Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

N’yũhũ, les Indiens Otomis

 | 
Jacques Galinier

Deuxième partie. Des traditions locales au marché national

Chapitre VI. La circulation des biens et la domination du marché national

Texte intégral

1/ MONNAIE, CREDIT, INVESTISSEMENTS

1Tous les paiements s'effectuent en monnaie mexicaine. Dans certains villages (San Pablito, San Nicolás), on paie encore les ouvriers agricoles en "cuartillos" de maïs, mesure pouvant servir accessoirement d'unité de compte.

2Les Otomis ont souvent recours à l'emprunt pour faire face aux dépenses d'ordre rituel (paiement d'un guérisseur, participation aux majordomies, etc.). Ils font appel en premier lieu aux boutiquiers qui sont censés être les plus "riches" du village. Ceux-ci acceptent avec réticence et en tenant compte, le plus souvent, du prestige social de leur débiteur. La réaction la plus courante consiste à placer en gage des objets domestiques ("machete", poste de radio, etc.) en échange de marchandises. Cette pratique ("pedir fiado") est très répandue. Tous les boutiquiers sont obligés de faire crédit à leurs acheteurs pour une durée de quelques semaines ou quelques mois, s'ils veulent garder leur clientèle. Le crédit est également très pratiqué à l'intérieur des groupes de parents, mais donne souvent lieu à des conflits.

3Dans la région tempérée, le café sert souvent à régler les achats de biens de consommation courante. Les Indiens se procurent ainsi le savon, le sucre, etc., en vendant au boutiquier un ou deux "cuartillos" de café. Celui-ci fixe un prix d'achat très bas, et rend en monnaie la différence de valeur des marchandises échangées. Après quoi le café sera revendu au cours "officiel" du moment sur les marchés métis. Ce type de transaction, source de bénéfice important, a surtout lieu dans les périodes difficiles de soudure ; il reste un moyen courant d'achat pour les familles les plus pauvres.

4Les flux de monnaie qui circulent à 1'intérieur de la communauté sont de plusieurs origines :

  • endogène, provenant des transcations locales, ventes de terrains, etc.

  • exogène, par les ressources des gens travaillant en dehors de leur village.

5Cette seconde source est en accroissement constant. Elle comprend les revenus des démigrés citadins revenant périodiquement dans le village, auquel s'ajoutent ceux des "investisseurs" des fêtes locales, qui travaillent de manière saisonnière dans les centres urbains pour accumuler le capital suffisant à l'accomplissement de leur charge religieuse. Le déséquilibre entre ces deux types de flux est un facteur supplémentaire de distorsions au niveau local. Il reste finalement une masse monétaire flottante (non absorbée par le rituel) et qui ne trouve pas de justification d'investissement dans la communauté, dans la mesure où les marques de richesse ostentatoires restent assez largement censurées.

6La notion de profit mérite une attention particulière. Elle a déjà fait l'objet de nombreuses études dans d'autres sociétés indiennes mésoaméricaines. Sol Tax parle, à ce propos, de "Penny capitalism". Mais c'est, nous semble-t-il, confondre les moyens et les fins. Les Otomis, dans toutes leurs transactions, recherchent une maximisation du profit, y compris sur les sommes les plus faibles. En cela, on reconnaît là un paramètre de l'économie de marché. Par ailleurs, tous les objets pouvant être l'objet d'un achat ou d'une vente sont évalués immédiatement en termes monétaires. D'incessantes discussions sur le prix des marchandises animent en permanence les conversations. La plupart des Otomis, bien qu'analphabètes, font preuve d'une extrême agilité d'esprit pour établir des comptes. La valeur de l'argent prend davantage de place encore chez les Indiens que chez les Métis. Les enfants sont éduqués dès leur plus jeune âge à conserver l'argent avec précaution. Pour les récompenser, on leur donne souvent un "quinto" (5 centimes).

  • 1 DEHOUVE (Danièle). Corvée de saints et luttes de marchands. Klincksieck, Paris, 1974, p. 334.

7Cette recherche obsessionnelle du profit, bien légitime dans une économie de pauvreté, s'articule autour des mythes sur le hmũmbeti. Chaque village possède sa montagne sacrée, qui contiendrait des chaudrons remplis d'or, déposés là par des ancêtres. Cet or est sous la protection d'une divinité maléfique, ou zithũ (le "diable" dans la terminologie chrétienne actuelle), mais suscite la tentation de chacun. Là s'arrête cependant l'analogie avec l'idéologie "capitaliste". En effet, comment expliquer, dans ces conditions, l'absence d'une accumulation visible de capital ? Tout d'abord, par la structure de l'économie dont les termes d'échange jouent en faveur des Métis placés dans une situation de domination. Mais surtout par l'investissement social de la richesse produite à l'intérieur de la communauté, sous la forme de fêtes, participation à des charges religieuses, etc. Tel est le schéma s'appliquant à toutes les communautés otomis que j'ai étudiées, avec cependant quelques réserves. Il existe de véritables "caciques" indiens qui ont pu accumuler une certaine richesse, et le respect dont ils jouissent dans la communauté leur permet de se dérober au cycle des "investissements sociaux". Par ailleurs, un phénomène récent est l'émergence d'une classe d'Indiens, propriétaires de terres à café et commerçants, qui cherchent à s'évader du cycle rituel communautaire et réalisent des placements (immeubles, achat de nouvelles terres...) à caractère strictement spéculatif. L'évolution précipitée du processus inflationniste à partir de 1970 ne peut que renforcer cette tendance. D. Dehouve note que, dans la région tlapanèque, la hausse des salaires n'a suivi que de moitié celle du prix des biens de consommation1. Au Sud de la Huasteca, d'une communauté à l'autre, les écarts sont parfois plus nettement marqués. C'est donc bien la classe des intermédiaires (commerçants, manipulateurs du crédit) qui seule profite de la crise.

8L'économie régionale souffre de la faiblesse des institutions pourvoyeuses de crédit. Depuis plusieurs années, par l'intermédiaire du "Banco Agrario", les prêts se multiplient mais ne favorisent guère les petits cultivateurs. En raison des garanties exigées et des hypothèques portées sur les terrains ou les biens personnels, il est impossible pour les plus démunis de bénéficier d'avances suffisantes, et malgré la faiblesse des taux d'intérêts pratiqués. Les seules personnes véritablement favorisées par le crédit sont celles qui disposent de signes visibles d'accumulation de capital (bétail, caféières). Or, l'élevage n'est développé que chez les Métis, et les caféières indigènes sont de dimensions trop réduites. Mais quelques commerçants indiens, dont les accointances avec les autorités et les services administratifs de la "cabecera" sont patentes, peuvent entrer dans ce régime de prêts.

2/ LES AGENTS ECONOMIQUES

9- Les commerçants locaux jouissent d'une situation de quasi monopole dans le village pour la vente des biens de consommation indispensables (mercerie, épicerie, pétrole pour les lampes, eau-de-vie, etc.). Outre le capital, qui leur permet de renouveler régulièrement leur marchandise, ils possèdent souvent des mules pour assurer le ravitaillement depuis les bourgs métis. Des muletiers salariés assurent pour leur compte le transport des marchandises, l'expédition du café vers les marchés reliés à des axes routiers et l'achat de denrées pour le village. Cette classe de boutiquiers se différencie donc très nettement de celle des agriculteurs par le cumul des revenus : au profit qu'ils tirent de la vente des biens de consommation courante, s'ajoute souvent celui des transactions sur le café, puisqu'ils servent le plus souvent d'intermédiaires entre les "producteurs" des "ranchos" et les commerçants des villages métis. D'autre part, ils disposent aussi d'un patrimoine foncier, mis en valeur par des ouvriers agricoles.

Circuits commerciaux des Otomis de l 'Altiplano.

10- Les commerçants itinérants résident pour la plupart dans les bourgs métis et se spécialisent dans la vente au détail de tissus et d'objets domestiques, de "pulque" et de fruits des terres chaudes. On les rencontre dans les marchés indigènes des gros villages indiens.

11- Les colporteurs de San Pedro (poteries) et de Santa Ana poursuivent la tradition du petit commerce (plantes médicinales et de produits pharmaceutiques). Leurs itinéraires sillonnent la totalité de la région otomi.

12- Les artisans occasionnels représentent dans chaque village de multiples corps de métiers : cordonniers, charpentiers, maçons, coiffeurs et bouchers. Ce sont des agriculteurs qui, une journée par semaine (marchés et fêtes), se livrent à une activité d'appoint.

13- Les particuliers, le jour du marché, participent au petit commerce de produits agricoles (mais, haricots ...), de volaille ou de porcs. Les femmes du village se spécialisent dans les plats cuisinés (pains de mais fourrés, "sacahuil" en terres chaudes), qu'elles préparent sur la place même.

14- Les acheteurs : les hommes font acquisition de "machetes", de sacs, d'instruments aratoires. Les boutiquiers entrent également dans le circuit des achats de produits agricoles, qu'ils stockent pour les revendre à l'époque de la soudure, ainsi qu'une partie de la production locale du café. Des sommes importantes sont consacrées aux boissons destinées à la célébration des fêtes domestiques. Les femmes achètent les produits alimentaires d'appoint (conserves, fromages, sel, fruits ...), les tissus pour confectionner des vêtements, et quelques objets personnels de pacotille. Les enfants n'ont d'autre dépense que celle de friandises.

3/ LES NOUVEAUX FOYERS D'ECHANGE

a) Le recul du marché villageois

15Il se déroule comme autrefois dans quelques rares villages, notamment à San Pablito. Tous les matins, les femmes s'installent sur la place, assises sur le sol, avec leurs produits (haricots, cacahuètes, herbes culinaires, oeufs ...). Chaque jour elles occupent le même emplacement, du côté est de la place, où elles se regroupent soit par affinités, soit par quartier. D'autres vendeurs apportent les spécialités des villages environnants :

  • San Nicolas (Hidalgo) : maïs,

  • Loma Bonita (Veracruz) : ananas,

  • Pahuatlán (Puebla) : coco, glace, viande,

  • San Pablo El Grande (Hidalgo): piment,

  • Tenango de Doria (Hidalgo) : fromage,

  • Paxiotla (Puebla) : mangues.

16Ce marché ne donne qu'une image partielle des échanges qui s'effectuent à San Pablito. Il faut y ajouter tous les produits vendus par le biais du porte-à-porte (volailles, oeufs, fruits sauvages récoltés par les enfants), la vente du pain chez le boulanger local, et surtout le commerce de l'écorce de "jonote" pour fabriquer le papier vendu à Mexico.

17Ce type de marché, dont la place est nettement marginale dans le système d'échanges du village, permet surtout de fixer le niveau des cours des produits locaux au jour le jour. On y retrouve les caractères d'une économie d'auto-subsistance, où les biens circulaient dans une sphère d'échanges restreinte au village et aux communautés limitrophes.

18Dans les gros villages otomis (San Lorenzo, San Esteban, Texcatepec), le marché hebdomadaire met en présence plusieurs dizaines de vendeurs agriculteurs et de commerçants métis spécialisés en mercerie, tissus et quincaillerie. C'est également le jour de l'abattage des porcs, de la vente d'animaux domestiques (mûles, ânes), et de produits de l'artisanat local (nappes brodées, corsages, poteries, etc.) Le jour de marché permet aux boutiquiers otomis de réaliser un très fort chiffre d'affaires.

19Le marché local, tel qu'il existe encore, donne une image fausse des véritables forces économiques qui s'y trouvent en opération, car il n'offre aucune garantie au petit producteur indien de vendre sa marchandise à un juste prix, ni d'échapper aux pratiques discriminatoires dont il est la proie sur les marchés métis. En effet et surtout dans les zones productrices de café, il doit se plier à la loi imposée par les "acaparadores". Métis le plus souvent, ce sont surtout des commerçants installés dans les gros villages et villes limitrophes, dont l'activité consiste à monopoliser les stocks de café vendus sur les marchés. Lorsqu'ils se retrouvent à plusieurs le jour des transactions, ils conviennent d'un prix minimum (le plus bas possible) auquel ils achètent le café des petits producteurs. Lorsque ces derniers se présentent sur le marché, ils sont soudoyés par des moyens plus ou moins violents, ou par des promesses fallacieuses, jusqu'à ce qu'ils acceptent de céder leur charge au prix imposé. Cette pratique, encore largement répandue, est menacée par l'implantation récente de centres de stockage de l'"Instituto Mexicano del Café", qui achète la totalité de la production locale à un plus juste prix.

Jour de marché à San Esteban, Hgo.

b) L'essor du marché municipal

20En constant développement, il est le foyer du système économique régional. C'est là que se rencontrent des Indiens et leurs familles venus de tous les villages indigènes situés dans l'aire d'influence du bourg métis (certains à une journée de marche). De surcroît, c'est un véritable centre d'échanges pluriculturels :

21outre les Otomis, y participent les Indiens Nahuas (Pahuatlán), Tepehuas (Huehuetla), Totonaques (Mecapalapa). A Ixhuatlán de Madero, les quatre groupes ethniques sont représentés. L'ouverture de pistes permettant le passage de camions et d'autocars a donné à ces centres une impulsion considérable, en permettant l'introduction en grandes quantités de produits industriels de Mexico, et d'agrumes de la région véracruzaine. Mais ces marchés sont aussi des centres d'expédition du café produit dans toute la Sierra en région tempérée. Les commerçants locaux vendent surtout des conserves, des tissus et des outils agricoles. Toute l'année ils doivent posséder un stock de papier, pour approvisionner les guérisseurs des villages, qui l'utilisent pour le découpage des idoles à chaque cérémonie curative. A l'approche des grandes cérémonies religieuses (Fête des Morts en particulier), sont écoulées de grandes quantités de pains, de cierges et de papier multicolore pour décorer les autels.

22Sur le marché règne toujours un climat d'effervescence sociale. L'après-midi, les Indiens se retrouvent dans les débits de boissons et dilapident les quelques pesos gagnés dans la journée, avant de regagner le soir, à demi-ivres, leurs villages éloignés.

23C'est le moyen de rompre l'isolement qui pèse sur les communautés, en faisant circuler les informations relatives à la vie des villages (fêtes, cours des produits, meurtres ...). Les Indiens ne manquent pas, à cette occasion, de rendre visite au prêtre, pour faire baptiser un enfant, bénir une image pieuse ou obtenir sa participation à la prochaine fête du village.

24Le cycle des fêtes impose aux communautés indiennes de lourdes dépenses en alcool et en accessoires à usage cérémoniel, dont les commerçants métis sont les premiers bénéficiaires. La prospérité des villages métis repose donc pour une part certaine sur les besoins de l'organisation rituelle indigène.

25- Les relations commerciales Indiens/Métis.

26Les deux groupes ethniques forment sur le plan économique une entité dans laquelle ils sont en étroite interdépendance. D'un côté, les villages indiens sont la source de trois catégories de flux sur le marché métis : des flux de biens (produits agricoles essentiellement, tels que café, maïs, etc.), des flux de services (toutes les prestations de services fournies par les commerces agricoles, les métayers, les employés des commerçants, les femmes de ménage, cuisinières, etc.) et enfin des flux de monnaie (achats de biens utilitaires, de produits manufacturés, d'objets à caractère rituel). En sens inverse, les bourgs métis diffusent dans les communautés otomis les marchandises achetées en gros dans les centres urbains, et sont une source d'emplois qui apportent des flux de monnaie dans les foyers indiens. On voit donc le rôle de premier plan tenu par les bourgs métis, comme foyers de convergence du monde industrialisé et du monde traditionnel. Ils dessinent une constellation de centres d'échanges rayonnants, par l'intermédiaire desquels les communautés communiquent avec la société nationale. Mais cette intégration à l'économie moderne est loin d'apporter aux villages otomis tout le bénéfice qu'ils pourraient en attendre. L'iniquité des termes de l'échange place les Indiens pauvres en position d'infériorité par rapport à leurs partenaires métis. L'ignorance, le désa-justement des valeurs entre les deux groupes renforcent le sentiment qu'ont les Otomis d'appartenir à un monde prisonnier d'un sous-développement dont on n'entrevoit guère l'issue dans les années à venir.

- c) Mexico et la situation de monopole des marchés urbains

27Deux villes extérieures à la région otomi jouent, à distance, un rôle prédominant dans l'activité économique régionale : Alamo, dans l'Etat de Veracruz, qui est le débouché naturel de la région montagneuse et du piémont de la Huasteca, plaque tournante pour le commerce du café, mais surtout Tulancingo, foyer d'une intense activité d'échanges, centre d'approvisionnement privilégié des commerçants métis, ainsi que des boutiquiers indiens de la Sierra Madre, qui y trouvent des marchandises à meilleur prix. Tous les produits achetés sont acheminés en autocar jusqu'aux chefs-lieux de Municipio métis, où s'arrête la piste, puis convoyés par les muletiers jusqu'au village indien, surtout des produits d'épicerie, du tissu et des outils.

28Le commerce avec la capitale prend chaque jour une place grandissante. L'ouverture des villages au monde métis s'étend maintenant jusqu'à Mexico, qui attire un grand nombre de travailleurs saisonniers autour du marché de La Merced. Par ailleurs, l'incessant mouvement migratoire des paysans pauvres vers la capitale touche progressivement les villages les plus éloignés, et favorise les déplacements des boutiquiers indiens qui bénéficient à Mexico de l'aide des familles de leurs villages installées en milieu urbain.

29Le marché indien, le marché métis et le marché urbain forment une véritable structure pyramidale. L'évolution actuelle montre l'intégration progressive de ces trois types de foyers d'échanges. L'aspiration a lieu du sommet (Mexico) vers la base (le village). Le rôle du marché local diminue progressivement, tandis que celui des deux autres augmente régulièrement. Même certaines exceptions confirment cette tendance. A Santa Ana Hueytlalpan, un marchand a été créé en 1972, mais les vendeurs sont, en majorité des commerçants des villes et villages voisins. De ce fait, ce type de marché se différencie très nettement du marché indigène traditionnel, car c'est une implantation, de l'extérieur, d'un centre d'échanges qui profite en réalité très peu aux "santaneros" eux-mêmes, si ce n'est à quelques petits commerçants.

30L'autosuffisance de la communauté n'est plus qu'un mythe. La région elle-même n'est pas en mesure de fournir l'essentiel des produits de consommation durables qui sont achetés à Mexico (tissus, outils, médicaments, etc.). Parallèlement, se développe un marché à la capitale des Indiens eux-mêmes qui distribuent les produits de leur artisanat (sans débouchés au niveau régional dans le milieu métis) et court-circuitent les réseaux de commerce classiques.

Notes

1 DEHOUVE (Danièle). Corvée de saints et luttes de marchands. Klincksieck, Paris, 1974, p. 334.

Table des illustrations

Légende Circuits commerciaux des Otomis de l 'Altiplano.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Jour de marché à San Esteban, Hgo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter