre de la sous-fraction Ḥummaddo.

24 Celui-ci immigrera par la suite à Djibouti où il s’incorporera dans l'armée française.

25 Une ville située à une centaine de kilomètres d’Addis Abeba

26 Terme qui veut dire hors-la-loi. Un phénomène qui semble avoir été courant à l’époque dans ce Territoire. Cf. Tekesté Negash (1997).

27 Plus connue sous l’acronyme BMA (British Military Administration), elle était chargée d'administrer l'ex-colonie italienne jusqu'au règlement définitif de son statut.

28 Asbaḥi est le nom d’une tribu yéménite.

29 Favori du roi, confident, titre de cour et non de guerre, donné au vingtième siècle à des hauts fonctionnaires du rang de directeur-général ou de son équivalent. Cf. Babru Zewde (1991).

30 Administrateur ou Maire.

31 Ville-garnison, aujourd’hui ville.

32 Lit., le pays de la peur. Régions des piedmonts.

Table des illustrations

Titre Fig.5 : Sultan ‘Ali-Miraḥ saluant l'empereur Hayle Sïllasé à l'aéroport d'Asmara (Erythrée) en 1968.
Légende À sa droite, le Grand Mufti d'Érythrée, le shaykh Ibrahim al-Mukhtâr
Crédits Collection de la famille du sultan
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/1000/img-1.png
Fichier image/png, 390k

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires