Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

N’yũhũ, les Indiens Otomis

 | 
Jacques Galinier

Deuxième partie. Des traditions locales au marché national

Chapitre III. La question foncière

Texte intégral

1Le contentieux foncier, qui avait fait l'objet à l'époque de la Révolution mexicaine, d'une tentative de règlement, soulève encore des conflits d'une grande acuité. La particularité commune à l'ensemble régional otomi est l'insuffisance des espaces cultivables par rapport aux densités élevées des groupes de cultivateurs et la pulvérisation des parcelles. Les plus fortes concentrations se rencontrent dans les vallées de terres tempérées. En plus du dynamisme démographique des groupes déjà installés, ces vallées souffrent du glissement des populations des régions plus défavorisées de terres froides. On ne saurait toutefois examiner la question foncière sans tenir compte au préalable de la spécificité des différents modes d'appropriation de la terre, qui relèvent de trois régimes juridiques : la propriété communautaire, la propriété privée et la propriété éjidale.

1/ LES FORMES DE PROPRIETE

a) La propriété communautaire

  • 1 STRESSER-PEAN(Guy). "Les Indiens Huastèques, in : Huastecos, Totonacos y sus Vecinos, Mexico, 1953, (...)
  • 2 STAVENHAGEN (Rodolfo). Las clases sociales en las sociedades agrarias. 3ème édition, Siglo Veintiun (...)

2C'est une survivance des traditions précolombiennes sanctionnées par des concessions accordées par la Vice-Royauté aux Indiens dans toute la Huasteca. Il s'agit des terres, inaliénables par définition, réservées aux communautés indigènes. Comme le note G. Stresser-Péan, "à l'époque coloniale, les principaux remparts de l'indigène avaient été les garanties officielles données à ses "communautés" et l'économie semi-patriarcale maintenue par le manque de communications et de débouchés"1. Il est remarquable de constater que c'est précisément dans les régions les plus inaccessibles, là où les terres sont les plus pauvres, que le système a pu résister jusqu'à nos jours, et que la pénétration des groupes métis est la plus faible. En même temps, on y trouve les communautés les plus conservatrices sur le plan culturel. Par contre, là où les terres permettent une agriculture de type spéculatif, surgissent fatalement les conflits avec la population métisse. Ce même phénomène a été observé dans les Altos de Chiapas par Stavenhagen : "Una comunidad que posee todavïa tierras comunales es también una comunidad tradicional, relativamente bien integrada desde el punto de vista étnico. Porque si la tierra no puede ser vendida, es poco probable que se permita a los ladinos a que hagan uso de ella. También es una comunidad pobre, de economia de subsistencia, y a que los suelos fertiles y las posibilidades de una agricultura commercial atraen a los ladinos y tienden a transformar la propriedad colectiva en privada"2.

3Le dernier vestige de la propriété communautaire correspond au Municipio de Texcatepec et à la partie méridionale de celui de Zontecomatlán. Autour de Texcatepec, à 1 800 m d'altitude, s'étend une vaste zone de collines pierreuses difficilement cultivables, où affleurent des gisements de quartz, d'où le nom du village (de "texcatl" : miroir en nahuatl, et "tepec" : montagne). Toutes les terres sont soumises au régime communal, y compris celles situées dans l'espace habité du village. La faible densité de population et 1'âpreté du sol produisant de médiocres récoltes de fèves, expliquent l'absence de conflits dans l'appropriation de la terre. Chaque agriculteur peut jouir d'un lopin de terre, dont la dimension est fonction des aides dont il peut disposer pour le cultiver. A sa mort, il peut transmettre son droit sur le terrain à sa femme ou à ses enfants, selon le système d'héritage indiqué plus haut. Mais peu d'habitants mettent en valeur les terrains situés à proximité du village. Depuis longtemps, ils ont acquis des parcelles communautaires dans la partie du municipio qui est voisine de Ayotuxtla, et où commencent les riches terres tempérées. Généralement, à cause de la distance du chef-lieu de municipio (plusieurs heures de marche), ils louent leurs champs à des Indiens vivant sur place, auxquels ils retiennent la moitié de la récolte. En-dessous de 1 800 m, tous les lopins cultivables sont utilisés en partie pour la culture du maïs, des haricots et du piment, et le plus possible pour les plantations de café. Bien que le cultivateur ne soit propriétaire que des plants de caféiers, en fait, on se trouve dans cette zone en présence d'un système de pseudo-propriété privée, puisque les droits d'usufruit sur ces lopins de terre se transmettent par héritage.

4Mais la législation communautaire, si elle préserve les droits ancestraux de libre accès aux terres du municipio, tend à favoriser les plus riches qui peuvent payer des "peones" et faire fructifier davantage de terres. Il s'instaure aussi une sorte de fermage, l'usufruit du terrain n'impliquant pas l'obligation pour son propriétaire de travailler lui-même la terre. Cette agriculture spéculative ne concerne qu'une minorité d'Indiens. Elle est surtout devenue le fait des Métis.

Culture de pois en propriété communautaire. Texcatepec, Ver.

  • 3 STRESSER-PEAN (Guy). "Problèmes agraires de la Huasteca ou région de Tampico (Mexique)", in : Les p (...)

5Ainsi que d'autres communautés de la Huasteca, Texcatepec n'a pu résister à l'implantation de populations non indiennes sur ses propres terres. "En effet, comme dans la plus grande partie de la Huasteca il n'y avait pratiquement plus de terres disponibles, le seul moyen pour un pauvre Métis ou Mulâtre de se constituer un bien au soleil était de se faire admettre, de gré ou de force, dans une communauté indienne, d'exploiter la population arriérée et de se faire céder des terres à titre plus ou moins précaire, puis d'affirmer peu à peu sa position en profitant de sa supériorité sociale"3.

6C'est le cas notamment d'Amajac, "congregación" orientée vers la culture du café et surtout vers l'élevage (certains Métis possèdent jusqu'à 600 têtes de bétail). Ils ont constitué des propriétés privées qu'ils ont clôturées, sur des superficies de 35 à 40 hectares. Mais l'expansion du cheptel vient se heurter à l'insuffisance de terres utilisables comme pâturages. Depuis quelques années, les Métis n'hésitent pas à occuper les biens communaux de la "congregación" des Indiens Otomis et Tepehuas de Tzicatlân, sur une superficie de 400 ha. Ces derniers, voyant leurs lopins saccagés par l'invasion du bétail, tentent de résister à la violation de leurs terres avec l'appui des autorités de Texcatepec, le seul chef-lieu de la région où l'administration municipale soit entièrement confiée aux Indiens Otomis. Les Métis acceptent mal cette tutelle, inhabituelle dans la région, et tentent de se placer sous la juridiction du municipio métis voisin de Tlachichilco, dont ils pourraient espérer une politique plus conforme à leurs intérêts. Pour cela, ils essaient d'entraîner les Indiens du hameau voisin de Pericón, en les incitant à ne pas payer la "finca rústica", impôt foncier annuel. Mais ces derniers, ayant déjà subi des dommages de ces mêmes Métis, refusent leur rattachement à la municipalité de Tlachichilco.

7La vigueur de ces heurts est dans cet exemple parfaitement manifeste, du fait que l'appareil juridique en vigueur, en protégeant les communautés, freine la politique d'expansion métisse, qui peut s'exercer plus librement dans un régime de propriété privée, où des pressions de toutes sortes peuvent s'exercer sur les Indiens pour racheter leurs terres. Cette lutte pour la conservation du patrimoine communautaire s'est exacerbée lors de la Révolution, comme en témoigne cette plainte déposée en 1917 par les habitants de Texcatepec pour des terres illégalement acquises par un Métis de Zacualpan, le municipio auquel Texcatepec était rattaché. Elle se réfère à de multiples et tragiques incidents survenus, après l'installation par Conrado Hernandez (cacique de Zacualpan), d'hommes à son service sur les terres de Texcatepec :

  • 4 Archivos del Dpto. de Asuntos Agrarios y Colonización, Mexico 1920, exped. n°24, p.29.
  • 5 " " " " " " " " " p.29.

8"Los nativos no contentos oon este proceder, se presentaron en masa a protestar su inconformidad y fueron recibidos a balazos muriendo en la refriega un Aydte del Ing. y un nativo. Con este motivo fusilaron a 17 indigenas en Texcatepec y 3 en Ayotuxtla enviando a la carcel a 30 mas"4. La situation empira pendant l'époque révolutionnaire. "En 1913, siendo Hernandez huertista y un hermano de el jefe de las Armas, quemó el pueblo de Texcatepec saqueándolo y llevándose el ganado"5

9Le système de propriété communautaire semble la forme la mieux adaptée à cette société indienne qui vit encore à Texcatepec, mais aucune généralisation n'est possible, comme nous le verrons ; malheureusement, partout ailleurs, la question des terres a suscité des formes juridiques nouvelles (propriété privée et "ejidos"), où la lutte pour l'occupation du sol oppose Métis et Indiens.

  • 6 STRESSER-PEAN (Guy). "Problèmes agraires de la Huasteca ou région de Tampico (Mexique)", op. cit., (...)

10Dans le municipio voisin de Zontecomatlán, une partie des terres bénéficie encore du régime communautaire. Leur statut y est remis en cause du fait que le chef-lieu est métis et que le reste du municipio est en propriété privée. Car, écrit G. Stresser-Péan, "ces communautés n'étant plus protégées par la législation, ne réalisent pas ce qui devrait être leur fonction essentielle, à savoir la défense de leur territoire contre l'envahissement de gens du dehors, ce qui met leur existence même en péril. Quand elles cherchent à agir énergiquement en ce domaine, elles sont trop souvent neutralisées par les notables métis du chef-lieu dont elles dépendent. En effet, la bourgeoisie des villages ajoute, à sa supériorité sociale et économique, l'autorité qu'elle tire du monopole des fonctions politiques, administratives, judiciaires et policières"6.

11La société composée de Métis agriculteurs, mais surtout d'éleveurs et de producteurs de café et de commerçants, a des intérêts économiques diamétralement opposés à ceux des Indiens pauvres, car son dynamisme vient se heurter à l'ancienne structure indigène soutenue par une idéologie non mercantiliste. Le système communautaire est-il appelé à disparaître ? Dans les zones de refuge les moins fertiles, il est probable que non, tant que les villages indigènes garderont leur cohésion interne. Mais le processus irréversible de débordement de la société indigène par les Métis et les dissensionsinternes risquent de remettre en question les fondements d'une organisation qui avait pu résister à quatre siècles de colonisation.

  • 7 La déforestation intensive des biens communaux est devenue, par endroits, un véritable fléau (Santa (...)

12- Les biens communaux : ils se limitent aux bois avoisinant les villages. Toutes les communautés disposent de ces biens, avec un statut parfois différent. Dans le système communautaire, les bois relèvent du même statut juridique que l'ensemble des terres appartenant au village. En régime de propriété privée (San Lorenzo Achiotepec), la forêt appartient aux agriculteurs du village, mais ceux-ci doivent laisser à tous les habitants de la communauté le droit de couper du bois pour leurs besoins domestiques. Ce système entraîne bien souvent des dissenssions entre propriétaires et coupeurs de bois, conflits suscités par une destruction abusive de la forêt. Mais le plus fréquemment, la forêt est considérée comme un patrimoine communautaire permettant un libre accès à tous les habitants. Elle occupe toujours les terrains les plus difficilement accessibles, où la pente trop escarpée rend les cultures impossibles7.

13Un exemple de blocage de la structure foncière communautaire : le cas d'Ixtololoya.

14Ixtololoya est un village appartenant au municipio de Pantepec (Puebla). Son territoire, qui inclut la "rancherïa" voisine d'Acalmancillo est appelé "comunidad". En direction de Pantepec, il est limitrophe de Tenexco, hameau dont les terres sont aussi en "comunidad". Le reste du municipio est en propriété privée. Contrairement aux villages pourvus de terres éjidales, Ixtololoya ne dispose pas d'une autorité pour règler les litiges fonciers. Le "juez auxiliar" est donc tenu d'occuper cette fonction. La règlementation coutumière à Ixtololoya est la suivante : la terre ne peut être appropriée car c'est un bien collectif. Mais, nien que la propriété privée stricto sensu n'existe pas, on peut toutefois acheter la "posición", c'est-à-dire l'espace cultivé par celui qui en est bénéficiaire. Cela suppose un droit de préemption sur une parcelle, qui est obtenu généralement par voie héréditaire. Mais légalement on ne peut acquérir de terres, celles-ci restant bien collectif. Il en découle le fait que lorsqu'une parcelle reste en friche, chacun peut l'utiliser à titre individuel. En droit, les gens de la "comunidad" ne sont propriétaires que de la récolte, quelle que soit la revendication qu'ils portent sur le terrain. Une procédure courante consiste à prêter sa parcelle, lorsqu'elle n'est pas utilisée, à un "compadre" ou un parent, pour le temps d'une ou plusieurs semailles. Après quoi, la parcelle doit être rendue à celui qui en a l'usufruit.

15Cette règlementation donne, à première vue, l'impression de protéger au mieux les intérêts des Indiens et de limiter au maximum les litiges fonciers. Les gens d'Ixtololoya réclament depuis plusieurs années l'établissement d'un régime de propriété privée. Pour être compris, ce mouvement doit être examiné à la lunière des faits suivants :

  • la crainte permanente de voir sa propriété envahie a conduit plusieurs agriculteurs à clôturer leurs parcelles. Mais la clôture fausse la notion d'usufruit, car, si chacun reste propriétaire de la récolte de ses plantations, il est nécessaire toutefois de respecter le droit collectif de pâture pour les animaux, de cueillette et de ramassage du bois. Le droit à clôturer est invoqué par certains en se fondant sur l'ancienneté d'occupation du sol, en le considérant de ce fait comme un bien propre.

  • en sens inverse, l'absence de clôture interdit le développement de l'élevage car les bovins envahissent et détruisent les "milpas". Des conflits graves ont secoué Ixtololoya au cours des dernières années, suscités par l'absence de contrôle des troupeaux de bovins.

  • le régime fiscal dans la communauté est particulièrement inégalitaire. Le "juez auxiliar" perçoit auprès des agriculteurs des cotisations à peu près égales, qui ne tiennent pas compte de la disproportion des parcelles cultivées. En régime de propriété privée, les taxes tiennent compte de l'avoir de chacun.

  • le statut actuel ne protège pas véritablement la communauté dans son ensemble. A Ixtololoya, on affirme que les titres de propriété sont "de antigua", ce qui n'a pu empêcher au début du siècle un litige sérieux avec la communauté voisine de Tenexco, qui s'est réglé grâce à un "Acta de conformidad" (1907). Depuis, le tracé des limites est périodiquement remis en question. A Ixtololoya, on considère que le "lindero" est marqué par une croix qui sépare symboliquement les communautés de Tenexco et Ixtololoya. Mais de l'autre côté, la démarcation est remise en question par les gens de Tenexco qui voudraient la voir repoussée vers Ixtololoya.

  • le régime communautaire est un frein au développement économique. En particulier, il rend difficile le développement de l'horticulture, que certains souhaiteraient développer à Ixtololoya. En effet, il n'existe que deux variétés d'arbres dont les fruits peuvent faire l'objet d'une appropriation individuelle, le bananier et le papayer, parce qu'ils ont été plantés. La règle coutumière ne s'appliquant pas aux autres arbres, les tentatives de développement fruticole se sont soldées par un échec, à cause des vols principalement.

  • l'avenir des communautés de la Sierra Madre se joue du côté des cultures de spéculation, dont le café occupe la première place. L'"Instituto Mexicano del Café" a distribué gratuitement des plants aux gens d'Ixtololoya. Malheureusement, ces derniers se montrent réticents à entreprendre sa culture à grande échelle, car ils craignent, n'étant pas propriétaires des "huertas", de se trouver un jour dépossédés de leur récolte.

  • les dissensions à l'intérieur de la communauté affectent le réseau de solidarités entre parents ou "compadres". Chacun se consacre à sa parcelle, et comme le salariat agricole est pratiquement inexistant, certains cultivateurs de café voient leur récolte pourrir sur pied, faute de main d'oeuvre et d'entraide.

  • l'instabilité sociale chronique qui règne à Ixtololoya est entretenue par les groupes de pression dominants de Pantepec, chef-lieu de municipio, dont elle favorise les intérêts et contribue à assurer le contrôle politique. Or, pour une bonne part, ces luttes ont pour cause la défectuosité du régime communautaire.

  • ces heurts ne font que préciser les oppositions dans la communauté entre les plus aisés (qui profitent encore du statu quo et parviennent à des aménagements lucratifs) et la masse pauvre des petits cultivateurs.

16Il ne suffit pas - comme c'est le cas à Ixtololoya - qu'il y ait assez de terres dans le terroir pour résoudre la crise foncière. Il faut que s'y ajoute un mode efficace de protection et les moyens d'un développement harmonieux des ressources locales. Un Indien résume la situation en ces termes : "Nous sommes tous propriétaires et en même temps personne ne l'est".

17Placés au centre des inégalités propres aux régimes communautaire et privé, les gens d'Ixtololoya considèrent leur avenir proche de façon critique.

b) La propriété privée

18Dans la région montagneuse de l'Etat d'Hidalgo (à l'exception de la communauté de San Esteban) et de l'Etat de Puebla, la petite propriété domine. Ce sont des parcelles dont l'étendue varie de 1 à 180 hectares. Dans la communauté indigène, la plupart des propriétés ne dépassent pas 3 à 4 hectares. A travers toute cette région, la transmission du patrimoine foncier se fait en ligne directe du père au fils aîné, ou à la femme s'il y a un mariage civil. Mais la pratique montre une grande diversité du mode de transmission, en fonction de la situation conflictuelle entre les germains de la famille. Aussi assiste-t-on à un émiettement des propriétés et à une réduction croissante des parcelles. Les grandes propriétés sont aux mains des Métis des chefs-lieux de municipios. Ils ne les travaillent pas directement, mais les font fructifier par des hommes ou des "peones" à leur service. Par contre, les Métis des "ranchos" cultivent directement les terres sur lesquelles ils sont installés.

19La location des terres est devenue, chez les Indiens, une pratique courante sous l'effet de la pression démographique. A San Lorenzo Achiotepec, plus de la moitié des terres sont louées. A chaque récolte (deux par an pour le maïs), le locataire est tenu de verser au propriétaire une somme fixe par "cuartillo" (2 litres) semé. Pour un champ de mais, 25 pesos par "cuartillo", soit 100 pesos par hectare (1972).

20Un sous-bois planté de caféiers rapporte à son propriétaire 200 pesos par millier de pieds chaque année. Mais seule la moitié de cette redevance est exigée du locataire, l'autre (100 pesos dans le cas précité) sera payée en travail, au tarif de 5 pesos par jour, jusqu'à ce que la dette soit acquittée, c'est-à-dire au bout de vingt jours. On mesure combien ce système introduit d'abus dans les rapports entre propriétaires (Indiens) et cultivateurs. La demande de terres est si forte dans les villages, où beaucoup de familles en sont démunies, que la plupart des Indiens sans terre sont obligés de se plier à ce système, pour un salaire journalier inférieur à celui d'un "peón" (7 à 8 pesos par jour, toujours en 1972).

21La vente de terres se situe généralement dans le cadre de la communauté indigène, ou avec les villages de terroirs limitrophes. De "riches" commerçants indiens de San Lorenzo Achiotepec possèdent même des terres qu'ils ont achetées à des Métis voisins d'Ixhuatlán de Madero. Ce cas paradoxal mérite d'être signalé, car dans les zones de culture du café, existe une couche de population indigène, dont la richesse peut dépasser celle de la moyenne des Métis.

22Mais les opérations d'achat et vente des terres ne se réduisent pas, dans le monde otomi, à de simples opérations à caractère spéculatif, comme c'est le cas en milieu métis. Il convient de resituer ces opérations à l'intérieur d'un contexte social précis, qui est celui de l'organisation communautaire. On se rappelle que les charges religieuses imposent des dépenses particulièrement écrasantes, auxquelles il est impossible de se dérober. Ainsi, des Indiens sont amenés à se dépouiller de leurs terres pour faire face à leurs engagements. Les habitants de la "rancheria" de Zacapehuaya (Etat de Puebla), se sont de ce fait littéralement vidés de leur patrimoine foncier, au profit des Métis de Pahuatlân, afin d'assurer leurs charges de "mayordomos". Il s'agit là d'un cas limite, mais qui illustre bien ce mouvement incessant de remaniement des tenures foncières.

23Les titres de propriété ne sont pas toujours des garanties suffisantes pour étouffer les revendications qui se portent à leur sujet. A Tutotepec, à la faveur d'une dotation éjidale, des terres en propriété privée ont changé de mains, sans que leur statut en soit modifié pour autant. D'autres conflits se jouent sur les actes notariés (dont certains sont très anciens) établis sur des biens privés, maus ayant en réalité un caractère communautaire au moment où les écritures avaient été dressées. D'où les inquiètudes des propriétaires auxquels le titre peut être retiré.

c) La propriété éjidale

24Les dotations éjidales concernent, à l'heure actuelle, les communautés otomis suivantes :

25- Etat d'Hidalgo :

  • San Pedrito Municipio de Agua Blanca

  • San Cornelio " "

  • Santa Mónica Municipio de Tenango de Doria

  • San Nicolas " " "

  • El Nanthe " " "

  • Lopez Mateos " " "

  • Tutotepec Municipio de San Bartolo Tutotepec

  • La Cumbre " " "

  • El Juandho " " "

  • Chicamole " " "

  • San Esteban Municipio de Huehuetla

  • Loma de Buena Vista " "

  • El Ocotal " "

26- Etat de Puebla :

27. rien (propriété privée et terres communautaires uniquement).

28- Etat de Veracruz :

  • Poza Grande Municipio de Ixhuatlán de Madero

  • Piedra Grande " " "

  • Tenextongo " " "

  • Molango " " "

  • Santa Maria Apipilhuasco " " "

  • Acatipa Municipio de Ixhuatlán de Madero

  • Jonotal. " " "

  • Cimatla " " "

  • Cruz Blanca " " "

  • Las Flores " " "

  • Plan del Encinal " " "

  • Jonotal Azteca " " "

  • Otatitlân Municipio de Tlachichilco

  • Monterrey " "

  • 8 Archivos del Departamento de Asuntos Agrarios y Colonización, Mexico, 1935, expediente n° 97, p. 10 (...)

29Le système des "ejidos" a pris naissance dans le vaste mouvement de réforme agraire issu de la Révolution : par étapes, les grandes propriétés ont été morcelées pour être redistribuées aux paysans indiens, non sans affrontements entre Indiens et Métis, comme en témoigne un document consigné au Département Agraire, adressé par le juge de la "Zona Ejidal"8.

30Malgré une stabilisation de la politique de dotation en "ejidos", les conflits restent à vif et ressurgissent périodiquement. On pourrait étendre cet exemple au village voisin de San Pedro Tlachichilco. En bref, on peut résumer la question éjidale sur le Haut Plateau ainsi :

  • la redistribution des terres a fait disparaître formellement la grande propriété ("rancho", "finca" et "hacienda"), en créant des parcelles dont l'usufruit est laissé aux communautés indigènes.

  • l'irrigation est assurée dans le cadre des "ejidos" par le "juez de aguas", qui veille à la distribution équitable des eaux entre tous les "ejidatarios". Parallèlement, les Métis ont reconstitué des "ranchos" disposant de leur propre système d'irrigation.

  • la reconstitution des grandes propriétés vouées à la culture de l'orge fait survivre un système de salariat agricole. Les "peones" indiens continuent à cultiver leurs parcelles, mais travaillent en même temps au profit des gros agriculteurs métis du village.

  • finalement, la répartition des terres a introduit davantage de justice, en dotant une partie des familles indiennes de parcelles cultivables, mais n'a pu empêcher la reconstitution de grandes propriétés au profit des Métis et les revendications qui vont s'accentuant.

31Le cas de San Esteban est assez typique des hésitations des populations locales au sujet du mode d'appropriation du sol qu'ils désirent voir reconnu. Jusqu'en 1961, San Esteban jouissait d'un régime communautaire. Mais les revendications étaient devenues telles quant à l'usufruit des terrains que le statut d'"ejido" a été jugé plus satisfaisant. Aujourd'hui encore, des litiges s'élèvent au sujet des limites du patrimoine foncier.

32Dans l'Etat de Veracruz, la question des terres présente davantage d'acuité. Sur les vastes espaces de la Huasteca, où domine l'élevage, le contentieux entre éleveurs (Métis) et agriculteurs (Indiens), est loin d'être résolu. Toutes les communautés indigènes otomis (Otatitlân, Cruz Blanca, Piedra Grande, Santa Maria Apipilhuasco essentiellement), vivent sous le régime de l'"ejido". Un conseil de vigilance et un Commissariat d'"ejido", organismes totalement indigènes, ont été placés à leur tête. Ces deux structures se trouvent elles-mêmes sous l'autorité de la Délégation régionale de Tuxpan, qui décide du changement périodique de leurs membres. Ils dépendent de la Délégation agraire mixte installée à Jalapa, et du Département agraire à Mexico. Ce système tend à éclater sous la pression démographique. En effet, le surpeuplement dans les communautés est tel, par rapport aux terres légalement exploitables, que les Indiens recommencent, depuis quelques années, à déferler sur les grands pâturages des Métis de Ixhuatlán de Madero. Ainsi, en 1970, 800 hectares ont été envahis aux abords de Plan del Encinal. La même année, le même fait s'est répété au sud du municipio, où les Otomis de Santa Maria Apipilhuasco se sont installés dans une zone de pâturages, au lieu-dit Tepozuapa. Ce mouve ment d'occupation des terres est légalisé après coup par le Département agraire à Mexico, qui indemnise les propriétaires et agrandit les zones éjidales. Mais les nouveaux occupants restent soumis aux contraintes du système éjidal, à savoir l'interdiction d'y développer l'élevage. La loi n'y tolère que les cultures vivrières (maïs, haricots, piments, etc.), et un élevage domestique réduit. Il est évident que toutes ces mesures restent encore insuffisantes pour faire disparaître l'âpre besoin de terres qui pèse sur les communautés otomis. Cette carence explique le mouvement massif d'émigration vers la Huasteca et vers les zones pionnières où les Otomis parviennent à trouver des conditions de travail plus favorables.

33Les problèmes de l'"ejido" sont donc avant tout ceux du surpeuplement et des limites territoriales. Mais du point de vue de son organisation interne, l'"ejido" doit faire face à des phénomènes spécifiques de pouvoir. Les autorités éjidales sont renouvelées tous les trois ans, mais certains mandats peuvent être reconduits pour cinq, dix ou quinze ans. Deux stratégies se dessinent selon le type d'"ejido" considéré :

  • dans les "ejidos" "pauvres" (Tutotepec, Chicamole, Pueblo Nuevo, San Pedrito, San Cornelio) les élus viennent solliciter eux-mêmes des autorités de la "Secretaria de la Reforma Agraria" leur changement.

  • dans les "ejidos" "riches", les élus cherchent à se maintenir en place grâce aux relais politiques avec lesquels ils sont en relation, tels que députés et sénateurs. Il a pu être fait allusion à ce propos à un véritable "caciquisme éjidal".

34Toutefois, la mise en place d'institutions véritablement démocratiques dans les "ejidos" (notamment grâce au vote secret qui supprime les pressions exercées sur les "ejidatarios") fait disparaître peu à peu ces pratiques.

35L'"ejido" n'est donc pas un monde protégé des pressions politiques qui s'exercent au niveau national. Il est le siège de luttes d'intérêts entre les Indiens, que son caractère collectif ne parvient pas à dissimuler.

2/ LA CRISE DE LA PROPRIETE FONCIERE

36En dépit des différences de statut juridique, la propriété foncière connaît partout une même crise : de surpeuplement tout d'abord, à l'exception des zones arides faiblement productives (région de Texcatepec), associées à de faibles densités de peuplement, et où les espaces réservés aux bois communaux sont encore vierges. Mais dans l'ensemble, la terre ne suffit plus à satisfaire la demande, d'où une exacerbation des conflits d'héritage. Corrélativement, on assiste à un épuisement des sols. Les engrais sont inconnus dans la Sierra, mais la jachère et l'assolement périodique étaient autrefois partout pratiqués. Actuellement, on cultive d'une saison sur l'autre le même lopin de terre, sauf en terres chaudes où la culture sur brûlis, après formation d'une brousse, est possible grâce à un climat exceptionnel. Par ailleurs, un niveau technologique très bas (conséquence de la morcellisation des parcelles, en partie) et de faibles rendements, accentuent encore le problème.

37Malheureusement, un des problèmes les plus graves auxquels se heurtent les Indiens est l'expansion des grands propriétaires. L'extension de leurs pâturages est ressentie comme une injustice, ainsi que les plantations de caféiers, qui constituent l'essentiel du capital foncier des grandes propriétés des villages métis. Et pourtant, ce conflit d'intérêt ne se réduit pas à une opposition Indiens/ Métis. Toute la région montagneuse est constellée de "ranchos" habités par des Métis pauvres, que leur type de production et leurs ressources situent au même niveau de dépendance économique que les Indiens. C'est donc davantage le mode d'accès à la propriété que l'origine culturelle qui est un élément de différenciation économique. On pourrait citer le cas de quelques "caciques" indiens qui ont préservé de grandes propriétés vouées aux plantations de café et à l'élevage. Le phénomène reste cependant isolé, car, ainsi que nous l'avons dit, les lois de l'héritage, l'idéologie non mercantiliste et les obligations cérémonielles, limitent encore, en milieu indien, toute possibilité d'expansion des tenures foncières.

38Il est clair que, dans la situation de rapport de force qui prévaut à l'intérieur des communautés d'une part, et d'autre part entre celles-ci et les pouvoirs qui leur sont périphériques (les villes, la bourgeoisie rurale, l'État ...), aucun des trois statuts décrits ici n'offre de garanties formelles pour maintenir l'intégrité du patrimoine indien. Si les problèmes qui restent sous-jacents sont parfois dûs aux structures juridiques proprement dites (exemple d'Ixtololoya), il reste cependant que la tenure foncière est avant tout un révélateur des multiples contradictions qui traversent la communauté, et dont les origines sont autres. Il est certain que l'abandon des alliances, réseaux d'associations communautaires, ne sont pas directement imputables à la disparition des espaces communautaires. Selon le contexte, c'est la propriété privée ou l'"ejido" qui peuvent avoir des effets d'entraînement, de progrès ou l'inverse. Des processus se trouvent amplifiés de ce fait, tels que la désintégration des hiérarchies lignagères, la position dominante de la bilatéralité dans le système de parenté, la substitution de structures horizontales d'associations (par le compérage, les relations de clientèle politiques, économiques, etc.), aux vieilles structures verticales d'intégration.

Notes

1 STRESSER-PEAN(Guy). "Les Indiens Huastèques, in : Huastecos, Totonacos y sus Vecinos, Mexico, 1953, p. 218.

2 STAVENHAGEN (Rodolfo). Las clases sociales en las sociedades agrarias. 3ème édition, Siglo Veintiuno editores, Mexico, 1971, p. 215.

3 STRESSER-PEAN (Guy). "Problèmes agraires de la Huasteca ou région de Tampico (Mexique)", in : Les problèmes agraires des Amériques Latines, Colloques internationaux du C.N.R.S., Editions du C.N.R.S., Paris, 1967, p. 202.

4 Archivos del Dpto. de Asuntos Agrarios y Colonización, Mexico 1920, exped. n°24, p.29.

5 " " " " " " " " " p.29.

6 STRESSER-PEAN (Guy). "Problèmes agraires de la Huasteca ou région de Tampico (Mexique)", op. cit., p208

7 La déforestation intensive des biens communaux est devenue, par endroits, un véritable fléau (Santa Ana Hueytlalpan). Elle oblige les Indiens à acheter leur bois domestique à des prix parfois prohibitifs.

8 Archivos del Departamento de Asuntos Agrarios y Colonización, Mexico, 1935, expediente n° 97, p. 10. Ce texte décrit avec beaucoup de clarté la situation à Santa Ana Hueytlalpan : les Métis investissent les parcelles non cultivées par les Indiens absents par suite du commerce itinérant ("pues casi todos se dedican al comercio en la Sierra"). Ces derniers réagissent violemment, en empêchant que soient effectuées les récoltes sur les terres indûment utilisées. Le document met 1'accent à ce propos sur 1'incompréhension réciproque entre les deux groupes ethniques, et suggère la création d'une communauté dont les Métis auraient le contrôle.

Table des illustrations

Légende Culture de pois en propriété communautaire. Texcatepec, Ver.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter