Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

N’yũhũ, les Indiens Otomis

 | 
Jacques Galinier

Deuxième partie. Des traditions locales au marché national

Chapitre I. La division sexuelle et sociale des taches

Texte intégral

1La vie domestique est régie par un modèle de comportements visant progressivement à la séparation fonctionnelle des sexes. Ce clivage essentiel qui préside aux rapports intrafamiliaux est d'une très grande portée : il débouche sur une appréhension des individus considérés non seulement comme membres d'une cellule familiale, mais aussi comme travailleurs, producteurs et reproducteurs. Au niveau des activités sociales, cette opposition entre l'homme et la femme, cette dichotomie des rôles, a un double aspect : économique et symbolique.

I. LE FONDEMENT ECONOMIQUE DE LA DIVISION DES TACHES

a) devoirs des hommes, devoirs des femmes :

2Dans la société otomi, l'homme se définit par rapport à sa terre (hoi), c'est-à-dire l'espace de terrain sur lequel est fixée son habitation avec les parcelles qui en dépendent. La terre, dans la tradition, c'est le capital transmis de génération en génération par les hommes de son lignage. Dans l'ancien système patrilinéaire, les hommes mariés vivaient groupés autour du père et cultivaient la terre en commun. Encore de nos jours, patrilocalité et terroir sont synonymes. L'homme est donc indissolublement associé à la tenure foncière du patrilignage. Au contraire la femme est détachée du patrimoine foncier. Elle n'a pas d'assise sociale, si l'on peut dire. J'ai indiqué qu'elle est par essence et par destin la "genitrix". A la fonction de production de l'homme, elle oppose sa capacité de reproduction. Bien des exemples nous ont montré que selon les procédures coutumières de l'héritage, la femme pouvait hériter des terres de ses parents. Cependant, 1'uxorilocalité du couple, quand elle existe, ne remet pas en cause, aux yeux des Otomis, cette dichotomie des statuts et des rôles. Dans une société où l'agriculture est l'activité économique essentielle, la mise en valeur du terrain revient donc à l'homme, car il est l'élément stable du couple. La circulation des femmes est contrebalancée par la permanence de l'homme, agriculteur sur sa terre.

b) limites de la coopération féminine :

3Ce premier clivage dans la distribution des tâches en recouvre un second, opposant travail individuel et activités collectives. Comme l'indique le tableau ci-après, la femme, repliée sur son univers domestique, est vouée, à quelques exceptions près, aux tâches personnelles, en premier lieu la cuisine. L'aide qu'elle reçoit de sa fille aînée dans la préparation des aliments et dans les travaux ménagers est le premier indice d'une coopération qui peut s'étendre aux besognes extérieures.

Tâche domestique. La lessive. Santa Ana Hueytlalpan, Hgo.

Coopération féminine à l'occasion d'un repas rituel. Pié del Cerro, Hgo.

4En période de fête (mariages, banquets, rituels ...), l'entraide s'élargit aux femmes d'une même parentèle, associées à leurs commères ou à leurs voisines pour former le groupe des "ayudantes" (tãmbekhã.). Elles ont la charge d'assurer la préparation des repas collectifs qui regroupent plusieurs dizaines de personnes.

5Sur le Haut Plateau, les femmes interviennent dans toutes les phases du cycle agricole, des semailles à la récolte. Cette coutume est liée au voisinage des "haciendas" qui mobilisent la main d'oeuvre des "peones" des villages indiens environnants. En outre, Santa Ana Hueytlalpan est spécialisé dans le colportage vers les régions montagneuses orientales, ce qui implique une absence prolongée des hommes. Dans les terres tempérées, les femmes ne participent qu'à la récolte des haricots, du maïs, du piment et à la cueillette du café, et, en région de terres chaudes enfin, à la cueillette du café et des fruits sauvages.

Groupe de jeunes femmes portant la nourriture à une équipe de "peones". San Lorenzo Achiotepee, Hgo.

6La division sexuelle et sociale des tâches se double d'une division par générations. Les enfants ont la responsabilité d'un certain nombre de besognes en fonction de leur sexe et de leur âge, mais leurs activités se différencient de celles des adultes. D'une part, elles sont restreintes au cadre familial (à l'exception de certains menus travaux d'intérêt commun notoire effectués par les garçons), d'autre part, elles ne sont pas rémunérées, même si les enfants procèdent à des transactions économiques, telles que la vente, au porte à porte, des produits de la cueillette.

7A l'inverse, le système des tâches masculines fait appel en priorité à des formes de coopération.

8Les exceptions à cette dichotomie coutumière sont multiples. Il n'est pas rare qu'une fille hérite des terres de ses parents et les cultive elle-même, ou qu'elle gère un commerce pour les mêmes raisons.

9Mais le fait nouveau est la transformation des rapports sociaux et domestiques, dont un des aspects est le déclin de la coopération élargie. Celui-ci détermine une réorientation de l'entraide, davantage centrée désormais sur la famille nucléaire, qui devient le véritable cadre de coopération. La division des tâches selon les sexes s'estompe progressivement et parfois n'est plus limitée qu'à certains de ses aspects spécifiques (cuisine et éducation des enfants pour les femmes, construction des maisons pour les hommes). Le développement de la fabrication du papier découpé à San Pablito le prouve. Technique autrefois réservée aux hommes, elle regroupe dans une même unité de travail, l'habitation, l'homme, sa femme et ses enfants des deux sexes. Dans ce cas même, elle efface la division des tâches par générations.

  • 1 Surtout dans les hautes terres de Tulancingo.
  • 2 Sauf dans les terres chaudes.
  • 3 Santa Ana Hueytlalpan.

Note11
Note22
Note33

c) un type de coopération volontaire : l'entraide.

10En dehors des activités marginales épisodiques (pêche, chasse, abattage du bois) à caractère peu collectif, la coopération restreinte englobe des travaux de faible durée, dont les agents sont reliés soit par les solidarités lignagères ou para-familiales, soit par de simples affinités. La "mano vuelta" désigne ce type d'entraide, basé sur l'échange de prestations de travail, non comptabilisées et non rémunérées, couvrant l'ensemble des activités agricoles. Elle fait appel à un petit groupe d'hommes, travaillant en collaboration à une tâche déterminée, au bénéfice de l'un d'entre eux, avec promesse de réciprocité.

11Les tâches entrant dans le cadre de l'entraide sont des plus variées. Elles concernent, en premier lieu, les travaux agricoles (nettoyage des "milpas", des caféières, récoltes, coupe du bois). Pour les labours, le prêt d'une charrue est compensé par une prestation bénévole de service. Les transports font aussi appel à l'entraide. Un muletier qui ne peut conduire momentanément sa bête cherche un remplaçant qu'il aidera ensuite dans son travail.

12La construction des habitations relève d'un corps de professionnels spécialisés (maçons et charpentiers) lorsqu'elle est en dur. La maison à l'ancienne des terres chaudes, en clayonnage et avec une toiture de chaume, permet encore de justifier l'entraide.

13La "mano vuelta" est appelée 'yẽmpi, du verbe 'yẽmpi exprimant l'idée de rotation. En outre, elle désigne un travail manuel ('ye = main), effectué par deux personnes ensemble (mbe) , ou deux groupes en relation de devoir réciproque. La particularité de la 'yẽmpi, du point de vue du recrutement de ses membres, est d'être exclusivement masculine ou féminine. Elle concerne essentiellement les hommes, mais peut être conduite entre femmes, pour certains travaux (tâches domestiques). Parfois deux groupes de 'yẽmpi se joignent pour des tâches mixtes (cueillette du café par exemple).

14Un type de 'yẽmpi particulier est celui qui unit gendre et beau-père. Pratiqué dans la Sierra, il est inconnu sur le Haut Plateau. En réalité, il dissimule une relation inégalitaire et une prestation de travail gratuite du gendre (ou de celui qui est en instance de l'être) à celui qui lui remettra son épouse.

d) un principe contesté : la corvée communautaire.

15Au niveau communautaire s'exerce une forme de coopération élargie appelée "faena", fondée non sur le bénéfice personnel ou la productivité, mais sur l'intérêt collectif (voierie, édification de bâtiments publics, religieux, etc.). La "mano vuelta" est un système facultatif et électif de coopération, la "faena" est une obligation sociale encadrée par des mesures de coercition sanctionnant le refus de participation. Tous les adultes du village y sont astreints (sauf dérogation spéciale assortie d'une compensation) par rotation annuelle. Les titulaires de charges publiques 'jueces", "alguaciles", etc.) en sont dispensés. La "faena" regroupe plusieurs équipes d'hommes sous la direction des "regidores" (dešto), élus tous les trois ans avec le Président du village, qui établissent la comptabilité des jours de service.

Corvée communautaire ("faena"). Construction d'un grenier. Santa María Hueytepec, Ver.

16Le principe de dérogation à la "faena" est en réalité une des causes actuelles de son déclin. On peut dire que la disparition progressive de la "faena" est un fait qui touche la plupart des groupes otomis. Elle est un des symptômes, parmi les plus visibles, de la désagrégation des liens intracommunautaires, car elle est au centre du système de reproduction de la communauté elle-même. A Santa Ana Hueytlalpan par exemple, le système ancien de la "faena" - en tant qu'obligation de participer à des travaux d'intérêt général - a disparu depuis une quinzaine d'années. Comme il était toléré de se faire remplacer par un "peón", moyennant rétribution, la coutume a fini par tomber en obsolescence. On dit que "les gens ne veulent plus travailler avec leurs mains", ce qui est une explication plausible (mais qui sous-entend pour une tâche qui ne rapporte pas un bénéfice personnel immédiat). Or, le salaire d'un "faenero" actuel est le double de celui d'un "peón" travaillant pour le compte d'un particulier. Il y a donc là un service communautaire dont le mécanisme est totalement différent de celui qu'il remplace. Au lieu de renforcer la solidarité à l'intérieur du village, la "faena" actuelle ne fait qu'accentuer les divisions, car seuls les gens vraiment pauvres acceptent d'y participer, non pas mûs par un désir de servir l'intérêt collectif, mais pour bénéficier d'une solde plus élevée. Ils sont les seuls à louer leur force de travail, car tous ceux qui en ont les moyens tentent d'y échapper en payant. Au départ, les dérogations apportées au service de la "faena" ont été imposées par les commerçants (Métis ou Indiens). Elles ont fini par s'étendre au point de retourner complètement la notion de service collectif. La décadence d'une institution telle que l'assemblée du village, dont le rôle est devenu quasiment fantomatique, est à associer à celle de l'ancienne "faena".

Corvée communautaire ("faena"). Nettoyage de la brousse aux abords de la fontaine. San Lorenzo Achiotepec, Hgo.

  • 4 Le commerce itinérant, véritable tradition des "santaneros", est aussi en partie responsable de la (...)

17La situation à Santa Ana ne ressemble pas en tous points à celle qui prévaut dans les villages de la Sierra. Mais il est certain que, dans son cadre actuel, la "faena" est de plus en plus attaquée. Un facteur nouveau vient s'ajouter à l'absentéisme chronique, les déplacements en dehors de la communauté. C'est une des raisons qui ont joué dans la décadence du service communal de Santa Ana, mais qui tend à s'étendre ailleurs4. Les dernières années ont vu se développer une immigration saisonnière, particulièrement de jeunes, vers les foyers de travail urbains (Tulancingo, Poza Rica, Mexico). Le développement du réseau de pistes a encouragé les contacts multipliés avec l'extérieur, d'où l'accroissement de l'absentéisme. Malheureusement, la crise de la "faena" apparaît à une époque où les travaux d'intérêt commun présentent le plus d'urgence : construction d'écoles nouvelles, adduction d'eau, drainage, électrification. Mais il est symptômatique que c'est la finalité même de ces travaux qui est remise en cause. L'exemple des routes est éclairant à plus d'un titre. Au cours des dernières années, plusieurs communautés ont réclamé auprès des autorités municipales puis de l'Etat des pistes qui permettraient de rompre l'isolement montagnard. Ces requêtes pouvaient apparaître comme des revendications fondées sur un véritable consensus. Ce n'est pas le cas cependant. A Texcatepec, encore situé à sept heures de marche harassante de Huayacocotla, une piste, en cours de construction, va rejoindre, en passant par Atixtaca, celle qui relie Carbonero à Zacualpan. Un effort collectif particulièrement pénible a été requis des gens de Texcatepec pour ouvrir un tronçon à partir de leur "lindero". Mais, en dépit du bénéfice collectif indéniable que peut apporter un tel ouvrage, de multiples réticences se révèlent, à Texcatepec même, et les défections au service de la "faena" sont multiples, car l'arrivée de la piste prend l'allure d'une remise en cause de petits intérêts locaux. A San Pablito, un désaccord s'est produit également à l'occasion du tracé de la piste. Un projet "court" permettait de raccorder facilement San Pablito à Tlalcruz et Pahuatlán, au bénéfice des commerçants du bourg. Un projet "long", dont la plupart des gens de San Pablito appuyaient la création, rattachait le village à la piste Metepec - Tenango de Doria, en tournant le dos au chef-lieu de municipio, Pahuatlán.

  • 5 Le cas est particulièrement évident dans les villages où les écarts de richesse sont très élevés. (...)
  • 6 On se reportera à l'excellente étude du problème de la "faena" de M. N. CHAMOUX (op. cit., pp. 284 (...)

18D'autres exemples, à propos de 1'électrification notamment, montreraient la divergence d'intérêts qui se dessine à l'intérieur de la communauté dès que des changements tendent à s'opérer5. La "faena" prend de plus en plus l'aspect d'une institution dont la direction est assurée par le groupe dirigeant (autorités administratives et commerçants) et l'exécution par les "peones", les gens sans pouvoir réel, dans des opérations dont l'intérêt est dicté soit par l'Etat (écoles), soit par les exigences de groupes de pression locaux (électrification destinée à alimenter les moulins de "nixtamal", les mortiers à café, etc.). A long terme, il est possible que la "faena" disparaisse même complètement6.

II. LA REFERENCE IDEOLOGIQUE.

19En fin de compte, c'est au plan de l'idéologie que la division des tâches reste encore assez présente. Elle s'intègre à d'autres principes dichotomiques dont le plus manifeste est celui de l'organisation dualiste du village, dont la valeur justificative reste forte, même si elle masque un décalage par rapport aux agencements sociaux réels.

  • 7 Je ne prétends pas ici affirmer 1'antériorité du mythe sur l'ordre social (il est aussi sa rationa (...)

20La dualité qui préside au découpage du système général des tâches a bien sa justification dans la vision sacralisée du groupe social, pris dans ses rapports avec l'univers7. Les grands mythes de genèse définissent l'homme agriculteur, la femme parturiente et épouse.

21Le principe directeur de cette distinction est la relation entretenue par l'un et par l'autre avec la terre, divinité féconde et fécondée, élément femelle par excellence dont les attributions essentielles sont les activités de filage, de tissage et la poterie.

  • 8 SOUSTELLE (Jacques), La famille otomi pame, op. cit., p. 55.

22La fonction génitrice de la divinité terrestre éclaire ainsi certaines pratiques réservées aux femmes dans le domaine agricole : à Santa Ana, ce sont elles qui déposent la semence dans les sillons derrière l'araire. Selon J. Soustelle ce rite était respecté dans toute la région du Mezquital8.

23A l'opposé, le principe fécondant est symbolisé par l'astre lunaire, pôle masculin du couple génésique. A ce niveau, il sacralise les activités agraires et les rites de chasse (recréés à travers le personnage mythique du "comanche", divinité du carnaval).

24J'ai illustré ce schéma dissociatif des tâches masculines et féminines par des exemples pris chez les Otomis contemporains. On peut légitimement penser que dans l'ancienne société, toutes les activités obéissaient ainsi à cette double différenciation. De nos jours, le contenu religieux n'a plus qu'une valeur de souvenir ; il reste à l'arrière des règles sociales, de conduites normatives, dont la souplesse varie selon les situations locales et domestiques.

Notes

1 Surtout dans les hautes terres de Tulancingo.

2 Sauf dans les terres chaudes.

3 Santa Ana Hueytlalpan.

4 Le commerce itinérant, véritable tradition des "santaneros", est aussi en partie responsable de la désorganisation du service communautaire.

5 Le cas est particulièrement évident dans les villages où les écarts de richesse sont très élevés. Pour un "peón", le bénéfice de l'électricité est quasiment nul, alors qu'un commerçant peut installer un réfrigérateur, faire actionner une pompe à eau, connecter un poste de télévision, etc.

6 On se reportera à l'excellente étude du problème de la "faena" de M. N. CHAMOUX (op. cit., pp. 284-302) qui décrit pour Coacuila une situation qui doit probablement avoir valeur d'exemple pour un certain nombre d'autres communautés indiennes de la Sierra Madre Orientale.

7 Je ne prétends pas ici affirmer 1'antériorité du mythe sur l'ordre social (il est aussi sa rationalisation) , mais simplement évoquer, au niveau de son contenu, les éléments de différenciation entre les principes masculins et féminins.

8 SOUSTELLE (Jacques), La famille otomi pame, op. cit., p. 55.

Table des illustrations

Légende Tâche domestique. La lessive. Santa Ana Hueytlalpan, Hgo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Coopération féminine à l'occasion d'un repas rituel. Pié del Cerro, Hgo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Groupe de jeunes femmes portant la nourriture à une équipe de "peones". San Lorenzo Achiotepee, Hgo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3693/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 833k
Légende Note11Note22Note33
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3693/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3693/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Légende Corvée communautaire ("faena"). Construction d'un grenier. Santa María Hueytepec, Ver.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3693/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Corvée communautaire ("faena"). Nettoyage de la brousse aux abords de la fontaine. San Lorenzo Achiotepec, Hgo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/3693/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter